• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Viande bovine : lettre ouverte à Monsieur Nagui

Viande bovine : lettre ouverte à Monsieur Nagui

Viande bovine : lettre ouverte à Monsieur Nagui.

Dimanche 29 décembre 2019, vous avez affirmé dans votre émission « Tout le monde veut prendre sa place » sur la chaîne France 2 que la viande de veau provient d’un bébé de 5 mois.

Il est absurde de dire certaines choses sans s’être approché des réalités du terrain. Rétablissons la vérité !

Vous deviez sans doute parler des élevages intensifs où le veau est abattu vers son 4ème et 5ème mois en ayant atteint un certain poids. Mais pas de quoi faire une généralité avec ce que nous allons démontrer.

Au cas où, cher Monsieur, vous ne le sauriez pas, l’élevage bovin est composé de deux filières : -troupeau de races laitières - troupeau de races à viande/allaitantes ( car la mère allaite son petit).

Dans la première filière, les veaux sont élevés pour la viande de boucherie (cela représente plus de la moitié du troupeau), comme les veaux mâles. Les autres veaux sont élevés pour la production de viande bovine (jeune bovin, bœuf, génisse et vache). Certaines jeunes femelles sont destinées au renouvellement du troupeau.

Dans le troupeau allaitant, les veaux qui sont élevés sous leurs mères (elle les allaite jusqu’à sevrage) jusqu’à 8 mois pour donner de la viande de boucherie (seulement 10%). Le reste est élevé plus longtemps pour donner de la viande de jeune bovin ou taurillons jusqu’à environ 18 mois, puis bœufs et génisses jusqu’à l’âge de trois ans en moyenne. Des jeunes femelles et mâles sont destinés, aussi comme dans le troupeau laitier, au renouvellement du troupeau.

Il est à noter quelques petites précisions :

-lorsque la vache laitière ne produit plus de lait, elle est ensuite dans une période de préparation (engraissement) de 2 à 4 mois pour être vendue en boucherie, ce qu’on appelle la vache de réforme.

- pour en revenir au veaux, il existe certaines disparités. Prenons le cas du veau de Saint Étienne. Il est abattu vers 7 à 9 mois sans sevrage, tandis que celui de Lyon est abattu à partir de son 11e mois après 5 mois de sevrage.

En respectant ce type de production et d’élevage, la viande de veau garde sa chair et tendre et fine.

Il est insupportable que vous vous fassiez le porte-parole d’une association voulant l’abolition de l’élevage qu’elle voit comme un type d’esclavage. Il est inconcevable d’attaquer une activité économique légale qui répond à des normes françaises rigoureuses qui se trouvent être les plus strictes au monde et dont les standards de production répondent à la demande des consommateurs.

Cessons de blâmer nos éleveurs. Un peu de considération serait le bienvenu de la part d’un homme au salaire mirobolant pour des hommes et des femmes qui travaillent tous les jours, qui sont les premiers acteurs du bien-être animal et qui ne bouclent pas leur fin de mois.

Valentin Lagorio, secrétaire-général-adjoint à l’Union du Peuple Français. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • oncle archibald 2 janvier 15:33

    L’orgueil de vendre au marché de Montrejeau ou sous les halles à bestiaux de Saint Gaudens un veau « sous la mère » parfait, oui ça existe !

    Le plaisir de cet agriculteur n’est pas de se gaver de profits mais de clouer une nouvelle médaille sur la porte de sa grange.

    Ce veau qui n’a jamais mangé un brin d’herbe quelques semaines avant d’être conduit au marché pour y être vendu a tété deux vaches ! Et « Monsieur François » en outre lui prépare un dopage à sa façon dans les jours qui précédent la vente : quelques dizaines d’œufs cassés dans un seau de lait et battus comme une omelette pour bien se mélanger. Ça c’est juste pour qu’il ait le poil bien brillant !

    Et bien sûr la médaille convoitée est quasiment toujours au rendez vous ! Et moi j’envie celui qui va manger la viande de cette bête bichonnée. Souvent pas bien loin du lieu de production.

    Dans la boucherie de Saint Laurent de Neste, à moins de dix kilomètres de la ferme de François, le boucher fait des étiquettes avec la provenance des bêtes qui sont débitées chez lui. On peut y lire : aujourd’hui le bœuf a été élevé par Monsieur X à la ferme Y et le veau par Monsieur Z à la ferme AA.

    Et en plus le boucher sait couper une viande de cette qualité. Il vend notamment la « tranche de veau », coupée dans le travers de la cuisse et bien épaisse pour être cuite au grill sur une braise de souches de vigne. Pas en long pour faire des escalopes minables et très minces dans la longueur du muscle comme le font les bouchers parisiens avec des veaux gavés « d’aliment » d’antibiotiques et d’hormones !

    Oui c’est cher, et c’est bien normal ! Il vaut mieux bouffer du veau une fois par an et se régaler que d’avaler chaque semaine des viandes minables et insipides qui suivent les circuits de la grande distribution.


    • Aimable 2 janvier 15:51

      @oncle archibald
      Vous au moins , vous êtes tombé dans la marmite tout petit , cela sent le vécu , que cela soit de l’ouest ou du sud ouest , disons tout bonnement Français , les paysans ont les bonnes pratiques .


    • Gogole Bretzel Liquide 2 janvier 16:23

      Les veaux ne vont pas bien.

      En fait, ils vont même de pis en pis !


      • ETTORE ETTORE 2 janvier 19:23

        Pensez vous vraiment qu’un « Nagui » ait conscience des « conneries » qu’il débite ?

        Il se contente de « ne pas se faire prendre sa place ».

        Ses convictions personnelles, strictement allaitées par les mamelles grasses de l’argent de l’audiovisuel.

        Vous avez bien vu qu’il n’as aucun étiquetage de suivi, à son oreille.

        Evitez simplement de le consommer et vous ne vous en porterez que mieux.


        • Odin Odin 2 janvier 20:50

          Bonsoir,

          Dans ses explications claires et intéressantes sur la race bovine l’auteur en a oublié une. Il s’agit d’une race de veaux différente, elle se dirige régulièrement vers l’isoloir pour choisir, sans le comprendre, celui qui utilisera le merlin. 


          • anamo 2 janvier 21:25

            Trop facile, la posture de Nagui ! Moderniste et bobo. Faire l’apologie du végétarisme, vegetalisme, mode vie vegan ou regressif et d’autres n’est pas très malin. Ce n’est ni pro-animal, ni écologique, ni un modèle de société et surtout contraire aux principes de santé publique. Trop facile ...


            • popov 3 janvier 07:30

              Il y a aussi la race de veaux qu’on élève pour bien veauter.


              • volpa volpa 3 janvier 09:22

                Nagui donne des cours de morale dans ses émissions.


                • Fergus Fergus 3 janvier 11:44

                  Bonjour, Valentin

                  Je ne suis pas toujours d’accord avec vos articles qui font souvent la part trop belle aux dérives des exploitants de la FNSEA destructeurs de sols, mais je soutiens cette lettre ouverte adressée à un idiot utile des lobbies intégristes.


                  • Valentin Lagorio Valentin Lagorio 3 janvier 11:55

                    @Fergus
                    Cher Monsieur, je vous remercie. Mais je tiens à vous dire que je ne suis pas du tout proche du syndicat FNSEA. Pourquoi dites-vous que je fais« la part belle aux dérives des exploitants de la FNSEA destructeurs de sols » ? 


                  • Fergus Fergus 3 janvier 12:00

                    @ Valentin Lagorio

                    Par exemple lorsque vous êtes en soutien des positions de la FNSEA sur les distances d’épandage des pesticides.


                  • Valentin Lagorio Valentin Lagorio 3 janvier 12:05

                    @Fergus
                    Le vrai sujet est-il les ZNT ou sortir de ce système mortifère agro-productiviste mondialisé qui dure depuis 50 ans ? Voulons nous renouer avec une Agriculture au service des paysans, citoyens et territoires ? Supprimer les pesticides, j’en suis favorable, mais comme ces produits permettent de baisser les coûts de productions, il serait bien de les remplacer par des produits type Osmobio (produit dans les Côtes-d’Armor). Tenez, je vais vous montrer mes voeux que j’avais adressé à la profession agricole, j’ose espérer que vous changerez d’avis...http://valentin-rpf-upf-agriculture.over-blog.com/2019/12/voeux-adresses-a-la-profession-agricole.html


                  • Un des P'tite Goutte Un des P’tite Goutte 3 janvier 12:47

                    Maigre contribution, m’enfin, mieux que rien.

                    Je ne m’y connais pas du tout en agriculture (mais j’ai un immense respect pour la majorité des agriculteurs, comme j’ose le croire, la majorité des Français, contrairement à ce qu’épandent les mainstreams/merdias) de plus, déjà dit, je suis scandalisé que la profession la plus vitale, basiquement la plus nécessaire soit si mal lotie socialement. Ma nièce qui termine ses études en agro. m’interpelle sur x idées reçues et préjugés quand on n’est pas de la partie. Elle évoquait par exemple le rôle naturel/écologique des bovins et ovins entre autres dans les alpages. 


                    • popov 3 janvier 12:53

                      @Valentin Lagorio

                      Il vaut mieux, en effet, manger moins de viande, mais s’assurer que les bêtes ont été élevées traditionnellement.

                      Ou alors, du gibier.

                      En tous cas, sur la viande vendue en grandes surfaces, le label devrait au moins indiquer si l’animal a reçu des antibiotiques, des hormones de croissance, et s’il a absorbé des protéines animales.


                      • Ratatouille 2 le retour Abou Darbrakam 3 janvier 13:39

                        J’ en profite (lâchement) pour souhaiter en cette année 2020 à tout les végans un double A.V.C qui va réduire les à l’état de légume,ce serait une consécration.  smiley

                        Et UNE entrecôte UNE... !!!... smiley

                        EXCELLENT ARTICLE


                        • ZANE 3 janvier 13:58

                          Vous remarquerez que nagui se garde bien de parler de cette pratique barbare issue de croyances d’un autre age qu’est l’abatage rituel. 


                          • Ratatouille 2 le retour Abou Darbrakam 3 janvier 14:33

                            @ZANE
                            Y à t’il seulement un ni mam qui fé la pryère ou c’est un CD rom replay.
                            avant on fazait une tyte cérémonie sur place quand on tuaient un animal pour remercier les esprits.
                            je fait plus,mais avant quand on faisait une tuerie de cochons c’était tout un bastringue et on saoulait aussi les cochons avec du calvados,du cidre et des pommes et c’était pas pour le goût ,la paille le feu,le nettoyage,la sustentation,le vidage de tripes dans une brouette,et une pose de remerciement avec du calvas (que pour nous) ,la cuisine,le boudin et tout le tintouin.
                            Le foie gras je vous raconte pas,on commençais avec la couveuse j’usque à la semi-conserve,toute un processus, à la main évidement c’est une autre vie.
                            et le rapport à l’animal est radicalement différent.
                            donner du boudin blanc et des religieuses au chocolat à des porcs , on l’à fait nous lol . smiley


                          • troletbuse troletbuse 3 janvier 14:18

                            Un paysan, ca n’existera bientôt plus. Les derniers sont en voie de disparition.

                            Je ne vois que des conducteurs d’engins ou des chasseurs de prime que ce soit dans l’élevage ou chez les céréaliers. Ils n’ont qu’à faire ce qu’on leur dicte même si ils ne connaissent rien à la terre.

                            Naturellement ils sont obligés de suivre, étranglé par les emprunts qu’ils ont à rembourser


                            • Esprit Critique 4 janvier 16:17

                              A L’auteur : L’idée de vous adresser a « Monsieur Nagui » par d’un bon sentiment.

                              Mais vu la gratitude du Sujet et le comportement de ce bonhomme seul un torrent d’insultes s’approcherait timidement de ce que mérite, ce parasite du service public.


                              • eddofr eddofr 7 janvier 17:29

                                Nagui n’aime pas la viande ... on va pas en faire un fromage.

                                Personnellement j’ai un problème ...

                                Je veux connaitre la vache avant de manger la viande, pour protéger ma santé, la nature et le tissus agricole de mon beau pays.

                                Mais une fois que je la connais et que je l’appelle par son nom, je ne veux plus la manger, la vache.

                                J’ai commencé à élever des poules ... du coup je mange des œufs ... mais plus de poulet !

                                Bon ça va, j’arrive encore à manger les carottes et les tomates de mon jardin (et pourtant Dieu sait que je les ai couvées ces putains de tomates).

                                Il est où le génie qui nous cultivera de la viande en éprouvette (on élève un seul boeuf, on clone ses cellules et on mange le meilleur des steacks sans faire souffrir la bête, sans la tuer, sans polluer la planète, ...).

                                Vive la technologie, pour un bon steack sans culpabilité à la con !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès