• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (9) : l’incroyable (...)

Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (9) : l’incroyable saga des Stinger, offerts, puis rachetés !

Dans toute la saga de Viktor Bout, il existe un autre chargement qui est très représentatif de l’ineptie qui a prévalu à une époque (et encore maintenant) au sein du Pentagone. C’est à l’époque des soviétiques que ça se passe, et les avions de Viktot Bout sont réquisitionnés pour apporter discrètement aux chefs de guerre afghans des armes pour abattre les hélicoptères russes. L’arme ultime : un lance-missile tout nouveau capable de toucher au but à coup sûr. Le Stinger, il s’appelle. Pourquoi charge-t-on Viktor Bout de ce genre de basse besogne ? Car officiellement, ce ne sont pas les Etats-Unis qui les ont fournis pardi... mais tout ne va pas se passer comme prévu... les russes partis en 1989, il en restait énormément sur place, de ses missiles. Et avant d’intervenir en Afghanistan, ce que les américains rêvaient de faire, il fallait songer à les... ramasser, de peur qu’ils ne servent contre les hélicoptères américains. Alors, le Pentagone va décider cette chose incroyable : après les avoir offerts, il va proposer de les... racheter. Au prix fort. Sans que le pays ne le sache...

 

En Irak, les activités de Bout sont pourtant clairement établies. 190 atterrissages (au moins) de ses appareils ont été répertoriés à Bagdad, au service de la coalition. Le gouvernement anglais étant le signataire des contrats : "Jet Line International, la société utilisée par le DFID (Department for International Development, lié au ministère des affaires étrangères) en Irak, est un transporteur de fret aérien avec des bureaux en Ukraine. L’aviation civile Les notices d’autorité montrent que Jet Line a transporté des véhicules blindés à Bagdad pour le DFID. Le lot a quitté Manston, l’aérodrome du Kent en mars sur un cargo Ilyushin ill-76 ne portant aucun marquage d’entreprise. La compagnie aérienne est censée avoir été identifié comme une entreprise de Victor Bout dans une lettre d’avertissement distribué aux postes diplomatiques par le Département d’Etat américain en juin de cette année. (...)Trois semaines avant le vol Bagdad, le 27 février de cette année, le DFID a engagé un deuxième société, Aerocom, pour amener des tentes au Maroc après un tremblement de terre. Aerocom, basée dans l’ex-République soviétique de Moldavie, a également décollé à partir de Manston. L’entreprise, qui est également connue pour avoir travaillé avec plusieurs opérateurs, y compris Jet Line, a été nommée dans un rapport de sécurité de l’ONU d’avril 2003 comme étant impliquée dans les activités illégales, la contrebande ou le trafic de lanceurs de missiles, de grenades, de fusils automatiques de la Serbie au Libéria". Les deux entreprises ont été embauchés pour le DfID par Air Charter Service (ACS), basé à Kingston, dans le Surrey. Des Illyushin sans marquage extérieur, voilà qui n’est pas sans nous en rappeler d’autres...

 

Côté américain aussi Bout est de la fête : "L’armée américaine et les milliers d’entrepreneurs privés engagés pour restaurer les infrastructures en ruine de l’Irak ont besoin des fournitures nécessaires pour leur mission. À l’été, les Antonov sont en train de rugirur l’aéroport couvert de de cratères de Bagdad, transportant de tout, des tentes aux lecteurs vidéos en passant par les véhicules blindés et des kalachnikovs rénovées. Mais dans un embarras visible, les responsables américains ont appris plus tard que de nombreux avions russes ont été exploités par des sociétés travaillant pour Viktor Bout. Ses avions volaient pour des expéditions express pour l’US Air Force, des tentes pour l’Armée de terre, et l’équipement de terrain pour le pétrole et de personnel de KBR, une filiale d’Halliburton. Dans les mois qui ont suivi, l’entreprise phare de Bout a effectué des centaines de sorties dans et hors de Bagdad, en gagnant des millions de dollars sur le dos des contribuables américains". Farah parle d’un embarras découvert plus tard : cela semble difficile à croire ; les américains ont travaillé avec lui pendant plus de dix années déjà... et savent très bien comment il maquille ses appareils en en changeant régulièrement l’enregistrement : c’est comme ça qu’ils livraient Massoud sans laisser de traces de leur implication directe : Victor Bout, ce n’était rien d’autre qu’un Air America d’une dimension supérieure !

 

 

Mais Lee Scott Wolosky a perdu la mémoire. Il ne sait plus qu’en 2005, pourtant, un de ses supérieurs au sein du gouvernement de G.W.Bush, et pas des moindres, avait pourtant reconnu l’implication de Bout dans ses transports pour l’armée, en y mettant les précautions dont on se doute. "Dans une lettre de janvier 2005 au Congrès, l’adjoint au secrétaire à la Défense Paul Wolfowitz, avait admis que le ministère de la Défense a faire des affaires avec des entreprises qui, à leur tour, on confié en sous-traitance des travaux à des fournisseurs de second rang qui ont loué des appareils appartenant à des entreprises associées à M. Bout. Les responsables de la défense se sont occupés depuis à faire en sorte que les avions de Viktor Bout ne volent plus pour les États-Unis", écrivait-il. "Neuf jours après la lettre de Wolfowitz lettre, un appareil que contrôlait Viktor Bout se posait à Mossoul, en Irak, selon les auteurs du livre".

 

Quatre ans avant le 11 septembre, Viktor Bout est partout et transporte de tout avec sa flotte d’une cinquantaine d’avions déjà . il quitte sa base d’Ostende à la même époque et commence à se créer un empire véritable, profitant de toutes les occasions pour empocher de l’argent  : "toujours en 1997, Bout monte une base dans un camp d’aviation abandonné à Pieterburg, en Afrique du Sud. Il construit une usine réfrigérante pour surgeler des poulets : un poulet surgelé coûte un dollar au kilo en Afrique du Sud et 10 dollars au Nigeria. Et c’est tout un tourbillon de compagnies : en août 1997 est créée Air Cess Swaziland qui fusionne avec un consortium local, Air Pass. En 1998 est enregistrée en Guinée Equatoriale Cessavia, pendant que naît en République Centrafricaine Central African Airways. Toujours en 1998 apparaît à Alma Ata, au Kazakhstan la Irbis, une compagnie cargo qui n’a pas d’avions mais utilise seulement des transporteurs de Air Cess. Il y a ensuite Transavia Travel Cargo, Santa Cruz Imperial, Flying Dolphin, San Air General Trading ( la plus grande partie des informations sur cette compagnie sont tirées du rapport de l’ONU sur le rôle des transports dans la violation des sanctions contre l’Unità en Angola, rapport du 21 décembre 2001). Selon la Komsomolskaya Pravda( du 2 février 2002), la flotte de Bout comprendrait une soixantaine d’avions cargo. En 1997, c’est Bout qui évacue au Maroc le dictateur déchu du Zaïre, Mobutu Sese Seko. En 1999, en plus des glaïeuls à Dubaï et des poulets congelés au Nigeria, il transporte aussi des troupes du contingent de paix de l’ONU au Timor".

 

Difficile en ce cas d’ignorer ce qu’a fait Bout, et c’est aussi ne pas savoir comment USAID a acheminé pendant des années des vivres (et des espions !) comme je vous l’avais déjà dit, preuves photographiques à l’appui : "Sur un aéroport des émirats, on trouve donc logiquement des cartons d’USAID, manipulés par des soldats américains, pour être chargés à bord d’un drôle d’avion : un Ilyushin 76 d’Air Almaty, du nom de la capitale du Kazakhstan. Un avion conçu spécialement pour transporter... des chars. Sous son autre nom d’Irbis Air, on trouvait des avions d’Air Almaty, en réalité des avions de Victor Bout, dont les hangars (à Almaty !) jouxtent ceux de la firme nationale. Lui se promenait alors en Ouganda sous le nom d’Air Cess avec ses Ilyushin Il-18Gr, souvent aperçus à Djibouti. Bout faisait aussi souvent voler des vieux 727 Cargos, comme le UN-B2702, discrètement ciglé "cargo-cargo" et souvent aperçu à Sharjah, sa base de départ. C’était bel et bien un cargo appartenant à Victor Bout. Dont les avions ont donc aussi souvent véhiculé de l’USAID". Parmi ces avions, le "célèbre" Antonov 12B, immatriculé 11007, d’East Wing, autre société écran de Victor Bout, employée régulièrement par... l’ONU.

 

"Il avait donc certaines qualités. Au moment où le Mur de Berlin tombait, il a acquis ces gros porteurs de l’armée soviétique, qui se vendaient pour peu cher à un moment. Et il a eu ce coup de génie d’aller en Angola pour une opération des Nations unies. Et il a donc fait voler ses gros porteurs, car l’Angola était alors le seul pays qui enregistrait ces avions comme appartenant à l’aviation civile. Et c’est comme ça qu’il a fait ses premiers millions" dit Stephen Smith. De vrais caméléons, ses appareils, tel celui-là : vu à Sharjah en 1999, et devenu 3C-OOZ deux ans plus tard. Repeint en Air Cess sous le numéro RA-12975 (et devenu Bulgare !), qui a fini sa carrière au Mukalla Airport, au Yemen (tiens tiens !), le 31 mars 2005, fortement endommagé et devenu irréparable. Sept tonnes de poisson fichus. Le poisson, moyen idéal de dissimuler.... de la drogue ! Des Antonov repeints, démontés, remontés, cannibalisés, devenu de vrais Frankenstein volants, faits de pièces détachées éparses remontées à la va-vite. Résultat, au bout des crashs mémorables, invariablement, tant les engins sont dans un piteux état. "En résumé, la Compagnie russe East Wing a fait voler pendant un an au moins un avion sous un faux numéro. Et tout le monde, y compris les Nations Unies, s’en doutait. L’avion avait aussi volé en prime pour la Lybie, sous le registre de Buraq Air Services. GST Aero étant l’une des dernières compagnies à faire voler des BAC-111, comme celui dans lequel on avait harnaché sur chaque siège des caisses de Kalachnikovs".

 

Oublier USAID, et oublier aussi.... Massoud ! Qui avait livré et ravitaillé en armes le chef de la des moudjahidines du Nord ? Victor Bout ! Des voyages obligatoirement payés par... les Etats-Unis ! Car les fameuses caisses de missiles Stinger reçues par Massoud et ses acolytes chefs de guerre locaux comme Abdul Rachid Dostum, c’était lui qui les avaient transportées ! Dans l’ouvrage Ghost War, Steve Coll, prix Pulitzer, évoque la gestion catastrophique de ces Stingers amenés par les Antonovs de Bout. Une énorme gabegie et un autre détournement de fonds publics, encore une fois... Les américains ont tout d’abord donné les missiles aux afghans, pour les racheter plus tard, et bien plus cher ! "La CIA a fourni aux rebelles afghans des centaines de Stingers pour abattre les hélicoptères soviétiques et les avions de transport, entre 1986 et 1989 (...) Leur puissance a semé la peur au sein de milliers de pilotes et de troupes russes. Après que les troupes soviétiques aient quitté le pays la CIA a craint que les Stingers soient achetés en masse par des groupes terroristes ou des gouvernements hostiles tels que l’Iran, pour en faire usage contre les avions américains transportant des passagers civils ou militaires" indique Coll

 

Il fallait donc faire quelque chose. D’abord les rechercher ... ces fameuses boîtes, et ensuite les racheter, via l’intercession de l’ISI pakistanaise, c’est ça la révélation étonnante : "entre 2 000 et 2 500 missiles avaient été donnés par la CIA aux rebelles d’Afghanistan pendant la guerre. Beaucoup étaient allés aux chefs de guerre associés aux dirigeants islamistes radicaux anti-americains .Quelques missiles avaient déjà été acquis par l’Iran. Le président George H. Bush et plus tard président Bill Clinton ont donc autorisé un programme hautement classifié autorisant la CIA à en racheter le plus possible, car disséminés un peu partout. le Congrès l’a approuvé en secret et a offert des dizaines de millions de dollars pour soutenir ces achats. Le programme a été piloté par le Near East Division of the CIR’s Directorate of Operations, qui a supervisé le tout via la station d’Islamabad. La tenue de dossiers détaillés fondée sur les numéros de série des missiles a permis à la CIA de rester assez proche du nombre de Stingers remis au départ. Mais une fois que les armes ont atteint l’Afghanistan, on en a perdu la trace. En 1996, la CIA estimait qu’environ six cent Stingers étaient alors en fuite..." quand on entend ça, on se dit que rien n’a changé depuis 1996 : quand le général Petraeus décide d’armer les milices sunnites, en 2007, il leur donne des armes sans numéros... "un pari risqué" note la presse. Aucune comptabilité sérieuse ne sera faite de ces distributions d’armes. Le 6 août, au même moment, on apprenait justement que le Pentagone avait perdu la trace de 190 000 armes destinées à être distribuées à la police irakienne, de 2004 à 2005. Ce qui avait fait dire à Rachel Stohl, une analyste du Center for Defense Information que "cela signifie probablement que les États-Unis ont involontairement fourni des armes aux mauvais acteurs... mais qui arme qui, dans ce fichu pays ?

 

A la fin des années 90 les Stingers ont été quand même récupérés, en définitive, mais à quel prix ! "Ce programme de rachats est allé plus loin encore", nous précise en effet Coll  : "le programme a évolué ensuite en une sorte de suite de Guerre Froide avec enchères financières pour les seigneurs de guerre afghans. Le taux de rachat par missile variait entre 80 000 et 150 000 dollars pièces. Le service de renseignement du Pakistan (l’ISI) a traité la plupart des achats sur une base de sous-traitance pour la CIA, en profitant au passage pour prendre une commission sur chaque missile collecté. En partie parce que la puissance aérienne ne figurait pas beaucoup dans la guerre civile qu’a connue alors l’Afghanistan (en 1996), les chefs de guerre se sont révélés prêts à vendre leurs missiles. Le total des dépenses en espèces par la CIA sur les rachats des Stinger au milieu des années 1990, rivalise avec la totalité des liquidités des dons du gouvernement américain pour des raisons humanitaires d’assistance en Afghanistan au cours de ces dernières années. Les rachats des Stinger peuvent avoir amélioré la sécurité aérienne, mais ils ont aussi donné des liasses d’argent aux chefs de guerre qui ont détruit les villes d’Afghanistan". Incroyable gabegie ! Inadmissible gestion ! On a enrichi les chefs de guerre en leur rachetant ce qu’on leur avait offert ! Inepte !

 

Mieux encore, en mai 2006, l’ineffable Lieutenant General retraité et manipulateur Hameed Gul enfonçait le clou en rappelant sournoisement aux USA que "le Pakistan n’avait pas fourni à l’Iran des missiles Stinger et que seulement 35 s’y étaient retrouvés, mais par erreur"... jouant sur le rôle qu’avait tenu le Pakistan et ses services spéciaux dans le retour des missiles égarés, ou laissant entendre que l’ISI aurait pu s’en garder. Juste assez, en quelque sorte, pour en démonter un bon tiers et les examiner à la loupe pour en faire des copies... une sortie qui revenait en écho le 28 juillet dernier avec les documents de Wikileaks qui montraient qu’effectivement des talibans avaient tiré soit des Stingers soit des SA-7s russes, des HN-5 chinois, (tous classés dans la catégorie des MANPADS ou "Man-portable air-defense systems") en tout cas des missiles qui ont bel et bien abattu des hélicoptères, notamment un Chinook. Des "manpads" qui peuvent se retourner contre les propres avions de Victor Bout : il est fort probable que l’Ilyushin Il-76 (EW-78849) de TransAVIAexport Airlines qui s’est écrasé à Mogadiscio, en, Somalie, le 23 mars 2007, ait été atteint par un de ces engins. En fait, Gul ressortait un texte imprimé dans le numéro du 17 octobre 1987 du New-York Times. Celui indiquant à peu près les mêmes chiffres de Stingers "perdus" : une trentaine. Survenue en juin 87, avec une patrouille de mudjahidines conduite par Yunus Khalis (du Hezb-i-Islami) , qui, pour se rendre dans la province de Nimruz ont fait un détour... par l’Iran où ils sont tombés en panne d’essence. Et ont été faits prisonniers et leurs engins saisis. Les USA "amis"les avaient alors réclamés diplomatiquement... sans les obtenir en définitive semble-t-il... les Stingers n’avaient pas été "envoyés" à l’Iran, ils y étaient arrivés par mégarde. Khalis, après avoir versé taliban, serait mort au Pakistan le 19 juillet 2006.

En 2009, épilogue de l’affaire des Stingers (du moins on l’espère !) un "complot" est déjoué aux Etats-Unis : un américain a réussi à acheter un des ces Stinger, qui se révèle être inopérant, el FBI a tout pisté depuis le début (a-t-il rendu l’engin inopérant avant sa livraison, on ne peut le dire). On craint en tout cas pour une attaque civile... mais on se rappelle de ce qui a dû se passer en Afghanistan, et que la censure militaire a refusé de reconnaître, ce que Wikileaks a révélé : des missiles du type Stinger ont bien été tirés contre des hélicoptères US ou de la coalition. "Une autre explication possible est tout simplement que les Stingers et les autres missiles tirés à l’épaule ont été utilisés par des militants islamistes, mais contre des cibles militaires américains plutôt que des civiles. En Afghanistan et en Irak, les rapports sur les causes exactes d’accidents d’hélicoptère ou en jet sont difficiles à trouver. Dans une récente note sur le blog du Washington Post, le colonel Lawrence Wilkerson, qui a été chef de cabinet de l’ancien secrétaire d’Etat Colin Powell, a suggéré que 200 000 soldats américains en Irak et en Afghanistan "présentent un bien plus grande cible pour Al-Qaïda que la patrie des États-Unis. "Il est certainement possible que des missiles tirés à l’épaule ont fait quelques-uns des près de 5 000 morts américains dans cette guerre", reconnaît enfin le New-York Times le 22 mai 2009. Combien y-a-t-il encore de Stingers dans la nature, et sont-ils encore opérants, on n’en sait strictement rien !

 

Documents joints à cet article

Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (9) : l'incroyable saga des Stinger, offerts, puis rachetés ! Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (9) : l'incroyable saga des Stinger, offerts, puis rachetés ! Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (9) : l'incroyable saga des Stinger, offerts, puis rachetés ! Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (9) : l'incroyable saga des Stinger, offerts, puis rachetés ! Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (9) : l'incroyable saga des Stinger, offerts, puis rachetés ! Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (9) : l'incroyable saga des Stinger, offerts, puis rachetés ! Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (9) : l'incroyable saga des Stinger, offerts, puis rachetés ! Viktor Bout et les USA, ou Mickey dans Fantasia (9) : l'incroyable saga des Stinger, offerts, puis rachetés !

Moyenne des avis sur cet article :  2.89/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • val2002 16 octobre 2010 09:02

    Les autorites de la Roumanie sont en conexion Victor Bout

    Dans le nuit de 16 avril 1998, un avion IL-76 ( UR-UCA ) du Viktor Bout a atterri vide à l’aéroport Bucharest Otopeni ( Roumanie). Il était chargé d’armes sur de plate-forme militaire par les militarire roumain et continué la route vers Sierra-Leone. Les armes appartenaient a companie d`etat Romtehnica, l`intermédiaire ete le lieutenant-colonel (R)israélienne Naor Shimon.
    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/cargo%20manifest/4Eorar_zbor_170498_2.jpg

    Dans le plan de vol, de 17 avril 1998, déposé de pilote-comandant d`IL-76, en vue de décoller d’Otopeni, dans la boîte de type vol apparaissent la lettre N, code pour un vol commercial occasionnel, avec une cargaison à bord. Si l’atterrissage l` avion a été chargé avec des cigarettes, il doit être vide a départ d`aeroport Bucharest-Otopeni.S`il était vide, dans cette boite il doit trouver la lettre G, l’expression codee pour l’aviation générale. Si l`avion est vide, pas payé les taxes d’aéroport. La différence en masse utiles transportés par km, a été facturé supplémentaires par les organismes de contrôle aérien de la Roumanie. Dans ce case, le pilote-commandant de l`IL-76 aurait eu à payer 1,000 USD, de son argent.
    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/il-76%20UR-UCA/3Pplan_zbor_IL-76.jpg

    L’avion IL-76 était exploité par Air Sofia, société bulgare, dirigé par l`espion roumain ( SIE ) Rumen Draganov. En 1997, l’Associated Press a publié l’information que les avions de combat d`Australie ont intercepte l`avion AN-124 loyer par Air Sofia, qui survole les eaux territoriales de l’Australie . Ayant l’aéroport de destination- Port Moresby, la capitale de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, pays soumis à embargo des Nations Unies. Canberra Times a publie a 24 février 1997, le document ( cargo manifest ) du AN-124 qui révélé un cargaison de 100 tonnes d’armes, nécessaires pour atteindre à des mercenaires du colonel Tim Spicer (Sandline ), qui ont combattu en Papouasie-Nouvelle-Guinée. À la fin, de 1996, Air Sofia a exécute un véritable pont aérien, avec des armes de la Roumanie, livre par des avions cargo AN-12, AN-124, IL-76, la flotte de Viktor Bout. L`intermédiaire ete le meme lieutenant-colonel (R)israélienne Naor Shimon alias Hershcovici Simen.
    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/PNG-97/3.jpg

    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/PNG-97/080197.jpg

    -------------------
    Il ya un mois avant, le 14 Mars 1998 le major de police roumain David ( à l’UM 0215 de Constanta ), arrête pour confisqué deux camions avec des cigarettes, en localite Eforie, il leur a donné la réception, a scellé, a la Direction générale des douanes. Les cigarettes ont arrivés à la mer par le port Agigea. Importateur de produits a été la société couverte « Business Women » de la brigade antiterroriste de renseignement (SRI). Administrateur de la société et le cerveau de la contrebande de cigarettes ete le colonel actif SRI George Dumitrescu. Comme propriétaire de l’entreprise figure l`informateur du SRI (dirige par Dumitrescu ) le Syrienne Jamal Al-ATM. 

    A 23 avril 1998, les cigarettes saisies par major de police David été retiré de stockage de la Direction générale des douanes et placés par agents SRI et déplacé dans un entrepôt de localite Buftea, tout pres d`aeroport Bucharest-Otopeni, pour inventer un contrebande de cigarettes. Une semaine après que l`avion Il-76 d`Air Sofia a décollé de l`aeroport Bucharest- Otopeni, eu lieu « Flagrante » mis en scène par SRI, célèbre affaire connue sous le nom de cigarettes 2.
    Ca pour couvrir le fait que, par erreur de l`equipage de IL-76, armes ne sont pas parvenus au mercenaires de col. Tim Spicer qui se sont déplacés en Afrique, pur participer à la guerre civile Sierra Leone.
    Jamal Al Atm a été enlevé du pays des services roumains immédiatement par la course TAROM RO-015 destination Istambul. Traian Basescu, le ministre des Transports en 1998 a forgé un "Cargo Manifest”(manifeste de marchandises), évidemment faux parce que dans l’acte d’accusation de procureurs est dit comme la societe de Handling INTERSERVICE S.A, autorisee par l`aeroport d`Athens, devrait être chargé par des cigarettes l` avion.
    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/cargo%20manifest/4Brechizitoriu.jpg

    L`en-tête de Cargo Manifest appartient de la compagnie aérienne d`État OLYMPIC AIRWAYS. L`écriture est manuelle, mais il doit être complété dans l’ordinateur, parce que il est transmis par SITA ( système de télécommunication de l’aviation ) a la centre de Eurocontrol de Bretigny.Touts les documents doit etre signés, ce n’est pas.Le point de déchargement : OSD code pour Ostende airport ( Bucharest-Otopeni : OTP code ).
    Le point de chargement de marchandises : ATH ( Athens International Airport Eleftherios Venizelos ) qui ete fermé en 1998 , ouvert en mars 2001. Dans le bureau du représentant OLYMPIC AIRWAYS, a l’aéroport de Bucarest Otopeni se trouve des nombreux feuilles de papier imprimés a l`en tete de OLYMPIC AIRWAYS.
    http://www.hcaa-eleng.gr/naia_hist.htm
    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/cargo%20manifest/4Acargo_manifest_IL-76.jpg

    Code des douanes et de ses modalités d’exécution, ete approuvé par la Décision de Gouvernement no : 626 / 1997. DG transfert de l`aterisage jusqu’à la decolage, les responsabilités qui découlent de dédouanement du propriétaire de la cargaison vers son délégué de service handling autorise a l`aeroport. Lorsque il`y a le déchargement de l’avion sur l`aeroport. pas de responsabilite par le commandant de l`aéroport ou base aeriene ( proprietaire de plateforme militaire ). La société responsable du handling vis-a-vis d`avion IL-76 a été LAR / LAR, employeur Dorin Ivascu. Le meme LAR, a ete repartise par Ministère de la Défense pour servir la course UZB-3509/3510 ( avion AN-12/UK-11639/21 fevrier 1998 .
    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/AN-12%20UZB/4MUZB01.jpg
    Dans la section « l’itinéraire de vol » ( route of flight ) il` y a un mention  : F-Entry ( Ferry-vide a l`entrée en espace aeriene de la Roumanie) et M-Exit ( Military-chargé d’armes, a la sortie).
    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/AN-12%20UZB/4NUZB2.jpg
    Le document indique la nature des marchandises militaire : composants de missiles produit par RA. Arsenalul Armatei. 
    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/AN-12%20UZB/4OUZB3.jpg
    Après l’expiration de 3 heures de l’atterrissage la Décision de Gouvernement no : 626 / 1997 exige pour le chef de la police des frontières pour amener le représentant de la société RAS / LAR au avion, pour le contrôle. Et demander par téléphone a Tour de contrôle de ne pas laisser éteindre les moteurs de l`avion. Dorin Ivascu et chef de la police des frontières n`ont été enquête jamais.
    ---------------------------------------------------------------------------
    J’ai été arrêsté pendant le service comme commandant adjoint d` aeroport. J’ai passé plus de 100 jours de prison, j’ai été congédié. Le tribunal militaire de Bucarest m’a condamné à huit ans de prison, a 18.02.1999 .La Cour Militaire d’appel m’a condamné à cinque ans de prison, a 08.06.2000. La Cour suprême de Justice annulée condamnations antérieures, la restauration l`enquête à partir de zéro par les procureurs militaires, a 26.02.2001. Mon dossier de l’accusation penale a été déplacé de procureur militaire a la procureurs du Direction National Anticorruption ( 2001-2004 ). Ordonnance DNA du 24.09.2004 : retrait le suivi penale. De départ de ce moment la, la Direction des enquêtes sur la criminalité organisée et le terrorisme continue de me me harceler, par l`interdit d’occuper un emploi en Roumanie ou de quitter la Roumanie. J’ai été déclaré innocent en 22 octombrie 2009 après 11 années de tourment. J’ai demandé en ecrit au directeur de aeroport de me donner l’emploi ou retour, démontrant que j’ai été expulsé par un abus. Aucune chance. J’ai déposé une plainte vers l`Etat romain. L’étape de processus :
    http://www.tmb.ro/dosare_ecris.php?id_dosar=300000000313136


    • val2002 16 octobre 2010 10:14

      Valentin VASILESCU

      Date et lieu de naissance : 16 juin 1961, Bucarest

      Etudes ; titres scientifiques

      Ecole militaire d’officiers d’aviation « Aurel Vlaicu » ;
      Académie de hautes études militaires, science militaire ;
      Académie nationale d’aviation:licence de contrôleur du trafic aérien international/spécialisation comme instructeur ; spécialiste de management aéroportuaire et gestion des situations de crise survenues suite aux actes terroristes (cours de formation à Dublin - 1998)

      Activité professionnelle

      officier au Ministère de la Défense nationale ;pilote MIG-21 ;
      commandant adjoint à l’Aéroport Otopeni
      député ; membre de la Commission de la défense, de l’ordre public et de la sûreté nationale

      http://www.cdep.ro/pls/parlam/structura.mp?idm=315&cam=2&leg=2000&pag=0&prn=0&par=&idl=3


      • morice morice 16 octobre 2010 11:19

        EXCELLENTS DOCUMENTS..... !!!! une mine véritable et je vous en remercie !!!!


        Incroyables documents ! pilote de MIG-21 et député, c’est une référence, ça...Selon vous, Viktor Bout est donc bien derrière ces avions...
        avez-vous des renseignements supplémentaires sur Air Sofia ?

        The airline was established in 1992 and started operations on 11 February 1992. It is owned by Georgi Ivanov (Managing Director) and Lilian Todorov (President). It employs 150 staff (at March 2007). On March 5, 2007 Bulgaria prohibited five Bulgarian carriers including Air Sofia. The airline relocated to Serbia under a new name,United International Airlines.

        et Air Zory Sofia ?

        • val2002 16 octobre 2010 13:33

          27 Juillet 1989, a Radio Free Europe, le journaliste Douglas Clarke diffusé une émission spéciale intitulée « ROUMANIE un menace militaire pour la Hongrie."
          Il a dit que l’armée roumaine a été dans la fourniture de 20 lanceurs de missiles Scud B, équipés d’ogives chimiques . La portée de ces missiles a été plus de 300 km et il devenue imminente les frappées des villes hongroises par l’armée roumaine du Ceausescu. Lui-même, le general déserteur du Securitate, Ion Mihai Pacepa, réfugiés en États-Unis, a écrit dans ses mémoires, qu’il a vu des missiles Scud dans l’arsenal de l’armée romaine.
          La vérité est que la Roumanie n’a jamais eu missiles Scud dans la dotation, utilisant un combustible liquide ( avec une plage comme distance d’action entr 300-550 km, similaires ceux utilisés par l’Iraq en 1991, contre les villes israéliennes, et contre les troupes américaines en Arabie Saoudite. Les Soviétiques considérés que la Roumanie, faisant partie du deuxième échelon du Traité de Varsovie. Un cercle avec un rayon de 300-550 km de tout point de les frontières de la Roumanie, rencontre seulement du territoire des voisins membre du Traité de Varsovie. armée Hongrois, Bulgare, Polonais ont été dotés avec missiles SCUD avant 1989.
          Les missiles sol-sol qui équipé les troupes de la terre roumaine depuis 1989 sont seulement FROG-3 ( 30 lanceurs montés sur châssis de voiture ) a la base militaire de la localite Tecuci et 20 FROG-7( Luna 2 M ) dans la brigade d`artilerie d` Inau. Similaire à MGR-1-Honest John, MGM-18-Lacrosse, MGM-29 Sergeant d`États-Unis .

          Entre 1995-1997 lees forces armées de la Roumanie ont été trouvés, en l’état de analyse et d’observation par les experts de les Etats-Unis. L`arsenal a été vérifié et l’inventaire des experts militaires du Pentagone, pour l’admission en OTAN.
          Les résultats : en 1997, a la demande des dirigeants militaires d` États-Unis et Israël, les 50 systèmes roumaine d’artillerie roquettes-missiles Frog 3 et Frog 7 ( production soviétique, utilisant un combustible solide ) ont été chargés à bord des navires israéliens transcontainer de la compagnie maritime Zim. Tout s’est déroulé sous la supervision directe du Defense Intelligence Agency aux Etats-Unis, agents du Mossad (service secret israélien) supervise par le chef de la Direction de la sécurité du ministère de la Défense d’Israël Eliezer (Eli) Pincu (né en Roumanie, ex-attaché militaire israélien a mission européenne à Paris) en collaboration avec des agents du Service de renseignement extérieur de la Roumanie (SIE). Les instructions relatives à la classification des renseignements militaires, dire que les données sur ces produits sont exemptés de libre accès des citoyens.
          La version officielle : les missiles avait transportés aux États-Unis, où ils devaient être mis au rebut, en passant par l’Afrique du Sud . Un groupe d’officiers Roumaine de la ministere de Defense et du SIE (service de renseignement étranger) , a assisté à la destruction de l’équipement, parmi eux le lt. gen. SIE Ioan Talpes.
          La mise au rebut "missile a été faite à la suite la décision no. 0103/1997 CSAT,  (Conseil Suprême de Défense du Pais, conduit par le president de la Roumanie ). Il s`agite de la restructuration la composition des grandes unités et les unités militaires a la paix. Qui a pursuivi par la Décision du Gouvernement nr.110/14.04.1997.

          Les choses ont été clarifiées le 13 avril 1999 lorsque  Alex Vines  (Human Rights Watch) a publié une interview avec Richard Cornwall, professeur à l’Institute des etudes de Securite-Pretoria/ Afrique du Sud. L’article était intitulé : “ANGOLA UNRAVELS : The Rise and Fall of the Lusaka Peace Process”. Dans les rapports de surveillance Des Nations Unies apparue en 1998, se sont des mentions qui a identifié le renouvellement de l` arsenal du rebelles  l`UNITA avec 6 MiG-23 avions, 8 hélicoptères, 50 chars T-55, 70 APC et 20-30 lance-roquettes/ missiles Frog 3 et Frog 7- Luna 2M. La témoignage ete confirmés aussi en Angola Peace Monitor, no. 8, V Vol / 29 avril 1999.
          Sean Cleary, Directeur « Des concepts stratégiques Ltd » d’Afrique du Sud,
          entré en possession des documents d’expédition qui accompagnent le transport des navires israéliens transcontainer, chargé dans le port de Constanta. Il a ajouté que, en plus de missiles FROG à bord et il y avait deux hélicoptères IAR-316 B Alouette III. Pincu a forgé le document quand il a désigné la Corée du Nord comme le pays d`exportation, parce que les hélicoptères IAR-316 B Alouette III, n’existe que de l’armée roumaine.
          Sean Cleary a été secrétaire d’ambassade à Washington (1978-1982), puis consul général d’Afrique du Sud aux États-Unis (1982-1983), directeur général du bureau d’administration de la Namibie (1983-1985).


          • morice morice 16 octobre 2010 14:05

            La version officielle : les missiles avait transportés aux États-Unis, où ils devaient être mis au rebut, en passant par l’Afrique du Sud Un groupe d’officiers Roumaine de la ministere de Defense et du SIE (service de renseignement étranger) , a assisté à la destruction de l’équipement, parmi eux le lt. gen. SIE Ioan Talpes.


            et la version non officielle ?

            • Castor 17 octobre 2010 08:26

              J’ai un peu de mal à comprendre...

              Vous êtes valentin vasilescu ?

              Vous seriez donc à la fois député et plaignant dans cette affaire que vous évoquez contre l’état qui vous a privé de votre boulot à l’aéroport ?

              Dites, c’est quoi le parti PRM auquel vous dites appartenir ?

              Morice, pourquoi n’enquêtez-vous pas sur ce monsieur comme vous le faites avec tout le monde ?


              • morice morice 16 octobre 2010 14:16

                attendez y’a mieux encore après.... et y’a une deuxième série en cours ailleurs qui va recouper celle-là !


                là on a quand même un SOMMET : les américains ont RACHETE ce qu’ils avaient OFFERT, et le public US n’en a rien su : et pourtant il l’a senti 2 FOIS DANS SES IMPOTS....

              • morice morice 16 octobre 2010 14:21

                « 
                One of them, Cofer Black, known for his brutality as one of the directors of the CIA, was the one who made contact with Monsanto in 2008 as director of Total Intelligence, entering into the contract with the company to spy on and infiltrate organizations of animal rights activists, anti-GM and other dirty activities of the biotech giant. »


                passionnant en effet.

                However, Scahill has copies of emails from Cofer Black after the meeting with Wilson for Monsanto, where he explains to other former CIA agents, using their Blackwater e-mails, that the discussion with Wilson was that Total Intelligence had become « Monsanto’s intelligence arm, » spying on activists and other actions, including « our people to legally integrate these groups. » Total Intelligence Monsanto paid $ 127,000 in 2008 and $ 105,000 in 2009.

                Scahill est TRES FIABLE.

                Almost simultaneously with the publication of this article in The Nation, the Via Campesina reported the purchase of 500,000 shares of Monsanto, for more than $23 million by the Bill and Melinda Gates Foundation, which with this action completed the outing of the mask of « philanthropy. » Another association that is not surprising.

                Sacré Bilou. L’humanitarisme de Bill Gates m’a toujours paru suspect mais là c’est le pompon !

                Like Monsanto, Gates is also engaged in trying to destroy rural farming worldwide, mainly through the « Alliance for a Green Revolution in Africa » (AGRA). It works as a Trojan horse to deprive poor African farmers of their traditional seeds, replacing them with the seeds of their companies first, finally by genetically modified (GM). To this end, the Foundation hired Robert Horsch in 2006, the director of Monsanto. Now Gates, airing major profits, went straight to the source.

                sur Gates et Monsanto voir mon article sur les graines en bunker....

              • morice morice 16 octobre 2010 14:14

                27 Juillet 1989, a Radio Free Europe, le journaliste Douglas Clarke diffusé une émission spéciale intitulée « ROUMANIE un menace militaire pour la Hongrie.« 


                Radio Free Europe, radio de propagande américaine.
                toujours en service


                la photo montrée d’un MI-8 crashé au Tajikistan (http://en.wikipedia.org/wiki/Rasht_Valley) est celle d’un hélicoptère MI-8 Blanc : un de l’ONU ? NON : des forces spéciales


                abattu par des »militants«  ???

                c’est celui-là
                 »A Tajik military helicopter carrying members of an elite unit has crashed in eastern Tajikistan, killing 28 soldiers.A military source said 21 soldiers from the state national security committee, Alfa special task force, and seven army soldiers died.Tajik armed forces have been engaged in combat in the area after an assault on a military convoy on September 19 that killed 28 soldiers and wounded 12.« 
                abattu par quoi ?
                 »Selon la garde nationale, il a percuté une ligne de haute tension et s’est écrasé dans une rivière alors qu’il était sur le point de se poser sur un terrain d’atterrissage à Racht.« 


                 »Une insurrection islamiste semble gagner du terrain depuis plusieurs semaines au Tadjikistan, une ex-république soviétique d’Asie centrale voisine de l’Afghanistan. Les deux pays ont une frontière commune très poreuse longue de 1.300 kilomètres.
                "

                • val2002 16 octobre 2010 16:06

                  http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/angola/racheta.jpg

                  lance-roquettes FROG-7 ( LUNA 2 M) a reçu de la Roumanie et enseignées par les rebelles UMITA a la force de paix de Nations Unies en vertu de armistice de 1999.


                  • val2002 16 octobre 2010 17:06

                    Le bouclier americaine antimissile en Europe est un grande mensonge. American Media dire que les missiles balistiques intercontinentale Iranienne volerait à la carte :

                    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/angola/316nh2o.jpg

                    Mais la terre est une boule, sphères. Par conséquent, la vraie trajectoire c`est ca :

                    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/angola/iran_icbm_fl ight_path.jpg

                    Il doit noter que sur la main droite ( trajectory to Seattle ), les missiles Iranienne seront survole Moscou. Le bouclier anti missiles balistiques de la Russie a la siège autour de Moscou. Mais c’est stupide ! Parce que ne passe pas une morsure.

                    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/angola/kristensen_0 3.jpg

                    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/angola/2a6s8ea.jpg

                    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/angola/siloz.jpg

                    http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/angola/r9iuzl.jpg


                    • val2002 16 octobre 2010 18:31

                      Maurice, pour autre details, vous pouvez contacte moi a : valentin_vasilescu2002@yahoo.com

                      En particulier sur le lieutenant de Farhad Azima, mr. ASGARI Mehrab, récupérés et utilisés par le service de renseignement étrangers roumain (SIE ), propriétaire de la société Miravia. L’un des vols des compagnies aériennes MIRAVIA ( MRV 601/602 ) à 28 mars 1996, l`avion Boeing 707 enregistré en Liberia comme EL-JNS,appartenant du Avistar Airlines  ( patron Farhad Azima ) a été chargé de 2000 AK-47 a la plate-forme militaire de l’aéroport Bucarest-Otopeni. RAPPORT FINAL DU MÉCANISME DE SUIVI SANCTIONS IMPOSEES ANGOLA ( S/2000/1225 du 21 décembre 2000) indique que les armes sont arrivés à l`aeroport Andulo ( UNITA ). Romtehnica, aussi bien informés , a livré des armes en vertu d`un certificat d’utilisateur final faux pour Lome-Togo. L`intermédiaire ( broker ) ete « Starco investissement et le commerce », enregistré en Israël ( patron Boaz Avigdon).
                      Même course MRV 601, meme MIRAVIA, meme avion EL-JNS, a été chargé d’armes a 1-er mars 1998 a l`aeroport Otopeni-Bucarest.
                      http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/EL-JNS/2Hf_tx_EL-JNS.jpg
                      http://i230.photobucket.com/albums/ee82/vasilescu_album/EL-JNS/3MprogrEL-JNS.jpg


                      • morice morice 16 octobre 2010 18:40

                        merci pour le contact.... 


                        «   l`avion Boeing 707 enregistré en Liberia comme EL-JNS,appartenant du Avistar Airlines  ( patron Farhad Azima ) a été chargé de 2000 AK-47 a la plate-forme militaire de l’aéroport Bucarest-Otopeni. »

                        c’est encore plus précis que le livre indiqué .... et vous avez bien été aux premières loges ! Ces documents, je ne les avais jamais vus... 

                        c’est bien celui-là
                        surpris ici à Ostende en 1990.

                        • alberto alberto 18 décembre 2010 14:20

                          Bonjour, Morice,

                          Je passais par là en y faisant un petit détour par un lien en lisant l’histoire des trafics d’organes...
                          Pour avoir, dans une autre vie, eu à entretenir ces engins je te signale que leur maintenance impose de remplacement des « systèmes pyrotechniques » avant dix ans au risque de tirs foireux et mêmes dangereux pour l’opérateur...Des Stingers de plus de 15 ans risquent d’être plus dangereux pour le lanceur que pour l’objectif !

                          Bien à toi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès