• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Violences contre les femmes : c’est aussi un problème de (...)

Violences contre les femmes : c’est aussi un problème de société...

Certes, la parole se libère depuis l'affaire Weinstein, mais les violences faites aux femmes demeurent dans notre pays trop nombreuses..
 
On les banalise, on les admet, parfois même on va jusqu'à considérer que les femmes sont elles-mêmes coupables des violences qu'elles subissent...

 
Cette journée du 25 novembre est consacrée à la lutte contre les violences faites aux femmes.... Une seule journée, c'est peu devant l'ampleur du problème.
 
Chaque année, on compte les victimes de viols, on dénombre toutes ces femmes mortes sous les coups de leur conjoint.
Chaque année, les chiffres ne varient guère et restent effrayants.
 
En 2016, 123 femmes ont été tuées par leur compagnon, soit une femme tous les 3 jours.
Plus de 85 000 victimes ont déposé plainte pour violences conjugales en 2016 : 9 victimes sur 10 sont des femmes.
Ces chiffres appellent un plan d'action pour enrayer ce qui devient un problème de société gravissime.
Tant de victimes en France ! Comment est-ce possible ?
Les femmes victimes de violences physiques, de violences psychologiques sont particulièrement vulnérables et fragiles : la peur s'installe, elle paralyse, elle annihile les volontés.
Et les femmes se retrouvent, alors, prises au piège de la violence conjugale.

 Les femmes de milieu modeste subissent aussi plus fréquemment des violences sexuelles, des agressions verbales ou physiques à l'intérieur de leur ménage. La crise a tendance à accentuer ce phénomène...
 
Oui, un plan de prévention s'impose pour que cessent de telles ignominies : l'Education nationale a un rôle de formation à jouer, des campagnes de prévention doivent dénoncer tout ce qui relève de la violence.
Il convient de dénoncer aussi et de limiter la pornographie sur internet, d'autant que tous les adolescents y ont accès : la femme y apparaît dégradée, avilie, méprisée.
 
Françoise Héritier disait avec lucidité : "Nous ne vivons pas la guerre des sexes, mais le fait que les deux sexes sont victimes d'un système de représentation vieux de bien des millénaires." 
Ces représentations doivent être bannies, et les hommes eux-mêmes doivent en prendre conscience.
Aujourd'hui, un plan de lutte contre les violences faites aux femmes doit être dévoilé par le gouvernement : espérons qu'il sera à la hauteur des attentes.
 
 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/11/violences-contre-les-femmes.c-est-aussi-un-probleme-de-societe.html

 

Documents joints à cet article

Violences contre les femmes : c'est aussi un problème de société...

Moyenne des avis sur cet article :  1.72/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • phan 25 novembre 2017 17:20

    Après avoir étudié la condition des femmes dans tous les temps et dans tous les pays, je suis arrivé à la conclusion qu’au lieu de leur dire bonjour, on devrait leur demander pardon - Alfred de Vigny (1797-1863)


    • rosemar rosemar 25 novembre 2017 22:29

      @phan

      Depuis l’époque de Vigny, des progrès ont été accomplis, mais il reste encore beaucoup à faire pour protéger les femmes, et faire évoluer leurs droits.

      Merci pour cette citation.

    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 25 novembre 2017 17:21

      Il suffit de savoir que c’est la France, le plus grand pays producteur de la pornographie, qui jacasse sur « les violences faites aux femmes » !


      Et les femmes françaises elles pensent quoi ? Elles sont égales à leurs proxénètes producteurs de la pornographie ! Rien à revendiquer donc !

      • mmbbb 25 novembre 2017 18:05

        @Mohammed MADJOUR tres reducteur comme raisonnement et assez con Les femmes dans les pays arabes subissent des violences notamment en Egypte Au Maroc le roi autorise la pedo criminalite Bon a part vous en avez d autres en stock ?


      • Decouz 25 novembre 2017 19:04

        @Mohammed MADJOUR
        Faux, ce sont les USA, plus précisément la Californie. 

        Mais qui consomme ? Les pays arabo musulmans ne sont pas en reste : 


      • mmbbb 25 novembre 2017 19:22

        @Robert Lavigue Je remercie Dieu de pouvoir lire ces billevesées plutôt que d etre aveugle !


      • rosemar rosemar 25 novembre 2017 21:07

        @Robert Lavigue

        Merci pour ce lien révélateur...

      • rosemar rosemar 25 novembre 2017 21:09

        @Robert Lavigue

        Justement, pas du tout : lisez le lien posté par Decouz...

      • marmor 25 novembre 2017 17:27

        L’imam Madjour vient nous donner des leçons de morale ? Vivement la charia


        • Cateaufoncel 25 novembre 2017 17:41

          Macron en a parlé : il est contre !


          • CHALOT CHALOT 25 novembre 2017 18:13

            Rosemar ! puis je mettre avec votre signature cet excellent texte sur le blog de familles laiques de Melun ?

            merci

            • rosemar rosemar 25 novembre 2017 21:10

              @CHALOT

              Oui, bien sûr : un article à diffuser....

            • mmbbb 25 novembre 2017 18:34

              " Les femmes de milieu modeste subissent aussi plus fréquemment des violences sexuelles, des agressions verbales ou physiques à l’intérieur de leur ménage. La crise a tendance à accentuer ce phénomène..." N ’est ce pas Berger qui méprisait cette gente. Par ailleurs il ne voyait aucune raison éthique a ce que ces femmes louent leur ventre comme d autres louent leur bras pour travailler . La GPA soutenu par LGBT . Ne me dites pas que les ventres des femmes riches vont etre des simples matrices Berger etait de gauche Le microcosme de Paris lui a rendu un vibrant hommage La morale est sauve


              • sarcastelle 25 novembre 2017 22:47

                @mmbbb

                .
                LA GENT EST UN NOM FEMININ SANS « E » A LA FIN, MÊME QUAND C’EST LA GENT FEMININE.
                COMBIEN DE MILLIERS DE FOIS FAUDRA-T-IL LE REPETER !!!!

              • phan 26 novembre 2017 07:52

                @sarcastelle
                Inutile d’hurler ma gente dame, « C’est dommage que t’ayes pas un galant » (Colette, Cl. Paris,1901, p. 7)


              • mmbbb 26 novembre 2017 09:12

                @phan merci de voler a mon secours


              • sarcastelle 26 novembre 2017 10:22

                @phan et mmbbb

                .
                Aussi analphabètes l’un que l’autre ? 
                .
                mmbb qui utilise « gente » comme substantif (qui n’existe pas puisque c’est « gent », et phan qui pour justifier cette faute envoie la définition de « gent » adjectif qualificatif évidemment accordable en genre. 
                .
                ’pristi, les pointures ! 
                .
                Rosemar, c’est votre métier, je crois ? 

              • phan 26 novembre 2017 12:02
                @sarcastelle
                Gent grammaticale et stalinienne : Personnes qui n’ont aucune tolérance d’esprit, d’action, qui calquent leurs actions sur celles des autres violences verbales, labiales, dentales et gutturales.
                Et dans la gent moutonnière des amateurs, l’un possède l’âme bêlante d’une petite femme qui croit que la règle grammaticale, ce sont des chapeaux bien choisis (Barrès, Appel soldat,1900, p. 20).
                Je suis illettré peut être, mais pas du tout analphabète, et depuis quand une faute grammaticale mérite la correctionnelle ?

              • Choucas Choucas 25 novembre 2017 18:48

                Cologne,
                Cafés ouvriers,

                site de prostitution des étudiantes , « Richs meet beautifuls » OFFICIALISÉ
                site « Sugar babies » OFFICIALISÉ
                hidjab, burqa, loi islamique des banlieues,
                location des ventres
                etc.
                Grand silence gêné
                ....
                Les féministes de la gauche compensent leur soumission à la charia et au marché et font diversion avec ce grand barnum médiatique


                • mmbbb 25 novembre 2017 18:53

                  Francoise Heritier , bon d accord mais tout juger a l aune des mentalites du XXI siecle est un contresens historiques Au XVIII siecle l espérance de vie etait a peine de 40 ans en france et le couple etait uni pour la vie tant la vie etait courte et dure Par ailleurs la France etait largement agricole et les travaux des champs nécessitaient des bras vaillants La femme marnait dure l homme marnait dure la vie n etait simplement pas facile et a cette epoque etait benite de Rosmar il n y a pas de futilite de super marche ou on on on nous tente on nous ment etc . Que de banalite de cette anthropologue Quant a notre sociéte c est la culture du resultat donc par nature c ’est la competitive Aux USA les femmes font congeler leurs ovocytes afin de privilegier leur carriere « Ces représentations doivent être bannies » le transgenre l hosexualité sont desormais acceptes La representation de cette femme est bannie depuis tres longtemps sauf pour les femmes voilées cela va de soit quel cécité .


                  • JC_Lavau JC_Lavau 25 novembre 2017 21:45

                    Encore et toujours la propagande, la propagande, la propagande... Et que les hommes sont de méchants bourreaux, et que les femmes sont de gentilles victimes... 

                     
                    Pendant ce temps là, la criminalité féminine est ultra-protégée, « car quand même hein, nous les femmes ont est toutes des victimes, et nous les femmes il faut toutes qu’on se venge ! » 
                     
                    Un peu de littérature féministe militante : 

                    L’ESCLAVE MÂLE : ANIMAL, VEGETAL OU MINERAL ?

                    par Aline d’Arbrant, professeur à l’I.M.E.G.(1) de France
                    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


                    Les Femmes dominantes, propriétaires d’un ou plusieurs esclaves, ont souvent une vision trop sommaire de la psychologie des mâles qui les servent. Elles ont tendance (mais c’est une réaction très normale dès qu’on commence à prendre l’habitude de la soumission des mâles) à assimiler leur esclave à un objet, à un robot domestique dénué de sensations ou de psychologie. C’est une erreur. Certes, le soumis mâle a une psychologie très rudimentaire qui l’assimile plus à l’animal qu’à l’être humain. On l’éduque comme un âne avec la carotte et le bâton, on le dresse comme l’écuyère dresse son cheval de cirque, on le fait agir par réflexe conditionné comme les chiens de Pavlov... Ceci est parfaitement exact. Cependant son systême de pensée mérite tout de même quelque analyse, aussi brève et succincte soit elle. Nous avons vu dans un autre article (2) que le soumis devait intérioriser les goûts et les idées de sa Maîtresse tout en tentant au maximum de se rapprocher d’elle par l’imagination permanente, et en temps réel, de ses sensations de Femme supérieure dont il ne peut avoir naturellement la moindre idée. Ce dépassement psycho-sensoriel auquel le soumis doit être astreint en permanence pour tendre vers l’idéal féminin, auquel il ne peut bien sûr pas prétendre, peut également être transcendé dans un progressif renoncement cognitif.

                    Son état hybride, mi-humain mi-animal, est souvent inconfortable pour l’esclave. Son esprit toujours tendu vers les sensations inconnues et hors de son atteinte qu’éprouvent les Femmes supérieures, et sa Maîtresse en particulier, les travaux qu’il effectue quotidiennement pour elle et l’adoration qu’il lui voue en silence, l’aident sans doute à vivre son infériorité naturelle et son destin servile mais, hélas, ne peuvent suffire à lui faire oublier sa profonde inutilité générique.
                    C’est pour cela que, souvent sous l’impulsion d’une Maîtresse un peu psychologue mais quelquefois par quelque pulsion personnelle, s’enclenche chez l’esclave un véritable processus de réification qui est très loin d’être dommageable, tant pour lui même que pour sa Maîtresse a fortiori.

                    Il y a, nous semble-t-il, trois grandes étapes à cette intéressante « chosification » du mâle.

                    La première est en quelque sorte « immobilière ». Le soumis entre dans une maison ou un appartement auquel il va être rivé (au sens figuré, mais aussi souvent au sens propre). Il appartient à la demeure de sa Maîtresse autant qu’à elle-même. Son horizon de vie (laquelle est devenue par nature essentiellement domestique) est limité par ses murs et l’une des tâches principales qu’il doit accomplir est de veiller à la propreté et au rangement de tout ce qui est enfermé entre ses murs. Son identification première avec l’espace immobilier dans lequel il est placé, parfois auquel il est enchaîné définitivement (3), est un premier pas dans le processus de réification du soumis mâle.

                    La seconde étape est « mobilière ». Le mâle attaché à un lieu, et dont la fonction principale est de veiller à l’entretien de celui-ci et de ce qu’il contient, parfois à cause de la façon dont il est maltraité ou simplement ignoré par la population féminine qu’il doit servir ou, très souvent aussi, grâce à une conscience aiguë et intrinsèque de son infériorité naturelle, sent obscurément qu’il est utilitairement et psychologiquement beaucoup plus proche des meubles de la maison que des Femmes, par trop supérieures à lui, qui y vivent régulièrement.
                    D’ailleurs, il accepte très facilement (voire apprécie dès les premiers jours de son asservissement !) d’être utilisé longuement comme n’importe lequel des autres meubles de sa Maîtresse (4). Ces autres meubles, qui sont en définitive ses principaux compagnons, peuvent devenir aussi ses rivaux. Un bon soumis utilisé comme repose-pieds par une Femme aura à coeur de rester au moins aussi stable qu’un vulgaire tabouret de bois. Il serait vexé de se voir préférer son compagnon d’essence végétale ! A l’inverse, il se montrera fier de pouvoir, contrairement à son confrère portemanteau, s’avancer jusqu’à celle qui aura suspendu, par exemple, ses vêtements de pluie et son chapeau à ses bras tendus ou sur sa tête.
                    Peu à peu, cette fonction mobilière du mâle doit prendre le pas sur toutes ses autres fonctions plus animales jusqu’à, par exemple, ne plus croire qu’il est un esclave en train de laver le linge de sa Maîtresse mais bel et bien un lave-linge perfectionné en cours d’utilisation par celle-ci ou une autre Femme sachant le faire fonctionner.

                    Enfin, fétichisme aidant, l’esclave se met souvent à envier puis jalouser les vêtements ou les sous-vêtements de sa Maîtresse, surtout quand celle-ci lui interdit tout contact direct avec son corps divin de Femme. Pendant la lessive à la main d’un soutien-gorge ou d’une culotte, ou lors du repassage méticuleux d’une robe, le mâle soumis imaginera ce joli linge collé à la peau de sa Maîtresse, frôlant sans cesse son corps et ses formes, s’imprégnant de son parfum et de son odeur intime, tous plaisirs à lui interdits. Aussi appréciera-t-il d’autant plus le choix que la Femme peut faire de choisir un placard comme lieu de remisage de son esclave. Les étages supérieurs de ce placard étant réservés aux vêtements, sous-vêtements ou chaussures de sa Maîtresse, l’étage inférieur affecté au mâle pour ses périodes de repos ou quand sa présence est indésirable dans les pièces résidentielles des Femmes. 

                    Lentement mais inéluctablement, le sujet soumis s’objectivise et devient une chose utile. Le processus de réification est accompli.

                    Objet « pensant », certes, mais objet tout de même, le mâle gagne à être très rapidement « chosifié » et assimilé au reste du trousseau de sa Maîtresse. Tout y gagne en clarté dans les rapports Femme/mâle (ou Maîtresse/esclave, ce qui revient au même). Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place, dit la sagesse populaire. La Femme dominante aura a coeur de faire pénétrer cette maxime dans ce qui sert de cerveau à son esclave, tout en lui faisant bien comprendre qu’il est bel et bien devenu réellement une chose, sa chose, et qu’il doit rester définitivement à sa place de chose, pour laisser vivre les Femmes à leur place de Femmes.


                    (1) Institut Mixte d’Education Gynarchiste.

                    (2) Vivre la vie de sa Maîtresse, apprentissage et réussite de la vraie servitude masculine.

                    (3) Dans le monde futur entièrement gynarchisé que nous souhaitons, pourquoi ne pas donner le statut d’« immobilier » à certains esclaves mâles qui pourraient être cédés, dans les transactions immobilières de particulière à particulière, en même temps que le logement auquel il serait affecté et rivé, comme l’évier, la baignoire ou le trône des toilettes ? Cette mesure présenterait l’avantage d’avoir un esclave toujours parfaitement au courant de l’entretien nécessaire à toutes les parties du logement en cours de cession. Certains appartements pourraient même prendre une certaine valeur immobilière grâce au mâle qui y serait fixé.

                    (4) Tabouret, lampadaire, table, porte-manteau, etc., les possibilités mobilières d’un mâle sont innombrables... 

                    doc.oluo.fr/carp_soumis/esclavemale.pdf


                    • JC_Lavau JC_Lavau 25 novembre 2017 21:46

                      @JC_Lavau. Oups ! Faute de grammaire. « car quand même hein, nous les femmes on est toutes des victimes, et nous les femmes il faut toutes qu’on se venge ! » 


                    • sarcastelle 25 novembre 2017 22:55

                      Rassurez-vous Rosemar, nous aussi nous savons dépêcher nos compagnons !

                      .
                      .
                      Nous en liquidons il est vrai seul pour cinq femmes victimes, mais imaginez que ce soit nous qui ayons l’avantage de la force musculaire.
                      .
                      Et quand ils nous tuent, Hollandouille ne les gracie pas.
                      .
                      Continuez avec les salades des agnelles dévorées par les loups : ils sont si cons que plus c’est gros et plus ils ramperont ! 
                       




                      • sarcastelle 25 novembre 2017 22:55

                        Rassurez-vous Rosemar, nous aussi nous savons dépêcher nos compagnons !

                        .
                        .
                        Nous en liquidons il est vrai seul pour cinq femmes victimes, mais imaginez que ce soit nous qui ayons l’avantage de la force musculaire.
                        .
                        Et quand ils nous tuent, Hollandouille ne les gracie pas.
                        .
                        Continuez avec les salades des agnelles dévorées par les loups : ils sont si cons que plus c’est gros et plus ils ramperont ! 
                         




                        • rosemar rosemar 25 novembre 2017 23:03

                          @sarcastelle

                          C’est bien connu : Bis repetita placent !

                        • rosemar rosemar 25 novembre 2017 23:06

                          @sarcastelle

                          Plus sérieusement, souvent, quand les femmes tuent leur conjoint, c’est qu’elles ont été victimes de violences.

                        • Balamou Balamou 26 novembre 2017 00:26

                          @rosemar
                          À vous entendre Lady Macbeth ne serait qu’une douce brebis égarée.
                          ET.........
                          Dalila aurait subi des violences de la part de Samson ......
                          ......
                          Vous êtes bien sûr de ça ?
                          ...
                          Mme Veuve Forestier épouse Du Roy du Cantel est-elle à votre avis plus ou moins perfide et avide que son nouveau mari. ?
                          .
                          Valmont pire que Merteuil ????
                          Allons........
                          Sorour Arbabzadeh27, dite « Yalda » ou « Emma », qui a volontairement joué la chèvre est-elle bien mieux que Youssouf Fofana ?? ?
                          .
                          Si le féminisme ne sort pas des clichés et de leurs ornières je le vois bien mal parti..


                        • JC_Lavau JC_Lavau 26 novembre 2017 00:37

                          @rosemar. Propagande standard, misandrisme victimaire standard. Citations :

                          Un homme qui a des problèmes au lit est un « impotent ».
                          Une femme qui a des problèmes au lit est avec un « impotent ».

                          Une fille qui joue à des jeux vidéo est une femme forte et compétitive dans un milieu dominé par les gars.
                          Un gars qui joue à des jeux vidéo est un nerd qui risque d’attaquer son école secondaire avec un plan terroriste tout droit sorti de Counter Strike.

                          Si une femme prend du poids, c’est qu’elle a des problèmes.
                          Si un homme prend du poids, c’est qu’il se néglige et ne fait pas assez d’exercice.

                          Si une femme quitte son mari et ses enfants, c’est qu’elle n’était plus heureuse et qu’elle veut s’épanouir.
                          Un homme qui quitte sa femme et ses enfants est un salaud qui veut courir la galipote.

                          Une femme qui se promène avec des vêtements super moulants affirme sa sexualité.
                          Un homme qui regarde les seins et les fesses d’une femme qui se promène avec des vêtements super moulants est un cochon.

                          Une femme qui « prend des vacances sexuelles » le fait pour se divertir et se valoriser.
                          Un homme qui « prend des vacances sexuelles » est un désaxé et devrait suivre une thérapie.

                          Une femme infidèle qui refuse de partir avec son amant a le sens des responsabilités.
                          Un homme infidèle qui ne rompt pas avec sa femme et ses enfants est un lâche.

                          Un homme d’affaires est un méchant néolibéral qui exploite ses employés et les enfants du tiers-monde.
                          Une femme d’affaires est une super woman dynamique.

                          Si une femme est frigide, c’est probablement à cause d’un traumatisme qu’un homme lui a causé dans son enfance.
                          Un homme qui ne bande pas est un looser.

                          Une femme qui dépense 300$ en fringues, c’est normal.
                          Un homme qui dépense 50$ pour un outil, c’est de la folie.

                          Une femme qui travaille en service de garde aime les enfants, est capable d’en prendre soin et de répondre à leurs besoins.
                          Un homme qui travaille en service de garde est louche.

                          Porno
                          Une femme qui tourne des films pornos est une rebelle qui participe à renverser les stéréotypes sexuels en affirmant que la gente féminine a le droit d’assumer haut et fort son désir et ses fantasmes.
                          Un homme qui tourne des films pornos est un vieux cochon.

                          Violence
                          Une femme qui bat ses enfants est une victime de la société qui mérite notre compassion, notre pardon et notre compréhension.
                          Un homme qui bat sa femme est un écoeurant qui mérite d’être jeté en prison.

                          Amour de la jeunesse
                          Une sexagénaire ridée qui sort avec un homme de 30 ans est une battante qui mord dans la vie, lutte contre les préjugés et prouve qu’il n’y a pas d’âge pour aimer.
                          Un sexagénaire ridé qui sort avec une femme de 30 ans est un vicieux.

                          Infidélité
                          Une femme qui trompe son mari est une hédoniste qui fuit les liens étouffants du mariage pour renouer (enfin !) avec sa sexualité endormie.
                          Un homme qui trompe sa femme est un être irresponsable, égoïste et infantile.

                          Divorce
                          La femme divorcée veut obtenir la garde de ses enfants parce qu’elle les aime.
                          L’homme divorcé veut obtenir la garde de ses enfants parce qu’il ne veut pas payer de pension alimentaire.

                          Rock
                          Mick Jagger est un vieux croûton pathétique qui continue de chanter pour pouvoir baiser des jeunes filles.
                          Cher est une artiste accomplie qui prouve que l’énergie créatrice ne diminue pas avec l’âge.

                          Danses à six
                          Une femme qui va dans un club de danseurs le fait d’abord et avant tout pour avoir du fun, rire avec ses chums de filles et jeter un regard ironique sur le vieux pattern de la domination sexuelle.
                          Un homme qui va dans un bar de danseuses est un voyeur qui se masturbe dans les toilettes.

                          Agressivité
                          Une femme qui boxe est un modèle, car elle montre à toutes les jeunes filles que l’agressivité peut être une force constructive.
                          Un homme qui boxe est un moron qui gagne sa vie en tapant sur les autres.



                          Là où la propagande patine, c’est au sujet des violences conjugales entre lesbiennes. Là c’est plus acrobatique de trouver le mâle à accuser.

                        • mmbbb 26 novembre 2017 09:15

                          @rosemar CQFD les femmes sont d eternnelles victimes Entre les femmes au pouvoir et les barbus, je choisi les derniers, vous aussi extrémistes 


                        • Graal 26 novembre 2017 09:44

                          @rosemar
                          « quand les femmes tuent leur conjoint, c’est qu’elles ont été victimes de violences. »
                          Quand je fais répéter quelque chose à ma femme, elle dit que je suis sourd. Quand c’est elle qui entend mal, c’est que je marmonne...


                        • sarcastelle 26 novembre 2017 10:12

                          @rosemar

                          .
                          quand les femmes tuent leur conjoint, c’est qu’elles ont été victimes
                          .
                          Evidemment !!!!
                          Je plaisantais, voyons. 
                          Quel intérêt une femme pourrait-elle trouver à tuer, mentir, escroquer (prestation compensatoire à vie, ou encore article 285-1 du code civil), exploiter, et d’une façon générale mal se conduire ? 
                          L’analyse de l’ADN est formelle : l’homme est seul à se comporter ainsi quand son intérêt l’y conduit. 

                        • JC_Lavau JC_Lavau 26 novembre 2017 11:28

                          @rosemar : « souvent, quand les femmes tuent leur conjoint », c’est pour éliminer un témoin gênant, et un ayant-droit de trop. Voire l’hétérosexuel de trop...

                           
                          Il est intéressant aussi de voir leurs mobiles quand elles tuent leur enfant, ou l’enfant de leur conjoint.
                           
                          Variante : on peut faire tuer son fils par sa bru. Guerre sexiste oblige !

                          Pour Christine Moreau, que le procureur Hontang a su faire sortir libre de la salle d’audience, sa « légitime défense » est qu’Alexis à dix ans commençait à ressembler physiquement à son père. Ressembler physiquement à son père, mais cela crie vengeance ! 
                          http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,4.msg12.html#msg12
                           
                          Voir aussi l’homme battu à mort, resté deux ans dans le congélateur :

                        • capobianco 28 novembre 2017 08:23

                          @Graal
                          Très drôle, c’est exactement cela !



                          • Le421 Le421 27 novembre 2017 10:01

                            @JC_Lavau
                            Preuve évidente que la connerie est bien ce qui est le mieux distribué, tous sexes confondus !!  smiley


                          • JC_Lavau JC_Lavau 26 novembre 2017 10:25

                            http://caton-censeur.org/resources/egale_homme.jpg
                            Pas d’image en commentaires, juste son adresse.
                            Premier panneau : Les hommes sont lâches, égoïstes, immatures.

                            Second panneau : La femme est l’égale de l’homme.

                            • OMAR 26 novembre 2017 19:48

                              Omar9
                              .
                              @rosemar : « ’Tant de victimes en France ! Comment est-ce possible ? »

                              Votre collègue Chrib a abordé le même sujet sous la forme d’une caricature.
                              Sauf que celle-ci présente une arabo-musulmane et non pas une française ou une européenne.
                              https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/dessin-du-jour/article/ruban-blanc-199070?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29
                              .
                              Alors, voilà pourquoi tant de victimes en France, devient possible.


                              • Hector Hector 27 novembre 2017 10:47

                                Ah les pauvres Femmes !! Les Hommes sont si méchants !! C’est vrai qu’ils sont les seuls à savoir faire souffrir.
                                Au cours de ma ( déjà longue ) vie, j’ai vu des hommes totalement détruits psychologiquement par le comportement de leurs Femmes et qui n’étaient pas particulièrement violents, bien au contraire.
                                Ceci explique peut être cela, bien que la violence ne résolve jamais rien.


                                • Armelle Armelle 27 novembre 2017 10:53

                                  Encore un détournement, encore une prise d’otage maladroite...
                                  L’ignorance engendre les mauvaises analyses Rosemar, et évidemment il faut encore que ça tombe sur vous, c’est terrible !!!
                                  Le problème ne peut intégrer une notion de sexe, c’est juste le problème de la violence, au sens large du terme !!! Alors pourquoi l’orienter ? C’est quoi votre truc ?

                                  ...Une preuve ;
                                  http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/04/10/hommes-battus-des-chiffres-pour-comprendre-une-realite-meconnue_4613224_4355770.html

                                  Moi franchement je m’inquiète quand je lis ce genre d’ânerie car il faut que vous sachiez qu’Agoravox est accessible à tout âge, alors imaginez une seconde l’impact que ce genre d’écrit peut avoir sur des adolescentes ?
                                  C’est une honte, vous êtes une irresponsable
                                  Sur la forme, rien à dire (ce serait un comble !!!) en revanche sur le fond, la note c’est 2 maxi, pour l’effort de recherche (2 ou 3 chiffres cités ça et là)
                                  A privilégier la culture au détriment de l’intelligence et du bon sens, je ne donne pas cher à notre civilisation


                                  • Taverne Taverne 27 novembre 2017 12:02

                                    Le camp du bien contre le camp du mal ?

                                    Et comme c’est un problème de société (qui est faite autant d’hommes que de femmes), il doit faire l’objet d’une prise de conscience par toute cette société et non pas faire l’objet d’une attaque systématique d’un camp (celui des femmes qui se voudrait le camp du bien) contre le camp des hommes (le mal !). Il ne sortira rien de positif d’une telle guerre stupide.

                                    C’est pourquoi, le plan présenté par Macron est juste et équilibré et qu’il a aussi bien fait d’alerter sur les dangers des dérives vers la délation (y compris pour les victimes elles-mêmes). En tant que chef de l’Etat, il a cette responsabilité.

                                    L’Etat doit faire ce qui est juste et ce qui relève de sa sphère d’intervention : justice, éducation, formation des professionnels à l’écoute et à l’accompagnement.... La société (hommes et femmes ensemble) doit faire le reste. C’est une question de responsabilité collective et de responsabilité de chaque adulte pris isolément.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès