• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vive le libéralisme ! Les nouveaux manuels d’histoire ont été (...)

Vive le libéralisme ! Les nouveaux manuels d’histoire ont été publiés...

Une réforme des programmes d’histoire a été initiée par le gouvernement de N. Sarkozy et avec eux des livres flambant neufs viennent d’être publiés. Surprise ! On n’y perçoit aucune critique du capitalisme. Le parti socialiste, d’après les rédacteurs de ces manuels n’est plus vraiment socialiste.

Chez l’éditeur Belin le libéralisme est mis à l’honneur dès la 2ème page, le socialisme est relégué à la page 312 …

Les éditons Nathan oublient malencontreusement de définir le socialisme dans le lexique mis à la disposition des élèves. On peut se poser dès lors cette question : "Le socialisme existe-t-il toujours ?" Pourtant, le libéralisme a droit, lui,à une superbe définition : "Le libéralisme veut assurer l’enrichissement général ". On croit rêver, on en oublierait tous les chômeurs, les laissés pour compte, les miséreux, les exclus, les sans logis…On trouve aussi une biographie de François Mitterrand, hors cours, à la fin du manuel. Pour le coup, la charge est assez violente : « Issu d’un milieu de droite…, il dirige la Vème République pendant 14 ans, incarnant d’abord l’alternance et les grandes réformes, puis la conversion du socialisme à la "rigueur" ».

Autre surprise et non des moindres : les nouveaux livres n’évoquent plus la fiscalité, les impôts. Aucun mot, non plus sur les travailleurs pauvres..

Cerise sur le gâteau : la mondialisation est présentée comme inévitable, comme une lame de fond : rien ne pourra l’arrêter !

Quant à l’état providence, il n’a plus vraiment de pouvoirs : le chômage rend difficile le financement de l’état…

Les idéologies semblent complètement s’effacer et c’est désormais l’économie qui gouverne le monde : impossible de résister au capitalisme…

La révolution elle-même paraît impossible : un seul exemple est donné : celui de la révolution russe qui conduit inéluctablement au goulag.

En résumé, en histoire, les institutions défendent le libéralisme et les éditeurs se soumettent aux pouvoirs en place. Où est la diversité des opinions, où est la liberté de penser ? Les jeunes esprits sont donc destinés à être conditionnés à un système unique, omnipotent qui n’admettrait aucune opposition, aucune contestation..

Un tel parti pris paraît inadmissible : l'histoire doit faire preuve d'objectivité et se doit de présenter différents points de vue afin de susciter la réflexion... L'enseignement ne doit pas être un endoctrinement mais une ouverture sur le monde...

Source : Marianne.

Documents joints à cet article

Vive le libéralisme ! Les nouveaux manuels d'histoire ont été publiés...

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • lsga lsga 11 juin 2012 11:32

    J’ai passé une grande partie de ma scolarité à me battre avec les professeurs d’Histoire et à les empêcher d’enseigner leur doctrines petites bourgeoises.

    Le niveau élevé de rémunération des professeurs relativement au reste de la population, niveau que Sarkozy voulait encore relevé, est favorable à ce glissement idéologique de l’éducation nationale.


    • AntoineR 11 juin 2012 12:18

      En paupérisant les profs, on rétablirait donc la vérité ?!?

      Je suis déjà inquiet de voir que dans notre société on paye plus un agent immobillier qu’un prof. Mais selon vous, il faudrait aller encore plus loin ?




    • lsga lsga 11 juin 2012 13:01

      Désolé, je suis communiste, c’est à dire matérialiste.
      Je considère donc que nos conditions d’existence déterminent notre représentation du monde.

      Ce n’est pas pour rien que Sarkozy voulait augmenter les revenus des enseignants, et ainsi continuer à creuser le fossé qui existe entre les enseignants et le reste de la population.

      Concrètement  : nous avons besoin plus que jamais d’enseignants de gauche, aimés et respectés par leurs élèves.

      Des enseignants de gauche, ce ne sont pas des petits bourgeois qui gagnent 2.500€ par mois, qui ont 4 mois de vacances, et qui transmettent de la propagande bourgeoise sous le prétexte que c’est au programme.

      Des enseignants de gauche, ce sont des personnes qui vivent en HLM avec leurs élèves, ce sont des enseignants qui travaillent 35h par semaine comme les parents de leurs élèves, ce sont des enseignants capables de rester dans leurs lycées et collèges pendant les vacances pour enseigner le français aux parents de leurs élèves, ce sont des enseignants qui enseignent les fondamentaux de la lutte des classes à leurs élèves et leurs parents.

      Actuellement, nous avons des petits bourgeois qui font des grèves et des manifestations pour protéger leur niveau de vie ; pas des salariés conscients d’être des prolétaires et luttant pour l’émancipation de l’ensemble de leur classe sociale.

      L’enseignement est l’élément fondamental de la lutte des classes.
      La médiocrité politique des enseignants est la principale cause de la perte des acquis sociaux depuis les années 80.


    • Dazen-Li 11 juin 2012 13:36

      AntoineR vous a posé une question : vous n’y avez pas répondu !
      Je me permets donc de dire qu’entre l’éducation nationale et le monde de l’immobilier, il y a le concept de PROFIT, ce qui rends impossible toute comparaison de « revenus ».... et que cette société qui est nôtre n’a pas pour objectif la vie mais l’argent. Ceci explique cela.
      Ceci étant dit, être communiste ne signifie plus (depuis l’abolition de la lutte des classes) être partisan de l’exploitation des enseignants par une idéologie dominante, fût-elle (ou plutôt se réclamât-elle d’être) communiste.
      Une autre société, oui, mais de grâce, tirez les leçons de l’histoire, justement !
      J’imagine bien une révolution citoyenne qui aboutit à une augmentation, non des revenus mais de la qualité de vie de tous .... ce qui passe effectivement par une vraie qualité de l’enseignement et de l’éducation, dans et hors l’école....
      Et cela n’a rien à voir avec une sélection des enseignants basée sur « la foi », le dénuement et l’engagement « militant ».
      Cessez de vouloir toujours revenir aux vieux schémas des idéologies totalitaires soit disant utopiques !
      L’avenir est à inventer ! Faites donc confiance aux humains !


    • tikhomir 11 juin 2012 14:25

      "Des enseignants de gauche, ce sont des personnes qui vivent en HLM avec leurs élèves, ce sont des enseignants qui travaillent 35h par semaine comme les parents de leurs élèves, ce sont des enseignants capables de rester dans leurs lycées et collèges pendant les vacances pour enseigner le français aux parents de leurs élèves, ce sont des enseignants qui enseignent les fondamentaux de la lutte des classes à leurs élèves et leurs parents."

      Ils sont capables de tout ça, le problème c’est qu’ils sont en grève... smiley Et puis ils sont censés être profs, pas propagandistes.


    • rosemar rosemar 11 juin 2012 18:31

      Bonsoir Isga 

      « niveau élevé de rémunération des professeurs » ??? faut vous renseigner :les enseignants en France n’ont pas du tout un niveau élevé de rémunération ,en regard des études ,des diplômes souvent difficiles à décrocher...
      Si les profs étaient bien payés ,si leur métier était attractif ,l’éducation ne connaîtrait pas cette crise des vocations qui est si préoccupante en France...

    • rosemar rosemar 11 juin 2012 18:43

      à Isga 

      A nouveau ,il faut vous renseigner :N. Sarkozy n’a en rien augmenté le salaire des profs ,il a même fait en sorte de dévaloriser cette profession :suppression de l’année de stages pour les jeunes profs ,suppression de la CPA ,suppression de postes etc.

    • lsga lsga 11 juin 2012 21:35

      En 2s :


      ,en regard des études ,des diplômes souvent difficiles à décrocher...

      En regard des populations cotoyés.

      La différence entre une armée impériale et un mouvement révolutionnaire, c’est que dans le mouvement révolutionnaire, le général vit comme ses troupes. 

      Le décalage entre le niveau de vie des enseignants dans les milieux populaires et leurs élèves implique nécessairement une tension sociale entre eux. 

      Ce phénomène est mécanique, il est souhaité par la Droite. 

      Profs : Prenez donc sur vos vacances pour enseigner le Français à nos camarades immigrés, aux parents de vos élèves. 

    • rosemar rosemar 11 juin 2012 21:45

      Isga 


      Les profs exercent un métier de plus en plus difficile ,avec des élèves parfois inadaptés au système scolaire...ils ont besoin de vacances pour corriger des copies ,préparer de nouveaux cours (:les programmes changent régulièrement),pour se reposer aussi ...
      Plus personne ne veut être prof ...pourquoi ??à votre avis ?

    • lsga lsga 11 juin 2012 22:46

      .pourquoi ??à votre avis ?


      Car le temps de l’Extrême Droite et du nazisme est revenu. 
      Préparez-vous à vous planquer,
      Préparez-vous à collaborer,

      c’est ce que vous allez faire tous, dans votre immense majorité. 

    • rosemar rosemar 11 juin 2012 22:50

      à Isga 

      à force de critiquer les profs , vous allez décourager tous les jeunes de s’engager dans cette profession :un peu de réflexion !!

    • lsga lsga 11 juin 2012 23:43

      j’aimerais bien que Ségolène Royale gagne son perchoir, et qu’elle propose comme elle avait prévu que les professeurs donnent des cours de français aux immigrés pendant les grandes vacances. 


      dans le même genre : j’aimerais bien que les dentistes, les prothésistes, les radiologues, les magistrats, etc... voit le nombre de postes à leurs concours multiplié par deux quitte à ce que leur salaire soit diviser d’autant. 

      Les 35h : ça va dans le bon sens.
      Partageons le travail.


    • Robert GIL ROBERT GIL 11 juin 2012 11:33

      « Le capitalisme, c’est la croyance stupéfiante selon laquelle les pires des hommes vont faire les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde »…J.M.KEYNES

      Voir ci-dessous l’illusion liberale :

      http://2ccr.unblog.fr/2012/05/23/illusion-liberale/


      • Alpo47 Alpo47 11 juin 2012 12:02

        Comme toujours, ce sont les vainqueurs, même momentanés, qui écrivent l’histoire. Qui croit encore que nos livres d’histoire nous relatent la réalité ?


        • Hermes Hermes 11 juin 2012 14:01

          Quel gachis, tout juste bons pour le pilon !


        • rosemar rosemar 11 juin 2012 18:33

          Bonsoir Hermes

          Désormais les livres sont renouvelés tous les 4 ans environ...Il faut aussi faire tourner l’industrie de l’édition....

        • Luxum Luxum 11 juin 2012 23:23

          Je ne sais pas qui a « moinssé » mais à l’évidence le post de rosemar était ironique.


        • foufouille foufouille 11 juin 2012 12:07

          « Le libéralisme veut assurer l’enrichissement général »
          en theorie uniquement ...........


          • tesla_droid84 11 juin 2012 14:43

            Oui, les glands qui vote UMP votent pour eux par espoir d’en croquer un jour ou parcequ’en touchant 4000/5000 par mois se pensent riche.

            Ce de gauche n’offre qu’une lutte de facade, aujourd’hui le socialisme c’est avoir Valls au finance, le soutient de Pigasse, son copain de promo H de Castrie président d’AXA et Bilderberg depuis peu...



          • Luxum Luxum 11 juin 2012 23:25

            @foufouille

            Vous parlez du libéralisme en tant que doctrine philosophique (qui dans ce cas se rapproche de l’anarchisme) ou bien du libéralisme en tant que doctrine économique (qui dans ce cas est une escroquerie).


          • spartacus spartacus 11 juin 2012 12:13
            Voici les pays ou il y a eu un socialisme et le résultat sur leur population :

            URSS 20 millions de morts
            Chine 65 millions de morts
            Vietnam 1 million de morts
            Corée du Nord 2 millions de morts
            Cambodge 2 millions de morts
            Europe de l’Est 1 MILLION DE MORTS
            Amérique Latine 150 000 morts
            Afrique 1,7 millions de morts
            Afghanistan 1,5 millions de morts
            Mouvements révolutionnaires communistes 1 million de morts.

            Le socialisme, ils n’en parlent pas assez effectivement !

            • xbrossard 11 juin 2012 12:53

              @spartacus


              vous avez oublié :

              USA : 100 millions d’indiens exterminés par appât du gain d’une bande de rapaces capitalistes avec l’appui du gouvernement naissant et payé par eux...

              1 ère guerre mondiale : 9 millions de morts, pour cause principale de rivalités économique de grandes nations capitaliste et colonialiste

              2 ème guerre mondiale : 62 millions de morts, suite à la montée du nazisme en réaction à la crise économique de 29

              total : au moins 250 millions de morts...beau score aussi pour le capitalisme

              maintenant on peut continuer comme ça longtemps les enfantillages entre socialiste et capitaliste...tant que personne ne voudra être adulte et accepter la démocratie économique


            • spartacus spartacus 11 juin 2012 15:28

              1ere guerre mondiale :

              La france sauvée par les « méchants américains libéraux »
              Un certain Lénine fut amené de Suisse en Russie par l’allemagne pour créer une révolution Bolchévique !

              2eme guerre mondiale :
              La france sauvée par les « méchants américains libéraux »
              La guerre est déclenchée conjointement par l’axe Germano Soviétique contre la pologne. 

              Merci les libéraux !
              Nazisme, communisme idéologies monstrueuses !

            • Lea Andersteen Lea Andersteen 11 juin 2012 17:54

              A comparer aux nombres de gens morts du tabac, une industrie ultra libérale très rentable.
              5 millions de morts par an. On en vend en masse depuis les années 50 avec un marketing des plus édifiants.

              En une vingtaine/trentaine d’année, l’industrie du tabac a tué plus que tous les « socialismes » que vous accusez, Spartacus. Si tenté que ces régimes soient réellement une application de l’idéologie socialiste.

              Et l’industrie du tabac n’est que la face émergée de l’iceberg : pollution, deforestation, empoisonnement des populations... Bien des morts dissimulées sous le vocable de « cancer ».


            • rosemar rosemar 11 juin 2012 19:00

              plus les millions de pauvres ,qui crèvent de faim parfois dans un monde où le capitalisme triomphe...


            • tf1Goupie 11 juin 2012 19:12

              Si il y avaient des centaines de millions de Chinois qui crevaient de faim il y a quelques décennies c’était la faute du communisme, pas du capitalisme, Rosemar, vous êtes beaucoup trop partiale.....

              Si votre idée c’est que les profs enseignent sur leurs propres convictions, effectivement on n’est pas sortis de l’auberge.

              Et après ça les enseignants vous mettront la laïcité au pinacle ; la laïcité c’est la neutralité d’opinion, et pas seulement en religion : en politique également !


            • rosemar rosemar 11 juin 2012 19:17

              à tff1 Goupie 

              je ne suis pas en train de défendre le communisme ou plutôt le prétendu communisme chinois ,je dénonce un système où le profit de certains écrase les plus humbles ,les plus démunis ...

            • rosemar rosemar 11 juin 2012 19:19

              Je dénonce justement le manque de neutralité de ces ouvrages qui privilégient une idéologie :celle du capitalisme .


            • spartacus spartacus 11 juin 2012 19:31

              Comme si il y en avait une autre crédible.

              Toutes les autres on prouvé leur iniquité et leur sectarisme.

            • tf1Goupie 11 juin 2012 20:13

              Passer son temps à dénoncer n’est pas très productif.

              Et puis reprocher de trop parler du système capitaliste alors que vous dites vous-même qu’il est omni-présent sur la planète, c’est un peu fort de café !!!!

              Que vous l’aimiez ou pas ne doit pas être la question si voulez enseigner honnêtement.
              Une étude approfondie du capitalisme est incontournable, à partir du moment où c’est le modèle économique dominant, et de loin.


            • foufouille foufouille 11 juin 2012 20:32

              "Si il y avaient des centaines de millions de Chinois qui crevaient de faim il y a quelques décennies c’était la faute du communisme, pas du capitalisme, Rosemar, vous êtes beaucoup trop partiale.....« 

              ca devait etre l’epoque de l’operation »bol de riz" dans les colleges
              a la faim de l’annee, le pauvre chinois prenait l’avion pour visiter
              les chinois sont tous morts, bien sur


            • rosemar rosemar 11 juin 2012 21:26

              Parce que le capitalisme est juste ??


            • tf1Goupie 11 juin 2012 21:30

              Non, le capitalisme n’a pas la prétention d’être juste, ce qui est un jugement de valeur.

              Mais les livres d’histoires ne sont pas censés choisir ce que l’on pense être juste, c’est ça le problème de beaucoup de personnes qui prétendent éduquer.

              Il y a des gens qui ne souhaitent pas qu’on choisisse pour eux ce qui est juste ou pas, ils veulent juste avoir la connaissance qui leur permettra de se déterminer eux-mêmes.

              Ils ne veulent pas que l’E.N. décide de ce qui est juste.


            • rosemar rosemar 11 juin 2012 21:40

              à tff1Goupie

              donc d’après vous ,VIVE l’injustice,VIVE le gaspillage des ressources ....

            • Micka FRENCH Micka FRENCH 12 juin 2012 07:57

              De l’Ecossaise...

              Et combien de morts pour cette 3ème Guerre Mondiale qui sévit en Europe sous les traits du ventripotent BARROSO ou de la grosse MERKEL en pleine fûhrer ?????

              Micka FRENCH sur le Web...
              http://Mickafrench.unblog.fr


            • tf1Goupie 12 juin 2012 09:23

              Je n’ai pas dit VIVE l’injustice, vous avez une certaine tendance à faire dire aux autres ce qu’ils n’ont pas dit, Rosemar.
              Aucun système social au monde n’a supprimé l’injustice faudrait ouvrir les yeux.

              Quant au gaspillage c’est un peu facile de l’attribuer au capitalisme. Le communisme n’est pas moins pollueur ou gaspilleur.
              Tout simplement parce que le gaspillage existe au niveau individuel, quel que soit le système.
              Mais il est connu que le communisme entraine la déresponsabilisation.


            • rosemar rosemar 12 juin 2012 09:29

              àtf1Goupie

              La société capitaliste dans laquelle nous vivons nous incite à consommer sans arrêt pour gaspiller .
              Vous dites qu’on n’a trouvé aucun système pour supprimer les injustices :c’est ,sans doute vrai, mais le système actuel est en train de les aggraver...

            • xbrossard 12 juin 2012 11:23

              @spartacus


              « 1ere guerre mondiale :

              La france sauvée par les »méchants américains libéraux« 
              Un certain Lénine fut amené de Suisse en Russie par l’allemagne pour créer une révolution Bolchévique ! »

              -> donc vous admettez que la révolution bolchévique, ce que vous aborrez par dessus tout, a été crée par les libéraux...ça devrait vous calmez non ?

              « 2eme guerre mondiale :
              La france sauvée par les »méchants américains libéraux« 
              La guerre est déclenchée conjointement par l’axe Germano Soviétique contre la pologne. »

              -> la guerre a quand même été la résultante de la crise du capitalisme. Mais bon pour vous, à partir du moment que les capitalistes la termine sous une montagne de morts...

               (voir par exemple l’Irak avec 800000 morts pour leur libération...et en plus ils sont pas contents les salauds !)

              « Nazisme, communisme idéologies monstrueuses ! »

              la par contre, d’accord avec vous...

            • xbrossard 12 juin 2012 11:33

              @tf1groupie


              « Non, le capitalisme n’a pas la prétention d’être juste, ce qui est un jugement de valeur.

              Mais les livres d’histoires ne sont pas censés choisir ce que l’on pense être juste »


              -> « Le libéralisme veut assurer l’enrichissement général »

              ça, ca ne vous paraît pas être un jugement de valeur ? de qui ce moque t’on ?

              allez, je vais vous donnez la définition que le même livre pourrait écrire sur le communisme :

              « le communisme veut assurer le partage de la misère entre tous »


              ça va là, il n’ya pas trop de jugement valeur ?


            • doslu doslu 19 juin 2012 19:27

              "Comme si il y en avait une autre crédible.

              Toutes les autres on prouvé leur iniquité et leur sectarisme."

              y’a plus qu’a en inventer un nouveau de système
              un peut d’imagination que diable


            • spartacus spartacus 11 juin 2012 12:15

              Si les éditions Nathan ne parlent pas du socialisme, les élèvent peuvent lire « rose mafia ».



              • lsga lsga 11 juin 2012 13:03

                t’es sûr de savoir qui c’est toi Spartacus ?


              • spartacus spartacus 11 juin 2012 15:32

                C’est pas parce qu’un parti allemand passé de la démocratie au socialisme c’est appelé spartakus, aux idées débiles que Spartatcus serait de gauche.


                Libérateur des esclaves, il est de droite !



              • Lea Andersteen Lea Andersteen 11 juin 2012 18:03

                Apprenez-donc, le sens de « démocratie » et vous découvrirez l’imposture : un parti politique ne peut pas être démocratique, par définition.

                Le système de parti est attaché au Gouvernement Représentatif. Pas à la démocratie. Vous qui portez un tel pseudonyme, renseignez-vous un peu plus sur la Grèce Antique, et notament la cité d’Athènes, seul endroit ou la Démocratie a été autre chose que des mots jetés par la Novlangue à la figure des sots et des aveugles.


              • spartacus spartacus 11 juin 2012 19:25

                Les « bobos » on les reconnait facilement. 

                De leur suffisance, ils sont les rois des donneurs de leçons de morale ou d’histoire.

                Toujours « méprisants ». 

              • Luxum Luxum 11 juin 2012 23:29

                @Spartacus

                Argumentez au lieu de cracher votre venin.
                Le parti socialiste n’est socialiste que de nom.


              • Luxum Luxum 11 juin 2012 23:38

                @ Spartacus (bis)

                En lisant votre signature je pense que votre philosophie de vie est : « Chacun pour soi dans la jungle humaine, et que les malins gagnent ».


              • El_Cracote 12 juin 2012 00:59

                @Lea Andersteen :

                A la lecture de ce commentaire : "renseignez-vous un peu plus sur la Grèce Antique, et notamment la cité d’Athènes, seul endroit ou la Démocratie a été autre chose que des mots« 
                je me sens obligé de répondre : effectivement, renseignez-vous sur la cité d’Athènes, endroit où la citoyenneté était héréditaire de père en fils, signifiait la disparition de l’individu au sein de l’Etat... endroit où l’on donnait le titre de citoyen histoire d’avoir de nouveaux hoplites à aligner pour la prochaine bataille... endroit où la Démocratie c’était pour tout le monde sauf pour les femmes, les esclaves et les étrangers... endroit où l’assemblée du peuple réunie, bien manipulée par des beaux parleurs professionnels, pouvait ostraciser un »indésirable"...

                En tant qu’historien, je conviens tout à fait que chercher des exemples dans notre passé est un passe-temps plus que louable : encore faut-il que ces exemples soient pertinents.

                A bon entendeur.


              • gaijin gaijin 11 juin 2012 13:01

                mais les livres scolaires ont toujours été faits pour manipuler l’opinion .......
                par exemple au chapitre nucléaire en première scientifique le seul danger mentionné est celui ......du granit breton ......
                no comment


                • rosemar rosemar 11 juin 2012 19:03

                  Oui gaijin 

                  voilà un exemple intéressant ,le nucléaire et ses dangers sont occultés non seulement dans les livres d’histoire mais aussi dans les médias:on ne parle plus guère de Fukushima...

                • tf1Goupie 11 juin 2012 20:15

                  Parce que vous croyez que si facile que ça de manipuler l’opinion dans un pays où l’on a accès à la liberté d’expression et Internet ?

                  Ces saloperies capitalistes !


                • foufouille foufouille 11 juin 2012 20:34

                  lesieur a vendu de la mayo a base d’huile minerale ...........


                • Luxum Luxum 11 juin 2012 23:31

                  @tf1goupie

                  C’est facile si on à les moyens. Et le grand capital a les moyens. Beaucoup de moyens même.
                  Lisez Huxley, « Retour au meilleur des mondes » : il y a deux chapitre très intéressante sur la propagande. Et comme toujours : très en avance sur son temps.


                • tf1Goupie 12 juin 2012 19:03

                  Oui Cogno3, toi t’es certainement un extra-lucide qui se branle devant les posters de Fidel Castro.

                  Surtout ne change rien, continue à faire le révolutionnaire du dimanche.


                • Dazen-Li 11 juin 2012 13:04

                  Le dicton « telle société, telle école » se vérifie encore ici.... et les éditeurs n’en sont qu’un rouage... partisan d’une seule réalité : le Profit immédiat !


                  • totor totor 11 juin 2012 13:07

                    La dé(sin)formation existe depuis toujours à l’éducation nationale....
                    Je suis né à 10 km de l’Alsace et l’institutrice au début des années 50nous disait :
                    « l’Alsace est de nouveau française ! N’oublions pas qu’ils ont été très longtemps Allemands !
                    La Lorraine elle est française depuis toujours »

                    Surprise ! j’ai, plus tard appris que l’Alsace a été rattachée à la France en 1648 et la Lorraine en 1765 ! ! !

                    On nous disait aussi «  les Allemands sont nos ennemis héréditaires », j’avais 6-7 ans !
                    Choc ! J’ai vu sur le journal, en 1958 De Gaulle serrer la main d’Adenauer ...........................

                    Maintenant, au niveau des livres d’histoire j’ai vu un bouquin de 3ème il y a 3 ans et je doute que les élèves aient pu comprendre quelque chose au gallimatia historico-socio-économique sans base chronologique qu’on leur impose ......


                    • Le péripate Le péripate 11 juin 2012 13:19

                      Oui, j’allais le dire.

                      Vive le libéralisme et la liberté.


                      • tf1Goupie 11 juin 2012 15:42

                        Voilà pourquoi l’économie ne sera jamais enseignée correctement dans notre école française : cette discipline est politisée à mort, comme d’autres malheureusement.

                        Ainsi Rosemar,a du mal à lire la phrase : « Le libéralisme veut assurer l’enrichissement général » ; elle oublie le mot « veut ».

                        Étonnant qu’un enseignant soit aussi « maladroit » pour comprendre un énoncé.

                        Ce serait bien qu’on ôte l’ideologie de l’école, ce serait un ENORME pas en avant.


                        • rosemar rosemar 11 juin 2012 18:37

                          Bonsoir tf1Goupie

                          C’est la formulation qui est maladroite et pernicieuse et même tendancieuse :elle oublie de mentionner une grande partie de la population qui ,de tout façon ,n’accédera pas à ces richesses ...

                        • Lea Andersteen Lea Andersteen 11 juin 2012 16:29

                          C’est affolant comment vous confondez pour la plupart l’étiquette et le contenu derrière l’étiquette.
                          Pire, l’incapacité de voir que le capitalisme fait bien plus de ravages qu’en a fait le communisme, enfin la version détournée qui a été appliquée.

                          Et détruire une planète, ce que le capitalisme fait très bien, pour le profit, vous le comptez ?


                          • spartacus spartacus 11 juin 2012 19:28

                            « le capitalisme fait bien plus de ravages qu’en a fait le communisme »


                            Comment peut on sortir aujourd’hui une telle connerie !

                            Vous manque t-il les images ?

                          • rosemar rosemar 11 juin 2012 21:05

                            Spartacus


                            Les insultes ne sont pas des arguments...

                          • Le péripate Le péripate 11 juin 2012 21:09

                            Alors, si vous aimez les arguments, disons que le capitalisme est responsable de l’extraordinaire sortie de la pauvreté en cours depuis un peu plus d’un siècle.

                            Gapminder, vous connaissez ?


                          • tf1Goupie 11 juin 2012 21:26

                            Disons que la quasi-totalité des systèmes ont fait beaucoup moins de ravages que le capitalisme, pour la bonne raison que ces systèmes n’ont jamais été mis en pratique.
                            Le communisme a été essayé et le bilan est pitoyable.

                            A partir du moment ou le capitalisme est le système qui fonctionne dans la plupart des pays on peut allègrement lister ses défauts, et on a le droit de citer ses qualités, si l’on veut être objectif.

                            Sinon ce n’est pas la peine de dire éducation, parlons lavage de cerveau.


                          • rosemar rosemar 11 juin 2012 21:30

                            Sortie de la pauvreté ? alors que les écarts se creusent entre les plus riches et les plus pauvres ??


                          • Le péripate Le péripate 11 juin 2012 21:45

                            Vous êtes sur de ne pas confondre pauvreté et inégalité ?

                            Mettons que à l’instant t1 A possède 1 et B possède 2. Puis qu’à l’instant t2 A possède 10 et B 30.

                            Est-ce que A est plus pauvre en t2 qu’en t1 ?

                            Sans parler que ces catégories par vous décidés ne sont pas des catégories fixes. Chacun, ou du moins la plupart des gens passent au cours de leur vie de l’une à l’autre.


                          • rosemar rosemar 11 juin 2012 21:50

                            à le péripate 

                            Il existe bien des gens très pauvres qui n’ont même pas de quoi manger alors que d’autres se gavent et même gaspillent 

                          • Le péripate Le péripate 11 juin 2012 22:17

                            Oui, c’était un peu compliqué mon truc, au moins niveau CM2.

                            L’idée c’est que toute l’humanité est de moins en moins pauvre. Et c’est bon.


                          • foufouille foufouille 11 juin 2012 23:34

                            ton truc est bidon
                            combien vaut un KG de pain ?


                          • Kookaburra Kookaburra 11 juin 2012 17:00

                            Selon une certaine idéologie, l’histoire doit arracher les jeunes Français à leurs terroirs, les préparer à la mondialisation, exalter la différence et donner aux enfants d’immigrés la fierté de leurs origines. Ceux qui veulent sauvegarder le roman national français sont traités de néocolonialistes, voire de racistes. Insister sur l’Europe chrétien au détriment de l’islam est qualifié d’européocentrisme. Comme si être Européen était une insulte. La haine de soi est politiquement correct. Mais quand on n’a pas la même histoire, les mêmes héros que ses voisins, on se voit autre, on n’aime pas le même pays. Ceux qui n’ont pas le même passé ne voient pas un même avenir en commun. Certes, c’est important d’ouvrir l’enseignement sur le monde, sur les autres cultures. Mais il faut savoir ce que l’on veut : intégrer les enfants d’étrangers à la France, et donc à son histoire ; ou alors une histoire multiculturelle qui respecte chaque communauté, chaque éthnie, où chacun est renvoyé à ses racines, ses origines, sa religion. Considérer l’enseignement de l’histoire comme une occasion d’inculquer une idéologie, de droite ou de gauche, me semble abusif.


                            • Ralahui Ralahui 11 juin 2012 17:25

                              Cette propagande dans les manuels n’est pas nouvelle ! Pour avoir fait une filière ES, il est facile de voir le peu de place accordé à ce qui ne s’accorde pas au capitalisme. Le programme d’histoire ment plus par ce qu’il « oublie de mentionner » que par ce qu’il affirme.

                              Tf1Goupie :
                              L’économie est politique, il en découle toute une idéologie, il n’y a qu’à étudier notre fonctionnement économique et voir en quoi elle se raccroche à nos dirigeants. Une économie socialiste, ou autre, le sera tout autant.


                              • noodles 11 juin 2012 18:29

                                C’est ça les enfants, apprenez par coeur votre résumé d’histoire et

                                ENFONCEZ-VOUS BIEN CA DANS LA TETE ! Danger, bien sûr...

                                plus encore par les passages tronqués que par des mensonges.

                                L’Histoire dans les manuels se devrait de dire LA vérité

                                ou alors UNE vérité la plus honnête possible. Pas la version qui

                                arrange ou qui omet de parler de ce qui dérange.

                                La recherche historique progresse tous les jours, c’est pour cela

                                qu’on peut dire que la vérité historique peut changer. L’occasion

                                de tricher est trop belle ! Tous les régimes autoritaires ont retouché,

                                retouchent et retoucheront l’histoire à leur avantage et à celui des idées

                                 qui les « supportent »..

                                Sarkozy, le roi de l’embrouille reprend à son compte aussi bien Jaurès que

                                Guy Moquet...un scandale parmi plusieurs autres...

                                Pour ma part (serais-je ministre -hihi !) j’enverrais tout ça au pilon...sans parler

                                de Sarko et ses sbires* qui n’en méritent pas moins.Un vrai comité d’historiens

                                est seul à même de rédiger les programmes et manuels d’histoire. Et attention

                                que les experts ne soient pas, une nouvelle fois, achetés par les lobbies intéressés !

                                Peillon-Hollande auront-ils le cran de donner un grand coup de balai  ?

                                 

                                 

                                *Hélas il y a eu dimanche tant de c... pour voter de nouveau pour eux !

                                 


                                • Christian Labrune Christian Labrune 11 juin 2012 19:11

                                  "On trouve aussi une biographie de François Mitterrand, hors cours, à la fin du manuel. Pour le coup, la charge est assez violente : « Issu d’un milieu de droite…, il dirige la Vème République pendant 14 ans, incarnant d’abord l’alternance et les grandes réformes, puis la conversion du socialisme à la « rigueur » ».

                                  Rosemar,
                                  C’est tout ? Rien sur la participation à une manifestation au moins, avant la guerre, contre les « métèques » (on a des photos) ? Rien sur Vichy et la francisque ? Rien sur la propostion qui lui avait été faite d’entrer dans le Commissariat aux questions juives (prudent, il avait préféré les anciens combattants). Rien sur les relations avec les gens de la cagoule eux aussi très présents du côté de « Votre beauté », le magazine de l’Oréal dont il fut un temps le rédacteur en chef. Rien sur le gouvernement Guy Mollet et les « événements d’Algérie » durant lesquels le futur abolitionniste envoie à la guillotine, et sans état d’âme, plus d’une trentaine de jeunes résistants Algériens ? Rien sur l’attentat organisé contre lui-même et par lui-même près des jardins de l’Observatoire ? Rien sur les dîners avec le copain (au sens étymologique du terme) Bousquet, auquel il doit tant ? Rien sur la bénédiction donnée dès 84 à la promotion télévisée de l’extrême droite lepéniste pour mieux diviser le camp conservateur ? Rien sur la destruction de l’école républicaine et la promotion de Bernard Tapie, nouveau modèle pour la jeunesse ?". 
                                  Je suppose que les auteurs de ces nouveaux manuels sont stipendiés et qu’ils ont reçu pour mission de masquer les crimes du PS et ses profondes affinités avec ce vieux fascisme français très bien analysé par Zeev Sternhell.


                                  • Le péripate Le péripate 11 juin 2012 19:34

                                    Comme vous y allez ! smiley


                                  • Christian Labrune Christian Labrune 11 juin 2012 19:35

                                    J’ai été imprécis en ce qui concerne Mitterrand et l’Algérie.

                                    Dans l’article de France Soir qui rend compte de la publication du bouquin de Stora, on peut lire :
                                    "François Mitterrand s’est opposé à 80% des recours en grâce des condamnés. Pendant ces longs mois en effet, le ministre de la Justice du gouvernement socialiste de Guy Mollet n’a pas fait mystère de sa volonté d’abattre la rébellion. Fin politique et ambitieux, Mitterrand, qui avait alors 40 ans, devait aussi pour durer donner des gages aux durs du gouvernement, notent les auteurs."
                                    C’est à cette page :
                                    http://www.francesoir.fr/loisirs/litterature/francois-mitterrand-guillotine-l-abolition-peine-mort-58127.html
                                    En consultant d’autres site, je vois qu’on parle d’au moins 45 exécutions. En tant que ministre de la justice à l’époque, Mitterrand avait émis un avis négatif concernant le recours à une grâce présidentielle. Et tous les guillotinés n’étaient pas coupables d’assassinats.
                                    Défendre Mitterrand aujourd’hui, ça n’est plus possible. Que l’actuel président de la république se soit appliqué pendant sa campagne à imiter la voix de son maître en dit long sur l’incapacité du PS à prendre conscience de ses dérives, et plus encore sur la mentalité du Français moyen. Ceux qui croient voir le salut du pays dans le PS sont assurément les vrais descendants de ceux qui applaudissaient en juillet 40 à la remise des pleins pouvoir au vieux gâteux.
                                    Maréchal, nous voilà !
                                    Et il est encore là.


                                  • Christian Labrune Christian Labrune 11 juin 2012 19:41

                                    « Comme vous y allez ! »

                                    @le péripate

                                    C’est-à-dire ? Ces réalités très bien connues désormais vous dérangeraient-elles ?


                                  • Le péripate Le péripate 11 juin 2012 19:50

                                    Désolé. Je pratique tellement le second degré que on peut s’y perdre. J’approuve tout à fait. smiley


                                  • rosemar rosemar 11 juin 2012 21:11

                                    Apparemment ,christian labrune ,vous êtes un adepte fervent de F. Mitterrand ...Le livre d’histoire dont je parle est un manuel pour des lycéens et non une biographie détaillée de cet homme politique...

                                    Bonne soirée

                                  • Christian Labrune Christian Labrune 11 juin 2012 23:43

                                    Rosemar,
                                    Excusez-moi, j’avais cru comprendre, ayant lu trop vite probablement, que vous déploriez qu’on fût trop sévère avec le sinistre Florentin en lui attribuant la responsabilité, après le gouvernement Maurois, d’une sorte de tournant libéral.
                                    En tout cas, il serait bien difficile de nier sa responsabilité dans cette dérive. Quand on prétend être « à gauche » et qu’il paraît difficile de continuer une politique de gauche, la logique et l’honnêteté exigeraient qu’on démissionne au lieu d’aller chercher des idées chez Thatcher. Mais ce qui caractérise les socialistes, c’est qu’ils commencent toujours, d’une manière outrancière et caricaturale (était-il nécessaire de nationaliser autant, après 81 ?) par la politique qu’ils avaient proposée à l’électeur avant de se transformer très vite en larbins empressés du capitalisme. Comme s’ils voulaient dire : vous voyez, on a bien essayé de faire ce qu’on pouvait, mais ça n’est pas réaliste et maintenant on va faire tout le contraire, pour voir si ça marche. Etant bien entendu que lorsqu’une politique ultra-libérale est faite par des socialistes pleins de bonté, cela vaut mieux que si elle était faite par ceux de l’autre camp, lesquels sont très méchants. Mais s’il faut se faire couper la tête, il va de soi qu’une extrême bonté du bonhomme qui lâche la ficelle du couperet ne change rien à l’affaire.
                                     Je parlais tout à l’heure du Maréchal. Il faudrait tout de même qu’on se souvienne que le principal système de défense des collabos après la libération consistait à dire : nous avons collaboré parce qu’il valait mieux que ce fût nous aux postes de responsabilité plutôt que d’autres qui eussent été beaucoup plus durs. Le Maréchal avait fait à la France le don de sa personne pour « atténuer son malheur ». Et quand on créera plus tard une « section spéciale » pour juger des « terroristes », ce sera encore la même logique : on ne va pas attendre que les Allemands fusillent à tire-larigot, on va choisir un certain nombre de pauvres bougres, constituer une cour de justice ad hoc et les décapiter ostensiblement et très proprement, ce sera le meilleur moyen de calmer l’ire de l’occupant. Cette méthode pour « atténuer le malheur » des hommes, c’est encore celle des socialistes.
                                     La grande obsession des socialistes, ce n’est jamais d’exercer réellement le pouvoir, d’imposer une politique (en cela ils se distinguent clairement des doctrinaires communistes) mais de se placer dans une situation intermédiaire entre le pouvoir réel (aujourd’hui l’ultra-libéralisme) et la masse, et de se rendre toujours utiles aux plus forts par une collaboration empressée, pour qu’ils les tolèrent et les maintiennent dans une position qui leur permette de jouir de certaines prébendes. Ils n’en demandent pas plus et feront tout ce qu’on voudra qu’ils fassent aussi longtemps que le peuple ne se sera pas rendu compte de leur indécrottable tartufferie.
                                    Je ne prétends pas à l’originalité en décrivant ces choses, elles ont été cent fois analysées plus finement que je ne pourrais le faire ici. Mais d’où vient que, tout le monde sachant cela, personne, apparemment, n’en veuille tirer de conséquences ?


                                  • rosemar rosemar 11 juin 2012 23:58

                                    à christian labrune 

                                    déjà les premières mesures du gouvernement Hollande vont dans le bon sens :augmentation du SMIC ,rétablissement de l’année de stages pour les jeunes profs , créations de postes etc.
                                    Un rappel :c’est sous F Mitterrand que la peine de mort a été supprimée ,que la retraite à 60 ans a été instaurée ,avancée sociale dont ont bénéficié les générations précédentes :peut être en avez vous vous même bénéficié ??

                                  • Christian Labrune Christian Labrune 12 juin 2012 09:00

                                    "Un rappel :c’est sous F Mitterrand que la peine de mort a été supprimée ,que la retraite à 60 ans a été instaurée ,avancée sociale dont ont bénéficié les générations précédentes :peut être en avez vous vous même bénéficié ??"

                                    Rosemar,
                                    Mitterrand avait beaucoup de sang sur les mains et un vieux fond de catholicisme indécrottable qui lui fera sur la fin, devenu complètement gâteux, chercher des solutions obscurantistes chez les cartomanciennes. C’est à une précaution politique (Il savait bien que dès l’ouverture des archives, les historiens ne tarderaient pas à faire leur travail) qu’on doit l’abolition de la peine de mort en France, et non pas à une victoire du rationalisme. Cela n’a rien de bien glorieux.

                                    Votre entêtement me paraît relever d’une pathologie assez répandue, qui paraît bien incurable mais ne peut tuer que l’esprit critique : on peut continuer à vivre avec. C’est l’essentiel, et dans ces sortes de cas, l’euthanasie ne s’impose absolument pas. Ne cédez jamais à cette tentation funeste ! Les socialistes partisans de l’abolition de la peine de mort pour les assassins (et sur ce point ils ont raison) n’ont rien contre l’extermination des inutiles qui coûte cher, comme on le verra bientôt. Et là, ils ont tort puisqu’ils rejoignent les nostalgiques du troisième Reich nombreux chez les antisionistes fascisants de l’extrême gauche qui sont désormais leurs alliés.


                                  • Christian Labrune Christian Labrune 12 juin 2012 10:03

                                    ERRATUM

                                    « L’extermination des inutiles qui coûte cher »

                                    Ce n’est pas l’extermination qui coûte cher, c’est les inutiles, et il fallait que j’écrive « L’extermination des inutiles qui coûtent cher ». On voudra bien excuser cette faute d’accord que je ne me pardonnerai jamais - mais je ne n’irai pas jusqu’au seppuku.

                                    Il est vrai que cette extermination coûterait cher aussi sur le plan moral aux socialistes, s’il leur prenait envie, par pure démagogie, de changer quelque chose à la loi Lénonetti. Heureusement, il y a parmi eux un Axel Kahn qui est un homme intelligent, très clair sur ces questions, et qui n’est peut-être dans ce parti pourri que pour faire barrage à de pareilles dérives.


                                  • Marc Bruxman 11 juin 2012 19:57

                                    Un manuel d’histoire est toujours un parti pris. Derriére les événements bien réels, on tente de leur donner du sens pour le lecteur afin d’expliquer le monde dans lequel on vit. Entre 1945 et 1989 écrire un tel manuel était facile. On avait une histoire toute faite qui collait bien. A cette époque on a les pilliers suviants :

                                    • La libération et le combat contre le nazisme. 
                                    • Le communisme et la lutte des classes.
                                    • La société américaine et son modèle libéral.
                                    Communisme et société américaine était alors en équilibre pour forger notre vision du monde.

                                    Après 1989, tout s’effondre. Le communisme est KO, la société américaine n’a plus d’ennemis. On parles de la fin de l’histoire. En 2001, c’est la société américaine qui perdra de sa superbe. Quand à la libération et le combat contre le nazisme, cela est tellement lointain que cela devient « abstrait » pour les jeunes générations.

                                    Ecrire dans ces conditions un manuel d’histoire est complexe et relève de l’exploit. Le monde actuel, on ne sait pas encore sur quoi il repose et quel sens lui donner. Et si vous avez une réponse vous êtes bien balaise car nous vivons une période de transition avec de nombreux vents contraires qui s’affrontent. Dans 20 ans, nous saurons de quel monde nous avons hérité. D’ici la on navigues à vue.


                                    • rosemar rosemar 11 juin 2012 21:33

                                      Bonsoir Marc

                                      Le monde actuel repose bien sur l’argent ,le profit ,la spéculation à outrance ...c’est ça le capitalisme ,le règne de l’argent ...

                                    • francesca2 francesca2 11 juin 2012 21:38

                                      Vous confondez capitalisme et ultra-libéralisme, Rosemar.


                                    • rosemar rosemar 11 juin 2012 21:47

                                      Je ne confonds pas :le capitalisme est bien devenu un ultra libéralisme ,francesca


                                    • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 11 juin 2012 22:18

                                      De mon temps, nous étions éduqués dans l’idéologie socialiste, regardez ce que je suis devenu smiley


                                      • INsoMnia insomnia 11 juin 2012 22:59

                                        @rosemar,

                                        J’ai découvert il y a peu que dans l’annabrevet La compil’ sujet & corrigés 2012 chez Hatier propose ceci dans le lexique, je cite :

                                        Démocratie : Régime de gouvernement par le peuple. On distingue la démocratie libérale qui défend la propriété privée (le capitalisme*) et le multipartisme de la démocratie populaire qui établit l’étatisation de l’économie et la dictature du prolétariat*.

                                        Cela n’est qu’un aperçu...


                                        • brieli67 11 juin 2012 23:28

                                          Manuel d’histoire commun franco-allemand

                                          Bonne initiative ?

                                          BONS PRODUITS ? 

                                          mais qui connait leur existence ?


                                          • brieli67 11 juin 2012 23:39

                                            UNE ETUDE CRITIQUE et universitaire DU VOLUME DEUX EN SEPT PARTIES

                                            http://www.gei.de/iup/publikationen/eckert-dossiers/europa-und-die-welt/leurope-et-le-monde.html

                                            mais cà n’interesse personne.


                                          • rosemar rosemar 12 juin 2012 00:03

                                            Merci brieli67 

                                            pour ces liens ....
                                            ceci dit ,le rapprochement franco allemand à outrance m’agace un peu :on nous a trop présenté l’Allemagne comme un modèle à suivre ....
                                            Bonne soirée

                                          • brieli67 12 juin 2012 02:04

                                            ceci dit ,le rapprochement franco allemand à outrance m’agace un peu :on nous a trop présenté l’Allemagne comme un modèle à suivre ....

                                            qui donc ?

                                            vous surfez léger, léger.... c’est que l’on taxe de culture générale ?

                                            L’ allemand est la langue la plus parlée en Europe : cette donnée est incontournable. Il faut s’y faire, si on veut l’EUROPE

                                            La Gauche en Allemagne a les mêmes problèmes qu’en France ? des socio-démocrates et des « radicaux » qui prennent du poids ; 

                                            Depuis des années voire depuis toujours, l’extrême droite est dans la CDU de Merkel, encore plus dans sa filiale bavaroise sans parler de la FDP - le parti libéral du centre qui a été de tous les gouvernements depuis 1945. 


                                            • rosemar rosemar 12 juin 2012 09:35

                                              à brieli67

                                              l’’Allemand est peut être la langue la plus parlée en Europe...Ah bon ?
                                              Il n’empêche :pour moi ,ce n’est pas un modèle de vertu ,ni un modèle à suivre :précarisation ,bas salaires ,absence de législation du travail...
                                              D’ailleurs on voit de plus en plus d’allemands venir s’installer en France ....

                                            • eric 12 juin 2012 07:43

                                              Leger progres. Il reste du chemin a faire. De toute facon, on ne fera vraiment de l’histoire a l’ecole que, peut etre, quand les generations de profs formes a l’ecole debile du marxisto socialisme auront disparu. Et encore. D’ici la, ils continueront a tenter de bourrer le crane de nos enfants des inepties evoquees par l’auteur. Etce, quelque soit les progrqmmes, les livres, ou les instructions. Mais avec internet, cela deviendra de plus en plus inutile.
                                              Ainsi, n’importe quel eleve curieux peut verifier sur wikipedia, que les ministres important du regime de vichy, de sinistre memoire, venaient a peu pret tous de l’ensemble des gauches politiques, ou que les peuples cessent en gros de mourir de faim quand il sortent du socialisme archaique.


                                              • AmaruKaShakur AmaruKaShakur 12 juin 2012 08:21

                                                Sortez du clivage gauche droite et réfléchissez quelques secondes...

                                                Renseignez-vous sur les Guerres du Viet-Nam/Guerre du Golf/Guerre en afghanistant/11-09, vous verrez que beaucoup d’éléments ne sont jamais présentés dans nos livres d’histoires. Au delà de toute idéologie économique, c’est tout simplement la vérité qu’on essai de nous cacher.


                                              • AmaruKaShakur AmaruKaShakur 12 juin 2012 08:17

                                                Ca fait un bail que les livres d’histoire ne disent plus la vérité (ou qu’une partie). Que ce soit la WW2 la Guerre du Viet Nam au même le 11/09, aucune place à la nuance, tout n’est que début de propagande, laquelle sera fignolée bien sagement le soir par la télévision.

                                                C’est la un des plus grands maux de notre société. Souvenez-vous 1984, les mots qui ont perdu leur sens originel, l’histoire en constante réécriture en faveur de l’oligarchie, les écrans présents dans chaque foyer et les mensonges des médias... On s’en rapproche chaque jour un peu plus, sans choc particulier si ce n’est celui de l’abrutissement progressif de la masse.


                                                • rosemar rosemar 12 juin 2012 10:27

                                                  Bonjour Alex 

                                                  Merci pour ces remarques bien observées :on voit partout des pubs pour devenir trader....Ces pubs se généralisent et c’est inquiétant...


                                                  • wardou wardou 14 juin 2012 11:50

                                                    Comme dirait Orwell dans 1984 : « Celui qui contrôle le passé contrôle le futur, celui qui contrôle le présent contrôle le passé »


                                                    A méditer ..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès