• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Voici revenu le temps des splendeurs marines !

Voici revenu le temps des splendeurs marines !

JPEG

Voici revenu le temps des baignades, voici revenu le temps de la nature retrouvée, de l'harmonie, de la fusion avec les éléments...

 

Doux bruissement des vagues, brise marine légère, splendeurs de lumières qui se reflètent sur le sable et sur la mer.

 

Dans le lointain, des voiles blanches irisées de lumières... une immensité marine de vert, de bleu et d'ocre... les vagues s'enroulent sur la grève, dans un mouvement perpétuel et inlassable...

 

Des flots d'écumes se déroulent, se diffusent sur les bords.

 

Des mouettes rasent la mer et le sable... blanches et moirées de leurs teintes d'azur, elles s'immobilisent sur les éblouissements de sable et offrent le spectacle de leurs éclats de blancs.

 

Voici revenu le temps des ondes qui submergent, qui emportent les corps, fluidité marine, souplesse retrouvée, agilité des gestes.

 

L'onde amère nous emporte vers de nouveaux bonheurs, de nouvelles rencontres, des accords de couleurs vertes.

 

On goûte les flots, on s'en imprègne, on retrouve des accords perdus, on se perd dans les vagues, abîme insondable.

 

Les ondes résistent, se soulèvent, s'emportent : elles se répandent en écumes de bonheurs, elles offrent leur douceur, leur velouté et leur rudesse...

 

L'eau âpre nous fait glisser vers de nouveaux mondes, vers la liberté, des élans de renouveau...

Douces senteurs marines sur la peau, éclats de sel, d'ambre, de lueurs.

 

Détente et harmonie de la mer qui nous emporte vers le large, loin du monde, loin des terres habitées, loin des tracas de la vie...

 

Les flots se hérissent de clartés lumineuses, les flots nous font entendre leurs voix sans cesse renouvelées et volubiles.

 

La mer nous enveloppe de ses replis amers, elle nous berce de murmures, elle nous entraîne vers des rives de bonheurs...

 

Voici revenu le temps des splendeurs marines !

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-voici-revenu-le-temps-des-splendeurs-marines-123903865.html

 

 

Les bienfaits de la baignade en mer :

https://www.rtbf.be/vivacite/article/detail_les-bienfaits-de-la-baignade-en-mer?id=9955312

 

 

Vidéo :

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.54/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 22 juin 16:53

    Une ode aux migrants clandestins !?

    Ça doit commencer à être un beau cimetière, la Méditerranée...


    • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 22 juin 17:27

      @Clocel

      « Déférence gardée envers Paul Valéry
      Moi l’humble troubadour sur lui je renchéris
      Le bon maître me le pardonne
      Et qu’au moins si ses vers valent mieux que les miens
      Mon cimetière soit plus marin que le sien
      Et n’en déplaise aux autochtones
      Cette tombe en sandwich entre le ciel et l’eau
      Ne donnera pas une ombre triste au tableau
      Mais un charme indéfinissable
      Les baigneuses s’en serviront de paravent
      Pour changer de tenue et les petits enfants
      Diront, chouette, un château de sable »

    • rosemar rosemar 22 juin 19:50

      @Clocel

      Des drames terribles : quelles sont les solutions ?




    • ETTORE ETTORE 22 juin 21:33

      @rosemar

      Assécher le Mare Nostrum.
      Puisque c’est le notre, on peut faire ce que l’on veut....
      Ah ! On me dit que les 21 pays riverains, ne sont pas tous d’accord !
      Bon, je peux encore réserver pour cet été, il y aura encore de l’eau !


    • Fergus Fergus 23 juin 11:58

      Bonjour, Séraphin Lampion

      Magnifique, la Supplique ! Dommage que le voeu de Brassens  être enterré sur la plage de la Corniche n’ait pas été exaucé.

      Je note à cet égard que notre Georges a perdu son duel face au poids lourd de la littérature française qu’a été François-René : Chateaubriand vs Brassens. Mais il drôlement galéré, le Breton, pour obtenir le droit de bénéficier d’une telle sépulture en baie de Saint-Malo.


    • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 22 juin 17:15

      Cette merveille incontournable de la chanson françouaise, hymne à la gloire du tourisme littoral, transhumance annuelle de la foule citadine vers les cités iodées de la Grand Motte ne déparera pas votre ode aux splendeurs marines.


      • rosemar rosemar 22 juin 19:56

        @Séraphin Lampion

        Une belle chanson, aussi... mais l’article est aussi une ode aux océans, et à tous les espaces maritimes...


      • Aristide Aristide 23 juin 10:07

        @Séraphin Lampion

        Cette merveille incontournable de la chanson françouaise, hymne à la gloire du tourisme littoral,

        Bizarre contre sens puisqu’il s’agit au contraire de retour au calme de la plage abandonnée ... 


      • Fergus Fergus 23 juin 13:16

        @ Séraphin Lampion

        Plutôt sympa, cette chansonnette.
        Et lorsque j’entends Bardot la chanter, cela m’évoque La Madrague. Pas la sienne, mais ce charmant mouillage de Marseille coincé entre la mer et des collines d’où partent des sentiers de rando vers les calanques. Un coin magnifique qui gagne à être fréquenté de préférence en mai pour la quiétude et pour la floraison.


      • phan 22 juin 19:50
        C’est une grosse peine pour la marine qui a reçu toute la farine sur sa mante ...


        • ETTORE ETTORE 22 juin 22:09
          • Voici revenu le temps des baignades, voici revenu le temps de la nature retrouvée, de l’harmonie, de la fusion avec les éléments...

          hmmm !:adepte du naturisme ?

          • Doux bruissement des vagues, brise marine légère, splendeurs de lumières qui se reflètent sur le sable et sur la mer.

          Attention avant de plonger, vérifiez bien que cela ne soit pas un ....Mirage !

          • Dans le lointain, des voiles blanches irisées de lumières... une immensité marine de vert, de bleu et d’ocre... les vagues s’enroulent sur la grève, dans un mouvement perpétuel et inlassable...

          Est ce une observation corrélée à la sexualité ?

          • Des flots d’écumes se déroulent, se diffusent sur les bords.

          Chez les bretons, l’écume est....Verte et pas que sur les bords !

          • Des mouettes rasent la mer et le sable... blanches et moirées de leurs teintes d’azur, elles s’immobilisent sur les éblouissements de sable et offrent le spectacle de leurs éclats de blancs.

          Ce sont de purs pique assiettes, et leurs fientes est toute aussi blanche dans leurs éclats 

          • Voici revenu le temps des ondes qui submergent, qui emportent les corps, fluidité marine, souplesse retrouvée, agilité des gestes.

          Comme tous les ans les baïnes auront leur lots de bouées sans corde

          • L’onde amère nous emporte vers de nouveaux bonheurs, de nouvelles rencontres, des accords de couleurs vertes.

          Bah, vers chez moi, elle est salée, et les couleurs du drapeau, souvent.... rouge .

          • On goûte les flots, on s’en imprègne, on retrouve des accords perdus, on se perd dans les vagues, abîme insondable.

          On boit toujours la tasse avant de se noyer

          • Les ondes résistent, se soulèvent, s’emportent : elles se répandent en écumes de bonheurs, elles offrent leur douceur, leur velouté et leur rudesse...

          On voit que vous vous baignez souvent à Ouessant .

          • L’eau âpre nous fait glisser vers de nouveaux mondes, vers la liberté, des élans de renouveau..

          Trop tard pour l’Amérique, même avec Joe Dassin.

          • Douces senteurs marines sur la peau, éclats de sel, d’ambre, de lueurs.

          L’autre nom du « coup de soleil » selon Richard Cocciante .

          Détente et harmonie de la mer qui nous emporte vers le large, loin du monde, loin des terres habitées, loin des tracas de la vie...

          Naufrage du Manureva, de Alain Chamfort.

          • Les flots se hérissent de clartés lumineuses, les flots nous font entendre leurs voix sans cesse renouvelées et volubiles.

          J’en connais quelqu’un qui a su y résister, mais il a fallu l’attacher au mat de son bateau.

          • La mer nous enveloppe de ses replis amers, elle nous berce de murmures, elle nous entraîne vers des rives de bonheurs..

          Puisque je vous dis qu’elle est amère ! Et puis vous n’imaginez même pas la somme d’accidents, dus à une chute de....Noix de coco !

          • Voici revenu le temps des splendeurs marines !

          Vous voulez parler des fruits de mer ?

          Pardonnez moi , rosemar, je suis taquin ce soir.

          En tout cas, merci pour cette merveilleuse musique composée par NINO ROTA.

          Amarcord, veut dire « mi riccordo », je me rappelle " en dialecte Italien.

          Et je me souviens en l’écoutant, de tellement de choses que j’ai mis au contrario de vos lignes ;

          La baie de Naples en est encore toute colorée.

          Merci


          • zygzornifle zygzornifle 23 juin 08:05

            Dans moins d’un an on verra la splendeur Marine devant freluquet .....


            • Fergus Fergus 23 juin 09:38

              Bonjour, rosemar

              Les « splendeurs marines » sont très diverses.

              Et soumises aux marées, l’Atlantique et la Manche offrent des spectacles toujours changeants, toujours renouvelés. Avec à la clé de belles oeuvres que ces mers nous offrent au regard. Entre autres lieux, en Bretagne : La mer : une merveilleuse artiste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité