• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Voyage dans la tête d’un pigeon

Voyage dans la tête d’un pigeon

Où une rencontre fortuite dans un restaurant permet à l'auteur de mieux comprendre ce que pensent nos riches concitoyens candidats à l'exil fiscal.

En ce moment, je travaille dans le XVIe arrondissement et j'en profite pour faire de temps à autre un bon gueuleton. Je suis allé aujourd'hui dans un restaurant près de la Place du chancelier Adenauer où on sert des spécialités "bearno-basques" (bon, un pot-au-feu, je ne suis pas sûr que ça soit vraiment une spécialité du Sud-Ouest, mais passons...). Un endroit où on voit apparemment passer des contribuables domiciliés dans le quartier...

Comme par exemple ce couple qui s'est assis à la table juste à côté de la mienne. Début de quarantaine, visiblement instruits, ils parlent (vraiment sans rechercher la discrétion, si bien que tout le restaurant est en mesure de suivre leur conversation) de leurs études et des études de leurs enfants. Commentaires de textes, essais, visiblement leurs enfants sont lycéens...

Peu à peu, la conversation dérive vers des sujets plus politiques. L'homme expose son irritation après avoir entendu parler d'une propostion de loi de trois députes la majorité PS : taxer les transactions immobilières des logements de luxe afin de financer la rénovation des habitats insalubres.

Son point de vue est que les députés PS sont complètement fous, qu'ils ont perdu les pédales, que les impôts en France deviennent une charge financière totalement insupportable et qu'il en a assez, il veut quitter la France et partir vivre à l'étranger, au pays du Coca-Cola et de CNN, par exemple. Malheureusement, la ville où il aimerait s'établir et où le couple a visiblement des connaissances n'est pas dotée d'un lycée français, et donc la scolarité de leurs enfants pourrait en pâtir. Il refuse de prendre la responsabilité de contraindre ses enfants à entrer dans le cursus étasunien, etc.

Apparemment, ce monsieur ne se rend pas compte à quel point ses propos sont involontairement ironiques : il refuse de payer sa part d'impôts, bien qu'ayant probablement un très bon revenu, mais compte bien sur la présence d'un lycée français financé par lesdits impôts dans la ville étrangère où il envisage de s'installer afin justement d'échapper à la fiscalité française...

Et bien entendu, il ne se rend pas compte ou feint d'ignorer que la mauvaise santé financière de la France nécessite une hausse de la fiscalité, puisque il semble qu'on ait malheureusement décidé d'honorer les dettes iniques qui sont apparues comme par enchantement sans qu'on sache exactement où est passé l'argent ainsi emprunté. Ne pas les honorer signifierait signer l'arrêt de mort du système bancaire, et ça, c'est impossible à envisager, n'est-ce pas ? Le problème, c'est que si les riches refusent de payer leur part et menacent de quitter la France (vers des villes étrangères pourvues d'un lycée français, donc), ce sont les pauvres qui vont payer la totalité de l'addition.

Je propose donc une mesure d'économie qui me parait tout à fait prioritaire, en ces temps où le sujet semble "à la mode" : la majorité du peuple français tire-t-elle vraiment profit de l'existence de prestigieuses écoles françaises à l'étranger ? Avons-nous vraiment intérêt à aider ainsi les riches français qui ont décidé d'échapper à leurs responsabilités en s'expatriant ?

Alors que Sarkozy a démagogiquement décidé de la gratuité des écoles françaises à l'étranger pour les citoyens français expatriés (pourtant le plus souvent déjà bien pourvus financièrement), ne faudrait-il pas au contraire introduire des frais de scolarité élevés, par exemple en les rendant proportionnels aux revenus des parents, ce qui permettrait néammoins de protéger les expatriés pour raison professionnelle ? On pourrait même réfléchir à une fermeture pure et simple de ces écoles, dont l'utilité pour le pays, au-delà d'un prestige qui devrait être le cadet de nos soucis, est franchement discutable, mais ça nécessiterait une étude plus approndie des impacts.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

220 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 09:52

    Et bien entendu, il (l’auteur) ne se rend pas compte ou feint d’ignorer que la mauvaise santé financière de la France nécessite une baisse de la fiscalité, puisque il semble qu’on ait malheureusement décidé d’honorer les dettes iniques qui sont apparues du fait de dépenses excessives sans qu’on sache exactement où est passé l’argent ainsi emprunté.

    Une fois corrigé, ça le fait.


    • Traroth Traroth 11 octobre 2012 10:06

      Si vraiment vous pensez qu’on va rembourser plus facilement la dette en baissant les impôts, je vous conseille de retourner à l’école primaire pour y étudier l’addition et la soustraction !


      Quant à vos « dépenses excessives », je ne suis pas en désaccord avec vous. Ce qui est sûr, c’est que personnellement, je n’ai pas vu la couleur du fric. Il faudrait peut-être demander à ceux qui en ont vraiment beaucoup pour savoir si des fois, une partie ne proviendrait pas de manière indue des fonds publics...

    • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 10:12

      Oui je le pense. Parce que l’impôt à haute dose étouffe l’économie. Je ne sais pas si ça s’apprend à l’école primaire, bien plutôt dans la vraie vie, pas dans le cocon syndical c’est sur.


    • Francis JL 11 octobre 2012 10:28

      Ha ha ha, péripate !

      je l’attendais, celui-là, en lisant l’article !

      Pour les écoles en France, il préconise la fermeture des écoles publiques, leur remplacement par des écoles privées, et la distribution (pendant combien de temps ?) de tickets enseignement !

      Voilà une belle occasion qui lui était fournie de nous prouver qu’il est autre chose qu’une crapule libérale !

      Au lieu de ça, il se focalise sur un détail pour détourner traitreusement le sujet. Et sa fourberie saute ici aux yeux de tous.


    • ZEN ZEN 11 octobre 2012 11:07

       l’impôt à haute dose étouffe l’économie.

      Comme disait Hayek, Reagan et les autres..
      Dans quel état est l’économie US, celle de l’UK ?...


    • Traroth Traroth 11 octobre 2012 11:08

      Enfin, personnellement, je vois quand même une explosion thermonucléaire de dépenses publiques : 2008, le « sauvetage des banques ». Soudain, l’Etat sarkozyste, dans un accès de folie, a décidé de donner tout son fric et même du fric qu’il n’avait, aux banques. Et maintenant, on joue les étonnés devant la dette abyssale. Étrangement, la dette n’était pas un sujet, avant ça...


    • Traroth Traroth 11 octobre 2012 11:26
      @Le péripate :

      « Parce que l’impôt à haute dose étouffe l’économie » : Il y a bien d’autres choses qui étouffent l’économie, bien plus directement. En commençant par l’acceptation de la concurrence de pays esclavagistes. Tant que les Français seront placés en concurrence avec des Chinois qui font 16 heures par jour, 7 jours par semaine, pour un bol de riz chaque jour, dormant dans des dortoirs avec des barreaux aux fenêtres voire sur ou sous leur machine, il ne faudra pas s’attendre à ce que la situation économique s’améliore !

    • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 11:34

      C’est simple si l’état prend 100% du PIB il ne reste rien pour l’économie.

      Essayez donc de me démontrer le contraire. D’ailleurs même votre pays référence l’ancienne URSS laissait une petite part au marché. A croire qu’ils étaient moins extrémistes que vous.


    • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 11:36

      Bon, ceci je m’en tape, je suis en grève.

       smiley


    • Francis JL 11 octobre 2012 11:42

      péripate fait des sophisme comme Charles Trenet faisait des chansons, et les pommiers des pommes !

      Il écrit : « C’est simple si l’état prend 100% du PIB il ne reste rien pour l’économie. »

      Il faut appeler un chat un chat. Dans sa phrase ci-dessus, je relève deux fautes : la première, l’État ne ’prend’ pas à l’économie x%, ça ne veut rien dire, mais il gère x% de l’économie.

      La deuxième faute : le reste n’est pas l’économie, puisque l’économie c’est le PIB et réciproquement ; le reste c’est les profits.

      Si bien que la bonne formulation c’est : « Si l’état gère 100% du PIB il ne reste rien pour l’es profits ».

      Oui ? Où est le problème, péripatounet ?.


    • Traroth Traroth 11 octobre 2012 11:46

      « si l’état prend 100% du PIB il ne reste rien pour l’économie »


      Et si ma tante en avait, je l’appellerais mon oncle ! smiley

      Vous faites semblant de croire que quelqu’un conteste ce que vous énoncez, mais ce n’est pas le cas !

    • Traroth Traroth 11 octobre 2012 11:47

      «  votre pays référence l’ancienne URSS »


      Non.

    • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 11:50

      L’état gère l’économie.... merci de cet intense moment de rigolade.

      Vous vouliez gérer ? Et bien dansez maintenant.


    • Traroth Traroth 11 octobre 2012 11:53

      Péripate : magnifique contresens prévisible de la part d’un libéral. L’apparition des problèmes correspond justement à la libéralisation de l’économie : baisse d’impôts pour les riches et les entreprises, privatisations, libre-échange.


    • Romain Desbois 11 octobre 2012 12:25

      Ce n’est pas le « coût » du travail qui pèse sur le chômage, c’est le chômage qui pèse sur le « coût » du travail !!!!

      Embauchons des fonctionnaires qui rapporterons plus qu’ils ne coûtent !

      Des greffiers, des juges, des inspecteurs du travail, dela DGCCRF, de la DSV, du fisc !!!!!


    • Francis JL 11 octobre 2012 12:28

      péripate,

      comme les autres zozos, vous n’avez aucune suite dans les idées : vous êtes ici l’hôpital qui se moque de la charité et jouez sur les mots comme un sauvage sur un Steinway.

      Si on ne peut pas dire que l’Etat prend à l’économie, en revanche, on peut dire qu’il gère les finances publiques.

      Allez, encore un p’tit coup de Socrate : « Être bête, c’est avoir un sens aigu de l’inessentiel » En l’occurrence, c’est « chercher la petite bête », ce que vous faites.

      Mais je reconnais bien là votre style : c’est la preuve que j’ai touché juste. C’est pour ça, péripate, que je vous aime bien, au fond. Vous êtes si prévisible. Malgré le manque de suite dans les idées, c’est une forme d’honnêteté, vous savez.


    • foufouille foufouille 11 octobre 2012 14:27

      « dettes iniques qui sont apparues du fait de dépenses excessives »

      le salaire de l« ouvrier » viticole va vite descendre a 350€ au lieu de 700


    • frugeky 11 octobre 2012 09:55

      Il me semble que le gouvernement est déjà revenu sur la gratuité des lycées français à l’étranger.


      • Francis JL 11 octobre 2012 10:30

        Frugeky,

        vous pourriez préciser : le gouvernement PS est revenu sur la gratuité qui avait été décidée par Sarkozy.


      • Traroth Traroth 11 octobre 2012 10:33

        Pas gratuit ne veut pas forcément dire suffisamment cher...


      • frugeky 11 octobre 2012 10:45

        @ Jl

        Il me semblait aller de soi qu’en parlant du gouvernement ce ne pouvait être que l’actuel...
        Merci de l’avoir précisé.

      • Traroth Traroth 11 octobre 2012 11:28

        @Calmos : Pas gratuit ne veut pas forcément dire suffisamment cher...


      • Traroth Traroth 11 octobre 2012 11:17

        Bizarrement, la carte disait « Pot-au-feu ». Je fais confiance au chef. Et je sais reconnaître la garbure quand j’en vois, merci beaucoup. En l’occurrence, il n’y avait ni chou ni canard, mais du boeuf, des carottes, du navet... Un pot-au-feu, quoi.


      • Laurent C. 11 octobre 2012 11:03

        Une anecdote me revient.
        Ma femme, coiffeuse en ce temps dans le 8°, avait une cliente expatriée dans ce booo pays que sont les States.

        Étrangement, elle venait finir ses grossesses et accoucher en France. Pourquoi donc ??
        Elle l’avoua sans vergogne : la prise en charge à 100% par la sécu !!

        On aimerait tous pouvoir profiter de ce que finance nos impôts, taxes et autres prélèvements MAIS surtout ne pas les payer.


        • Traroth Traroth 11 octobre 2012 15:23

          « Les pauvres accouchent trés bien aux States »


          Pourquoi lire plus avant ? Aux Etats-Unis, les soins médicaux, ça coûte un bras.


        • Laurent C. 11 octobre 2012 17:04

          3 quand on est expat on est radié de la sécu (et oui)

          Exact parce que vous ne cotisez plus à la sécu
          Vous adhérez a la Caisse des Français de l’Etranger
          page d’accueil du site :
          "Si vous êtes expatrié, vous pouvez choisir de continuer à bénéficier du régime de l’assurance maladie française en adhérant à la CFE"

          évidement, il faut cotiser


        • Fergus Fergus 11 octobre 2012 11:39

          Bonjour à tous.

          Au risque de me répéter, je rappelle que le niveau des prélèvements obligatoires n’est pas un problème en soi et ne devrait pas constituer l’indicateur pincipal de la réflexion politique. Seul devrait être pris en compte le niveau des dépenses contraintes, qu’elles soient de nature publique ou privées.

          En réalité, le référence au taux des prélèvements obligatoires ne sert véritablement qu’à une chose : occulter le fait que les dépenses par foyer seraient les mêmes, voire supérieures, dans un système ultralibéral à faible taux d’imposition. But de l’opération : alléger toujours plus les impôts des riches possédants en agitant un pseudo épouvantail !


          • alinea Alinea 11 octobre 2012 20:48

            Réduire l’État Fergus : le but : plus d’État !


          • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 20:55

            Remarquez que « plus d’état » était un objectif de Marx, jusqu’à ce que ses continuateurs s’aperçoivent que c’était la source d’une rente quasi illimitée.

            Bien sûr cette « découverte » change tout, petits coquins.....


          • Traroth Traroth 11 octobre 2012 21:30

            Vous avez parfaitement raison, sur ce coup-là, péripate. Le but du communisme, en principe, est la disparition de l’état. L’étatisation n’est q’un moyen de rendre à la collectivité les moyens de production détenues par les particuliers, en l’occurrence les entreprises.


          • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 21:51

            Ce n’est rien : je connais la théorie marxiste probablement mieux que vous.


          • alinea Alinea 11 octobre 2012 23:12

            Traroth :
            ce sont les anarchistes qui ne veulent plus d’État !
            Il faut savoir de quoi l’on parle ; l’État n’est là que pour enrichir les riches !
            Le capitalisme ultra libéral dans ses pseudo desseins, se coupe l’herbe sous le pied !
            Toutes les fortunes se sont créées par l’État.
            Mais maintenant que le mal est fait, il reste une vague réminiscence ou une vague nostalgie de l’État providence ; vous savez, celui qui distribue quelques subsides aux pauvres, pour qu’ils ferment leur gueule.
            Je parlais de cet État là ! Un état qui serait protecteur !
            Vous savez bien : profits privés, pertes publiques !


          • Alpha Tango Charlie 11 octobre 2012 23:38

            @Waldgänger 

            en tant que sectaire vous vous posez là ! 
            quelle est votre profession ?


          • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 23:50

            Être de droite n’est rien d’autre que de n’être pas de gauche. Plus exactement c’est la gauche qui dit qui est à gauche et qui est à droite. Avec une grande variété dans le placement du curseur, même la crapule stalinienne Mélanchon peut être vu comme un « impérialiste ».

            Comment dit-on ? Des salades.


          • Traroth Traroth 11 octobre 2012 23:57

            @péripate : bravo ! smiley



          • Traroth Traroth 12 octobre 2012 10:09

            @péripate :


            « Plus exactement c’est la gauche qui dit qui est à gauche et qui est à droite »

            Malheureusement, il n’y a pas d’autorité réelle sur ce sujet objectif et ô combien important...

            Pour moi, la classification est toujours la même : à gauche ceux qui recherchent de manière directe le bien général, à droite ceux qui prétendent que faire le bien de quelques-uns (selon le système à la mode : nobles, capitalistes, imams...) fera par ricochet le bien de tous. Ce qui veut dire en d’autres termes que si on met vraiment beaucoup de nourriture sur la table de ces quelques-uns, il y a bien quelques miettes qui finiront par tomber. Le reste, ce ne sont que les modalités...

          • ZEN ZEN 12 octobre 2012 10:21

            Mon dieu, mon dieu, Péripate, c’est Byzance... smiley


          • Francis JL 12 octobre 2012 10:27

            Pas facile, même pour un péripate de retomber sur ses papattes. N’est pas chat qui veut, et le nom ne fait rien à l’affaire.


          • Francis JL 13 octobre 2012 10:02

            Bravo Waldgänger,

            Cet volée de bois vert en forme de tir à répétition mérite sa place au panthéon des collectors, autant pour la forme que pour le fond.

            @ Alinéa qui écrit : « ce sont les anarchistes qui ne veulent plus d’État ! »

            Personne, à part les rêveurs ne souhaite la disparition de l’État, mais le problème est de savoir à qui profite l’État.

            Mais il y a État et État ! Le Medef, c’est clair, ne veut pas la disparition de l’État providence des riches : il veut la disparition de l’État démocratique. Nuance.

            Quant aux libéraux, malgré leur haine affichée de l’interventionnisme ils sont sur ce coup-là, les alliés objectifs du Medef, pour les mêmes raisons.

            En effet : pour un libéral, l’interventionnisme en faveur des riches, c’est mieux que pas d’interventionnisme du tout, puisque le lobbying est une composante clef du dogme libéral. C’est précisément là que réside toute sa différence avec l’anarchie !

            Dans le langage libéral, le lobbying n’est pas un interventionnisme, et la main invisible c’est celle qui est dans la culotte du pouvoir politique, celui qui détient la force armée, le droit de lever l’impôt, et d’en faire ce que bon lui semble.

            Si le libéralisme est le faux nez du Medef, je dirai que la main invisible est le faux nez du lobbying, autrement dit, de la corruption. Et pour qu’il y ait corruption, il faut qu’il y ait corruptibles, en l’occurrence, l’Erat.

            CQFD.


          • eric 11 octobre 2012 11:49

            Alors c’est comme cela que cela fonctionne. je me demandai.On cherche à tous prix de l’argent pour maintenir et si possible développer le train de vie de ses copains. On prend un sujet auquel visiblement on ne connait rien. Les lycées français à l’étranger. On se demande combien cela coute, on regarde si on a une partie de sa clientèle politique à risque. Comme on y connait rien on se plante, on décide de taxer, et on est tout surpris du résultat.
            C’est cohérent. Cela a l’air d’avoir été aussi le raisonnement pour augmenter de 50% la redevance télé. (taxation des résidences secondaires)
            C’est comme cela que Jospin s’est planté. Il a plafonné les réductions d’impôts pour garde d’enfant pour punir les riches qui ont des nounous. Il n’a pas compris pourquoi les mères divorcées, les pères recomposés et d’une manière général, la classe moyenne sup socialiste a statu n’a pas été contente.
            Bon là, il a fallut attendre les élections. Certaines réactions à droite à gauche laissent penser qu’une jacquerie fiscale n’est pas complètement exclue. Il suffit d’une vraiment trop grosse connerie.
            Par exemple si les français apprennent que si les « pigeons » eux ont été entendu, c’est parce que Niel, qui finance a bout bras la moitié de la presse de gauche avec ses bénéfices de Free, a passé un coup de fil parce que c’est lui qui aurait été le plus concerné (Madame Bettancourt Lagardére et autres se reposent par rapport à lui comme on dit en Russe)


            • Traroth Traroth 11 octobre 2012 11:51

              J’attends toujours d’apprendre en quoi votre commentaire conteste ce que j’ai écrit...


            • eric 11 octobre 2012 18:02

              j’attends toujours...je ne crois pas, si le problème des lycées français à l’étranger vous intéressait vous vous seriez renseigné avant et même aprés....


            • Traroth Traroth 11 octobre 2012 21:31

              Je suis supposé deviner ce que vous voulez dire, là, c’est ça ? smiley


            • Traroth Traroth 12 octobre 2012 10:10

              Vous, je ne sais pas mais moi, en tout cas, je suis de gauche, Waldgänger.


            • TSS 11 octobre 2012 13:41

              Les pigeons en langage populaire on appelle cela des« rats volants » ! Je trouve que la

               definition leur va très bien... !!


              • Clojea Clojea 11 octobre 2012 14:46

                Je rejoins certains : Impôts à haute dose néfaste pour l’économie. C’est une certitude


                • Traroth Traroth 11 octobre 2012 15:15

                  Et actuellement, l’impôt est « à haute dose » ou pas ? Parce que c’est là, la question, en réalité.


                • Traroth Traroth 11 octobre 2012 15:29

                  @Actias : effectivement. Il ne faudrait en faire que des choses utiles pour la société. Pas les gaspiller sous forme de subventions aux entreprises sans contrepartie ou de « sauvetage des banques ».


                • joletaxi 11 octobre 2012 16:07

                  Il ne faudrait en faire que des choses utiles pour la société.

                  oui par exemple taxer les entreprises pour leurs émissions C02,et envoyer 60% des sommes récoltées en chine,pour notamment leur permettre de donner une base à leurs entreprises de photovoltaïque et éolienne qui au final ont mis par terre toutes les nôtres.
                  Subventionner ces mêmes renouvelables, qui, et c’est de moins en moins un secret, ne servent strictement à rien pour notre fourniture d’énergie,et faire exploser la note de tout le monde.
                  Tout ceci strictement pour rien,puisque nos émissions n’ont cessé d’augmenter.
                  Fermer le nucléaire, pour le remplacer comme les allemands par du charbon.
                  Interdire les gaz de schiste, qui provoquent une embellie de l’emploi et de l’économie aux USA,y compris des rentrées fiscales
                  Il y a des tas de mesures simples qui permettraient de soulager notre trésor

                  « sauvetage des banques ».
                  ben oui, une bonne affaire en définitive, puisque en contrepartie de garanties de l’état(il est faux de dire que l’on a donné de l’argent aux banques) celles-ci ont été rémunérées au taux de 8% en moyenne,et ces agios ont été payés et les garanties levées.

                  Bref, l’enfumage habituel de votre bande


                • alinea Alinea 11 octobre 2012 20:54

                  Et si on imaginait une économie ou aucun argent public n’irait au privé.
                  Il faudrait le mettre dans la constitution.


                • Clojea Clojea 12 octobre 2012 08:29

                  @ Traroh : Il l’est c’est sur, voyez la liste assez longue dans cet article et non exhaustif :



                • Clojea Clojea 12 octobre 2012 08:29

                  Ah, le lien passe pas. Voir mon dernier aticle


                • joletaxi 11 octobre 2012 15:02

                  mais quelle mentalité de tâcherons, de petits.

                  vous bavez votre haine, contre celui qui finalement vous donne un salaire,et vous espérez qu’il va partager ?
                  Vous êtes idiots ou quoi ?

                  Et je connais un patron et bien....
                  Moi je peux vous remplir des pages d’ouvriers voleurs, saoulards,fainéants,incapables,
                  Et moi je connais un patron qui fraude...
                  Moi je peux vous en donner par dizaines de gens qui sont qui, en invalidité bidon, qui en chômage de convenance,j’en connais même un qui depuis l’âge de 22 ans n’a plus jamais travaillé(il en 70 maintenant, et touche une pension égale à son voisin qui lui a bossé)
                  En Wallonie, on s’est aperçu que 25 % des chômeurs l’étaient depuis plus de 20 ans.

                  Alors si vous êtes de gens si talentueux, dont les justes mérites ne sont pas reconnus, figurez-vous que dans le goulag libéral, vous pouvez exprimer votre potentiel inexploité par des patrons salauds,en prenant vos responsabilités,et en fondant votre boite, quitte, quand les clients ,qui auront remarqué vos talents se presseront à votre porte,à partager généreusement les fruits justement récoltés.
                  A vous lire, c’est pas demain la veille.
                  Et ne venez pas me dire que c’est impossible, qu’il faut de l’argent et tout le blabla habituel.
                  Je vous citerai juste cet exemple d’un jeune cadre dans une chaîne de supermarché, qui pour ouvrir son premier magasin achetait des voitures avec un crédit personnel, pour les revendre aussitôt pour avoir de la trésorerie,mais là, il faut des c... hein.

                  Continuez à vous lamenter,à manifester, à refaire le monde, quand il ne restera plus d’entrepreneurs,vous aurez tout loisir de « partager »


                  • Traroth Traroth 11 octobre 2012 15:22

                    « mais quelle mentalité de tâcherons, de petits » : voila une agression qui ne vous grandit guère. Vous vous croyez meilleur que tout le monde ?


                    « vous bavez votre haine » : Ah bon ?

                    « celui qui finalement vous donne un salaire » : Vous mentez. Moi, mon employeur ne m’a jamais rien donné. Je lui ai vendu mon travail, et comme il se concerte avec ses congénères, ils ne m’en donnent qu’une petite fraction de sa valeur. La différence, ils la gardent, et c’est même tout le principe de l’entrepreneuriat.

                    « Moi je peux vous en donner par dizaines de gens qui sont qui, en invalidité bidon, qui en chômage de convenance,j’en connais même un qui depuis l’âge de 22 ans n’a plus jamais travaillé(il en 70 maintenant, et touche une pension égale à son voisin qui lui a bossé) » : Et moi, je connais un chat qui arrive à s’envoler en pétant. Étonnant, non ?

                    « vous pouvez exprimer votre potentiel inexploité par des patrons salauds,en prenant vos responsabilités,et en fondant votre boite » : En d’autres termes, si vous en avez marre d’être exploité, vous n’avez qu’à exploiter les autres. Mais si on ne veut pas ? Si on veut sortir de cette logique bestiale, au contraire ?

                    « quand il ne restera plus d’entrepreneurs,vous aurez tout loisir de »partager«  » : Il y a pourtant beaucoup d’entrepreneurs, mais pour la plupart des gens, on ne peut pas dire que ça soit l’opulence. Cherchez l’erreur ! Cela dit, vous avez tort de vous inquiéter, on ne manque pas de vocation d’esclavagiste !

                  • joletaxi 11 octobre 2012 15:49

                    voila une agression qui ne vous grandit guère. Vous vous croyez meilleur que tout le monde ?

                    oui, vous avez raison:crapule libérale c’est quoi ? un euphémisme, une litote, une périphrase ?
                    ah non, un pléonasme, un peu comme vendu socialiste,crétin écolo,idiot bobo,salaud coco...

                    vous mentez. Moi, mon employeur ne m’a jamais rien donné. Je lui ai vendu mon travail, et comme il se concerte avec ses congénères, ils ne m’en donnent qu’une petite fraction de sa valeur.
                    Vous vous croyez meilleur que tout le monde ?

                    vous êtes payé en fonction de la valeur ajoutée à la tâche que l’on vous confie.Et si vous n’êtes pas satisfait de votre salaire, comme vous avez des qualités remarquables, un autre entrepreneur fera surement un pont d’or pour vous débaucher,technique à laquelle je confesse j’ai eu recours.
                    Mais visiblement ce n’est pas votre cas.

                    Et moi, je connais un chat qui arrive à s’envoler en pétant. Étonnant, non ?

                    ennuyeux hein, la rapacité,la malhonnêteté,sont bien partagées.


                    Mais si on ne veut pas ? Si on veut sortir de cette logique bestiale, au contraire ?
                    pas de problème.Une particularité du goulag libéral est que l’on peut en sortir comme on veut.Allez donc dans des pays où vous ne serez pas exploité.Chavez est un grand espoir pour des gens comme vous, et le climat est très agréable.
                    Par contre ici, comme vous ne représentez pas grand chose dans cette société, on va continuer encore un peu.

                    Il y a pourtant beaucoup d’entrepreneurs, mais pour la plupart des gens, on ne peut pas dire que ça soit l’opulence. Cherchez l’erreur ! Cela dit, vous avez tort de vous inquiéter, on ne manque pas de vocation d’esclavagiste !

                    Tiens, les patrons ne seraient pas en grande majorité dans l’opulence.Pourtant,cela reste le vivier préféré des gens de gauche pour aller racler les fonds de tiroir.


                    on ne manque pas de vocation d’esclavagiste !
                    depûis que le fouet a été interdit, les vocations sont plus rares.

                  • Francis JL 11 octobre 2012 16:05

                    joletaxi,

                    ayez svp, l’amabilité de nommer l’intervenant à qui vous vous adressez. Surtout quand vous ne postez pas au bon endroit.

                    Vous demandez : « crapule libérale c’est quoi ? »

                    C’est une expression consacrée qui sert à désigner une sorte d’idiot utile, plus ou moins idiot (vs plus ou moins intelligent) plus ou moins utile à une cause qui n’est pas la sienne c’est selon, mais plus ciblée ;

                     La crapule libérale est plus ou moins crapule (plus ou moins honnête), plus ou moins libérale c’est selon, si vous voyez ce que je veux dire.


                  • Traroth Traroth 11 octobre 2012 16:11
                    « crapule libérale » : Je vous ai traité de « crapule libérale », moi ? Mensonge !

                    « vous êtes payé en fonction de la valeur ajoutée à la tâche que l’on vous confie » : Vous voyez, quand vous voulez. 

                    « un autre entrepreneur fera surement un pont d’or » : aucun employeur ne me paiera jamais ce que vaut mon travail, car sinon, il n’en tirerait pas profit, lui. Si vous n’avez pas encore compris que c’est là le principe-même du capitalisme, on ne peut plus rien pour vous !

                    « Une particularité du goulag libéral est que l’on peut en sortir comme on veut » : Mais je n’ai jamais dit que je voulais m’en aller. C’est ICI que je veux faire changer les choses.

                    « Tiens, les patrons ne seraient pas en grande majorité dans l’opulence » : apprenez à lire (et à mettre de guillemets, histoire que vos commentaires soient au moins lisibles), et après on en reparle...

                  • joletaxi 11 octobre 2012 16:11

                    Jl

                    je me fiche éperdument de votre opinion,et pour l’occasion, si vous lisez bien avec le doigt, vous remarquerez que je ne m’adressais pas à vous.


                  • joletaxi 11 octobre 2012 16:22

                    aucun employeur ne me paiera jamais ce que vaut mon travail, car sinon, il n’en tirerait pas profit, lui.

                    tombez la cravate, vous allez vous étrangler ,votre cou gonfle

                    On ne saura jamais le gachis de ne pas avoir reconnu vos talents.

                    comment on dit déjà ?
                    prétentieux ?


                  • Francis JL 11 octobre 2012 16:23

                    jojo le taxi,

                    vous vous fichez de mon opinion ? Vous avez tort ! Je la partage volontiers, et toujours gratuitement.

                     smiley


                  • Francis JL 11 octobre 2012 16:28

                    joletaxi confond amalgame implicitement charges et salaires, bénéfice et plus-value. Son opinion n’est partagée par personne, sauf peut-être les ignorants.


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 octobre 2012 16:28

                    Traroth

                    Comment pouvez vous accepter une rémunération d’ un salaud de capitaliste , 
                    exploiteur , suçeur de sang  ?

                    Perso quand je me suis aperçu qu’ on ne me payait pas à ma juste valeur
                    je suis parti du salariat et j’ en ai été très content .

                    Le problème c ’est qu’ à ce moment là il ne suffit pas d’ avoir de la gueule
                    il faut plus... smiley


                  • Traroth Traroth 11 octobre 2012 16:34

                    @joeletaxi : ce que je remarque, c’est que vous évitez soigneusement de répondre au moindre argument. C’est donc que j’ai raison.


                  • Traroth Traroth 11 octobre 2012 16:37

                    @rocla : une réelle malhonnêteté ? smiley


                    Bon, marre des conneries. Ni l’article ni mes commentaires ne sont là pour parler de mon cas particulier, que vous ne connaissez pas et que je ne commenterais pas. Quand le sage montre la lune...

                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 octobre 2012 16:41

                    Traroth 

                    je lis «  les riches veulent toujours plus  »

                    ben c’ est vrai que pour être riche faut de l’ ambition .

                    Pour être défileur Nation République on se met à la queue leu leu .


                  • foufouille foufouille 11 octobre 2012 17:02

                    @joletaxi
                    tu devrais faire les vendanges, et dormir sous une tente
                    tu en as beaucoup des offres comme ca, alors cours
                    ca doit etre un « bon » patron, ca


                  • joletaxi 11 octobre 2012 17:20

                    ce que je remarque, c’est que vous évitez soigneusement de répondre au moindre argument. C’est donc que j’ai raison.

                    vous avez des arguments ?

                    j’ai pas vu, ?


                  • joletaxi 11 octobre 2012 17:26

                    @fourfouille

                    faire les vendanges était jusqu’il y a peu, une occasion de s’encanailler et de se payer une tranche de franche rigolade.Cela n’a jamais été un métier à part entière.

                    La crise étant là, c’est devenu une ultime source de revenus pour des gens sans qualification.
                    Et effectivement, cela ne paie pas.Ce qui était une gratification pour des vacanciers un peu « spéciaux » ne saurait devenir par un coup de baguette magique un salaire pour un ouvrier qualifié

                    .


                  • foufouille foufouille 11 octobre 2012 20:26

                    @joletaxi
                    pour ce prix, on te ramasse le vert et le pourri
                    et tres lentement
                    faire dormir sous la tente est proche de l’esclavage de ton liberalisme

                    t’as pas du les faire souvent ou comme « fils de »


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 octobre 2012 20:29

                    Dormir sous la tante c ’est l’ inceste .


                  • Traroth Traroth 11 octobre 2012 21:36

                    @rocla :


                    « ben c’ est vrai que pour être riche faut de l’ ambition » : et pour vous, l’ambition est une qualité, j’imagine ?

                  • Traroth Traroth 11 octobre 2012 21:37

                    @joeletaxi :


                    « vous avez des arguments ?

                    j’ai pas vu, ? »


                    Vous ne méritez donc plus qu’on vous réponde.


                  • A. Nonyme A. Nonyme 11 octobre 2012 15:22

                    Patrons = pourris, riches = voyous... Rien de neuf sous le soleil des collectivistes. Vive Chavez, ses rentes pétrolières et sa corruption à tous les étages !
                    Merci aux Geonpis de démontrer que dans ce pays, on lapide la prise de risque, le talent, la créativité et la réussite. Triste France...
                     smiley


                    • Traroth Traroth 11 octobre 2012 15:27

                      Les pigeons, c’est une agence de com’ (« Yopps ») qui se fait passer pour des autoentrepreneurs. Sur le fond, c’est d’abord une imposture.


                      La seule chose que prouvent les pigeons, c’est que les riches veulent toujours et encore que les pauvres fassent les sacrifices à leur place, pendant que eux profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent, profitent...

                    • A. Nonyme A. Nonyme 11 octobre 2012 15:42

                      Blabla, blabla, blabla...
                      Vous n’imaginez pas comment on profite, profite, profite, quand on est en liquidation judiciaire. Je m’étonne même de ne pas encore avoir les menottes aux poignets tant l’administration vous soupçonne d’avoir fauté.
                      Pendant 18 ans, parti de rien, j’ai embauché, payé des salaires corrects, distribué des primes gargantuesques et même fait des licenciements de complaisance, ce que je regrette au plus haut point d’ailleurs.
                      Mais bon, comment vous faire comprendre quoi que ce soit, vous le chantre de l’état providence et de l’assistanat...
                      Enfin peut-être verrez-vous un jour la réalité en face, quand les entrepreneurs et les salops de riches se seront tous barrés, et qu’il n’y aura plus personne pour raquer les émoluments des peigneurs de girafes.


                      • Traroth Traroth 11 octobre 2012 15:54

                        Le problème de votre mythologie, c’est toujours et encore cette idée implicite que seuls les entrepreneurs travaillent. Alors que quand on créé une entreprise, l’objectif est bien de tirer profit du travail des autres.

                        Quand vous dites que vous avez « payé des salaires corrects, distribué des primes gargantuesques », excusez-moi, mais je ne pense pas que vous ayez mis toute votre marge (c’est à dire la différence entre le prix auquel vous achetez le travail et le prix dont vous en vendez le fruit) dans les salaires. Vous en avez mis dans la poche, et finalement, ce que vous n’expliquez jamais, c’est ce qui vous autorise à faire ça.

                      • Traroth Traroth 11 octobre 2012 15:56

                        « le prix auquel vous en vendez le fruit »*


                      • joletaxi 11 octobre 2012 16:16

                        encore une enclume.
                        décidément, c’est une vraie galerie d’enclumes plus ou moins lourdes ici.

                        la marge que vous voudriez vous approprier au même titre que l’entrepreneur, c’est justement cette valeur ajoutée que vous êtes incapable vous de créer.
                        Un entrepreneur ne se contente pas ,comme vous, de borner son horizon à un travail bien défini, il crée une valeur ajoutée, qui est sa propriété.

                        Votre vie doit être pénible dans ce monde auquel vous ne comprenez rien


                      • A. Nonyme A. Nonyme 11 octobre 2012 16:30

                        Sans déconner ! J’ai gagné de l’argent avec ma boîte ? Damned !!! Honte sur moi !
                        Oui j’ai gagné ma vie, sans excès, et je confesse volontiers que je n’ai pas distribué toute la marge. Un peu aux investissements, un peu en trésorerie (ce qui m’a permis de tenir et de payer les salaires pendant 3 ans - oui 3 ans - où la boîte perdait de l’argent, et un peu pour bibi, parce que bibi il veut bien se lever le ..., mais pas pour peau de balle non plus !
                        Mais vous avez compris, une entreprise gagne de l’argent grâce au travail de ses salariés, et aussi de son patron hein, lequel est seul en ligne de mire quand les choses tournent mal.
                        Que les profits du travail des salariés ne soient pas toujours justement redistribués, je vous l’accorde. Le problème, c’est que comme souvent, vous ne voyez dans l’entreprise que les grands groupes du CAC 40 et non pas la grande masse des PME/PMI/TPE qui n’est pas soumise aux dictats des actionnaires et au sein desquelles il existe une volonté commune d’aller de l’avant pour le bienfait de tous et non pas de luttes intestines entre direction et salariés. Ce faisant, vous discréditez l’entreprenariat et l’entreprise. Dommage.


                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 octobre 2012 16:32

                        Ce qui autorise une marge c ’est tout simplement la rémunération des risques 
                        et périls encourus quand on a une entreprise , l’ imagination la créativité . + le 
                        courage de se coltiner des ahuris de votre genre avec votre mentalité de
                        femme de ménage .


                      • Traroth Traroth 11 octobre 2012 16:40

                        @joeletaxi :


                        « la marge que vous voudriez vous approprier au même titre que l’entrepreneur, c’est justement cette valeur ajoutée que vous êtes incapable vous de créer.
                        Un entrepreneur ne se contente pas ,comme vous, de borner son horizon à un travail bien défini, il crée une valeur ajoutée, qui est sa propriété. »

                        Etant donné que seul le travail créé de la valeur, j’aimerais bien que vous m’expliquiez de quelle manière un entrepreneur créé de la valeur, lui.

                      • A. Nonyme A. Nonyme 11 octobre 2012 16:49

                        Ben par la création d’un produit ou d’un service tiens. Produit ou service que les salariés ont pour mission de fabriquer ou de réaliser. Euh, vous nous taquinez là ou bien ?


                      • Traroth Traroth 11 octobre 2012 16:58

                        Mais entrepreneur ne veut pas dire forcément concepteur d’un produit. L’imagination, c’est un travail. Beaucoup d’entreprises font imaginer leurs produits par des professionnels dont c’est le métier. Je le dis d’autant plus tranquillement que j’en fais partie.


                        Entendons-nous bien : pour moi, un entrepreneur, c’est quelqu’un qui créé une entreprise, ni plus ni moins. Ça implique effectivement un certain risque, même s’il est souvent plus réduit qu’on le prétend, mais la créativité, c’est du domaine du travail.

                        Oui, il y a des entrepreneurs qui travaillent, aussi. Des gens qui ont une idée et qui lancent une entreprise en la suivant. Ou des plombiers qui se mettent à leur compte et qui sont leur premier ouvrier. Mais là non plus, ça n’a rien d’automatique. Ça n’a rien à voir avec la création d’entreprise, en soi.

                        il y a aussi pleins de chefs d’entreprise qui sont tout simplement des rentiers.

                        Cette parenthèse étant fermé, on peut peut-être revenir au sujet de l’article ?

                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 octobre 2012 17:10

                        Donc une entreprise en plomberie n’ est pas une entreprise .

                        J’ aimerais bien savoir en quoi une entreprise en plomberie n’ est pas 
                        une entreprise .
                        Un chat est pas un chat non plus  ?


                      • joletaxi 11 octobre 2012 17:18

                        Etant donné que seul le travail créé de la valeur, j’aimerais bien que vous m’expliquiez de quelle manière un entrepreneur créé de la valeur, lui.

                        ah bon ?
                        vous pouvez fabriquer avec un grand professionnalisme des fixe chaussettes, je ne pense pas que cela aura une grande valeur ajoutée ?
                        Et il ne faut même pas créer.
                        Un malin qui va en Chine avant les autres et qui ramène un produit que les gens veulent acheter à un prix qui lui laisse une marge confortable, il crée une valeur ajoutée,et je ne vois pas en quoi le magasinier qui emballe ses colis aurait un droit sur cette valeur ajoutée ?
                        C’est justement cette valeur ajoutée que permet le libéralisme qui en fait un système plus performant que tous les autres,car il suscite cette valeur ajoutée.
                        Tous les autres systèmes ont fait faillite


                      • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 18:13

                        mentalités de femmes de ménage.... Ce n’est pas gentil pour ces braves dames qui valent mieux que ces ahuris.

                        Mais c’est tellement juste.


                      • alinea Alinea 11 octobre 2012 21:08

                        N’y aurait-il pas des entreprises de services et des entreprises de production ?
                        Je suis pour les SCOOP ; et quand c’est trop gros, genre télécom ou raffineries ou aciéries : on nationalise !
                        Plus de patrons ! Yep !! Donc beaucoup de frustrés à soigner, donc création d’emplois dans le soutient psychologique !


                      • Traroth Traroth 11 octobre 2012 21:43

                        Tiens, j’allais en parler, des coopératives, justement. Si vraiment on veut organiser une activité par pure philanthropie, c’est ça qu’on fait, pas une entreprise.


                        Sur developpez.com, on m’a proposé à plusieurs reprises d’écrire des articles. On peut même obtenir un bouquin pour un article, dingue, non ? Mais developpez.com, c’est une entreprise (basée à Newark, dans le New Jersey, d’ailleurs). Pourquoi est-ce que je travaillerais presque gratuitement pour une entreprise ??? Les types qui m’ont contacté ont essayé de faire valoir l’aspect communautaire, les programmeurs sont une grande famille, tout ça. J’ai fait remarquer que quand on veut juste faire un site pour aider les gens, on fait ça sous forme d’assoc. Après cette objection, les contacts ont cessé...

                      • alinea Alinea 11 octobre 2012 22:26

                        Traroth ! C’est bizarre !
                        Le problème- bien développé par le parti de gauche ( juré craché, je ne fais pas de pub !), c’est qu’aujourd’hui on ne crée plus, on n’entreprend plus, on ne fabrique plus pour satisfaire une demande, pour améliorer le quotidien mais on se gratte la tête de manière à savoir ce que l’on pourrait bien inventer et qui pourrait marcher !
                        C’est le but premier qui fait la différence : gagner sa vie à fabriquer des chaussettes, belles, chaudes et solides, peut être le fait d’un entrepreneur ; mais ce peut être le fait aussi d’une association de gens qui marient leurs talents et leur savoir-faire ; gagner sa vie honnêtement en créant du bien ( du Bien).
                        Ce n’est pas du tout l’état d’esprit des entreprises aujourd’hui.
                        Et l’inventivité du connard qui balance un truc inutile et qui sait le vendre, ça, ça vaut des millions !
                        Je crois que le schisme est là : nous ne sommes pas tous convaincus que cette manière de faire est la meilleure !


                      • Traroth Traroth 12 octobre 2012 00:02

                        @rocla :


                        « Donc une entreprise en plomberie n’ est pas une entreprise » : Si c’est supposé être une interprétation de mes propos, vous feriez mieux d’en restez à vos vannes habituelles...

                      • Traroth Traroth 12 octobre 2012 00:03

                        @joeletaxi :


                        « Un malin qui va en Chine avant les autres et qui ramène un produit que les gens veulent acheter à un prix qui lui laisse une marge confortable, il crée une valeur ajoutée » : oui, parce qu’aller chercher un truc en Chine et le ramener ici, c’est un travail !

                      • spartacus spartacus 11 octobre 2012 16:31
                        Avec la fiscalité française, 
                        Les entreprises françaises ont la rentabilité la plus faible d’Europe
                        Les actionnaires et les entreprises sont les plus surtaxés du monde !
                        Elles ne peuvent investir, innover et embaucher.
                        Du fait du taux anormalement élevé de ces prélèvements, elles n’autofinancent leurs investissements qu’à hauteur de 70%. C’est le taux le plus faible du monde !

                        La répartition de l’impôt sur le revenu :
                        50% des Francais ne payent pas d’impôts et 10% payent 72% de l’impôt sur le revenu.
                        0,01% des foyers français payent (3639 foyers) 5% de l’impôt total

                        L’ISF, la suppression du prélèvement libératoire, la nouvelle tranche d’imposition à
                        45% (hors75%) plus(CSG, CRDS) à 15,5%, élève le taux d’imposition à plus de 100% pour certains contribuables.
                        C’est dire si c’est con ! être plus imposé que ces revenus !

                        L’ISF nous coûte de l’argent 
                        0,3% de croissance annuelle depuis douze ans, ce qui représente 500 000 emplois perdus. 20 000 chefs d’entreprise se sont expatriés sur la période 1997-2009, ce qui représente une perte de capital productif de 300 Milliards d’euros en douze ans et ce qui explique largement notre déficit en PME. 
                        C’est débile ! mais ça heurte le bobo raciste qui veut absolument des boucs émissaires.

                        Quelles que soient les formes d’investissement, les revenus du capital sont davantage taxés en France que les revenus du travail.
                        Les entreprises du CAC 40 ont versé en 2011 en impôts sur les sociétés 41 milliards
                        Les entreprises du CAC 40 ont versé en dividendes à leurs actionnaires 35 milliards.
                        Nos entreprises subissent en plus les prélèvements les plus élevés du monde occidental.
                        (5 points au taux moyen européen) et de 7 points au taux allemand notre principal partenaire.

                        L’exil fiscal est comptabilisé en ne recensant que les exils imposés ISF.
                        2 expatriés sur 10 sont des créateurs d’entreprise (source Mondissimo), qui partent pour fuir le fiscalisme stupide et assurer la pérennité de leur future entreprise ...

                        Vous avez voté pour un raciste anti-riche....Vous voulez continuer votre racisme anti-riches, anti entrepreneurs....
                        Alors pour l’avenir plus personne ne voudra ni ne sera sera riche...Le nivellement par le bas.

                        Ca devrait arriver vite !
                        Tout va dans votre sens .... bientôt plus de riches, plus d’entrepreneurs...

                        Les expatriés chef d’entreprise devraient passer de 1500 actuellement à 4500 en 2013.

                        Dans les 5 ans les 3500 familles les plus riches de France qui payent a elles seules devrait 5% de l’impot sur le revenu devraient diminuer de 500 par an. Dans 7 ans y’en aura pus.
                        Personne ne semble avoir envie de vouloir les remplacer. ..Allez savoir pourquoi ?

                        La Sfac prévois 65000 faillites en 2013. 
                        Les nouveaux entrepreneurs n’ont pas envie de les remplacer. Allez savoir pourquoi ?

                        • Traroth Traroth 11 octobre 2012 16:51

                          Et vous avez des références pour tous ces chiffres que vous nous balancez doctement ?


                          50% des Français ne paient pas d’impôt sur le revenu ? Vous savez que le seuil d’imposition est de 6088 € par an ? Et ce sont ces miséreux que vous voudriez faire payer à la place des entrepreneurs parfois richissimes ?

                        • joletaxi 11 octobre 2012 17:28

                          ne vous impatientez pas, ils s’en vont, cela prend du temps.


                        • spartacus spartacus 11 octobre 2012 17:39

                          Tout ce que j’écris est obligatoirement sourcé.

                          Voici quelques sources :

                          Il n’y a aucun reproche a ce que les moins riches ne payent pas d’impôts.

                          Le but est d’informer que trop d’impôts tue l’économie. Vous allez vous en apercevoir vite !

                          Que les impôts sont devenus une arme idéologique, et qui ne manipule pas les chiffres ne s’en rends pas compte. 
                          Qu’un seuil a été dépassé et qu’ils ne servent plus maintenant qu’a dissuader de gagner de l’argent et dissuader de travailler et dissuader de créer en France.

                          Notre pays est en compétition fiscale. et les pays ou ils sont plus faibles ne sont pas ceux ou les services publics sont moins bon et ou l’économie est moins bonne.

                          60% du code des impôt a été modifié sur ces 2 dernières années. Ce qui place ceux qui payent des impôts dans une insécurité fiscale anxiogène et démontre bien que l’idéologie fiscale a pris le pas sur le bon sens.

                        • spartacus spartacus 11 octobre 2012 18:22

                          @Babylon

                          Je suis Francais . Je ne crache pas sur mon pays. 

                          Mais j’ai eu un vaccin en 99.
                          En 2009 j’ai eu 2 contrôles fiscaux d’une mauvaise foi immonde, avec rappel sur 6 ans.
                          J’ai mis 3 ans a en sortir et faire valoir ma bonne foi.

                          Ecoeuré en 2001 j’ai monté une autre entreprise en GB, en 2007 une autre à HK. J’aurai pu très bien laisser dans un seul bloc en France.

                          J’optimise. mes revenus principaux arrivent ailleurs et je les dépense ailleurs.

                        • spartacus spartacus 11 octobre 2012 21:11

                          Si t’achète ta plaquette de beurre au supermarché, c’est pas pour autan que tu craches sur le petit commerçant. Tu vas simplement au moins cher.


                          J’aimerai bien faire plus en France, mais c’est pas un pays qui comprend le business.

                        • alinea Alinea 11 octobre 2012 21:12

                          Et nous, spartacus ? On n’est pas payés pour vous lire ?


                        • Traroth Traroth 11 octobre 2012 21:46

                          « En 2009 j’ai eu 2 contrôles fiscaux d’une mauvaise foi immonde, avec rappel sur 6 ans.

                          J’ai mis 3 ans a en sortir et faire valoir ma bonne foi »

                          Ah ok, vous ne voudriez même pas être contrôlé, si je comprends bien...

                        • Yves Dornet 11 octobre 2012 21:56

                          traroth,

                          la grosse vache de dieudo vient de prendre la quenelle de sa vie dans le fion smiley


                        • Traroth Traroth 11 octobre 2012 22:15

                          J’ai potassé vos « sources », spartacus. 


                          -Atlantico, cette succursale de l’UMP, se base sur un ouvrage de l’OCDE qui n’est disponible en ligne. Les 8 pages de résumé ne parlent pas de ce que dit l’article d’Atlantico.
                          -L’IFRAP ’think tank« libéral ne faisant même pas semblant d’être objectif a donc publié une étude finement intitulée »INEGALITES - Les gourous de l’égalitarisme, pères du chômage ?« . D’aucunes auraient déjà arrêté de lire à cet endroit. Ne reculant devant aucun obstacle, j’ai poursuivi, et c’est un festival : »Le mythe de l’imposition non-progressive des revenus« , comme si quelqu’un contestait que l’ISR soit progressif (le problème est qu’il n’est pas assez progressif), par exemple. Mais la vraie perle, c’est » l’impôt risque« , c’est à dire considérer la prise de risque d’un entrepreneur comme un impôt... Chacun appréciera la valeur de cet article de propagande...
                          -L’Expansion pour finir, sur les problèmes de l’industrie française. On cherchera en vain le mot »délocalisation« dans cet article. Autant dire que l’analyse des causes des problèmes n’est pas très complète... Un point intéressant : le flou de l’article sur la notion »d’entreprise française". L’industrie française, c’est l’industrie qui produit en France. C’est ce que cet article essaye d’analyser. Quand Peugeot ouvre une usine en Slovaquie, ce n’est pas du tout de l’industrie française ! Donc oui, l’industrie française va mal, qui songe à le contester, mais est-ce que les entreprises françaises vont mal, c’est une tout autre question.

                        • Traroth Traroth 12 octobre 2012 00:07

                          @Waldgänger : oui, c’est certain que l’économie est en train de partir en sucette, absolument. Parce que ces super-génies de libéraux n’ont pas compris que les pauvres qu’ils passent leur temps à tailler sont aussi les CLIENTS des entreprises qu’ils prennent têêêêllement de risques à créer. Et s’ils n’ont plus d’argent, ils n’achètent plus. Résultat, étant au bord du gouffre, on a fait un grand pas en avant !


                        • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 octobre 2012 17:11

                          6088 euros  ? mais c ’est une fortune pour un Zimbabwéen  !


                          • foufouille foufouille 11 octobre 2012 17:18

                            juste le prix du passeur


                          • Traroth Traroth 12 octobre 2012 14:19

                            @rocla : dommage qu’on ne soit pas au Zimbabwé, hein...


                          • kalagan75 11 octobre 2012 18:18

                            par chez nous , le pigeon a la fâcheuse tendance à voler en direction du Luxembourg . Les « corporate services » n’arrivent plus à suivre parait-il .... mais chuuuuuuuuttttttttttt , faut pas le dire aux kokos ..............


                            • Traroth Traroth 11 octobre 2012 22:18

                              D’autres « patriotes »...


                            • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 octobre 2012 18:31

                              Finalement j’ ai lu l’ article .
                              Alors parlons en ( zen ) pas zène zen comme la liaison de parlons en .
                              Ils ont pris quoi comme dessert le couple du restaurant ?

                              Car on parle fiscalité alors que nous avons de très bons restaurants , où 
                              des critiqueurs du libéralisme-capitalisme vont se lécher les babines chez des 
                              artisans qui suent la transpiration derrière les fourneaux . Les clients ne le savent
                              pas mais ils exploitent éhontément ces personnes debout toute la journée , allant au marché bonne heure , épluchant légumes fruits et sardines au détriment de leur santé 
                              chancelante .
                              Vous devriez vous repentir de vos faits et gestes Traroth .


                              • Le péripate Le péripate 11 octobre 2012 19:25

                                Pour se repentir il faut être capable d’éprouver un sentiment de culpabilité.

                                Or les gens de gauche ont un équipement spécial, une armure anti culpabilité, un truc assez complexe à expliquer comment ça marche. Mais grosso modo, c’est jamais eux les responsables, quand même ils reconnaissent quelques fautes, c’est de la faute aux circonstances. Tout est toujours relatif faut juste trouver la bonne embrouille à dire. Mais plus que tout ils sont sanctifiés. J’imagine un mec de droite racontant « j’étais dans le XVI eme à me faire un petit snack à 60 euros dans un restaurant basque même pas basque et alors.... » Pas difficile d’imaginer les critiques auxquelles notre hypothétique bavard aurait été exposé.
                                Mais là, rien...
                                On est trop cool à droite avec cette engeance.


                              • Francis JL 11 octobre 2012 21:27

                                Tiens !

                                péripate n’est plus libéral ? Il est de droite maintenant ? Je dois avouer ma surprise. Je m’étais donc trompé : Il est imprévisible ?!!!

                                 smiley

                                « Il ne faut pas avoir peur des gens méchants, ce sont de pauvres diables comme les autres. Les imbéciles seuls sont vraiment redoutables. » (Jean ANOUILH)

                                En effet, les gens méchants ont plus d’honnêteté intellectuelle que les imbéciles. Et c’est la malhonnêteté qui est redoutable.


                              • Traroth Traroth 11 octobre 2012 22:19

                                Je paie mes impôts, moi. Vous savez, vos subventions...


                              • Traroth Traroth 11 octobre 2012 22:21

                                Non, je vais le dire autrement : je paie BEAUCOUP d’impôts, en proportion de mon revenu. Et je travaille tous les jours. Donc si vous voulez me faire un reproche, vous avez intérêt de venir avec du lourd, les clowns !


                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 octobre 2012 18:56

                                Hé hé , si un jour tout le monde est boulanger j’ ouvrirai une charcuterie , 
                                vas-y j’ en vendrai des saucisses  !


                                • Traroth Traroth 11 octobre 2012 22:24

                                  Quand le sage montre la lune...


                                • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 octobre 2012 19:04

                                  Mais il ne s’ agit pas de devenir riche il s’ agit de s’ éclater dans sa vie
                                  professionnelle au lieu de rester employé à s’ emmerder ...


                                  • COVADONGA722 COVADONGA722 11 octobre 2012 19:16

                                    Mais il ne s’ agit pas de devenir riche il s’ agit de s’ éclater dans sa vie
                                    professionnelle au lieu de rester employé à s’ emmerder


                                    on peu resumer cela peut etre à vivre décemment d’un metier que l’on fait bien, sauf qu’apres
                                    des décennies d’objectifs 90%de bacheliers on a convaincu la population que travailler de
                                    ses mains c’est dégradant et donne statut d’esclave .


                                    • Traroth Traroth 11 octobre 2012 22:25

                                      Il faut dire que les conditions de travail des salariés qui travaillent de leurs mains y sont pour beaucoup. Posez la question à Aulnay...


                                    • COVADONGA722 COVADONGA722 11 octobre 2012 23:30

                                      @Traroh bonsoir je ne dis pas que tout est idyllique juste que c’est fou le nombre de gens qui parle pour les travailleurs manuels et qui ne le sont pas
                                      Asinus : ouvrier qualifié


                                    • joletaxi 11 octobre 2012 19:33

                                      Sans les salariés qui font le boulot et les engraissent , les entrepreneurs ne sont rien que des individus pouvant travailler tout au plus 10 h par jour si pas malades !

                                      oui,oui, et sans l’entrepreneur, le salarié n’est rien d’autre qu’un glandeur dont l’avenir est aux restos du coeur

                                      sans salariés il est très rare qu’ils deviennent riches. Ce qui prouve que ce sont bien les salariés qui les enrichissent.

                                       curieux hein, toutes les vedettes du showbiz, du sport, ils ont des armées de « salariés » qui les engraisse.
                                      De même pour les tenors du barreau, les architectes, etc.
                                      Le gars qui a inventé la carte à puce est devenu riche grâce au jardinier ,c’est évident.


                                       D’autant que la plupart du temps les enfants des commerçants et autres petits entrepreneurs n’ont d’autre choix que de devenir salariés.

                                      ben non c’est juste le contraire, ils sont le plus souvent plus que sollicités pour continuer l’entreprise, ce qui n’est pas forcément leur aspiration,ni d’ailleurs la solution la plus sensée.

                                      Pourriez-vous me citer un exemple d’une entreprise qui se serait créée à l’initiative de travailleurs(un investisseur n’étant qu’un chancre dans le schéma),je ne parle pas de scop,qui apparaissent toujours sur les cendres d’une entreprise existante ?
                                      Moi je n’en connais pas.
                                      Par contre, je connais des centaines d’entreprises qui se sont créées à l’initiative d’un ouvrier d’un employé,d’un investisseur, qui n’adopte jamais votre règle de partage de son idée ?
                                      Curieux non ?


                                      En fait, ce dont vous ne voulez pas, c’est que le talent soit récompensé.


                                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 11 octobre 2012 20:36

                                        C ’ qui est boiteux dans le raisonnement de Sampiéro c ’est que sur le total
                                        des mecs qui donnent du boulot à des salariés il devrait forcément y en avoir
                                        qui procèdent selon sa façon de penser .

                                        J’ aimerais bien savoir où ils sont ceux là .


                                        • joletaxi 11 octobre 2012 20:45

                                          u penses à l’envers : si le type n’avait pas fait son invention , personne n’aurait eu de boulot . Malheureusement pour lui , l’employé est « remplaçable » , pas l’inventeur .

                                          pas mieux !

                                           alors comment tourne leur boite pendant qu’ils sont sur leur yacht, s’ils n’avaient des collaborateurs de talent ? 
                                          et ceux là n’auraient pas le droit de voir leur talent récompensé ?

                                          mais ils l’ont, à hauteur de leur compétence.

                                          Essayez de comprendre, (je sais pour un coco c’est mission impossible)

                                          j’ai un ami(enfin j’avais il est décédé)qui occupait un poste très élevé dans une grosse multinationale du pétrole.
                                          Un jour un courtier (employé dans une société) vient le trouver, car ils se connaissaient pur avoir taquiné la dive bouteille ensemble.
                                          Il lui propose un marché, très risqué, mais en cas de succès, un eldorado.
                                          Mon ami est convoqué à la direction(ils ont de grandes oreilles) et on lui signifie ;vous êtes soit dans la société soit dehors.
                                          Mon ami qui avait une position enviable, n’a pas osé franchir le pas.
                                          Le grec a fait une fortune ... énorme.

                                          Conclusion :
                                          soit vous acceptez votre statut(et dans ce cas, c’était vraiment un statut enviable) soit vous êtes entrepreneur, avec tous les risques et au bout, peut-être la récompense.

                                          Au nom de quoi diable faudrait-il que ce grec partage quoi que ce soit ?


                                          • Francis JL 11 octobre 2012 21:13

                                            joletaxi dit :

                                            "si le type n’avait pas fait son invention , personne n’aurait eu de boulot . Malheureusement pour lui , l’employé est « remplaçable » , pas l’inventeur"

                                            Faux, faux archifaux. Les inventions sont dans l’air du temps, et le plus souvent sont faites par des équipes, et simultanément, en plusieurs endroits. C’est celui qui pose le premier brevet qui emporte la mise.

                                            Et encore, il y a rarement des inventions primordiales. La plupart des brevets, sur les millions déposés à travers le monde, sont des brevets secondaires, contournables.

                                            L’exemple le plus frappant est dans la recherche pharmaceutique. Pour une molécule nouvelle, combien de déclinaisons, qui n’apportent rien de chez rien en matière thérapeutique.

                                            Comme d’hab, le taxi parle de ce qu’il ne connait visiblement pas.


                                          • Francis JL 11 octobre 2012 21:16

                                            J’ai essayé de comprendre la suite de son post. Mais à cette heure ci, il doit être ’fatigué( ce qui n’arrange rien à la ’clarté’ de sa pensée et de son expression !

                                            Allez jo, au lit !

                                             smiley


                                          • Francis JL 11 octobre 2012 21:18

                                            Combien, comme jojo,

                                            qui n’ont sur ces sujets dont on discute, que la connaissance des comptoirs de bistrots, un ami qui a fait ceci, un pote qui lui a raconté ça !!!

                                            Pfff ! Ils n’ont même pas assez de finesse pour se rendre compte de leur ignorance.


                                          • joletaxi 11 octobre 2012 21:23

                                            contentez-vous d’insulter JL, vous êtes plus dans votre élément


                                          • Francis JL 11 octobre 2012 21:30

                                            Je n’insulte jamais, jojo,

                                            je diagnostique. Et toujours après un examen minutieux du cas considéré. 

                                            Nuance.


                                          • alinea Alinea 11 octobre 2012 21:22

                                            Quand j’étais jeune, la France était riche ; sa politique, qu’on appelle aujourd’hui francophonie, était très développée ; il n’y avait pas un bled de par le monde où il n’y eut une bibliothèque, des cours, aussi par l’Alliance Française, des écoles, des lycées,etc.
                                            Plus on s’est appauvri ( comprendre plus l’argent public est parti au privé), cette politique s’est réduite comme peau de chagrin. Tous les profs ont été rapatriés ; il n’y a plus de service militaire où les profs étaient nommés prof pendant leur temps !
                                            Il ne doit rester effectivement ( je ne suis pas plus renseignée que ça pour l’actualité) que les lycées dans les villes les plus « valorisantes » pour notre image ; je ne crois pas que ces lycées aient été fait pour les français ; bien sûr, ils en profitent.
                                            Comme le disait Mélenchon, il faut aller chercher les français à l’étranger comme les USA vont chercher leurs ressortissants à l’étranger pour leur faire payer leurs impôts, mais tenons compte de ce qu’ils reçoivent de la France pour l’évaluation de leur part !
                                            Tant que l’on ne fera pas ça ! Je ne vois pas ; parce que, d’un certain côté, non mercantile, des écoles françaises à l’étranger, c’est peut-être un luxe, mais un luxe culturel.


                                            • joletaxi 11 octobre 2012 21:28

                                              ah c’était le bon temps madame

                                              De Gaule visitait le petit Clamart,nos « forces »sautaient sur le canal de suez,Dassault plaçait ses petits avions, c’était le bon temps, au moins les grands financiers ne venaient sucer le sang du peuple


                                            • Francis JL 11 octobre 2012 21:33

                                              Tiens, est-ce que mon diagnostic fait déjà son effet ?

                                              jojo se met à écrire des choses sensées, je cite : « c’était le bon temps, au moins les grands financiers ne venaient pas sucer le sang du peuple »

                                              C’est bien, jojo, vous êtes sur la voie de la guérison.


                                            • alinea Alinea 11 octobre 2012 21:46

                                              joletaxi : je ne suis pas si vieille que ça ! ma jeunesse c’était Giscard et début Mitterrand !
                                              Et je ne dis pas que c’était le paradis ! je parle du sujet de l’article !!!


                                            • joletaxi 11 octobre 2012 22:28

                                              AAAhhh Giscard, la France afrique et toujours dassault et ses copains, qui dévoient le libéralisme en captant les ressources de l’état.

                                              Giscard en tout cas, il investissait dans des trucs réalistes, pas dans des zozoliennes, et panneaux bandits manchots, les avions renifleurs,ça ça avait de la gueule.

                                              Après heureusement il y a eu Mitterand.
                                              Les choses ont changé.
                                              Enfin non, juste ceux qui profitaient du système.

                                              Et vous voudriez encore plus d’état ?
                                              vous êtes maso ou quoi ?


                                            • Romain Desbois 12 octobre 2012 12:24

                                              Quand j’étais jeune , la France était riche .....

                                              Parce qu’elle ne l’est plus ?

                                              Le PIB a plus que décuplé entre temps. La France croule sous le fric et les richesses !!!!!


                                            • Yohan Yohan 11 octobre 2012 23:51

                                              Laissons les mijoter encore un peu nos collectivistes donneurs de leçons. Bientôt, ils vont se mettre à pleurer les emplois perdus à jamais et les patrons partis prospérer ailleurs que dans ce pays de crétins congénitaux. Sans patron, pas de révolution


                                              • Traroth Traroth 12 octobre 2012 00:09

                                                A la violence répond la violence.


                                              • kalagan75 12 octobre 2012 07:10

                                                au pragmatisme répond la connerie ...


                                              • Traroth Traroth 12 octobre 2012 10:04

                                                Tenter sciemment d’affamer la population française, procédé déjà tenté par la noblesse lors de la Révolution, c’est de la violence. Ne venez pas vous plaindre ensuite si vous en subissez les conséquences.


                                              • kalagan75 12 octobre 2012 10:16

                                                les conséquences ? quelles conséquences ?
                                                Contrairement à des gars comme toi , je ne me suis jamais posé la question de savoir pour qui j’allais travailler mais quelles idées je pourrais développer .
                                                Les conséquences seront supportées par les kokos dans ton genre , les gars qui veulent faire la révolution mais qui ne sont que des aigris incapables .

                                                Un gars qui aurait envie d’entreprendre et qui tombe sur ce fil de discussion, n’aurait qu’une envie : aller voir ailleurs ce qui se passe et vous laisser pleurnicher sur votre sort .


                                              • Traroth Traroth 12 octobre 2012 10:25

                                                Recourir à l’insulte est toujours un dernier recours, pas vrai ? D’autres replieraient votre message ou signaleraient un abus, moi je le laisse, car je le trouve très édifiant concernant votre personne.


                                                La plèbe « pleurniche », les riches « exigent des subventions »...

                                                Quand les gens auront eu suffisamment faim, ils viendront pendre les affameurs, et ceux-ci l’auront mérité.

                                              • Yohan Yohan 12 octobre 2012 10:32

                                                J’ai 25 ans d’expérience à la tête d’une entreprise. Je peux témoigner que pour 50% de gens sérieux et fiables, vous avez 50% de pervers, manipulateurs, tricheurs, planqués. Ceux là passent leur temps à définir des stratégies pour empêcher qu’on mette fin à leurs nuisances et de ce fait, grâce aux lois hyper protectrices du travail, ils peuvent nuire à leur boîte dans des proportions non négligeables. Certains se syndiquent uniquement pour être inexpugnables. La permissivité générale permet à ces gens de se maintenir et même de profiter sur le dos de leurs collègues. Certaines entreprises en crèvent et ce sont les salariés sérieux qui en payent le prix fort. 

                                                Mon entreprise s’est cassée la gueule à cause de ces profiteurs qui considèrent leur boite comme un paillasson. Alors, je comprends maintenant ces patrons qui disent préférer embaucher leurs proches en priorité.

                                              • kalagan75 12 octobre 2012 10:42

                                                la plèbe ne pleurniche pas , seuls les gars comme toi le font : la plupart de ceux qui ont envie de vraiment s’en sortir s’en sorte : arrêtez de prendre vos cas pour des généralités , les résultats des élections ont parlé et vous ont remis à votre place .


                                              • Traroth Traroth 12 octobre 2012 11:04

                                                « la plupart de ceux qui ont envie de vraiment s’en sortir s’en sorte » : Mensonge !


                                              • kalagan75 12 octobre 2012 11:11

                                                je sais , on n’est pas gentil smiley


                                              • foufouille foufouille 12 octobre 2012 11:37

                                                « J’ai 25 ans d’expérience à la tête d’une entreprise. »

                                                mdr
                                                ca devait etre beau


                                              • Romain Desbois 12 octobre 2012 12:29

                                                « J’ai 25 ans d’expérience à la tête d’une entreprise. »

                                                J’ai la flemme d’aller chercher mais il me semble qu’au début Yohan racontait qu’il était pompier professionnel. Je lui ai assez écrit que pour un pompier , c’était étonnant d’avoir ses idées plutôt extrêmo poujadiste.


                                              • foufouille foufouille 12 octobre 2012 14:28

                                                et une autre fois, c’etait sous traitant pour pole emploi


                                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 octobre 2012 10:40

                                                Les véritables pigeons de l’ histoire des farces attrapes c’ est tous ceux qui croient
                                                ferme en de dogmes marqués dans le marbre . Comme les idéologies mormoilnoeud
                                                , les religions « faisc’quej’tedisetfermetagueule » les syndicats aux droits zaquis et la ribambelle de croyances en Ron Ruhbarbe ou Moon à la Fraise , les autres pigeons c ’est ceux qui croient entrer dans une boîte un jour et pensent terminer dans la même .
                                                Qui pensent qu’ on pourrait vendre des bagnoles le double du prix qu’ ailleurs et toutes les sornettes décrites parfaitement dans les Fables de La Fontaine . Le loup sera toujours le loup , et la pauvre chevrette à Seguin trouvera toujours un légionnaire sentant bon le sable chaud lui tendant la perche .

                                                On peut le dire comme on veut , chacun voit le monde avec ses yeux , sauf
                                                que le monde lui aussi ...


                                                • Traroth Traroth 12 octobre 2012 11:05

                                                  Tout ça, ce ne sont qu’une manière de dire aux pauvres de crever en silence.


                                                • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 octobre 2012 11:33

                                                  et si tu leur disais toi qui es peut-être un peu intelligent ,si tu leur disais
                                                  à tes pauvres de réfléchir un peu avec le neurone non pas croire aux fadaises 
                                                  dont tu es le porte-parole .

                                                  Bisounounours , Davy Croquettes Blanche Neige et les sept petits nains c ’est
                                                  tout des contes de fées .


                                                • Traroth Traroth 12 octobre 2012 14:21

                                                  Conclusion ? « Vos gueules, les pauvres ! »


                                                  Merde, ils ne veulent pas se résigner et se contenter de bosser pour le peu qu’on a la bonté de leur laisser...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès