• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Y a-t-il en France un complot pour généraliser le bilinguisme (...)

Y a-t-il en France un complot pour généraliser le bilinguisme français-anglais ?

Au vu du récent communiqué de presse du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Emploi, publié le 21 décembre 2007, sur le thème de l’accueil des visiteurs étrangers en France, on peut se le demander...

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un complot ? Selon le Littré, "dessein secret, concerté entre plusieurs personnes, avec l’intention de nuire à l’autorité d’un personnage public ou d’une institution (...)" ou, par extension, "projet quelconque concerté secrètement entre deux ou plusieurs personnes."

Extraits commentés de ce récent communiqué :

"D’après une étude internationale réalisée en 2006 par Ipsos auprès de visiteurs étrangers, l’image de la France en matière d’accueil est en nette amélioration (...) mais reste en retrait par rapport à ses principaux concurrents espagnols ou italiens et reste dégradée aux yeux de certains publics particulièrement stratégiques comme les publics nord-américains."

Des touristes nord-américains qui seraient mécontents de notre accueil, voyons, voyons, qui cela peut-il bien être ?

Des Québécois, toujours souriants, ravis de revoir la vieille France et d’écouter notre accent bizarre ? Non, peu probable.

Ah ! Des Inuits, peut-être ? J’sa pas trop, c’est q’par chez nous, y l’en passe point trop, des Inuits, l’dernier que j’a vu, l’était à la télé, j’crois ben qu’y s’appelait Jack London. P’têt ben qu’à Paris, avec le froid qu’i fait, vous en voyez plus, vous aut’ ?

Ou alors, des Mexicains ?

Allez, mettons fin à cet insoutenable suspense : ces mystérieux touristes nord-américains que nous devrions mieux accueillir sont des États-Uniens, sous réserve de confirmation par le ministère.

Si complot il y a, notons que les ficelles en sont un peu grosses et les ruses assez grossières !

"Le gouvernement souhaite également mettre davantage l’accent sur l’apprentissage des langues étrangères dès l’école primaire."

Si votre enfant fait de l’initiation au slovène ou à l’arabe à l’école primaire, cela sera peu pratique pour accueillir des États-Uniens. Rassurez-vous : le hasard faisant bien les choses, il se trouve que l’immense majorité des enfants fait de l’anglais, ils seront donc aptes à bien recevoir ces touristes, choyés comme pas deux.

Ces touristes, connus pour leur côté évangélique, sauront apprécier nos efforts : "Laissez venir à moi tous les petits anglophones !"

Tout est bien organisé : pour éviter que des parents ne choisissent bêtement une langue que ne comprendraient pas ces touristes oligoglottes, on ne leur demande pas leur avis et on impose l’anglais, de force et sans gré. Petite entorse à la démocratie, modeste prix à payer pour devenir une nation accueillante aux Nord-Américains.

"Luc Chatel a annoncé la publication le 31 décembre 2007 d’un guide d’accueil Bienvenue en France traduit dans six langues et qui sera diffusé à dix millions d’exemplaires. Le gouvernement souhaite s’engager dans une campagne de communication auprès du grand public français pour le sensibiliser à l’accueil."

Des Etats-Uniens qui comprennent six langues ? C’est fou ce qu’ils ont changé...

On peut supposer que les patrons d’offices du tourisme ont depuis longtemps rappelé à leurs employés qu’un sourire faisait partie du boulot, même dans la canicule du mois d’août, et que décolletés et chemises ouvertes sur les pectoraux étaient les bienvenus - de toute manière, durant l’été, c’est plus confortable.

De même qu’il est inutile de rappeler aux commerçants qu’il ne faut pas trop arnaquer les touristes, sinon ça se voit : ne pas demander 100 dollars pour un kilo d’oranges ou mille euros de pourboire pour l’adresse exclusive d’une boîte échangiste garantie sans professionnelles.

Suis-je bête ! Ces plaquettes s’adressent en fait à nous aut’ les péquenots, à dix millions de "grand public".

On espère que le hasard mettra en contact un touriste égaré avec un des deux millions de Français ayant lu la plaquette - car trois millions l’auront jeté à la poubelle, trois l’auront mis dans la pile sous le journal télé, et deux autres millions l’auront refilée à leurs gosses, parce que ça leur sera utile pour leurs études et pour qu’ils traduisent ce charabia.

"En matière de promotion, il a affirmé son souhait de cibler plus particulièrement le marché nord-américain pour améliorer l’image de la France en matière d’accueil."

C’est une simple confirmation, car il faut toujours répéter, les Français sont si stupides : il s’agit du mauvais accueil des touristes d’Amérique du Nord, oui, c’est ça : ceux qui parlent anglais encore plus mal que les Anglais !

Tout de même, ces touristes d’origine incertaine sont assez exigeants, qui ne se satisfont pas d’un sourire et veulent être servis par des Français à l’anglais fluent, obligés de le commencer à l’école primaire, voire à la maternelle, et d’envoyer à prix d’or leurs instits en stage à Londres, ou dialoguer avec des natifs par écrans informatiques pour avoir un bon accent - sinon, les mystérieux Nord-Américains seraient capables de les comprendre de travers... Bien la peine de faire 3 000 heures d’anglais à l’école pour ne pas être compris à cause d’un accent trop ensoleillé ou trop rocailleux !

Alors, complot ou pas ?

Tout ceci paraît assez clair, mais est-ce suffisant pour parler de complot ? Non, bien sûr que non, il convient de rassembler d’autres indices. Il suffit de suivre journaux, télés et radios, pour en cueillir rapidement un bouquet :

— Les pressions pour inclure l’anglais dans le socle commun de connaissances, lors du rapport Thélot, sont de notoriété publique.

"La Commission estime que le socle pourrait être constitué de deux piliers (la langue française et les mathématiques), de deux compétences (l’anglais de communication internationale et les technologies de la communication et de l’information), et de l’éducation à la vie en commun dans une société démocratique. Dans chacun de ces domaines devra être défini ce qui doit être maîtrisé."

Ce projet a finalement été transformé en initiation "aux" langues, mais le résultat est quasiment le même : l’anglais est quand même imposé à l’école primaire, sans aucun choix des parents (sauf rares exceptions).

Le programme franco-anglais de formation croisée est un dispositif de formation innovant qui intègre les 26 IUFM français. Au cours de leur deuxième année de formation initiale dans le premier degré, les stagiaires français et les étudiants anglais font un de leurs stages validant de 4 semaines dans le pays étranger.

Des ministres qui s’expriment parfois en anglais dans leurs fonctions officielles. Ainsi que de grands industriels d’entreprises nationales ou des Français en poste officiel dans des organisations internationales, qui oublient la langue et le pays qui les a nommés ou amenés à ces hauts postes, ce qui rend très difficile l’attribution du "prix de la carpette anglaise" tellement les candidats sont nombreux.

Les pressions européennes pour développer les programmes Emile (enseignement d’une matière directement en anglais) trouvent facilement de bonnes âmes pour les soutenir.

Des cours en anglais (et pas des cours d’anglais) fleurissent partout, qui sont contraires à la Constitution... parfois subventionnés par l’UE (programme Erasmus mundus). Avec la complicité passive de certains universitaires, qui sur ce sujet sont assez partagés.

Des ministères qui acceptent de recevoir et de travailler sur des documents européens non traduits (défense, économie). Et combien de politiques français soutiennent réellement le français à Bruxelles, quand la majorité préfèrent la facilité du suivisme anglophone à la lutte pour défendre sa propre langue ? N’étant pas juristes, nous ne sommes pas en mesure de dire si de tels agissements relèvent de la simple radiation de l’ordre de la légion d’honneur, de la démission ou de la poursuite devant la cour de la République !

Des passeports européens en anglais (bilingues anglais-langue du pays concerné).

La passivité de nos dirigeants et leaders d’opinion devant la perte d’influence du français à la commission européenne et devant les outrages faits à l’égalité des langues, les discriminations à l’embauche dans l’UE.

Un ministre de l’Education nationale pour qui les écrans informatiques ne peuvent servir à dialoguer qu’avec des native english :

"Discours de Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale. Plan en faveur des TICE. Dossier de la conférence de presse - 21 novembre 2007.

"Une éducation numérique à l’école primaire (...) Les objectifs :

(...)

- développer les usages des TICE autour de l’apprentissage de l’anglais."

Le prix de la Carpette anglaise 2007 qui a été décerné à Mme Christine Lagarde, ministre de l’Économie et des Finances qui communique avec ses services en langue anglaise.

— La ratification du protocole de Londres, confirmée par le Conseil constitutionnel.

— Le financement par la France (en partenariat avec TF1) d’infos en anglais, la télé France 24 (grossièrement maquillée en plurilingue grâce à un canal français et 3 heures d’arabe).

— A l’échelon local également peuvent se voir des initiatives en faveur de ce bilinguisme anglais :

"(...) on apprend que le Conseil général de l’Aisne va dépenser 80 000 euros pour faire parvenir aux 235 000 foyers du département un CD-Rom d’apprentissage de la langue anglaise. Pour prouver que les habitants du département sont accueillants avec les nombreux touristes d’Europe du Nord qui traversent le département et pour les Anglais de plus en plus nombreux à y acheter des résidences secondaires !!!"

Un autre département avait envisagé de financer des cours de remise à niveau en anglais pour les médecins généralistes ; rien n’était dit au sujet les locuteurs d’autres langues qui tomberaient malades eux aussi !

Alors, complot ?

Ce ne sont plus des indices, mais une avalanche de faits exposés au grand jour, un peu comme si un certain Oswald avait annoncé aux journaux américains : "Attention, je vais assassiner un président qui s’appelle K. et dont la femme J. fait souvent la couverture des magazines..."

Non, vraiment, c’est trop évident, on ne peut pas appeler ça un complot. Les politiques sont tellement habitués à mentir qu’on ne peut décemment pas leur demander de dire franchement la vérité : "oui, on veut vous imposer l’anglais à tous, et on colle déjà vos enfants à l’anglais sans que vous disiez quoi que ce soit, tas de moutons", ils sont trop habitués à la dissimulation, et le mieux qu’on puisse espérer, comme dans ce récent communiqué, c’est "développer les langues au primaire pour mieux accueillir les Nord-Américains..."

Où serait le plaisir du métier de politicien s’il leur fallait mettre les points sur les "i" ?

Il y a bien, ici ou là, quelques hauts personnages qui ont clairement dit que l’anglais était à leur avis indispensable aujourd’hui, mais ce sont des inconscients, de mauvais politiques à qui répugne le mensonge, et qui se croient obligés de dire le fond de leur pensée. Ce n’est pas très professionnel, gageons que leur carrière s’en ressentira.

Donc, NON, il n’y a pas de complot !

Du moins chez les politiques et les hauts fonctionnaires. Mais il existe bel et bien un complot du silence, un accord tacite des médias pour boycotter certains thèmes, pour éviter toute analyse et tout commentaire sur le sujet de l’anglais, de la diversité linguistique et de la communication au sein de l’UE...

(Impossible d’indiquer un lien vers une absence d’articles !)

Malgré l’avalanche d’indices laissés par les politiques, aucun éditorialiste ne semble avoir remarqué ce qu’il y a de schizoïde pour la France à imposer l’anglais à l’école primaire tout en prétendant soutenir la diversité linguistique dans l’UE !


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

185 réactions à cet article    


  • Zalka Zalka 28 janvier 2008 11:47

    Complot ? Non : Simple bon sens.


    • skirlet 28 janvier 2008 12:34

      Exactement ce que dit l’auteur : il n’y a pas de complot, juste l’aplatventrisme.


    • Hermes esperantulo 28 janvier 2008 13:02

      Zalka, si tu a bien lu l’article il est écrit en gros caractere NON il n’y a pas de complot.

      Par contre le bon sens d’aller encore plus loin avec l’anglais, c’est une connerie pur et simple car moins de 10% de francais utiliserons l’anglais de maniere importante et environ 25% d’autres l’utiliserons quelques fois dans leur vie, donc perdre plus de 3000 heures alors que l’on pourrait améliorer notre plurilinguisme pour gagner certains contracts qui ne se font pas en anglais, ou augmenter les heures de bio, de math ou de francais pour que nos bacheliers soit plus armées pour l’université. De plus il suffit qu’en université de faire une reelle intensification et surtout amelioration de l’anglais dans les sections concernées, ce qui manque cruellement actuellement pour remonter le niveau. Les resultats spectaculaire des grandes écoles de commerce ou de recherche et d’industrie sans pour cela faire augmenter l’anglais en primaire en est un des meilleurs exemples de ce que la france devrait faire,

       


    • ZEN ZEN 28 janvier 2008 11:51

      Bonjour, Kroko

      J’ajouterais à ta liste : des manipulateurs en radiologie auxquels on confie des logiciels sophistiqués dont le mode d’utilisation est en anglais seulement.

      On va encore te traiter d’antibritish primaire, mais on t’aura mal lu...

      www.agoravox.fr/article.php3


      • Krokodilo Krokodilo 28 janvier 2008 18:38

        Salut Zen,

         

        Exact, mais il faut dire que là, les autorités ont réagi fermement, ce qui est la moindre des choses vu la gravité des accidents : cet été, l’Afssaps (agence de sécurité sanitaire) a publié à l’attention des fabricants un rappel des exigences,

         

        http://afssaps.sante.fr/htm/10/dm/sdm/avis_fabricant_radio_therapie.pdf

         

        à savoir qu’il y ait une notice en français (en français correct...) mais aussi que les formations se déroulent en français, car il est déjà arrivé que les stages de formations sur un appareil se fassent en anglais...

         


      • Krokodilo Krokodilo 28 janvier 2008 18:45

        Et j’ajoute que ce sujet a été boycotté par une revue médicale parmi les plus honnêtes, et peu développé par les autres...


      • Céphale Céphale 28 janvier 2008 12:24

        Sarkozy veut diriger la France comme un dirige une entreprise. Et Christine Lagarde, qui a dirigé une entreprise, abonde dans son sens, forcément.

         

        Dans une entreprise, ceux qui n’exécutent pas les ordres risquent d’être virés. La France n’en est pas encore là.

         

        Les mesures annoncées par Christine Lagarde seront sans effet. C’est un comble pour un gouvernement soi-disant libéral de vouloir imposer la pratique de l’anglais par des mesures autoritaires.


        • Krokodilo Krokodilo 28 janvier 2008 18:40

          Tout à fait d’accord, mais "vouloir" n’est pas tout à fait le mot, puisque c’est déjà fait ! Du moins pour une majorité des élèves du primaire, ce qui permet de ne pas le rendre officiel.


        • ursulon 28 janvier 2008 13:00

          Et ne pas oublier, bien que cela soit un peu hors sujet par rapport à l’article, les publications de postes publiées par Bruxelles qui exigent que la langue MATERNELLE des postulants soit l’anglais !!!

          Donc l’administration bruxelloise sera anglophone...

          C’est tout à fait inadmissible, contraire aux traités etc... et pourtant silence radio général sur cette véritable infâmie.

          Et la France qui ne doit surtout pas être arrogante, mais qui doit accepter avec humilité et sourire l’arrogance de certains autres, accepte tout...

          Complot ??? Certes, mais pas que sur les questions linguistiques...

           

           


          • Hermes esperantulo 28 janvier 2008 13:08

            Un article exprimant des faits vérifiables avec de l’humour. RIEN A REDIRE

            c’est quand le prochain ?


            • Krokodilo Krokodilo 28 janvier 2008 18:44

              Esperantulo, celui-là a eu un peu de mal à passer sur AV... C’est la deuxième version, et j’avais la troisième sous le coude en prévision d’un nouveau refus ! Ce sujet met beaucoup de monde mal à l’aise.


            • Wlad Wlad 29 janvier 2008 10:14

              @Kroko : pourquoi ? Cette fois le traitement du sujet (dans ton article, s’entend) est profond, honnête, documenté... et pas agressif, justement, tu concèdes qu’il n’y a pas vraiment de collusion gouvernementale pour tuer le français.


            • Krokodilo Krokodilo 29 janvier 2008 11:09

              Pourquoi ? Tout simplement parce que sans parler de complot puisque ce n’est pas caché, à preuve le récent rapprot Attali, c’est tout de même un sujet tabou, les médias ne traitent quasiment jamais de cette question, je me demande même si j’ai vu un seul article évoquant ce changement majeur à l’école primaire, la disparition de la notion de choix des langues.


            • Zalka Zalka 29 janvier 2008 11:45

              C’est pas un tabou. C’est du réalisme.


            • Hermes esperantulo 29 janvier 2008 12:18

              à au fait une entreprise qui ne maitrise pas une autre langue que l’angalis et qui pert un contract, c’est pas du realisme ca


            • Hermes esperantulo 29 janvier 2008 12:28

              je me souviens d’avoir entendu sur BFM un jour un specialiste economique du marché international que l’usage exessif de l’anglais actuellement, provoquait un manque à gagner important, il precisait qu’il fallait mieux le maitriser sur certains contracts, sans oublier de s’ameliorer sur d’autres idoimes comme l’espagnol et le chinois car certains des pays utilisant ses langues ayant le monopole sur certains produits ne se sente pas obliger de travailler en anglais,e t du fait de la grande perte d’influence de l’anglais par la grande monté des pays comme l’Inde, la Chine et les pays d’amerique du Sud, ce fenomene risque de s’accellerer,

              et donc tout miser sur l’anglais par l’intervention des le primaire est un reel handicap car le jeune peu avoir plus besion de fair eune imertion dans un pays autre qu’anglophone donc tout le travail vers l’naglais fait en ammont risque d’êtr eun eperte d etemps et financier important.

              si par exemple on disant n’importe quelle langue en primaire, là oui ca veaut le coup mais sur l’anglais les pertes son considerables.

              Qui plus est quand on regarde les etudiant de HEC sans faire de cours en primaire ils sont les meilleurs francais en anglais, ca rle cursus universitaire est à la pionte dans leur domaine ce qui fait default dans les autres


            • Zalka Zalka 29 janvier 2008 14:02

              Et ce dernier commentaire, il est en quelle langue ? Je ne reconnais pas l’idio(t ?)me.


            • Mescalina Mescalina 28 janvier 2008 13:10

              L’intensification et l’amélioration de l’enseignement de l’anglais est une bonne chose. Nous sommes les cancres en la matière en Europe, ou pas loin. L’équation "+ d’anglais = diminution de la qualité du français et de son influence" est stupide. Ceci à de nombreuses conséquences facheuses, notamment économiquement. Il en va de même avec l’allemand, premier partenaire commercial de la france.

              Il faut plus d’anglais, d’allemand ET une meilleure assimilation du français.


              • skirlet 28 janvier 2008 13:33

                Tiens, Mescalina - madame VO, bonjour smiley

                Les français seraient des cancres ? Révisez vos sources. La France est en 6e place, ce qui n’est pas mal du tout. En plus, c’est uniquement en comparaison avec les pays qui ont opté pour l’anglais précoce et omniprésent, les petits pays qui sont obligés d’apprendre une langue de grande diffusion. Ca leur a apporté quelque chose ? Rayonnent-ils davantage ? Leurs langues sont-elles devenues plus attractives ? Rien. Leur jeunes sont incapables de parler les sujets scientifiques dans leurs propres langues, même au niveau vulgarisation.

                Plus d’anglais, d’allemand, de quoi d’autre ? Le cerveau n’est pas extensible, pas plus que le nyctémère smiley Si l’influence du français vient essentiellement du fait qu’aucune domination n’est éternelle, que chaque mâle dominant est, tôt ou tard, défié par un jeune qui veut devenir calife à la place du calife (et qui souvent réussit - c’es vrai également pour l’anglais), la qualité du français diminue, car les élèves l’étudient moins.

                "Entre 1956 et 1969, on comptait 15 heures du français par semaine. En 1969, plus que 10. En 1990, les maîtres ses sont vu allouer une enveloppe globale - entre 9h30 et 13h30 - pour traiter à la fois le frnaçais, l’histoire, la géographie et l’éducation civique. Aujourd’hui, cette fourchette est tombée entre 9 et 10 heures. Pourquoi ce écrêtage progressif ? D’abord, parce que, selon les auteurs des programmes, les élèves sont supposés "faire" du français dans toutes les matières (la fameuse "transversalité). Ensuite, parce qu’il a bien fallu caser l’anglais, l’éducation artistique ou l’éducation civique, introduits à l’école pour créer le fameux "bain culturel" cher à Jack Lang.

                (...)

                "En réduisant le temps d’apprentissage systématique de l’écriture, des règles de grammaire, des familles de mots... les élèves apprennent moins bien et moins vite le français", juge Anne-Marie Chartier (...)."

                (Source : Nouvel Obs)

                Alors, que l’on nous laisse apprendre la langue de notre choix. Imposer une langue étrangère définie à toute la population est anticonstitutionnel.


              • Hermes esperantulo 28 janvier 2008 13:38

                OUI cette equation est valable si on met l’anglais en primaire car elle bouffe le francais et le potentiel de multilinguisme car pour poursuivre l’amelioration de l’anglias il faut absolument quelle soit prise en premier en 6EME donc les autres langues qui suivent ne sont que du balbusiement donc inaplicable dans la nouvelle ecomomie de marché qui devient multipole . Par contre cette equation pert toute sa valeur si on intensifie l’anglais dans les ecoles universitaires car c’est là ou il y a le plus de manque, par exemple de nombreuses ecoles ne font pas d sejour linguistique de 3 à 6 mois c’est un comble.

                Et economiquement dans le premir cela nous fait perdre alors que dans le second cas on y gagne largement


              • Azraelinou 28 janvier 2008 14:01

                Tout a fait d’accord, la France est un cancre en matiere de langues etrangeres, et en particulier en Anglais, simple comparaison avec nos amis Allemands qui, meme s’ils ont eux aussi la facilite de voir les films etrangers traduits en langue Française, ont un tres bon niveau d’Anglais.

                Quand je souligne le niveau, je ne parle pas des petites peripeties que tout un chacun peut faire croyant parler la langue, mais de ce que le pecno commun arrivera a se faire comprendre par un Anglophone. En effet, il y a une gigantesque difference entre ce que nous croyons savoir et la prestation risible que nous proposons en terme de prononciation et maniement de cette langue Internationale (ben ouais, on est pas du tout premiers sur ce point la, n’en déplaise aux bon patriotes et rebelles anti-mondialisation).

                Encore une fois tout le monde peut raller, c’est Internationalement connu comme etant notre principal trait de caractere smiley ce qui est vrai, a croire que la France est un pays de frustres, et la aussi... C’est vrai.

                Ce que je regrette par dessus tout, c’est d’avoir beneficie d’un enseignement en Anglais tellement pauvre, et que si j’avais eu un enseignement dans un pays voisin moins regardant sur sa capacité a conserver son dialecte, j’aurais eu beaucoup plus de difficultes a apprehender mon expatriation.

                Fier et particulierement satisfait d’en apprendre tous les jours grace aux langues etrangeres, et voyant a quel point les gens montrent une grande insatisfaction dans notre  pays central mais loin d’etre indispensable, je ne cesse de pousser les personnes qui ne sont pas bien a leur place actuelle, a migrer, en ayant en tete que la premiere etape est de s’interresser a plus qu’une simple langue, mais une facon de penser et des habitudes differentes et loin d’etre deplaisantes.

                Comme toujours, les gouts et les couleurs ca ne se discute pas, pour le reste il y a AgoraVox pour s’exprimer.

                PS : pour les grands defenseurs des accents et c « cedille » de la langue Francaise et qui n’auraient pas compris tout en me repprochant ce manque… Je n’habite plus en France, et par consequent n’utilise plus que des claviers QWERTY. Car comme pour tout, je sais deja que certains pourraient me le repprocher  smiley


              • Hermes esperantulo 28 janvier 2008 14:09

                il y a plus cancre que nous les anglais eux mêmes les australiens, les chinois, les indonesiens, ne partie de l’afrique, ect, que de monde, que de monde, t quand la france est 6EME dans le monde de l’anglais on est bien logé quand même et pour les autres langues on est encore dans le peloton de tête, mais sa continu on va baisser avec le tout anglais, un pays qui parle anglais, italien, espagnol, russe, allemand, chinois, cest ps tous les pays qui ont ce niveau de diversité, certains on de spersonnes polyglottes comme la finlande mais se sont de mauvais poliglottes alors que la france à des monoglottes dans plusieures langues mais de bon niveau, ce qui est un de nos attouts majeurs


              • skirlet 28 janvier 2008 14:19

                Azraelinou : chez nous amis allemands l’anglais est obligatoire, mais ça ne les amène pas au niveau des naitfs, et les touristes que je vois ici en quantité ne sont pas vraiment des chrack en anglais...

                "Encore une fois tout le monde peut raller, c’est Internationalement connu comme etant notre principal trait de caractere"

                Cliché.

                "ce qui est vrai, a croire que la France est un pays de frustres"

                ...comme tant d’autres pays de frustrés...

                "Ce que je regrette par dessus tout, c’est d’avoir beneficie d’un enseignement en Anglais tellement pauvre"

                Et pourtant, vous écrivez "anglais" avec une majuscule, ce qui est un anglicisme.

                "Car comme pour tout, je sais deja que certains pourraient me le repprocher"

                Plutôt le double "p" smiley

                "je ne cesse de pousser les personnes qui ne sont pas bien a leur place actuelle, a migrer"

                Remède miracle ?.. Immigrante, je ne pense pas que c’en est un.


              • Mescalina Mescalina 28 janvier 2008 17:10

                Salut skirlet, toujours pas d’accord !

                Les français seraient des cancres ? Révisez vos sources. La France est en 6e place, ce qui n’est pas mal du tout.

                Source ???? 6ème de quoi et par rapport à quoi ???

                En plus, c’est uniquement en comparaison avec les pays qui ont opté pour l’anglais précoce et omniprésent, les petits pays qui sont obligés d’apprendre une langue de grande diffusion. Ca leur a apporté quelque chose ? Rayonnent-ils davantage ? Leurs langues sont-elles devenues plus attractives ? Rien. Leur jeunes sont incapables de parler les sujets scientifiques dans leurs propres langues, même au niveau vulgarisation.

                Absolument pas d’accord. Le développement des pays de l’est se fait AUSSI car ces pays maîtrisent l’anglais, leurs étudiants ont une faculté d’assimilation des langues étrangères que nous n’avons pas, ils vont massivement étudier ou faire des stages à l’étranger, ou échanges universitaires, et finissent par rentrer dans leur pays (rapidement ou non), tout cela participe à l’essor de ces pays. Et « ils ne maîtrisent pas leur langue / science »… Source ??? C’est n’importe quoi !!!

                « Plus d’anglais, d’allemand, de quoi d’autre ? Le cerveau n’est pas extensible, pas plus que le nyctémère Si l’influence du français vient essentiellement du fait qu’aucune domination n’est éternelle, que chaque mâle dominant est, tôt ou tard, défié par un jeune qui veut devenir calife à la place du calife (et qui souvent réussit - c’es vrai également pour l’anglais), »

                Zavez fumé quoi ???? IoI

                La qualité du français diminue, car les élèves l’étudient moins.

                C’est un autre problème. Juste marre d’opposer le français à l’anglais ou autre langue, c’est bien français ça, ne mène à rien, sinon à rester mauvais partout. Et oui le français à besoin de retrouver toute sa place, l’orthographe va devenir LE critère absolu de sélection dans le futur pour un job.

                Alors, que l’on nous laisse apprendre la langue de notre choix. Imposer une langue étrangère définie à toute la population est anticonstitutionnel.

                On arrive sur le juridique… Plus sérieusement, faire l’impasse sur l’anglais serait une erreur monumentale. Vous sous estimez la capacité du cerveau à absorber plusieurs langues. L’anglais est indispensable (première ou 2ème langue), après chacun choisit la langue qu’il souhaite. Ou est le problème ?

                Et ne vous réfugiez pas derrière le « méchant anglais » pour expliquer le niveau actuel de la langue française, c’est RIDICULE et ne repose sur rien.

                 


              • skirlet 28 janvier 2008 17:51

                "Source ? ? ? ? 6ème de quoi et par rapport à quoi ? ? ?"

                Google est notre ami. Cherchez, et vous trouverez smiley Votre histoire de cancres, sur quels chiffres elle s’appuie ?..

                "Le développement des pays de l’est se fait AUSSI car ces pays maîtrisent l’anglais, leurs étudiants ont une faculté d’assimilation des langues étrangères que nous n’avons pas"

                Ne faites pas rire mes pantoufles smiley Moi, je viens d’un pays de l’Est et je suis parfaitement au courant du niveau et des capacités linguistiques de pas là-bas. Ce cliché sur les "gens de l’Est" super-doués pour les langues est faux et surtout agaçant.

                "ils vont massivement étudier ou faire des stages à l’étranger, ou échanges universitaires, et finissent par rentrer dans leur pays (rapidement ou non), tout cela participe à l’essor de ces pays"

                Oui, encore un cliché.

                Vous voulez des sources ? Ben, lisez ici, par exemple :

                http://www.eurozine.com/articles/2003-03-07-maehlum-fr.html

                J’en ai d’autres, évidemment.

                Je ne repondrais pas à votre remarque concernant la fume, ce n’est pas un argument, juste une vulgarité.

                "Juste marre d’opposer le français à l’anglais ou autre langue, c’est bien français ça, ne mène à rien, sinon à rester mauvais partout."

                Du moment où les heures de l’anglais sont pris sur les heures du français (allez voir le site du ministère), ce sera l’opposition.

                Et oui le français à besoin de retrouver toute sa place, l’orthographe va devenir LE critère absolu de sélection dans le futur pour un job.

                Là, je suis d’accord - pour un travail, ça devrait être important.

                "Plus sérieusement, faire l’impasse sur l’anglais serait une erreur monumentale."

                Personne ne dit qu’il faut faire l’impasse. Mais si un citoyen veut apprendre une autre langue, ça doit être son droit, tant qu’il n’est pas écrit dans la Constitution "les langues de la République sont l’anglais et le français".

                "Vous sous estimez la capacité du cerveau à absorber plusieurs langues."

                Moi ? Non. Je suis lucide. La preuve : il y a très peu de vrais bilingues, et les trilingues sont une denrée très rare. Si c’était facile, la réalité serait tout autre.

                "L’anglais est indispensable (première ou 2ème langue), après chacun choisit la langue qu’il souhaite."

                Indispensable, c’est vous qui le dites. Pour un niveau basique, nul besoin de l’imposer dès la maternelle. Et en réalité, il devient quasiment impossible de l’avoir en 2 langue. De quel droit l’impose-t-on ?

                "Et ne vous réfugiez pas derrière le « méchant anglais » pour expliquer le niveau actuel de la langue française, c’est RIDICULE et ne repose sur rien."

                 ???


              • Vincent Verschoore VincentV 29 janvier 2008 11:20

                "... les pays qui ont opté pour l’anglais précoce et omniprésent, les petits pays qui sont obligés d’apprendre une langue de grande diffusion. Ca leur a apporté quelque chose ? Rayonnent-ils davantage ? Leurs langues sont-elles devenues plus attractives ? Rien. Leur jeunes sont incapables de parler les sujets scientifiques dans leurs propres langues, même au niveau vulgarisation."

                Venant d’un petit pays qui pourrait correspondre à votre description, je dois m’inscrire en faux : les petits pays, plus que les grands, on besoin d’exporter leur savoir-faire et d’innover car leur marché intérieur est, par définition, limité. Donc ils apprennent les langues très tôt, notamment l’anglais, qui permet de se faire comprendre à peu près partout, et est de fait la lingua franca technique et commerciale (ca peut changer, j’imagine que les chinois ont d’autres idées...). Ce qui n’empèche en rien l’apprentissage complet de sa langue natale, et je trouve passablement insultant de prétendre qu’un ingénieur belge, néerlandais, suisse ou danois n’est pas capable de s’exprimer correctement, sur un sujet technique, dans sa langue, c’est complètement faux. Certaines cultures très ouvertes, comme les pays-bas, intégrent effectivement beaucoup de vocabulaire anglais dans leur langue nationale (beaucoup de mots français aussi, d’ailleurs), par contre des régions plus fermées comme la Flandre (belge) ont développé tout un vocabulaire propre empruntant le moins possible aux langues voisines. Et le but n’est pas de rendre leur langue attractive, le but est de cimenter une certaine identité locale, de bien faire la différence entre "eux" et "nous".

                La France est assez schizo en la matière, d’une part elle veut préserver son identitié francophone pure et dure, ce qui implique une forme de protectionisme linguistique, et d’autre part elle s’insurge du fait que le français ne soit pas une langue "mondiale"... mais les deux formes ne sont pas compatibles, il faut choisir entre la fermeture identitaire pure à la flamande, ou l’ouverture métissée à l’angaise.


              • Mescalina Mescalina 29 janvier 2008 11:23

                Google est notre ami. Cherchez, et vous trouverez Votre histoire de cancres, sur quels chiffres elle s’appuie ?..

                Vous avancez un argument, je demande la source, ne renversez pas la question !

                Ne faites pas rire mes pantoufles Moi, je viens d’un pays de l’Est et je suis parfaitement au courant du niveau et des capacités linguistiques de pas là-bas. Ce cliché sur les "gens de l’Est" super-doués pour les langues est faux et surtout agaçant.

                Ne faîtes pas rire mes narinesMoi, je viens d’un pays de l’est AUSSI, ma moitié vient de Pologne (natif ), ma meilleure amie slovaque (parlant 7 langues), j’ai travaillé en Hongrie, a Bucarest, j’ai sillonné la région (centrale et Est), et je parle en connaissance de cause, même si cela vous déplait. Je suis parfaitement au courant et je vous retourne exactement l’argument. Ce n’est pas un cliché, j’ai des exemples et des connaissances à foison, de l’université au monde professionnel en passant par la campagne (certes pas profonde), et je me demande si vous y avez déjà fait un tour, car ça m’agace aussi.

                Oui, encore un cliché.

                Ah bon ??? C’est du vécu, vous parlez apparemment du vécu, du votre, je n’ai pas de stats, juste un ressenti dde plusieurs années d’expériences, sortez moi un tableau avec des stats précises et je m’inclinerai. Si d’aventure j’en trouve qui confirme ou infirme, je les posterai.

                Vous voulez des sources ? Ben, lisez ici, par exemple :

                http://www.eurozine.com/articl...

                Pas très intéressant cet article. En tout cas il ne parle pas du sujet. La Norvège est un pays de l’est ?? :p Je prône un renforcement de l’anglais (raisons économiques, pratiques et politiques) ET un maintien et une amélioration du français, ou d’autres langues nationales.

                Je ne repondrais pas à votre remarque concernant la fume, ce n’est pas un argument, juste une vulgarité.

                Une vulgarité ? Certes pas un argument, juste un ressenti par rapport à un « argument » incompréhensible. Aucun humour ?

                Du moment où les heures de l’anglais sont pris sur les heures du français (allez voir le site du ministère), ce sera l’opposition.

                Je suis farouchement contre cela et je n’ai jamais prôné cela.

                Personne ne dit qu’il faut faire l’impasse. Mais si un citoyen veut apprendre une autre langue, ça doit être son droit, tant qu’il n’est pas écrit dans la Constitution "les langues de la République sont l’anglais et le français".

                Vous ne pouvez mettre de coté l’importance de l’anglais. Au collège on a le choix d’une deuxième langue, cela fonctionne très bien comme cela, et à la FAC on fait ce qu’on veut, il n’empêche que l’anglais et INDISPENSABLE pour un grand nombre d’étude (commerce, finance, commercial etc.), et le niveau déplorable des étudiants pose de vrais problèmes qui doivent être résolus avant. Rien n’empêchera un étudiant en lettre de zapper l’anglais et de faire d’autre langues pour son avenir, mais à 14 ans qui sait déjà ce qu’il fera plus tard ???

                On ne peut pas prendre allemand 1ère langue au collège ???? Et du point de vue pratique comment proposer 15 langues différentes au collège ?????

                En résumé et très cordialement, je parle d’expérience, de vécu, et je ne suis pas le premier à dire que notre niveau est mauvais. Je n’ai pas de chiffres, vous avez des « sources apparemment », et bien donnez m’en une j’avoue ne pas en trouver, si vous ne parlez que de votre vécu nos échanges ne donneront rien de plus, je m’inclinerai sans problème devant des STATS !

                Et le débat n’est pas le niveau de français, juste celui du niveau d’anglais et de notre retard. Le français est en périle, je dis juste qu’il ne faut pas mélanger 2 problèmes qui n’ont rien à voir.

                Bien à vous !


              • Krokodilo Krokodilo 29 janvier 2008 11:45

                Mescalina,

                 

                Je confirme, dans un collège proche, en 6e on ne peut choisir que anglais ou une classe bilingue angl-allemand, ce qui revient à anglais oblgatoire. Et près de la frontière italienne, il arrive qu’on ne puisse choisir italien première langue ! quant à savoir comment ce serait possible de proposer un vrai choix de langues, je vous renvoie à mon précédent article.


              • Krokodilo Krokodilo 29 janvier 2008 16:11

                Quant la France soutient sa langue et sa culture, c’est du protectionnisme linguistique, mais quant les pays anglophones font tout pour imposer l’anglais dans l’UE, cela n’en est pas ? Nous sommes les seuls à défendre fermement (quoique certains politiques...) notre langue dans l’UE, soyons-en fiers, tant pis pour ceux qui se laissent bouffer !


              • skirlet 29 janvier 2008 18:20

                "Vous avancez un argument, je demande la source, ne renversez pas la question !"

                Un p’tit problème avec les moteurs de recherche ? D’accord, voici un lien :

                http://www.studyrama.com/article.php3?id_article=13508

                A votre tour - où sont les chiffres qui mettent les Français à la dernière place ?

                "Moi, je viens d’un pays de l’est AUSSI, ma moitié vient de Pologne (natif ), ma meilleure amie slovaque (parlant 7 langues), j’ai travaillé en Hongrie, a Bucarest, j’ai sillonné la région (centrale et Est), et je parle en connaissance de cause, même si cela vous déplait."

                Quel pays ? Votre amie slovaque, c’est bien. Je connais une instit’ française qui parle 6 langues, je connais un autre Français qui en parle 8. Et alors ? Vous n’allez pas me dire que la Slovaquie est remplie de gens qui parlent 7 langues, ça ne prendra pas. Et à propos de votre sillonage, ça dépend des milieux que vous avez fréquentés. Dans certains, il y a un pourcentage plus élevé de polyglottes, mais c’est vrai pour n’importe quel pays, la France y compris, et ne prouve nullement des soi-disant "gens de l’Est" surdoués.

                "je me demande si vous y avez déjà fait un tour, car ça m’agace aussi."

                Oui. Sinon je n’en aurais pas parlé. La campagne slovaque remplie de parfaits anglophones ? A d’autres.

                "Pas très intéressant cet article."

                Ca, c’est un argument massue smiley

                "Je prône un renforcement de l’anglais (raisons économiques, pratiques et politiques) ET un maintien et une amélioration du français, ou d’autres langues nationales."

                Eh ben, apprenez-le de façon renforcée. Laissez les autres de décider pour eux. Par ailleurs, donnez-moi un seul exemple d’un renforcement des plusieurs langues sur le même territoire.

                "Aucun humour ?"

                L’humour potache, c’est pas tellement mon truc. J’aime quand c’est plus fin smiley

                "Je suis farouchement contre cela et je n’ai jamais prôné cela."

                Enfin on est d’accord sur quelque chose !!! Je sors le champagne smiley

                "Au collège on a le choix d’une deuxième langue, cela fonctionne très bien comme cela"

                Déjà il faut supprimer la distinction entre première et deuxième langue. Et la première langue doit être choisie librement, au moins parmi toutes les langues disponibles dans l’établissement.

                "On ne peut pas prendre allemand 1ère langue au collège ? ? ? ? Et du point de vue pratique comment proposer 15 langues différentes au collège ? ? ? ? ?"

                Ben non. Allez visiter les sites de Académies. Pour la pratique - voyez l’article du même auteur

                http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=34856

                "En résumé et très cordialement, je parle d’expérience, de vécu, et je ne suis pas le premier à dire que notre niveau est mauvais."

                Excusez-moi, vous êtes un homme ou une femme ? Votre pseudo fait penser à une femme, mais corrigez-moi si je me trompe.

                Dire - oui. Il faut aussi prouver. Si vous faites un tour sur les sites dans d’autres langues, vous serz surpris(e) de constater que tout le monde se trouve mauvais...


              • skirlet 29 janvier 2008 18:21

                Petit supplément : je n’ai pas parlé des pays de l’Est, relisez mon message. C’est vous qui avez commencé à parler de ces pays.


              • skirlet 29 janvier 2008 18:39

                VincentV :

                "j’imagine que les chinois ont d’autres idées"

                En effet, ils les ont.

                "je trouve passablement insultant de prétendre qu’un ingénieur belge, néerlandais, suisse ou danois n’est pas capable de s’exprimer correctement, sur un sujet technique, dans sa langue, c’est complètement faux"

                Déjà, je n’ai pas dis ça. Ensuite, je ne l’ai pas inventé.

                "La Suède a été parmi les premiers pays d’Europe à miser sur l’anglais, or, voici ce qu’a écrit Margareta Westman, une responsable du Comité linguistique suédois (“Svenska Dagbladet“, 24.10.1993) : "Il y a une différence entre commander une bière dans un café en anglais et conduire des négociations autour de la table d’un conseil d’administration. Ceux qui peuvent utiliser leur langue maternelle dans leur travail peuvent le prendre en main, à la fois pratiquement et psychologiquement. L’enseignement en anglais au niveau du lycée est une invention déplacée qui devrait cesser. Cet enseignement sera de plus en plus mauvais, car le professeur ne maîtrise pas l’anglais aussi bien que le suédois. Les professeurs ne sont pas aussi bons [en anglais] qu’ils le croient. Ils seront handicapés dans leur enseignement, comme s’ils avaient les mains liées dans le dos. (...) Tous pensent que l’anglais est nécessaire et incontournable ; à vrai dire, personne ne s’y oppose en principe. Au commencement, les contacts avec la langue internationale sont marqués du triomphe heureux de l’innocence : c’est si amusant d’être international, regardez comme nous sommes bons en anglais ! Ainsi, peu à peu, on prend conscience du problème : on devient un peu plus sot quand on ne peut pas utiliser sa langue maternelle."

                "Si la presse scandinave s’accorde à dire qu’il faut défendre à tout prix les langues des Vikings, elle n’arrive pas à s’entendre sur le rôle de l’anglais dans les sociétés scandinaves. Officialiser l’usage d’une langue étrangère, est-ce une menace ou une nécessité ?

                "Tout le monde parle de la langue, mais personne ne fait rien. Il faut bien entendu défendre la langue suédoise, mais contre quoi ? Le véritable danger ne vient pas des banlieues défavorisées, mais des universités, des entreprises et des ministères."

                Cet avertissement du quotidien suédois Dagens Nyheter souligne que "si la langue nous donne la possibilité de communiquer sur un plan individuel, elle nous oblige à respecter des règles de communication collective". De plus, observe l’éditorialiste, "modifier une langue de façon importante exige un temps considérable. Les accents multiculturels au sein de notre société peuvent très bien exister à côté de la langue officielle sans que cette dernière connaisse jamais des changements importants."

                Dès lors, pour le journal libéral, "ce n’est pas le tant décrié ’suédois des banlieues’ qui menace le plus la langue nationale, mais l’anglais, qui s’introduit lentement mais sûrement dans nos écoles et entreprises, alors que se poursuivent les débats plus ou moins inutiles sur la place des accents multiculturels en Suède".

                En effet, "pourquoi un chercheur à l’université doit-il mettre en exergue ses théories dans une langue qu’il ne maîtrise pas [en l’occurrence l’anglais] plutôt que rédiger dans sa langue maternelle, puis avoir recours à un traducteur professionnel ? Pourquoi, dans les établissements dispensant des programmes scolaires internationaux, les instituteurs sont-ils obligés d’enseigner en utilisant un anglais médiocre ?" se demande l’éditorialiste."

                "Certaines cultures très ouvertes, comme les pays-bas, intégrent effectivement beaucoup de vocabulaire anglais dans leur langue nationale"

                Une culture ouverte, c’est celle qui intègre beaucoup d’anglicismes ? Et que veut dire "ouverte" ?

                "l’ouverture métissée à l’angaise"

                C’est quoi "à l’anglaise" ?


              • Hermes esperantulo 3 février 2008 22:50

                Kroko voici le texte de hagege dans l’enfant aux deux langues

                p 162 " (...) Enfin, un débat pourrait être proposé pour décider si l’on introduit également l’espéranto (...)"


              • jzk 28 janvier 2008 13:26

                Pour une fois je suis bien d’accord avec Mescalina, c’est clair que nous sommes de véritables cancres en langues.

                Le français ne fera jamais d’effort en pays étranger, machouillant ses 2/3 pénibles mots d’anglais-yaourt, le tout sans conjugaison, pour se faire comprendre.

                Je suis frontalier belge et franchement je suis sidéré. Le belge même néerlandais (oui ils continuent de nous parler, ne croyez pas ce que vous voyez à la TV), i lva faire l’effort de parler français, au pire il parlera en anglais.

                Je ne parle même pas de l’hollandais, comme un poisson dans l’eau pour vous répondre en néerlandais, en anglais, en français ou en allemand.

                Il est vrai que l’anglais est plus souvent parlé en entreprise, ce monde honteux et dégoulinant de capitalisme... Seulement c’est incontournable. On ne peut demander aux chinois, USA et autres européens de s’adapter au français. Enfin c’est typiquement de chez nous ça, on le sait bien n’est ce pas.

                Et ce n’est pas avec nos merveilleuses lois qui nous protègent si bien que nous allons progresser.
                Chaque publicité en anglais, les slogans... se retrouvent "traduits", quitte à ce que ça ne veuille rien dire en français. On n’est pas sorti de l’auberge.

                Aïe spik angliche not verery waile...


                • skirlet 28 janvier 2008 13:39

                  Les véritables cancres de l’Europe sont les Anglais.

                  "On ne peut demander aux chinois, USA et autres européens de s’adapter au français."

                  Et pour quelle raison doivent-il s’adapter à l’anglais ?

                  Les Chinois parlent chinois. Les autres Européens parlents leur langues, l’anglais n’est même pas une langue natale la plus répandue en Europe, et dans le monde elle est parlée par les 4,84% de la population. A la limite, il faudrait se mettre au chinois ou à l’espagnol, c’est bien plus pragmatique smiley

                  "Chaque publicité en anglais, les slogans... se retrouvent "traduits", quitte à ce que ça ne veuille rien dire en français."

                  La flemme de traduire, le désir de réduire les coûts, quitte à accepter que la pub ne sera pas comprise smiley Tant pis pour la pub, on gardera notre espace du cerveau pour des choses plus utiles.


                • Hermes esperantulo 28 janvier 2008 14:02

                  j’aime bien ce genre de type qui croit que les francais sont feniant, franchement perso en france à part les villes touristiques j’ai jamais eut souvenance d’avoir croisé un etrager me parlant en anglais et encore dans les grandes villes, le touriste il me demande ou est la rue machin truc ou l’office du tourisme ou les toilettes, donc en anglais il suffit des phrases types apprisent en cinq minutes pour repondre et pour la photo encore plus simple on me montre le bouton et c’est fini.

                  Donc pour dire que l’anglais la plupat des francais ils s’en servent pas en france, par contre à l’étranger, l’anglais d’aeroport et d’hotel au secours et pas que pour les francais j’ai du aller aller au moins 50 fois en aeroport pour prendre du monde ou partie en voyage, j’ai ne nombreuses connaissances qui travillent dans le tourisme et l’internationalle ainsi qu’au louvre toutes m’ont dit que les francais sont pas aussi nul que ca et que l’on trouve bien pire.

                  Dans l’intrnational la france se trouve dans le peloton de tete dans la maitrise de l’anglais dans le commerce, donc on n’a pas à rougir

                  et au niveau frontaier un francais qui traville en france n’a pas besion d’une autre langue de travail et s’il travail en allemagne et bien il y parlera allemand sauf dans le cas d’une entreprise francaise expatrié en allemagne.

                  Par contre le cas de la belgique du luxembourg, ect, est particulier de sont des pays plurilingues ayant de migrations en interne comme tout pays mais le fait d’avoir plusieurs langues oblige à un moment d’en apprendre plusieurs, car ca brasse pas mal sur un petit territoire, come par exemple les petits pays du nord etant dans une zone de grand flux les obligent à apprendre l’anglais.

                  donc malgré que je connaisse un peu l’anglais personellement j’en est pas besoin dans ma vie privé ou professionelle et si je ne la connaissais pas je me porterait tout aussi bien, quand en france existait encore le plurilinguisme scolaire j’ai decouvert des tas de langues russe, latin, anglais, allemand, espagnol, l’angalis c’est la langue que j’ai le moins apprecier car on medisait que c’était une langue facile et bien je l’ai trouvé plus diffcille que les autres langues et mes moyennes scolaires en sont la preuve.

                  J’ai decouvert l’esperanto, (désolé kroko si j’en parle) que j’apprecie car en peut de temps j’ai pu parler avec des personnes du monde entier pour mon plaisir personnel, je pourrais et le fait le faire avec l’anglais mais je prefere l’eo car pour un rendement bien meilleur je peux parler de tout, j’airait bien plus aussi le faire avec le russe mais n’aynt pas praiquer depuis longtemps j’ai beaucoup perdu et en plus je me retrouve bloqué sur une groupe en particulier


                • Azraelinou 28 janvier 2008 14:13

                  Exactement le genre de reaction typique de la personne qui n’a jamais du mettre le nez dehors en quete de nouveautes car a la maison, il fait si bon...

                  Comportement que je comprends parfaitement vu que j’y suis passe, sidere de voir les etrangers Anglophones ne faire presque aucun effort pour se faire comprendre sur le territoire Francais... Maintenant je suis sidere de voir des communautes de Francais etablies a l’etranger, qui ne se donnent pas la peine de faire mieux que de situer Brian dans la maison.

                  A ralleurs, je devrais rajouter un autre trait de caractere : imbus, et surement un autre encore : paresseux.

                  A moins que je ne me trompe, a l’heure actuelle, meme si le Chinois est la langue la plus parlee dans le monde au niveau de la vie de tous les jours, la grande majorite des echanges internationaux ne se fait qu’en Anglais. A oui, ca fait mal d’entendre ca, fiers defenseurs de la langue Francaise... Mais que voulez vous ? defendre une culture ou une paressesse on ne peut plus degoutante, quand on est aujourd’hui dans une situation qui permet facilement a tout un chacun de travailler ou etudier a l’etranger dans une belle quantite de pays qui sont notre environnement direct depuis l’ouverture des frontieres.

                  On ne se rend jamais compte de la chance et des opportunites qu’on a a portee de main... On prefere la pseudo stabilite d’une position etablie tout en toujours tentant d’etendre notre influence car c’est toujours "aux autres de s’adapter".


                • Hermes esperantulo 28 janvier 2008 14:18

                  les ralations internationales en anglais sont de 56% si je ne trompe pas selon ETS vient ensuite l’espagnol puis une progression importante du chinois et maintenant du russe, et sur le web l’anglais n’est plus qu’a 20%, mais il est tellement facile de se leurrer quand on baigne que dans des entreprises anglophone.


                • Azraelinou 28 janvier 2008 14:24

                   

                  "Les ralations internationales en anglais sont de 56% si je ne trompe pas selon ETS vient ensuite l’espagnol."

                  Merci d’avoir ecclairci et corrige mon commentaire en argumentant en ma faveur smiley

                  J’avoue que c’est tres... Fair play smiley

                  PS : pour info, si 56% represente l’Anglais, et est suivi de pres par l’Espagnol... il ne doit pas rester grand chose pour les autres langues, a moins que les langues etrangeres aient legerement obscurci vos connaissances en Mathematiques basiques...

                  Sinon pour le reste, d’accord sur l’evolution du Chinois et sur le besoin de s’y mettre reellement au risque d’y perdre aussi gros que les EtatsUniens le font actuellement...

                   

                   


                • skirlet 28 janvier 2008 14:33

                  Je voudrais bien savoir, de quelle réaction vous parlez. Pour ma part, j’ai mis le nez dehors plus d’une fois, et en plus je parle plusieurs langues smiley

                  "Maintenant je suis sidere de voir des communautes de Francais etablies a l’etranger, qui ne se donnent pas la peine de faire mieux que de situer Brian dans la maison."

                  Enfin, en France, dans un village plein d’Anglais, les Français dans un bar ont été sévèrement engueulés, parce qu’ils parlaient français entre aux... Je rappelle que ça s’est produit en France.

                  "A moins que je ne me trompe, a l’heure actuelle, meme si le Chinois est la langue la plus parlee dans le monde au niveau de la vie de tous les jours, la grande majorite des echanges internationaux ne se fait qu’en Anglais."

                  On écrit "chinois" et "anglais" avec une minuscule. Pour les échanges, plus la mondialisation avance, plus on utilise sa langue maternelle, et pour les commerçants, il faut vendre dans la langue du client.

                  "A oui, ca fait mal d’entendre ca, fiers defenseurs de la langue Francaise..."

                  Là aussi, c’est une miniscule - "française". Non, ça ne fait pas mal. Aucune domination n’est éternelle smiley En plus, il vaut mieux défendre sa langue que se servir de carpette pour les puissants.

                  "defendre une culture ou une paressesse on ne peut plus degoutante, quand on est aujourd’hui dans une situation qui permet facilement a tout un chacun de travailler ou etudier a l’etranger dans une belle quantite de pays qui sont notre environnement direct depuis l’ouverture des frontieres."

                  "Paresse". Défendre sa culture serait dégoûtant ? Bravo. Oui, on peut travailler ou étudier à l’étranger, mais est-ce obligatoire ? Mieux ? Et parlez-vous uniquement des pays anglophones en utilisant le mot "étranger" ? Si vous allez vivre en Pologne, je vous souhaite bien du courage sans la langue locale smiley

                  "On ne se rend jamais compte de la chance et des opportunites qu’on a a portee de main..."

                  Vous êtes expatrié et heureux de l’être ? Alors faites un petit effort et essayez de comprendre, que les gens ne souhaitent pas tous se faire la malle. L’herbe est plus verte chez les voisins... j’en connaîs tout plein qui ont fait une expérience contraire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires