• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Y a-t-il une nouvelle grille de lecture du pays

Y a-t-il une nouvelle grille de lecture du pays

L'information est la conversation à distance. 
 
Elle vient remplacer le bouche à oreille, en se diffusant et se destinant à un large public.
Fini les copistes, fini les fresques dans les églises. 
L'imprimerie à remplacer l'emploi de copiste. 
Un homme par une machine.
Les capitalistes nous diront c'est une "destruction créatrice".

Rien n'est plus faux.
Si nous devions mettre derrière chaque écrit qui ont été diffusés, un copiste, il n'y aurait pas assez d'hommes sur la terre.
C'est donc l'information qui véhicule ce biais pour justifier un concept économique qui n'est que la recherche d'un bénéfice au moindre effort.
Ce qui s'est gagné c'est un gain de productivité.
L'on a produit plus avec moins de personnes en moins de temps.

Il y a là deux grilles de lecture pour un même événement. 
Prendre l'une ou l'autre est déterminant. 

C'est pourquoi une grille de lecture émotionnelle est venue en remplacer une intellectuelle, inversant des sentences, philosophiques. 

VII siecle avJC Cléodule de Lindos écrivait : "la mesure est ce qu'il y a de plus excellent". Bias de Priène ; " la plus part des hommes sont malhonnêtes". 
Thalès : "fais des promesses, la faute n'est pas loin".
Une plus large de Cicéron : "nous sommes venus d'une autre vie, d'une autre existence pour entrer dans une grande foire, les Uns pour chercher la gloire (la puissance), les autres l'argent.
Seul un petit nombre dédaignant tout cela, s'applique à étudier la nature des choses. 
C'est là la partie la plus noble. 
L'étude et la connaissance sont préférables à tout le reste.
Il parlait des jeux, comme pratique intellectuellement invalidante.
Il suffit d'observer la place qu'ils ont pris aujourd'hui, et la pantomime électoraliste de nos présidents

Nous avons Régressé.

Parménide établi VI siecle av JC l'ontologie positive. l'être (l'humain), ce qui est pensé (l'origine de nos émotions), s'oppose radicalement au non être que sont les réalités naturelles, objets de l'OPINION et non de l'INTELLECT (intelligibilité).
On ne peut plus court pour connaître la place de notre intellect dans le temps.

Revenons à aujourd'hui.

De fil en aiguille, l'évolution des découvertes sont venus s'implanter dans le domaine de la communication, jusqu'à la démocratisation des moyens individuels avec la Bouche posée sur le net pour arriver aux Oreilles des réseaux.
Nous ne faisons que commencer une ère nouvelle dont la destruction des emplois sera l'équivalent à celle de la disparition des copistes.
Donc en cela rien de bien neuf si ce n'est que nous nous Accrochons au Travail, au lieu d'assumer sa raréfaction.

Nous sommes entrés dans les Bavardages de Masse. L'Insignifiance où l'essentielle à notre quotidien devient de L'Insignifiance sur la toile, sauf pour les annonceurs.

La liberté d'expression via le net consultable à tout instant. 
La mémoire de nos échanges, de nos papotages, de notre égo numérisé.

C'est le net qui va demander l'usage une nouvelle grille de lecture de l'existence.
Les dérapages qui s'y mesurent, qui en résultent, se règlent par les bonnes vieilles méthodes qui ont démontré qu'elles étaient obsolètes au fond,
 l'interdit et la punition. 
 
Elles se sont substituées à une Incurie Éducative dont nous connaissons la Source. 
Quand l'homme n'a plus de Mots il en vient aux Mains.

Les Bavardages sont le propre de l'homme. 

Le réglementer prouve une faiblesse de la maîtrise mesurée de l'émotion. 
L'on fait taire par la force Individuelle ou publique.
C'est exact pour les individus comme pour les nations. Sauf que l'individu il va en prison et la nation se couvre de gloire.

Nous avons vu ces dernières années se réglementer de plus en plus la liberté d'expression.
Dès que quelqu'un ouvre la bouche une plainte lui tombe dessus, car il y a toujours une association qui se sent blessée par un propos.
Cet appel de plus en plus fréquent à la loi, à la justice, est significatif d'un glissement.
Il est connu sociologiquement comme l'abandon du contrôle interne au bénéfice du contrôle externe.
C'est pire quand par la satire l'on ne peut se moquer de tout. Que se développe une police de la bien séance, les anathèmes laïcs.

Contrôle INTERNE.

Or le contrôle interne, c'est celui de l'éducation, c'est celui qui parvient à appréhender le juste à propos de toutes choses. 
C'est celui qui peut se battre, donner cours à ses émotions colériques sans avoir besoin d'armes, que ce soit de Mots ou de Canons. 
C'est la démonstration d'un SUCCÈS éducatif.

Le contrôle EXTERNE.

Le contrôle externe est l'usage de la répression, les interdits, le recours à la police, la justice, l'armée pour réprimer la violence verbale injurieuse, haineuse, mortifère. L'augmentation de prisons ou de plaintes, n'est pas un signe de bonne santé sociale. 
Elle est la démonstration d'un ÉCHEC éducatif.

Un glissement.

Ces 30 dernières années ont été marquées par un glissement de l'un vers l'autre, du contrôle interne vers le contrôle externe. 
Ce que j'ai appelé en 1999 la judiciarisation et la policiarisation de la vie. 
Là, où tous les citoyens y trouvent plus de sécurité, encore aujourd'hui, c'est en fait un renoncement au contrôle interne pour une dictature sécuritaire externe, qui ne peut pas être la liberté.

Comment en sommes-nous arrivé là.

Il y a eu plusieurs facteurs dont deux essentiels. 
1/La stratégie de l'émotion depuis 1990.

Un processus simple et efficace, encadrer la réflexion politique (l'INTELLECT) par des événements émotionnels qui ne font pas appel au contrôle interne. 
D'où le sentiment d'insécurité, le ressenti qui demeure totalement suggestif en fonction de l'empathie et la compassion des uns et des autres. 

La technique consiste à choisir parmi plus de 3 millions de crimes et délits, celui réel et sensible sur lequel s'appuyer.
Sachant que ce sera autour de lui que se cristalisera l'émotion Individuelle et la cupidité des Médias, pour faire passer une loi qui aurait été inacceptable.
Sarkozy fut celui qui en joua le plus.
C'est toujours en place aujourd'hui, ce fut largement utilisé dans la jacquerie des gilets jaunes.

L'objectif était imminenment politique (je ne développe pas). 

Les hommes politiques y ont joué et perdu tout leur CRÉDIT (bien fait pour leurs gueules). 
Le dernier en date à avoir succombé à ce avec quoi ils jouent et mystifient les citoyens depuis trente ans, c'est Rugy.

2/ La démultiplication des médias pour faire circuler une information de masse.
Ils ont permis une diffusion verticale et horizontale par une pluralité médiatique, de radios, télés, journaux diffusant les Mêmes Informations.
Ils ont véhiculé et construit une raison, une pensée unique. 
Cette pensée, elle se connait par les sondages d'opinions.
Une opinion publique sondagiaire que diffusent ces mêmes réseaux.
Elle alimente les analyses individuelles des réseaux sociaux sur lesquels nous trouvons les opinions brutes.
Celles faites de rumeurs, de ragots, de complotistes, d'injures, de trolls, de prosélytisme.
Une démultiplication de l'effet loupe médiatique tombé dans la "boue" de la rue pour éclabousser la toile.

Car que l'on ne s'y trompe pas, la toile n'invente pas les fausses nouvelles, les ragots, les rumeurs, les haines.

Elles existaient DÉJÀ, se passaient de bouche à oreille, lentement dans l'intimité d'une discussion, au bureau, à l'atelier, avec le voisin. 
C'est à dire dans un environnement quotidien aux rebonds limités.
Nous connaissions donc la "boue" de la rue, faite de toutes les ignorances, de toutes les malveillances. 
Aucune association, aucun parti pour nous entendre le salir, le vomir.
Aucun espion pour lire nos injures, nos mensonges.
L'on pouvaient tranquillement se présenter comme monsieur Propre, l'Honnête Citoyen Personnifié.

Soudain avec la Toile, toutes nos déjections verbales, toutes nos ignorances nous sautent à la figure et font école. 
Nous nous voyons comme nous sommes, menteurs, tricheurs, escrocs, voyeurs.

Nous mesurons alors l'échec du contrôle INTERNE.

Affolé par tant de médiocrité le pouvoir nous balance son contrôle EXTERNE.
Des lois pour contrôler la liberté de tout homme de dire ce qu'il pense.
Les capitalistes ne sont pas en reste et revendent votre vie privée.

Même si l'homme ment, s'il est grossier, nazi, facho, irrévérencieux, menaçant etc c'est à celui qui s'en sent affecté de demander réparation. 

L'état doit veiller à lui en donner les moyens et non de désigner ce qu'il est interdit de dire. l'État doit protéger l'intégrité de l'humain.

J'écris cela pour que nous touchions du doigt que tous les comportements dit asociaux s'élaborent dans un milieu sociologique de Naissance construit par l'histoire de leurs Ascendants.

Il devient plus facile de comprendre qu'avec la stratégie de l'Émotion nous avons fait sauter des Gardes Fous du contrôle interne, qui cachait muselait ce qui existait déjà.
Laissé la place au ressenti face à un psychologue ou autres et une chose.
En faire une analyse sociologique une autre chose.
En débattre entre soi naturel, mais en faire un ressentis collectif par sondage, appelé l'opinion publique, c'est débile. 

C'est une guillotine à laquelle nous nous sommes habitués, une pratique utilisé dans le développement commercial pour estimer un marché qui est passé dans le politique. 

Le marché de l'opinion.

Nous avons participé à son développement autour des thèmes sécuritaires qui ont remplacé le débat idéologique. Nous conduisant même à inscrire dans la constitution le principe de précaution autour d'une paranoïa collective.
Prendre la mesure de l'opinion des citoyens ne peut pas se faire autour de questions fermées qui s'impose pour faire un choix 
Il ne peut pas y avoir une température collective ressentie.
C'est comme si nous demandions à des maçons de bâtir une maison en fonction de leur ressenti.

Que vient donc remplacer ce ressenti individuel qui est la seule réalité de chacun.

Il vient se substituer à l'affaiblissement des espaces démocratiques où chacun pouvait débattre avec d'autres au sein d'une association syndicale, politique, d'intérêt général.
Chacun ajustant son ressenti pour en dégager une mesure collective une opinion par une synthèse.
Se comprend dès lors que moins de gens s'y rendent, moins l'opinion sera représentative si elle n'est pas portée par un intérêt de classe. Si elle n'émane pas de la réalité des stratifications socio économiques.

Le client roi.

L'intérêt de classe, remplacé par celui de client a conduit les salariés à creuser leur propre tombe.
Or ils ne possèdent pas la clé pour faire le lien, la relation, le comprendre.

Comment en réclamant des prix bas ils construisent les délocalisations, favorisent les importations des pays pratiquant le dumping social, supprime des emplois, et favorisent la robotique. 
Il leurs a été expliqués qu'ils devaient mettre les producteurs en compétition, ignorant en fait que c'était leur propre salaire et bien être qu'ils mettent en compétition.

Nous avons dans ce domaine comme dans d'autres choisi d'étouffer la réflexion pour l'envie, le besoin irraisonné de posséder gratuitement.

Nous en avons vu le net être submergé de pub comme la télé, un paiement indirect qui repose sur l'exploitation des émotions.

La stratégie de l'émotion a envahi l'espace politique et économique, là où l'intellectuel est nécessité.
La voiture s'est personnifiée on l'appelle Clio ou Axara. Et les salariés portent le nom de leur entreprise, comme hier des seigneureries. 
La stratégie de l'émotion à plus encore laissé libre cours à nos souffrances en les apaisant sur le dos de tiers.
Si l'évacuer est une bonne chose, sur le mauvais tiers construit des boucs émissaires.
Être fascisant ne fait plus peur, on appelle cela se décomplexer.

Alors chacun s'épanche sur la toile agitant son bouc affublé de quolibets. Chacun se plaignant d'y trouver autant de médiocrité, comme si c'était l'outil qui en était la cause.

En fait il en est le révélateur, ce n'est pas lui qui a inventé le ragot, l'insulte, la rumeur, la niaiserie, l'égoïsme, la bêtise insondable où nous sommes sollicités de téléphoner pour répondre à une question pour gagner une somme par tirage au sort.

Puissions-nous comprendre que ce processus est l'élixir, le summum, le point culminant de l'exploitation émotionnelle de ce que nous avons de plus con en nous l'absence de réflexion.

Le jour où ces jeux, l'offre de gratuité disparaitront nous pourrons considérer avoir grandi.
Il a suffit de trente ans d'encadrement de la réflexion pour qu'elle génère le pire, un retour vers la dictature tous azimuts au nom de la liberté.

Le plus scandaleux de ces résultats se situe dans le domaine de la justice.
Nous avons assisté à un revirement complet de la notion de deux principes essentiels en matière de justice, la présomption d'innocence et le bénéfice du doute.
Les citoyens ne passent plus par des grilles de lectures structurées. 
Ils laissent libre cours à leurs émotions dirigées par des affaires scabreuses, et ils réclament toujours vengeance quoi qu'il advienne.

Si sur le fond le comportement est on ne peut plus humain, la vengeance réclame toujours une punition supérieure aux faits subis.

La place de plus en plus grande du désir d'aller voir dans la culotte des autres si elle est propre ne peut pas faire bon ménage avec le respect de la vie privée.

Être un homme public n'emporte pas de fouiller dans sa poubelle.
L'on ne peut prendre que l'information que l'autre veut délivrer. Ceux qui s'épanchent sur le net y consentent tacitement, sauf les images ou l'abus de diffusion et d'utilisation.
Or les moyens technologiques permettent de s'infiltrer discrètement et des journalistes se substituent aux inquisiteurs. 
Nous finissons par accepter ces intrusions, ces indiscrétions qui transgressent la loi en toute impunité.
Celle qui dit que l'on ne peut photographier autrui sans son autorisation.

L'on en arrivé à transgresser le principe républicain d'égalité en obligeant les élus de divulguer leur patrimoine. Comme si nous, nous divulguions le nôtre.
Circuler libre n'est pas circuler sous le contrôle d'une caméra, puisque qu'à tout moment notre vie privé peut être suivie.
Depuis quand lorsque nous sortons de chez nous notre vie qui se déroule dans un espace public ne serait plus notre vie privée.

Ce long commentaire pour illustrer tous les glissement qui ce sont opérés sous l'impulsion de la stratégie de l'Émotion.

Les juifs il y a 5780 ans décretaient la loi du talion. L'objectif était de mettre un terme à la justice Émotionnelle qui s'exerçait toujours au détriment de l'agresseur.

La sentence était toujours disproportionnée par rapport aux faits. 
Un comportement un peu plus humain commandé par l'Émotion, qui conduit non à un besoin de réparation, mais à la Vengeance.
Par la loi du talion les juifs imposaient à la victime de ne pas exiger plus qui ne lui a été fait.
3761 ans plus tard Jésus Christ réformait la loi du talion par la parabole de la femme adultère. 
Que celui qui n'a pas fauté lui jette la première pierre.

Cette parabole est un peu plus d'actualité. 

Nous avons abandonné l'INTELLECT pour l'émotion, il est donc naturel que notre sens de la justice devienne vengeance, expression des rancoeurs, et que la malveillance, la suspicion prédomine.
Non parce qu'elle n'existait pas, mais parce qu'elle a servi de support politique répandu par la toile et conduite l'Inquisition permanent que nous appelons la transparence.

Alors que celui qui est transparent jette la première pierre.

Un monde Chrétien qui pratique la loi du talion a encore de la route à faire avant de comprendre que l'existence fonctionne sur le mode ÉCHEC.
 Corriger les erreurs de celui qui en est l'acteur, n'est pas le rendre responsable, là où nous le sommes tous au travers du mimétisme, pour lui avoir fabriqué les routes de ses choix.

Alors comme dans la parabole, va et ne recommence pas.
C'est le pardon, mais là encore notre grille de lecture s'est inversée. Nous demandons que ce soit l'agresseur qui le demande alors que Jésus Christ demande que ce soit la victime, qui trouve la force du pardon, pour ne pas laisser libre cours à la vengeance.

Nous ne sommes pas encore près de changer de grille de lecture.


Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • tashrin 31 juillet 16:05

    Or ils ne possèdent pas la clé pour faire le lien, la relation, le comprendre.

    Heureusement vous etes là !


    • ddacoudre ddacoudre 2 août 21:42

      @tashrin

      Bonjour Comme tu le dis je te mets le lien tu ne mourras pas sans l’avoir lu http://ddacoudre.over-blog.com/2019/07/les-salaries-qui-paient-leurs-retraites-c-est-a-eux-de-decider.html Cordialement ddacoudre overblog


    • Raymond75 1er août 09:57

      "C’est pourquoi une grille de lecture émotionnelle est venue en remplacer une intellectuelle, inversant des sentences, philosophiques" :

      Cela a toujours été, et c’est là-dessus que se sont appuyées toutes les dictatures et les propagandes en tous genres : faire disparaitre la réflexion au profit de la seule émotion.

      Mais de nos jours c’est accentué par la puissance quasi hypnotisante des smartphones et d’Internet en général, car celles et ceux qui ne font pas l’effort de prendre de la distance se laissent submerger. Je suis effrayé lorsque je vois des jeunes dans la rue ou dans le métro incapables de quitter des yeux leurs doudous électroniques ; même lorsqu’ils sont en groupe, ils ne se parlent plus, ils regardent leurs écrans et ils ’like’ ...

      Toutes les technologies sont porteuses d’espoirs, presque toujours déçus. L’aviation rapproche les peuples, mais les bombardiers ont ravagé l’Europe et l’Asie. La télévision devait instruire mais a laissé la place à la téléréalité et à l’info continue, uniquement évènementielle sans explications. Les radios libres devaient libérer la parole, mais ont laissé la place aux radios boum boum.

      Dans un smartphone ou derrière l’écran de votre micro, vous avez accès pour la première fois dans l’histoire de l’humanité à quasi toutes les connaissances, mais se sont les rumeurs, les mensonges, les insinuations qui se propagent dans les esprits.

      Il y a là un grave échec de l’éducation, qui ne nous apprend pas à maitriser ns pulsions, nos instincts (à maitriser, pas à supprimer).

      Somme toute, on se demande qui a envie de comprendre ce qui nous entoure ; mais aussi on peut ne pas en être étonner quand on voit que dans les démocraties la parole du ’peuple souverain’ est toujours bafouée au profit d’une infime minorité prédatrice ; alors pourquoi chercher à comprendre puisque nous sommes impuissants ?


      • ddacoudre ddacoudre 2 août 21:47

        @Raymond75 Bonjour Bien expliqué, mais il faut toujours espérer , même quand c’est désespérant comme tu l’écris. Cordialement ddacoudre overblog


      • Jean Keim Jean Keim 2 août 14:56

        Mt 16, 23 - Mc 8, 33

        Un jour Jésus admonesta Pierre : « Va-t’en derrière moi, satan ! Car tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes. »

        Mais quel est donc ce satan ? Nous ne le (re)connaissons pas et pourtant c’est lui le malin qui même la danse dans toutes les affaires humaines.


        • Gollum Gollum 2 août 15:03

          @Jean Keim

          Car tes pensées ne sont pas celles de Dieu

          Jean, faudra expliquer à Dieu qu’avoir des pensées (avec tout le processus inhérent aux pensées) c’est pas bien... smiley


        • Jean Keim Jean Keim 2 août 17:47

          @Gollum

          Ne vous faites pas plus bête que vous ne l’êtes en réalité.

          Toutefois je note un progrès dans votre mode de pensée, en effet la pensée est bien un processus, ce qui est corroboré par votre réflexion : « faudra expliquer à Dieu qu’... »


        • ddacoudre ddacoudre 2 août 21:53

          @Jean Keim Bonjour Mais nous savons ce qu’il est Jésus le dit ce n’est ce qui entre dedans car nous le purrifions aux latrines, mais ce qui sort du dedans.

          Cordialement ddacoudre overblog


        • Xenozoid 2 août 22:00

          @ddacoudre

          jesus a dit je suis ici pour apporter la dissension


        • Jean Keim Jean Keim 2 août 22:13

          @ddacoudre

          Je crois que Jésus fait clairement une distinction entre ce que l’homme puise dans son savoir et qui est l’expression de l’ego càd de la personnalité et ce que l’altérité, comme une grâce, souffle parfois directement dans l’esprit.


        • ddacoudre ddacoudre 2 août 22:15

          @Xenozoid

          Bonjour

          Mais cela concernait activité des pharisiens Cordialement ddacoudre OverBlog


        • Xenozoid 2 août 22:16

          @ddacoudre

          et aujourd’hui ? il dit quoi ?


        • Xenozoid 2 août 22:18

          @Xenozoid

          c’est dans la parti que je fais sur la sagesse folle, jesus et boudah en seront


        • Jean Keim Jean Keim 2 août 22:19

          @Xenozoid

          Ce qui signifie que le royaume dont parle Jésus est incompatible avec les contingences du monde.


        • Xenozoid 2 août 22:20

          @Jean Keim

          cela signifie que les gens pense trop dans l’égo


        • ddacoudre ddacoudre 2 août 22:29

          @Jean Keim Bonjour

          Dans la venue au monde du Christ il faut voir plus loin que les explications théologique. Marie est l’équivalant De Gaïa la terre nourricière.Marie enfanté par l’esprit de dieu qui la recouvre de son hombre pour mettre au monde le fils de dieu, n’est autre que la Mère nourricier qui enfanté des hommes tous fils de dieu vivant au milieu de donné son esprit qui recouvre la terre de son hombre. Et il appartient aux hommes dans découvrir l’esprit par un des leurs inspiré par dieu pour suivre trouver le père en comprenant que l’on se trompe toujours et qu’il faut s’aimer les uns les autres pour être capable de pardonner. Nous sommes loin de cela. Il nous faudra encore quelques siècles. Cordialement ddacoudre OverBlog


        • ddacoudre ddacoudre 3 août 00:22

          @Xenozoid

          Je n’en sais rien je ne l’ai jamais rencontré,

          Mais depuis 2019 ans l’on n’arrive toujours pas à pardonner et encore moins à s’aimer, être simplement humain. Cordialement ddacoudre OverBlog

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès