• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Youssef Hindi et la recherche de la morale commune

Youssef Hindi et la recherche de la morale commune

Youssef Hindi a seulement trente-six ans, il est chercheur, essayiste et analyste. Son oeuvre est de tenter une nécessaire réconciliation entre le nord et le sud de la Méditerranée, la restauration de la souveraineté populaire face au mondialisme et le régime des banques. Il est croyant, cultivé, partisan du nécessaire dialogue islamo-chrétien autour de nos valeurs communes. Né au Maroc, il a grandi en France, fréquenté un collège privé catholique puis étudié à la fac ; il est une synthèse de plusieurs cultures unies par une juste morale.

Sans cette morale commune, qui n'est pas sans rappeler les analyses de JC Michéa, il n'y a pas de société possible. S'il l'un est marxiste assumé, Hindi est musulman pratiquant. Occident et Islam, la mythologie de la laicité et dernièrement L'autre Zemmour sont ses essais les plus marquants. Il mentionne l'absence de vision d'ensemble et de projet d'une laicité issue des sectes philosophiques du XIXème siècle, développée pour favoriser l'essor d'un capitalisme apatride, briser les identités, permettre les perversions et l'enrichissement de quelques uns. 

Visionnaire, il avait prévu dès 2016 les révoltes populaires du type gilets jaunes, mouvement qu'il a soutenu en tentant d'associer les quartiers périphériques au petit peuple provincial venu crier sa colère face à des dirigeants injustes et brutaux. Hindi nous démontre, dans sa dernière publication, que Zemmour n'a pas l'exclusivité de la critique d'un système dont il est par ailleurs membre à part entière, c'est la trame d'une remise en cause du chouchou des médias crédité de 13% d'intentions de vote aux présidentielles. Il s'offre un droit de réponse au totem médiatique.

Surtout, Youssef Hindi nous donne une autre image de l'islam que celle des banlieues désoeuvrées et livrées aux trafiquants qui prient dans la journée à la mosquée du coin et pratiquent leur "bizness" la nuit. Une conception erronée de la religion dans des secteurs pauvres où l'état républicain s'est retiré depuis trente ans. L'affaire de Trappes, l'assassinat de Samuel Paty, constituent un choc culturel marqué d'incompréhensions et de mépris mutuels.

Bien entendu, vous ne verrez pas cet auteur anti-conformiste à la TV. Il est certainement classé "complotiste", "agitateur d'angoisse" voire fiché "s"(?) comme le sont parait-il certains intellectuels. La marque de fabrique de ceux qui contestent les idéologies dominantes qui engendrent séparatisme (qu'est-ce que le libéralisme économique sinon le chacun pour soi ?), violence, incivilités, mépris de l'autre et déviances sexuelles. Pas d'éducation commune des plus jeunes sans morale commune qui fait société : le juste rôle de la religion est de fixer les règles.

Hindi est intéressant par ses échanges avec les chrétiens patriotes, la dénonciation des infiltrations maçonniques dans l'église, il est d'ailleurs conseiller en géopolitique pour l'association Civitas, ce qui démontre les liens unissant chrétiens et musulmans autour du bon sens et de nos valeurs partagées.

A une époque où il est encouragé de cracher sur les musulmans et les croyances d'une manière générale, lire Youssef Hindi permet de comprendre les mécanismes d'un processus visant à détruire le fait religieux pour permettre de diviser afin de régner sur un peuple soumis et divisé. Merci à lui pour ses travaux qui nous offrent une bouffée d'oxygène bienvenue...

A lire :

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Youssef-Hindi-repond-aux-questions-de-Rivarol-a-propos-de-L-Autre-Zemmour-61688.html

 

Résultat de recherche d'images pour "hindi l'autre zemmour"


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Jonas Jonas 23 février 20:03

    Youssef Hindi propage avec Alain Soral et dans ses ouvrages l’idée que l’Islam serait tolérant et compatible avec les sociétés occidentales, une manière de lobotomiser les esprits des Français, et leur fermer les yeux face au développement intensif du fondamentalisme islamique dans des milliers de mosquées de France.

    Un idéal utopique de fraternisation franco-arabo-islamique !

    Soral donne par exemple du crédit à ces théories qu’il justifie par des conférences comme ici avec le prédicateur misogyne, antichrétien, antioccidental et antisémite Hassan Iquioussen.

    Soral en devient même complètement ridicule. Là, on le voit copinant avec la rappeur algérien Morsay, celui qui crache sur le drapeau français, un drapeau de raciste comme il dit.
    Voilà à quoi ressemblent les amis de Soral !

    Soral et Hindi nient le choc des civilisations entre Christianisme et Islam qui dure pourtant depuis des siècles, en particulier sur le sol européen : ils pensent ainsi effacer de la mémoire des Européens, en les dénigrant sciemment, tous les défenseurs du christianisme comme Pelayo, Ramiro I, Afonso Henriques, Jean III Sobieski, Jean Hunyadi, les Papes Léon IV et Jean X, Skanderbeg, Mathurin Romegas, Don Juan d’Autriche, Jean de La Valette, Nikola Zrinski, Miklós Zrínyi...qui ont, au péril de leur vie et au prix de sacrifices de millions d’individus, sauvés l’Europe de la charia islamique en expulsant les musulmans hors du continent.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 février 10:45

      @Jonas

      Dans son bouquin publié en 2000, Alexandre Del Valle constatait que la Russie de Poutine refusait de suivre l’idéologie « eurasienne » vue comme un marché de dupe, une sorte d’alliance du faible au fort.

      Depuis 2016, force est de constater que le couple Poutine-Erdogan marche très bien (Libye, Arménie, Syrie), et que le pouvoir poutinien s’est vraiment tourné vers l’eurasianisme, considérant la Russie comme non occidentale, et alliée à l’Islam.

      Fabien ne fait que suivre ce tournant, avec un peu de retard smiley

      Faudra vous y faire smiley


    • OMAR 24 février 20:33

      Omar9
      .
      @Olivier Perriet
      .
      Vous voulez faire accroire que Erdogan est plus représentatif de l’Islam, que Mohamed ben Salman ?
      .
      Si Erdogan s’est allié à la Russie, cette alliance contre-nature est juste de circonstance, conjoncturelle.
      .
      Et Erdogan ne représente que lui-même et sa Turquie, pas plus, les états musulmans de l’ex-URSS, n’étant que le prolongement culturel et linguistique de l’Anatolie...


    • bertin 25 février 07:58

      @Jonas
      Les islamophobes sont au coeur de la dictature qui nous opprime. Ils dirigent la répression secrète du Mind Control qui vise toute la population. Ils feignent de vouloir défendre les Français de souche qu’en réalité ils détestent. Ils n’ont jamais rien fait pour la France alors que les musulmans ont combattu pour elle par centaines de milliers. Les islamophobes sont des escrocs ; ils constituent une menace pour les libertés ; ils organisent eux-mêmes le terrorisme et la délinquance. Les islamophobes sont des salauds.


    • QAmonBra QAmonBra 23 février 21:19

      Merci à l’auteur pour le partage.

      Excellente présentation, rien a y ajouter ni a y retrancher sur le fond.

      Juste préciser qu’on ne peut comprendre ce qu’est fondamentalement le $ionisme, sans lire l’édifiante œuvre de Y. Hindi, notamment son premier et magistral ouvrage : « Occident & Islam », portant sur l’origine et la genèse messianique du projet $ioniste, de l’Europe médiévale au prétendu choc des civilisations, dont rêvent, alimentent et s’acharnent a provoquer les $ionnards, afin de pérenniser un règne déjà omniprésent en occident et même ailleurs.

      Grâce à ce jeune et talentueux chercheur, tous les éléments du puzzle apparemment sans liens entre eux, comme les merdiatiques BHL et Zemmour pour ne citer qu’eux, prennent logiquement leurs places dans le jeu, dégageant ainsi une vision et une perspective aussi claires qu’impressionnantes de leurs véritables intentions à notre encontre. . .


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 février 10:36

        @QAmonBra

        vous êtes vraiment un grand obsédé vous.

        Il faut faire une cure de désintoxication...


      • QAmonBra QAmonBra 24 février 12:23

        @Olivier Perriet

        Plaît il ! Que puis je pour vous ̶l̶e̶ ̶Z̶e̶m̶m̶o̶u̶r̶ l’Olivier ? Votre « $ionitude » vous démangerait elle à ce point !?. . .


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 février 13:42

        @QAmonBra

        non, justement, ce n’est pas mon problème, ni (à mon avis) le problème essentiel de l’histoire de l’Humanité depuis 1000 ans.

        C’est pour quoi lire des âneries pareil m’attriste en fait


      • QAmonBra QAmonBra 24 février 16:14

        @Olivier Perriet

        (. . .) « ni (à mon avis) le problème essentiel de l’histoire de l’Humanité depuis 1000 ans. » (. . .)

        Aux 7 milliards d’individus composant humanité certainement pas, quoique, mais aux quelques centaines de millions d’occidentaux cela mérite débat, d’autant qu’un nombre infimes d’entre eux se considèrent comme la seule opinion publique internationale, voire comme la seule humanité !

        (...) « non, justement, ce n’est pas mon problème » (. . .)

        Vu votre façon de m’interpeller, permettez moi de ne pas être convaincu que votre « $ionitude » n’ait pas quelque rôle à jouer dans votre réaction à mon propos.
        Quant à votre tristesse, je ne vois faute de mieux que de pleurer un bon coup pour, peut être, vous soulager, en attendant un traitement efficace dudit mal vous rongeant sournoisement.

        Bon je dis cela, mais c’est comme si j’avais rien dis. . .


      • binary 23 février 21:40

        Les politiciens qui ont installé l islam en ex-France savaient parfaitement ce qu il faisaient. Comme aucune société n a jamais pu survivre à son islamisation, il n y a aucune raison que cela change.

        La seule « morale » commune à l islam, c est la charia.


        • Étirév 24 février 01:43

          Religion et morale commune
          En remontant dans le passé pour chercher l’origine de la Religion primitive, nous découvrons qu’elle était basée sur les lois de la Nature, qu’elle était naturelle. Et c’est en cela qu’elle diffère des religions modernes qui, toutes, sont basées sur la violation de la Nature, qui sont surnaturelles (1). Et comme toutes les erreurs triomphantes sont intolérantes, elles ne se laissent pas discuter, parce que leurs prêtres ont une conscience vague des absurdités qu’ils enseignent. Comme tous les usurpateurs, ils condamnent, avec la dernière rigueur, le régime antérieur au leur, celui qu’ils sont venus renverser.
          L’histoire des religions, c’est l’histoire des luttes de sexes, des luttes de la vérité et de l’erreur, du bien et du mal, de la justice et de l’injustice. C’est parce que c’est l’histoire des luttes de sexes que si peu d’hommes consentent à chercher et à dire toute la vérité dans cette question réputée dangereuse.
          Elle contient un grand danger, en effet, pour les prêtres de tous les cultes qui s’appuient sur le mensonge, puisqu’elle lève entièrement le voile qui cachait la Vérité.
          Leur sécurité relative vient de ce qu’ils s’appuient sur l’ignorance universelle. C’est que, pour faire l’histoire vraie des religions, il faut connaître l’évolution de la pensée humaine et l’évolution des sentiments, et cette histoire complexe restait à faire.
          La nature fondamentale de l’humanité a toujours été la même ; il n’y a de différences que suivant les âges et le sexe. Et c’est justement cette différence sexuelle qu’il importe de connaître pour comprendre l’histoire. « Plus on avancera dans les études anthropologiques, disait M. de Quatrefages, plus on reconnaîtra que, si les peuples, les races diffèrent, l’homme, l’espèce, sont les mêmes sur toutes les terres, sous tous les climats ».
          Il faut donc pour faire briller la Vérité et établir la Justice, un frein qui entrave les instincts pervers de l’homme ; ce frein, c’est la Religion, ce lien sacré qui unit l’homme à la Femme.
          La Religion naturelle ne peut être conçue sans une autorité qui soit investie du droit et du pouvoir de réduire à l’unité les opinions dissidentes...
          Cette autorité réside dans la Déesse, nom générique de toutes les femmes supérieures et qui n’indiquait alors que les qualités morales inhérentes à la Nature du sexe féminin ; rien de surnaturel.
          La morale doit avoir sa racine dans la croyance en la Femme Divine, car le sentiment naturel du bien et du mal, sans aucune pratique pour réveiller en l’homme la conscience de son imperfection et le besoin de s’élever vers l’idée éternelle du bon et du juste, ne suffirait pas pour conduire l’homme à l’accomplissement de ses hautes destinées.
          L’Idée Divine, dans l’esprit de l’homme, ne provient pas de l’enseignement qui lui est donné ; elle provient d’un atavisme lointain qui lui remémore les idées confuses de sa jeunesse phylogénique. Dans le passé perdu, l’homme a su qu’il existait au-dessus de lui un être supérieur à lui en puissance intellectuelle et en grandeur morale, un pur Esprit. Ce fut d’abord la vierge adolescente, la Femme jeune, puis l’idée s’amplifia dans son cerveau et grandit jusqu’au surnaturel dont il dota la Divinité.
          La Religion naquit d’un phénomène psychique et le culte fut primitivement individuel, réduit à un couple, l’homme et la femme qui sont le Prêtre et la Déesse, créant ensemble un lien d’amour.
          L’idée divine, comme nous l’expliquons, a pour conséquence le sentiment religieux, c’est-à-dire le lien qui unit l’homme à la Divinité.
          L’histoire des religions s’explique par deux éléments psychologiques : l’amour et la haine, la soumission et la révolte, l’humilité et l’orgueil. Mais l’axe autour duquel tournent ces sentiments est l’antique Déesse. Impossible de rien comprendre aux religions si l’on ne connaît pas cette cause première du sentiment religieux.
          Le consentement et les dissentiments de l’homme expliquent la diversité des dogmes. Il consent à croire la Vérité ou il la nie, la discute et la remplace. Alors apparaît l’Erreur avec toutes les oppressions qui l’imposent.
          C’est par le consentement que se forme l’orthodoxie, qui a pour point d’appui l’autorité.
          Il y a entre toutes les orthodoxies de la Terre une somme de dogmes communs qui représentent la Religion naturelle primitive, un résidu des croyances qui ont subi des déviations locales, mais toujours avec le même but : faire passer l’autorité morale de la Déesse au Prêtre usurpateur et, pour y arriver, altérer les anciennes croyances dans une forme divine concrète.
          Mais, comme ces altérations sont différentes chez les différents peuples, ce sont justement elles qui sont les causes de luttes, de guerres, de persécutions ; le fonds primitif disparaît, on ne le discute pas, on ne le comprend plus. Si on le connaissait, on verrait que tous les peuples ont le même fonds commun de croyances, puisque tous ont commencé par adorer le divin féminin, tous lui ont rendu un culte qui n’a pas beaucoup varié d’un endroit à l’autre. Les doctrines naissent les unes des autres, mais d’abord elles ne sont toutes qu’une seule doctrine.
          Ce sont les diverses formes dissidentes qui, pour les hommes, sont devenues « l’orthodoxie ».
          « Comment ne s’aperçoit-on pas, écrit René Guénon, que la prétendue « science des religions », telle qu’elle est enseignée dans les milieux universitaires, n’a jamais été en réalité autre chose qu’une machine de guerre dirigée contre la religion et, plus généralement, contre tout ce qui peut subsister encore de l’esprit traditionnel, que veulent naturellement détruire ceux qui dirigent le monde moderne dans un sens qui ne peut aboutir qu’à une catastrophe ? » (Regnabit, La Réforme de la Mentalité moderne)
          Nous qui venons à la fin des temps, nous avons sous les yeux la multitude innombrable de débris dont l’histoire est jonchée : débris de livres, débris de monuments, de traditions, de langues, de rites et d’institutions. Notre tâche est d’en comprendre la signification morale et d’en extraire la Science des Religions qui n’a pas été faite jusqu’ici.
          Et c’est cela qui remettra la paix dans le monde, car c’est autour du mot Religion que toutes les passions humaines se sont déchaînées. Les discussions, les luttes, les guerres ont, presque toutes, été provoquées par un mot dont, aujourd’hui, on ne comprend plus la signification.
          NB : Il y a logtemps, avant l’organisation matriarcale, les hommes erraient d’un lieu à l’autre, étrangers au sol qu’ils occupaient.
          Les « Déesses-Mères », en organisant le travail, divisèrent le sol et le délimitèrent pour les travaux agricoles. Elles donnèrent aux hommes la part de terre qu’ils avaient à cultiver et dont ils devaient donner une part du produits à la Mère, à l’organisatrice, dont le rôle moral, maternel, éducateur, n’était pas producteur des biens matériels nécessaires à la vie. Il fallait donc que l’homme travaillât pour elle et pour les enfants de la collectivité. Il faisait cinq parts du produit de sa terre, en gardant quatre et donnant la cinquième à sa Maîtresse. Le travail que représentent ces quatre parts a eu des appellations restées dans les langues. Ainsi, « arbé », dans les langues celtiques, veut dire quatre. De là s’est formé « arbeit » qui, en celtique, signifie travailler (en allemand arbeiten).
          « Arabe » est le nom donné à ceux qui étaient soumis à cette redevance (« arba’a » : quatre en arabe).
          Arabe ne serait pas un nom de peuple, mais un nom générique désignant celui qui travaille la terre. Arare veut dire labourer.
          Les Bretons étaient quelquefois appelés « arbi » (hébreu, heber, arabe), « ceux qui travaillent. »
          BLOG


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 février 10:34

            @Étirév

            Onfray n’a pas la même vision des choses :

            il considère les monothéismes comme des construction de papier idéalistes qui artificialisent la vie, à rebourd des religions dites « primitives ».

            Il a sans doute pas complètement tort


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 février 10:32

            Sacré Fabien, vous n’en ratez pas une.

            Surtout, Youssef Hindi nous donne une autre image de l’islam que celle des banlieues désoeuvrées et livrées aux trafiquants qui prient dans la journée à la mosquée du coin et pratiquent leur « bizness » la nuit.

            Pourquoi oublier que vous-mêmes, à votre modeste niveau, l’un des diffuseurs de ce croque-mitaine médiatique mélangeant Ben Laden et les gangsta US ?


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 février 10:35

              @Olivier Perriet

              « êtes l’un des diffuseurs... »


            • OMAR 24 février 20:22

              Omar9

              .

              Bonsoir @Vers Saint-Gétorix :« Bien entendu, vous ne verrez pas cet auteur anti-conformiste à la TV ».

              .

              Effectivement, c’est la première fois que j’entends parler de cet écrivain, et en lisant votre article, je comprends les raisonsde son ostracisme médiatique.

              Ce chercheur et historien dérange tellement par les vérités qu’il présente.

              .

              Alors, merci pour votre partage.


              • CYRUS CYRUS 25 février 03:06

                Pour le prochain confinement .. ayez du style 

                https://www.dropbox.com/s/elkwlnwvr7o16nk/Attestation.pdf?dl=0

                c’ est du papier libre ...


                • agent ananas agent ananas 25 février 06:02

                  Merci à l’auteur ...

                  Youssef Hindi est un fin géopoliticien et ses travaux complémentaires à nos islamologues contemporains Gilles Kepel et Olivier Roy.

                  Egal au grand islamologue Louis Massignon du siècle dernier, l’action de Youssef Hindi auprès de l’organisation catholique Civitas debunke le « clash des civilisations » de Samuel Huntington et Bernard Lewis et leurs relais sionistes.

                  Outre ses livres, je recommande ses conférences/interviews visibles sur youtube pour la plupart.


                  • Hijack Hijack 25 février 12:52

                    Excellent article ... que je vois par hasard, au moment où je cherchais des infos argumentaires (y compris contre) à propos du dernier ouvrage de Hindi « l’autre Zemmour ».

                    L’auteur ici même, a dit le principal, rien à ajouter, sauf infos s’ajoutant à ce billet :

                    .

                    Zemmour _ L’arbre qui cache la forêt ...

                    Entretien Hindi >>> Legio Patria Nostra (Gloria Tv).

                    Complément d’infos sur le livre dont les ventes au augmentent sans aucune pub ... informations mises en évidence par l’excellence des questions.

                    .

                    A propos de Zemmour, Rivavol questionne Y. Hindi ...

                    « L’Autre Zemmour, la présidentielle de 2022 et la droite hors les murs »

                    .

                    Pas mal de monde à la dédicace du livre ...

                    .

                    Déjà, ai-je lu, qu’il y a rupture de stock ... bon signe !

                    .

                    Enfin, en plus récemment chez Amazon, « l’autre Zemmour » est déjà classé 29ème (actus et géopolitique) ... sans aucune médiatisation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité