• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Yvan Colonna 1 - Rachida Dati 0

Yvan Colonna 1 - Rachida Dati 0

Le dimanche 15 mars 2009, Rachida Dati s’est offusquée des "propos inadmissibles" tenus la veille par les défenseurs d’Yvan Colonna à Ajaccio, et qui "mettent gravement en cause l’impartialité de la Justice". Le samedi 14 mars 2009, trois des cinq avocats du berger de Cargèse sont effectivement à nouveau intervenus lors d’une réunion publique pour fustiger un "guet-apens judiciaire". Compte-rendu et analyse.

Antoine Sollacaro, d’abord, a assumé le fait d’avoir quitté le procès afin de ne pas cautionner une "mascarade judiciaire" :

"Nous ne sommes pas des terroristes judiciaires mais des résistants judiciaires !", a-t-il tonné.

Et c’est bien sur la question de la légitimité des institutions qu’il s’est exclamé :

"Nous n’avons pas fui ; nous nous sommes repliés pour en appeler au peuple ! Ce peuple au nom duquel les décisions de Justice sont rendues et qui est aujourd’hui trahi par ses institutions !"

Pascal Garbarini, ensuite, s’est insurgé contre des magistrats qui continuent à "faire comme si tout était normal" :

"Ils se trompent, car une perpétuité contre un box vide ne vaudra rien devant la cour de cassation et devant la cour européenne des droits de l’homme. Nous leur donnons rendez-vous pour un troisième procès ! [...] Cette fois, nous aurons l’opinion avec nous ! La vérité est en marche !"

Gilles Simeoni, enfin, n’a pas hésité à défier une fois de plus l’accusation :

"Puisqu’ils veulent nous poursuivre, nous allons leur donner des motifs de plus : oui, ce sont des faussaires, des tricheurs et des menteurs ! [...] Ce n’est pas une cour pour juger mais pour exécuter !"

Prenant des accents par instants gaulliens, le fils d’Edmond Simeoni, qui interviendra lui aussi d’ailleurs, a évoqué le "livre blanc" qui servira à informer l’opinion avant de lancer :

"Le peuple corse n’est plus seul : le peuple français n’accepte pas ce qui se passe actuellement à Paris, alors même que la Justice est rendue en son nom." 

Devant une cour d’assises, comme aux échecs, l’accusation joue avec les blancs et la défense avec les noirs. En d’autres termes, la première attaque, tandis que la seconde se borne à lui répondre. Mais avec la fin du combat judiciaire, puisqu’ils se sont retirés des débats, et le début de l’occupation du terrain médiatique, Yvan Colonna et ses avocats viennent habilement de retourner un tel schéma. Ils ont désormais l’initiative, et ce sont eux qui peuvent dès lors déplacer leurs pièces sur l’échiquier de façon à presser l’adversaire. Cette fois, ils ont les blancs.

La manoeuvre est-elle légitime ? Oui, indubitablement. Car en république, les institutions oeuvrent au nom du peuple, pour le peuple, par le peuple. Aussi le peuple a-t-il le droit de les contrôler, et le devoir de veiller à ce qu’elles ne se trouvent pas perverties au profit de la raison d’Etat ou d’un intérêt particulier. Or, nous pouvons raisonnablement estimer que les conditions du procès équitable ne sont pas respectées dans cette affaire. Pour mémoire, l’instruction n’a été menée qu’à charge, les témoignages à décharge semblent avoir été systématiquement écartés, et des éléments importants ont tout bonnement été cachés à la défense.

C’est pourquoi la stratégie de rupture développée par cette dernière était la seule envisageable. Lorsque la Justice se révèle injuste, elle permet la médiatisation, et la médiatisation est nécessaire au ralliement de l’opinion.

"Quelle que soit la cause que l’on défend, il est intolérable de jeter d’une façon aussi outrancière le discrédit sur l’institution judiciaire et de bafouer de la sorte l’honneur des juges qui exercent leur office au nom du peuple français", s’est indigné le ministre de la Justice.

Rachida Dati n’oublie qu’une chose : si les mots ont un sens en république, c’est précisément parce qu’il est souverain que le peuple français pourrait fort bien désavouer ses magistrats, ses ministres et jusqu’à son président de la République ; du moins s’ils s’obstinent à couvrir le déshonneur de juges qui n’appliquent manifestement pas le droit mais le transgressent et n’exercent pas leur office en son nom. Les blancs ne font qu’ouvrir une partie qui s’annonce longue...


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • Castor 16 mars 2009 11:13

    Vous avez raison sur un point.

    En déplaçant le débat dans la rue, les défenseurs de Colonna l’éloignent du fond du dossier.


    • andré 16 mars 2009 12:33

      Bravo Sampiero et merci de me faire rire


    • vivi vivi 16 mars 2009 13:53

      Il avait pas dit "Adieu" ?


    • Traroth Traroth 16 mars 2009 14:54

      A partir du moment où les juges refusent systématiquement les demandes de la défense, écoutent à peine ses arguments, ont déjà leur opinion avant même le commencement des débats, bref, ne rendent pas la justice mais appliquent simplement les ordres, la stratégie de dénonciation de cette situation adoptée par la défense est tout simplement la seule possible. Aucun défenseur digne de ce nom ne peut accepter cela ! Ca reviendrait à participer et à cautionner à une parodie de justice, à la manière des procès staliniens où le défenseur participe activement à la condamnation de l’accusé. Où l’accusé n’a, de fait, pas de défenseur, en réalité.

      Le Monde Diplomatique, journal engagé idéologiquement, mais quand même pas le premier tabloïd venu, a cette semaine un article édifiant sur le sujet.


    • Philippe Antonetti 16 mars 2009 11:56

      Ah, mon ami castor !! Qui n’a toujours pas compris que c’est à l’accusation de prouver la culpabilité d’Yvan Colonna ! Alors, on lui explique encore une fois, une dernière fois, chi quandu u sameri un voli bia... pardon, quand l’âne ne veut pas boire...
       Après les retractations, l’accusation ne repose plus que sur les dires des policiers et des juges d’instruction ; or, toutes les audiences ont mis clairement en évidence une suite dramatique d’incohérences, de distorsions des faits, de mensonges, de pressions diverses, d’entorses à la procédure de leur part. Un catalogue d’agissements méprisables. Libre à vous, mon cher Castor, de ne pas en tenir compte ou de les minimiser, mais on est en droit d’attendre une attitude moins légère de la part des magistrats de la cour d’assises spéciale. Je vous rappelle que le président Wacogne a été pris plusieurs fois la main dans le sac. Et qu’il s’agit de la vie d’un homme !
       Cette décision de quitter le procès ne peut être que celle d’un innocent désespérant de pouvoir être entendu.
      Un terrible cauchemar !


      • Castor 16 mars 2009 12:30

        Mais l’accusation l’a fait !

        Elle a dans ses cartons les aveux de ceux qui se sont reconnus coupables du meurtre, et qui ont désigné Colonna.
        Le reste n’est que littérature.


      • Philippe Antonetti 16 mars 2009 12:35

        A Outreau aussi, il y avait des accusations...
        Argumenter avec Castor ou pisser dans un violon...


      • Castor 16 mars 2009 12:38

        Ah, oui, j’oubliais !

        Il y a eu Outreau, ce qui disqualifie à jamais les aveux et les accusations !

        Et puis aussi, il faudrait tenir compte des aveux quand ils innocentent Colonna, mais pas lorsqu’ils l’accusent...


      • Castor 16 mars 2009 12:40

        Et quant à argumenter, vous vous donnez bien trop de crédit, Monsieur Antonetti.



      • Emile Red Emile Red 16 mars 2009 13:34

        @ Castor

        " Et puis aussi, il faudrait tenir compte des aveux quand ils innocentent Colonna, mais pas lorsqu’ils l’accusent... "

        En France, le doute doit profiter à l’accusé, c’est simple à comprendre, c’est ce qu’on appelle l’état de droit, la même chose d’ailleurs pour Julien Coupat, toujours enfermé alors que le dossier est vide.


      • LaEr LaEr 16 mars 2009 14:46

        Ce que j’aime beaucoup, ce sont les "aveux circonstanciés". Mon esprit ne peut s’empêcher d’imaginer les "circonstances" : privations de sommeil, menaces, pressions.... Bref...

        Même si je ne suis pas persuadé de l’innocence de Y.Colonna, notre pays ne mérite pas cette parodie de justice.


      • Traroth Traroth 16 mars 2009 15:13

        @castor : des aveux non circonstanciés (c’est à dire qui ne débouchent pas sur la découverte de nouvelles preuves matérielles) n’ont aucune valeur une fois rétractés. Les gens dont vous parlez se sont rétractés. Si c’est vraiment l’intégralité des éléments dont dispose l’accusation, ce procès n’est qu’une vaste farce !


      • Castor 16 mars 2009 15:20

        Touché, Monsieur Antonetti ?

        Touché quoi, s’il vous plaît ?

        Vous me faites doucement rigoler, vous et vos amis, à moinsser en guise d’argument.
        Reprenons, voulez-vous ?

        Les membres du commando ont accusé Colonna.
        Ces aveux, quoi que vous en pensiez, sont au dossier de l’accusation.
        La défense, elle, tente désespérément de les disqualifier, tout comme elle veut porter le procès dans la rue.

        Car la rue est prête, en ces temps de contestations, à écouter tout ce qui pourrait se révéler comme étant un complot contre un homme seul.
        Mais cet homme n’est pas seul, il avait des amis ... qui l’ont accusé.

        Pleins d’un repentir tardif, ils ont ensuite - une fois leurs recours épuisés - voulu faire machine arrière.
        L’un d’eux s’est même accusé d’être le tireur, oubliant même qu’il était plus petit que Colonna, lui-même prétendument plus petit que le tireur.

        Mais bien entendu, vous préférez croire que ces aveux ont été extorqués par violence, alors que ces hommes auraient admis en toute sympathie (et jamais renié ensuite) leur propre culpabilité.

        Quant à blâmer la justice pour la conduite du dossier, oui, un grand OUI !
        Et sachez qu’elle est à blâmer tous les jours, et la plupart du temps parce qu’elle est une justice d’hommes.
        Pour autant, les blâmes ne sauraient rien enlever à la réalité des faits, reconnus par leurs auteurs, pas plus qu’à la reconnaissance de la participation de Colonna par ces mêmes hommes.

        Vous en référez à Outreau, espérant jeter le discrédit sur tous les procès.
        Vous en appelez à des impressions, en toute méconnaissance du dossier, pour crier au déni de justice, et ce déni, vous le voudriez révélateur de l’innocence de cet accusé.
        Vous voudriez que la raison d’état soit à l’origine de la sentence, parce qu’elle permettrait de masquer sans beaucoup de peine les insuffisances de la défense dans le dossier.

        Vous prétendez enfin, à coup d’insultes à peine déguisées, disqualifier mes propos plutôt que d’y répondre.

        Présomption d’innocence, dites-vous ?

        Vous n’êtes même pas des débatteurs honnêtes.


      • Castor 16 mars 2009 15:32

        Red,

        ce principe de notre droit n’existera pas tant qu’il existera des journalistes qui se feront, pour le sensationnel, les échos tantôt de l’accusation, tantôt de la défense, mais jamais avec le recul et l’honnêteté nécessaires.

        Hier les tenants de la culpabilité, ils agitent aujourd’hui le spectre de l’erreur judiciaire, faisant le jeu (trouble) de la défense de Colonna qui ne cherche que ça  : en appeler à l’opinion du peuple, tout acquis qu’il est à la thèse de l’état-oppresseur et magouilleur.

        Pendant ce temps, l’essentiel est oublié, l’accusation repose sur des aveux clairs, nets et précis, en plus d’être concordants, dont les dénégations de leurs auteurs ne parviennent pas à dissiper la présence.

        Bref, depuis des lustres, l’on tente de faire croire que le procès est joué d’avance pour en appeler ensuite au viol du principe de présomption d’innocence.
        Dans chaque acte de procédure, dans un sens ou dans l’autre, la critique fuse et soutient la thèse du complot.
        Ces manoeuvres portent un nom  : manipulation d’opinion que tu es, en général, bien prompt à dénoncer.


      • Traroth Traroth 16 mars 2009 18:43

        @Castor :
        "L’un d’eux s’est même accusé d’être le tireur, oubliant même qu’il était plus petit que Colonna, lui-même
        prétendument plus petit que le tireur" : il va falloir choisir. Soit vous estimez que cette expertise a une valeur, soit non, mais les deux, ça ne va pas être possible !
        "
        Mais bien entendu, vous préférez croire que ces aveux ont été extorqués par violence, alors que ces hommes auraient admis en toute sympathie (et jamais renié ensuite) leur propre culpabilité" : Ils semblent même en être fier (ce qui est profondément malsain, on est bien d’accord). Mais pourquoi l’attitude de Colonna diffère-t-elle tellement de la leur ?
        La justice donne la possibilité de rétracter ses témoignages, ce que ces hommes ont fait. A partir de là, ces accusations sont sans valeur. Juridiquement, il n’y a aucune discussion possible. On ne peut pas condamner quelqu’un sur des
        témoignages rétractés ! D’autant que ces témoignages ne sont pas circonstanciés, contrairement à ce que vous dites : Les anciens accusateurs n’ont livré au cours de leurs aveux aucun nouvel élément de preuve permettant d’accréditer leur accusation contre Colonna.

        Y a-t-il dans le dossier des éléments ayant une valeur probante et qui soient valables en justice ? Moi, ce que je vois, ce sont toutes les preuves de l’innocence de Colonna qu’on escamote : les témoignages des personnes qui étaient sur place au moment de l’assassinat et qui disent toutes, non pas "je ne suis pas sûr que ce soit Colonna le coupable", ce qui serait assez dans la tradition d’omerta corse, mais "ce n’est pas Colonna". Comment peut-on simplement négliger des éléments de cette importance ? De la même manière, l’expert en balistique qui affirmait en première instance que Colonna n’avait pas la bonne taille pour être le tireur. Bref, tous les éléments à décharge sont mécaniquement écartés. 

        Le problème, c’est qu’au-delà du cas d’espèce, c’est à une véritable dérive du système judiciaire, et que, si Colonna est condamné sur de tels éléments, qu’il soit coupable ou non, ça voudra dire qu’aucun de nous n’est à l’abri. Ca voudra dire que demain, vous passez dans la rue, on vous arrête et on vous met en prison pour le restant de vos jours, sur la base d’un dossier aussi foireux que celui qui va servir à condamner Colonna ! Est-ce que c’est vraiment l’évolution que vous voulez pour la démocratie française ?


      • Castor 16 mars 2009 19:08

        Aucun problème pour débattre, Traroth,

        les témoignages sont ce qu’ils sont, ils ne chargent ni ne déchargent Colonna.
        Les témoignages sont par définition volatiles (voir de nombreuses études à ce sujet).
        Par ailleurs, il semble avoir été démontré que ces témoignages étaient discordants (en ce compris ceux de la mère et de la fille) et que les auteurs de l’acte aient porté des perruques.

        L’expertise est embrouillée, confuse, je t’invite à écouter l’émission de Calvi à ce sujet...édifiant à la fois quant à la valeur de l’expertise, mais encore quant à l’utilisation qui peut être faite d’informations sorties de leur contexte pour en faire la preuve d’une cabale.

        Les résultats de cette expertise indiquent que le tireur doit faire plus d’1,80 m.
        Ce ne pourrait donc être Colonna le tireur.
        Pourtant, on voudrait que les rétractations de l’un des membres du commando puissent être prises en compte lorsqu’il déclare être lui-même le tireur et qu’il est...plus petit que Colonna !
        Ce n’est pas moi qui veux utiliser et discréditer cette expertise dans le même temps, ce sont les défenseurs de Colonna qui voudraient, après s’en être servi pour démontrer qu’il ne pouvait pas être le tireur, l’oublient pour désigner un tireur encore plus petit !

        De quoi jeter le discrédit sur ces rétractations, non ?

        Sur ce même sujet, les aveux sont bel et bien au dossier de l’accusation.
        Les circonstances des rétractations ne sont tout bonnement pas crédibles en ce qu’elles interviennent aussi tard, de manière très confuse, et qu’elles contredisent trop de choses.
        Rappelons encore que ces hommes ont épuisé tous leurs recours et n’ont plus rien à attendre de la justice.

        Tu dis que les témoignages sont escamotés.
        Ils ne le sont pas, ils doivent seulement être confrontés aux autres pièces du dossier.
        Chacun en a entendu parler, comment prétendre qu’ils ont été tus ?

        Quant à la dérive du système, elle est d’une banalité redoutable.
        C’est effectivement ça qui est à déplorer.

        Mais en faire un argument à décharge alors qu’il n’y a strictement rien dans ce que l’on reproche à la justice qui ne remette en cause le fond du dossier, c’est un peu fort de café.

        La défense de Colonna a sorti l’affaire des prétoires pour amener le dossier dans la rue.

        Elle utilise tout ce qui peut l’être pour valider la thèse du complot, et elle le fait très bien.

        Je n’entends personne s’élever contre des pratiques un peu limites, parfois. Pourquoi ? Parce que l’accusé peut tout faire, mais la justice doit être irréprochable.

        Quant aux accusations de faux, de magouilles, je te laisse avec les questions précises de Calvi, et aux réponses encore plus claires des participants.

        Mais comme Sampiero l’a dit, la Présidente du TGI devait être aux ordres pour n’avoir fait que relever qu’il aurait fallu ordonner l’expertise (en cela, je la rejoins) et se taire sur le reste.

        Quel bel argument !


      • Traroth Traroth 16 mars 2009 19:42

        "les témoignages sont ce qu’ils sont, ils ne chargent ni ne déchargent Colonna" : Pas d’accord. Quand un témoin dit, tout au long de l’instruction, "ce n’est pas Colonna", et que personne ne l’écoute, je trouve ça franchement à décharge.
        "
        Les témoignages sont par définition volatiles" : Certainement pas. Comment rendre la justice, sinon ? On prend une date au pif, et on écoute ce que les témoins ont à dire justement ce jour-là ?
        "
        De quoi jeter le discrédit sur ces rétractations, non ?" : De quoi jeter le discrédit sur toute déclaration qu’ils ont pu faire. Comment croire la moindre chose qu’ils aient pu dire ? Comment condamner quelqu’un en fonction de ça ?
        "
        les aveux sont bel et bien au dossier de l’accusation" : Mais je n’en doute pas un seul instant. Seulement, vu qu’ils se sont rétractés, ils n’ont rien à y faire !
        "
        Ils ne le sont pas, ils doivent seulement être confrontés aux autres pièces du dossier" : Quels autres éléments du dossier ? Je posais justement la question, qui me parait avoir une certaine importance, dans mon message précédent !
        "
        Mais en faire un argument à décharge alors qu’il n’y a strictement rien dans ce que l’on reproche à la justice qui ne remette en cause le fond du dossier, c’est un peu fort de café" : Mais quel fond du dossier ? Tout repose sur ces "témoignages" foireux !
        "La défense de Colonna a sorti l’affaire des prétoires pour amener le dossier dans la rue" : Quoi de plus normal, devant ce déni de droit !
        "
        des pratiques un peu limites, parfois" : Quels pratiques ?
        Encore une fois, je vois de nombreux éléments à décharge, aucun élément à charge ayant la moindre valeur juridique, et une condamnation qui se profile à grands pas (ça, tu ne peux pas le nier, et je ne pense pas prendre plus de liberté que d’anticiper de quelques jours en le disant), et ça fout les jetons ! smiley

        Pour dire les choses clairement, le cas d’espèce ne m’intéresse qu’à la bande, tant il est évident depuis longtemps que toute possibilité d’y voir clair dans cette histoire a disparu depuis belle lurette sous les coups de boutoir conjugués de la DNAT, de juges peu consciencieux, de la DGSE (époque Bonnet), de préfets psychopathes, de gendarmes à gros sabots, de nationalistes affamés, de politiciens véreux et d’invididus louches divers, mafieux, etc. Sans compter toute une population extêmement prompte à fermer sa gueule et à regarder ailleurs.

        Mais je le répète : si Colonna est condamné sur les éléments (ou plutôt l’absence d’élémént) qu’il y a dans ce dossier, plus personne ne sera à l’abri. Ca veut dire que le justice peut parfaitement se passer de preuves pour foutre les gens au trou pour le restant de leurs jours. Ca peut être toi, ça peut être moi, le voisin, n’importe qui.
        Et la simple perspective que Colonna puisse en réalité être condamné pour éviter de dédire un espèce de cinglé mégalomane qui a proclamé haut et fort qu’on avait arrêté l’assassin du préfet Erignac quand il était ministre de l’Intérieur, quitte à ce que la justice torde le bras aux faits, ça fout encore plus les jetons au moins pour les 2 prochaines années ! Ca, ça voudrait dire qu’on vient de rétablir la monarchie absolue, et que déplaire au monarque, c’est la Bastille !


      • Castor 16 mars 2009 21:00

        Pour un débat serein et honnête, direction Calvi  !

        Moi, je suis fatigué de débattre en pure perte.


      • Traroth Traroth 16 mars 2009 22:58

        Quand on vous contredit et que vous ne savez plus quoi répondre, on débat "en pure perte". Je vois...


      • Roseau Roseau 17 mars 2009 01:47

        @castor. Une débat plus sain chez Calvi ? J’en déduis que pour vous, le principe fondamental de notre justice qui est le débat contradictoire est dépassé. Pour être sain, il faut laisser l’accusation être seule maître du débat. Vous ne vous en rendez certaienement pas comptre, mais ce que vous dites est grave.
        J’ai maintenant une question à vous poser suite à vos interventions. Quelle est la taille d’Alessandri ?


      • Castor 17 mars 2009 08:28

        Alors c’est ça les seules conclusions que vous êtes capables de tirer ?

        Traroth,

        ça fait 8 jours que je débats là-dessus avec Sampiero, Antonetti et leurs copains qui ne font que se foutre gentiment de ma gueule et répéter à l’envi que je suis un âne à ne pas voir l’innocence de Colonna.

        J’ai même été accusé de racisme anti-corse par une analogie très fine "tu vas me dire que ton meilleur ami est corse ?" !!!

        Alors là, je fatigue.
        J’ai revu l’émission hier soir, histoire de m’imprégner encore de ce procès, et j’ai retenu une chose à mon sens essentielle  :
        dans ce procès, comme dans beaucoup d’autres procès médiaisés à outrance, le jeu de la défense est de déstabiliser en passionnant le débat.
        C’est ce qui a été fait ici, car en mettant le feu sur des circonstances troublantes du dossier, on arrive à faire oublier l’essentiel.

        Alors non, je ne débattrai plus ici avec des types de mauvaise foi qui ne savent que reprendre les bribes de ce qu’ils ont entendu et ne veulent pas voir le reste.

        Une phrase entendue dans l’émission  : la question qu’il convient de se poser lorsque la presse sort une "révélation" sur le déroulement du procès est "cet évènement est-il susceptible de remettre en cause le fond du dossier", c’est à dire le fait que Colonna a été dénoncé de façon tout à fait précise par les autres membres et amis ET LEURS COMPAGNES.

        Alors je veux bien que des rétractations aient suivi, mais dans quelles circonstances et avec quelle crédibilité ?

        La justice n’est pas une justice-spectacle où chaque journaliste pourrait reprendre un morceau choisi pour élever une contestation, la justice doit être faite sereinement, avec des erreurs dont on peut s’arranger parce qu’elles ne touchent pas au fond du dossier.
        Bordel de merde, vous êtes les premiers à jeter des pierres à la presse et vous lui faites une confiance aveugle quand elle semble aller dans votre sens. Mais la presse est un moyen de manipuler l’opinion, ni plus ni moins.

        Voilà, pour ma part, j’ai tout dit.


      • Claudepapi 17 mars 2009 08:37

        Et dans quelles circonstances ont été faites les dépositions des Ferrandi, Alessandri et Maranelli ? Ce sont les mêmes aveux à la virgule près, du copier coller, de la photocopie, ce qui est interdit et discrédite le travail des enquêteurs !


      • Traroth Traroth 17 mars 2009 10:09

        @Castor : Mais je m’en cogne, des Corses ! Quel sérieux peuvent avoir des révendications d’indépendance provenant de la région la plus subventionnée de France ? S’ils étaient indépendants, dans 5 ans, on ferait la quête pour les pauvres Corses qui meurent de faim. Ben ouais, les vaches virtuelles ne donnent pas vraiment de lait...
        La question n’est pas là. Je n’ai pas envie de vivre dans une république bananière, c’est là, la question ! Pas envie de vivre dans un pays où on peut prendre perpét’ alors qu’il n’y a aucune preuve. Faut quand même être un peu naïf pour croire que la question du jugement de Colonna se limite à Colonna ! Tu crois que si la justice s’en sort dans cette affaire et arrive à faire condamner quelqu’un sans preuve, ça ne se reproduira pas ??? C’est le retour de la lettre de cachet !


      • Traroth Traroth 17 mars 2009 10:17

        Et d’une manière plus générale, il va falloir faire un choix : soit tu veux débattre, et tu écris des commentaires sur cet article, soit non, et tu vas voir ailleurs et tu laisse débattre ceux que ça intéresse, quoi ! Je ne suis pas là pour écouter tes états d’âme, mais tes arguments, et il sont plus que rares. smiley


      • Traroth Traroth 17 mars 2009 10:36

        @Dom22 : Merci d’être passé, hein ! smiley


      • Castor 17 mars 2009 10:50

        POURQUOI SANS PREUVES ?????

        Parce que ce que dit la défense est cohérent ?

        Refus de reconstitution donc Colonna innocent  ;
        rétractations des aveux donc Colonna innocent  ;
        Lebbos a des casseroles donc Colonna innocent  ;
        témoignages discordants donc Colonna innocent  ;
        Wacogne dit, fait, ne dit pas ou ne fait pas donc Colonna innocent ?

        Les compagnes se rétractent ou ne veulent plus parler, on a donc fait pression sur elles ;
        les membres du commando se rétractent et s’accusent du meurtre mais on a du les violenter  ;
        Sarko a dit que le coupable avait été arrêté, donc il est innocent  ;
        il s’agit du meurtre d’un préfet, donc c’est un procès politique, et donc on veut fabriquer un coupable, donc il est innocent ?

        La seule ligne de défense de Colonna est de jeter le discrédit sur la justice dans son ensemble.
        On marche ou on ne marche pas dans la combine.

        Je ne marche pas parce qu’il reste un élément incontournable  : les aveux des participants et de leurs compagnes dont personne ne s’attache à les contredire directement, mais dont on voudrait seulement faire croire qu’ils sont entachés de suspicion.

        Pourquoi ces hommes, dont tout le monde s’accorde à penser qu’ils sont des nationalistes radicaux, revendiquant l’assassinat d’un préfet comme acte politique, amis de Colonna au surplus, pourquoi ces hommes ont-ils fait de Colonna le suspect numéro un de ce meurtre ?
        S’ils ont menti, pour quelle raison ?
        Ils avaient un contentieux à régler avec leur ami ?

        Colonna voudrait aujourd’hui simplement dire "je suis innocent" mais il ne s’attarde pas sur la seule question véritablement intéressante, à savoir, pourquoi, initialement, ses amis l’ont-ils chargé ?
        Pourquoi lui et pas un autre ?


        Car ce n’est pas la question des rétractations de circonstance, vaseuses, contradictoires, qui a un intérêt, c’est celle de la désignation d’un homme, ami et sympathisant de la cause.

        Le reste n’est que péripétie.


      • Castor 17 mars 2009 11:36

        Et ben quoi, j’ai dit une connerie ?
        Me voilà à +2, je m’inquiète...


      • Traroth Traroth 17 mars 2009 12:22

        Vous avez l’intention de recommencer avec la même chose à chaque fois que vous êtes coincé, c’est ça ? LES MEMBRES DU COMMANDO SE SONT RETRACTES ET LEURS TEMOIGNAGES SONT DONC SANS VALEUR DEVANT UN TRIBUNAL. Il faut vous le dire comment pour que vous compreniez ??? LES TEMOINS PRESENTS SUR LES LIEUX AU MOMENT DU CRIME DISCULPENT COLONNA SANS AMBIGUITE !

        Le dossier est vide, on ne peut pas condamner quelqu’un avec ça ! Ou alors, notre justice n’en sera plus une.


      • Castor 17 mars 2009 12:41

        Désolé d’y revenir encore une fois, mais les aveux sont au dossier.

        Ils y sont depuis le début puisque ce sont eux qui ont permis l’identification et la mise en cause de Colonna.

        Pourquoi voudriez-vous qu’ils n’y soient plus, par la simple magie d’un appel ?

        On repart de zéro, la cour d’assise spéciale doit rejuger et le principe de présomption d’innocence existe toujours.
        Mais on ne peut pas repartir en oubliant de reprendre ce qui a fait que Colonna se retrouve là.

        La tache de la défense serait plus facile si ces aveux n’avaient jamais existé, mais ce n’est pas le cas, et il faut bien faire avec.

        Les rétractations aussi sont au dossier, et il faudra bien répondre à la question "pourquoi ces aveux" et à celle, subsidiaire, "pourquoi ces rétractations".


      • Traroth Traroth 17 mars 2009 15:58

        Une dernière fois : le fait que ces témoignages (ce ne sont pas des aveux : on ne peut pas avouer à la place de quelqu’un d’autre) soient dans le dossier d’accusation ne veut pas dire qu’il soit légitime qu’ils y soient. Evidemment que l’accusation essaye tout pour incriminer l’accusé. C’est son rôle. Il n’empêche que des témoignages rétractés n’ont pas de valeur légale. Et je n’ai pas l’intention de revenir sur ce point, si tu fais exprès de ne pas comprendre, tant pis !


      • Castor 17 mars 2009 16:29

        La chambre de l’instruction monte un dossier.
        Si les éléments au dossier sont suffisants, il renvoie devant la cour d’assise.

        Les éléments à charge sont dans le dossier d’instruction et il faudrait être magicien pour les faire disparaître sur le seul prétexte qu’il y ait appel du jugement rendu par la cour.

        Il faudra donc bien t’y faire, les aveux concernant la participation de Colonna sont donc au dossier, tout comme apparaissent aujourd’hui les rétractations bien étranges de leurs auteurs, dont la valeur sera jugée comme le reste.

        Je n’y peux rien, et toi non plus.


      • Traroth Traroth 17 mars 2009 17:02

        L’instruction n’a absolument rien à voir là-dedans. Elle ne fait que rassembler les éléments. La valeur de ces éléments est décidée pendant le procès. Un témoin peut librement se rétracter, et c’est au juge de décider ensuite souverainement de la portée de cette rétractation. On en revient donc à la crédibilité du juge Wacogne. Un juge pris en flagrant délit de dissimulation de preuves. De preuves à décharge. Personnellement, je laisse à chacun le soin de décider quelle crédibilité peut encore avoir ce sinistre individu...


      • Castor 17 mars 2009 17:28

        Traroth,

        ça commence à bien faire, non ?
        Tu hurles que les aveux n’ont plus de valeur, je te démontres que si, et tu me contredis en avançant mes arguments !

        C’est sur base du dossier d’instruction que Colonna a été renvoyé aux assiettes, c’est donc effectivement sur la base des témoignages de ses copains et copines que la cour doit décider de sa culpabilité.

        ET OUI, c’est à la cour de décider si, au vu de ces témoignages, oui ou non, il faut accorder du crédit aux rétractations.

        Relis-moi, c’est ce que je te dis depuis un certain temps déjà.
         Pour rappel, tu soutiens, toi, que l’on ne devrait même plus reparler des témoignages initiaux
        .


      • Castor 17 mars 2009 17:37

        ET IL EST PARFAITEMENT LEGITIME QUE CES TEMOIGNAGES SOIENT AU DOSSIER DE L’ACCUSATION, TOUT COMME IL EST LEGITIME QUE LES RETRACTATIONS SOIENT AU DOSSIER DE LA DEFENSE, CHACUN SON JOB !!!!!


      • Traroth Traroth 17 mars 2009 18:25

        Absurde. C’est le juge qui décide de la valeur de la rétractation. Ca commence effectivement à bien faire. Apprends à lire, merde. smiley


      • Castor 17 mars 2009 18:32

        Un peu de collyre pour tes yeux, Traroth ?


        par castor, le 17 mars 2009, 17h28  :

        "ET OUI, c’est à la cour de décider si, au vu de ces témoignages, oui ou non, il faut accorder du crédit aux rétractations."


      • Castor 17 mars 2009 18:38

        Quant à toi, voici ce que tu disais juste au dessus  :

        "LES MEMBRES DU COMMANDO SE SONT RETRACTES ET LEURS TEMOIGNAGES SONT DONC SANS VALEUR DEVANT UN TRIBUNAL. Il faut vous le dire comment pour que vous compreniez ? ? ?"


      • Castor 17 mars 2009 20:39

        Pas de commentaire, Traroth ?

         ou alors une petite rétractation ?


      • Traroth Traroth 18 mars 2009 11:35

        Ces témoignages sont sans valeur, mais un juge partial comme Wacogne ne va évidemment pas le reconnaitre. Et j’en ai assez de discuter du sexe des anges avec un mal-comprenant. Tout le monde sait à quoi s’en tenir, je pense. Pas la peine de poursuivre la démonstration.


      • Castor 18 mars 2009 11:40

        J’admire la maîtrise avec laquelle tu éludes le fait que tu as dit des conneries pour, finalement, revenir à ce que je te disais...

        Effectivement, il vaut mieux ne pas s’apesantir en pareil cas.


      • Traroth Traroth 30 mars 2009 14:32

        Vu. 


      • Emile Red Emile Red 16 mars 2009 12:16

        La France, ce pays de justice ou les juridictions d’exception se multiplient.

        Après la police aux ordres, après les juges aux ordres, bientôt l’armée, enfin le peuple mais à genou cette fois.

        Qui parle de totalitarisme ?


        • morice morice 16 mars 2009 12:49

          le titre aurait pu être évité : vous n’allez pas y arriver en comparant un prétoire et un stade de foot....


          • andré 16 mars 2009 13:57

            Le train de la justice est en marche. Coupat demeure en cabane. Morano joue à la TGV (très grande vexée). Dati déraille. On se croirait dans un western érotico-classique : Quand l’arrière-train des ministres sifflera trois fois.

            Et le PS regarde passer la micheline, les yeux hagards.

            Jack pourrait travailler à faire libérer Coupat plutôt que de travailler à libérer des marchés à Cuba pour les entrepreneurs qui licencient en France.

            Et Roccard qui va jouer de la trompe du côté des éléphants de mer du Pole Nord géographique, soit à vingt mille lieues des éléphants du PS.

            Comme chantaient Areski Belkacem et Brigitte Fontaine : "C’est normal. Ne nous affolons pas. C’est normal." Comme pour les viols sacerdotaux, il n’y a pas de quoi fouetter un chanoine.

            Castor, tu es toujours au trente-sixième dessous dans les cotes d’appréciation. Si tu te portes mal, fais-toi porter par les sondages d’OpinionWay. OpinionWay, c’est le Viagra de Sarko.

            Yvan et Julien, votre situation n’est pas rose. Consolez-vous. Ça pourrait être pire. Vous pourriez être à la place de Carla.


            • vivi vivi 16 mars 2009 14:02

              Mes compliments à Daniel Arnaud, pour son article. Et bravo à Philippe et Sampiero pour leur constance et leur patience à donner inlassablement la réplique à Castor qui nous rabache tjs les mêmes bétises...
              mais.. vous savez, y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre...


              • Castor 16 mars 2009 15:35

                Bêtises auxquelles, malgré le recours au moinssage, vous peinez tous à apporter la contradiction.

                Vous préférez me sauter dessus à grand renfort de moqueries et de dénigrement.

                Sur ce je me casse de ce nid, y’en a pas un pour rattraper l’autre.


              • Castor 17 mars 2009 18:26

                Vivi,

                né sur agoravox le 9/03/2009.
                N’a posté que sur des articles relatifs à Colonna.



              • Castor 16 mars 2009 18:14

                Bonjour, Mage !

                merci pour le respect que tu as de l’expression de mon opinion.
                Mais c’est peine perdue.


              • Castor 16 mars 2009 20:58

                C’est bien ainsi que je le voyais.

                C’est d’autant plus méritoire.


              • Bobby Bobby 16 mars 2009 22:04

                Tout-à-fait d’accord avec vous Monsieur A. Mage, comme vous, je ne puis être d’accord avec les arguments de "Castor" mais suis intéressé par un échange.

                Les avis exactement semblables à celui de l’émeteur ne pouvant apporter aucun échange (pas de différence de potentiel diraient les électriciens), ils ne peuvent que conforter un auteur dans son avis.... ce qui n’est pas vraiment nécessaire. 

                La richesse résidant plutôt dans la diversité des avis.

                Bien cordialement



              • chmoll chmoll 16 mars 2009 17:01

                j’sais qui c l’père d’la gamine dati, c une éprouvette


                • oncle archibald 16 mars 2009 17:10

                   Je ne sais pas si Mr Colonna est innocent ou coupable. J’observe dans le texte de Monsieur ARNAUD quelques phrases amusantes dans lesquelles on peut retrouver tout ce qu’il reproche au Tribunal qui va devoir se prononcer sur la culpabilité d’Yvan Colonna :

                  « Nous leur donnons rendez-vous pour un troisième procès ! Cette fois, nous aurons l’opinion avec nous ! La vérité est en marche ! » Comme si c’était l’opinion qui faisait la vérité !!

                   

                  « Yvan Colonna et ses avocats viennent habilement de retourner un tel schéma. Ils ont désormais l’initiative, et ce sont eux qui peuvent dès lors déplacer leurs pièces sur l’échiquier de façon à presser l’adversaire. Cette fois, ils ont les blancs. » Comme si c’était aux prévenus de mener l’accusation.

                   

                  « Or, nous pouvons raisonnablement estimer que les conditions du procès équitable ne sont pas respectées dans cette affaire. » C’est le refrain continuel que tiennent tous ceux qui ont perdu un procès : les juges étaient de parti-pris, les témoins pervertis et les experts incapables… en général ils ajoutent : mon avocat a été nul !

                   

                  « les témoignages à décharge semblent avoir été systématiquement écartés » Ca n’est pas ce qui a été ressenti depuis l’ouverture des débats, et on se souvient de la tête de Madame ERIGNAC lorsque la situation a semblé virer en faveur du prévenu …

                  Mais après ces témoins, il faut en entendre d’autres, qui sont moins favorables à la défense. Il faut aussi essayer d’expliquer pourquoi un des accusés du premier procès, condamné à perpétuité, s’accuse tout à coup du meurtre du préfet après avoir désigné Yvan Colonna. Bref des phases des débats qui semblent moins propices à valoriser la thèse de la défense, d’ou peut-être sa décision de ne pas participer « à une telle mascarade ».

                   

                  « c’est précisément parce qu’il est souverain que le peuple français pourrait fort bien désavouer ses magistrats » .. à quand un référendum pour décider de la culpabilité d’Yvan Colonna ?? 


                  • Castor 16 mars 2009 18:17

                    Oncle Archibald,

                    et surtout, que dire de cet homme qui s’accuse du meurtre à la place de Colonna, après l’avoir dénoncé...

                    Après que la défense a péniblement "démontré" que le tireur ne pouvait être Colonna en raison de sa petite taille, voilà qu’il faudrait écouter celui qui, plus peiti encore, s’accuse du crime !


                  • Traroth Traroth 16 mars 2009 18:53

                    "Comme si c’était l’opinion qui faisait la vérité !" : Mais personne n’a dit ça. Vous interprétez les propos. Il est un fait que l’attention de l’opinion rend les truandages et les petits arrangements entre amis plus difficiles, comme ce procès-ci l’a déjà amplement démontré !
                    "
                    Comme si c’était aux prévenus de mener l’accusation" : Hein ? Mais vous racontez n’importe quoi ! Ca veut juste dire que ce sont les défenseurs qui auront les blancs et l’accusation les noirs.
                    "Ca n’est pas ce qui a été ressenti depuis l’ouverture des débats" : Oui, l’attention des médias et de l’opinion a contraint la justice à un peu plus d’objectivité, mais la conclusion, qui devrait pourtant être évidente, en l’absence de tout élément à charge et en présence de nombreux éléments à décharge, montrera qu’il n’a été tenu aucun compte de ces derniers.
                    "
                    quand un référendum pour décider de la culpabilité d’Yvan Colonna ?" : Absurde. Mais une condamnation de Colonna au vu du dossier montrerait une sinistre évolution de la justice, et il n’est pas sûr que le Peuple l’accepte.


                  • oncle archibald 16 mars 2009 19:26

                    Messieurs, Messieurs, un peu de constance ... vous ne pouvez pas nous dire que c’est l’opinion publique qui aura raison de ce Tribunal géré par des malfaiteurs et rappeler l’affaire d’Outreau comme une erreur judiciai re majeure qu’elle a bien été. Car si on avait laissé faire l’opinion publique, sur que ces pauvres gens auraient été condamnés en deux temps trois mouvements, et si possible à la peine de mort rétablie juste pour eux ... Alors en appeler à l’opinion publique pour affirmer que Colonna est innocent me laisse un peu réveur ... On doit pouvoir discuter de qui ici, c’est à dire sur les marches du palais et non pas dans le prétoire, expose une « argumentation » prétant à sourire, que je n’ai fait que reprendre par dérision ...


                  • Traroth Traroth 16 mars 2009 19:49

                    Quel est l’intérêt que je pourrais bien trouver à discuter avec quelqu’un que mon argumentation fait sourire ?


                  • Jack Nico 16 mars 2009 18:08

                    et voila l’autre asino qui raplique pour dire n’importe quoi !

                    va te cacher archibal, tu deviens pitoyable !!


                    • Philippe Antonetti 16 mars 2009 18:27

                      Amusants, archibald et castor, ils viennent demander des arguments, on essaie courtoisement de leur expliquer un point de vue, et au lieu de débattre, ils en reviennent toujours à leur point de départ, en prétendant d’abord que nos arguments n’en sont pas, puis qu’on leur manque de respect. Comme le chevalier noir des Monty python ! Je commence à comprendre pourquoi ils ne peuvent rien percevoir de l’absurdité de ce procès !


                    • Castor 16 mars 2009 18:40

                      Quel Saint homme, ce Sampiero.

                       smiley


                    • Jack Nico 16 mars 2009 19:15

                      T’hà a raghjone. fraddé !


                    • Castor 16 mars 2009 20:57

                      Je ne comprends pas ce que vous écrivez, m’sieur Nico, mais j’y perçois tout le mépris que vous y mettez à vouloir vous exprimer à l’intention des seuls autres corses ici même.

                      Votre attitude est bien telle que je le dis  : pleine d’une condescendance puérile.

                      Je viens de me refaire une nouvelle fois l’émission de Calvi, j’en ressors encore renforcé dans mes convictions.

                      Je vous laisse jouer entre vous.
                      Vive l’honneur corse ! Vous en faites une belle démonstration.


                    • Castor 16 mars 2009 18:37

                      Et je suppose que c’est sur ça que repose votre point de vue ?

                      Je suppose encore que si l’on a le malheur de vous dire que ce point de vue n’est pas suffisant, on passe pour un âne ?

                      Je vous écoute, Monsieur Antonetti, déroulez-le votre point de vue.
                      Ensuite, vous me direz en quoi Colonna doit être déclaré non-coupable.


                      • jkw 16 mars 2009 18:48

                        Dati me surprendra toujours....

                        l’impartialité de la justice est constamment baffouée par ce gouvernement...
                        Que fait "Courroie" à l’Elysée ?
                        Que deviennent les dossiers encombrants de Neuilly ?... et tous les autres où sont mélés les proches du Président ???
                        vous savez, les écuries d’Augias dont parlait Devedjan ??


                        • Philippe Antonetti 16 mars 2009 18:52

                          Mais non, castor, vous n’écoutez personne, à se demander si vous savez lire ! Essayez la scène, entre comique de répétition et absurde, vous avez peut-être un créneau !


                          • Castor 16 mars 2009 19:10

                            Allez-y, au lieu de pleurer !

                            Je reviens demain pour lire votre prose et y répondre.



                            • Philippe Antonetti 16 mars 2009 21:00

                              Merci Claudepapi de ce lien . L’auteur de l’article remet magistralement les éléments du procès en perspective.


                            • Castor 17 mars 2009 18:22

                              Philippe Antonetti,

                              apparu le 12/03/2009 sur agoravox.
                              A posté une vingtaine de messages, sur les seuls articles consacrés à Colonna.


                            • Castor 17 mars 2009 18:23

                              Claudepapi,

                              apparu le 15/03/2009 sur agoravox.
                              à peine une dizaine de posts, tous sur des articles consacrés à Colonna.


                            • Traroth Traroth 17 mars 2009 18:28

                              Et donc ?


                            • Castor 17 mars 2009 18:36

                              Rien, Traroth, rien de plus que ce que j’ai mentionné à propos de ces quatre intervenants tout à fait polis et respectueux de l’opinion de l’autre.

                              Ils sont tous là depuis peu et n’ont d’autre objectif que de défendre Colonna bec et ongles.
                              J’oubliais aussi Roseau  : sept articles à son actif depuis février, tous sur l’innocence de Colonna.

                              Manifestement, on prend très à coeur le rabachage des thèses de la défense et on a très envie de porter très haut la contestation relative à la justice française.

                              Si j’étais aussi conspirationiste que certains, j’y verrais une volonté délibérée de manipuler l’opinion.
                              Mais je ne suis pas si vicieux.


                            • Traroth Traroth 30 mars 2009 14:36

                              Ou alors ils écrivent des articles et commentent sur un sujet qui les intéresse. C’est bien leur droit. Tu ne fais que des procès d’intention en laissant entendre qu’en débattant moins, les gens vont mieux comprendre ce qui se passe, ce qui est absurde.


                            • Radix Radix 16 mars 2009 19:50

                              Bonjour

                              Je profite de votre article pour demander à la rédaction d’Agoravox s’il est bien sérieux de mettre en ligne un sondage nous demandant si Colonna est coupable ou non ?

                              Ma réponse est : "Je n’en sais rien !" car heureusement la justice ne se décide pas encore à coup de sondages !

                              D’ailleurs je pense que personne, hormis les acteurs de ce drame, ne peut répondre à une telle question, j’espère seulement que le tribunal jugera en toute équité et que, si doute il y a, il bénéficiera à l’accusé !

                              Radix


                              • Traroth Traroth 16 mars 2009 19:53

                                Je me faisais la même réflexion concernant ce sondage...


                              • Radix Radix 16 mars 2009 20:39

                                Bonjour Traroth

                                Ravi que quelqu’un d’autre ait remarqué le coté binaire des sondages d’AV qui commençaient à m’énerver prodigieusement.

                                Radix


                              • LaEr LaEr 16 mars 2009 22:01

                                Moi aussi.
                                Mais ce n’est pas la première fois que je ne réponds pas à la question d’un sondage. Je les trouve trop ambigus...

                                Par exemple :
                                "Y-a t’il trop de grêve en France ? " Je suis tenté de dire oui, il y en a trop, mais non aussi, parce-que j’estime que la plupart sont légitimes...

                                "Etes-vous prêt à travailler le dimanche" Dans mon job, j’ai souvent du travailler le dimanche, mais j’estime que cela n’ a pas à devenir une généralité...

                                Bref, comme tous les sondages, on a le choix qu’entre les réponses qu’on nous donne... Les Guignols ont fait un très bon sketch à ce propos la semaine passé...


                              • xavier 16 mars 2009 20:59

                                Pendant ce temps, le procès continue, avec l’audition de Jeanne Finidori, ex-épouse d’Alain Ferrandi.

                                Rappelons ses déclarations de 99 aux policiers et aux magistrats :
                                "J’ai vu arriver mon mari avec Pierre Alessandri et Yvan Colonna. Il a tiré les rideaux intérieurs, ils sont partis vers la salle de bains, je suis restée dans le séjour. (…) Mon mari est revenu dans le séjour. Il a allumé la radio, qui annonçait l’assassinat du préfet”

                                Et son témoignage au premier procès en 2007 :

                                question de la défense : "Nous défendons un homme qui, comme votre mari, risque la réclusion criminelle à perpétuité. Qui, comme vous, a un fils. Madame, l’avez-vous vu le soir du 6 février chez vous ? S’il y était, dites-le. S’il n’y était pas, dîtes-le aussi. Vous êtes sous serment. Avez-vous vu Yvan Colonna ce soir là chez vous ou ne l’avez-vous pas vu ?

                                Réponse de Jeanne finidori :- Je ne sais pas”.

                                Aujourd’hui elle a répondu à toutes les questions "Je n’ai rien à déclarer" ce qui donne :

                                Question de l’avocat général Jean-Claude Kroos, « Est-ce que vous comprenez ce qu’il peut résulter de ce silence  »,
                                Réponse de Jeanne Filidori « Je n’ai rien à déclarer  », 
                                « Cela signifie, poursuit Jean-Claude Kross, que vos déclarations en garde à vue, le 24 mai 1999, qui mettent en évidence que le 6 février 1998, vers 21H15 ou 21H30, sont arrivés chez vous votre mari,Pierre Alessandri et Yvan Colonna, sont acquises pour des vérités absolues. »
                                Réponse de Jeanne Filidori "je n’ai rien à déclarer"

                                question de l’autre avocat général Christophe Tessier : "Vous n’avez rien à déclarer sur l’innocence d’Yvan Colonna ?

                                Réponse : "je n’ai rien à déclarer"
                                 

                                 


                                • Castor 16 mars 2009 21:02

                                  Vous prenez des risques, Xavier...


                                • Traroth Traroth 16 mars 2009 23:07

                                  Quelqu’un fait pression sur elle. Vu qu’elle maintient sa version, je n’ai pas l’impression que ce soient les nationalistes...


                                • Yohan Yohan 16 mars 2009 23:46

                                  Quand on répète "je n’ai rien à déclarer" c’est plutôt qu’elle n’a plus le droit de parler, sinon Couic !


                                • Claudepapi 17 mars 2009 08:29

                                  Toutes celles et tous ceux qui contestent le fait que le procès se poursuive devant un box de la Défense vide viennent dire : "Yvan Colonna et ses avocats ne sont pas là, je n’ai rien à déclarer" C’est exactement ce qu’a fait Jeanne Filidori.

                                  Si cette Cour d’Assises Spéciale et arbitraire interprète ses propos comme des aveux, celà ne devrait pas manquer d’intéresser particulièrement la Cour Européenne des Droits de l’Homme.
                                  N’est-ce pas Xavier et Yoan ?


                                  Par contre, alors qu’il avait fait venir un certificat médical pour ne pas venir et que le Président de cette Cour voulait cacher à la Défense un peu gêné, le menteur patenté qu’est Georges Lebbos est finalement venu puisque la Défense n’était plus là pour le mettre face en difficulté face à ses mensonges éhontés.


                                  Quelle justice pathétique !


                                • xavier 17 mars 2009 08:46

                                  Claude Papi
                                  Je ne sais pas comment la cour interprète le silence de Jeanne Filidori.
                                  Votre commentaire oublie je pense une différence essentielle entre Jeanne Filidori et ceux qui, comme Martin Ottaviani, se sont tus devant la cour compte tenu de l’absence d’Yvan Colonna et de ses avocats :

                                  A ma connaissance, Jeanne Filidori, elle, n’a jamais rétracté ses déclarations iniales mettant en cause Yvan Colonna.
                                  Aussi son silence hier n’est pas assimilable à celui de Martin Ottaviani.


                                • Yohan Yohan 17 mars 2009 09:10

                                  Quand vous donnez une 1ère version claire et qu’ensuite vous ne reprenez pas votre premiers mots, c’est à lire alors entre les lignes. Si la 1ère est une accusation, la deuxième "je n’ai rien à déclarer" suffit en soi à comprendre de qui s’est passé.
                                  Pour moi, elle a simplement peur de réitérer la première et ce n’est pas la justice qui fait pression, car la justice lui demande seulement de confirmer sa première version, ce qu’elle se refuse à faire.


                                • Traroth Traroth 17 mars 2009 10:29

                                  @Yohan : Oui, il est facile de comprendre ce qui s’est passé. Les mêmes personnes qui donnent des ordres au juge ont donné des ordres aux témoins. En les menaçant, probablement.


                                • Castor 17 mars 2009 10:56

                                  Que reste-t-il donc des premiers aveux, ceux qui étaient précis, concordants et unanimes ?

                                  Ont-ils eux aussi été "probablement" extorqués ?

                                  Je maintiens que la seule vraie question de ce procès est  : pourquoi ces aveux initiaux de la part d’amis de Colonna ?
                                  Si je veux embrouiller le truc, je charge un inconnu, un ennemi, pas un ami sympathisant de la cause que je défends !
                                  Jamais Colonna n’a tenté d’expliquer pourquoi il a été mis en cause par ces hommes et leurs compagnes, il a toujours préféré jeter le discrédit sur le reste.


                                • Traroth Traroth 17 mars 2009 12:28

                                  Et tu trouves ce genre d’argumentation bancale suffisante ? C’est essayer d’appliquer des raisonnements simples à des situations compliquées : relations entre des personnes, changements d’attitude politique (il est avéré que Colonna avait pris de la distance avec les milieux nationalistes), policiers sous pression, etc. Tes conclusions n’ont absolument rien d’évident !


                                • Castor 17 mars 2009 13:08

                                  Etonnamment, l’écho relatif à des violences policières est beaucoup plus fort que celui relatif aux aveux même...

                                  C’est ça que je trouve bancal, tout comme l’ordre extrèmement dispersé des rétractations.

                                  Dis-moi, les épouses et compagnes ont elles aussi été violentées pour obtenir leurs aveux ?


                                • Castor 17 mars 2009 13:12

                                  Et ça, c’est pas bancal, peut-être ???

                                  "@Yohan : Oui, il est facile de comprendre ce qui s’est passé. Les mêmes personnes qui donnent des ordres au juge ont donné des ordres aux témoins. En les menaçant, probablement. "

                                • Traroth Traroth 17 mars 2009 16:16

                                  Il y a au moins une témoin qui a indiqué durant l’audience que la police lui avait dicté ce qu’elle devait dire. Encore une menteuse, j’imagine...


                                • Castor 17 mars 2009 16:37

                                  Je n’en sais rien.

                                  Ce que je vois c’est que chacun essaye aujourd’hui de tirer son épingle du jeu concernant la rétractation des déclarations faites initialement, et pas toujours avec la plus grande cohérence.

                                  Mais la police est toujours responsable, n’est-ce pas ?
                                  C’est la seule thèse de la défense.


                                • Traroth Traroth 17 mars 2009 16:52

                                  La thèse de la défense, c’est qu’il n’y a rien dans le dossier. Et elle est plutôt difficile à contester.


                                • Castor 17 mars 2009 17:34

                                  Bon, une dernière fois, c’est précisément ce qui est demandé à la cour.

                                  Elle doit décider si, oui ou non, les éléments présents dans le dossier d’instruction justifient ou non une condamnation de Colonna.

                                  C’est pas plus compliqué que ça.

                                  Libre à toi de considérer, au vu de ce qui sort du tribunal par voie de presse et qui est habiliement relayé par Agoravox depuis le début du procès (7 articles en 15 jours de Roseau, je n’ai pas compté les autres auteurs), que ces éléments sont insuffisants pour une condamnation, mais je rappelle qu’en principe, ce n’est pas ton boulot mais celui des juges.
                                  Ou alors, il faut faire les procès dans la rue ou ici même.


                                • Traroth Traroth 18 mars 2009 12:11

                                  Mais regarder si la justice fait son travail correctement ou est ouvertement aux ordres de l’executif, ça c’est mn boulot de citoyen ! Et c’est clairement le cas ici.


                                • Castor 18 mars 2009 12:59

                                  Je ne l’ai jamais nié.

                                  Ce que je conteste, c’est l’utilisation à des fins de propagande de l’outil citoyen.

                                  Nous avons ici sept articles écrits par la même personne, relayés par un groupe de 4 ou cinq contributeurs qui ne font que ça, pervertir l’information ou la présenter sous des jours favorables à leurs thèses.

                                  Je n’aime pas être manipulé, ni dans un sens ni dans l’autre, et lorsque l’on se réclame de la vérité, la moindre des choses est de la dire dans son entier et d’accepter la contestation.


                                • Roseau Roseau 23 mars 2009 00:46

                                  Attention, je vais en écrire un 8ème...


                                • K K 16 mars 2009 21:47

                                  M Colona est il coupable ? Ca je ne le sais pas. Par contre, ce qui me semble tout a fait anormal dans cette histoire, c’est que des politiques de haut niveau l’aient deja juge avant que le proces ne soit termine.


                                  • PUCK 16 mars 2009 23:36

                                    Comme vous tous ici ,je ne sais absolument pas si Colonna est coupable ou pas ,quoique certains témoignages soient très troublants .
                                    Ce procès est de la vraie bouillie pour les chats ,c’est même presque un déni de justice ,tant le Président du tribunal ,autant que j’aie pu m’en rendre compte par des commentaires dans des journaux aussi différents que le FIgaro ,le Monde ,le Nouvel Obs , donc le Président est nul de chez nul .
                                    Il ne sait pas tenir son procès , diriger véritablement les débats .Ses réflexions ne sont pas dignes de son rang dans la magistrature .

                                    On pourrait croire ,malheureusement ,étant donnée la hauteur de vue de ce procès ,que C.Erignac N’A PAS ETE ASSASSINE . De tout cela ,je retiens que je plains vraiment Mme Erignac .


                                  • Canine Canine 17 mars 2009 06:12

                                    J’ignore si Colonna est coupable ou innocent.

                                    Cela dit, ses défenseurs, avant de pinailler au mot à mot sur la procédure, devrait prendre en compte le poids que représente le fait d’avoir vu la tronche du gars pendant des années dans tous les bureaux de postes, car il y a un fait objectif et visible de tous, pour un innocent qui ne demande qu’à s’expliquer et à contester des faits qui lui sont reprochés (et qui apparement sont tous plus faux les uns que les autres), il a fui la justice pendant sacré bout de temps.

                                    S’il s’était rendu plus vite, le ministère public aurait eu moins d’enjeu à le faire accuser face à l’opinion public, il aurait pu s’expliquer plus vite sur des preuves et témoignage plus frais. Nan, vraiment, c’est dommage qu’il se soit donné le visage d’un coupable en fuyant, alors que son innnocence semble aussi évidented’après les faits exposés par ses partisans sur agoravox.


                                    • K K 17 mars 2009 07:41

                                      Le probleme est qu il a ete tres rapidement annonce comme etant le tireur. Connaissant la rapidite de la justice en France, meme en etant innocent, on sait, avec une telle accusation, qu’on va passer au moins un an ou deux derriere les barreaux sans etre juge (preventive).
                                      Dans ce cas la, je pense que je ferais aussi son choix : partir. Je n’ai aucune envie de rester deux ans en prison, me sachant innocent, le temps que le proces se mette en place. Il faut etre quasiment un saint ou un naif pour faire confiance a la justice au point de se rendre alors qu’on est innocent. Si la justice etait beaucoup plus rapide, de l’ordre d’une attente de moins d’un mois, je reconsidererais la question.
                                      Le cas se pose aussi pour M Coupat, innocent ou coupable (on attend toujours les preuves) qui est depuis assez longtemps en prison sans jugement. Cela me parait inadmissible.


                                    • Castor 17 mars 2009 08:34

                                      Je signale qu’il reste encore des commentaires "à charge" qui ne sont pas repliés.


                                      • Jack Nico 17 mars 2009 09:12

                                        Castor , u so discorsu hè una vera diffamazione, u scornu, intulleranza, razzismusprezzu !



                                      • Castor 17 mars 2009 10:24

                                        C’est vous qui avez un discours diffamant et raciste envers moi, outre le manque de courage de dire les choses dans un français que nous partageons.


                                      • Traroth Traroth 17 mars 2009 10:33

                                        @Jack Nico : Ce qui serait bien, ça serait que vous fassiez des commentaires en français, de manière à ce que tout le monde puisse vous comprendre. Si vous voulez, je peux faire des commentaires en allemand et le type là-bas en chinois, cherokee, portugais ou volapük. Mais ça risque de ne pas aider dans la clarté de la discussion... C’est peut-être le but ?


                                      • Castor 17 mars 2009 17:57

                                        Jack Niko,

                                        apparu sur agoravox en janvier 2009...
                                        Auteur de ce post tout à fait remarquable sur Ante Gotovina...

                                        ...vient aujourd’hui donner des leçons de droits de l’homme.


                                      • oncle archibald 17 mars 2009 19:20

                                        Vous vouliez parler de ce post Castor ?

                                        Jack Nico
                                        pauvre idiot, Ante Gotovina , est en jugement actuellement et va gagner son procès car c’est un héros , un homme d’honneur !
                                        de plus tout l’acte d’accusation s’écroule comme un château de cartes.


                                        • Castor 17 mars 2009 20:36

                                          Tout à fait, mais je ne m’étends pas sur le sujet car, selon l’intéressé, il pourrait m’en cuire  !!!

                                          Brrr...c’est qu’il ferait peur, ce jacquouille !!!

                                           smiley


                                        • oncle archibald 17 mars 2009 19:27

                                           Cv du pote de jack Nico :

                                          Ancien légionnaire, ancien barbouze, criminel de droit commun, général de l’armée croate, M. Ante Gotovina semble bénéficier de puissantes protections à Paris.

                                          Arrêté à l’occasion d’un retour en France, condamné en 1986 par la Cour d’assise de Paris à cinq ans de réclusion, il est libéré dès l’année suivante, dans des circonstances qui demeurent obscures.

                                          La biographie de M. Ante Gotovina rappelle beaucoup celle du commandant Arkan, le chef des milices serbes de redoutable réputation. Avant de devenir, dans le camp opposé, « héros » de la guerre des années 1990, ce dernier avait, lui aussi, multiplié les « coups » criminels en Europe, mais il était en contact probablement pour les services secrets serbes, et non pas pour les services français.


                                          • Christoff_M Christoff_M 18 mars 2009 09:42

                                             le père Colonna est un méditerranéen... Acculé il se sert du buzz et des cris d’épouvante pour essayer de sauver sa peau in extremis... à sa place on ferait pareil !!

                                            en attendant les médias et les politiques tombent dans le panneau !! le type ne serait pas corse il serait déja en taule pour longtemps incognito !! qui paie ses avocats "au pauvre berger corse"... ce procès est un ramassis de cliché trop médiatisé pour vraiment avoir du fond !!



                                            • Traroth Traroth 18 mars 2009 12:14

                                              Bon, je remets mon commentaire dont le contenu a disparu...

                                              Des remarques racistes sur les Méditéranéens, on tombe de plus en plus bas...


                                            • Emmanuel Aguéra LeManu 22 mars 2009 14:23

                                              Perdez 2mn pour signer : http://www.yvan-colonna.com/


                                              • EricB 22 mars 2009 16:16

                                                "Quelle que soit la cause que l’on défend, il est intolérable de jeter d’une façon aussi outrancière le discrédit sur l’institution judiciaire et de bafouer de la sorte l’honneur des juges qui exercent leur office au nom du peuple français"

                                                Ce qu’oubie la Dati, c’est qe JUSTEMENT ces juges -là n’exercent plus leur office AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS, mais juste AU NOM D’UNE CAUSE POLITIQUE, qui n’a plus RIEN à voir avec la Justice.

                                                Ce qu’oublie la Dati, c’est que la Vérité finit TOUJOURS par sortir du tonneau, même si cela doit prendre du temps. En attendant la Justice Française n’a jamais raté des occasions de se discréditer depuis un siecle, mais le peuple ne cautionnera jamais cette justice là.

                                                Dati a entamé une réforme du système judiciaire qui était nécessaire, même si trés impopulaire, mais en prenant maintenant publiquement parti pour le systeme en place, malgré un nombre accru de dysfonctionnements EVIDENTS, elle ne sert pas sa cause.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès