• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Yves Saint-Laurent et La vilaine Lulu : décryptage de sa BD

Yves Saint-Laurent et La vilaine Lulu : décryptage de sa BD

La vilaine Lulu

 

Suite à la diffusion sur France 2 du film mettant en scène la vie d'Yves SAINT-LAURENT (YSL), le 30 juillet 2017, il était honnêtement impossible de passer sous silence l'existence de « La vilaine Lulu » dont la publication a été encouragé par Françoise SAGAN. Cette femme écrivain, a l'apparence androgyne et bisexuelle, menait une vie décadente autour de l'enfer du jeu, casinos et hippodromes, et des nuits parisiennes agrémentés d'alcool, d'héroïne ou de cocaïne. Elle a sans aucun doute des points communs avec La vilaine Lulu. Au début de sa carrière SAGAN était surnommée le « charmant petit monstre » tandis que Lulu, un autre genre de monstre, a remporté tous les prix littéraires durant ses escapades bucoliques. Maintenant, imaginons un film décrivant la vie de Roman POLANSKI en occultant le viol qu'il a commis sur une mineure de 13 ans, après l'avoir droguée, et pour lequel il a été poursuivi pendant 40 ans. Nous obtiendrons alors un résultat purement partial à l'instar du film d'YSL, une mièvrerie destinée à idéaliser des hommes qui n'étaient que des hommes. Mais qui était YSL ? Nous savons tous qu'il dessinait et créait des lignes de vêtements par le biais de sa maison de couture. En dehors de cela, qui était-il ? Le cinéaste polonais est un délinquant sexuel accusé à trois reprises de viol sur mineure ! Quant à YSL il est au mieux coupable d'avoir fait l'apologie de la « Pédophilie » à travers cette singulière bande-dessinée intitulée La vilaine Lulu.

 

Les mots choisis pour narrer les intrigues de La vilaine Lulu sont une ode à la perversité et à la décadence. Des références au catharisme ou à des personnages sordides au profil dangereux comme l'empoisonneur BORGIA et l'« empoisonneuse » Marie BESNARD, s'imposent comme autant d’icônes inquiétantes. YSL nous présente Lulu comme étant sa fille pour laquelle « il décida de mettre sa vie en images et de la raconter ». Avant de débuter, nous pouvons lire une note liminaire de l'auteur qui nous « prévient qu'il est inutile d'essayer de le psychanalyser à travers son héroïne ». Une remarque très certainement dictée par son inconscient, bien heureux de pouvoir s'exprimer à travers le personnage de Lulu mais effrayé à l'idée d'être démasqué. Dans la courte présentation de Lulu, âgée de huit ans et demi, nous apprenons qu'elle fume, elle aime s'exhiber, « faire de vilains gestes » comme montrer son postérieur, elle se proclame « mutine » et son journal préféré est « PlayGirl », une analogie explicite à PlayBoy. Lulu n'a pas de parents pour s'occuper d'elle, il s'agit d'une gouvernante qu'elle maltraite au demeurant, son seul ami est son gros rat blanc aussi affable qu'elle. Ces histoires abordent des thèmes variés à caractère libidineux, malsain voire totalement macabre comme la maltraitance infantile, la misogynie, le sacrifice humain comme rituel satanique, la torture, l'enlèvement d'enfants, l'assassinat, l'esclavage sexuel, le trafic d'êtres humains, la pyromanie, la prostitution, l'alcoolisme, la drogue, l’exhibitionnisme ou encore la pédophilie.

 

Le livre contient 96 pages et il est composé de 23 histoires dont voici la synthèse :

 

  • Lulu à l'école, elle n'aime pas l'école, elle est provocante, irrespectueuse, insultante envers la maîtresse, l'assimilant à une prostituée puis devient menaçante avec ses camarades, allant jusqu'à les racketter. A la fin de cette première histoire, un vieux satyre se délecte de voir Lulu, ce vieux pervers revient régulièrement tout au long de l'ouvrage.

     

  • Un jeudi de la Vilaine Lulu, une journée qui se déroule au parc, débutant par une allusion raciste d'une femme qui, tout en tricotant, s'adresse à une mère portant un nourrisson noir : « Allez ! Avouez-le que vous avez fauté ». Les petites filles sont décrites comme étant « mutines et sournoises », nous pouvons observer la présence du satyre caché derrière un buisson. Lulu se moque d'un bébé dans les bras de sa mère qu'elle juge « vilain », elle entraîne ses copines avec elle et les excite contre le pauvre bébé. Elles chantent en chœur « le vilain bébé, le vilain bébé », la maman harcelée finit par abandonner son bébé à l'armée du salut.

     

  • Je m'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie (ouf !), en résumé Lulu s'auto-congratule en s'admirant dans le miroir, « la vilaine lulu s'admire devant sa psyché... je suis comme je suis et n'y puis rien changer et n'y puis rien changer » ? Ne cherchons pas à psychanalyser le génie rutilant et délirant d'YSL puisqu'il nous l'a instamment déconseillé avant d'entrer dans son univers.

     

  • Un beau métier, l'héroïne a obtenu son diplôme de masseuse. Elle exerce auprès d'une clientèle de petites filles mais une maman n'appréciant pas les méthodes de Lulu la chasse puis menace de la dénoncer auprès de la police. Lulu décide alors d'ouvrir son propre institut à domicile et dans lequel elle pourra faire maigrir et grossir à volonté les petites filles. Elle recrute de grands lutteurs pour piétiner les enfants et les « rendre souples et minces ». Le ministre de l'éducation nationale récompense Lulu en lui accordant une décoration pour son brillant travail. Conclusion, des attouchements suivis de maltraitances sur enfants permettent à Lulu d'être décorée par un ministre garant de l'éducation de nos enfants. Tout un symbole.

     

  • Une belle histoire d'amour, elle est amoureuse d'un pompier à en perdre la raison. Lulu boit de l'alcool pour calmer son euphorie car elle ignore si les sentiments qu'elle ressent sont réciproques. Ensuite, elle sacrifie des vies au nom de la déesse Vénus pour obtenir le cœur de son bien aimé. Nous pouvons admirer des têtes d'enfants tranchés à la gorge, d'autres bouillonnent dans un chaudron et d'autres sont pendus. Puis, elle se drogue avec des hallucinogènes comme le LSD. Finalement elle découvre que son pompier sort avec sa voisine, elle perd totalement la raison. Lulu décide de déclencher un incendie dans son immeuble afin d'y pièger sa voisine « Nini  ». Ainsi, son pompier vint délivrer Lulu des flammes pendant que sa voisine périt dans sa chambre, attachée sur son lit par Lulu la démoniaque. Et tout est bien qui finit bien avec le mariage de Lulu... à huit ans et demi, il était temps !

     

  • Hommage respectueux à Terpsichore, dans le rôle d'une danseuse étoile, le vieux satyre est présent et Lulu apparaît nue sur scène après avoir ôté son tutu devant les spectateurs scandalisés.

     

  • Lulu Western, elle enlève des petites filles sur le chemin de l'école et demande des rançons aux parents, certaines victimes sont attachées à des troncs d'arbre, d'autres pendues et d'autres scalpées. Enfin, nous assistons à un détournement de trains et à un hold-up. YSL avait déclaré qu'il aurait aimé être l'inventeur du jean mais il a été le créateur de Lulu habillée en jean.

     

  • Lulu à Deauville, présence du vieux satyre qui échange son numéro de téléphone avec Lulu sur la plage. Fin mot de l'histoire, Lulu séduit le petit ami d'une estivante qui finit noyée par la marée montante.

     

  • Bonne histoire de poulaines, le vieux satyre est présent dans cette histoire qui contient de multiples références au catharisme, à l'époque médiévale, et dans laquelle Lulu est tenancière d'un « estaminet  ». Seul fait notable, elle emprisonne dans une cage une cliente ayant renversé son cidre.

     

  • L'année Lulu, elle devient « cover girl » et fait la Une de tous les magazines de mode dont Elle ainsi « la Lulumanie envahit le monde », tout le monde veut ressembler à Lulu, nous devenons Lulu.

     

  • Télélulu, la vilaine Lulu passe à la télévision pour offrir un strip-tease qui fait perdre la tête à tous les téléspectateurs masculins même à son gros rat blanc qui devient tout rouge. Une femme se suicide par dépit à l'aide d'un revolver face au pouvoir de séduction dévastateur et inégalable de Lulu.

     

  • Bons sentiments : Bonnes actions, elle fait un rêve dans lequel elle empoisonne le Pape et prend sa place pour devenir « Sa Sainteté Lulu première ». A la fin de son rêve « elle se voit chasssant le sarrasin de Terre Sainte ». Elle devient ensuite infirmière, tout d'abord à la maternité mais au lieu de nourrir les nourrissons avec du lait elle leur donne du vin rouge, les bébés sont par la suite substitués par des rats blancs. Dans un autre service, elle fait « subir des traitements de rayons électriques aux vieillards » grabataires. Il sont grillés sur place. Enfin, elle euthanasie les incurables, Lulu est évidemment heureuse.

     

  • La dépression nerveuse ou histoire de papillons, Lulu « fume nerveusement cigarette sur cigarette » et elle est dépressive.

     

  • Du Schmuck et du Pluck, évocation de « l'amour libre », couple mixte, lesbienne et gay. Nous apprenons que Lulu « aime beaucoup les petits garçons et les vieux messieurs ». Lulu devient écrivain et rafle tous les prix littéraires, entraînant le suicide de deux femmes dans son sillage. Face aux journalistes, elle est heureuse, elle danse, elle enlève sa culotte et exhibe son postérieur sur lequel est tatoué « merci ».

     

  • Un choix difficile, dans son lit à la parure brodée de la lettre L, Lulu « lit son quotidien préféré », Le Figaro, puis s'en suit une évocation de la maison de couture d'YSL, le seul couturier capable de « comprendre » Lulu.

     

  • Un jeu pas comme les autres, elle fume et s'ennuie, soudainement Lulu pense à une idée pour s'amuser. Elle décide alors de téléphoner à ses petites amies pour les inviter à se divertir dans son jardin. Elle les installe dans une cabane et leur explique les règles. Elles doivent tenir le rôle des « dames patronesses » pour jouer au « bazar de la charité » alors que Lulu est la cliente. Cette dernière s'éclipse rapidement de la cabane, enferme à clé ses jeunes camarades puis arrose la maisonnette d'essence et jette une allumette. Puis elle monte s'installer dans sa chambre pour admirer le spectacle fumant avec sa paire de jumelles. Ce divin spectacle rend Lulu très heureuse de sa journée et s'en félicite en dansant au rythme du « schmuck et du pluck ».

     

  • Des petites filles disparaissent, le personnage du satyre est encore présent et nous informe que les petites filles, « elles ne sont pas perdues pour tout le monde ». Nous découvrons ensuite que Lulu s'est associée avec un proxénète propriétaire d'un bateau et qu'ils enlèvent des petites filles à la sortie de l'école. Elles sont alors emmenées par bateau et offertes à « l'émir Abdullah ». Nous sommes ici en présence d'enlèvements organisés, d'un trafic d'êtres humains de jeunes filles mineures destinées à la prostitution dans un pays arabe.

     

  • Histoire de fleurs, elle pousse une jeune fille au suicide pour s'accaparer son petit ami.

     

  • Les Joyeuses Colonies de Vacances, après avoir giflée sa petite voisine de voyage dans le car, elle se met à fumer puis à lire « PlayGirl ». La nuit venue, elle fait boire de l'alcool à tout le monde et la soirée s'achève en « bacchanale », autrement dit en orgie. Il s'agit d'une référence explicite au romain Bacchus, le dieu du vin et des festivités.

     

  • Quel enfant prodige, le personnage vieux et pervers encore présent, elle devient une artiste de la sculpture et nous apprenons qu'elle et la « rivale de Picasso, elle n'a que 8 ans et demi ». Elle gifle sa gouvernante puis sort pour se rendre au musée d'art moderne. Sur sa route, elle tue un chat pour en faire un pendentif « c'est très chic non ? ».

     

  • Un après-midi aux Tuileries, Lulu pique-nique, boit son vin et donne des leçons d'anatomie aux autres enfants. Cela intéresse beaucoup d'autres personnes cachées dans les buissons, des vieillards pervers, dont le vieux satyre.

     

  • Histoire d’œufs de Pâques, Lulu empoisonne des enfants avec des œufs pourris, tout le monde meurt et ils sont enterrés au cimetière. Lulu est heureuse comme jamais, elle fait de la corde à sauter à cotés des pierres tombales des enfants qu'elle a assassinés.

     

  • Bonjour glou glou, Lulu est dans son lit en compagnie de son gros rat blanc qui rêvait de Marie BESNARD, accusée d'être une serial-killer responsable d'une dizaine de mort par empoisonnement. Elle a finalement été acquittée. Lulu boit plusieurs bouteilles de whisky. Elle finit en boîte de nuit chez « Reine Gin » où son cœur balance entre celui qui ressemble au vieux satyre et un jeune homme fringuant.

 

 

Après les résumés de chacune de ces 23 histoires, visant à partager avec vous l'essentiel à travers quelques éléments narratifs, nous pouvons conclure qu'aucune de ces histoires ne peuvent-être décemment racontées à un enfant. Aucune de ces histoires n'a de morale autre que l'immoralité la plus abjecte.

 

Dans la vilaine Lulu, la cible favorite d'YSL est la femme, qu'elle soit dans la peau d'une petite fille, d'une maman, ou juste d'une femme, elles sont malmenées du début à la fin, sauf la vilaine Lulu, l'idéal féminin d'YSL. Aucune n'est assez bien en comparaison de Lulu et c'est pourquoi certaines se suicident ! Un seul homme meurt dans ces récits mais pas n'importe lequel, celui qui incarne la figure de la papauté. Cependant, sa mort relève d'un fantasme puisque Lulu rêvait, il n'est donc pas mort physiquement dans le monde de Lulu. Ainsi, supprimer la religion dominante en occident, à savoir le christianisme qui s'est toujours opposé à l'homosexualité, n'était-il pas aussi le souhait d'YSL ? Au fil des 96 pages, parsemées de vignettes sanglantes, nous dénombrons environ 4 enlèvements, 5 séquestrations, 2 suicides et 9 assassinats, quoi de plus normal pour une petite fille ?

 

Les délires morbides de YSL transférés à travers son héroïne Lulu sont patents, une petite fille infirmière qui empoisonne tour à tour des bébés au vin rouge ou des enfants avec des œufs de pâques avariés ou bien encore le pape grâce à du poison afin de lui ravir sa place et imposer sa propre religion, ne sont-ce pas là plusieurs appels à la dérive ? Enfin, pour couronner ce chef d’œuvre, Lulu fait des strip-teases, s'exhibe dans la rue, fume, se drogue et boit aussi de l'alcool pour fuir la réalité. En conclusion, l'auteur de La vilaine Lulu nous rappelle que « En outre, toute ressemblance avec des personnes qui existent ou qui ont existé est parfaitement voulue. Toutes ces aventures ont été tirées de faits réels  ». Chacun appréciera le sarcasme ou la simple vérité de ces mots énoncés par un homme probablement très souffrant psychologiquement sauf à considérer qu'il est normal de mettre en scène une petite fille commettant des atrocités à répétition dans le but de transformer le monde à son image. Le chaos et la perversion étaient ancrés en YSL, à l'image de sa grande passion dévorante partagée avec son amant Jacques de BASCHER en 1973.

 

Les critiques positives prétendent que YSL voulaient dénoncer les pratiques déviantes de certains individus au sein de la société mondaine à travers ce concept de bande-dessinée. Il aurait voulu nous mettre en garde, lui, un homme sans enfant, drogué, alcoolique, adepte du sado-masochisme, contre ces personnes dangereuses. Mais pourquoi aurait-il été concerné par le sort de nos progénitures ? Comment serait-il au courant, avait-il assisté à ce genre de scènes ? Les défenseurs fanatiques d'YSL voudrait presque nous faire avaler qu'il était un activiste de la cause infantile agissant sous couverture de sa maison de haute couture ! La vilaine Lulu serait un playdoyer pour la protection de l'enfance, nous sommes là en plein scénario complotiste.

 

Qu'a fait YSL dans sa vie pour promouvoir l'éducation, la sécurité et l'épanouissement des enfants ? Est-ce qu'écrire une telle bande-dessinée peut aider à sensibiliser à la cause de la maltraitance infantile ou de la pédophile ? Alors pourquoi ne s'est-il pas élever contre l'usage des drogues dures dans le milieu de la mode pour palier aux cadences de travail infernal ? Pourquoi ne s'est-il pas opposé au harcèlement sexuel voire aux viols dont ont été victime de nombreux mannequins par les professionnels de la mode ? Il ne s'est pas non plus opposé à l'enrôlement sur les podiums de jeunes mannequins stéréotypés, filiformes voire clairement anorexiques et pas forcément majeurs. A titre d'exemple, d'origine argentine, Kouka DENIS a été l'une des muses d'YSL, elle a débuté le 22 janvier 1957, pour son premier défilé, à l'âge de 15 ans. Aujourd-hui, le secteur de la mode adolescente est en plein essor. Le 6 septembre 2017, les groupes Kering et LVMH ont annoncé l'adoption d'une charte de travail avec les mannequins qui vise à exclure la maigreur et la jeunesse extrêmes.

 

Pourquoi cette bande-dessinée est-elle toujours disponible à la vente et n'a t-elle pas fait l'objet de poursuites judiciaires au motif qu'elle favorise la corruption de mineur en vertu de l'article 227-22 du code pénal  :

« Le fait de favoriser ou de tenter de favoriser la corruption d'un mineur est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende ».

 

Pierre BERGE, outre sa tranche de vie en compagnie d'YSL, a été un grand soutien des socialistes depuis l'ère mitterrandienne. Il est le cofondateur et président de Sidaction depuis 1996, co-fondateur et ancien propriétaire du magazine gay Têtu, fondateur et président de la Fondation Pierre BERGE – Yves SAINT-LAURENT, et il est actuellement actionnaire du journal Le Monde et de L'OBS, avec Xavier NIEL (FREE) et Matthieu PIGASSE (Inrocks, Banque LAZARD). Il appartient à ce milieu gay, le lobby, tout à fait symptomatique de la décadence actuelle, celui qui a mené La France au mariage pour tous et qui va maintenant imposer sa « théorie du genre ». Il a bien entendu apprécié cette bande-dessinée et n'a pas cherché à en limiter sa diffusion voire à l'interdire.

 

Pierre BERGE est décédé le 8 septembre 2017 et les éloges funèbres du mecène d'YSL ont été plus nombreuses que les critiques. Tout ce qui était susceptible d'être dérangeant a été purement et simplement occulté, comme l'histoire de Fabrice THOMAS, ex-chauffeur et amant d'YSL. Ce dernier a été accusé par Pierre BERGE d'avoir volé plus de 300 dessins d'YSL. Or, selon Fabrice THOMAS, ces croquis lui ont tout simpement été offert par YSL lui-même et ils ont été signé de la main du couturier à son attention.

 

Pour les amateurs de cet art contemporain comme celui illustré par la bande-dessinée d'YSL et dont le message est la résonnance d'une régression, contribuant à banaliser toutes les formes de déviance, à la fois spirituelle, physique, sexuelle et psychique, il ne fallait pas rater le chef d’œuvre de Paul McCARTHY en 2014, situé sur la place Vendôme. Une sculpture gonflable, nommée « Tree », représentait un sapin à la forme équivoque qui se confondait à s'y méprendre à celle d'un sextoy (plug anal). Ou encore ne pas avoir manqué une sculpture gigantesque surnommée le « vagin de la reine » d'Anish KAPOOR, installée à Versailles en 2015, d'une longueur de 60 mètres pour 8 mètres de hauteur. Et, enfin, la splendide exposition, durant l'été 2015, organisée dans une salle de la Friche Belle de Mai, à Marseille, et programmée par l'association Dernier Cri. Deux allemands, Reinhard SCHEIBNER et Stu MEAD ont partagé leurs travaux, de nombreuses peintures illustrant explicitement des scènes de pédophilie, des relations incestueuses, sans parler de la zoophilie. Les toiles sont de nature explicites, imaginez le genre de discussions que cela peut provoquer, de l'art bien entendu. Une journaliste des Inrocks a pondu un article très décevant et stigmatisant sur ce sujet pour condamner, non pas l'exposition, mais les critiques à l'encontre de cette manifestation artistique, au prétexte qu'elles proviendraient de l'extrême droite. Aucun commentaire n'a été porté sur le contenu des tableaux à l'instar d'autres médias qui ont stigmatisé ceux qui osaient émettre des avis négatifs sur ces travaux « artistiques ». Aucun d'eux n'a su répondre à l'intérêt que pouvait susciter pareille représentation picturale chez le profane ou l'observateur averti. La vilaine Lulu s'inscrivait également dans cet art qui symbolise à lui seul le niveau de régression de notre civilisation. YSL a été un homme à la personnalité controversée et dont le parcours de vie n'est pas un modèle à suivre. Après tout, il n'était qu'un simple couturier mondain, ayant baigné dans un milieu pervers, décadent et dégénérescent, alors pourquoi vouloir s'évertuer à en faire un « génie », il n'était que du « schmuck et du pluck ».

 

 

Sources :

 

Valeurs Actuelles : « Le livre scandale d’Yves Saint Laurent », Cyril de BEKETCH, 24 juillet 2013.

Ouest-France : « Honfleur. Dans les pas de Françoise Sagan ''charmant petit monstre''  », Marie PETIT, 28 juillet 2017.

Ouest-France : « Dans les pas de Françoise Sagan  », Marie PETIT, 29 juillet 2017.

Le Parisien : « Roman Polanski : nouvelle accusation d'agression sexuelle sur mineure », 16 août 2017.

JDD : « L'excentrique Jacques de Bascher, amour de Karl Lagerfeld », Marie-Laure DELORME, 8 juin 2017.

Le Figaro : « Rumeurs de pédophilie : Jack Lang prêt à contre-attaquer », Flore GALAUD, 1 juin 2011.

ONU Comité des droits de l'enfant : Observations finales concernant les troisième et quatrième rapports périodiques du Maroc soumis en un seul document, voir pages 10 et 19, 14 octobre 2014.

Valeurs Actuelles : « Qui est vraiment Pierre Bergé ? », Valentin GOUX, 15 juillet 2010.

Madame Figaro : « Abus, drogue, anorexie : trois mannequins racontent l’envers du décor », Stéphanie O'BRIEN, 9 mai 2016.

Internet Babelio : https://www.babelio.com/livres/Saint-Laurent-La-vilaine-Lulu/287669

Internet Amazon : https://www.amazon.fr/Vilaine-Lulu-Yves-saint-laurent/dp/2732441678

Éditions de La Martinière : http://www.editionsdelamartiniere.fr/ouvrage/la-vilaine-lulu/9782732441672

Internet fondation Pierre Bergé Yves-Saint Laurent : http://www.fondation-pb-ysl.net/fr/Accueil-825.html à la rubrique archives en ligne, il est possible de lire plusieurs vognettes de La vilaine Lulu, ici pour les curieux http://webmuseo.com/ws/archives-pb-ysl/app/collection/expo/15 ATTENTION les vignettes sont des croquis triés sur le volet et déconnectés de leur histoire, pour ceux qui voudraient vraiment lire quelques planches de la BD il faudra vous rendre sur GOOGLE IMAGES et taper La vilaine Lulu, vous pourrez lire la romanesque histoire d'amour entre Lulu et le pompier en entier.

Les Inrocks : « La Friche Belle de Mai dans la ligne de mire de la fachosphère », Claire MOULENE, 1 septembre 2015.

ABC Espagne : « Kouka, la modelo que dio el primer martillazo al Muro de Berlín », Martin BIANCHI, 9 novembre 2014.

Vanity Fair : « La Vilaine Lulu, le surmoi diabolique d'Yves Saint Laurent », Constance DOVERGNE, 17 février 2012.

Elle : « Et Yves créa la mode », 10 mars 2010.

JDD : « Dans l'oasis d'Yves Saint Laurent », Eric MANDEL, 28 juin 2015.

Libération : « Des mannequins sans fard. Drogue, ''maquignonnage''... les pratiques rapportées par la BBC ne sont pas isolées », Marc PIVOIS, 4 décembre 1999.

Le Monde : « A Marseille, la Friche Belle-de-Mai harcelée par l’extrême droite », Gilles ROF, 4 septembre 2015.

Téléréma : « Boudé par Marseille-Provence 2013, un éditeur se rebiffe », Gilles ROF, 16 mai 2013.

 

 

FD FreeDemocracy

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.46/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

268 réactions à cet article    


  • Remontez au Comte de « Lu »signan et à l’Ordre de Martinistes.


    • FreeDemocracy FreeDemocracy 11 octobre 20:40
      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Bonsoir,

      La politesse, connaissez-vous ce concept ? 

      Mais encore, votre commentaire de quoi s’agit-il ? Serait-ce une éructation ?

      Merci de repasser quand vous aurez digéré, c’est tout aussi impoli et irrespectueux que votre manière de vous pointer de cette manière.

      Continuez donc à salir tous les articles des auteurs, vous devez avoir une vie siiii palpitante, siii exaltante, ça se sent, je vous envie, c’est quoi votre méthode ?


      merci

      FD





    • @FreeDemocracy


      La nuance, vous connaissez ? Votre monde est en noir ou blanc. Si tout était aussi simple. Les obédiences « religieuses » ont une face sombre et claire. Je suis plongée dans l’histoire des Félibres (qui sont liés à ma famille). Nous avons le devoir éthique d’en accepter toutes les versions. Lucifer a deux étymologies : satanique et porteuse de « lu »mière.

    • FreeDemocracy FreeDemocracy 11 octobre 21:19
      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Exaltant, nous voyons la lumière dans cette bande dessinée, elle est noire, rouge et la lumière oui, via la blanche couleur du papier.

      C’est ça la discussion ?

      Bon la lumière dans les assassinats, les enlèvements, les empoisonnements, oh quelle lumière, écoutez monsieur ou madame, vous avez envie de déblatérer des sornettes alors allez écrire un article car vous êtes proprement hors du sujet

      c’est la première fois que nous nous parlons, vos chers amis ont dû vous parler de moi, allez savoir, j’ai un truc pour rendre zinzin les gens comme vous, donc si ça vous atteint, vous risquez de me coller à vie.

      les gens comme vous, les gens... qui n’ont plus que rancœur à déverser.... regardez donc votre comportement à tous, j’aimerai vous avoir là en chair et en os juste pour voir à quoi ça ressemble en vrai...

      Suffit de voir Indelocalisable qui m’a bloqué mais il ose venir intervenir dans mon article, faut vraiment être de bonne consistance avec de tel profil... je n’ai encore bloqué personne moi, quelle charité n’est ce pas...

      mais ne me demandez pas d’argent, je veux bien être charitable mais j’ai mes limites tout de même.

      merci encore pour cette intervention tellement pertinente, j’en suis baba, on continue à faire mumuse ? allez 


      FD



    • @FreeDemocracy


      Je ne vous connais pas et votre ton me déplaît. Je me faisais une autre idée d’Agora.Vox. J’exprime simplement l’idée que le bien ne peut exister qu’en fonction du mal. Mais il me semble que cela dépasse votre niveau de formation informatique. Triste génération.

    • FreeDemocracy FreeDemocracy 11 octobre 22:03
      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      vous n’exprimez rien, je vous fait grâce de vous répondre et mon ton va devenir de plus en plus arrogant si c’est ce que vous recherchez, on essaie, sans aucun problème, le respect c’est donnant donnant.

      il n’apprécie pas mon ton dit-il, celui qui débarque sans un bonjour et pour écrire un commentaire hors sujet, quel comble, le ridicule ne tue pas et ce qui ne tue rend plus fort, vous devez être sacrément armé dans la vie non ? 

      serrez les dents, c’est bien, amusez moi encore freaks,

      merci 

      FD

    • @FreeDemocracy
      Je pense donc je suis mais ma personne n’a aucune valeur, seul le message prévaut, seule la pensée est transmissible.


      Je n’ai pas l’habitude de dire bonjour à un message, puisque votre personne n’a aucune valeur.

    • FreeDemocracy FreeDemocracy 11 octobre 23:28
      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      oh attendez, je prends mon parachute, nous atteignons des sommets de la réflexion, je veux être sur de ne pas m’écraser lamentablement...alors ne sachant pas quoi dire vous êtes allé chercher de l’inspiration dans ma description, vous m’aimez tant que ça ? bon en revanche le côté vil manipulateur c’était inutile, vous copiez donc là ma description mais que la partie qui sert votre intérêt, je vais la mettre en entière, vous m’excuserez, quant à la vôtre il n’y en a pas...


      rien
      rien
      que dire sur rien
      rien ?
      et je vous parle, je suis gentil non ?

      voici ma description (en noir le passage que vous citez puis le reste)

      « Je pense donc je suis mais ma personne n’a aucune valeur, seul le message prévaut, seule la pensée est transmissible. Peu importe qui, il y a des bons et des mauvais dans tous les domaines donc il ne m’apparait pas pertinent de me dévoiler plus que ça.

      Ma guerre des nerfs parce que l’ignorance est mère de la guerre, nous sommes tous frères d’une lumière mais on constate que la lumière est éteinte. Je souhaite que nous n’fassions plus les mêmes erreurs, c’est dur à dire mais... j’ai peur »


      (Claude M’Barali)

      ceci était donc ma description voyez-vous une différence entre votre assertion et ma description, oui ou non ? 

      merci

      FD


    • Garibaldi2 12 octobre 03:11

      @FreeDemocracy

      ’’elle se proclame « mutine » et son journal préféré est « PlayGirl », une analogie explicite à PlayBoy’’. Je ne comprends pas très bien le ’’une analogie explicite’’. Le magazine Playgirl est publié aux USA depuis 1973.


    • FreeDemocracy FreeDemocracy 12 octobre 05:04
      @Garibaldi2

      playgirl >>>>>>>>>> playboy

      playgirl fait référence à playboy 195x

      merci

      FD

    • Jean Keim Jean Keim 12 octobre 09:06

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Il est dans les habitudes de penser que le bien et le mal découlent l’un de l’autre, et pourtant le mal n’est rien d’autre que l’absence du bien, là où est le mal, le bien n’est pas ; le mal est un comportement inadapté, c’est à dire une réaction, le bien est simplement une action. 

      La religion et la philosophie n’enseignent pas sur le bien parce qu’il est inaccessible à la pensée.

    • FreeDemocracy FreeDemocracy 12 octobre 09:30
      @Jean Keim
      bonjour jean,

      est ce que la philosophie et la religion enseignent le fait d’appréhender le monde et son fonctionnement pour s’y adapter de manière adéquate ?

      c’est à dire sur agora vox, répondre au sujet de l’article dans lequel vous intervenez, à savoir la vilaine lulu et non répondre aux commentaires de gens qui vilipendent les articles des auteurs qui dénoncent certaines choses peu connues de l’opinion publique ?

      FD

    • Jean Keim Jean Keim 12 octobre 12:13

      @FreeDemocracy
      Décidément vous êtes toujours très directif, au sujet de la vilaine Lulu, le bien est absent de cette publication, voilà j’espère avoir donné un avis autorisé smiley


    • FreeDemocracy FreeDemocracy 12 octobre 12:38
      @Jean Keim

      Cher jean, 

      je subis depuis quelques jours des attaques personnelles de la part d’une dizaine d’individus, mettez vous à la place de l’autre, je ne suis pas un cas isolé ici... les articles sur Guevara ne ressemblent plus à rien par exemple... 

      si vous soutenez agora vox comme votre avatar le montre je pense que vous devriez soutenir aussi les honnêtes auteurs mais pas les gens nuisibles comme sur mon article, 100 commentaires pour combien de commentaires se rapportant à mon article ? 10 ?

      je n’y suis pour rien.... directif dans le sens où je demande aux gens d’arrêter de parler de moi ou de me manquer de respect ? ok alors... mais je demande ce que tout le monde demande, du respect.


      merci pour votre message,

      bien à vous,


      FD

    • Seudo 12 octobre 13:37

      @Garibaldi2

      L’album, La Vilaine Lulu, est publié en 1967.


    • Jean Keim Jean Keim 12 octobre 13:49

      @FreeDemocracy


      Mon cheminement personnel, ce que nous pouvons appeler un chemin de vie, m’a révélé une chose extraordinaire, d’une part la source de la majorité de nos problèmes est notre façon de penser et d’autre part le contenu de nos pensées n’est, de par sa nature même, jamais neuf, et c’est avec cet outil boiteux que nous essayons de marcher droit.
      La pensée navigue entre le passé qui est notre mémoire et le futur qui est imaginé, or la seule réalité est l’instant présent, la pensée est du temps qui se déroule dans un espace personnel, la plupart de mes articles et de mes commentaires tournent autour de cette aperception.

      Je vous souhaite un bonne après-midi.

    • Self con troll Self con troll 12 octobre 13:59

      @Jean Keim
      On avait remarqué.
      Par exemple, l’autre jour, le professeur Hamed aurait pu lire, au lieu de se croire dans la salle des profs et de chasser les trolls.


    • arcane arcane 11 octobre 19:08

      Interdire une bande-dessinée , encore une idée de grand démocrate ! smiley


      • FreeDemocracy FreeDemocracy 11 octobre 21:24
        @arcane

        bonsoir arcane le censuré (voir votre avatar actuel), y a de quoi rire... censuré... comment faites vous pour écrire le censuré ? vous nous expliquez cette exploit technique, ça m’intéresse plus que votre commentaire pour le moins impertinent.

        je crois avoir cité un article de loi pour étayer cette prise de position donc vous m’avez lu... quel effort... je vous en remercie.

        interdire une bande-dessinée faisait l’apologie de la pédophilie, oui, vous comprenez que l’héroïne à 8 ans et demi ? ça vous a échappé ?

        oh quel grand démocrate ah oui, je suis un père avant toute chose...

        merci

        FD



      • @FreeDemocracy


        Nous parlons dans le vide. Si vous aviez lu mes autres commentaires, vous sauriez que je me bats (déjà depuis cinq longues années) contre les LGBT, la GPA et la PMA. 

      • @Mélusine ou la Robe de Saphir.


        Amaury Grangil a porté plainte à la police parce que j’ai OSE suggérer sur son site que le « mariage homosexuel » est la cause du foutoir dans lequel nous nous trouvons. 

      • FreeDemocracy FreeDemocracy 11 octobre 23:36
        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Pardon ?

        Et pourquoi aurai-je été lire vos commentaires exactement ? dois-je lire les profils + commentaires de tous les utilisateurs d’Agora Vox, vous me prenez pour une machine ou quoi ?

        soyons un peu sérieux svp

        sinon le sujet ? toujours pas envie d’en parler alors tant pis, vous ne voulez pas causer retourner avec vos amis sur disons.fr...

        battez-vous, très bien mais que faites vous sur mon article au fait ? rappelez moi ? rien d’autre que le bazar...

        merci

        FD

      • arcane arcane 12 octobre 18:34

        @FreeDemocracy

        Très cher camarade citoyen FreeDemocracy,

        Concernant mon avatar et ma petite aventure, je vous ai déjà répondu ici et je ne vais pas me répéter.

        Et sinon désolé d’avoir fait une remarque en rapport avec l’article. Il faudrait que vous connaissiez Justine dans l’œuvre du Marquis de Sade et les infortunes de sa vertu.

        Pauvre domestique à peine pubère, si vous saviez tout ce qui lui est arrivée !!!
        Ce serait un bon début pour votre sainte croisade contre la littérature pour adulte et cela vous occuperait un moment.
        Ensuite je pourrais vous conseillez d’autres lectures, moins philosophiques , des BD pour adulte par exemple deux fois plus transgressive que celle en question.

        Mais en fait tel n’est pas pour vous le débat qui est bien plus politique qu’une ptite BD des années ’60.

        Vous êtes en mission de réinformation.

        Tel Tantale je crains que vous n’en ayez jamais fini...


      • Cadoudal Cadoudal 12 octobre 18:47

        @arcane
        Bien évidemment que tout cela est politique..
        Bien évidemment que nous n’aurons jamais fini...
        Mais parfois on a la satisfaction de voir que notre travail de veille sanitaire porte ses fruits...
        Et si on n’a pu sauver ne serait-ce qu’un seul gamin des griffes de ses salopards, et bien c’est déjà pas si mal..
        N’en déplaise aux bourgeoises « libérales » , il y a des limites à tout.

        Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Gilles Deleuze, André Glucksmann, Guy Hocquenghem, Bernard Kouchner, Jack Lang, Gabriel Matzneff, Catherine Millet, Jean-Paul Sartre, René Schérer et Philippe Sollers (
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Apologie_de_la_p%C3%A9dophilie


      • arcane arcane 12 octobre 18:55

        @Cadoudal

        Mais qui est ce « nous » ?

        Et cette liste d’auteurs, c’est pour un autodafé ?

        « Là où on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes. » écrivait Heinrich Heine


      • Cadoudal Cadoudal 12 octobre 19:36

        @arcane
        Nous ?

        Tous ceux qui par leur action ont œuvré à la défaite historique des pédophiles bien-pensants.

        Cette liste d’apologistes de la pédophilie n’est pas exhaustive, si vous voulez y rajouter votre nom, libre à vous...

        Autodafé ?

        Il me semble que vos amis font plutôt dans l’autocensure, le vieux Cohn Bendit est moins enclin maintenant à raconter ses aventures sexuelles...

        Peut-être sent-il que le fond de l’air est frais et que la grande majorité des citoyens n’aiment pas trop qu’on fasse mumuse avec leurs gosses au nom de l’écologie...

        Vous pouvez lire toutes les saloperies que vous voulez, le choix est malheureusement très vaste...

        Moi j’ai lu Sade, bof, je préfère de loin un bon San Antonio, je n’ai pas l’ambition d’appartenir a votre caste de cultureux malsains...


      • FreeDemocracy FreeDemocracy 12 octobre 21:08
        @arcane

        bonsoir,

        ouvrez vos yeux svp, pourquoi refuser, le message de Cadoudal est fort à propos en revanche.

        (le SADE j’ai posé un lien sur ce malade, taulard, friqué etc...)

        Cadoudal vous a mis un lien et une liste de noms signataire d’une pétition pour faire libérer 3 pédophiles en 1977 est-ce assez explicite, oui ce sont des porcs, une liste noire de malades déviants.

        ils militaient pour supprimer l’âge de la majorité sexuelle, purement et simplement, des bêtes assoiffées de chaire fraîche.



        GILLES DELEUZE est cité par AUDE ANCELIN dans son article nullissime sur les septs idées fausses sur les médias car je ne mâche pas mes mots, posté sur agora vox HIER.

        ici vous en saurez plus sur DELEUZE l’un des signataires de la pétition qui a aussi milité pour l’autre fou de JULES CELMA  si vous manquez d’informations.


        LA VILAINE Lulu n’est que le début... d’une suite d’articles sur ce thème et la protection de l’enfance.... Spartacus, coral, cries, toro bravo, le pasteur DOUCE, zandvoort, HUBERT VEDRINE domicilié chez le pasteur GLENCROSS à saint léger les vignes.... ? DUTROUX je fais court bref...


        JACK LANG son nom apparaît partout et dans de nombreuses affaires, COHN BENDIT est une purge... il a été saqué en Allemagne plus personne ne voulait de ce porc... etc etc frédéric Mitterrand a reconnu ces turpitudes sexuelles, un taré aussi... autant de tarés au pouvoir est ce normal ? je n’en dis pas plus...

        FD



      • arcane arcane 12 octobre 21:16

        @FreeDemocracy

        Pauvres de vous !

        Vos fantasmes de « nettoyage » des « anormaux » fait froid dans le dos...et comme vous arborez fièrement le logo du site en avatar je serais curieux de savoir si Agoravox cautionne cela.


      • arcane arcane 12 octobre 21:22


        ps : je viens de changer mon avatar en quelque chose de plus approprié pour ici smiley


      • Ne tombons pas dans le travers inverse en Fleur de LYS (YSL). Signé : Mafalda, la Mélusine contemporaine.


        • Pierre Bergé est décédé le jour de la naissance de la VIERGE et YSL le jour de la Saint Flour (Les armes de Saint-Flour se blasonnent ainsi : Parti d’azur et d’or semé de fleurs de lys de l’un en l’autre, à la bordure engrêlée de gueules. 


          • Robert Lavigue Robert Lavigue 11 octobre 19:58

            J’ai parcouru ce brouet d’un oreille discrète (sic).
            On dirait du Soral pour garçons-coiffeurs !

            Ça rendrait presque YSL et P. Bergé sympathiques... Était-ce bien l’effet recherché ?


            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 11 octobre 20:07

              @Shawford

              « Ché pas »

              Obscurantiste islamogauchiste d’extrême droate va !
              j’ai l’œil, coco !
              ...
              ..
              .
              ^^


            • Indelocalisable Indelocalisable 11 octobre 20:51

              @Robert Lavigue

              Exposé niveau 3ème diffamatoire.

            • FreeDemocracy FreeDemocracy 11 octobre 21:31
              @Shawford

              bonsoir, shawford,

              nous pouvons donc ajouter ce pervers de YSL à votre liste d’idole, j’en suis ravi pour vous, aimez vous être enfermé dans un placard par votre amant, vous aussi ? racontez nous !

              pratiquez vous le fist fucking également juste par curiosité car c’était le thème de l’une des soirées organisées par jacques de bascher, la passion dévorante d’YSL.


              à part cela cet article a été filtré depuis le 15 août 2017, screen à l’appui :

              version originelle dite hardcore = 44702 caractères
              version actuelle dite soft = 23 004 caractères

              conclusion, vous avez là une version profondément remaniée et édulcorée..

              merci pour votre message oh combien constructif comme d’habitude,

              FD


            • Indelocalisable Indelocalisable 11 octobre 21:45

              @Shawford
              Je pense qu’il prend son pied, là. ..


            • FreeDemocracy FreeDemocracy 11 octobre 23:54
              @Shawford

              encore l’ignorance crasse de shawford, le shawford avec ses multi-comptes, encore un amuseur...

              couiner ? ah bon ? très intéressant vos messages sinon avez-vous compris le concept du débat et de agora vox ?

              les invectives OUT auquel cas c’est un aveu de faiblesse et d’impuissance, vous êtes donc dans l’incapacité de formuler l’once d’une idée après avoir lu cet article alors vous pratiquez l’attaque ad hominem...enfin SI vous l’avez lu évidemment.



              Les faits d’armes d’un mort ? ah mais vous connaissez le concept de BIOGRAPHIE par exemple, ôtez moi d’un doute ? voulez-vous que je vous explique mon cher shawford car vous semblez un peu égaré pour le coup enfin c’est votre habitude, n’est-ce-pas ? est-ce que vous tenez le même discours avec les biographes ?

              What else ? Nothing more nothing less... please just go sleeping, thank you a lot dear freaks,

              merci

              FD

            • Osis Osis 12 octobre 06:39


               
              Vous remarquerez que je ne dis rien...

              Pourtant je vous ai lu presque jusqu’a la fin...

              Merci de vos efforts.
              Continuez, vous y arriverez.

               


            • Indelocalisable Indelocalisable 12 octobre 07:42

              @FD


              Au début j’ai cru que tu étais un pilier d’Agoravox. mais J’ai été surpris par ton intolérance et ton arrogance. Puis sont venus rapidement les insultes et les injonctions, sans parler des leçons de morale. Hier j’ai assisté à tes caprices pour la parution de ce texte, puis à nouveau des insultes destinées à tous tes interlocuteurs. Je t’ ai pris pour un vieux facho des familles, tu n’es en fait qu’un clown. Du coup personne ne lit tes textes, mais tout le monde rit devant ton agitation. Reprends-toi tout cela est à la fois ridicule et sans gravité.

              Cordialement

              L’indélocaisable


            • FreeDemocracy FreeDemocracy 12 octobre 09:10
              @Shawford
              bonjour,

              pas le temps de jouer à vos jeux inutiles, les gens avec du discernement seront consternés par vos interventions toutes H-S, c’est bien de pouvoir parler sans être bloqué, ne suis-je pas assez clément à votre égard pour vous permettre d’étaler encore et encore votre frustration dans mes articles, est-ce que vous êtes heureux ? vous ne me connaissez pas, cela prouve le degré de folie qui vous habite.

              bonne journée...

              FD

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès