• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > À la recherche de l’identité socialiste…

À la recherche de l’identité socialiste…

 Les mois passent et le constat qu’il était déjà possible de faire voici un an n’a fait que se confirmer. Loin de profiter à la Gauche, supposée incarner le retour de la régulation, la crise la laisse au contraire dans un été d’errance intellectuelle stupéfiant.
Cette situation n’est évidemment que le reflet d’un mal plus profond qui travaille nos partis depuis au moins 20 ans.

Les causes en sont connues mais il faut encore y revenir puisqu’elles ne suscitent toujours pas de réactions. Pour l’essentiel, le courant socialiste, en Europe et, plus particulièrement en France, est victime de son désintérêt, de son indifférence même, pour l’Histoire. Au rebours de leur tradition, les socialistes sont incapables de produire et même de rechercher une analyse critique de leur histoire pour en dégager des constantes, en corriger les erreurs, en tirer des leçons pour l’avenir. Il ne s’agit pas de citer (à défaut de relire) Jaurès, d’évoquer Blum ou Pierre Mendès-France pour s’en inspirer véritablement. La réflexion rétrospective sur les choix qu’ils ont dû opérer est seule, en effet, de nature à dégager les éléments constitutifs de notre identité politique, économique et sociale.

L’errance idéologique qui est la nôtre est le résultat de cette perte de repères qui nous conduit, dans le débat politique, face à une droite habile à brouiller les lignes et la communication, à nous agiter comme une guêpe dans un bocal, passant brusquement d’une option à l’autre, d’une déclaration à l’autre, sans jamais leur donner ni consistance, ni surtout cohérence.

Ce constat, je ne suis naturellement pas le seul à le faire : Vincent Duclert l’a bien énoncé dans La Gauche face à l’histoire (Le Seuil, 2009), prenant à la volée quelques exemples certes illustratifs mais insuffisants pour compenser le vide sidéral qui s’est instauré depuis des décennies. Que la solution à notre crise du moment trouve sa réponse dans une analyse critique de la chute du Mur et le défi que celui-ci a lancé à la Gauche européenne ; qu’elle suppose de retrouver le fil du débat interrompu entre marché et démocratie qui fût à l’origine du succès puis de l’échec de la social-démocratie, voilà une réalité qui ne s’impose pas d’elle-même. Il ne s’agit pas de céder à une quelconque nostalgie mais, au moment de reconstruire du neuf, de s’appuyer pour le faire, sur le socle constitué par ceux qui nous ont précédés.
 
C’est à cette tâche que j’invite les uns et les autres. Ouvrons le débat. N’hésitez pas à me faire part de vos points de vue, de vos observations. Que pouvons-nous encore dire de Jaurès et des grands débats qui l’ont opposé à Guesde ; de Bernstein et des défis qu’il a lancé à Kautsky ; d’Henri de Man et du pluralisme relayé par le groupe de la révolution constructive ; d’André Philip et de tous les courants autour de Daniel Mayer qui s’efforcèrent d’inventer un socialisme humaniste à la Libération ; de Pierre Mendès France et de sa République Moderne, mais aussi de la social-démocratie scandinave qui, dès les années 30 mettait en place une sorte d’état providence, ou d’Antony Crosland, auteur du dernier grand livre sur le mouvement socialiste (The Furure of socialism, 1956).

Alors, à vos plumes, à vos réactions, à vos suggestions. 

Gaëtan Gorce

Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 décembre 2009 11:01

    helas, le ssocialisme ne peut etre que nationaliste, et c ;est pour ca que Sarkozy est votre meuilleur allié.

    J’explique.

    Par quoi passe le socialisme ? Par une politique economique et sociale de cohesion et de reduction des inegalites notamment par le biais de relances keynesiennes.

    Concretement, les outils sont

    - des taxes elevées

    - un fort interventionnisme etatique ou au moins une forte regulation

    - des echanges limites avec l’exterieur, pour maximiser le multiplicateur keynesien et l ;imiter les pertes de type relance de 1981-1982 = des pauvres qui consomment du textile made in France et non pas made in Asia, et des riches qui roulent en Safrane made in Sandouville ou non pas en Porsche Cayenne made in Germany

    - un SMIC elevé (ou un revenu net disponible elevé grace aux transferts)


    +, non quantifiable, suffisamment de civisme pour que

    - les bobos ne refusent pas la mixite sociale en mettant leurs enfants dans le privé, dans les bons colleges publiques ou en sections speciales

    - la fraude aux services sociaux soit limitee

    sans parler des autres conditions

    - productivite du travail convenable

    - pyramide des ages ne faisant pas trop peser de fardeau fiscal et social sur les actifs.

    Nos voisins ont d’autres choix sociaux et fiscaux (les autoroutes sont gratuites en Belgique, la santé publique est non payante au Royaume Uni, l’Espagne ou la Suede n’ont pas de salaire mininal, le SMIC est a 1600 euros au Luxembourg etc) liés a leur histoire.
    Et les comptes publics et leur impact sur les menages sont nationaux.
    Conclusion : ettre socialiste = etre focalisé sur le national.

    Votre opportunite : la crise relocalise l’economie

    Votre risque : les francais votent POUR la mondialisation tous les samedis, chez Carrefour Auchan Leclerc, avec leur porte-monnaie

    De plus les francais sont egalitaristes ET elitistees en meme temps, il n’y a qu a voir notre systeme scolaire d’initié et les performances des fils et filles de profs a l’ecole.

    On peut donc conclure sans risque sur cette evidence : les francais NE VEULENT PAS DE LA FRANCE SOCIALISTE, ils veulent etre libres de choisir.


    • jacques jacques 4 décembre 2009 10:39

      Ma main invisible tu la veux ou ?
      Dans le respect de la laïcité tu pourrais faire tes prêches ailleurs !


    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 4 décembre 2009 11:47

      Jacques, je veux bien que vous commentiez ou pourquoi pas infirmiez les elements developpés ci dessus.

      cordialement


    • M.Junior Junior M 3 décembre 2009 11:07

      Il m’a toujours semblé que la gauche avait pour vocation de défendre les intérêts de tous et plus particulièrement des pots de terre. Une vision naïve mais pleine d’espoir.

      J’ai connu la gauche avec Mitterrand, je n’y connaissais rien, j’étais trop jeune. Les années se sont succédées, j’ai lu les livres d’histoires, j’ai écouté avec attention les politiques.

      D’un Jospin qui partira en retraite à la première défaite à une Aubry qui ne fera aucune déclaration sur les récents évènements médiatiques, je retiens que ces soi-disants représentants d’une idéologie avant-tout sociale, se sont tellement éloignés de notre quotidien. Ils m’inspirent plus de mépris que je ne pourrais avoir pour une droite décomplexée.

      La ferveur qu’ils ont à vouloir occuper chacun le premier rôle au lieu de s’unir pour défendre l’intérêt commun me laisse un goût trop amer pour que je puisse les défendre ou inciter mon entourage à voter pour eux.

      L’exemplarité serait leur salut mais toujours pour des querelles intestines, ils sont incapables de mettre en place une parité homme/femme ou d’avoir des têtes de listes représentatives du peuple français.

      Bien sur, il y a quelques jeunes élus issus de la « diversité » pour faire bien sur la photo et quelques « femmes » mais comment pourrions-nous adhérer à des personnes dont les actes démentent au quotidien le discours ?

      Quand ces politiciens qui occupent le devant la scène depuis trop longtemps accepteront de passer la main et de prodiguer leurs conseils avisés, la gauche pourra dire qu’elle est de gauche. Pour l’instant, ce n’est qu’un parti qui n’est même pas capable d’être dans l’opposition.

      Je serai encore plus déçu de les voir au pouvoir en 2012 qu’un Sarkosy et sa politique que je considère comme destructrice pour un pays qui s’appelait la France : Pays des Lumières.


      • Lapa Lapa 3 décembre 2009 15:31

        [...]Bien sur, il y a quelques jeunes élus issus de la « diversité » pour faire bien sur la photo et quelques « femmes » mais comment pourrions-nous adhérer à des personnes dont les actes démentent au quotidien le discours ?[...]

        bien plus que la mixité ethnique ou sexuelle, le problème de ce parti politique et de l’ensemble des partis politiques de gouvernement est la mixité sociale.

        Qu’une énarque beur remplace un énarque roux n’apporte rien sauf dans le paraître. Mais que nos politiques et décideurs ne soient plus tous issus de la même caste technocratique ou haute bourgeoise iraient déjà dans une représentativité accrue des sensibilités et couches sociales des citoyens.

        En ce sens ces partis ont déserté la défense du citoyen puisque totalement incapables d’empathie. leur méconnaissance de la vie quotidienne des français est effarante ; accentuant le divorce. La grande blague actuellement étant la peoplisation de la vie politique pour faire croire d’un rapprochement du système avec le peuple. A vomir.


      • M.Junior Junior M 3 décembre 2009 17:13

        @Lapa

        Je crois que l’ENA est une école magnifique qui est enviée par de nombreux pays. La formation reçue à l’ENA permet ces femmes à et ces hommes d’avoir les connaissances et compétences nécessaires pour agir et faire agir.

        En revanche que l’accès à l’ENA soit quasi impossible pour des jeunes issus des quartiers (sans distinction d’origine) me scandalise. Cette inégalité des chances dont la réponse aujourd’hui réside dans des ateliers Look 4 Job. Ces mêmes jeunes qui apporteront en plus leur histoire et leur espoir pourraient me semble -t-il accélérer nos adaptations nécessaires au lieu des conformistes savants que nous connaissons.

        Je me considère heureux de vivre dans un pays qui s’est construit avec succès par sa différence.
        De sa laïcité aux services que ce pays est capable d’offrir à tous sauf quand c’est une marionnette aux mains du CAC 40.


      • jacques jacques 4 décembre 2009 10:42

        J’entends toujours cette ritournelle que nos grandes écoles sont enviées à l’étranger ,mais pourrais tu citer des sources autres que celles des anciens élèves de ces écoles.Car rien en France ne permet de penser qu’on est mieux géré qu’ailleurs !


      • M.Junior Junior M 4 décembre 2009 12:23

        @Jacques,

        Nul besoin de sources supplémentaires. J’ai confiance dans les institutions et les écoles françaises. Je ne vais pas jeter le bébé et l’eau du bain. Aussi bien l’ENA, Polytechnique, Lécole des mines, des ponts & chaussées, etc ...dispensent des formations de qualité. J’ai plus une approche sociologique, ces outils d’émancipation et de rayonnement se doivent d’être toujours accessibles aux plus méritants et non aux mêmes milieux socio-professionnels. L’étude des catégories sociales démontrent que le système doit être amélioré. L’accès par la discrimination positive m’apparait plus comme une loterie nationale qu’un système égalitaire.


      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 5 décembre 2009 06:14

        Approche sociologique ne veut pas dire approche non rigoureuse, autant que possible, il me semble.
        Vous nous dites :
        1. l’ENA est une école magnifique
        2.L’ENA est enviée par de nombreux pays.
        3. que l’accès à l’ENA soit quasi impossible pour des jeunes issus des quartiers (sans distinction d’origine) me scandalise.

        le 1 est un jugement, pas un fait, le 2 un propos café du commerce et le 3 une opinion

        Desole mais Jacques pose une VRAIE question.

        Alors voila les faits :

        1. L’ENA est une ecole reconnue par aucun classement international, qui forme 50 personnes par an, et dont les diplomés, formés à l’administration publique, se retrouvent souvent en politique
        2 ces brillants diplomés sont à l’origine de certaines des plus grosses catastrophes economiques de France : affaire Credit Lyonnais avec Trichet, affaire Rhodia avec l’AMF qui couvre Breton, etc.
        3. Aucun chef d’entreprise du CAC 40 enarque n’a crée sa boite
        4. bien que l’ENA soit non payante et au contraire payée, comme Polytechnique, le recrutement est uniquement CSP + lis le bouquin La Fabrique des Enarques" de Jean-Michel Eymer 
        5. A l’etranger, il n’y a pas de grandes ecoles, il y a des universités qui forment à tout dont à l’administration publique. Les seuls pays qui ont des ENA sont en Afrique, paradis de la corruption de la fonction publique pour le moment.


      • M.Junior Junior M 5 décembre 2009 09:20

        Eleusis

        Je ne vais pas vous lancer un sujet de rédaction digne du Collège avec la maxime de Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » pour étayer mon propos.

        Vous évoquez la question de la réussite pour les énarques, il en est de même pour ceux qui ont fait un MBA.

        La question n’est pas dans qu’est-ce qu’apportent les savoirs par les plus grandes écoles mais qu’est-ce qu’il en ait fait de ces savoirs quand ils sont centrés dans les mêmes mains ?

        J’assume mon coté café de l’école du commerce. Je fais partie des Think Populo. Les Think tank appelé Thanks la monnaie me dépriment


      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 7 décembre 2009 05:14

        vous ne nous dites toujours pas sur quels criteres vous vous appuyez pour dire que l’ENA est une excellente formation.


      • M.Junior Junior M 8 décembre 2009 19:46

        Eleusis

        Je ne fais pas boire les ânes qui n’ont pas soifs


      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 décembre 2009 11:09

        Pourquoi Sarkozy est votre meilleur representant ?

        Passons les outrances dites bling bling et regardons le fond de sa politique, (meme si on pourrait aisement tracer une continuite entre le PS gauche caviar des annees 80, ses R25 et ses avions du GLAM, et Sarko. )

        Sarkozy n’a pas ete elu sur la promesse de creer un etat mininal laissant les gens se debrouiller.
        Il a vendu et survendu son intervention dans Alstom en 2004, il a promis de proteger, de rendre a la politqiue son pouvoir de changer les choses bref il a ete volontariste au sens politique du terme.


        Fin 2009 nous avons : la recentralisation, la pyramidalisation de la decision politique, le deficit accru qui a soutenu artificiellement la conjoncture et les ventes de voitures, le President de la Republique devenu chef de TF1, de la plupart des banques, et meme du RER.
        Bref un chef omnipresent, omnipotent, chef de guerre aussi, qui poursuit l’intervention en Afghanistan debutee par Chirac Jospin, un chef roi de la surveillance qui n’a pas aboli le FNAEG crée en 1999 (Jospin toujours !) et qui est OK avec Delanoe sur la video surveillance, le pass Navigo RFiD etc etc...

        Le style Sarko donne l’impression d’un manque de rigueur, mais ne nous y trompons pas (les liberaux ne se s’y sont pas trompé), Sarkozy est bel est bien un ultra etatiste dans la droite ligne de la France colbertiste qui a toujours cru en l’Etat, souvent plus que moins.


        • Lorenzo extremeño 3 décembre 2009 15:12

          « et même du RER »  ! ! !

          ça fait tellement de bien d’éclater de rire merci ! ! !


        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 décembre 2009 15:21

          Riez donc

          http://www.lejdd.fr/JDD-Paris/Actualite/Lepetit-91930/

          Sarkozy va JUSQU A S’OCCUPER DU RER A


        • Le péripate Le péripate 3 décembre 2009 11:17

          Comme j’aimerais vous donner raison. Mais dans le meilleur des cas, ce « libéralisme » est le même vague ragout étatique où surnagent les vieux croutons Fisher, Keynes et Friedman. Du néosocialisme.


        • Philippe D Philippe D 3 décembre 2009 11:18

          Et vous préconisez Quoi, Où, Qui ???
          Parce qu’une fois qu’on a dit cela, genre Blanc bonnet et bonnet blanc.....


        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 décembre 2009 11:20

          avec seulement la moitie des menages qui paient L’IRPP, des transferts massifs des actifs vers les inactifs, 44% fu PIB etatisé, difficile de parler d’economie liberale.

          UMP et PS (« UMPS ») ont en realite migré vers le meme socialisme oligopolistique de marché qui officie en Chine (ou aux Etats Unis depuis le krach de 2001).


        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 décembre 2009 11:21

          Alternative Liberale, le retour a une politique liberale et qui redonne enfin a l’individu la liberte de choix, de sa vie notamment.


        • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 3 décembre 2009 11:22

          Le problème n’est pas l’abandon du marxisme et la conversion au libéralisme, mais que cela se fasse sans explications au grand jour ; le trotskysme masqué de Jospin a ajouté au malaise.


        • abdelkader17 3 décembre 2009 11:25

          @Philippe Renéve
          Salut
          Dsk est un libéral de gauche,un hybride partagé entre sa foi inébranlable dans le marché et son socialisme d’opérette, tout comme l’increvable Alain Minc, celui là même qui se présente comme le dernier marxiste de France.
           hahaha Ils sont comiques les clowns qui nous gouvernent.


        • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 3 décembre 2009 11:34

          Le PS n’est plus à gauche, et l’UMP n’est plus à droite.

          C’est un effet pervers de la démocratie qui exige pour être élus de rassembler plus de 50 % des électeurs (théorème d’Arrow) et donc de gouverner au centre.


        • Philippe D Philippe D 3 décembre 2009 11:35

          Philippe Renève,

          Hélas, ce n’est pas parce qu’on constate une catastrophe qu’on sait comment l’éviter. Ce n’est qu’en faisant prendre conscience à tous les gens de gauche de cette impasse qu’on arrivera à en sortir.

          Voyez-vous d’autres issues ?

          Pas aussi négatif que vous sur la catastrophe.
          Que le PS accepte sa mue, et qu’ainsi nous puissions avoir régulièrement de l’alternance.
          Cela permettrait au moins de renouveler périodiquement les hommes (ou femmes).
          Pour le reste la conduite des grands pays est probablement peu ou prou la même, quelque soit l’équipe au pouvoir. Les équilibres sont trop fins pour pouvoir accepter des forts coups de volant.


        • ZEN ZEN 3 décembre 2009 11:50

          Philippe D
          Si l’on accepte comme postulat les règles de l’ultralibéralisme (les oukazes de l’OMC, par ex..) les « équilibres sont trop fins », effectivement
          Voter Républicain ou Démocrate, c’est kif kif (ou« bonnet blanc... », comme disait Poher)
          Bientôt ce sera notre seul choix, avec affaissement démocratique, comme chez Sam
          A moins que...


        • Philippe D Philippe D 3 décembre 2009 11:57

          A moins que ?


        • ZEN ZEN 3 décembre 2009 12:02

          A moins que..

          Un vrai new Deal démocratique
          Suite à l’effondrement du système qui s’annonce...
          Mais je ne suis pas Mme Soleil smiley


        • ZEN ZEN 3 décembre 2009 12:31

          "Alternative Liberale, le retour a une politique liberale et qui redonne enfin a l’individu la liberte de choix, de sa vie notamment."

          Tout à fait , comme dirait Hayek et les Chicago Boys
          Merci Pinochet !


        • Philippe D Philippe D 3 décembre 2009 13:51

          Zen,

          Suite à l’effondrement du système qui s’annonce...

          N’auriez-vous pas tendance à le souhaiter ?
          Et qu’en savez-vous des conséquences d’un tel effondrement ? Positives, négatives ?
          L’accouchement d’une telle crise ne produirait sans doute pas le bel enfant tout rose que vous souhaitez.

          Il me semble préférable d’oeuvrer à ce qu’il ne se produise pas et à réformer ce qui doit l’être.
          Pour cela il y a besoin de pouvoir changer les équipes dirigeantes régulièrement, donc à trouver un système qui permette cette alternance.

          Que le PS abandonne ses vieilles lune !


        • ZEN ZEN 3 décembre 2009 13:57

          Philippe D
          Je ne suis pas catastrophiste
          Mais j’écoute certains économistes comme Jorion et Krugman

          Re : je ne suis pas Mme Soleil
          Et comment sauver un système qui refait les mêmes erreurs ?
          et un parti qui suit les mêmes voies néfastes que celui de Craxi en Italie


        • Philippe D Philippe D 3 décembre 2009 14:02

          C’est l’homme qui fait, qui refait et qui refera les mêmes erreurs.
          Vous pourrez changer le système, à moins de remplacer l’homme par quelque chose d’autre, il reproduira toujours les mêmes erreurs.


        • Papybom Papybom 3 décembre 2009 14:09

          Monsieur abdelkader17,

          Attention à vos propos  : «  foi inébranlable… » En parlant de DSK  !

          Nous avons des jeunes lecteurs…

          Cordialement.


        • ZEN ZEN 3 décembre 2009 14:12

          Philiipe D
          Ah bon !
          C’est aussi ce que dit ma concierge...
          Un peu court comme analyse politique


        • Philippe D Philippe D 3 décembre 2009 14:20

          Vous devriez un peu plus considérer votre concierge qui m’a tout l’air d’avoir des avis plus intéressants que votre jugement un poil méprisant.


        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 décembre 2009 14:47

          L’UMP n’est en tout cas pas liberale, ni economiquement, ni socialement


        • ZEN ZEN 3 décembre 2009 14:55

          Mais !
          J’aime bien ma concierge !
          Qu’avez-vous contre les concierges ? smiley


        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 3 décembre 2009 16:25

          Par ZEN (xxx.xxx.xxx.49) 3 décembre 12:31

          « Alternative Liberale, le retour a une politique liberale et qui redonne enfin a l’individu la liberte de choix, de sa vie notamment. »

          Tout à fait , comme dirait Hayek et les Chicago Boys
          Merci Pinochet !


          ZEN, pensez vous que nos voisins et amis allemands se reclament de Pinochet ? Alternative Liberale se reclame exactement du corpus du FDP http://www.alternative-liberale.fr/index.php/index.php/internet/europe-1-alternative-liberale-salue-le-score-du-fdp.html

          Le programme du Freie Demokratische Partei FDP en 5 points clefs http://www.fdp-bundespartei.de/

          - plus de net du brut (c’est-à-dire : plus de revenus nets après la déduction des impôts

          du revenu brut avant la déduction des imp

          - plus de liberté en renforçant les droits des citoyens

          - plus de formation pour plus de perspectives à l’avenir

          - plus de concurrence et moins d’idéologie dans la politique de l’environnement

          - plus de confiance par un dialogue international.


          source http://www.deutschlandprogramm.de/files/1219/Wahl-frz.pdf

          Et le programme d’Alternative Liberale

          - moins d’impots et moins d’Etat
          - plus de libertes civiles au profit de l’individu
          - plus de concurrence


        • jacques jacques 4 décembre 2009 10:51

          @ eleusis si tu pouvais ne pas polluer le forum avec tes prêches ,c’est fatigant à la fin , mets un lien vers ton église ça suffira amplement.
          Tu me fais regretter le temps des moinssages ou l’on pouvait avec son vote réduire un post.


        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 4 décembre 2009 11:41

          donc pour vous, utiliser ma liberte d’expression, sans insulter personne = polluer ...

          je ne peux pas laisser dire des betises du type Alternative Liberale se reclame de Pinochet. AL a le meme programme que le FDP Allemand.

          Vous avez le droit de ne pas etre d’accord avec le FDP bien sur, mais je ne me permets pas d’accuser Mr Gorce d’avoir le programme du PCUS ou de celui de Coree du Nord.



          • caramico 3 décembre 2009 11:22

            Les petits échanges avec l’UMP, et que je te prète un Lang, et que je te free-lance un Rocard, plus les pourris genre Besson et j’en oublie font que la frontière UMP-PS est de plus en plus inexistante.
            Sur le social, plus de 50% des revenus des ménages français partent en frais fixes, dont la plus grosse part est le logement : A quand un engagement fort en cas de retour aux affaires, sur le logement social ?

            Autre sujet auquel je suis sensible :
            Absence totale de prise de position unanime sur l’International, l’engagement en Afghanistan, la défense du « pot de terre Palestinien » et donc la condamnation du gouvernement Israélien, le rejet de la politique guerrière des USA, qui se perpétue avec le ridicule prix nobel de la paix Obama qui pratique l’escalade guerrière sans que ça n’émeuve pas plus le PS que nos médias aux ordres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires