• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Espagne : le compte à rebours a commencé

Espagne : le compte à rebours a commencé

« Je ne suis pas anti système, le système est anti moi » ; « Banquiers plein de fric, citoyens indignés » ; « Mai 2011 le peuple parle : nous cherchons la solution que “ les politiques ne nous donnent pas ” » Ces trois slogans parmi d’autres, criés par les Espagnols qui se mobilisent de plus en plus dans les rues et sur les places de Madrid, résument particulièrement bien le désarroi des opinions européennes, en particulier dans les pays dit « périphériques » qui se heurtent à de colossales difficultés d’endettement.

Depuis des mois, je n’ai cessé - dans des interventions à l’Assemblée et lors de manifestations nationales organisées par DLR, mais aussi dans le livre « l’arnaque du siècle » que je viens de publier - de mettre en garde les dirigeants européens sur l’impasse de la politique économique et sociale menée en Europe.

Si aujourd’hui le peuple espagnol se réveille, ce n’est pas par hasard. C’est la conséquence directe de la politique d’austérité décidée par le gouvernement Zapatero sous l’influence, pour ne pas dire l’oukase, de l’Allemagne et de l’oligarchie de Bruxelles.

Une politique d’autant plus insupportable qu’elle est à la fois inefficace et injuste.

Inefficace, car on n’a jamais vu un plan de rigueur fonctionner quand la monnaie est surévaluée et empêche la reprise de la croissance. L’Argentine alignée sur la zone dollar s’y est essayée en son temps pour aboutir à la ruine, avant de se résoudre enfin à dévaluer sa monnaie et restructurer sa dette. Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que son économie a pu redémarrer, l’emploi repartir et l’espoir de sa population renaître.

Il en va exactement de même pour la Grèce, l’Espagne, le Portugal et bientôt l’Italie et, au-delà, la France. Seule la sortie de l’euro permettrait à ces pays de retrouver leur compétitivité et d’offrir une perspective à leur jeunesse.

La révolte populaire espagnole s’explique aussi par l’injustice de la politique menée aujourd’hui. Au-delà du chômage de masse et de la baisse du pouvoir d’achat, c’est la dignité des citoyens qui est atteinte. Car au moment où l’on demande toujours plus d’efforts au peuple, une petite minorité se nourrit de privilèges toujours plus importants, les banques offrent à nouveau des bonus mirobolants aux traders, les grands patrons s’arrogent des salaires exorbitants.

On comprend dans ces conditions la colère du peuple espagnol qui sait que les plans mis en œuvre ne serviront à rien et le condamnent à toujours plus de souffrances. Ce qui est nouveau, cependant, c’est qu’aucune force politique n’a été capable de s’extraire de cette dépendance psychologique et financière à l’égard des nouvelles puissances. La classe politique a été absorbée, achetée par une classe dirigeante aveugle, sourde et totalement cynique.

La rue reste le seul exutoire. Ce qui se passe en Espagne devrait faire réfléchir les dirigeants européens, les obliger à renoncer à leur dogme. Mais en sont-ils seulement capables ?

Le compte à rebours a commencé. A nous, pour ce qui concerne la France, de lui offrir une vraie issue politique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (107 votes)




Réagissez à l'article

136 réactions à cet article    


  • Roosevelt_vs_Keynes 24 mai 2011 12:47

    Nicolas Dupont-Aignan « ne tient pas à critiquer Marine Le Pen car elle vulgarise des thèmes de campagne qui sont les miens. Elle n’est pas mon adversaire ».

    Source


    • fwed fwed 24 mai 2011 14:22

      Quels sont les thèmes de campagnes dont parle NDA ?
      Pensez vous que si Madame Lepen parle d’un thème il doit être abolit de la sphère de discussion publique ?


    • Roosevelt_vs_Keynes 24 mai 2011 14:54

      @ Fwed

      NDA ne s’attaque pas à l’ennemi, frontalement, publiquement, sans relâche et avec le caractère que nécessite la période dans laquelle nous sommes.

      Dans son article, rien sur l’ennemi - La City de Londres et Wall Street. Rien sur le Glass-Steagall.

      Seulement des phrases vides du type : « Seule la sortie de l’euro permettrait à ces pays de retrouver leur compétitivité et d’offrir une perspective à leur jeunesse. » Ca me fait penser à Bayrou en 2002 qui s’exclamait : « Il faut laisser respirer l’économie ! » Ca ne veut rien dire mais ça a de la gueule, c’est tout.

      D’ailleurs, à l’automne 2010, NDA demandait lui-même publiquement conseil à Jacques Cheminade sur la manière dont il fallait aborder l’époque historique que nous vivons. C’est ici à 2’05’’40’’’


    • Claude Hubert rony 24 mai 2011 17:48

      Prendre conseil chez Cheminade... c’est osé et être perdant d’avance.


    • melody vers melody vers 24 mai 2011 18:58

      Seule la sortie de l’euro permettrait à ces pays de retrouver leur compétitivité et d’offrir une perspective à leur jeunesse.
      Je ne suis pas d’accord, c’est tout le système qui est à repenser de fond en comble, l’euro n’est que le symptôme de la pansée néolibérale qui sévit en UE depuis 30 ans.
      Il faudrait au minimum, pour sortir du marasme actuel :
      - séparer les banques de dépôt des banques spéculatives (Glass-Steagal ACT)
      - rendre la BCE responsable devant le Parlement Européen, ses missions étant étendues à la lutte contre le chômage et la protection des Européens (taxation des produits hors UE sur base sociale et environnementale)
      - harmoniser la fiscalité, les normes environnementales et sociales dans l’UE (en attendant revenir à une monnaie commune comme l’était l’écu pour permettre les dévaluations dans les pays qui sont gênés par l’euro fort)
      La sortie de l’euro n’arrangerait que les Américains qui comptent ainsi rester la seule monnaie de réserve au niveau mondial (Dupont Aignan est-il un agent de la CIA lol ?)
       


    • Croa Croa 24 mai 2011 22:32

      « Madame Lepen parle d’un thème il doit être abolit de la sphère de discussion publique ? »

      Il n’y a pas de droits d’auteur pour les idées politiques en effet.


    • Roosevelt_vs_Keynes 24 mai 2011 23:35

      @Melody vers

      Le Glass-Steagall Act implique le retour de l’émission de crédit productif public par des Etats-nations souverains. On ferme la BCE : plus besoin de cette bad bank européenne.

      Le Glass-Steagall n’est pas un truc technique en soi, c’est simplement ce qui permettra de lancer l’Alliance des Quatre Puissances, rendant possible des grands projets d’équipement de l’homme et de la nature, tels le NAWAPA ou le Transaqua ou le Pont Terrestre Eurasiatique


    • Jean Lannes Christopher Lings 24 mai 2011 13:03

      Félicitation Monsieur Dupont-Aignan. Vous devriez publier vos articles sur AgoraVox plus souvent ! Ce site est un formidable moyen de communication pour ceux que l’on entend pas assez souvent.

      Amitiés, Chris.

      > Le bréviaire des patriotes


      • goc goc 24 mai 2011 14:41

        @ christopher
        Félicitation Monsieur Dupont-Aignan. Vous devriez publier vos articles sur AgoraVox plus souvent !

        ce qui serait surtout bien, c’est que Mr Dupont-Aignan vienne ici non seulement pour poser ses articles mais aussi pour participer au débat après l’article.


      • nasko 24 mai 2011 16:52

        Genre « -T’as pas cent balles ?! »


      • Jean Lannes Christopher Lings 24 mai 2011 19:23

        @goc

        C’est vrai aussi ! Asselineau le fait lui


      • flesh flesh 24 mai 2011 19:39

        Est-il au courant que ses articles sont postés sur Agoravox ?


      • Croa Croa 24 mai 2011 22:45

        Quelque part, un auteur qui ne répond pas sur le forum, se place très au dessus de ses lecteurs. Certains se sont ainsi fait allumer grave et ils l’ont bien cherché !

        Ceci dit, nous comprendrons toujours un auteur débordé et une réponse globale sera toujours la bienvenue, même trois jour après publication... Donc attendons ! smiley


      • HELIOS HELIOS 24 mai 2011 23:00

        Peu importe les idées de Mr Dupont-Aignan... même si on est d’accord sur le fond avec lui, il n’en reste pas moins un rustre, sans aucun savoir vivre.

        Il fait partie de ces personnages qui serre la main a quelqu’un en detournant son regard ailleurs... il ecrit (ou fait ecrire, le doute existe) un article sur Agoravoix et ne prend pas la peine de repondre a ceux qui le commentent demontrant ainsi sa meconnaissance des regles d’internet (et de la politesse), un beau futur si par hasard il arrivait au pouvoir.

        Il fut un temps où une certaine sympathie allait vers ceux qui se rebellent contre un systeme broyant les gens, mais en fait, la realité a bien vite effacé la candeur. Dupont-Aignan est simplement le même que les autres, vaniteux et imbu de lui-même au point qu’il ne s’abaisse a repondre... c’est en fait un Sarkozy sans en avoir l’envergure ! Lamentable.

        il ne merite pas le temps passé par tous ceux qui ont lu son texte et repondu,.. il y a des limite a l’acceptation de ce mepris qu’ont tous ces intervenants politiques, qu’ils soient ou ne soient pas elus, bref encore une fois c’est un manque de respect et une atteinte a la dignité des internautes et des français en general puisqu’ils ne sont pas suffisament importants pour justifier une réponse...

        j’ai, de plus, bien d’autres mots plus vulgaires qui me viennent a la tête en pensant a lui, je m’abstiens.

        Bonne nuit a tous.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 24 mai 2011 23:03

        Dupont-Aignan a déjà répondu à cette question sur Agoravox. Ce qui ne justifie pas ce long silence de plusieurs mois depuis sa dernière intervention :

        « Merci pour vos nombreux commentaires auxquels je n’ai matériellement pas le temps de répondre dans le détail.

        (...)

        Plus généralement je lis tout les commentaires postés dans mon blog (la nuit) même si ces derniers temps je n’ai pas trop eu le loisir de répondre, pour ce qui est de ma participation à Agoravox, la publication de chaque tribune donnera lieu à une ou plusieurs participations de ma part dans le fil des commentaires.

        Mais comme je tiens particulièrement à répondre moi-même et que mon agenda est ce qu’il est, l’interactivité du fil sera forcement d’une qualité inférieure à ce que certains d’entre vous peuvent attendre et je vous prie de bien vouloir m’en excuser.

        Nicolas Dupont-Aignan »

        Lien.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 25 mai 2011 01:27

        Quoi qu’il en soit, c’est toujours intéressant de le lire.


      • HELIOS HELIOS 25 mai 2011 10:08

        a mr Peachy Carnehan :

        Comment appelez vous, svp, quelqu’un qui s’adresse a vous, et qui ignore votre réponse ?

        C’est un muffle, un mal poli, et helas un politicien ! Il n’est pas question d’emploi du temps ou quoi que ce soit d’autre, s’il n’a pas le temps d’ecouter ce qu’on lui dit il n’a qu’a se taire.

        Il y en aura bien d’autre pour ecouter ce que les citoyens, tous les citoyens, leurs diront... du balai... et pourtant on aurait bien besoin d’une repbublique revisitée, globalement telle qu’il la decrit, mais SANS LUI. Il represente un modele d’homme, au moins dans sa communication, qu’on ne veut plus.


      • J-J-R 25 mai 2011 13:23

        plusieurs capitales européennes, organisent des manifestations de soutien aux jeunes espagnols, comme le mouvement « réelle démocratie » à Paris. Celle-ci appelle depuis vendredi à un rassemblement tous les soirs à 19h place de la Bastille.


      • Alpo47 Alpo47 24 mai 2011 13:31

        Certains, comme M Dupont Aignan portent effectivement des idées qui vont dans la bonne direction. Mettre fin au pillage de nos pays, à la paupérisation du plus grand nombre pour la satisfaction d’une toute petite minorité.
        Le problème que nous avons, c’est qu’il faut se poser la question : Peut on leur faire confiance ? Qu’ont ils fait auparavant ? Sont ils des « sous marins » des grands partis pour « draguer large » ?
        Je n’ai pas la réponse.

        Lorsque l’auteur nous dit que le pouvoir appartient maintenant à nous tous, au travers de la rue, il va toutefois dans la bonne direction. Cette « révolte citoyenne » est effectivement notre porte de sortie du système.


        • Cocasse Cocasse 24 mai 2011 13:34

          Mouais, on en parle pas beaucoup dans les « médias ».
          Normal, chez eux, la révolution, c’est rigolo quand c’est loin. La liberté doit rester un doux rêve utopiste qui n’arrive qu’ailleurs. Mais si cela s’approche, gare, on fait comme si de rien n’était !
          Oulah, ici aussi le peuple veut reprendre ses droits et se débarrasser de la classe parasite, celle qu’il a à charge, et à qui il verse des allocations indécentes.


          • robin 24 mai 2011 14:15

            J’attends comme une révélation redoutable mais indispensable, le moment où nos soit-disant républiques démocratiques vont bientôt tirer dans le tas comme des Khadafi ordinaires pour sauver les fesses de leurs employeurs les banksters.


            • Traroth Traroth 24 mai 2011 14:20

              Une politique de droite est impossible à assumer face à une majorité d’électeurs. Elle conduit systématiquement à la défaite électorale.

              C’est pourquoi on voit les politiques de droite faire campagne sur des thèmes de gauche, campagne électorale après campagne électorale, bien qu’ils fassent ensuite une politique de droite, mandat après mandat.

              C’était le cas de Chirac (« fracture sociale »), c’est le cas de Sarkozy. Je n’ai pas l’impression que Dupont-Aignan, politique de droite faisant campagne sur des thèmes de gauche, fasse exception, pas plus que Le Pen. On sait à quoi s’attendre s’ils d’aventure ils étaient élus, si on a deux grammes de jugeote...


              • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 24 mai 2011 15:28

                Pourquoi se contenter la droite alors que la « gauche » fait pareil ?
                Partisan ?
                Ah oui pardon,au moins avec la « gauche » on a droit à un peu de vaseline........


              • ffi ffi 25 mai 2011 16:08

                Le truc c’est de bien faire la distinction entre la stratégie proposée par les partis et le but qu’ils clament.

                Des intentions correctes basées sur une stratégie erronée, ne vaut pas mieux que des buts incorrects basée sur des stratégies correctes : dans les deux cas, l’on parvient à des résultats faux. Parfois même, des buts incorrects, mais basés sur des stratégies incorrectes ont des résultats heureux...

                C’est un peu l’histoire de l’UE : tout ceux ayant clamé l’UE comme meilleure stratégie pour parvenir à une prospérité économique se sont bien trompés, et ils ont trompé le peuple ! Au final, nous voilà pris dans une crise économique intense.

                Le but affiché : la prospérité. Le moyen : l’UE. Le résultat : l’appauvrissement généralisé...

                C’est pas parce qu’un con a des bonnes intentions qu’il faut lui reconnaître unilatéralement la capacité d’y parvenir.

                Il faut donc juger la pertinence d’une politique proposées non seulement aux intentions affichées, mais surtout à l’absence d’idée fausses dans la stratégie pour y parvenir.

                La gauche, du fait de son internationalisme s’en remet d’instinct au principe d’avoir des institutions mondiales, ou supranationales, pour résoudre les problèmes contemporains du pays. Or, les « institutions mondiales » actuelles (OMC, FMI, Banque mondiale, UE, OMS) sont complètement noyautées par les multinationales bancaires ou industrielles. Par conséquent, par le réflexe de sa stratégie d’internationalisme prolétaire, la gauche s’en remet ... aux multinationales, ceci pour libérer les prolétaires des ...multinationales...

                Cherchez l’erreur...

                La solution contemporaine, vu l’état des institutions mondiales, qui ne visent plus à libérer les peuples, comme en 1945, mais à les mettre au diapason de l’Empire financier, est donc un rétablissement des instruments politiques de gestion de l’économie au niveau national : ce niveau ayant disparu, il n’est noyauté par personne.

                La solution contemporaine est donc à un retour à la souveraineté. Solution que ne peut envisager la gauche, malgré ses louables intentions.

                Comme on dit souvent : L’enfer est pavé de bonnes intentions et le diable est dans les détails...


              • Traroth Traroth 27 mai 2011 12:15

                @Mr.K : En ce qui concerne le PS, vous avez raison, et je le dénonce assez souvent moi-même. Mais d’une part, le PS ne représente pas toute la gauche, d’autre part, il me parait moins illusoire de chercher à pousser le PS à mener une politique de gauche que l’UMP, puisque c’est bien ce que tout le monde veut, finalement. Une politique de justice sociale et de solidarité. Les valeurs de la gauche sont liberté, égalité, fraternité. La droite, c’est le contraire : flicage, inégalité, individualisme.


              • criticaldistance 24 mai 2011 14:24

                excellente intervention hier matin aussi

                que NDA et F. Asselineau créent une alliance


                • Ronald Thatcher rienafoutiste 24 mai 2011 14:30

                  Le chaos et le chahut profitent aux malfaisants...
                  la droite libérale corrompue a remporté les élections des régions dimanche, où le taux d’abstention fut de 33.77% !!!
                  Appeler à ne pas aller voter pour la pieuvre de la finance mondialisé ou la gauche schizophrène, et finalement laisser les clefs des régions à leurs sbires, c’est un vrai travaille de révolutionnaire facebook, totalement déconnecté des réalités...


                  • goc goc 24 mai 2011 14:37

                    De toute façon, il n’y a pas 36000 solutions, il faut commencer par renégocier toutes nos dettes, en particulier annuler les intérêts des emprunts, voir même annuler certains emprunts, et remettre un peu d’inflation pour remonter les salaires et remettre l’immobilier à sa juste valeur (et faire sauter la bulle immobilière.

                    enfin à plus long terme, fermer les bourses spéculatives, et passer des contrats cadres (avec prix fixes pendant 5 ans) avec les pays producteurs de matière première, en particulier les pays en voie de développement


                    • Roosevelt_vs_Keynes 24 mai 2011 14:57

                      La procéudre Glass-Steagall fera encore mieux : elle redonnera aux Etats-nations l’émission de crédit productif public.


                    • platon613 25 mai 2011 12:04

                      Faut lire ça 

                      Vive les banques, à bas les Grecs !

                      La Grèce ploie sous un fardeau insupportable de prêts accordés généreusement par des banques. Dès que l’on ose parler de restructuration, c’est un tollé général. C’est les pertes des banques qui sont l’unique obstacle devant une restructuration. Il vaut mieux faire ployer la Grèce sous le poids de sa dette, étrangler son économie et bloquer sa croissance par un plan de rigueur brutal...

                      http://www.news-26.com/econmie/574-vive-les-banques-a-bas-les-grecs.htm

                       

                    • Assurancetourix Assurancetourix 24 mai 2011 14:48

                      La revue de presse internationale de Cécile de Kervasdoué du mardi 24 mai 2011 :


                      C’est un peu comme de regarder au ralenti sur un écran ...sa propre voiture qui fonce vers son propre accident
                      Le spectateur à 10 /10 à chaque œil... il voit parfaitement bien ce qui va lui arriver mais ça n’empêche pas l’accident de se produire ... ça ne réduit pas la douleur
                      C’est avec cette image que le Guardian britannique choisit ce matin d’ouvrir son éditorial
                      une image qui veut illustrer ce dont la presse internationale finit enfin ce matin par prendre la mesure alors que cela fait plus de 8 jours qu’il se passe quelque chose de très important en Espagne...
                      ce n’est pas une simple série de manifestations... pas un simple soubresaut de la société espagnole contre les mesures d’austérité... écrit le Gardian...c’est beaucoup plus large que cela... ce qui se passe en Espagne, ne doit pas être ignorer : ce mouvement du 15 mai, des indignés ou de la démocratie réelle traduit durablement le désenchantement, la désillusion, autant que le rejet de la manière dont la politique est menée dans nos démocraties occidentales... car aujourd’hui la politique ne se fait plus dans les parlements prévient le Guardian ... elle se fait dorénavant ailleurs... sur la toile ou sur la place publique.... l’ignorer c’est aller à la catastrophe... à l’accident
                       
                      ainsi l’Espagne serait un kaléidoscope de ce que vivent les démocraties occidentales... sous entend le Guardian... et c’est un point de vue repris ce matin par de très nombreux journaux européens
                      Criticatac par exemple en Roumanie considère que ce ne sont pas le mécontentement envers tel ou tel parti ou la colère contre les mesures d’austérité qui poussent les espagnols de tout âge dans la rue.... et ça n’a finalement rien à voir avec les élections de ce week-end... ou avec la situation économique... ce scrutin dit le journal roumain n’est que le détonateur... car la véritable exigence des indignés, c’est les souhait d’un autre modèle de société... d’un autre modèle politique aussi... loin du traditionnel système bipartite... et contre un modèle qui traite ses citoyens avec cynisme
                       
                      le changement... lance la Stampa italienne... tous les citoyens dotés d’un peu de bon sens le demandent cette année... c’était vrai en italien cet hivers avant ce printemps espagnol...et il est incroyable que les politiques européens prétendent ne pas le voir ou le sentir !
                       
                      parce qu’il existe partout en Europe ce mouvement... continue de Tijd en Belgique... en Espagne en Italie en Grèce en Irlande bientôt au Portugal... c’est un mouvement contre l’injustice sociale qui a exactement les mêmes exigences que les révoltés d’Egypte ou de Tunisie... un mouvement qui vient du sud donc, alors que dans la riche moitié nord de l’Europe...un mouvement égoïste s’est déjà développé pour saper la cohésion et la solidarité... mais le nord riche ne doit pas se faire d’illusion écrit le journal belge...la population affluera aussi sur nos places ici et là lorsque les inégalités augmenteront et que la cohésion sociale disparaitra
                       
                      D’où le dessin de Chapatte aujourd’hui dans les colonnes du Temps en Suisse... on y voit une tour médiévale avec tout un arsenal sécuritaire et entourée d’un mouvement de révolutionnaires qui voudraient y entrer... au sein de la tour qui porte le drapeau de l’UE... loin des yeux de tous... des manifestations brandissent les même banderoles : révolution !
                      et le commentaire d’un des policiers « pas où c’est rentré ? »
                       
                      Nous serions donc devant un printemps arabe en Espagne ?
                      Sans doute oui... écrit le site d’al Jazeera... ce mouvement de contestation venu des pays arabes est en train de se mondialiser via internet... prenant de court tous les experts européens… c’est un printemps arabe en Europe… considère aussi l’Independent en Grande Bretagne
                       
                      et la situation n’a plus rien à voir avec des manifestations de jeunes…écrit le Spiegel en Allemagne... le gouvernement de José Luis Zapatero refuse d’appeler à des élections nationales anticipées... malgré les pressions de l’opposition de droite... qui a remporté les élections locales de ce dimanche... et pendant ce temps là... la colère et la détermination de la rue ne faiblit pas
                       
                      mais qu’est ce qu’ils veulent... la question revient sans cesse chez les éditorialistes européens qui semblent se réveiller ce matin et découvrir ce qui se passe en Espagne
                      et c’est le Temps en Suisse qui répond via un entretien avec un historien spécialiste de l’Espagne contemporaine Benoit Pellistransdi
                      il y a une demande fondamentale d’une jeunesse sur diplômée et qui ne gagne même plus les mille euros d’il y a quelques années... mais moins de 300 euros par mois pour un travail à plein temps et ce jusqu’à plus de 30 ans… il y a les critiques vis à vis des mesures d’austérité économique
                      mais surtout croit savoir l’historien... le problème c’est que la gauche espagnole est orpheline... elle ne se reconnait plus du tout dans le PSOE, le parti au pouvoir, qui a appliqué sans broncher les consignes de l’UE et du FMI et qui vient de tomber sous les coups de la crise… et le Temps conclut... c’est donc un vote d’indignation et de désespoir
                       
                      Non, c’est beaucoup moins simple que cela ! réagit un chroniqueur espagnol dans les colonnes du Guardian
                      place de la Puerta del sol... à Madrid tout est débattu... absolument tout... ce qui se passe en Espagne c’est que la population est en train d’inventer quelque chose de neuf... les gens discutent sur la fin du nucléaire, l’abolition des corrida, la mise en place d’un état laïc... ce sont des gens très bien informés et très réalistes qui mènent une vraie révolution de fond…
                       
                      et il faut lire effectivement el Pais ces jours ci pour le comprendre. Plus que des récriminations face à la crise économique... c’est un mouvement éthique, moral, politique considère el Pais... c’est un mouvement de fond, un mouvement anti système à l’islandaise car il s’inspire de celui qui a fait tomber le gouvernement de Reykjavik en 2009... La colère de la population islandaise qui a refusé de renflouer les banques prises dans la tourmente financière... se traduit par une colère de la terre islandaise qui rejette sur toute l’Europe les cendres de ses volcans... et el Pais se plait à publier ce dessin : un gros doigt d’honneur fait de la fumée du volcan islandais assorti d’un slogan d’un des indignés espagnols « quand on sera grand, on sera islandais ! »
                       
                      car seule la démocratie peut sauver la démocratie rajoute le blog de Lluis Basset toujours dans les pages d’el Pais qui affirme que si cette révolution pour l’instant n’a pas d’objet précis... elle a un sens...elle est la politique à l’état pur... même si on la traite d’anti politique... il s’agit maintenant de lui trouver des représentants... ici en Espagne mais aussi dans bien d’autres pays européens où ce nuage de colère va se répandre... comme nous le savons tous… tout simplement parce que la révolution espagnole est un kaléidoscope répète el Pais
                       
                      et il y a cette même image de kaléidoscope dans les colonnes américaines de l’International Herald Tribune… mais concernant l’affaire Strauss Kahn... un kaléidoscope complexe écrit le quotidien américain qui révèle finalement plus que tout autre image, la crise profonde du rêve européen... parce que l’affaire Strauss Kahn c’est l’histoire de la chute monumentale d’une élite mondialisée, qui fait la synthèse de la division traditionnelle droite gauche et qui est perçue pour cette raison comme l’unique solution à la montée des populismes d’extrême droite... seulement cette synthèse là, avec son arrogance, sa richesse décomplexée, et ses propositions opportunistes, ne convainc plus en Europe... parce que ces eurocrates sont la caricature d’une aristocratie européenne exerçant son droit de cuissage à tout bout de champs sans jamais s’intéresser au sort des plus faibles... et encore moins à celui des femmes les plus faibles...
                      Ne pas s’en rendre compte c’est sans doute là encore, aller au ralenti vers l’accident.
                       
                       Bonne journée

                      • Croa Croa 24 mai 2011 23:13

                        Justement, à propos de « l’abolition des corrida » bon exemple s’il en est et à propos de démocratie, on s’aperçoit que, finalement, la constitution espagnole n’est pas la pire, surtout comparée à la notre !

                        En effet déclarer la tauromachie comme une partie du « patrimoine culturel immatériel » du pays est très simple en France et à la limite assez peu sérieux : Hop, le Ministre de la Culture signe et c’est fini !  En Espagne ce ne serait pas si simple et le peuple pourrait donner son avis  !


                      • platon613 26 mai 2011 18:54

                        Après l’Espagne c’est les Etats-Unis qui vont suivre !

                        L’Organisation des Nations Unies met en garde contre une crise de confiance du dollar. Au cas ou la devise américaine continuerait à perdre de sa valeur face aux autres monnaies, le risque d’effondrement serait réel...

                        http://www.news-26.com/econmie/581-lonu-craint-un-effondrement-du-dollar.html


                      • plancherDesVaches 24 mai 2011 14:53

                        Fantastique........

                        Le mouvement né en Espagne rejette toute la mascarade politique, et .... un politicien bien inclu dans le système essaie de reprendre ce mouvement à son compte...

                        Comme tout évènement repris par tout politique, me direz-vous. On a l’ « habitude »....

                        Gardez vos idées bien à droite, Monsieur Saint Aignan. Ainsi, la différence de situation qui s’annonce risque de vous faire « tout chose »...


                        • lanatur lanatur 25 mai 2011 09:25

                          Oui Plancher des vaches, c’est exactement ce que je pense,leur premier mot d’ordre est apolitique et democratie citoyenne.


                        • caramico 24 mai 2011 15:02

                          Tous les instruments financiers anglo-saxons sont au service d’une cause, la leur.

                          Avec leurs sous-marins patiemment mis en place au sein de l’ Europe, ils vont nous couler petit à petit, la Grèce, l’Irlande, ils grignotent, l’Espagne, l’Italie....
                          On s’en fout c’est pas chez nous !
                          Tout ça va s’écrouler comme un château de cartes sous l’oeil bovin de nos compatriotes (c’est pas moi qui le dit, c’est le général de Gaulle)

                          Secouez vous, montrez que vous n’êtes pas du bétail passif vers l’abattoir.

                          Mais ils ne sont pas sur Internet, non, ils sont devant TF1, alors on a beau gesticuler, ça ne sert à rien, c’est comme un tsunami qui se profile à l’horizon et contre lequel on ne peut rien, il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.
                          Qui se souvient du « Baron Noir » BD de Got et Pétillon : On y voit une bande de moutons se faire régulièrement « tondre » par un vautour.
                          Un épisode qui m’avait marqué : le mouton, qui a vu le vautour arriver sur lui, se jette rageusement sur l’herbe et dit : Encore une bouchée... avant de se faire enlever.

                          Je suis extrèmement désolé d’être aussi pessimiste, mais je ne désire qu’une chose avoir tort.
                          Prouvez le moi.


                          • Roosevelt_vs_Keynes 24 mai 2011 15:17

                            Une preuve ? Trois !

                            En France, Roland Dumas s’est fait piégé en direct sur France2 il y a 15 jours

                            Aux USA, Barack Obama est politiquement fini.

                            Aux USA encore, la fin de Wall Street est en route.


                          • cameleon29 cameleon29 24 mai 2011 17:20


                            http://www.dailymotion.com/video/xffee4_la-strategie-du-choc-1-5_news
                            ( en 5 parties)

                            A voir absolument pour comprendre les années passées et pour essayer de se faire une idée de l’avenir......... moi, j’y arrive plus !!


                          • Assurancetourix Assurancetourix 24 mai 2011 17:40

                            Pose la question « en terme diplomatique » directement sur le blog de NDA où cet article a été publié hier !  smiley 

                            Laurent Pinsolle lui a publié un article sur la situation espagnole samedi dernier intitulé Espagne, Grèce : vers un printemps européen ?

                          • Yvance77 24 mai 2011 15:17

                            Salut,

                            La rue comme exutoire pas vraiment. En fait , il n’y a aucune alternative possible puisque année après année les peuples ont été tricard de toutes les décisions qu’ils prenaient et ce, pour le bien du NWO.

                            Et quand bien même ils arrivaient à en prendre une, on biffait cela d’un trait de plume pour leur faire un enfant dans le dos exemple le traité de Lisbonne en 2005.

                            Comment s’étonner dès lors que la Grèce, qui crève à dose fmi-hopatique, s’embrase régulièrement, comment être surpris que les places espagnoles soient bloquées par une jeunesse en perdition, comment ne pas comprendre les manifestations à Dublin pays étranglé par des dettes irremboursables.

                            Et demain à qui le tour ? L’Italie mal en point pour sûr et prochain candidat à la révolte sociale, la France dont le passé fait de 1789 tarde à prendre tournure, la Belgique plongée dans le désarois le plus profond sur fond de crise sans précédent.

                            Non ne soyons pas plus surpris que cela. Contres le rapaces de la finance et leurs acolytes politisés une seule solution... la REVOLUTION

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires