• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Et si la Russie adhérait à l’Union européenne ?

Et si la Russie adhérait à l’Union européenne ?

En ces temps de tensions dues au conflit russo-géorgien, l’idée peut paraître pour le moins saugrenue, voire provocante. Et pourtant...

En prenant un peu de recul par rapport à ces vingt dernières années, qu’observe-t-on ? Que le Mur est tombé parce que l’URSS était défaite. Défaite économiquement, politiquement, militairement. Cette défaite n’était pas le fruit d’une guerre ouverte, où les armées s’affrontaient, mais de ce qu’on a appelé la Guerre Froide.

La nature profonde de la Guerre Froide est rarement étudiée de manière approfondie. On parle de face-à-face, de rivalité, mais, si l’on regarde la carte du monde, on s’aperçoit qu’il s’agissait avant tout d’un siège, en bonne et due forme. La stratégie américaine du "containment", mis en œuvre, par exemple, en Corée et au Vietnam, illustre parfaitement cette situation. Le financement par la CIA des contrats en Amérique latine, le renversement d’Allende par Pinochet en sont d’autres exemples. Le balancier évoluait en fonction des tentatives de l’URSS de briser l’encerclement, porter l’attention ailleurs, tandis que celui des Américains était de contrer ces tentatives.

Ce but d’encerclement du monde soviétique avait pour objet d’empêcher la diffusion de l’idéologie communiste et de son mode de gouvernement totalitaire. En imposant à l’URSS, parallèlement à cela, une course technologique des armements dont son économie désorganisée était incapable d’assumer le poids, les Etats-Unis ont réussi à précipiter la fin du régime soviétique.

Que s’est-il passé ensuite ? Nous avons promis, nous, Occidentaux, lors de la dissolution du Pacte de Varsovie, que l’Otan resterait dans les limites d’avant la chute du Mur. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette promesse n’a pas été respectée. Pis encore, lorsqu’à Moscou le Kremlin regarde où sont implantées les bases américaines, qu’observe-t-il ?

Des missiles en Pologne, un radar en République tchèque, des bases militaires dans toute l’Asie centrale, un soutien et un financement affichés des leaders anti-russes en Ukraine et en Géorgie.

Voilà pour la partie militaire. Mais en ce qui concerne l’économie, qu’avons-nous fait ? La Russie, au sortir du communisme, était exsangue : des infrastructures obsolètes, des conglomérats d’Etat en déliquescence, une absence de culture d’entreprise et des classes moyennes paupérisées.

Nos grandes entreprises minières et pétrolières ont conclu, à l’époque, grâce à la complicité de l’entourage du président Elstine, des contrats dignes des plus belles heures du colonialisme, arrosant tout le monde, appareil d’Etat et mafias comprises. Et après huit années de généreuse et efficace aide occidentale, la Russie s’est retrouvée en défaut de paiement, dévaluant sa monnaie, jetant les retraités et les employés du secteur public dans la pauvreté.

Depuis, suite à la reprise en main - plutôt musclée - de l’Etat par Vladimir Poutine, la mise au pas des oligarques, et l’augmentation du prix du pétrole, la Russie est revenue dans le jeu. Sa force retrouvée, son économie en plein essor, la Russie lève la tête et ne voit autour d’elle que des bases américaines. Partout. Des projets tout aussi nombreux de contournement de son territoire pour le transport du gaz et du pétrole.

Comme si la Russie était toujours un ennemi.

Pendant les vingt années où la Russie n’a jamais été aussi peu menaçante sur la scène internationale, les Américains n’ont jamais poussé aussi loin leur stratégie de "containment". Pour quelles raisons ? Sous quels motifs ?

Il est curieux de comparer cette situation à ce que l’on a connu au début du XXe siècle. Tout le monde s’accorde à dire que le Traité de Versailles, visant à étrangler financièrement l’Allemagne et à l’humilier politiquement, a été un ferment décisif dans la montée des tensions qui ont abouti à la Seconde Guerre mondiale.

Sous une forme différente, certes, mais pour quelles raisons adoptons-nous la même attitude, un siècle plus tard ?

Pourquoi n’avons-nous pas fait la même chose avec la Russie de 1991 qu’avec l’Allemagne de 1947 ? Il est vrai que, vu le peu de générosité dont nous avons fait preuve envers les pays d’Europe centrale et orientale lorsqu’ils ont intégré l’Union européenne, nous n’étions probablement pas prêts à sincèrement tendre la main à la Russie.

Mais il n’est pas trop tard, même en ces temps troublés. Nous dépendons de l’approvisionnement en gaz russe ? Soit. Pourquoi nous acharnons-nous à contourner la Russie ? Intégrons-la !

Traiter la Russie en alliée sincère, accepter qu’elle ait son aire d’influence - comme la Grande-Bretagne avec le Commonwealth, la France avec ses anciennes colonies - et l’intégrer au sein des instances de l’Union serait le meilleur service que nous pourrions rendre à l’Europe et à la paix.

Il n’y a pas plus de corruption en Russie qu’en Roumanie ou en Bulgarie. Du point de vue culturel, la Russie est très proche de nous, en tout cas pour sa population à l’ouest de l’Oural, qui constitue la majeure partie des 142 millions de Russes. Et, pour le coup, elle est largement plus "Européenne" que la Turquie.

Bien sûr, ce ne sera pas forcément ni évident ni rapide. Mais il faut afficher l’objectif, ouvertement, et regarder sincèrement de quelle manière on peut le faire. L’Europe a commencé par la CECA. Parce qu’à l’époque c’était le charbon et l’acier qui étaient les sources potentielles de conflit.

Mettons en place une Communauté européenne du gaz et du pétrole, sur les mêmes principes, avec les mêmes buts. Bâtissons des projets concrets de coopération sincère plutôt que de jouer au chat et à la souris, en essayant d’être les plus malins dans l’accaparement des profits issus des matières premières.

Cela ne sera pas forcément facile, aujourd’hui, de faire retomber la méfiance. Nous avions une "fenêtre de tir" à l’époque, il y a vingt ans, quand la Russie découvrait le monde sans communisme. Nous avons du retard, et il est urgent de le rattraper.

Documents joints à cet article

Et si la Russie adhérait à l'Union européenne ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (114 votes)




Réagissez à l'article

77 réactions à cet article    


  • antseb 22 août 2008 10:43

    Bonjour, la russie veut-elle que l’on l’intégrer dans l’Europe ? j’en suis pas convaincu, elle veut conserver son indépendance et son statue de superpuissance, et enfin pour pouvoir l’intégrer, il faudrait qu’elle partage nos valeurs : liberté de la presse, liberté individuelle, indépendance de la justice, respect des droits de l’homme, acceptation d’une alternance politique...On en est trés loin. Vous pensez pas ?

    Bien à vous.


    • impertinent3 impertinent 22 août 2008 11:01

      Parce que la Roumanie, la Bulgarie, etc partagent les valeurs de liberté de la presse, liberté individuelle, indépendance de la justice, respect des droits de l’homme, acceptation d’une alternance politique...

      La plus grande erreur qui ait été faite, c’est d’avoir élargi l’Europe, sous l’impulsion des USA, qui ont réussi là un coup merveilleux : détruire une Europe qui commençait à s’organiser et à leur tailler des croupières.



    • geko 22 août 2008 11:56

      ....Il n’y a qu’à observer comment Sarko a dézingué l’entente franco-allemande à la base de la construction européenne et ouvert la porte à son ami Bush.

      Par ailleurs la Russie aujourd’hui c’est : Le pouvoir politique constitué de l’ex KGB au service d’une maffia d’anciens apparatchiks qui ont fait main basse sur les richesses du pays ! Tout opposant à ce système finit à l’asile ou une balle dans la tête ! L’idée d’une Russie dans l’europe semble un peu tardive, le train est passé, fallait pas le louper  !


    • JL JL 22 août 2008 11:00

      ""Le but d’encerclement du monde soviétique avait pour objet d’empêcher la diffusion de l’idéologie communiste et de son mode de gouvernement totalitaire.""

      Cela c’est la version occidentale. Partout dans le monde, et y compris en Russie, le but des occidentaux est de revenir sur les acquis des révolutions.

      On ne dira jamais assez que les révolutions étaient motivées et justifiées la plupart du temps par la révolte populaire contre les guerres bourgeoises : il y a toujours eu plus de fraternité entre un prolétaire allemand et un prolétaire français qu’entre ces derniers et leurs classes possédantes.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 août 2008 13:08

        @ JL : Quand Jaures a dit ça, on lui a fait des miseres... Pour la Russie dans l’Europe, j’ai dit bien clairement que j’y voyais le salut pour la civilisatiuon occidentale. Que l’auteur soit de cet avis me laisse penser que l’idée progresse.

        Pierre JC Allard



      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 août 2008 13:20

        @ JL : Quand Jaures a dit ça, on lui a fait des misères... Pour la Russie dans l’Europe, j’ai déjà dit que j’y voyais le salut pour la civilisation occidentale et j’ai donné mes raisons. Que l’auteur politicien soit de cet avis me laisse penser que l’idée progresse. Les deux tiers des intervenat sur AGV et Rue89 depuis quelques jours ont adopté des positions sympathiques à la Russie plutôt qu’aux USA. Fiat Lux.

        Pierre JC Allard


      • JL JL 22 août 2008 15:35

        PJCA, bien sûr, vous avez raison. Un petit bémol si vous permettez, vous dites, parlant des USA : ""On peut souhaiter le retour de l’enfant prodigue, mais en attendant il faut se compter et faire sans eux…""

        Puissions nous faire sans eux  !? Hélas, nous ils ne nous laissent que le choix de faire avec eux ou contre eux !


      • Traroth Traroth 22 août 2008 11:17

        Et si la Chine adhérait à l’Otan ? Et si la France adhérait à l’Alena ?


        • Traroth Traroth 22 août 2008 11:18

          Tout ça pour dire que le jour où on verra la Russie adhérer à l’UE, je m’attendrais à voir une poule bouffer un steak à pleines dents...


        • manuelarm 22 août 2008 14:32

          Bon, je crois la russie va intégrer L’UE, car j’ai lu un article, il y a quelque année qu’une equipe de chercheur de marseille avait réussi à créer des poule avec des dents.


        • Traroth Traroth 24 août 2008 23:33

          Et elles bouffent des steacks ?


        • Spyc 22 août 2008 11:26

          Même si le point de vue sur la politique américaine est réaliste, la vision de la politique en ex-URSS et en Russie actuellement est totalement idéaliste.
          La Russie ne cherche plus à transmettre une idée ou une révolution, elle cherche (sous l’impulsion de Poutine) à maintenir ses acquis et à prospérer le plus fortement possible (tout cela au bénéfice de quelques pontes gouvernementaux et au dépend du peuple russe).
          En passant de l’URSS à la Russie, le gouvernement n’a perdu que le communisme pas le totalitarisme.
          De plus on peut railler les USA qui financent les gouvernements "amis" autour de la Russie et qui installent des bases tout autour, mais la Russie dans sa grande générosité finance aussi les partis pro-russes et les organisations para-militaires pro-russes aux alentours.
          La Russie fonctionne aussi sur une technique de déstabilisation par émissaires/mercenaires !

          Au final, vouloir (comme le voudrait l’auteur de l’article) rester franchement amis avec la Russie (ou plus si affinité) parce qu’elle nous alimente en gaz, n’est qu’une relation de basse servitude (un peu comme le fait notre Empereur NS actuellement en Chine et en Russie) qui ne profitera qu’au gouvernement russe (l’Europe et le peuple russe pourront toujours courir pour en voir les bénéfices) !!!


          • sisyphe sisyphe 22 août 2008 12:30

            De plus on peut railler les USA qui financent les gouvernements "amis" autour de la Russie et qui installent des bases tout autour, mais la Russie dans sa grande générosité finance aussi les partis pro-russes et les organisations para-militaires pro-russes aux alentours.

            Strictement aucun rapport : pour les russes, il s’agit de leur territoire et de ceux environnants : question de sécurité légitime. 
            Alors que les américains, que viennent-ils foutre là, à des milliers de kilomètres de chez eux, si ce n’est venir planter la merde, diviser la communauté européenne, et venir attiser les tensions avec la Russie (dans le seul but, évidemment, de maîtriser les ressources énergétiques et leur transport) ? 
            Les américains ne devraient pas être en Europe, si celle-ci était une véritable entité économique, politique, militaire. Mais on peut compter sur les coups fourrés de l’Oncle Sam pour l’empêcher tant qu’ils le pourront., et sur la faiblesse des divers gouvernements pro-atlantistes européens, pour y faire obstacle..


            Si une troisième guerre mondiale se déclenchait, les américains font parfaitement ce qu’il faut pour que ça se passe sur le territoire européen, et qu’eux n’aient rien à en craindre
            ..


          • hgo04 hgo04 23 août 2008 08:13

            La, sisyphe marque un point...

            On pourrait même demander une explication aux pays européens, acceptant de placer des missiles américains sur leur sol, des comptes..

            On sait qu’en europe, si un état est pris pour cible, les autres états européens lui doivent protection...

            Mais si l’agression de cet état est liée à sa politique militaire (implantation de missibles américains par exemple...) , que doit ont penser... 

            Si une base américaine est attaquée en pologne, par exemple, cela déclencherai aussitôt une réaction militaire américaine ET européenne... joli merdier que nous avons.. 

            L’amérique se protége avec son bouclier anti missile.. et qui nous protège, nous ??


          • Deneb Deneb 22 août 2008 11:35

            JL : Partout dans le monde, et y compris en Russie, le but des occidentaux est de revenir sur les acquis des révolutions.

            Et quelles sont les acquis de la revolution d’octobre 1917 ? La famine en Ukraine ? La collectivisation forcé ? L’emergeance d’une nouvelle classe des dirigeants plus cyniques les uns que les autres ? Le délit d’opinion ? Ceux qui, en Russie, s’accrochent encore à l’argument des soi-disants acquis de la revolution sont aujourd’hui tous passés à l’extrème droite ultralibérale et ouvertement raciste, qui ne songe qu’à vitrifier ce qui se trouve de part et d’autre du Caucase.


            • Traroth Traroth 22 août 2008 11:37

              L’absence de chômage et un des taux d’alphabétisation les plus élevés du monde, par exemple.


            • Spyc 22 août 2008 11:49

              C’est vrai que savoir lire quand on est obligé de travailler dans un kolkhoz pour qu’il n’y ait pas de chomage, ça devait leur faire une belle jambe aux russes ...



            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 22 août 2008 14:11

              @ Deneb. La France est passée de 1789 à 1793... puis au sacre de Napoleon ! L’URSS a fait bien du mal, mais Il est indéniable que sans elle Hitler aurait gagné la guerre. Vrai que le monde était plus triste à l’Est, mais il était peut-être moins dangereux avant la chute du mur, avant que les Américains se mettent sans frein au brigandage tous azimuts.. L’Histoire portera ses jugements, mais elle devra pondérer les goulags en mettant dans l’autre plateau les atrocités américaines, de Hiroshima à Baghdad, en passant par Cuba, le Vietnam, etc, etc... Gardons nous des jugemenst hâtifs.

               Pierre JC Allard

              http://nouvellesociete.org/H13.html



            • Deneb Deneb 22 août 2008 14:12

              L’absence de chômage ... Si l’on légalise l’esclavage, il n’y aura plus de chomage. Et l’alphabrutisation, c’etait pour que tout le monde puisse profiter des oeuvres complètes de Lenine, evidemment.


            • Deneb Deneb 22 août 2008 14:38

              Pierre JC, vous avez raison de dire que la Russie a reussi à stopper les délires expansionnistes des dictateurs européens. Il est vrai aussi que l’absence du rideau de fer a fait pousser les ailes à la frange la plus detéstable de la politique américaine. Reste que, ayant vecu dans une dictature communiste dans ma jeunesse, je suis très content que mes enfants n’ont pas à subir ça. Que l’Histoire soit indulgente avec Staline c’est possible, mais elle sera alors aussi avec Hitler. D’ailleurs, Mussolini est pratiquement rehabilité en Italie, pour le moment on le dit juste victime de son alliance avec Adolf, mais ça peut encore évoluer. Vous savez, l’Histoire est une prostitué, elle se donne toujours à celui qui paye, j’ai bien compris ça en comparant l’Histoire que j’ai appris dans une école titiste, et l’Histoire que j’ai appris plus tard en France. Mais les femmes faciles, n’est-ce pas celles dont tout le monde rêve en cachette ?


            • OmegaDG OmegaDG 22 août 2008 15:48

              Presque vingt ans après la chûte du mur, je suis encore étonné de lire des propos à la manière de Don Camillo et Peppone.

              Le peuple russe et la politique soviétique, tout comme le peuple américain et la politique Bushienne, sont amalgammés au grand plaisir de la démagogie, laissant pour compte la critique positive d’une recherche salutaire pour les citoyens du monde.

              Je comprends parfaitement que l’histoire se fait pute au gré des pouvoirs en place. Qu’il ne faut pas oublier d’où l’on vient. Faut-il pour autant oublier où l’on va ? S’obliger à écarter tout débat sur la Cité sous prétexte d’un passé douloureux ?

              J’observe le totalitarisme actuel sans me laisser complètement distraire par celui du passé qui m’empêche de dialoguer avec le présent.

              Merci Deneb de nous rappeler les exactions d’antant. Un rappel n’est-il pas un moment d’attention prudent dans le développement d’une pensée et non une conclusion ?
               


            • Marc Bruxman 22 août 2008 19:30

              L’Histoire portera ses jugements, mais elle devra pondérer les goulags en mettant dans l’autre plateau les atrocités américaines, de Hiroshima à Baghdad, en passant par Cuba, le Vietnam, etc, etc... Gardons nous des jugemenst hâtifs.

              Argument souvent lu mais faux. Hiroshima et Bagdad, Cuba et le Vietnam sont des exactions comises contre des populations étrangéres aux Etats-Unis. 

              Le goulag c’était des exactions commises par des soviétiques sur des soviétiques. Et pour les exactions à l’étranger je citerai Prague, Budapest, ... 

              Ne pas massacrer SON PROPRE PEUPLE est on va dire un minimum de civilisation que les USA et l’Europe ont atteint dés la fin de la seconde guerre mondiale. Alors que les cocos ont du attendre d’être renversés. 

              Alors oui les américains ne sont peut être pas tout blancs mais c’est une contrevérité de comparer des choses pas comparables. 


            • Savinien 23 août 2008 00:06

              Mais que faites-vous des indiens d’amérique, monsieur Bruxman ? Leur massacre par ces bibliques colons à l’haleine puant le wiskhy doit-elle se compter au nombre des exactions comise "à domicile" ? Et l’esclavage des noirs ainsi que leur appartheid jusqu’aux années soixante, un progrés de civilisation, quelque chose de "tolérable", au motif, lamentable, qu’il y aurait pire sur terre ? "Réjouissez-vous, mes braves, vous n’étes pas au goulag, mais sur le sol bénis des USA, où l’on se contentera seulement de brûler en public et avec la participation enthousiaste d’une partie de la population quelques-uns d’entre vous... N’y voyez aucun mal, ces exactions sont tout à fait compatibles avec le "progrés civilisationnel", puisque vous êtes noirs et nous blancs, on ne peut comptabliser votre mort et votre humiliation comme massacre du semblable par le semblable. Car il s’agit là, mes amis, d’un massacre "respectable", qui n’a rien à voir avec les massacres intras-communistes, honte de la honte, eux"... Haha


            • Traroth Traroth 24 août 2008 22:31

              "l’alphabrutisation, c’etait pour que tout le monde puisse profiter des oeuvres complètes de Lenine, evidemment" : Eh bien, vous n’avez pas peur de faire dans la caricature, au moins. J’aime particulièrement le mot-valise "alphabrutisation", qui fait bien oublier que l’alphabétisation est une des étapes les plus importantes dans l’émancipation d’un peuple. Comment croyezt-vous qu’il soit possible que la Russie ait pu se redresser en 15 ans ? Mais pourquoi est-ce que je discute avec quelqu’un qu laisse entendre que l’alphabétisation pourrait être une mauvaise chose, au fait ?


            • Traroth Traroth 24 août 2008 22:36

              @Bruxman : Vous créez des hiérarchies de valeurs entre massacres et atrocités que vous me permettrez de ne pas partager, et je pense ne pas être le seul. Le seul peuple auquel je reconnais mon appartenance, c’est l’humanité. Hitler n’a pas exterminé majoritairement des Allemands, est-ce que cela le rend excusable de quoi que ce soit ? Votre raisonnement est révoltant  !


            • cathy30 cathy30 22 août 2008 11:51

              un vrai conte de fée, il faudrait envoyer cet article à poutine pour qu’il se marre 5 minutes.
              L’europe prend de jour en jour les pires décisions et s’affaiblit toujours plus.


              • Vincent Perrier-Trudov Vincent Perrier-Trudov 22 août 2008 12:13

                Bonjour,

                Quelques réponses à vos commentaires. Le but de cet article était avant tout d’engager le débat, et je suis ravi que cet objectif soit atteint.

                A l’origine, en observant la dégradation des relations internationales de ces dernières semaines, je me suis posé la question suivante : qu’avons-nous à gagner, nous européens, à engager un bras de fer avec la Russie ? Strictement rien.

                Quelles sont les conséquences prévisibles du bras de fer qui semble malgré tout s’engager ? La politique menée à l’heure actuelle ne fait que pousser le Kremlin dans les bras de l’Iran, de la Syrie, et j’en passe. Est-ce un progrès ? Certainement pas.

                Et d’où viennent ces tensions ? De la volonté américaine, depuis plusieurs années, de s’assurer l’accès au réserves de gaz et de pétrole, sans jamais hésiter à recourir à la force. Les américains placent leur bases militaires, partout où se trouvent des réserves pétrolières. Et s’ils ne peuvent pas, ils s’installent à proximité de ces ressources et tentent de faire pressions sur les pays où se situent ces réserves.

                En d’autres termes, se dessinent deux camps, celui des pays consommateurs et celui des pays producteurs non soumis. Et ce type de confrontation va devenir de plus en plus dangereux au fur et à mesure que les ressources vont s’épuiser, et que le prix des produits pétroliers va augmenter.

                On a réussi à faire la paix et à bâtir l’Europe avec les allemands, malgré les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale, en créant la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier ; Pour quelle raison ne pourrions-nous pas faire la même chose avec la Russie en commençant par le principal sujet, à savoir le gaz et le pétrole ?

                Je suis d’accord avec "Antseb", encore faudrait-il que les russes soient d’accord. Encore faudrait-il commencer par le leur demander. L’essentiel des tensions sont à chaque fois apparues lors des rounds de négociation du partenariat Europe-Russie, et venant toujours de la Pologne, cette même Pologne qui achète des F16 plutôt que des Eurofighters ou des Rafale, cette même Pologne qui réclame d’avoir les droits de vote des morts de la Seconde Guerre Mondiale, cette même Pologne qui fait installer des missiles ABM américains sans demander aux autres pays européens ce qu’ils en pensent.

                On aura du mal à me convaincre que les américains ne sont pas d’une manière ou d’une autre derrière cela. Ce que dit "Impertinent" à propos des américains ne souhaitant pas une intégration plus approfondie de l’Europe me semble assez juste.

                Et on ne m’a toujours pas expliqué pour quelle raison Sakaashvili a attaqué le premier. Qui l’a encouragé ? Qui lui a dit que les russes ne riposteraient pas ? Et comme par hasard, en pleine période électorale américaine. Comme par hasard, depuis, Mac Cain reprend de l’avance sur Obama.

                Je pense sincèrement qu’il faut absolument tendre sincèrement la main à la Russie. Et lui proposer un statut de candidat à l’adhésion serait un vrai pas en avant vers la paix et la sécurité.


                • Deneb Deneb 22 août 2008 12:48

                  ...lui proposer un statut de candidat à l’adhésion serait un vrai pas en avant vers la paix et la sécurité.

                  Il faudra juste faire gaffe que ce ne soit pas la Russie qui nous "propose" l’adhésion, la nôtre.


                • geko 22 août 2008 12:51

                  @Vincent

                  Comme dit par Echo ci-dessous et dans mon post plus haut, l’opportunité d’une Russie dans l’europe, il fallait la saisir lorsque L’URSS s’est effondrée au lieu de l’offrir sur un plateau aux requins des multinationales !

                  Le rapport de force s’est aujourd’hui inversé et l’ours a relevé la tête, pourquoi aurait il besoin de nous ? Poutine est un frontal comme l’embême russe, il sort ses griffes en Géorgie et ne lachera rien tant que l’europe mènera une politique de fourbe comme vous le signaler dans le cas de la Pologne. Qui ne dit mot consent. Quand aux intérêts ce ne sont pas ceux des peuples mais ceux des multinationales qui par définition n’ont plus de nation !

                  La russie dans l’europe c’est demander à notre bon président de démissionner !


                • Yannick Harrel Yannick Harrel 22 août 2008 16:11

                  @ Geko,

                  Bonjour,

                  L’une des raisons pour lesquelles les occidentaux (Américains en tête) l’ont mauvaise vis à vis des autorités Russes tient au fait que les oligarques les plus en vue faisaient de juteuses affaires avec eux. Vendant des parts du gâteau soviétique pour une bouchée de pain et octroyant des concessions (comme à Sakhaline) au travers de traités perclus de clauses léonines.

                  Je ne dis pas que ce soit la seule raison de cette aménité, néanmoins elle permet d’expliquer bien des choses par le prisme des flux économiques. Certes la mise au pas des oligarques a été effectuée de manière relativement « radicale » mais elle n’a pas emporté la désapprobation de la population locale trop heureuse de voir ceux qu’elles considèrent comme des pilleurs se faire remettre en place. En revanche, les partenaires occidentaux, souvent influents et même disposant de leurs propres relais de communication, ne pouvaient admettre de voir la Russie se relever, ce qui allait signifier que le miel allait revenir pour une bonne part à l’ours.

                  Cordialement


                • Tibounet 25 août 2008 01:10

                  Depuis l’épisode des F16 et les chantages à répétition qui ont suivi sur une foule de sujets, je doute du bien-fondé d’avoir élargi l’UE à la Pologne. La Russie me semble bien plus européenne...


                • Echo Echo 22 août 2008 12:13

                  La Russie dans l’Europe !?

                  C’est trop tard. Il fallait y penser et le vouloir plus tot.

                  Maintenant, les Russes, que nous avons trop longtemps meprises, ont confiance en eux et n’ont plus besoin de nous. Nous, les Europeens, de toutes facons trop laches, ou trop divises pour avoir le courage de dire non a nos "amis" US qui, eux, ont tout fait pour marginaliser la Russie.

                  L’Histoire est faite de rendez-vous manques, mais celui-ci va couter tres cher a tout le monde.









                  • plume plume 22 août 2008 12:27

                    tant que l’europe ( les bureaucrate et autre politicien de papier ) ne défendront pas les intérêts de l’europe bec et ongles et tant que l’europe serra sous influence US , chinois , russe et autre
                    alors rien ne serra possible :
                    nous avanceront droit à la catastrophe (éclatement , guerre , résections ...)


                    • plume plume 22 août 2008 12:29

                      pour pouvoir négocier il faut être fort ... et l’europe l’ai de moins en moins


                    • Jean-paul 22 août 2008 16:43

                      Vous parlez de L’Europe ?
                      Quelle Europe ??
                      Economique ( perte du pouvoir d’achat en France ,differents systemes economiques ) , politique ( extremement complexe et les pays de l’UE n’etant pas d’accord entre eux ) , humaine ( differentes cultures ,differentes langues ,aux JO on ne dit pas l’Europe a encore gagne une medaille mais...... la France vient de perdre une medaille )
                      Alors il est vrai que L’Europe est fraglile , faible dans ses decisions .
                      Je pense que pour les autres pays de ’EU la France reste arrogante ,ce qui rend le dialogue difficile dans l’UE .
                      La Russie sait que nous avons besoin d’elle ,ce qui la rend forte .Comme nous avons besoin d’elle ou plutot dependons de son energie ( gaz ) nous voulons mintenant l’integrer a l’UE .Il fallait penser avant >


                    • dup 22 août 2008 12:28

                      et si la Tasmanie adhérait à l’Europe ? 


                      • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 22 août 2008 12:36

                        Très bonne tribune,

                        Vous redécouvrez les bases de la politique étrangère gaulliste. La Russie mérite mieux que le traitement qui en est fait par les médias sous contrôle ou sous influence des anglo-saxons.

                        Il est réconfortant de découvrir autant de lucidité chez un militant du Nouveau Centre. Mais si vous persistez dans vos convictions, vous ne ferez pas carrière en politique, tant il est vrai que l’atlantisme a infiltré à peu près tous les lieux de pouvoir en France.

                        Cordialement.


                        • tvargentine.com lerma 22 août 2008 12:52

                          Avant toute chose,il faut arrêter les clichés troskistes que les Russes sont des méchants communistes qui ont buté léon troski

                          Ce type de discours est généralement véhiculé par les médias formés à l’école de journalismes dont le formateur est TROSKISTE

                          La Russie est devenue un pays moderne et qui rattrape son retard dans toutes les domaines et je ne comprend pas la raison que l’Europe se fasse instrumentaliser par les USA pour empêcher des oéloducs entre la Russie et l’Europe.

                          Cet pays est un pays allié aujourd’hui et nous devrions l’intégrer à l’Europe plutot que de laisser les USA diviser l’Europe comme au temps de la guerre froide

                          L’europe doit etre une terre de pays et de prospérité

                          Si des gens ici sont pour l’intégration de la Turquie ,pourquoi sont-ils contre l’intégration de la Russie ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires