• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Hubert Védrine : contre l’irreal politik

Hubert Védrine : contre l’irreal politik

Influence française dans le monde au moment de la parution du Livre blanc sur la Défense, fin, déclin ou renouveau du leadership américain avec l’accession d’Obama ou de MacCain à la présidence, stratégie iranienne, rôle d’internet…
Hubert Védrine, dans cette Interview vidéo exclusive, décrypte les nouvelles questions géopolitiques pour les Rendez-vous de l’Agora.
« Parce que les Occidentaux ont cru, avec la fin de l’Union soviétique, avoir gagné la bataille de l’Histoire et pouvoir désormais régner en maîtres, ils sont déboussolés par le monde qui se dessine sous leurs yeux, si peu conforme à leurs yeux », écrit Hubert Védrine au début de Continuer l’histoire (Champs actuel, 2008). La réédition de cet ouvrage essentiel coïncide avec celle de L’Atlas du monde global (Fayard/Armand Colin) livre dans lequel, avec Pascal Boniface, l’ancien conseiller diplomatique de François Mitterrand et son ministre des Affaires étrangères nous explique les enjeux et problématique d’un monde globalisé.

Interview vidéo d’Hubert Védrine par Olivier Bailly

Le Livre blanc
Le Livre blanc sur la Défense est « réaliste » et ne marque pas la fin de la France en tant que puissance. La France est une des dix puissances militaires significatives d’influence mondiale. Le travail qui a été fait dans le Livre blanc, il fallait qu’un gouvernement le fasse.

 

Etats-Unis
Ils restent une puissance colossale, une "hyperpuissance", mais perdent leur monopole face aux puissances émergentes (Chine) ou ré-émergentes (Russie) et aux pays comme l’Inde, le Brésil, etc. Le monde va accueillir avec soulagement le nouveau président américain.

 

Iran
Il y a une peur de l’Occident face au monde arabo-musulman, et inversement. C’est un « choc d’inculture ». L’Iran est un pays nationaliste, mais pas davantage que les Etats-Unis ou la Chine. Je suis convaincu qu’il pourrait y avoir une politique occidentale plus astucieuse face à l’Iran que de l’ostraciser.

 

Enjeux et perspectives
L’écologie, et par voie de conséquence la consommation, est au centre des enjeux futurs. Les peuples occidentaux se méfient, contrairement à leurs dirigeants, de la mondialisation. L’Occident, jusqu’à présent dominateur, doit trouver une synthèse entre l’ingénuité désarmante européenne (ne pas devenir « l’idiot du village global ») et le surarmement américain. Les fondamentaux restent les peuples. Peuples et Etats-nations ne sont pas dépassés.

 


Autres vidéos d’Hubert Védrine sur Agoravox :
Petite leçon de réalisme sur l’Union européenne
La France dans le contexte mondial
Les parlementaires français face à Une vérité qui dérange d’Al Gore


Crédit photo : ian oz

Documents joints à cet article

Hubert Védrine : contre l'irreal politik

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (120 votes)




Réagissez à l'article

117 réactions à cet article    


  • Antoine Diederick 11 juillet 2008 00:22

    il est d’un excellent niveaux, ceci sans familiarité, je suis d’accord avec vous, et c’est pas parce qu’il est socialiste.... smiley

    ce sont souvent ses analyses pertinentes qui font sens...cela fait du bien.

    ...et une certaines malice jubilatoire a-je cru déceler....

    ok, il ne faut jamais au grand jamais flatter un homme politique, cela fait servile ou courtisan....

    ou encore quémandeur smiley

    S’il lit ce compliment toutefois....





  • Antoine Diederick 11 juillet 2008 00:26

    que les peuples et les Etats nations ne soient pas dépassés , bien d’accord....

    Pous les seconds cependant, dans le projet européen, je pense que cela va se discuter ou être sans doute quelque peu changé...on verra dans l’avenir.


  • Prêtresse Prêtresse 11 juillet 2008 13:35

  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 juillet 2008 01:01

    @ Politoblog :  Oui, bien sûr. Cela dit. le UK est culturellment l’Europe, mais la politique britanique depuis toujours a été  de diviser l’Europe. Son coeur est avec les USA. Qu’elle parte, car les USA ne sont plus  des alliés naturels pour l’Europe.  Trop de fondamentalistes, trop d’ignorance , trop de satisfation béate dans la bêtise, trop de violence, trop d’hypocrisie... l’Amérique est essentiellement haïssable, une menace  pour la paix,  trop abêtie pat le politiquement correct et des média unidimensionnels pourqu’on puisse même discuter.  Il faut couper au plus vite les liens avec l’Amérique si on ne veut pas que tout l’’Occident sombre avec le naufrage. Que le UK fasse son choix, mais l’Europe n’a pas besoin d’un cheval de Troie dans es murs. .

     Pierre JC Allard
     


  • momo68 12 juillet 2008 09:23


    VEDRINE = BILDERBERG



    super


  • JL JL 12 juillet 2008 09:30

    Bonjour PJCA,

    Le monde occidental, en fait, l’économie monde occidentale, est à la croisée des chemins : elle est inextricablement transnationale et en même temps a besoin des Etats nations pour servir de "comptoirs" qui protègent les biens de toute sorte, en particulier les droits de propriété intellectuelle et industrielle.

    Si l’on coupe les ponts avec les US, ceux-ci nous feront une guerre sans merci. Comment éviter la guerre sans tomber dans le néo-pétainisme dont parle Alain Baddiou ?


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 juillet 2008 01:20

    Si on définit le pétainisme selon Badiou comme l’acceptationn servile du modele étranger, nous y sommes déja.   On en sortira par une nouvelle distribution des forces qui permettra un projet de société différent.  Pas en résistance au matériaisme, mais au-dela du matériaisme.

    Pour éviter la guerre au sens traditionnel, la  solution c’est d’admettre la Russie dans l’Europe au plus tôt pour constituer une troisieme force entre Chine et USA.

    Je pense que le véritable conflit est culturel, cependant. La même solution  "russe’ vaut pour créer une force laïque occidentale  qui n’oppose pas seulement au modele islamique l’obscurantisme  chrétien fondamenataliste qui est à prévaloir qux USA, mais l’esprit de l’occident : raison et liberté,

    Pierre JC Allard


  • Kritik 26 juillet 2008 13:14

    Que faites vous, cher monsieur, du caractère séculairement autocratique, réactionnaire de la Russie jusqu’à Poutine inclus et sans aucune exception dans son Histoire ? Et de son "Orthodoxie" garante réactionnaire antisémite et Grand-russienne de son conservatisme obtus ?
    Vous êtes un Plaisantin !


  • Yannick Harrel Yannick Harrel 11 juillet 2008 02:13

    Bonjour,

    Très intéressante entrevue d’un homme ayant une vision fort pragmatique de l’environnement mondial. Pas d’idéologie sous-jacente dans ses propos, juste le recul, le sang-froid, la connaissance de l’Histoire et l’expérience acquise au sein de ses différents postes occupés. Et ça c’est vraiment appréciable en ces temps où l’équipe dirigeante navigue totalement à vue en matière de politique étrangère au point de braquer nombre de pays envers la France.

    Cordialement


    • frédéric lyon 11 juillet 2008 08:46

      Entre Bernard Kouchner et Hubert Védrine, il n’y a sans doute pas plus que l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarettes.

      Par ailleurs Hubert Védrine a sans doute tort de penser que l’Iran est un pays stable qui demeurera sur la scène dans sa configuration actuelle. Ce pays a beaucoup trop d’ennemis autour de lui et il empiète sur trop de territoires qui ne sont pas Perses.


      • arroc 11 juillet 2008 08:56

        [début du sarcasme]
        Comme à l’habitude, il est difficile de ne pas s’incliner devant la profondeur de vos arguments.
        [fin du sarcasme]


      • arroc 11 juillet 2008 09:01

        Un grand merci à Hubert Védrine pour son analyse, qui paraît comme une bouffée d’oxygène au milieu des flatulences de la majorité actuelle.

        Je ne partage pas cependant l’analyse qu’il tire de la présence des Etats-Unis en Irak. Le flou politique (euphémisme) est maintenu là-bas pour de multiples raisons qui n’ont pas grand chose à voir avec la paix et l’harmonie des peuples ou des religions, hélas. Il l’explique d’ailleurs bien en évoquant la stratégie de contrôle "par le tout militaire" qui est celle de l’administration bush.


      • barbouse, KECK Mickaël barbouse 11 juillet 2008 09:21

        bonjour,

        il est toujours admirable de constaster la finesse et la justesse d’esprit de monsieur védrine, merci. A quand une pédagogie réaliste sur la réalité du monde, comme sur la réalité nationale française, a l’intention de la population occidental.


        • Fergus fergus 11 juillet 2008 09:22

          Hubert Védrines est revenu ce matin au micro de France-Inter sur l’Union pour la Méditerranée. Pour dire en substance que si l’initiative est bonne (en gros ça ne mange pas de pain !), sa concrétisation est des plus aléatoires, et que le projet de Sarkozy, passé à la moulinette allemande, revient grosso modo à recycler ce que l’on a appelé lorsqu’il a été lancé en 1995 le "Processus de Barcelone".

          A ce détail près que Sarkozy a obtenu que soit maintenu le principe d’un secrétariat bicéphale nord-sud qui serait dans un premier temps confié à la France et l’Egypte. Hubert Védrines semble avoir de gros doutes sur ce secrétariat qui pourrait être très vite phagocyté par la Commission et ramener de facto l’UPM à l’inefficace tutorage européen. L’UPM deviendrait en quelque sorte un Processus de Barcelone bis et le ronron continuerait comme par le passé. Au grand dam de Sarkozy, déjà vexé d’avoir dû en rabattre sur la plupart de ses ambitions, et qui n’aurait finalement parrainé qu’une coquille vide. Une de plus !


          • frédéric lyon 11 juillet 2008 09:23

            Autre point marquant de cette interview : l’importance considérable que Védrine accorde à l’Amérique dans sa reflexion !

            Pour dénigrer ces pauvres américains, qui décidemment manquent par trop "d’astuce" ! Sous-entendu, avec un petit sourire au coin des lèvres : "je suis, ou nous sommes, tellement plus astucieux qu’eux".

            Cette formidable surestimation de ses propres capacités et de sa propre "astuce" est finalement le danger principal qui pèse sur l’avenir de l’influence française dans le monde. Celà dépasse désormais la simple arrogance, pour devenir de la bonne grosse bêtise. 

            Enfin, dernière remarque : L’Europe n’existe pas pour Hubert Védrine.

            La conséquence de cette incapacité à concevoir une politique diplomatique européenne ne permet pas de comprendre pourquoi les Français reprochent aux Anglais d’avoir une conception étriquée de l’alliance europénne, qu’ils conçoivent comme un marché et non comme une entité politique à part entière, ni pourquoi les Français reprochent aux Américains de ne pas trop se soucier de l’avis des Européens lorsqu’il s’agit de prendre leurs grandes décisions stratégiques.

            Finalement, les Anglais et les Américains ne font que partager le point de vue d’Hubert Védrine : L’Europe n’existe pas.


            • frédéric lyon 11 juillet 2008 09:36

              Quant à cette fameuse "Union pour la Méditerrannée", qui n’intéresse personne en Europe, pas même les autres pays européens riverains de la Méditerrannée, c’est une invention typiquement française : De la poudre aux yeux qu’on jette pour essayer de faire croire qu’on existe et qu’on a encore un rôle de leader.

              En quoi cette "Union" pourrait-elle interesser l’Allemagne ? La Pologne ? L’Angleterre ? L’Autriche ? Le Danemark ? la Hollande ?

              Alors qu’elle n’intéresse même pas l’Espagne et l’Italie ?

              Cette façon d’essayer d’interesser nos partenaires européens au destin de nos anciennes colonies d’Afrique du Nord a quelque chose d’un peu irréel.

              L’avenir de l’Europe se trouve bien sûr à l’Est et non au Sud, et les discussions stratégiques qui ont commencés récemment en Russie et qui doivent définir la coopération économique, mais aussi politique entre la Russie et l’Europe ont beaucoup plus d’importance pour tous nos partenaires, qui ont bien raison sur ce point.


            • arroc 11 juillet 2008 09:48

              Oh, les pauvres américains dénigrés !

              Il ne s’agit pas d’astuce. Il n’y a que ceux qui ignorent la réalité économique des usa (dette incroyable, fonctionnement abusif de la planche à billets et exportation de l’inflation par le biais des transactions sur le pétrole) qui prennent les dirigeants américains pour des imbéciles malfaisants. Ce ne sont pas des imbéciles, et même si leur président actuel (et il fallait quelqu’un de pas très futé, ceci est vrai) serait plus à sa place en tant que cantonnier, ses conseillers n’ont pas perdu le nord. Après, à vouloir jouer les chefs du monde, nos ploucs texans font quand-même énormément d’impairs, et s’en moquent, protégés qu’ils sont par leur situation géographique.

              Hubert Védrine le dit d’ailleurs, il faudrait que les usa partagent un peu le pouvoir (ONU et FMI qu’il cite, mais aussi OMC à mon avis). Mais il omet de dire que cet abandon de suprématie les remettrait à leur place, ce qui finalement les relèguerait probablement à notre rang. Et ça, est-ce supportable de leur point de vue ?

              L’Europe selon Védrine n’existe pas ? Certes non. Quand il parle de peuples et d’Etats-Nations, il sous-entend à mon avis que l’Europe (qui est englobée dans ce qu’il appelle les alliances) se doit d’être fédérale et non pas un léviathan absorbant peuples et traditions sur son passage ("la terre n’est pas plate", dit-il).

              Pour ce qui est de la politique anglaise, il faut quand même bien voir que la Manche leur semble plus difficile et longue à franchir que l’océan Atlantique. La question majeure à mon sens étant plutôt : le Royaume-Uni aura-t’il vraiment sa place en Europe, tant qu’il sera le vassal des usa ?


            • goc goc 11 juillet 2008 10:02

              c’est vrai qu’aux yeux de ce grand humaniste qu’est frederic lyon, Monsieur Vedrine a le defaut principal de considerer les palestiniens comme des etres humains, ayant autant le droit a un pays que n’importe quel autre habitant de la terre.

              bouhou le vilain Vedrine !!!


            • frédéric lyon 11 juillet 2008 10:03

              La question majeure à mon sens étant plutôt : le Royaume-Uni aura-t’il vraiment sa place en Europe, tant qu’il sera le vassal des usa ?

              ...........................

              Voilà une question "majeure" qui ne se pose même pas, car j’ai bien peur que nos partenaires ne songent pas à vous demander votre avis quant à la place du Royaume Uni en Europe !


            • Gilles Gilles 11 juillet 2008 11:58

              arroc

              "le Royaume-Uni aura-t’il vraiment sa place en Europe, tant qu’il sera le vassal des usa ?"

              petite anecdote. au RU où j’ai habité existe un mouvement supporté par des politiques qui veulent que leur pays quitte l’europe et joigne l’Alena américain, au nom de la plus grande proximité sur les valuers, l’économie entre eux et les USA. ET les british sont trés largemnent contre le "Superstate" européen. Un réferendum pour quitter l’UE serait peut être gagné haut la main (avec aussi 60% d’abstention)

              Sinon pour l’OMC ce ne sont les USA qui font l’ordre du jour a eux seuls, mais l’UE au moins autant, car l’UE est carrément trés trés libérale alors que les USA, même s’ils le sont quant c’est leur interêt, ne négligent pas leurs intérêts propres
              ( agriculture, aéro, ports.....) même si protectionistes et ont une politique industrielle (et pas l’UE)


            • Traroth Traroth 11 juillet 2008 14:12

              @Gilles : Mais qu’ils ne se retiennent surtout pas ! L’Europe ne se porterait que mieux sans eux ! Voila bien un point où on ne peut que partager l’avis de De Gaulle !


            • Traroth Traroth 11 juillet 2008 14:13

              Ca leur permettra, comme le Mexique et même le Canada, d’apprécier la richesse et l’équilibre des échanges au sein de l’Alena... smiley


            • Traroth Traroth 11 juillet 2008 14:20

              Seul problème, et de taille : seuls 13,9% des exportations britanniques sont à destination des Etats-Unis. Contre 10,9% à destination de l’Allemagne, 10,4% de la France, 7,1% de l’Irlande, 6,3% des Pays-Bas, 5,2% de la Belgique, 4,5% de l’Espagne. Pour les importations, c’est encore plus flagrant : 8,9% des importations britanniques viennent des Etats-Unis, et 12,8% d’Allemagne, 6,9% de France, 6,6% des Pays-Bas et 4,5% de la Belgique.
              On voit tout de suite, derrière les grandes paroles, pourquoi le Royaume-Uni ne quitte pas l’Union européenne...


            • Gilles Gilles 11 juillet 2008 16:30

              En effet Traroth, les mileux économiques UK sont pour l’Europe...voir pour l’Euro ! Ils voient leur porte monnaie avant de dégoiser en fonction de leurs émotions. Donc aucun gouvernement UK ne quittera l’Europe, même si des poliques (conservateurs souvent) alimentent la HAINE viscerale anti européenne pour des raisons pragmatiques électoralistes (aprés ils mettent un bémol) vers les neuneux

              Et on ne veut pas que le RU quitte l’Europe. L’Europe est basée autours d’une unité d’abord. Ensuite, vaut mieux les British avec nous que contre nous. Les britanniques jouent beaucoup la dessus pour obtenir des avantages mais jamais ils ne se barreront

              + le fait que British = angleterre + ecosse + Walles + irlande du nord et que , sauf erreur, mis à part les anglais qui se sont toujours méfiés du continent (comme ils disent) , les autres sont plutôt europhiles (du moins pour l’idée européenne, peut être pas pour ce qu’on en fait actuellement)



            • Jordan Jordan 11 juillet 2008 19:31

              Effectivement eh !  l’ANA arrange tres bien nos affaires au Canada


            • millesime 12 juillet 2008 17:18

              une balance commerciale déficitaire pour la France, 10,4% contre 6,9%, voila une négociation à mener par nos dirigeants pour équilibrer la balance avec les britanniques, l’imposer même (comme avait fait Madame Tatcher quand elle réclamait ses "sous").. !


            • Plum’ 11 juillet 2008 09:50

              Je signale qu’à propos de l’Union Européenne, Hubert Védrine est un des trop rares partisans du Oui à avoir une approche pragmatique, susceptible d’aller vers un certain consensus avec des partisans du Non. Voyez l’article du Monde : http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/06/19/europe-il-est-urgent-d-eviter-de-nouveaux-bricolages-institutionnels_1060089_3214.html#ens_id=1032345,

              C’est autre chose que l’aveugle fuite en avant des Sarkozy, Kouchner & Cie...


              • morice morice 11 juillet 2008 10:01

                 et Lyon fait l’impasse sur quoi ? Je vous le demande ? sur ça...
                Il y a une peur de l’Occident face au monde arabo-musulman, et inversement. C’est un «  choc d’inculture  ». L’Iran est un pays nationaliste, mais pas davantage que les Etats-Unis ou la Chine. Je suis convaincu qu’il pourrait y avoir une politique occidentale plus astucieuse face à l’Iran que de l’ostraciser.
                Logique chez lui... lui qui souhaite tant atomiser l’iran....


                • frédéric lyon 11 juillet 2008 10:06

                  Le sort de l’Iran se réglera dans un an.

                  Védrine a évoqué lui aussi l’hypothèse selon laquelle les iraniens pourraient être trop irrationnels pour que l’affaire puisse se régler gentiment.

                  Attendons donc la suite.


                • frédéric lyon 11 juillet 2008 10:20

                  Pour ce qui concerne la Palestine, dont Védrine a peu parlé, sinon par incidence, on peut noter que la création éventuelle d’un Etat Palestinien est une question qui n’intéressent pas grand monde, tout compte fait.

                  On pose et on repose la question de temps en temps, mais qui a intérêt à la création aujourd’hui d’un Etat qui aurait dû être créé depuis soixante ans ?

                  Israël s’en fout.

                  Les pays arabes de la région (Egypte, Syrie, Jordanie) s’en moquent comme de leur première paire de babouches.

                  Les pays du quartet traite cette affaire comme une affaire périphérique.

                  Les Palestiniens, dans leur grande majorité, ne savent même pas de quoi il est question, seule une minorité mafieuse s’en sert comme d’un levier pour asseoir son pouvoir sur certains territoires.

                  Et tout le monde sait que la création éventuelle d’un Etat ne changera rien sur le terrain : Des activistes continueront de balancer des feux d’artifice par dessus la barrière, de temps en temps, et les israëliens iront faire le ménage. L’Etat Palestinien ne sera qu’un Etat d’operette, incapable de nourir sa population et de contrôler son territoire, qui ne sera pourtant pas plus grand qu’un mouchoir de poche.

                  Le point le plus important est qu’aucun pays arabe ne se risquera plus aujourd’hui à aller affronter Tsahal en face à face, donc il n’y aura plus de guerre des six jours.

                  Par conséquent le reste est sans grande importance et on ne voit pas bien à quoi pourrait bien servir un Etat Palestien.


                • Gilles Gilles 11 juillet 2008 12:14

                  Lyon

                  " Par conséquent le reste est sans grande importance et on ne voit pas bien à quoi pourrait bien servir un Etat Palestien."

                  D’accord avec vous et Vedrine en avait déjà parlé de cette idée d’un etat binatinal judeo-arabe, qui je crois commence à avoir des adhérents dans chaque camp (s’ils arrivent a ne pas s’autodétruire avant)

                  en tout cas le statut quo, s’il dure, finira en catastrophe absolue, peut être même signifiant la fin d’Israël tel q’il est à ce jour


                • claude claude 11 juillet 2008 14:17

                  bonjour,

                  je ne sais pas si vous avez remarqué, mais quand un élément dérange mr lyon, il dit "les français", comme s’il était le porte parole d’un "panel tiré au sort, représentatif de l’ensemble des français".

                  mr lyon passe son temps à faire des sondages :

                  • que pensez-vous d’hubert védrine ?
                  • êtes vous pour la création de l’état palestinien à côté de l’état d’israël ?
                  • les palestinniens ont-ils une âme ?
                  • que veut dire " ostraciser" ?
                  • est-ce que tagguer une burka, c’est tromper ?
                  il se pose la question 1500 fois et nous retransmet les résultats analysés de cette recherche...

                  c’est quand même plus facille que de s’appuyer sur des arguments documentés ! smiley

                • millesime 12 juillet 2008 18:08

                  @lyon
                  sort de l’Iran réglé...sauf que l’Iran vient de tester un missile sous-marin le plus rapide du monde, ce qui amène les autorités américaines à modifier leur position vis-à-vis d’une intervention militaire contre l’Iran..ainsi le secrétaire d’Etat à la Défense, Robert Gates, vient de déclarer jeudi que les US n’ont pas l’intention de recourir aux moyens "non diplimatiques" à l’égard du dossier nucléaire iranien.. !

                  je dirais que nous sommes en présence d’une confrontation directe entre deux logiques archaïques ; celles des dirigeants iraniens qui ignorent l’intérêt collectif mondial pour se focaliser sur leurs intérêtes nationaux à cout terme et celle des dirigeants des Etats-Unis qui identifient leurs intérêts propres avec ceux du reste du monde ....( nous sommes très loin de l’ordre établi après 1945.. ! il serait bon d’envisager d’autres conceptes dans une vision de long terme, adaptés aux réalités du XXIème siècle...)


                • tvargentine.com lerma 11 juillet 2008 10:15

                  Que pouvons nous retenir d’un Hubert Vedrine par rapport à Dominique DeVillepin ou d’un Alain Juppé à ce même poste ?

                  Que Mr Vedrine ne sait que parler et intellectualiser des proses alors que JUPPE et DeVillepin ont agit véritablement et ont été considéré comme de très bon Ministre des affaires etrangères même pour des hommes politiques de gauche

                  Vedrine et dans la continuité du Mitterandisme de la politique etrangère ou la France devient tres petite et n’arrive pas à faire entendre sa voix



                  • arroc 11 juillet 2008 10:28

                    Lerma l’intellectualisateur de proses ou les infortunes de la cohérence quant à la riposte graduée :

                    S’il n’y a que Villepin contre son idole, alors il tape sur Villepin qui est un imbécile attentiste.

                    Mais si c’est un socialiste qui s’exprime, alors Villepin et Juppé ne sont plus des imbéciles attentistes, ils sont de bons éléments par rapport aux méchants mitterandiens imbéciles attentistes.
                    Dites-moi Lerma, que ressentez-vous par rapport au fait que Villepin se soit exprimé à l’ONU contre la guerre en Irak, et que sarkozy se soit excusé auprès de bush à ce propos ?





                  • morice morice 11 juillet 2008 10:18

                     par frédéric lyon 

                     
                    La question majeure à mon sens étant plutôt : le Royaume-Uni aura-t’il vraiment sa place en Europe, tant qu’il sera le vassal des usa ? 

                    décidément votre VOCABULAIRE explique votre pensée moyenâgeuse, Lyon...

                    • Zalka Zalka 11 juillet 2008 10:22

                      Morice, j’ai beau ne pas apprécier Lyon et le considérer comme un des pires fachos de ce site, je ne vais pas lui reprocher cette phrase. Pourquoi ? Parce qu’elle n’est pas de lui. Il citait justement le propos d’une personne lui parlant.


                    • arroc 11 juillet 2008 10:30

                      Loin de moi de vouloir prendre la défense de frédéric lyon, mais c’est moi qui ai écrit cette phrase, qu’il a citée sans guillements pour me répondre.


                    • JL JL 11 juillet 2008 10:51

                      Il semble que Morice se soit pris les pieds dans le tapis. Dit autrement, c’est un magnifique coup de pied de l’âne que Morice donne là à Lyon.

                      Désolé Morice, mais celle-là sera difficile à oublier.


                    • JL JL 11 juillet 2008 10:57

                      Normal que Morice se soit planté sur ce coup : lui non plus ne met jamais de guillemets quand il cite. J’en conclue que, soit il ne sait pas ce que signifient les guillemets, soit il le fait volontairement, pour induire en erreur, provoquer et faire un maximum de "bruit".

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires