• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > La marche des fiertés, un combat pour l’égalité

La marche des fiertés, un combat pour l’égalité

La marche des fiertés de ce samedi 24 juin 2010 est un rendez-vous fraternel entre tous, lesbiennes, gays, bi et trans de Paris, des banlieues et de la France entière, et tous ceux qui partagent cette belle volonté de vivre, tous ensemble, dans l’égalité des droits au sein de la communauté nationale. La marche parisienne est emblématique, point d’orgue des célébrations et des espoirs qui s‘expriment dans toute la France au travers des marches en région.

Violences, discriminations : malgré plusieurs décennies de progrès que la gauche a porté et soutenu, le mots d’ordre de cette marche est encore une fois marqué du sceau des inquiétudes qui marquent encore la vie des homosexuel(le)s dans le pays des droits de l’Homme. L’association SOS Homophobie, à l’écoute quotidienne des victimes, a reçu 1259 appels et courriels en 2009 signalant des faits d’homophobie. Soit 4 cas par jour ! Ces chiffres sont la face cachée de l’immense iceberg des brutalités que subissent chaque jour nos concitoyens. L’affaire du Paris foot gay, club victime d’homophobie dans le sport, les difficultés rencontrées par les organisateurs de Kiss-in à Paris et à Lyon, ou encore ces jeunes femmes et adolescents jetés à la rue suite à leurs coming-out recueillis par l’association Le Refuge à Montpelier et aujourd’hui à Paris nous rappellent que le combat, le respect des choix individuels et du mieux vivre ensemble se mène chaque jour !

La France de 2010 garde encore trop souvent les yeux fermés sur ces faits. Songeons à la situation catastrophique vécue à quelques kilomètres du centre de Paris, dans nos banlieues par des Femmes et des Hommes terrorisés dans leur quotidien. Comment accepter que certains de nos concitoyens ne puissent vivre leur choix de vie que dans la clandestinité ? Que penser de cette polémique stérile autour d’un film éducatif, le baiser de la Lune ? Un ministre qui s’oppose à sa diffusion dans les écoles primaires parce que traiter de ces sujets en primaire, « semble prématuré ». Maire d’un arrondissement placé sous le signe de la diversité, je ne peux qu’être sensible à ces situations intolérables, inégalitaires et les combattre.

Face à ces attaques, le monde LGBT revendique depuis plusieurs années une pleine et entière égalité, menant de front préventions, sensibilisations, réflexions sur la mémoire, sur les différentes formes de parentalités,... Mais la tâche est immense sur le plan légal mais surtout sur le plan éducatif. L’apprentissage et le respect de la diversité et de l’égalité des droits doivent représenter, plus que jamais une garantie du bien vivre ensemble dans notre société en crise. Nous, à gauche, ne faiblissons jamais pour défendre haut et fort nos valeurs, oser la réflexion, l’écoute, l’audace sur tous les sujets de sociétés, et pour combattre sans relâche l’homophobie qui n’est que l’un des visages de la peur et de la haine de l’autre. Déjà en 2007, Ségolène Royal avait porté le combat de l’égalité des droits : droit au mariage, droit à l’adoption, droit à la procréation. Aujourd’hui encore, ce combat demeure d’actualité. Une France plus juste est aussi une France qui crée les conditions d’une pleine reconnaissance de toutes les différences, au delà des préférences sexuelles, des choix de vie, du niveau social, du lieu de vie. Un riche travail de réflexion nous attend encore entre le monde associatif et les responsables politiques pour créer, loin du communautarisme, un bien vivre ensemble, durable, responsable et respectueux de chacun.

En tant qu’élue parisienne de gauche, maire d’un arrondissement emblématique, je soutiens le mot d’ordre de la marche des fiertés de samedi et porte l’espoir d’un projet politique ambitieux marqué du sceau de l’égalité des droits et de la lutte contre toute forme de discrimination.

Dominique BERTINOTTI
Maire du IVème arrondissement

Moyenne des avis sur cet article :  1.94/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • Rounga Roungalashinga en personne 26 juin 2010 11:44

    L’association SOS Homophobie, à l’écoute quotidienne des victimes, a reçu 1259 appels et courriels en 2009 signalant des faits d’homophobie. Soit 4 cas par jour !

    C’est quoi un « fait homophobe » ? Dire « sale pédé » est-il un « fait homophobe », ou bien un « fait homophobe » est-il quelque chose de plus grave, de l’ordre de l’agression physique ?
    Dans le cas où ces « faits homophobes » concernent des particuliers et non des institutions, à quoi peut bien servir une telle marche, sinon à exaspérer et à crisper les individus qui se rendent coupables de « faits homophobes » ?
    Il serait peut être temps d’arrêter avec ces « fiertés » communautaires et victimaires. Les homos sont de mieux en mieux acceptés par la société, c’est une évidence : il n’y a pas 15 ans l’homosexualité était encore taboue, alors qu’aujourd’hui on la voit partout. De plus, l’égalité en droit existe entre homos et hétéros, ce qui n’a pas toujours été le cas. Que demander de plus ? Je ne crois pas que partir à la chasse des dernières opinions hostiles soit très productif, au contraire.


    • Mmarvinbear mmarvin 27 juin 2010 12:03

      En plus, 4 par jour pour un pays de 60 millions d’habitants... Même si ces 4 ne sont que le dixième de ce qui se dit ou fait, cela reste minime. Faut pas pousser non plus.


    • King Al Batar King Al Batar 26 juin 2010 12:33

      En ayant rien d’homophobe, les gens qui situent leur fierté au niveau de leur pratiques sexuelles, ça me fait chier. Je ne sais pas moi..... Je suis fier de mes parents, de mes études, de choses bien que j’ai fait dans ma vie, peut être de certaines ex. Mais je ne suis pas spécialement fier de mes préférences sexuelles, et cela me parait d’ordre privée.


      J’arrive pas à comprendre pourquoi ils nous font chier au moins 3 fois par an, a marcher au nom de leur sexualité. On a peut être oublié de leur dire qu’on en avait rien a foutre.



      • inès 26 juin 2010 14:25

        Al Batar

        A remarquer que si ces générations spontanées n’en finissent pas de se multiplier, les hétérosexuels vont devenir une minorité. ce jour là, ils auront droit à la parole.

        Aujourd’hui la fantaisie, demain les hétérosexuels ; soyez patients, chacun son tour.


      • Iren-Nao 26 juin 2010 14:32

        Bien dit King
        yen a meme plein le cul de leurs histoires de trous de balle.

        J’ai carrement l’impression qu’il y a des temps qui trottent, des choses carrement beaucoup beaucoup plus importantes.

        Elle est deja en campagne madame Le Maire ?

        Iren Nao


      • iceluy 27 juin 2010 11:19

        Je suis homosexuel et n’en tire pas vraiment de fierté, pas plus que de honte, toutefois le problème reste que précisément, une bonne part de la société en a à foutre de nos préférences sexuelles. Le terme de fierté est exagéré, certes, mais il s’oppose surtout à la honte qu’éprouvent beaucoup d’homosexuels, et, surtout, beaucoup de familles. Et si pour certains, la marche est l’occasion de revendiquer leur sexualité, elle est pour d’autres une manière (très maladroite, je pense, mais justifiable) de revendiquer l’égalité civique, une question bien moins superficielle qu’il n’y paraît - qu’on y soit favorable ou non.


      • Mmarvinbear mmarvin 27 juin 2010 12:05

        Il y a de plus un fait qui n’est que rarement souligné.

        Une statistique effrayante.

        100 % des homos, oui, 100 %, sont nés d’un rapport hétérosexuel !

        La base du problème gay, c’est l’hétérosexualité !

        Supprimons les rapports hétéros pour éliminer les gays !


      • Unghmar Gunnarson Unghmar Gunnarson 26 juin 2010 13:51

         Madame la « maire d’un arrondissement emblématique » ( de quoi ? Je me le demande ) soutient la marche de la fierté. Merci pour cette information passionnante au goût d’auto-promotion qui, en ces temps de « réformes » et « modernisation » du pays, va nous sauver du chaos ambiant.


        • Mmarvinbear mmarvin 27 juin 2010 12:06

          Oui, les municipales commencent tôt cette année...


        • Le péripate Le péripate 26 juin 2010 14:03

          Oui, osons l’audace.

           smiley


          • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 26 juin 2010 14:08

            Magnifique formule smiley
            Comme un hommage à Muray.


          • foufouille foufouille 26 juin 2010 17:49

            « Oui, osons l’audace. »
            de mendier ?
            ca rapporte ?


          • Mmarvinbear mmarvin 27 juin 2010 12:07

            Je peux répondre à la question : oui...


          • Meth 26 juin 2010 14:27

            Bon ca commence mal l’article, première ligne de lue et hop mauvaise date :
            « La marche des fiertés de ce samedi 24 juin 2010 »
            Hmmm c’est moi ou alors on est le 26 Juin ? Sauf pour « l’auto-promotion » comme cité par Unghmar je n’en vois pas l’utilité...
            Ce n’est pas en s’affichant de plus en plus dans la rue de cette manière que les derniers réfractaires à l’homosexualité changeront d’avis, bien au contraire.... M’enfin ce n’est que mon avis.


            • joelim joelim 26 juin 2010 14:42
              Le communautarisme est un buziness très malsain dans lequel les politiciens les plus opportunistes aiment se vautrer.
              Et cela, sans aucune homophobie de ma part.

              Chère politicienne, considérez ne serait-ce que cette contradiction :

              - toute personne disant qu’elle est fière d’être hétérosexuelle serait considérée comme scandaleusement homophobe,

              - par ailleurs vous encouragez l’absurdité d’être fier d’être homosexuel(le).

              Çà vous arrive de réfléchir ?

              • Mmarvinbear mmarvin 27 juin 2010 12:08

                De toute façon, on ne peut être fier que de ses actes.

                Seuls les cons sont fiers de ce qu’ils sont.


              • Giordano Bruno 26 juin 2010 15:37

                Aujourd’hui, ce qui est difficile à vivre en France, c’est d’être :

                homme
                adulte
                blanc
                français
                patriote
                hétérosexuel
                athée

                Ce sont les nouveaux exclus du XXI ème siècle.


                • Antoine Diederick 26 juin 2010 19:09

                  ....et j’ajouterais : « ...de ne pas se faire piquer son vélo » smiley


                • avocatdudiable avocatdudiable 27 juin 2010 09:36

                  athée ? Pas d’accord. Y a que des athées des cathos ou islamistes. Les gens ne savent plus ce qu’est d’être agnostique, qui est la vraie pensée scientifique de l’attitude à adopter vis à vis de la croyance ;


                • Charles Martel Charles Martel 26 juin 2010 16:30

                  Pour moi la marche des fiertés c’est ceux qui ont défilé pour nos retraites.

                  Pas ces DINK parisiens, parc électoral de choix pour le PS, qui situent leur fierté dans leur pratique sexuelles dont on a , il est vrai, rien à foutre.


                  • foufouille foufouille 26 juin 2010 17:51

                    2 femmes bi, un homme ..........


                    • Mmarvinbear mmarvin 27 juin 2010 12:10

                      Ta vision du paradis ?

                      Tu devrais essayer « huis clos » de Sartre.

                      Un homme, deux femmes dont une gouine et dont l’être aimé n’est jamais de la bonne combinaison.

                      Une belle vision de l’enfer.


                    • COVADONGA722 COVADONGA722 26 juin 2010 17:57

                      à l instar de la religion les préférence sexuelles devraient rester de l ordre du privé.
                      On ne peut protester contre une religion laissant ses adeptes prier dans la rue et tolerer ces carnavalesques défilés prosélytes .Je me garderais bien de juger des capacités et de la valeur de quelqu uns a l aune de ses préférences sexuelles par contre l enervé/e qui me les projette a la face comme un etendard me les brisent menu menu .


                      • Reinette Reinette 26 juin 2010 18:30


                        combattre l’homophobie, soit - les homos doivent avoir -ni plus ni moins- les mêmes droits que tout de monde

                        j’espère seulement qu’un jour les maires des arrondissements de Paris s’attaqueront aussi activement au problème de logement que rencontre de plus en plus de Parisiens.


                        • Rounga Roungalashinga en personne 27 juin 2010 09:08

                          combattre l’homophobie, soit - les homos doivent avoir -ni plus ni moins- les mêmes droits que tout de monde

                          Quels droits les homosexuels ont-ils en moins que les hétérosexuels en France aujourd’hui ?


                        • Mmarvinbear mmarvin 27 juin 2010 12:12

                          Pour le logement c’est facile : arretez de tous vouloir vivre au même endroit ! Paris n’est pas le Centre du Monde ! La France, c’est 550 000 kilomètres carrés en partie vide et oui, la vie et l’électricité existent au delà du périf !


                        • Reinette Reinette 27 juin 2010 15:15


                          Mmarvin, salut
                          partir de la région parisienne pour s’installer ailleurs, je serais d’accord, mais pour trouver du boulot c’est moins évident - surtout en ce moment.


                        • Rounga Roungalashinga en personne 27 juin 2010 15:32

                          partir de la région parisienne pour s’installer ailleurs, je serais d’accord, mais pour trouver du boulot c’est moins évident - surtout en ce moment.

                          Vous plaisantez ou quoi ? Moi ça fait presque un an que j’essaie de trouver un poste en région parisienne. J’ai dû me rabattre sur la province, ce qui me fait bien chier d’ailleurs.


                        • Antoine Diederick 26 juin 2010 19:05

                          très beau patrimoine historique dans ce coin 


                          • Antoine Diederick 26 juin 2010 19:07

                            et surement bcp de spéculations immobilières depuis 1980....


                          • Jojo 26 juin 2010 19:56

                            « La marche des fiertés de ce samedi 24 juin 2010 est un rendez-vous fraternel entre tous, lesbiennes, gays, bi et trans »

                            Mme le maire vous êtes un drôle de rassembleur vous… Reprenez-moi si je me trompe mais quand on parle de fraternité, qu’on dit « tous », puis qu’on se met à donner une liste, il y a plutôt intérêt à être exhaustif non ? Vous êtes sûre de n’avoir oublié personne ?

                            Un comble pour qui se plaint d’exclusion smiley

                            PS : « Le droit de procréer » eh bé, si un jour vous déménagez à Constantine smiley, je ne voterai pas pour vous 


                            • Louise Louise 26 juin 2010 20:27

                              Je sais bien que les homos sont souvent en butte aux moqueries, et parfois au rejet (par leur propre famille), quand ce ne sont pas aux agressions physiques.

                              En quoi ces marches de « fierté » peuvent-elles amener à changer les regards et les comportements ?

                              J’ai un fils homo. Il ne participe pas à ces mascarades parce que le côté « folles » tellement mis en avant par la télé le répugne. Il n’a pas honte d’être homo, mais n’en est pas fier non plus...comme n’importe quel hétéro...


                              • Mmarvinbear mmarvin 27 juin 2010 12:13

                                Il a bien raison...


                              • Annie 26 juin 2010 21:01

                                Lorsque les handicapés défilent dans la rue pour demander leur droit à l’égalité, droit à l’égalité qui veut dire qu’il est nécessaire de faire certains ajustements pour qu’ils aient la possibilité de travailler comme tout le monde, ou bien d’aménager des rampes pour qu’ils puissent accéder à leur lieu de travail, personne ne trouve cela gênant.
                                Lorsque les homosexuels revendiquent leur fierté d’être homosexuels, il faut savoir lire entre les lignes. Ce qu’ils disent vraiment est qu’ils n’ont pas honte de l’être et ils ont raison.


                                • barrere 26 juin 2010 21:17

                                  et on s’en fout qu’ils n’en ai pas honte..... mais à sex ..iber ainsi ils sont surtout ridicules


                                • Annie 26 juin 2010 21:21

                                  Le ridicule ne tue pas, mais l’homophobie tue parfois.


                                • Jojo 26 juin 2010 21:37

                                  Non personne n’a le droit de s’en prendre à eux pour ce qu’ils sont Annie ni à qui que ce soit d’autre d’ailleurs, en revanche je ne suis pas d’accord lorsque vous dites il faut lire entre les lignes etc, ce qu’ils disent vraiment...

                                  Pas besoin de lire entre les lignes, ils se sont exprimés et en clair. Je viens de regarder le journal de France 2 sur TV5 et ça tournait autour de trois axes :

                                  1 « Aujourd’hui c’était une explosion d’homophobie sur internet, il y en a marre, il y en a marre... »

                                  2 « Le gouvernement, bla bla bla, droit d’adopter bla bla bli » 

                                  3 « Des couples homosexuels qui se bécotent »

                                   

                                  Leur mœurs ont autant d’importance à mes yeux que probablement les miennes aux leurs, là n’est pas du tout la question, en revanche le cocktail détonnant victimisation appelant à riposter (esprit d’act-up et d’autres), militantisme imposant à tous sa vérité et enfin provocation pure et simple, ne me dit rien qui vaille, mais ai-je encore ce droit ?  


                                • Annie 26 juin 2010 21:50

                                  Je répondrai simplement que les réactions des homosexuels, des immigrés, des handicaps etc. de tous ceux qui se sentent discriminés, ne sont justement que des réactions vis-à-vis d’une société qui les acceptent plus ou moins, ou qui préfèrerait qu’ils soient invisibles. En faisant systématiquement une distinction entre eux et nous, nous les poussons dans leurs derniers retranchements, et nous les forçons à se définir en fonction d’une orientation sexuelle, d’un handicap, d’un pays d’origine ou d’une religion. L’intolérance est à l’origine de cette revendication de la diversité ; sans discrimination, la diversité n’aurait aucun sens.


                                • Jojo 26 juin 2010 22:22

                                  Annie,

                                  Je suis sur un projet où il faut parfois se battre avec un concepteur pour que l’accès à un dispositif d’urgence soit possible pour un handicapé non accompagné dans une situation de danger extrême. La réglementation pertinente pourtant irréprochable et prolixe de précautions avec moult détails lorsqu’il s’agit de protéger Monsieur/Madame tout le monde (sans distinction de mœurs est-il besoin de le préciser), ne le prévoit que par une phrase laconique sans aucune précision ni obligation d’ordre technique et si je me bats face à une personne qui me dit « aucune norme ne m’y oblige et puis ça devrait aller comme ça ne vous inquiétez donc pas », ce n’est pas que je vise le « paradis » (je précise pour certains que c’est une image), c’est plutôt que j’ai les pépètes de « l’enfer » vu qu’en l’occurrence l’handicapé le jour J n’aura pas eu d’autres chances de s’en sortir que le minable véto de ma petite personne. Alors pas question de céder d’un pouce.

                                   

                                  Et si au sortir du boulot, je vois des handicapés défiler et traiter la société « normale » dont je serais de tous les noms d’oiseaux ça m’étonnerait que j’y trouve à redire. Votre comparaison ne tient simplement pas, les LGBT ne sont pas sans défense que je sache.

                                   

                                  Vous avez une autre approche autrement plus respectable celle de votre tolérance et de votre respect de l’autre quel qu’il soit, j’ai déjà eu l’occasion de constater que ce n’étaient pas vous concernant, des paroles en l’air, mais je pense pas que l’homophobie soit une excuse à ce que je décris plus haut où alors tous les « exclus » ont droit à tous les excès qu’il leur plaira de pratiquer :

                                  Musique, à vous les obèses, les filles qui ne se trouvent pas jolies, les diminués de la comprenette, les surdoués premiers de la classe, les collègues qui sentent mauvais, ceux qui parlent trop, celles qui tapent sur le système, les voisins qui ont trop de gosses, les grossiers personnages, les petits, les trop grands, les maigres, les pauvres, les fans de foot etc… Tous des victimes, tous ont droit à notre compréhension quoiqu’ils fassent. 

                                  Je sais pertinemment que ce n’est pas vraiment ce que vous dites, mais un peu quand même. Bonne nuit.



                                • Jojo 26 juin 2010 22:36

                                  Failli oublier

                                  D’autres exclus du même genre... Les femmes, si si ; du moins à l’en croire elle et ses semblables : 

                                  Tout y est, le juste combat, l’héroïsme, les opérations coup-de poing et tout et tout. smiley 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires