• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Le Libertisme, un anarchisme néo-païen de Nouvelle Droite

Le Libertisme, un anarchisme néo-païen de Nouvelle Droite

En se renseignant sur les différentes tendances politiques via Internet (généralités théoriques via Wikipédia d'une part, mais aussi sites de partis, etc.) on peut tomber sur le forum des autoproclamés libertaires, Libertaire.net. C'est très étrange, que les anarchistes/libertaires de gauche prétendent se réclamer de la liberté et de l'absence de pouvoir, car ce qu'ils font concrètement revient à de l'instinct grégaire d'entre-soi tendu, sous leurs airs flex. Il y a quelque chose dans leur esprit, de profondément fanatisé. Ce qui, pour l'anecdote, rend parfaitement cohérente l'idée d'islamo-gauchisme, même quand il n'est pas libertaire - par exemple chez Alain Soral et sa raison émotionnelle. C'est que chez les "libertaires" aussi, la raison émotionnelle règne, et tout ce qui y compte hélas, correspond à un vaste conformisme militant largement passé dans la loi française pour tout dire (contre les discriminations et diverses possibilités d'initiatives, à commencer par les leurs). Voilà entre autres pourquoi, malgré leur posture d'opposition gauchiste, les "libertaires" abondent dans le sens de l'utopie libérale en fait anarcho-féodale. Seulement rassurez-vous, on trouve aussi de vrais libertaires, par exemple dans le libertisme, anarchisme de droite.


Couverture non-contractuelle à visée purement illustrative.

 

 

Misères de l'anarchisme/libertarisme de gauche

Il faut le répéter, les anarchistes/libertaires de gauche sont faux, fallacieux, trompeurs, illusoires. Ces malheureux se leurrent quant à leurs propres dynamiques de groupes, sociobiologies et sociologies des organisations. C'est-à-dire que l'animal humain étant ce qu'il est, il se trouve toujours des formes d'autorités. En effet, pour commencer, il faut bien se retrouver autour de valeurs communes, faisant autorité pour le groupe, ce qui lui permet de fonctionner comme une communauté solidaire, telle qu'un "local autogestionnaire". C'est très simple : on bouterait bien vite dehors celui qui ne l'honorerait pas, ou bien celui seulement qui véhiculerait d'autres valeurs dans ce même local. La question territorialiste est centrale, même pour ces gauchistes.

C'est ainsi que, parmi les anars/libertaires comme parmi les cocos/socialos (et aujourd'hui largement écolos, encore que la question écologique reste à régler - sans écologisme ce serait mieux) on se retrouve avec des égrégores très puissants (cf. Philippe Muray, le XIXème siècle à travers les âges) c'est-à-dire des esprits de groupe au sein desquels les individus sont d'autant moins des personnalités qu'ils se fondent dans la masse pour se croire individués. En clair : l'idéologie leur laisse miroiter qu'ils deviendront quelqu'un à travers elle, c'est-à-dire à travers la masse, ce qui n'a évidemment pas l'effet escompté de personnaliser, mais l'effet totalement inverse d'individualiser sériellement dans la masse idéologisée (Jean-Paul Sartre l'avait fait remarquer dès sa Critique de la raison dialectique). D'autant plus d'ailleurs, qu'ils n'échappent pas aux reconnaissances de l'ancienneté jugée plus fiable, ni aux phénomènes d'éminences grises - à savoir des mali(g)n(e)s qui influencent le collectif si subtilement qu'ils deviennent pour lui des référents sans mandat. Des autorités d'ancienneté et d'habileté, donc.

Mais qu'on se comprenne bien : l'actuel sociétalisme centriste français que représente Emmanuel Macron (Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterand, Nicolas Sarkozy et François Hollande auraient aussi bien fait l'affaire) et qui est en fin de comptes anarcho-féodal à la française, c'est-à-dire anarcho-féodal dans une version plus étatisée que d'autres pays libéraux - la France est légalement plus soviétique que la Russie soviétique - ce sociétalisme centriste français, quant à lui, fonctionne progressivement comme un tel égrégore, à travers les mass-médias diplomatiques, c'est-à-dire conciliants à l'égard dudit sociétalisme centriste. C'est que la France, plus qu'un autre pays peut-être, fonctionne à travers de piteux cercles (la franc-maçonnerie française n'étant pas vraiment initiatique mais politique, sans parler de mondanités telles que le Siècle, etc.). Tout ce château véreux a à s'effondrer, même selon l'utopie libérale !

Dans cette ambiance, évidemment, on aurait aimé que la droite fasse quelque chose, mais elle n'a rien fait d'autre que suivre le mouvement sociétaliste centriste, puisqu'elle était intéressée de participer auxdits piteux cercles, sur le mode de la confrérie du Pacte des Loups (Christophe Gans) - la réalité dépasse piteusement la fiction. Enfin pas toute la droite, puisque sourdit en elle la Nouvelle Droite dans les années 70-80, toujours active de nos jours quoiqu'elle fut reléguée dans l'ombre du Front National ... Front National largement médiatisé stratégiquement par François Mitterand. Afin, justement, que la Nouvelle Droite - c'est-à-dire la droite un peu plus sérieuse que les idéologies françaises, de l'extrême-gauche à l'extrême-droite en passant donc par l'actuel sociétalisme centriste, simili-soviétique - afin que cette vraie droite ne puisse pas venir avec son sens des réalités dans les cacophonies idéologiques. Cacophonies qui ne servent qu'à masquer les réalités donc. Mais il n'y a pas que la Nouvelle Droite, pour avoir réagi dans ce concert.

 

Une autre forme de "Nouvelle Droite" : le Libertisme, anarchisme de droite

Il n'est pas besoin d'être un grand intellectuel, pour sentir le bordel dans lequel la France - et pas que la France - est empêtrée, à cause de ses piteux cercles. Il suffit d'être un homme d'action et d'avoir de l'instinct, de la trempe, de la ressource, tel qu'Idriss Aberkane par exemple - parfois dans un style "Indigène de la République" surfait, il est vrai, encore que très bien assimilé. Enfin ce manque de liberté est tout ce qu'avaient compris, en 1974, les frères Mark et Dan Derieux, d'illustres inconnus pour la plupart d'entre nous, qui toutefois accouchèrent d'un essai politique alors diffusé à 40 exemplaires : le Libertisme. Or, ayant contacté récemment Dan Derieux toujours actif au plan littéraire et associatif avec ses filles (éditions Gungir, Vikingar) il m'a été donné de pouvoir lire entièrement le Libertisme et, en effet, c'est un ouvrage d'action.

Quatrième de couverture :

 

Le Libertisme est une proposition politique pour organiser au mieux nos sociétés. Cette idée s’est largement inspirée de la vie en société des vikings qui étaient des libertaires aristocrates. Dans ce roman/essai, vous prendrez connaissance de l’organisation de la communauté viking et vous jugerez si elle peut être transposable à nos sociétés actuelles comme le proposent les jeunes auteurs. Les auteurs de cet ouvrage sont des adolescents qui étaient dans un conflit permanent avec des gens de gauche, communistes essentiellement, très majoritaires dans la banlieue sud de Paris où ils vivaient. C’est en réponse aux harcèlements incessants de leurs opposants politiques, qu’ils rédigèrent cet ouvrage.

 

On le voit d'emblée : c'était un ouvrage énergique, jeune, fougueux, largement inspiré d'un néo-paganisme de type Asatru alors méconnu voire inconnu de ces deux-là, qui pouvait passer pour utopiste sous un angle, romantiste sous un autre angle.

Et pourtant, la Nouvelle Droite n'a pas fait autre chose que reconvoquer les racines de l'Ancienne Europe, telles que celtiques ... sinon qu'on se retrouve là sur une référence plus récente, les Vikings - bien avant la fameuse série du même nom, tout comme la renommée de l'Asatru - parce que les Derieux se connaissent effectivement une ascendance normande, dans l'ancien royaume de Rollon cédé par les Francs aux envahisseurs - pour s'en prémunir, à l'époque. Cela inspire, à bon droit, en toute francheté (vaillance, noblesse d'âme). Mais actuellement le Dan Derieux dans la force de l'âge se consacre surtout a ses passions, sans avoir perdu son élan orginel, de tendance onfrayienne (Michel Onfray).

Il faut pourtant dire que le néo-paganisme renaît en Europe, et qu'à ce titre le Libertisme est intéressant. Dan Derieux pourrait préparer une réédition corrigée du Libertisme, à moins que ce ne soit une suite.

 

Un anarchisme/libertarisme de droite

Il y a plusieurs anarchismes/libertarismes de droite. Notamment, des tendances à caractère intellectualiste en vérité, plutôt cérébrales pour d'évidentes raisons : la cérébralité isole et rend farouche devant le grand nombre. Prenez Pierre Desproges ou Fabrice Lucchini, par exemples pour les plus connus, mais aussi Philippe Muray déjà cité plus haut et théâtralisé par Lucchini d'ailleurs en 2010 ... puis prenez après tout Michel Onfray quand on y pense, à condition de bien redéfinir la droite dans nos termes sensibles post-Nouvelle Droite.

Tous les anarchismes/libertarismes de droite ont en commun l'aristocratisme au sens étymologique : du grec aristoi, les meilleurs, et kratos, le pouvoir (chez Onfray, c'était la magnanimité, dans sa Politique du rebelle déjà). C'est-à-dire que l'aristocratisme, loin d'être une volonté réactionnaire monarchiste d'oligarchie foncière & courtisane, telle que la France d'Ancien Régime l'a connue ... l'aristocratisme est avant tout une volonté d'humanisme antique, une volonté d'excellence humaine, dans la reconnaissance solidaire et généreuse des compétences, connaissances et sentiences de chacun.

A ce propos, en vérité, le monarchisme d'oligarchie foncière & courtisane - il ne faut pas se leurrer - est aujourd'hui du côté du sociétalisme centriste d'Emmanuel Macron, encore que l'esthétique d'Ancien Régime séduise les anarchistes/libertaires de droite intellectualiste, en termes culturels avant tout. Car cette oligarchie est médiocratique (Alain Deneault) surtout dans un pays verrouillant les véritables énergies, tel que la France.

Prenez le style du chevalier Grégoire de Fronsac (incarné par Samuel Le Bihan) dans le Pacte des Loups de Christophe Gans toujours : c'est un gentilhomme solitaire pugnace, qui n'a rien de l'homme de cour macroniste si bien dépeint par Baltasar Gracián. Avec le Libertisme de Mark et Dan Derieux, nous sommes à plein dans l'archétype du chevalier Grégoire de Fronsac, or c'est évident avec le personnage principal d'un des romans de Dan Derieux, l'Impasse, bandit d'honneur de l'ordre d'un comte de Monte-Christo ... comte d'ailleurs incarné par Gérard Depardieu en 1998. Passons.

Car de l'honneur il est justement question dans le Libertisme, chez les Vikings, mais les jeunes Mark et Dan Derieux étaient réalistes : ils savaient que tous les Vikings n'étaient pas honorables, et qu'il y a des cons partout qui, s'ils étaient mis en orbite, n'arrêteraient pas de tourner (pour plagier un dialogue d'Audiard tiré du Pacha avec Jean Gabin - Audiard : auteur adoré par Dan Derieux).

Mark et Dan Derieux font évidemment appel au respect de soi et des siens dans leur ouvrage, ce qui est proprement impossible pour un pirate ou un brigand, c'est-à-dire tout sauf des hommes d'honneur. L'honneur évidemment, est une valeur bafouée par le gauchisme, le centrisme, de même que le droitisme communs, aujourd'hui pirates et brigands, et du moins piteux dans leurs militances comme leurs cercles français. La France manque sérieusement de souffle, peut-être voire surtout quant un des représentants de son oligarchie de cercles, prétend mettre la République en marche : c'est qu'elle marchait déjà selon les velléités militantes et mondaines. Les Français ont alors bien des raisons de râler : ils le sentent.

De toute évidence, des hommes d'action tels qu'Idriss Aberkane dans leur genre, mais ici Mark et Dan Derieux, le devinent et cherchent à s'en défaire. Tout comme les Gilets jaunes le présument fort bien : il y a un joug français qui ne semble pas avoir encore subi sa Révolution, et qui piteusement craint pour sa mondanité circulaire.

 

Nous ne sommes pas des écrivains conventionnels dans l'acception du terme, qui manient la langue et la plume comme des intellectuels. Pour autant, notre jeune âge devrait-il nous interdire de nous exprimer ou nous discréditer ?

Aussi nous engageons le lecteur à s’attacher au fond et de nous faire grâce de la forme si elle n’entrait pas dans les critères académiques malgré notre bonne volonté de rédaction ad hoc.

 

 

Le fond du Libertisme, en faisant grâce de la forme

Le Libertisme a l'intelligence - aussi jouvencelle soit-elle - de comprendre que l'utopie libérale contient une véritable hostilité à l'absolutisme (celui de l'étatisme d'Ancien Régime qui se poursuit encore) ainsi qu'au totalitarisme (celui de l'étatisme Soviétique, Nazi, Chinois, de militances et cercles français Sociétalistes Centristes, etc.).

Le Libertisme comprend très bien, en effet, dans son sens de l'action - et pour ainsi dire à la bergsonienne, - que l'être humain a besoin de s'assumer pour vivre, que vivre est une forme d'entreprise personnelle au sens le plus large, simple, naturel et gaillard qui soit : prendre une initiative, entreprendre, tout cela est nécessaire même aux associatifs, qui ont besoin de glâner des ressources pour au moins fonctionner à l'équilibre.

En somme, le Libertisme dit : sois ce que tu veux être, à condition de te responsabiliser dans la démarche, en tout bien tout honneur, solidaire et généreux. Quoi de plus sain ?

Aussitôt, ce même Libertisme comprend très bien que le système économique actuellement dit libéral, a une fâcheuse tendance à l'oligarchie financière et aux situations de monopoles : le Libertisme refuse catégoriquement ça, parce que cela empêche, mutile et fausse des intiatives, des entreprises, donc des vies humaines qui voudraient se responsabiliser dans leurs démarches.

Or, de fait, nous sommes paradoxalement et bizarrement déresponsabilisés encore qu'enjoints à tout assumer par nos militances et nos cercles mondains, dans ce monde de fous ... La France étouffe sous ses militances et mondanités circulaires.

C'est donc qu'il faut bien une souveraineté, à commencer par une souverainté personnelle qui veut exceller (Georges Bataille), suivie d'une souveraineté sociale-culturelle (la dimension néo-païenne, par exemple viking, mais aussi celtique), ainsi que d'une souveraineté territoriale politique face aux grands vents & marées du mondialisme financier monopolistique et oligarchique. Dans ce cadre, l'imaginaire d'Ancienne Europe n'est pas inutile : il est enraciné, et a donc le mérite d'être réel malgré ses résurgences plus ou moins fictionnelles, romantiques et utopiques, dans leurs genres.

En effet, les êtres humains se nourrissent de perspective, pour vivre, s'enraciner et se projeter dans l'existence (Simone Weil, Cornelius Castoriadis). Ce sont des besoins vitaux, qui relèvent des droits de l'homme dans leur dimension du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, sans ingérance.

Le Libertisme est avant tout une mentalité franchetaire, de francheté médiévale et moderne : noblesse d'âme autant qu'affranchissement volontaire existentiellement investi. Le tout, dans la reconnaissance des compétences, connaissances et sentiences de chacun, solidairement et généreusement. Bref : dans un souci communautarien, sociétaire, civil, combatif.

Seulement cet affranchissement serait incomplet, si on n'y ajoutait pas sa dimension humaniste antique et animaliste contemporaine.

Déjà évoqué : l'humanisme antique et son respect des hommes d'honneur.

Quant à l'animalisme, il faut bien comprendre qu'il n'est pas l'antispécisme fanatique, mais qu'il est la reconnaissance de chaque animal dans son vécu, comme tout spécimen humain. Auquel titre, l'animal mérite qu'on le soigne en toute reconnaissance, pour cette simple raison qu'on reconnaît le degré de civilisation au soin porté aux animaux (Gandhi).

Autant vous dire que nos atrocités d'élevages industriels ne nous font pas honneur et nous aliènent à notre propre vitalité : il devient urgent de réduire drastiquement notre consommation carnée - elle a toujours été un luxe, dans l'Histoire humaine, comme toutes les dérives de cette civilisation technique. Civilisation anti-libertaire de fond à cause de ses managements sociétaux et ses ingénieries sociales-culturelles d'oligarchies monopolistiques.

 

Tout ceci rend le Libertisme, anarchisme de droite, plus qu'intéressant pour nos vies vécues. Puissent les Derieux relancer l'édition de leur essai, le Libertisme, encore que je nommerai volontiers leur tendance Franchetarisme pour ma part - tant la notion de liberté est galvaudée, désormais. Mais c'est peut-être un débat d'intellos ...

Libre à eux de toutes façons, je les reconnais franchetairement - comme tout le monde à mes yeux. Merci à eux et leurs idées politiques : comme on voit, le gauchisme n'a pas changé depuis 1974, c'est-à-dire que la réaction politique actuellement, c'est bien lui (le gauchisme) ainsi que tout ce qui s'en rapproche (les centrisme et droitisme communs).

Vivement le règne territorial, social et culturel de moeurs dignes des post-Nouvelles Droites contemporaines !

 

 

 

 

______________________________________

Moyenne des avis sur cet article :  1.74/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 24 septembre 2019 17:12

    galimatias


    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 24 septembre 2019 19:12

      Vous n’avez pas compris ? Ah, je suis navré.


    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 24 septembre 2019 19:29

      En même temps, avec votre avatar anarchisant, on vous imagine assez bien anarchiste de gauche, à troller. De toutes façons, c’est tout ce qu’ils savent faire, au final, puisque sans logique ils sont vite à court d’arguments.


    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 septembre 2019 08:22

      Cet AgoraVoxien, comme toute statistique, n’existe pas. Par contre, comme toujours, les entêtés l’ouvrent pour rien. Rares les personnes qui viennent valoriser un travail ! il le faudrait pourtant, pour contrebalancer. Une fois qu’on en est conscient, on surmonte les jugements débiles pour ne retenir que les critiques fondés. Il est vrai, Clojac, que je pourrais écrire avec moins d’empan. Je pourrais.


    • gaijin gaijin 25 septembre 2019 10:23

      @Marzhin Tavernier
      «  je pourrais écrire avec moins d’empan. Je pourrais. »
      et bien vous devriez, a moins de ne vouloir vous adresser qu’au petit nombre de ceux qui sont disposés a faire des efforts pour vous lire ...
      je n’en fais partie .....


    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 septembre 2019 13:24

      Vous pleurez parce que vous y tenez ? C’est touchant.


    • Zolko Zolko 25 septembre 2019 13:38

      @Marzhin Tavernier :

      En même temps, avec votre avatar anarchisant, on vous imagine assez bien anarchiste de gauche

       
      et c’est bien là votre erreur. Pour info, ceux que vous décrivez comme anarchistes de gauche sont en fait des communistes.

      l’anarchisme/libertarisme de gauche —vs— anarchisme/libertarisme de droite
       
      Tant que vous n’êtes pas sorti de cette idée de droite/gauche vous n’avez pas compris l’idée de base de l’anarchie. Un anarchiste refusera toujours de se faire apposer une étiquette par quiconque. C’est Groucho Marx qui disait qu’il refuserait de faire parti d’un club qui l’accepterait comme membre, c’est un peu ça la quintessence de l’anarchie. Et c’est aussi pour ça que l’anarchie pure ne peut pas exister comme système politique dans le monde actuel complexe.
       
      ce qui pourrait exister est ce que j’appelle la quasi-anarchie, ou anarchie organisée, mais pas l’anarchie pure comme au temps des Vikings (en supposant que ce soit vrai). Et ce qu’il faudrait pour cela est simple : le tirage au sort en politique, car le tirage au sort est anarchique de an-archos, absence de chef par construction.


    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 septembre 2019 14:40

      Vous n’y êtes pas Zolko : je choisis mes publics, et de toute évidence le site Libertaire.net est gauchiste. Je suis tout à fait d’accord avec vous sur ceci que l’anarchisme transcende gauche et droite. Et pourtant, même si certains libertaires se disent individualistes, ils sont clairement collectivistes, exactement comme j’ai polarisé la gauche et la droite de l’anarchisme. C’est ainsi que voulez-vous, mais vous le savez : le monde n’est pas pur. Vous connaissez cette phrase ? Un jour, j’habiterai en théorie, parce qu’en théorie tout va bien.


    • Zolko Zolko 25 septembre 2019 16:09

      @Marzhin Tavernier :

      certains libertaires se disent individualistes, ils sont clairement collectivistes

       
      comment peut-on être à la fois individualiste et collectiviste ?

    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 septembre 2019 22:14

      Vraie question. C’est tout la question entre prétendre-être, et être-réellement.


    • gaijin gaijin 26 septembre 2019 10:07

      @Zolko
      en sortant de la pensée aristotélicienne


    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 26 septembre 2019 14:13

      En se contredisant, justement, comme c’est le cas des anarchistes de gauche qui prétendent être individualistes, alors qu’ils sont réellement collectivistes ;


    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 30 septembre 2019 10:18

      Aux votants : réfléchissez, avant de voter. Nous disons la même chose, et la première question ne comprenait pas de base le phénomène. Comprenne qui peut.


    • nemo3637 nemo3637 25 novembre 2019 20:53

      @gaijin
      Tentative de récupération éculée du terme « libertaire » inventé par les anarchistes du XiXe siècle. On a déjà tenté le coup avec les « Libertariens ». Chaque fois il s’agit de trouver des issues ultra-libérales au système en crise. Mais pour ça il faudrait plus que du talent que visiblement vous n’avez pas.
      Au XVIIe siècle on a eu les Libertins.
      Mais vous, vous ne valez même pas un Turlupin.


    • nemo3637 nemo3637 25 novembre 2019 20:54

      Tentative de récupération éculée du terme « libertaire » inventé par les anarchistes du XiXe siècle. On a déjà tenté le coup avec les « Libertariens ». Chaque fois il s’agit de trouver des issues ultra-libérales au système en crise. Mais pour ça il faudrait plus que du talent que visiblement vous n’avez pas.
      Au XVIIe siècle on a eu les Libertins.
      Mais vous, vous ne valez même pas un Turlupin.

      @Marzhin Tavernier


    • nemo3637 nemo3637 25 novembre 2019 20:58

      @nemo3637
      Tentative de récupération éculée du terme « libertaire » inventé par les anarchistes du XiXe siècle. On a déjà tenté le coup avec les « Libertariens ». Chaque fois il s’agit de trouver des issues ultra-libérales au système en crise. Mais pour ça il faudrait plus que du talent que visiblement vous n’avez pas.
      Au XVIIe siècle on a eu les Libertins.
      Mais vous, vous ne valez même pas un Turlupin.


      Ah bon j’envoie le message au brave Gajin !
      Erreur : c’était pour le pignouf buveur de kro qui a écrit ce papier nul à chier.
      N’oubliez pas de tirer la chasse !


    • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 30 mai 10:48

      Votre thèse est incompréhensible, car vous ne l’énoncez pas, vous ne nous dîtes pas quelle est « votre vérité ».


    • pierre 24 septembre 2019 17:16

      Mais tu n’achètes que dans le bac des « invendus » ?


      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 24 septembre 2019 19:13

        Je n’achète pas : je prends. Non pas des invendus, mais des rares.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 24 septembre 2019 17:17

        Le mode d’organisation des clans Vikings valait bien celui des Francs.

        On va trinquer tous ensemble dans nos hanaps et se partager walkyries et gretchens après une bonne virée fraternelle entre hommes libres, loyaux, altruistes, courageux, solidaires, généreux, audacieux, discrets, respectueux, braves, dignes, optimistes, joyeux, tolérants, fidèles, et hédonistes,...

         !


        • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 24 septembre 2019 19:15

          A votre santé ! Quant aux walkyries et gretchens, j’attends de voir comment elles réagiront devant vos envies de les partager, hahahahaha !


        • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 septembre 2019 13:37

          Y a-t-il quelqu’un pour formuler une critique en règle du Libertisme ? Ce serait intéressant, plutôt que se lâcher, puisque ça nous permettrait de l’enrichir voire d’aller au-delà, au lieu de stagner dans nos marais trop connus.


          • Zolko Zolko 25 septembre 2019 16:18

            @Marzhin Tavernier :

            Y a-t-il quelqu’un pour formuler une critique en règle du Libertisme ?

             
            faudrait le définir d’abord.

          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 septembre 2019 22:15

            Il faudrait lire l’article d’abord.


          • apollonios 25 septembre 2019 15:29

            Bravo et merci à l’auteur, ça fait du bien de lire un avis intelligent de temps en temps au milieu des marais progressistes, gauchistes ou cathos.

            Il y a 30 ans on m’a qualifié d’anarchiste de droite sans que je comprenne vraiment ce que c’était. Hé bien finalement, je me retrouve pas mal dans cet article.


            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 septembre 2019 16:01

              Merci Apollonios : ça change de ceux qui systématisent le vote négatif sur tous mes commentaires (j’espère qu’ils sont payés pour le faire) en plus du marais, oui.


            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 septembre 2019 16:03

              Sur mes articles d’ailleurs aussi ... Enfin, remarquez : une étoile, c’est toujours mieux qu’aucune ! smiley


            • Buzzcocks 25 septembre 2019 16:14

              Au fait, l’anarchiste d’opérette de droite qui se faisait appelé Amaury Grangil, il a disparu de la planète ? Il publiait sa petite bouse tous les jours ici, et là, je ne peux plus lire ses âneries dont il ne pense pas un mot d’ailleurs.

              Si cet Amaury était le prototype de l’anarchiste de droite alors, ça milite pour le droit à l’humour et à la parodie tant que ça ne le cible pas, ça défend le droit à la parole tout en censurant toute critique de l’énergumène. Bref, un anarchiste de droite, reste surtout un mec de droite, donc droit, autoritarisme, chef tout puissant qui dicte sa loi. Le mot anarchiste, c’est juste pour le camouflage et faire joli.


              • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 25 septembre 2019 22:17

                Vous, c’est sûr, vous êtes un mec de gauche, pas du tout autoritaire dans vos façons d’asséner que l’anarchisme de droite n’existe pas sans étai. Quant à telle ou telle personne, je ne connais pas de qui vous parlez, mais l’article dit en substance qu’il y a des cons partout. A gauche, aussi, je vous rassure.


              • pemile pemile 25 septembre 2019 23:56

                La fait d’ajouter des concepts de droite/gauche/anarchisme semble égarer pas mal de lecteur, un interview de Dan Derieux synthétisant pas mal le « personnage » :

                http://idavoll.e-monsite.com/blog/entretiens/dan-thorgis-romancier-et-capitaine-du-navire-gungnir.html


                • pemile pemile 26 septembre 2019 09:04

                  @Cadoudal « On comprend que Pemile en fasse la promotion... »

                  Mon pov’ Cadoudou, toujours à chercher un lampadaire sur lequel venir pisser du fdesouche ?


                • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 26 septembre 2019 12:20

                  Merci pour le lien, pemile.


                • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 26 septembre 2019 12:24

                  Remarque : vous pensez que cela confond les lecteurs, le lien gauche/droite/anarchisme, mais c’est que vous n’avez pas lu le Libertisme. Pas de mal.


                • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 26 septembre 2019 14:16

                  Oh bordel.


                • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 26 septembre 2019 12:42

                  La liberté implique la responsabilité, le reste c’est de la littérature ^^


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 26 septembre 2019 14:16

                    Ouais comme John Wick, les conséquences.



                    • rugueux 27 septembre 2019 16:29

                      Putain la poilade !

                      Le libertisme, inspiré du mode de vie de Vikings, aristocrates libertaires...Un livre inspiré, jeune, fougueux...noblesse d’âme...

                      En fait de féroces fiers et libres Vikings quand on suit un des premiers liens sur Dan Mérieux tu tombe sur une page FB qui dit ça :

                      Je cite car ça vaut son pesant de croquettes...

                      Dan Merieux du 23 août

                      "Nous ne pourrons pas venir au Cultura de Cormontreuil.
                      Cette nuit un de nos matous à fait un avc, désolé.
                      Il va mieux mais on a passé une nuit compliquée.

                      Putain la grande épopée Viking stoppée à trifouillis les Oies parce que Choupette est malade....En fait de Rollon et ses drakkar on est plutôt chez Karl Lagerfeld et les bateaux-mouches...


                      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 30 septembre 2019 10:20

                        C’est que vous délirez une super-puissance dont ne se revendiquent que les frimeurs.


                      • Xenozoid 25 novembre 2019 20:59

                        amaury sort de ce corps


                        • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 30 mai 10:46

                          Vous vouliez dire de cet article. Mais je ne connais pas cet Amaury non plus, et il est vilain de parler dans le dos d’autrui.


                        • Archibald Lester2 Archibald Lester2 30 mai 09:07

                          Quel tissus de conneries , de mots alignés , de réductions ..ect .. bavasseries ne menant nul part , tout ça pour ça !


                          • Mervis Nocteau Mervis Nocteau 30 mai 10:44

                            C’est drôle, je pensais la même chose de votre commentaire ! Hahaha.


                          • eddofr eddofr 28 juillet 15:54

                            « Anarchiste de gauche » est une oxymore.

                            C’est d’ailleurs tout aussi vrai pour l’anarchisme de droite.

                            Le gauchisme même teinté ou abâtardi par d’autre concept, est fondamentalement une idéologie de l’interdiction et de la régulation : empêcher les « plus fort » d’abuser de leur force/pouvoir (force essentiellement économique, mais pas seulement).

                            Le droitisme même teinté ou abâtardi par d’autre concept, est fondamentalement une idéologie de leadership : permettre au plus fort, au plus compétent, au plus apte, au plus riche d’orienter la société et de dicter leur conduite aux autres.

                            Dans les deux cas, si on omet une dimension démocratique, on finit en dictature.

                            La gauche peut conduire à la sclérose.

                            La droite peut conduire au chaos.

                            L’anarchie quand à elle est fondamentalement une idéologie de liberté et de responsabilité : chacun est libre et responsable (devant lui-même et devant les autres).

                            L’anarchie n’est cependant pas le chaos. L’anarchie est une « société » à laquelle n’appartiennent que ceux qui en acceptent pleinement et sincèrement les lois communes.

                            Dans une société anarchique on distinguera donc 3 types d’individus :

                                 Celui qui accepte et respecte les lois communes (la toute première étant le respect de la liberté et l’acceptation de la responsabilité des autres).

                                 Celui qui prétend accepter les lois communes et ne le respecte pas. Celui-là devra en répondre devant l’ensemble de la société et devant chaque membre qui estimera de son devoir d’intervenir.

                                 Celui enfin qui refuse les lois communes et se place de fait en dehors de la société anarchique. Celui là, s’il persiste à vivre sur le même territoire que la société anarchique n’aura a répondre que des actes constituant une agression directe contre un membre de la société avec laquelle il coexiste, contre la liberté des membres de cette société ou contre la société elle-même (constituée de l’ensemble de ceux qui s’en reconnaissent membres).

                            Dans une société anarchique, une « loi » ne s’applique qu’à ceux qui l’approuvent.

                            On voit bien que l’anarchie ne peut ni être de gauche ni être de droite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité