• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Les jeunes ont leur mot à dire !

Les jeunes ont leur mot à dire !

Prétendre que la réforme des retraites ne concerne pas les jeunes est une aberration.

Passons rapidement sur l’argument de leur « immaturité politique », brandi par une majorité qui s’obstine au même moment à abaisser à 16 ans la responsabilité pénale ! Les jeunes auraient leur place dans les prétoires, dans les prisons, dans les mêmes conditions et sous les mêmes rigueurs que leurs aînés, mais n’auraient pas le droit d’entrer dans l’arène politique, voilà une étrange conception de l’équilibre des droits et des devoirs de la citoyenneté.

Laissons aussi de côté l’absurde « cela ne les concerne pas ». De deux choses l’une : soit cette réforme prétend résoudre durablement l’équation financière des retraites, et dans ce cas, elle intéresse au premier chef ceux qui entament aujourd’hui leur vie active ; soit elle n’y parvient pas et, alors, les jeunes sont les premiers à devoir nous réclamer des comptes, au nom d’un avenir que nous sommes incapables de leur garantir.

Oui, les jeunes ont leur mot à dire. Pour la simple raison qu’ils sont les premières victimes de cette réforme.

Je pense d’abord aux jeunes travailleurs, ceux qui paieront la réforme en travaillant plus longtemps, et plus durs, pour tous les autres.
 
70 000 jeunes de 17 ans, soit 10% de cette classe d’âge, ne sont dans aucune formation ni contrat aidé. A 18 ans, ils ne sont pas moins de 180 000, soit 22%, à avoir définitivement quitté le système éducatif.

Ces jeunes sont précipités dans le marché de l’emploi. Les plus chanceux d’entre eux, qui parviennent à trouver un emploi, sont précisément ceux qui devront attendre 62 ans avant de jouir d’une retraite méritée, alors même qu’ils auront bouclé leurs 41 annuités bien avant cet âge.

A cela s’ajoutent les 400 000 apprentis, qui, eux aussi, commencent à travailler bien avant les autres.

Inutile de préciser que les métiers auxquels les destine leur fragile formation, quand ils en ont une (16% des jeunes de 20 à 24 ans n’ont aucun diplôme, ni le bac, ni le BEP, ni le CAP…), sont rarement les moins pénibles ! Où est la justice d’une réforme qui fait travailler plus dur, et plus longtemps, les « oubliés » de notre Education Nationale ?

Mais la réforme ne se contente pas de s’acharner sur les plus fragiles. Les retraites de tous les jeunes seront profondément amputées.

Bien sûr, là encore, les moins qualifiés paieront le plus lourd tribut. Comment constituer une carrière complète, et s’offrir une retraite décente, lorsque le chômage des 15-24 ans dépasse désormais les 25%, à partir d’un socle hors temps de crise solidement arrimé au 20%... Sans compter tous ceux qui, découragés, ont abandonné la recherche d’emploi, le taux d’activité des jeunes en France, à 32%, étant l’un des plus faibles d’Europe (moyenne de 37%, avec 45% en Allemagne, ou 67% au Danemark et aux Pays-Bas).

Dans cette population, les jeunes sortis tôt du système éducatif subissent la plus violente discrimination : 49% des jeunes sans diplôme sortis depuis moins de 4 ans du système éducatif sont au chômage ; ils sont encore 27% dans les dix ans qui suivent leur « entrée » sur le marché du travail.

Mais cette insertion difficile dans le marché de l’emploi concerne tous les jeunes, la variable d’ajustement des à-coups du marché du travail. Ainsi, le chômage des diplômés de l’enseignement supérieur dans l’année qui suit la fin de leur formation a subi en 2009 une hausse de 18%.

A l’autre bout de la chaîne, les 40% de jeunes qui bénéficient d’une formation tertiaire rentrent de plus en plus tard dans l’emploi, soumis à la course aux diplômes dans laquelle se joue leur carrière tout entière. Eux subiront de plein fouet le passage à 67 ans de la retraite sans décote, qui deviendra leur vrai âge de départ à la retraite s’ils ne veulent pas réduire de plus d’un quart leurs futures retraites. 

Et pour quelle retraite ? Car il faudra enfin aborder lucidement la question de la justice de la répartition des rémunérations selon les générations. Chacun peut aujourd’hui faire l’expérience d’une très nette différence non seulement dans le salaire d’embauche, mais dans les perspectives d’augmentation au fil de la vie entre les générations entrées dans l’emploi au début des années 70 et celles d’aujourd’hui. Or, la réforme ne demande rien à ceux qui jouissent aujourd’hui d’une retraite garantie et consolidée, quand elle demande tout à ceux qui ne croient même plus aujourd’hui à la promesse d’une retraite méritée.

Tous ces enjeux sont liés. N’oublions pas ainsi que la retraite devient de plus en plus le « seul patrimoine de ceux qui n’en ont pas ».

Au fond, la réforme des retraites cristallise des malaises plus profonds et pousse plus que jamais une question tout en haut de l’agenda politique : quelle place notre société fait-elle à ses enfants ? Et comment oser en débattre sans écouter les principaux concernés ? Les jeunes ont raison de s’exprimer, pacifiquement et solidairement. Car c’est leur avenir qui se joue aujourd’hui.

Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • manusan 20 octobre 2010 10:32

    Tous ensemble d’une même voie : j’veux un scoOOooter, un Ipaaaad et 3 litres de biactol.


    • Jean 20 octobre 2010 19:14

      C ’ est vrai rien que pour les fils à papa


    • foufouille foufouille 20 octobre 2010 10:44

      a paris, des faux maifestants ont ete vu descendant de plusieurs cars de flics


      • Taverne Taverne 20 octobre 2010 13:52

        Vus par qui ? Où ? A quelle heure ? On est sur un site de journalisme ici, soyons précis.



      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 20 octobre 2010 23:14

        Ce ne serait pas la première fois qu’un gouvernement utilise les pires ripoux de sa police pour provoquer sciemment des heurts afin de discréditer un mouvement. En France, à droite de l’échiquier politique, c’est même un vieux classique. Surtout connaissant la nature infâme du nain Sarko, ses mensonges, ses diversions, ses coups-bas, ses saloperies.

        www.lepost.fr...manif-a-paris-les-policiers-casseurs-video


      • Salsabil 20 octobre 2010 23:21

        Mais oui ! Foufouille et Peachy,

        C’est exactement ce que je dis plus bas dans le fil et que j’ai déjà dit sous les articles des jours précédents. Enfin ! C’est tellement téléphoné, il faut être aveugle pour ne pas s’en rendre compte !


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 20 octobre 2010 23:55

        Yes, salsa.

        D’autant que le nain usurpateur joue sur du velours avec cette affaire de casseurs. Son spectre politique se limite à l’insécurité et il n’a pas d’autres solutions que d’y revenir à tout prix pour faire oublier la très, très, très impopulaire réforme des retraites à 67 ans. La vérité c’est que ce sinistre individu est sans réponses sur les questions sociales et économiques et ne peut exister que dans la communication policière outrancière. Soit le niveau zéro de la politique.

        Seul problème pour le nain perché sur ses talonnettes en or, dans cette crise (et c’en est une majeure) la solidarité inter-générationnelle entre jeunes et vieux fait qu’il est en train de perdre le coeur de son électorat ; les retraités et les grands-mères l’abandonnent dans les études d’opinions, les sondages et sur les marchés. Lien.

        Bien fait pour lui.


      • Salsabil 21 octobre 2010 00:08

        Disons, en d’autres termes qu’il est suffisamment malin pour détourner l’impopularité qui caractérise sa position actuelle afin d’en tirer une nouvelle occasion pour nous ressortir effectivement le seul et unique pilier qui le tient depuis des années : l’insécurité (et il a les rênes en mains pour le faire...).

        Un bémol, malheureusement pour lui (bouhouhou ! smiley), il a oublié que, et d’une maintenant on sait, et de deux il y a dans l’Histoire de ce pays un fort sentiment de solidarité entre les plus démunis ; Comme désormais, nous le sommes presque tous, il se retrouve très très très seul...

        Et c’est jouissif !

        Ce type n’a absolument rien compris à la Nation qu’il est censé dirigé (hhrrhhhmmm, ’m’étrangle, pardon !) et encore moins au peuple qui la compose.
        Qu’il continue comme il le veut, après tout, il a gagné la bataille, peut-être (bien que je ne le souhaite pas tellement je n’en peux plus), mais certainement pas la guerre ! Et c’est bien dans cette dernière qu’il est définitivement entré contre le peuple de France, c’est une évidence immuable. Nous n’aimons pas les traitres !


      • Taverne Taverne 20 octobre 2010 10:49

        Les jeunes ont aussi leurs maux à dire.

        Quand le gouvernement déclare que les jeunes n’ont pas leur mot à dire, il en pense autant en vérité des citoyens en général. Et même les députés et sénateurs doivent fermer leur gueule et voter avec leurs pieds.


        • clostra 20 octobre 2010 11:00

          S’il y a quelque chose à faire, après avoir vu ces reportages sur l’ultra violence et compris quelques uns des ressorts, c’est d’intégrer ces jeunes probablement peu pervertis - sinon, ils ne seraient pas là - dans les manifs, de ne pas les laisser en marge, presque d’aller les chercher.
          Car ils sont vigoureux et courent mieux que certains footballeurs grassement payés, probablement ont-ils quelque chose à dire. Leurs méfaits sur les vitrines, si on y prêtait moins d’attention - réparés par le quart du tiers d’une paie de footballeur empâté - ne valent pas le plein d’un hélicoptère en période de pénurie de carburant...
          Ils sont jeunes et ravigorant, le spectacle vaut bien celui du mondial.
          Montrons-leur qu’on les aime autant qu’il y a quelques années lorsqu’ils dévalaient les toboggans sous nos yeux attendris !


          • Gabriel Gabriel 20 octobre 2010 11:20

            Si une loi est injuste il faut la combattre. Pour la combattre il existe deux manières, La désobéissance civile ou la violence. Bien que ce gouvernement soit violent et qu’il fournit lui-même la majorité des casseurs afin d’en faire porter la responsabilité aux étudiants, je prie pour que la première solution prime.


            • Croa Croa 20 octobre 2010 18:15

              Tout à fait, la violence c’est être sûr de finir écrasé par des gens qui seront toujours mieux armés que vous ! smiley

              La non-violence suppose une détermination sans faille. Il faudra peut être tenir très longtemps et en baver pas mal smiley mais c’est le seul moyen de faire entendre raison !


            • iris 20 octobre 2010 12:39

              si les paysans pouvaient rejoindre le mouvement !!


              • foufouille foufouille 20 octobre 2010 13:01

                fait a moulins


              • LE CHAT LE CHAT 20 octobre 2010 12:59

                grâce à notre bien aimé président , les petits veinards peuvent maintenant devenir chef d’entreprise à 16 ans ! gloire à toi , Talonette 1er ! le medef est avec toi et tu es son prophète !


                • isa93 isa93 21 octobre 2010 12:45

                  Oui il peuvent être chef d’entreprise à 16 ans et ainsi prendre le risque d’être endettés à vie MAIS
                  « ils n’ont pas le droit de manifester ».


                • dupont dupont 20 octobre 2010 13:10

                  Vivement 2012 que la gauche règle tous ces problèmes.


                  • King Al Batar King Al Batar 20 octobre 2010 14:44

                    Eh ben si t’es pas étudiant toi tu crois encore au Père noel !

                     smiley


                  • Gabriel Gabriel 20 octobre 2010 17:38

                    Ben Dupont, t’as fumé la moquette ou quoi ? 


                  • Papybom Papybom 20 octobre 2010 13:26

                    Bonjour.

                    Encore un trac politique. Avant de répondre, je regarde sa fiche et les statistiques.

                    Commentaires postés  : 0

                    Avec 412 articles en souffrance de petits rédacteurs.

                    Sans plus de commentaires….

                    Cordialement.


                    • Claude Hubert rony 20 octobre 2010 18:31

                      papy vous nous donnez le tract ! !
                      (anas méchanceté, bien sûr)


                    • Claude Hubert rony 20 octobre 2010 18:32

                      lisez « sans méchanceté », désolé


                    • Papybom Papybom 20 octobre 2010 20:12

                      Bonsoir Rony,

                      J’aime bien savoir à qui je m’adresse. Je profite des possibilités d’Agoravox. Comme vous je donne mon opinons sur les articles qui sont en modération. Avec un commentaire d’explication. Mais d’autres arrivent directement….Bon, ce n’est pas mon site, alors plions nous ou allons vers une herbe plus tendre.

                      Cordialement.


                    • Claude Hubert rony 20 octobre 2010 20:21

                      @ Papybom

                      paroles de sagesse.
                      bonne soirée



                      • pallas 20 octobre 2010 13:41

                        Les jeunes n’ont absoluments aucuns mots à dire, leurs seuls préoccupations dans la vie c’est d’acheter la derniere console à la mode ou acheter le cd de Lady Gaga.

                        Si la France coule moqué du monde c’est du que le peuple est stupide, pendant ce temps la, La Chine achete l’Europe en commençant par la Grece.

                        L’europe devient le nouveau Tiers Monde ., Bientot les Chinois viendront nous offrir des sacs de riz.



                        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 21 octobre 2010 00:11

                          « L’europe devient le nouveau Tiers Monde »

                          Fallait pas voter « oui » à la constitution Européenne en 2006, puis pour Sarkozy en 2007...


                        • Salsabil 21 octobre 2010 00:25

                          Peachy, Pallas,

                          La question se pose donc de la pertinence de la démocratie telle que nous la vivons en rapport avec l’élément constitutionnel.

                          Nous sommes de manière évidente, dans une situation qui nécesséciterait un nouvel appel aux urnes.
                          Notre pays est profondément divisé, de nombreux problèmes sociaux ont fait, plus que jamais, surface, le président est décrié de toutes parts comme son gouvernement. Il serait (au conditionnel !) probable que face à un referendum concernant sa légitimité au poste qu’il occupe, la réponse serait de le renvoyer.
                          Je rappelle que les sondages (qui ne sont pourtant en général pas « pro-peuple » indiquent un taux d’insatisfaction de 69%, de même qu’un soutien au mouvements actuels contre la réforme des retraites de 70% environ !) nous montrent que Sarkozy est tout bonnement honni du peuple français, lui, et sa politique générale.

                          Or, nous n’avons aucune possibilité de le destituer. Nous pouvons, si nous le souhaitons, mettre en oeuvre la procédure, mais en aucune façon celle-ci pourrait accéder à son terme, la loi organique y afferant n’ayant pas été étudiée et encore moins votée par les assemblées.

                          La conclusion est simple : cet homme peut absolument tout faire sans que nous ayons le moindre moyen légal de l’en empêcher !
                          C’est ahurrissant !

                          Il nous faut incontestablement une 6è république, c’est le moins que l’on puisse demander et faire.


                        • isa93 isa93 21 octobre 2010 12:50

                          « c’est du que le peuple est stupide »

                          ah bon ???
                          Bah moi je trouve notre peuple moins stupide que les autres !!
                          Nous on subit pas des coupes budgétaires pour nourrir la royauté !


                        • L'enfoiré L’enfoiré 20 octobre 2010 13:48

                          Bonjour Dominique,

                          "Prétendre que la réforme des retraites ne concerne pas les jeunes est une aberration.« 

                          Voilà le genre d’aberration que je prônais avec l’expérience que j’en ai eu.
                          Vous pouvez aller voir j’ai quelques heures de vol.
                          Mai 68, j’ai connu à partir de l’étranger. De loin donc. J’étais étudiant à l’époque. Là, je n’ai aucun problème de comprendre ce qu’y s’y était passé même si à partir de l’endroit où je vous parle, cela n’a jamais été aussi important.
                          Je me suis posé la question. Est-ce que j’aurais été dans la rue pour une question de retraite ?
                          Alors, là, pas d’hésitation. La retraite, j’ignorais tout d’elle. Je m’en foutais complètement.

                          Qu’est-ce qui a changé ? Vous avez essayé de répondre à cette question.
                          Je dirais que tout est intégré, aujourd’hui. Nous avons connu le Pacte des générations qui a prouvé par A+B qu’éliminer des vieux, ne donnait pas plus de chance aux jeunes.
                          Devient-on plus vite vieux ?
                          La question n’est pas anodine.
                          Dès qu’on entre dans le cycle du travail, on se rend compte que cotiser pour la pension n’est pas un choix, mais une retenue à la source. Cela devient une habitude ensuite.
                          Les banques ensuite ne vous rassurent pas. Elles arrivent avec les affaires de piliers.
                          En plus quand on apprend que sans carrière complète, la pension en retraite devient une peau de chagrin.
                          Je ne connais pas les taux chez vous évidemment. Mais de toutes manières, ce sont des barèmes qui ne tiennent absolument pas compte de l’environnement dans lequel vous vivez. Vivre à la ville ou à la campagne, c’est pas du tout du même tabac.
                          Vous avez pris le temps d’écrire votre billet. Moi, je l’ai pris en vous répondant.
                          Si l’on ne veut pas vivre en tant que »vieux", faut mourir jeune, très jeune, parce qu’après votre valeur marchande en prend un coup.
                           smiley


                          • L'enfoiré L’enfoiré 20 octobre 2010 13:51

                            J’oubliais si vous ne voulez pas avoir à vous poser la question :
                            «  quelle place notre société fait-elle à ses enfants ? »
                            n’en ayez pas.
                            C’est fou ce que cela offre de disponibilité pour ouvrir sa bouche.
                             smiley


                          • Waldgänger 20 octobre 2010 13:55

                            Salut L’enfoiré, content de te croiser, ça reste un plaisir de voir des personnes qui savent garder la tête froide ici (pas mon cas). J’espère aussi te revoir un de ces quatre en d’autres lieux, ou par d’autres moyens. smiley

                            @ +

                          • L'enfoiré L’enfoiré 20 octobre 2010 13:57

                            Salut Wald,
                             Merci pour l’invitation.
                             Je l’ajoute à mon carnet de bal... smiley


                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 20 octobre 2010 16:12

                            Prétendre que la réforme des retraites ne concerne pas les jeunes est une aberration


                            L’enfoiré

                            Sans vouloir m’immiscer dans le débat français, cette question est fondamentale. Que laisserons-nous aux générations futures ? Du capital ou des dettes ? Travail ou chômage ? Nous avons ce même débat de ce côté-ci de l’Amérique. Les jeunes se montrent très critiques face à la génération des Baby Boomer. Leurs craintes de voir cette dilapidation des ressources (selon leur point de vue) sont palpables. Et il n’y a pas que la France qui vit une crise sans précédent. 

                          • Taverne Taverne 20 octobre 2010 16:13

                            On va léguer ce que j’appelle, moi, un « héritage négatif » !


                          • L'enfoiré L’enfoiré 20 octobre 2010 16:39

                            Pierre,
                             Désolé de reprendre, encore une fois, un article sur le sujet.
                             Je n’aime pas répéter ou en extraire certaines choses et les prendre hors contexte.
                             Ce n’est pas une question d’être positif ou négatif. C’est la question de savoir en fonction de quoi, de qui, de quel pays, de quelle idéologie.
                             On a trop l’habitude de regarder dans son assiette, qu’on en oublie que certaines choses existent depuis bien plus longtemps ailleurs.
                             Il est clair que tout s’harmonisera dans une régulation obligatoire. Nivellement très probable vers le bas ou alors une coupure nette avec les décisions mondialistes qui ont été apportées.
                             Ceux qui décident ne sont pas ceux qui subissent les décisions.
                             Il faut retourner aux Prix Nobel de cette année. De véritables iconoclastes pour les précédents (à part Stiglitz).
                             Voir cela comme une punition ou en se faisant mea culpa, n’est pas la bonne situation.
                             La bonne interprétation est toujours responsable mais pas coupable.
                             smiley
                             


                          • Pierre R. Chantelois Pierre R. Chantelois 20 octobre 2010 16:56

                            Il est clair que tout s’harmonisera dans une régulation obligatoire. Nivellement très probable vers le bas ...


                            L’enfoiré

                            Mais, à quel prix ? Je ne serai plus là pour en mesurer l’ampleur. Je ne peux donc prédire. Héritage négatif, écrit Taverne. Je le crains. Les dettes seront-elles effacées pour autant ? Les ressources se renouvelleront-elles pour autant ? Laisser, demain, une terre appauvrie n’aura pas été la meilleure décision des générations d’aujourd’hui. 

                            Pierre R.

                          • L'enfoiré L’enfoiré 20 octobre 2010 17:16

                            Pierre,

                             « Mais, à quel prix ? »
                            Qu’est-ce qui fait un prix ? L’usage. J’étais près à faire un commentaire à la suite de l’article « Le dollar Us pour une dévaluation ». Je vais la faire ici.
                            On y parle de l’or comme valeur refuge. Il est occupé à crever les plafonds. Voilà, une chose que je n’ai jamais compris que l’or soit le métal de référence. Que fait-on avec de l’or de manière indispensable ? Même chez le dentiste, on en utilise moins. Dans les ordinateurs de l’époque, il y avait de l’or. Il n’est même pas capable de vivre seul, pur à 24 carats. Grâce à l’alliage avec le cuivre ou l’argent on parvient à faire des bijoux.
                            Les anciens Egyptiens estimaient bien plus l’argent. L’or était disponible. Le plomb est bein plus utile.
                            Donc c’est la rareté et la confiance qu’on lui donne. 
                            Fin de la parenthèse.

                            « Héritage négatif »
                            Il faut voir cela dans sa globalité et non pas dans un oeil trop vissé sur le présent.
                            Le passé n’est pas nul en réalisations. Le futur sera ce que le présent en fait. Pas de doute.
                            L’évolution condamne à aller de l’avant et à oublier le passé. Je n’y puis rien.

                            « Les dettes seront-elles effacées pour autant ? »
                            Encore un point à circonstancier. Cela ne fait rien d’avoir des dettes. Ce qui importe c’est ce que l’on en fait. On peut quasiment tout faire en y mettant le prix, aujourd’hui.

                             "Les ressources se renouvelleront-elles pour autant ?« 
                            Pourquoi croyez-vous que l’on crée les matériaux composites et qui n’existent pas dans la nature ? Que l’on s’intéresse aux nanotechnologies ?

                              »une terre appauvrie n’aura pas été la meilleure décision des générations d’aujourd’hui."
                            Les déforestations, oui. Le Brésil et le poumon de la planète. Yes. C’est pour cela que pour moi, le mouvement écologiste est un mouvement que l’on ne devrait même pas voter qui devrait être intégrer dans tous les partis.
                            La vie de la planète est primordiale.
                             smiley
                             


                          • Gérard Luçon Gerard Lucon 20 octobre 2010 19:20

                            bien vu, je viens seulement de m’intéresser a ma propre retraite, de fait l’an dernier quand on m’a transmis ce que je toucherai si je m’arrête a 60 ou a 65 ans ... du simple au double

                            par contre

                            ayant été en 2007-2008 directeur d’un fonds de pension (en Roumanie) j’ai très bien compris (un peu tard) comment la haute finance a réussi à mettre la main sur nos économies et nos cotisations, nos économies sont aux iles caiman, à Gibraltar, etc.... incontrôlables et surtout sont devenues NON GARANTIES .

                            Nous faire travailler plus n’a rien a voir avec la durée de notre vie mais avec le fait que le bourrage de crâne médiatico-politique que nous subissons est seulement lié au fait que nous devons cotiser plus pour ce système de capitalisme strictement spéculatif, pour continuer à l’alimenter

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires