• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Lettre ouverte au Président de la République du Brésil

Lettre ouverte au Président de la République du Brésil

Monsieur le Président,
 
Nous avons été nombreux dans le monde à nous réjouir de votre élection, et de votre réélection à la présidence de la république du Brésil.
 
Cette élection était pour nous un signe de changement à gauche et d’espoir en une autre politique. Vous le savez, Monsieur le Président, l’espoir se nourrit aussi de symboles.
 
Je viens d’apprendre que le Comité national pour les réfugiés du Brésil a rejeté vendredi la demande de statut de réfugié politique faite par Cesare Battisti, ce qui ouvre la voie à son extradition vers l’Italie.
Cesare Battisti est de ces très nombreux jeunes militants dont, dans les années 70 en Italie, la révolte s’était radicalisée. Il a été condamné dans le cadre des lois d’exception à la prison à perpétuité par contumace en Italie pour ces assassinats qu’il a toujours nié avoir accompli.
Cesare Battisti s’est réfugié en France en 1990, François Mitterrand, alors président de la République, avait accordé à quelques centaines d’Italiens - en pleine connaissance de la gravité des faits qui leur étaient reprochés et de façon indifférenciée les uns par rapport aux autres – un asile.
Nous pensions tous alors que cette résidence en France de façon continue, en situation régulière, en possession d’un titre de séjour, avait créé un droit pour ces réfugiés.
 
Force nous fut de constater que l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la présidence allait s’accompagner d’un revirement brutal, et Cesare Battisti fut menacé d’extradition vers l’Italie. C’est dans ce contexte qu’il choisit de quitter la France pour le Brésil.
C’est au Brésil,du fait du déni de droit du gouvernement français, qu’il appartient maintenant de décider de la vie de Cesare Batisti, et nos derniers espoirs reposent sur vous Monsieur le Président.
 
Je suis au regret, Monsieur le Président, d’avoir du vous écrire en français, ne maîtrisant absolument pas votre langue.
Mes connaissances se limitent aux paroles d’une chanson que vous connaissez sans aucun doute :
Grândola, vila morena
Terra da fraternidade
O povo é quem mais ordena
Dentro de ti, ó cidade
Dentro de ti, ó cidade
O povo é quem mais ordena
Terra da fraternidade
Grândola, vila morena
Em cada esquina um amigo
Em cada rosto igualdade
Grândola, vila morena
 
J’espère Monsieur le Président que ces vers " Em cada esquina um amigo Em cada rosto igualdade " seront vrais pour Cesare Battisti.
 
 
 
 
Jean-Michel Arberet
Conseiller municipal d’Arcueil
Partenaire du groupe communiste
http://jm-arberet.over-blog.com/
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Booz Booz 2 décembre 2008 07:54





    Quel rapport avec la choucroute ?

    A moins que ce conseiller municipale communiste considère que l’on est revenu aux belles années des colonies et que ce qui est décidé par l’Europe s’applique obligatoirement à "nos colonies par delà les mers"

    Le Brésil est un état indépendant et "lulla" un chef d’état qui ne rend des compte qu’à son peuple et pas à un défunt président français ex-cagoulard ni à des groupuscules terroristes fussent-ils européens.

    Comme tout bon communiste tu mens et tu déforme la vérité :

    "François Mitterrand, alors président de la République, avait accordé à quelques centaines d’Italiens - en pleine connaissance de la gravité des faits qui leur étaient reprochés et de façon indifférenciée les uns par rapport aux autres – un asile."

    Et bien non camarade ! L’asile n’a été accordé qu’à ceux qui n’avait pas commis de crime de sang.


    • Lapa Lapa 2 décembre 2008 11:49

      Le parti communiste gagnerait à défendre les citoyens français victimes de la crise financière et économique et un élu municipal pourrait au moins agir pour la défense des habitants de la ville dont il est l’élu plutôt que de s’evertuer à vouloir défendre idéologiquement un assassin qui s’est barré au Bresil.

      Donc monsieur le rédacteur, avant de vouloir poursuivre des chimères qui vous donnent peut être bonne conscience, ayez au moins la décense d’agir pour vos administrés. Ou ne vous étonnez plus que le peuple vous villipende en vous gratifiant d’un score proche du zéro absolu lors des dernières présidentielles par exemple.

      Si c’est tout ce qu’a trouvé le PC qui se sent débordé sur la gauche (NPA) et sur la droite (nouvelle gauche) pour avoir de l’actu, c’est assez pathétique.


      • Soy 2 décembre 2008 15:47

        En réponse à Lapa, vivez vous à Arcueil ? Savez-vous à quel point Monsieur Arberet est, ou non, impliqué dans ce qu’il fait pour sa ville ? ... Avant de commenter, on se renseigne. Pour continuer, personne n’a dit qu’il était communiste, "partenaire" vous connaissez le principe ?


        • Booz Booz 2 décembre 2008 20:20


          "Est-ce que Monsieur Arberet est, ou non, impliqué dans ce qu’il fait pour sa ville ? "

          On s’en fou ! c’est pas le problème. Le problème c’est que trop souvent la gauche, y compris les cocos, se soucie plus du sort d’un criminel italien en cavale au Brésil ou des paysans du Sahel que de l’ouvrier français qui vit au coin de la rue et qui souffre.

          Faut pas s’étonner ensuite que cet ouvrier se tourne vers des mecs qui s’intéresse à son lui (ou au moins font semblant) comme Sarko ou Le Pen.


        • Soy 2 décembre 2008 23:56

          A partir du moment où il exerce son mandat dans sa ville, en faisant ce qu’il a à faire, je ne vois pas où est le mal à vouloir aller au delà de ça et à se battre pour ce que vous apellez des chimères. Non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès