• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Politique fiction

Le chômage a enregistré un léger recul en juin, la nouvelle est répétée en boucle par les médias.
 
Cette information pose une vraie question. Le discours officiel annonce en effet un recul, même léger, du chômage, mais la sensation est plutôt inverse. Les journaux annoncent tous les jours de nouvelles suppressions d’emplois et nous sommes quasiment tous aujourd’hui confrontés au chômage soit à titre individuel soit avec un proche en recherche d’emploi.
Certes si l’on regarde plus près les chiffres officiels, l’on peut constater que cette baisse du chômage ne concerne que les chômeurs inscrits en catégorie A, sans aucune activité, tandis que le nombre de chômeurs en catégorie B et C, exerçant une activité réduite, a progressé. En outre cette baisse est aussi liée à un nombre important de "cessations d’inscription pour défaut d’actualisation" au pôle emploi.
Mais ces précisions n’empêchent pas de titrer "Baisse surprise du nombre de chômeurs en juin" le Figaro ; "La bonne surprise des chiffres du chômage" le Parisien… Nous sommes là encore une fois confrontés à un décalage entre le discours officiel et la réalité. Ce décalage nous l’avons déjà rencontré concernant l’inflation. Le discours officiel annonce un taux d’inflation faible, mais l’augmentation du coût de l’énergie visible à la pompe ou sur la facture d’électricité et des produits alimentaires contredit au quotidien ce discours officiel. Cela ne remet pas en cause la fiabilité des données de l’INSEE, mais remet en cause la manière de regarder le réel, comme pour les chiffres du chômage. Les prix de l’informatique, de la téléphonie ont baissé, tirant vers le bas les indices des prix, mais ce ne sont pas les produits de consommation courante pour lesquels une inflation est ressentie à juste titre.
 
Ce décalage entre le discours et la réalité a une conséquence immédiate, il rend non crédible le discours politique puisque ce discours parle d’une réalité qui n’est pas celle que l’on peut vivre au quotidien. Il accroît encore ainsi le décalage entre la population et la "classe politique".
Ce décalage est tel que l’on peut se demander aujourd’hui si l’objectif de la politique est de modifier le réel ou de modifier le réel décrit.
 
 
Le 28 juillet 2009
 
Jean-Michel Arberet
Conseiller municipal d’Arcueil
Partenaire du groupe communiste
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Gül 29 juillet 2009 10:07

    Bonjour,

    Sans renier, loin de là, la manipulation des mots pour tenter de faire passer certaines pilules, sachez que Darcos, cité sur France Info pas plus tard que ce matin, a clairement avoué que ces chiffres de baisse du chômage en juin n’étaient pas significatifs de quoi que ce soit.
    Il a d’autre part annoncé le chiffre de 650000 demandeurs d’emploi supplémentaires à la fin de l’année tout en précisant que cela pourrait être pire et que la crise n’était pas finie.

    Pour une fois qu’il y en a un qui parle franco, on ne va bouder son plaisir tout de même !


    • HELIOS HELIOS 29 juillet 2009 12:56

      Ouais, ben actuellement personne ne maitrise plus rien du tout.

      Le pole emploi est saturé, mais pas pour les radiations !
      Tellement persuadés que les manipulations feront reduire la catastrophe au minimum, qu’ils en ont rajouté au point d’avoir dépassé le seuil du raisonnable : le chomage diminue !

      Incroyable, hein ? ben non, ce n’est pas incroyable, ce sont les chiffres eux mêmes et les methodes de calculs qui sont incroyables.

      Malgrés tout ce que l’on pretend, il n’y a qu’une sorte de chomeur, celui qui est inscrit et qui veut un boulot a plein temps ! Peu importe que pour survivre il ait du accepter d’aller jouer a « la laitiere » pendant 6 heures dans un supermarché, ou qu’il ait distribué quelques journaux gratuits ! c’est de la survie, cela ne devrait pas etre decompté du chomage.

      Mais c’est bien vrai que la Sarkozie nouvelle n’espere que ça : des employés corveables a merci, pour le plus grand bien de l’economie... celle des riches.


      • John Eastwood 2 John Eastwood 2 29 juillet 2009 15:18


        @l’auteur

        Merci beaucoup pour votre dernière phrase, elle résume tout.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires