• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Anniemal

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Anniemal 9 juin 2007 13:14

    Profitons de la métaphore utilisée avec l’organisation cellulaire pour pousser plus loin cette notion intéressante de non-travail.Pour une cellule, il y a peut-être une différence entre nuit, jour, heures sup, ou heures dûes ( modification de rythme nictéen ou diurne) mais cependant « ça » marche tout le temps. C’est le Vivant. ce qui est humain, c’est la répartition du temps en utile, non-utile, salarié, etc... et dont l’auteur remarque avec justesse qu’il est constitutif de notre psychisme et de toute vie sociale. C’est une espèce de différentiel soi/autres, sacré/profane, public/privé....On comprend bien qu’un chercheur, un artiste, un psychanalyste, un mathématicien, etc... travaillent non-stop. Loin d’être intermittents, ils travaillent jour et nuit, c’est à dire que dans leurs modifications de rythme cellulaire entre veille, sommeil, sommeil profond, vigilance, attention, concentration, attention flottante, quelque chose peut surgir qui ne saurait advenir que dans cette modalité inattendue. Alors comment à ce moment qualifier le travail. Si on se rapproche de la psychanalyse, dira-t-on que le travail salarié n’est que le salaire du Moi ( vigilance, attention, concentration) ou du corps - machinique, répétitif, physique- et le travail « intelligent ou artistique » serait celui dans lequel le Moi est endormi, sans vigilance... ? Le salariat a ceci de douloureux que pour créer une plus-value ils empruntent une force à l’homme, rendue sous forme d’argent, mais jamais sous forme de cette unité de l’humain qui pourrait, dans une autre situation, produire selon plusieurs modalités : Moi, corps, Inconscient ( pour faire rapide ou non-moi décisionnnaire). Cela nous aidera peut-être à penser que l’unité pour le travail pourrait être divisée en unités de temps, ticket de temps, vendables, achetables



  • Anniemal 7 juin 2007 19:14

    Je crois avoir +++ d’humour,et j’avais bien compris que c’était « drôle », mais je fais partie des gens qui pensent que la fin ne justifie pas les moyens, et qu’il est plus que désobligeant de se moquer du physique des gens, ou de faire des « jeux » de mot , d’esprit sur leur tronche. Ca c’est la TV comme mode de pensée. En écrivant ce texte, la question que je me posais c’était : F. Bayrou, que j’estime et à qui je garde ma sympathie, est-il au courant de telles pratiques ? Est-ce une stratégie visant les « bobos » de Paris, faire des jeux, des trucs simples pour ne pas leur prendre la tête... ? Je revendique au contraire qu’on me « prenne la tête » et le reste..



  • Anniemal 7 juin 2007 14:44

    Cet article n’est à mon avis qu’un tract de plus. Il apparait de plus en plus que la visibilité soit l’arguement principal aujourd’hui en politique. Qu’entendons-nous dans ce texte si ce n’est le laïus habituel de proposition. Et qu’en dit martine Billard ? pourquoi la citer ? Le Modem, pour beaucoup a été une belle idée, encourageante, vivifiante, mais en pratique pour faire de la politique d’une façon plus motivante et intelligente que les autres, il en faut un peu plus. Or le Modem a appelé ses nouveaux adhérents à venir causer autour d’un verre de l’ex-barbe de Legaret( UMP) et du sourire ravageur de Martine Billard.... Pas très nouveau comme comportement en politique ; plutot du niveau Star’Ac : le bon casting. L’allure physique devient tellement importante qu’on voit mal qui aura encore la patience de suivre des analyses politiques qui ne reposeraient pas sur des affects mais sur de la pensée....







Palmarès