• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

barkhane

Réaliste. Rêveur. Libre.

Tableau de bord

  • Premier article le 10/06/2009
  • Modérateur depuis le 08/07/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 9 37 206
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 197 91 106
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique












Derniers commentaires


  • barkhane 21 octobre 2016 23:28

    Il faut au moins pour une fois reconnaître que celui dont on ne doit pas prononcer le nom est logique et cohérent. Quand il dit que l’école ne sait plus enseigner le calcul, au moins il en est le meilleur exemple...


  • barkhane 26 juillet 2016 23:38

    @Joss Doszen je crains que vous m ayez mal lu... ne vous en déplaise, et connaissant parfaitement bien ces contextes, je ne vois pas en quoi la problématique du redoublement constitue un élément majeur dans cette situation. D ailleurs, vous ne l argumentez à aucun moment si ce n’est de ressortir les poncifs dominants sur la question qui ne se basent sur aucune analyse vraiment solide à la fois dans la situation propre de cet élève que dans la problématique générale du redoublement. Ces discours sur le redoublement que vous relayez sont inscrits idéologiquement et politiquement ne vous en déplaise. Il n y a rien de pédant et je ne disqualifié pas vos propos puisque je les soutiens en partie. On a aussi le droit d’être en désaccord sur certains points à partir du moment où vous mettez votre texte au débat public. Je dis juste que la question du redoublement est un bouc émissaire pour empêcher de soulever d’ autres questions comme celle de la question du sens de l’école notamment qui est une question éminemment plus complexe à appréhender. Car derrière votre dénomination de l’éducation nationales, vous faites un amalgame de responsabilités. Qui visez vous ? Une institution de la république ? Les politiques ? Les profs ? Les cadres du ministère ? La dgesco ? Tous ? Vous n’en dites rien. Pour changer les choses, il faut rentrer dans l’exigence, le détail, la multiplicité des regards, les logiques contraires. Le discours de la faute aux autres est un peu facile à mon sens. Sortir deux ou trois chiffres c’est bien mais peut être pas suffisant pour être suffisamment convaincant. Vous ne pouvez pas d’un côté stigmatiser le non redoublement et esquiver la question d’un redoublement de sa terminale. Au bout d’ un moment il faut choisir.... Car dans cette situation ce n’est pas tant la question du redoublement que celle de la résilience et la gestion de l’échec de la part de l’élève dont vous parlez. On ne peut pas mélanger tous les débats. Je crains qu’au vu de l’implication et de la relation émotionnelle que vous avez eu dans cette histoire, il soit délicat pour vous d’évoquer ces questions là. Entre l’émotion et la colère qui transparaissent dans votre texte, on ne peut pas dire qu’il n y a pas d’affects. Vous ne pouvez pas revendiquer d’un côté l’émotion et dire que ce n’est qu’analyse et inversement. Libre à vous si vous trouvez ces contradictions pédantes, elles sont faites pour essayer de faire avancer le débat, mais êtes vous prêts à l’accepter ? Entre le récit de vie ou le débat, il faut choisir. Mais les deux n’obéissent pas aux mêmes règles. Enfin, contrairement à vous, je ne prête aucune allégation personnelle à votre encontre et je vois difficilement sur quelles bases vous pouvez me taxer d immobiliste si ce n’est par un réflexe émotionnel. Ainsi, va agoravox... Il est dommage que les réactions premières ne cèdent pas la place à une hauteur de vue. Le débat y gagnerait certainement sur une question éminemment importante et cruciale pour notre société et l’avenir de nos jeunes.


  • barkhane 26 juillet 2016 00:05

    Les expériences sincères de gens qui se battent mais qui au final rencontrent l échec sont toujours émouvantes. Mais l émotion ne peut être analyse. Je pense profondément que vous vous trompez de cible en pointant le redoublement comme source du problème. Le problème n est pas ici celui du redoublement. On ne sait d ailleurs pas si un redoublement a été demandé. Il ne lui est pas interdit de le repasser même en candidat libre. C’ est un problème de volonté qui n’a rien à voir avec l éducation nationales. Le problème est plutôt celui que vous exprimez d ailleurs d une école qui est devenue une tromperie où la politique du chiffre, l achat de la paix sociale, l instrumentalisation de l école par le politique l ont vidé de tous sens. Le redoublement n’ est qu’ un problème mineur au regard de la question du sens et de la finalité de l’ école. Questions auxquelles ni le politique, ni les enseignants sont capables de porter des réponses claires anesthésiés par des logiques de conservatismes qui arrangent tout le monde, parents d élèves compris. L’ absence d’ analyse sérieuse sur l’école, les multiples commentaires en témoignent est la première cause de son échec. Sauver l’ école passera par des analyses lucides qui devront faire radicalement changer les comportements des uns et des autres. Les différents acteurs y sont ils prêts ? Je crains que non...


  • barkhane 25 juillet 2016 23:44

    La première erreur serait de penser qu’il n’y aura au un seul candidat à l issue de cette primaire à droite. La guerre sans pitié que se livrent les candidats ne peut aboutir qu à un échec de celle ci au profit de leurs ambitions personnelles. Il y aura deux candidats à droite. Croire que sarko se retirerait au profit de Juppé, c est un peu croire au père Noël. Si les personnalités divergent, leurs politiques convergent. La carte Macron est un joker de l échec du hollandisme. De plus le contexte sécuritaire et des mutations politiques internationales en cours risquent de venir jouer les trouble fête de règles du jeu que l on croirait trop bien huilées...


  • barkhane 30 novembre 2015 23:43

    Quand ton voisin te demande de payer pour te laisser tranquille on appelle cela du racket. Ici c’est un partenariat stratégique ou comment gagner du temps. L’Europe fait avec la Turquie, ce que la France a fait récemment avec le Maroc : gagner du temps. Qu’adviendra-t-il quand l’OTAN lâchera la Turquie quand les financeurs de Daech viendront faire joujou dans les rue de Washington ?

    La Turquie est le dernier domino mais ils ne le savent pas encore.


365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Les cris de la dignité




Palmarès