Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie, je prépare une thèse sur les impacts géographiques de la guerre sur les villes, sur la recomposition des liens sociaux et culturels pendant la guerre et dans l’immédiat après-guerre, ainsi que les enjeux d’une pacification durable entre les différents acteurs de la ville, notamment à Abidjan (Côte d’Ivoire), Beyrouth (Liban) et Mitrovica (Kosovo)

Tableau de bord

  • Premier article le 06/06/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 2 9
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0





Derniers commentaires

  • Par Bénédicte Tratnjek (---.---.---.184) 9 juin 2009 20:43

    Je profite de votre réaction pour indiquer ce lien qui propose une brève présentation d’un ouvrage d’Eric Meyer sur le Sri Lanka, dans une collection qui offre d’ailleurs d’excellents ouvrages sur les pays asiatiques (Asie centrale comprise).

    http://librairie-la-geographie.blogspot.com/2009/06/fin-de-la-guerre-au-sri-lanka-rien-nest.html

    L’ouvrage est, en effet, un peu ancien (2001), mais permet de replacer les problématiques actuelles dans un temps plus long et ainsi de démêler le conjoncturel (l’opération militaire de l’armée gouvernementale) du structurel (les affrontements précédents).

  • Par Bénédicte Tratnjek (---.---.---.141) 7 juin 2009 16:22

    Merci pour les encouragements ! Petite précision : ce billet a été, à l’origine, publié sur mon blog « Géographie de la ville en guerre », qui se propose avant tout de présenter les problématiques géographiques sur les villes affectées directement ou indirectement par la guerre (ce qui est l’objet de mon travail de thèse). Je travaille plus spécifiquement sur les villes de Mitrovica (Kosovo), Beyrouth (Liban) et Abidjan (Côte d’Ivoire), et ne suis absolument pas spécialiste du Sri Lanka. Néanmoins, la problématique des déplacés forcés/contraints dans la guerre m’intéresse au plus haut point, et j’ai voulu l’illustrer par un exemple de l’actualité, suite à un premier billet plus général (« La guerre, la ville et les déplacés », qui entre dans une série de billets consacrés à « la guerre, la ville et... », en hommage à l’ouvrage de l’historien Jean-Louis Dufour La guerre, la ville et le soldat). Bref, ce billet ne prétendait pas expliquer les processus politiques internes ni les enjeux bien complexes de ce billet, d’où l’envie de renvoyer le lecteur vers des auteurs bien plus compétents que moi dans ce domaine, notamment les travaux de Delon Madavan, cités dans l’article, qui ont le double avantage d’être écrits dans un français très accessible, et d’être disponibles sur Internet).







Palmarès



Agoravox.tv