• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Daniel Roux

Daniel Roux

La démocratie exige une population loyalement éduquée et informée. Les décisions d’intérêts publics doivent émaner d’un débat public. Débattre implique d’argumenter, contredire, prouver, démontrer et vérifier mais aussi d'écouter et de tenter de comprendre.
L'insulte est l'argument de ceux qui n'en ont pas. Aussi facile que vaine et inutile, elle est utilisée par les faibles d'esprit, les flemmards et les incultes.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/08/2007
  • Modérateur depuis le 15/05/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 31 3363 1375
1 mois 0 21 0
5 jours 0 4 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 572 214 358
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Daniel Roux Daniel Roux 18 août 13:27

    Pas d’accord avec l’auteur quand il dit qu’on nous cache tout !

    "si depuis 40 ans on nous avait montré le problème sous une forme beaucoup plus précise immédiate et proche de nous. Nous aurions réclamé des solutions globales et efficaces à nos politiques."

    Cela fait très longtemps que des scientifiques nous informent sur l’écologie.

    René Dumont s’est présenté à l’élection présidentielle en 1974 ! Il a publié des ouvrages ! Chacun pouvait les lire et chacun le peut encore.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Dumont

    Bien sûr, il n’est pas le seul !

    Nous sommes bien informés sur le sujet et nous n’avons pas d’excuses.

    Ne nous cherchons pas d’excuse. Ce que nous faisons nous le faisons en conscience.

    Je prends l’avion, j’ai une voiture, j’achète dans les hyper marchés, je mange trop...

    Je suis responsable. Je me corrige. Je m’adapte.

    Je mange moins de viande, je achète beaucoup de matières premières, je vais au marché des producteurs locaux, je fais la cuisine, je consomme les fruits de saison, ma voiture est minimaliste, je limite mes trajets consommateur de carburant, etc..

    Nous avons le pouvoir de faire changer la société si nous changeons nous même.

     

     



  • Daniel Roux Daniel Roux 18 août 13:10

    La Communauté Internationale se fout de tout sauf des profits des multinationales et de la reproduction sociale des élites qui la constitue.

    En clair, la Communauté internationale, ce sont les riches actionnaires des multinationales.

    La planète est leur terrain de chasse, l’Afrique, en particulier.

    Les peuples ne sont rien d’autres qu’une masse à exploiter.

    Pourquoi l’Afrique ? Parce que à part quelques rares exceptions, la corruption et la prévarication y règnent en maître sans contrepouvoir, sans sanction nationale ou internationale.

    Pourquoi y a t-il des soldats français au Sahel et ailleurs, sinon pour maintenir l’ordre néo-colonial ?

    Les groupes armés, les fameux « terroristes », qui mettent l’Afrique à feu et à sang, sont les produits de cet ordre néo colonial, que ce soit en RDC, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Nigéria, au Cameroun etc..

    Il y a trop de pays concernés pour que ce ne soit pas un système organisé.

    L’aide au développement, dont le principal enrichit les potentats locaux, n’est qu’un moyen parmi d’autre de cacher cette horreur tout en s’achetant une bonne conscience !



  • Daniel Roux Daniel Roux 16 août 15:06

    @barbarossa

    La phrase citée évoque l’écosystème. C’est ce que je commente.

    Si l’homme disparaissait de la Terre, l’écosystème s’en porterait beaucoup mieux et la vie exploserait de nouveau.

    D’un autre côté si nous savons que la vie existe sur terre, nous n’avons aucune preuve qu’elle existe ailleurs. La disparition de la vie sur terre serait peut-être la disparition de la vie tout court.

    L’homme porte donc un lourde responsabilité philosophique.

    Ce qui est paradoxale est que seul l’homme est en mesure de s’émouvoir de ce qui est.

    A part lui, qui cela intéresse t-il qu’il y ait quelque chose - l’Univers - plutôt que rien - le Néant ?



  • Daniel Roux Daniel Roux 16 août 10:41

    L’auteur exprime une opinion fondée sur des calculs arithmétiques que chacun est à même de vérifier, hypothèses et conclusions.

    Prétendre que l’homme " peut disparaître, comme autrefois les dinosaures, sans créer des dommages collatéraux. L’écosystème n’en serait nullement perturbé."

    est exagéré.

    L’écosystème c’est de l’écologie. La disparition accélérée de la bio diversité, c’est à dire en claire l’élimination massive d’espèces animales et végétales, par les hommes, n’est pas un simple dommage collatéral.

    Il en est de même pour l’empoisonnement incontestable de l’eau, de l’air et des terres par les mêmes.

    A cette aune, rien n’a d’importance puisque la vie sur terre peut se réduire aux micro-organismes comme pendant les 3 premiers milliards d’années.

    L’article suivant, de haute qualité, d’un excellent auteur, remettra les pendules à l’heure.

    http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/quotas-et-taxe-carbone-pour-le-67035



  • Daniel Roux Daniel Roux 14 août 19:14

    @Pascal L

    Bien sûr qu’ils ont un intérêt surtout si l’on sait que la bible, pour évoquer ce qui est reconnu, prend sa source dans les mythes babyloniens qui eut même prennent leur source dans ceux d’un peuple qui a subit, comme des recherches le montrent, les conséquences de la rupture d’un barrage naturel séparant une mer et une grande plaine.

    Dans les mythes, il y a la part une part d’histoire et une part de symbolique.

    Les deux intéressent l’humanité.

    La religion, ses prêtres et ses pratiques sont d’une autre nature, proche de la magie et de la manipulation des esprits.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès