• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

G. Bonemaison

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 17/12/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 10 36
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • G. Bonemaison 8 août 2012 16:53

    Le sujet prioritaire est : le Futuroscope, qui se veut structure éducative, tourne le dos à sa mission en s’associant à une manifestation où on célèbre, où on banalise la corrida. L’Alliance anticorrida et la SPA ont donc été bien inspirées d’alerter sur cette anomalie. Quant à la question, plus vaste, de la pratique de la corrida, sinistre survivance d’une ignoble barbarie, il est inepte d’invoquer à ce propos la condition des animaux d’élevage ; toute maltraitance est répréhensible et on ne peut justifier une souffrance par une autre. Une législation existe, certainement perfectible, et des associations oeuvrent sans relâche à la faire évoluer. Ce mouvement et le combat pour l’abolition de la corrida procèdent de la même aspiration au progrès.


  • G. Bonemaison 31 décembre 2009 15:05

    Les édiles des cités taurines illustrent magnifiquement la lettre (sinon l’esprit) de l’aphorisme popularisé par le sapeur Camembert :« Quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limite. » Alors, ils foncent. A tant psalmodier les termes de culture ou d’art pour tenter de justifier l’immonde pratique, auraient-ils fini par s’auto-persuader ? Les voilà donc, avec le même dévoiement de vocabulaire, implorant l’onction de l’Unesco par le label de patrimoine mondial immatériel ; Rien de moins !
    « Plus c’est gros, plus ça a de
    chances de passer », la stratégie des grands mystificateurs est bien connue. Et lorsqu’on sait que certains aficionados n’hésitent pas à qualifier la corrida de « sport », doit-on s’attendre à une démarche pour la faire classer en discipline olympique ? Avec l’émergence de nouveaux podiums du genre « le saigneur des anneaux » ? Au point où on en est ...
    Dans tous les domaines, l’Histoire est riche en énormités qui ont abouti ; l’Alliance anticorrida a donc raison de déclencher une alerte auprès de dirigeants de l’Unesco.


  • G. Bonemaison 12 août 2009 14:25

    Les aficionados purs et durs, tenants de l’orthodoxie taurine, risqueraient-ils donc de se sentir frustrés dès qu’il n’y a plus de sang répandu, plus de souffrance ni de torture au programme des spectacles ?La fameuse « éthique » suppose-telle la tuerie mise en scène et ritualisée. Etonnant ! Cela expliquerait sans doute que « nous ne comprenons rien » à leur passion (selon la condescentante formule régulièrement assénée). Toréer sans blesser ni tuer, un autre rêve américain ? Si ça marche et si Las Vegas devient terre de mission, l’Alliance anticorrida n’a pas eu tort de s’impliquer dans l’expérience. Rien n’est superflu quand il s’agit de faire reculer une trop sinistre survivance.


  • G. Bonemaison 18 juillet 2009 12:23

    Il est pour le moins stupéfiant de se voir encore taxé d’indifférence aux souffrances humaines dès qu’on s’intéresse au sort des animaux ; les clichés les plus grotesques on décidément la vie dure. Il faut arrêter de brandir une opposition qui n’existe pas.

    « Nous ferions mieux de… » nous dit-on ,à partir de sous entendus suspicieux. . Or justement, nous n’avons pas attendu ces conseils avisés. L’immense majorité des défenseurs de la cause animale participe aussi, chacun à la mesure de ses moyens, à l’aide humanitaire. Et si l’on attend qu’il n’y ait plus aucune détresse humaine sur la planète pour dénoncer la souffrance animale ou s’engager au service d’autres causes, on ne fera rien du tout ce qui, probablement arrangerait quelques uns.

    Croire ou feindre de croire que les divers combats de progrès sont exclusifs et incompatibles relève d’une distorsion des modes de raisonnement et aboutit à ce ridicule procès d’intention. Le procédé n’est ni honnête ni cohérent. Les avancées de civilisation sont multiformes et peuvent être concomitantes . Faire reculer la barbarie que constitue la cruauté envers les animaux est une voie que nous ne négligerons pas.

    Que des élus locaux aient le courage de déclarer la corrida non grata va dans ce sens ; l’adhésion du plus petit village à cette cause est une victoire. Merci à l’Alliance Anticorrida pour son opiniâtreté.


  • G. Bonemaison 27 décembre 2008 22:06

    être "tauromachique, c’est pas automatique
    Gardons en mémoire la lettre et l’esprit de nos institutions. Quels que soient le mode électoral et l’étendue de la circonscription, le député, une fois élu, est le représentant de la nation considérée globalement et non celui d’un territoire particulier. Les juristes l’expriment en une formule : « Il n’y a pas de mandat impératif. » Même si l’élu garde très légitimement une relation privilégiée avec sa terre d’élection.

    En aucun cas il ne saurait être soumis aux injonctions d’un comité de vigilance érigé en tribunal populaire. Nous ne sommes pas dans le temps ni dans l’espace où on normalise les dissidents, où l’on étouffe les voix discordantes.

    Un parlementaire faillirait d’ailleurs à sa mission s’il devenait l’otage d’un groupuscule "traditionaliste". Chacun de nos députés porte la voix de la nation tout entière, une nation majoritairement hostile à la corrida. Saluons le courage et la cohérence de Jean-Marie Roubaud

LES THEMES DE L'AUTEUR

Étonnant






Palmarès