• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gwenboul

Gwenboul

Titulaire d’une maitrise d’histoire contemporaine et d’une maitrise en science et technique du journalisme.
Journaliste débutant et dessinateur à mes heures perdues http://www.flickr.com/photos/10661825@N07/

Tableau de bord

  • Premier article le 31/08/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 5 17
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Gwenboul Gwenboul 24 novembre 2007 12:11

    Bonjour, Je crois qu’il ne faut pas voir dans cet article comme une facon de s’insurger contre le choix musical à la télévision (ton avis aura plus sa place dans mon prochain article je pense). Je sais très bien quel est le non-choix qui nous est proposé à la télévision. Et c’est justement en en étant conscient que j’ai fait cette observation : le choix musical est plus large dans les reportages, meme si ce ne sont que des bouts, des bribes de sons au final. Dès lors, on peut soit s’insurger contre cet état de fait (ce qui m’arrive par moments) ou y trouver un moyen d’en rire, ce que je propose avec ce petit exercice auditif. Enfin, s’il fallait ne plus parler des situations absurdes, révoltantes, etc et qui ne sont pas pretes de changer, je pense qu’il ne resterait plus grand chose à écrire pour les journalistes smiley



  • Gwenboul Gwenboul 23 novembre 2007 22:06

    Wlad : l’utilisation de la musique de 300 est un peu différente, à mon avis. Dans le sens où il y avait un aspect marketing autour de l’amalgame rugbymen=spartiates qui permettait de mieux vendre la coupe du monde. Cette musique devenait alors un « thème imposé ». Dans des reportages habituels, la marge de manoeuvre est légèrement plus grande. Le procédé reste cependant le meme : utiliser une musique (et pas un morceau formaté télé) pour suggérer quelquechose au téléspectateur.

    Julien : A mon avis, mais il me faudrait la confirmation d’une personne plus qualifiée que moi en droit, les extraits utilisés dépassent très rarement dix à quinze secondes. Dès lors, il ne doit pas avoir une obligation de créditer les artistes utilisés. De plus, dans le cas de reportages longs (comme ceux de Zone interdite par exemple) le nombre d’extraits peut vite devenir conséquent, ce qui aboutirait à une liste expédiée vite fait à la fin. Et je ne pense pas qu’au final le téléspectateur y fasse attention. Ta démarche de contacter Canal + me parait au final la plus intelligente. Encore faut il que la chaine veuille bien prendre en compte ces demandes (ce qui, face au nombre de courriers qu’ils doivent recevoir, est bien sur une tache énorme et donc couteuse).

    Mescalina : « Quel est l’intérêt de choper 10 secondes de radiohead par ci par la ? » Disons que c’est juste pour le fun. J’ai abandonné depuis longtemps l’idée de découvrir de la musique grace à la télévision. Aussi, j’ai trouvé particulièrement étrange que, parallèlement à la « musique » que les chaines nous proposent, il puisse exister des micro-espaces avec d’autres sonorités. Du coup, plutot que d’espérer un changement quelconque dans la politique des chaines, j’ai essayé d’y trouver le coté amusant de la chose. C’est certes triste comme constat, comme l’écrit Bouli, mais il vaut mieux essayer d’y trouver matière à en rire.

    C’est au final une aventure télévisuelle à la portée de chacun : il suffit d’ouvrir ses oreilles à la recherche de musiques « autres » en regardant ses programmes habituels. Il y aurait meme matière à faire un jeu entre amis pour savoir qui trouvera la musique la plus décalée



  • Gwenboul Gwenboul 23 novembre 2007 13:54

    Le lien que j’avais mis sur youtube a sauté, le voici : http://www.youtube.com/watch?v=Cj-p3U57qX0



  • Gwenboul Gwenboul 5 septembre 2007 20:41

    Et bien Dan, hmmm, comment définir le plus simplement possible ma réaction face à ton commentaire ? Je crois que la meilleure réponse est : HA HA HA

    Trève de plaisanterie, après un commentaire comme ca, j’avoue que les mots me manquent. Arriver à balancer ce sempiternel « argument » anti-colonialiste à deux balles sur un sujet tel que celui la, chapeau bas. Au moins ca t’auras permis de te défouler, c’est déja ca de pris. Mais pour la prochaine fois je te conseille plutot un site comme 4chan.



  • Gwenboul Gwenboul 2 septembre 2007 17:58

    Bonjour, Concernant votre première remarque, en relisant le titre je peux comprendre qu’il y ait méprise avec le mot « humanitaire ». Je l’utilise dans le sens « Qui s’attache à soulager l’humanité souffrante, à venir en aide aux hommes dans le besoin, dans la détresse. » tel qu’il est défini sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales et non pas tel qu’il peut etre utilsé pour définir des actions menées par des ONG.

    Le terme est donc pour moi cohérent, car cette initiative vise à fournir le service médical essentiel dont les malades atteints de problèmes rénaux manquent au Vietnam.

    Certes il ne s’agit pas d’une opération menée par une ONG. Elle a été lancée à l’initiative du Dr Dueymes, cependant en disant que c’est un « investissement purement commercial », vous laissez sous entendre que c’est une initiative visant avant tout à gagner de l’argent.

    Or je pense qu’une personne voulant à tout prix faire des bénéfices a surement de meilleurs endroits pour placer son argent qu’au Vietnam, qui comme vous pouvez le constater dans le 2e encadré, se trouve parmi les pays les plus corrompus.

    « Le problème ne vient-il pas en grande partie du défaut de paiement de l’hôpital vis-à-vis de ses créanciers ? » : n’ayant pas sous les yeux les comptes de Dialasie, je ne peux vous répondre clairement, mais en contactant le Dr Duyemes je pourrai vous apporter un complément d’informations.

    Concernant votre dernier point, vous me semblez avoir une connaissance plus large que moi sur le Vietnam, cependant, comme je l’écris dans mon article : « Pour obtenir le droit d’usage (l’équivalent du droit de propriété du sol en France), il faut que l’État Viêtnamien attribue ce terrain, qui lui appartient, à une société ayant une autorisation d’exploitation commerciale. Ce qui est fait avec l’arrivée de Dialasie. »

    Ce terrain avait donc une valeur certaine, mais il manquait quelqu’un avec un projet clair pour pouvoir « réintégrer » ce terrain sur le marché immobilier.

    Si vous connaissez par hasard des éléments extérieurs concernant cet événement, j’en serai très intéressé. Je vous remercie en tout cas pou l’intéret que vous portez à cet article.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Musique Télévision Santé






Palmarès