• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

J. Gonsolin

La Quarantaine bien tapée, chef d’entreprise par gout, croit encore en l’homme. Mais bon dieu, est-ce vraiment si difficile de régler les problèmes de la France ? Non, il faut les mettre sur la table, sérieusement, sans parti pris et agir surtout, agir une fois qu’on sait.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 9 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • J. Gonsolin 13 mai 2007 17:25

    Encore un article sur la dette avec toujours le même fond : la dette n’est pas si élevée. Bon, OK.

    Il faut poser la question autrement : l’état peut-il, chaque année, dépenser 20% de plus que ce qu’il gagne ? Pendant un certain temps oui, à perpétuité, non.

    Savez-vous que l’accroissement de la dette publique française entre 2005 et 2006 est égale à la croissance du PIB français sur la même période : le surplus de richesse créée est égal au surplus de dette. Et cela est vrai pour quasiment toutes les années précédentes.

    Et tous les états, quand la conjoncture est bonne, remboursent leur dette, pas la France comme lors du gouvernement Jospin. L’utilisation de la dette est devenue structurelle en France et traduit le manque de responsabilité de nos dirigeants. On peut évidemment l’utiliser quelques années, mais pas toujours. Et puis la dette est maintenue à un niveau élevé malgré des cessions d’actifs continues et très importantes.

    Deuxièmement, s’endetter c’est pas si grave, tout dépend de l’utilisation qui est faite de cette dette. S’endetter pour continuer à permettre à un médecin d’augmenter ses honoraires ou a un patient de continuer à se faire rembourser tous les soins qu’il veut, c’est pas sérieux. Un jour il faut que les recettes couvrent les dépenses et durablement. C’est de la bonne gestion, c’est tout.

    Enfin, il faut lutter contre l’idée dominante qui veut que l’argent public ne soit à personne ou à tout le monde. Que quand on divise 10 milliards d’Euros par 63 millions de français, en bout de course ça fait pas beaucoup pour chacun. Cette idée est irresponsable.

    A part ça, évidemment que la France n’est pas en faillite. Mais pour autant faut-il encore s’endetter plus ?



  • J. Gonsolin 6 mai 2007 22:13

    Dire que vous êtes Polytechnicien ! Faites moins de blablas M. Lipietz, soyez plus rigoureux. Et votre intérim de candidat a bien montré que vous ne connaissiez rien aux médias. Peut-on gagner sans les médias et seriez-vous jaloux ?



  • J. Gonsolin 4 mai 2007 09:52

    C’est avant d’écrire ton article qu’il aurait fallu t’informer, pas après. Tu aurais d’ailleurs pas fait d’article.



  • J. Gonsolin 3 mai 2007 17:08

    La stature ?

    Ce matin sur Europe 1(Morandini), alors que les auditeurs relevaient que « Sarko regardait PPDA alors que Ségolène, elle, regardait Sarko », le réalisateur du débat est venu dire qu’il avait eu des pbs pour la filmer car elle ne regardait pas Sarkozy mais à côté...



  • J. Gonsolin 3 mai 2007 17:00

    On peut être éducateur et pas connaitre grand chose au handicap. Toutes les radios ont démontré aujourd’hui comment Mme Royal ne connaissait pas le sujet : il y a deux fois plus de handicapés scolarisés aujourd’hui qu’en 2000. Même l’Apaje l’a dit aujourd’hui. Et Mme Royal, qui reçoit les associations, ne semblait pas le savoir.

    Je reste perplexe devant l’amateurisme des comités d’Agoravox qui laissent passer des articles aussi mal informés.

    Et pourquoi pas nous faire un article sur la mesure phare présentée hier par Ségolène : raccompagner les femmes après le travail. Et pourquoi ne pas les accompagner le matin, elles ne peuvent pas se faire violer le matin ? Et celles qui ont 4 heures de transport par jour, on va payer quelqu’un à mi-temps pour les accompagner ? Et les accompagnateurs peuvent-ils être des femmes ? Non, alors c’est de la discrimination. Et celles qui ne sont pas fonctionnaires, doit-on les accompagner aussi. C’est bon, y’a plus de chômage en France. Et où sont les journaleux qui ont trouvé la dame pertinente ?

    Ce conseil pour notre jeune et brillant journaliste : il ne suffit pas de penser quelque chose très fort pour que ça devienne vrai.







Palmarès