• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean Pierre

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 833 0
1 mois 0 40 0
5 jours 0 4 0

Derniers commentaires



  • Jean Pierre 16 août 23:47

    J’ai rarement vu un article aussi con. Deux pays plus libéraux que la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, ont des problèmes alimentaires bien pire que les nôtres et consomme encore plus de malbouffe que nous.

    Mais bon, c’est du Perceval. Tout s’explique. 


  • Jean Pierre 16 août 23:27

    @Spartacus
    Chacun ses dictateurs adorés. Vous, c’est Pinochet. Presque pas autocrate et presque pas sanguinaire...

    Le régime de Maduro va finir comme tout les régimes qui ont tenté une évolution sociale. Soit s’effondrer par la déstabilisation interne ou venue de l’extérieur : propagande et diffamation, blocus, infiltrations de groupes terroristes, sabotage économique, bombardement, guerre. Soit se renforcer pour tenir, devenir une économie de guerre et finir en dictature. Maduro est aujourd’hui exactement à ce point de bascule. En résumé, finira-t’il comme Allende ou comme Castro ?
    Aucune expérience de transformation sociale, aussi démocratique et pacifique soit-elle au départ n’a jamais été laissée en paix par le capitalisme et encore moins dans la zone la plus proche des Etats-Unis. Toutes ont fini comme je l’ai expliqué : soit écrasée, soit poussée vers la dictature, l’état d’urgence et l’état de guerre pour résister à l’écrasement. Toutes.

    Il est facile ensuite de dire que le socialisme a toujours échoué. On l’aura toujours beaucoup aidé

    Il n’y a aucune espèce de considération d’ordre moral, politique ou philosophique dans ce constat. Il ne s’agit que d’une analyse de faits historiques : le socialisme perd. Soit il perd le combat, soit il perd sa nature démocratique. Cette situation constante ne dépend absolument pas de la valeur intrinsèque du capitalisme ou de la valeur intrinsèque du socialisme (c’est un autre débat). Elle n’est que le résultat d’un rapport de force.




  • Jean Pierre 15 août 23:15

    @Spartacus
    Vous expliquez une théorie libérale en ayant recours à des liens venus de milieu libéraux. ça tourne en rond.

    C’est un peu comme si je vous affirmait que Dieu n’existe pas, et que vous vouliez me convaincre en me faisant lire la Bible. Il va de soi que dans la Bible, Dieu est une certitude (au point que sans cette certitude, c’est la Bible qui n’existerait pas). Alors que ce n’est qu’une conviction qui tourne en rond dans son monde fermé.

    Attention, je ne dis pas que les lois de l’offre et de la demande n’existent pas. Elles existent et elles agissent. Mais aucune société ne fonctionnera jamais sur ces seuls principes et le tort des libéraux c’est d’imaginer qu’une société puissent fonctionner correctement uniquement par le libre jeux du marché.


  • Jean Pierre 14 août 21:14

    .@Spartacus 

    « Le prix est toujours une rencontre d’une offre et une demande ».

    Vous nous expliquez régulièrement que les prix sont toujours faussés par l’action économique de l’Etat, par les subventions, par les monopoles, par le soutien des cours, par des tarifs officiels. On pourrait ajouter qu’ils sont aussi faussés par les abus de position dominante, par les ententes illicites, par les marchés truqués, par les délits d’initiés (prix des actions).

    En résumé, dans votre monde imaginaire (de libre-marché parfait), qui n’a jamais existé et qui n’existera jamais, les prix sont toujours la rencontre d’une offre et d’une demande. 
    Dans la réalité, les prix ne sont pratiquement jamais la rencontre d’une offre et d’une demande. 

    Vouloir faire entrer la complexité du réel dans le moule d’une théorie abstraite a toujours mal fini.



  • Jean Pierre 11 août 23:57

    @Le Sioux Pied Bleu....
    ça ne s’arrange pas

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès