• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

koala

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • koala 27 mars 2008 07:54

    Bonjour à tous, cette analyse froide, j’y adhère. Toutefois, je suis heureuse que les politiques se penchent tout de même sur la question. Je suis victime de ce système de management dénommé "musclé". J’ai eu comme vos harcelés du 2ème type des cas de conscience où je n’ai pas choisi la facilité, dans Le Conseil Général de gauche (59) qui passe extérieurement comme très "social". Les morts se succèdent chez les ch’ti mis. En revanche ici, la presse me semble muselée, même pas un entrefilet dans la presse locale, alors que le 20 juin 2007, un cadre d’un service ("seult" faisant office de" ), autre hypocrisie, on vous demande tjs plus, mais avec un salaire moindre et confronté quotidiennement à une pressurisation et à effectuer heure après heure des tâches ingrates et qui de surcroît en notre âme et conscience, nous place en défaut de nous-mêmes. Un homme de 58 ans s’est jeté du 11ème étage de son bureau, en plein coeur de Lille, à 9h du matin il s’est défenestré dans une indifférence inhumaine, hormis celle de syndicats révoltés mais que l’on entend pas : selon la logique sociale, pas de problème donc rien à résoudre ! Honteux ! Ce n’est pas le seul, ça continue... Atroce

    J’ai mal à "mon" travail moi aussi, pour reprendre le titre d’un ouvrage paru, j’ai mal maintenant, chaque fois que je perçois une telle souffrance chez les autres. J’ai subi, le harcèlement musclé de ma chef qui a quitté depuis ses fonctions, pour aller sévir ailleurs, avec sans doute un bon rapport officiel, pour partir plus vite ! Autre hypocrisie !

    J’ai osé dénoncer, c’est moi aujourd’hui qui suis salie, rendue vulnérable au point de figurer parmis les "cancrelats" fainéants qui ont échoué en maladie. Ils ne veulent pour l’instant pas reconnaitre le caractère professionnel de ma maladie. Ce serait reconnaître leurs torts. C’est très grave, les mots ne sont pas trop forts si nous nous résignons, nous deviendrons comme ces fonctionnaires de Vichy qui commettaient des actes barbares, dégradants pour l’humain à coups de stylos et de phrases assassines.

    J’ai écrit à 43 ans mon testament pour le cas où le mal l’emporterait sur moi, je suis en train d’écrire l’histoire de ce que j’ai vécu. Vertus thérapeutiques recherchées, non pas ! Trace de ce que je vis de l’intérieur, d’attitudes rétrogrades de petits chefs placés là non pour leurs compétences, mais pour leur "compétence" à l’obéissance à leur hiérarchie. Je ne suis pas rebelle à toute chose, mais je ne peux accepter un système castrateur et infantilisant. Je recherche autant que possible, une harmonie, une résolution "intelligente" en douceur, mais ces attitudes déplacées m’ont values des rapports délétères et que je compte faire saisir pour laver mon honneur.

    Des rapports où ils s’en sont pris à ma façon d’être, à ma famille, après avec des attitudes condescendantes et entendues, votre hiérarchie vous fait savoir que vous êtes nulle y compris aux vôtres et vous porte le coup de grâce, en attribuant votre mal-être non pas au travail, mais à un problème "personnel". Une autre hypocrisie "personnel" car oui nous en avons, forcément ensuite !

    Contre un cancer, aujourd’hui il est honorable dans la conscience collective de se battre. Vous êtes accompagné, mais contre ce mal qui ronge, qui effrite ce que vous avez de "beau" en vous. Seule la loi et un positionnement courageux des autorités, pas un cataplasme médiatique peuvent enrayer ce mal nouveau, qui selon moi provient d’un manque de respect de l’autre, on oublie que nous sommes identiques, rien de plus. Les positions sociales, financières, dynastiques ne sont rien, pour moi la seule noblesse réside dans la valeur humaine. Une utopiste, direz-vous ? Non, simplement je préfère voir le coeur des hommes que leurs atours bien illusoires. Evidemment, ça me décale de sociaux aux discours lénifiants mais quand dans leurs actes sont plus impitoyables que certains grands patrons de l’industrie du XIXème S.

    J’espère ne pas vous avoir lassé, c’est là ma pensée.

    Merci

     







Palmarès