• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pascal L

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1150 0
1 mois 0 42 0
5 jours 0 1 0

Derniers commentaires


  • Pascal L 24 mai 13:25

    Ces nouvelles preuves sont des fakes évidents. Il n’est pas possible d’être témoin d’un combat aérien à 10000m d’altitude. On n’y voit aucun des détails qui permettrait de comprendre la situation. De même, il n’est pas possible d’enregistrer une vidéo d’un coin de ciel si on ne sait pas ce qui va s’y passer. Si un soldat à pointé une caméra avec un téléobjectif vers ce coin de ciel, c’est qu’il faisait parti du groupe qui a lancé le missile.


    Par ailleurs, il n’est pas nécessaire d’avoir accès à toutes les preuves pour savoir ce qui s’est passé. Les seules photos des débris publiées sur Internet apportent la certitude qu’il s’agit bien d’un missile Buk, seul engin encore capable d’exploser au dessus du cockpit. Les missiles avec des trajectoires comparables ont tous été retirés du service dans les pays occidentaux. De plus les enquêteurs ont retrouvé des éléments du missile et des shrapnels qui permettent d’identifier sans erreur la version du missile et de la tête explosive et cela désigne directement le régiment concerné. Difficile d’être plus précis.

    Connaissant les modes de fonctionnement de ce type de missiles, j’ai la certitude qu’il s’agit d’une erreur d’appréciation des opérateurs et non d’un tir volontaire. Tout le reste est de la propagande.

  • Pascal L 17 mai 13:47

    Ah, j’oubliais. Les historiens partis à la recherche de Thomas ont trouvé ses traces à l’est jusqu’en Chine. Il n’est pas passé par l’Egypte.


  • Pascal L 17 mai 13:42
    Vous vous dites Catholiques mais vous ne l’êtes pas du tout. Ce qui est essentiel pour un Catholique c’est la mort et la résurrection du Christ. S’il est vivant, il est possible de dialoguer avec lui. Les personnes qui demandent le baptême chrétien ont, pour la plupart, fait l’expérience de la rencontre avec le Christ et c’est à cause de lui qu’ils demandent le baptême. Cette rencontre les marque tellement que nous pouvons observer une transformation de la personnalité pendant les deux années de l’accompagnement avant le baptême. Ils deviennent témoin de l’amour du Christ et le diffusent autour d’eux.

    L’Evangile de Thomas a été retrouvé à Nag Hammadi. Ce lieu situé en Egypte contient des documents principalement gnostiques. Le gnosticisme ne sépare pas Dieu de l’homme alors que pour un Chrétien, Dieu est extérieur à l’homme et l’altérité permet, seule, une relation d’amour. Pour un gnostique, l’homme peut ainsi s’élever par des exercices vers un niveau supérieur alors que pour un Chrétien, il ne peut rien faire pour obtenir le salut ; celui-ci est un cadeau de Dieu par amour. Le Christ n’est pour les gnostiques qu’un homme un peu plus avancé que l’humanité sur le chemin de l’élévation. La phase suivante consiste à nier le Christ et nier Dieu. Le Bouddhisme est une religion gnostique.
    L’Evangile de Thomas est un document composite qui reprend des textes des quatre Evangiles, mais ajoute des paroles qui ne peuvent dater que du 2ème siècle, ce qui fait que la version que nous connaissons ne peut être antérieure au 2ème siècle.

    « Il n’y aura pas pour nous de Jugement Dernier. Mais un Paradis sur Terre. »
    Le paradis sur terre est le deuxième axe d’hérésie, le messianisme, en principe incompatible avec le gnosticisme. Il n’y a rien de tel dans l’enseignement du Christ, celui-ci a toujours dit que son royaume n’était pas de ce monde et le paradis chrétien est spirituel. Un paradis sur terre demande une purification préalable par la destruction de ceux qui s’y opposent. Il s’agit là de la principale source des guerres du 20ème siècle. Le marxisme, le maoïsme, le nazisme et aussi l’Islam envisagent ou envisageaient de tels paradis. toutes les idéologies exploitent ce filon pour asservir la masse des « croyants ». Cela passe par une inversion des valeurs : il est bon de tuer si c’est pour permettre ce paradis et ceux qui tuent seront largement récompensés, même s’ils meurent dans l’opération. Par ailleurs, nous savons que la terre aura une fin, absorbée par le soleil ; un paradis terrestre ne peut être infini.
    Pour un Chrétien, le salut est toujours proposé par Dieu par amour pour nous. Il nous reviens de l’accepter pour passer dans la lumière, mais ce n’est pas évident pour tout le monde. La lumière met aussi en évidence ce que nous voulons cacher et Satan est un expert en marketing. Quand un Chrétien parle de la résurrection des corps, il faut avoir en mémoire l’épisode de la transfiguration et non la vision d’Ezekiel pour le comprendre.

    Entre les deux hérésies, le gnosticisme est préférable car il n’est pas source de violence, mais il nous éloigne de Dieu.

  • Pascal L 16 mai 12:43
    @QAmonBra
    « toutes les religions se valent pour votre interlocuteur » Toutes les religions ne disent pas la même chose, loin de là. Et on ne peut même pas dire qu’il y a une forme de compatibilité entre elles. La recherche de la vérité dans ce domaine n’est pas simple, mais il ne peut y avoir au plus qu’une seule vérité. Vous avez tout à fait le droit de dire qu’il n’existe aucune vérité dans ce domaine puisqu’il n’est pas possible de mettre un appareil de mesure devant Dieu. La foi est, en principe, une adhésion personnelle du cœur devant des manifestations qu’il n’est pas possible de comprendre par la science. Malheureusement, pour beaucoup, il s’agit simplement d’un « prêt à penser » qui a été imposé par la culture et l’environnement. Tous les « prêt à penser » sont questionables, qu’ils soient politiques ou religieux. Nous sommes envahis aujourd’hui par un ensemble de « prêts à penser » qui sont extrêmement destructeurs pour la société. Pensez, par exemple, à ce qu’on nous raconte sur la neutralité de la monnaie.

    « la religion catholique ne s’est pas davantage illustrée en ces domaines »
    Il s’agit bien ici d’un « prêt à penser ». Les religions ne contiennent en principe pas d’incitations à la violence et le catholicisme n’en n’a pas. Les violences arrivent dès qu’une quelconque forme de pouvoir manipule la religion pour se maintenir. Les guerres de religions en France sont typiquement des guerres politiques. Elles se sont produites dans une période de sécularisation de la société et non dans une période de renforcement de la foi. 

    « un certain catholique, dominicain de surcroît, prétend faire l’exégèse du Coran »
    Dominicain ? Etes-vous sûr ? Il est vrai que les Catholiques sont en pointe sur l’exégèse scientifique du Coran, mais à qui la faute ? Les religieux doivent-ils être interdits de science ? L’attaque « ad-hominem » est une méthode dialectique pour ne pas répondre sur le fond.
    Il s’agit ici d’appliquer des méthodes qui sont à la portée de tous les scientifiques. Il ne peut y avoir d’interdits dans le domaine de la science et pourtant, c’est ce que nous constatons aujourd’hui. Le passage par l’approche multi-disciplinaire comprenant aussi la théologie a permis de débloquer une situation figée depuis plus d’un siècle à cause de tous ces interdits. De toutes façons, ces recherches sont maintenant confortées par des scientifiques non religieux. L’approche multi-disciplinaire a permis de collecter un nombre très impressionnant de sources qui emportent la conviction à cause de leur cohérence. L’approche scientifique permet aujourd’hui de décrypter la quasi-totalité du Coran qui reste très obscur selon les exégètes musulmans eux-même. Ils disent que le Coran ne pourra être complètement compris qu’à la fin des temps.

  • Pascal L 15 mai 11:07
    Bonjour @QAmonBra
    « en ignorant totalement leurs contextes historiques et politiques »
    Là vous faîtes erreur. l’exégèse scientifique du Coran a fait d’énormes progrès à partir des travaux de Luxenberg en 2001. Pour vous instruire, vous pouvez lire la thèse de doctorat d’Edouard-Marie Gallez (Le Messie et son prophète, 2005), la thèse de Leïla Qadr (les trois visages du Coran, 2014), la synthèse de la thèse de Jean-Jacques Walter (Le Coran révélé par la théorie des codes, 2014)... L’avantage de ces travaux est qu’ils analysent le Coran, non à la lumière des seuls exégètes musulmans, mais en questionnant l’ensemble des données présentes, quelles que soit leur origine. Et les données de cette époque sont extrêmement nombreuses.
    En ce qui concerne par exemple les condamnations du christianisme dans le Coran, nous savons maintenant qu’elles sont largement postérieures à la mort de Muḥammad (634) et antérieures à 750. Par la théorie des codes, nous savons qu’elles sont le fruit d’un auteur unique qui a aussi écrit tout ce qui concerne le monothéisme pur, mais il a n’a rien écrit d’autre dans le Coran. Nous pouvons donc légitimement penser que cet argument du monothéisme n’est qu’un argument pour éloigner l’Islam du Christianisme qui était très présent à cette époque dans les zones fréquentées par les arabes. L’Islam s’est vraiment constitué comme religion arabe séparée sous le califat de ʿAbd Al-Malik, ce qui situe ces condamnations autour des années 690. Le contexte a bien changé depuis, mais ces condamnations sont restées.

    « Avec l’ancien testament et le talmud »
    Contrairement à l’Islam, l’exégèse scientifique est une science ancienne sur ces religions et il semble que le contexte est parfaitement connu. Pour l’ancien testament, je vous conseille la lecture de « La Bible révélée » d’Israël Finkelstein et Neil-Asher Silberman. Il remet en cause la plupart des éléments historiques antérieurs au 7ème siècle avant Jésus-Christ, mais ne peut remettre en cause le contenu théologique. La différence principale entre le Coran et la Bible, c’est que le Coran est considéré comme la parole de Dieu alors que la Bible est un ensemble de témoignages sur les « signes » que Dieu donne aux hommes. Au début, le Dieu de la Bible a été compris comme défendant son peuple par les armes, mais la compréhension de Dieu n’a cessé d’évoluer tout au long de l’histoire. Même si les guerres sont présentes dans la Bible, ces combats se présentent au passé et il n’y a aucune incitation à tuer contrairement au Coran.

    « les délires de BHL semblent faire école » J’ai pas lu... Le problème de beaucoup de philosophe est qu’ils ne confrontent pas leurs théories à la réalité.

    « ce que le Christianisme (l’Islam ?) doit être » Je ne fais qu’un travail sur les textes et je n’explique pas aux Musulmans comment ils doivent vivre leur foi. Il n’empêche que les Musulmans ont aussi un point de vue sur le Christianisme qui a été mis en dur dans le Coran, ce qui me laisse le droit d’examiner le texte de plus près. Je n’aurais peut-être jamais eu l’idée de m’intéresser à ce sujet si je n’avais pas habité une banlieue avec des citées où il n’est pas facile d’y être chrétien quand on est d’origine africaine.






Palmarès