• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Reflex

Reflex

Journaliste professionnel, épris du "terrain" comme de la diversité intellectuelle de ses approches, la politique et le droit furent mes premières amours. Avant, yeux grand ouverts et nez pincé, de plonger dans l’économie et, bien davantage, la "phynance" (hommage au Canard Ecnhaîné des origines) où mon savoir livresque s’est enrichi de l’observation quotidienne d’une Place singulièrement créative. Obéissant à un cycle de dix ans, c’est pourvu d’une culture nouvelle mais d’idéaux inchangés (humanisme, non-violence, socialisme libertaire) que je renouais, un étage plus haut, avec le et la politique.

Tableau de bord

  • Premier article le 14/11/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 102 59
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Reflex Reflex 17 décembre 2008 16:52

    S’apitoyer sur l’état du marché de l’automobile équivaut à perdurer dans l’erreur. Depuis de déjà longues années tant les pouvoirs publics que des groupes de pression de plus en plus entendus ne cessent de dénoncer la gabegie écologique du tout à l’automobile. Ensuite, l’on feint de s’étonner des petits pas gagnants des transports en commun justement promus. La cohérence voudrait que l’on se réjouisse de voire la voiture remise à une plus place qu’elle n’aurait jamais dû quitter.
    A quoi bon tenter de relancer un mode de déplacement que par ailleurs on ne cesse de justement condamner ?



  • Reflex Reflex 17 décembre 2008 14:51

    Pas de doute, si les "terroristes" demeurent non-identifiés, les artistes de la "nouvelle orthographe" n’hésitent nullement à exposer leur insondable méconnaissance d’une langue qu’ils torturent sans désemparer. Hélas !



  • Reflex Reflex 27 octobre 2008 14:11

    Le Crédit agricole est un bel exemple des dérives communes aux institutions bancaires. Chacune chasse sur un même terrain, sachant que la mobilité de la clientèle est des plus limitée. C’est d’ailleurs au berceau que l’on piège les futurs clients, en particulier dans le monde mutualiste qui devrait pourtant éviter semblable dérive.
    Ce forum, une chance, se distingue de ses homologues par la maturité de ses intervenants. Reste à espérer qu’ils n’ont pas été piégés dans le système post-capitaliste.
    La France, bizarrement, échappe au féroce dépeçage des banques que l’on constate dans le Benelux. 5 milliards d’euros potentiels contre quelque 20 déversés par l’Etat belge dans 3 banques. Heureux les aveugles…



  • Reflex Reflex 5 octobre 2008 18:28

    Une fois de plus Morice postule à la carte de presse. Quand comprendra-t-il que ce métier ne se résume pas à compiler les infos que d’autres se crèvent à mettre au jour ? C’est non seulement pitoyable mais abusif. La toile, vecteur de virus et de désinformation, offre sa protection anonyme aux mytho, parano et zozos de tous bords.
    Hélas.



  • Reflex Reflex 3 octobre 2008 10:49

    "Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas de secteurs plus encadrés et plus régulés que les secteurs de la banque et de l’immobilier aux Etats-Unis." Voilà qui est tout bonnement ahurissant. Ou de naïveté, je ne veux y croire. Ou de mauvaise foi, comme le relève l’immense majorité des réactions à votre tissu d’inepties.
    Qui espérez-vous convaincre ? Sinon les convaincus qui voient avec vous la main invisible du marché tordue par cet état, ces états, conspirant contre la pureté idéologique d’un libéralisme suranné dès le 18e siècle dont datent les premières crises majeures du capitalisme.
    Toutes partagent un appel au secours de la puissance publique que vous accusez d’incurie sans un regard en arrière. Et pourtant, l’histoire politico-économique nous apprend que, à défaut de cet interventionnisme honni, votre cher système libéral eut depuis belle lurette rendu l’âme. Au profit de quelle alternative ? Tout simplement d’un marché financier totalement ou partiellement nationalisé, de toute manière fortement encadré pour lui éviter ses errances au détriment des couches les moins favorisées de nos sociétés.
    Sortez donc la tête du sable et apprenez ce que solidarité veut dire dans un marché libre mais non point libéral.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès