• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

rose7line

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • rose7line 21 février 2006 11:07

    En janvier 2001, Delphine Latimier analysait 3 articles parus, au sujet d’un crime commis par des Palestiniens, sur le mode de la communication moderne, qui aura peut-être « inspiré » les assassins d’Ilan Halimi.

    Le communiqué de l’AFP du 28 septembre 2000 relatait ce qui suit : (je résume) Par INTERNET, une communication s’est muée en piège mortel pour Ofir Rahum, seize ans, Israélien, attiré par des Palestiniens dans un traquenard et qui en est mort, criblé de balles et atrocement mutilé sur une route de Cisjordanie. A la radio, Ofer Abergil, un de ses amis raconte qu’Ofir avait fait connaissance via un chat room, avec une jeune-femme qu’il a rencontrée plus tard à Jérusalem. « ... » Des témoins palestiniens avaient déclaré avoir vu le jeune homme dans une voiture en compagnie d’une jeune Palestinienne et avoir assisté à l’embuscade, tendue par trois Palestiniens sur une route secondaire allant de Jérusalem à Ramallah. Selon eux, les agresseurs avaientt mitraillé l’adolescent à bout portant, puis placé le cadavre dans le coffre arrière d’une voiture, avant de partir vers Ramallah. La version de la police palestinienne précisait que le corps avait été découvert dans une « tombe » (c’est moi qui mets entre guillemets) creusée à la hâte. L’ enquête s’orientait vers les cybercafés de la région de Ramallah. La police israélienne, quant-à elle, espérait obtenir, grâce aux empreintes laissées sur le PC d’Ofir, d’autres indices sur les meurtriers. Les autorités israéliennes précisait qu’ Ofir Rahum était le 45e Israélien tué depuis le début de l’Intifada.

    Comme Le quotidien français Le Monde du- 22.01.2001, qui titrait : « Guerre sans frontière sur le net », Le Figaro résumait, dans les éditions des 20 et 21 janvier : « Il était israélien, elle était palestinienne. Il a voulu passer de l’autre côté de l’écran et la rencontrer dans la réalité. Mais ici la réalité est tissée dans la haine et la violence... Ofir Rahum est mort à Ramallah mercredi. Il avait 16 ans. » ... « L’affaire embarrasse visiblement l’Autorité Palestinienne qui a peut-être tenté de faire disparaître le corps »... « Si la mort d’Ofir est bien un assassinat terroriste, il a été planifié avec froideur et professionnalisme », analyse Le Figaro.

    Pour Libération, (20/21 janvier 2001) :« le corps était dans un tel état que les Palestiniens ont d’abord cru qu’il s’agissait d’un des leurs, exécuté pour collaboration avec Israël . »

    Delphine Latimier écrivait : « .... Dans la réalité, l’Intifada et le lynchage de soldats israéliens ont dressé une vraie barrière entre les lieux »

    Ce qu’aucun journal n’avait souligné, c’est que beaucoup d’Israéliens ne voyaient aucun inconvénient à rencontrer des Palestiniens, tant pour discuter pacifiquement de politique que pour l’amitié, voire la romance....

    De nombreuses associations israéliennes, particulièrement de jeunes (mais pas exclusivement... loin s’en faut) se sont sincèrement et publiquement engagées dans le dialogue pour une cohabitation paisible et respectueuse des droits de chacun. Des rencontres sporadiques ont eu lieu, de nombreuses manifestations ont pris place. Certains Palestiniens ont eux-même été violemment critiqués, voire harcelés et menacés par les leurs pour ces gestes d’apaisement.

    Le conflit au Moyen-Orient est importé en Europe et dans les pays démocratiques, surtout pour conforter des positions purement antisémites... pour « justifier » des actes irresponsables et pour déverser la haine et diviser les citoyens en « camps adverses ». Le recul et l’analyse politique dénuée de passion vaut pour tous les conflits... sauf pour le conflit qui prévaut, hélas toujours, entre deux peuples plutôt que deux pays !

    roseline@clearwire.be







Palmarès