• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sirocco

sirocco

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1038 0
1 mois 0 23 0
5 jours 0 4 0

Derniers commentaires



  • sirocco sirocco 19 août 12:59

    @Le Panda

    Bonjour.

    Vous généralisez les choses en parlant de l’Afrique tout entière. Car il n’y a pas beaucoup de Sénégalais ou de Soudanais parmi les terroristes mis hors d’état de nuire ces derniers temps. C’est pourquoi je ne parlais que des Maghrébins.

     
    La main d’oeuvre bon marché en provenance d’Afrique du nord, c’est de l’histoire ancienne. Vous en connaissez beaucoup des jeunes Algériens qui bossent aujourd’hui ? Des dealers, des trafiquants de voitures, des revendeurs en tous genres, des oisifs, oui. Mais qui ont un CDI ? c’est beaucoup plus rare. Et contrairement aux migrants venant d’autres pays d’Afrique noire, les Maghrébins ne vivent nullement la peur au ventre. On leur donne des papiers en règle, ils « travaillent » avec leur portable, ont des voitures noires à vitres teintées et envoient les femmes (généralement enceintes) toucher le RSA et les allocations CAF chaque mois. Ils chient sur la France, ne veulent pas que leurs gosse parlent français au foyer. Certains d’entre eux se radicalisent...

     
    Mon tableau est caricatural ? Pas si sûr.



  • sirocco sirocco 19 août 00:43

    @sls0

    « On leur fout des bombes hors de prix sur la gueule, en réaction ils louent des voitures. »

     
    Je suppose que vous faites allusion aux réfugiés en provenance de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan, de Libye... Mais je crois que vous êtes complètement à côté de la plaque.

     
    Les terroristes qui commettent des attentats en Europe ne viennent pas des pays en guerre. Dans leur immense majorité, ce sont des Maghrébins. Des migrants économiques que (surtout) la France accueille à bras ouverts depuis des décennies et pour qui elle continue de dérouler le tapis rouge. Ils viennent essentiellement du Maroc et d’Algérie, par voitures entières, par bateaux entiers, profitant entre autres des lois de regroupement familial. Ils n’ont aucune intention de s’intégrer mais viennent pour toucher les aides sociales dont ils bénéficient en totalité dès qu’ils posent un pied sur le sol français (ce qui ne les empêche pas de se livrer éventuellement à quelques petits trafics pour améliorer le quotidien). Certains d’entre eux se radicalisent et on voit ce que ça donne.

     

    Bon, il va falloir surveiller ceux qui rentrent du djihad (puisque le gouvernement a la bonne idée de leur souhaiter la bienvenue...) mais la plupart des futurs terroristes sont déjà sur place et vous les croisez tous les jours (sans le savoir) dans les transports en commun.



  • sirocco sirocco 17 août 00:45

    @Fifi Brind_acier

    Ce que vous dites est vrai mais il y a quand même (heureusement) des agriculteurs qui passent au bio et qui s’en sortent. Ceux qui continuent à utiliser les pesticides sont ceux qui n’ont pas le courage de changer de mode de production et qui se fichent un peu de la santé des consommateurs.



  • sirocco sirocco 16 août 12:57

    Entendre des entreprises françaises de transformation dire qu’ils croyaient acheter à l’étranger des oeufs bio et qu’ils ont été trompés sur la marchandise... ça suffit. Les scandales agro-alimentaires se succèdent et ne sont pas près de s’arrêter.

     
    Les agriculteurs, les maraîchers, les viticulteurs français nous empoisonnent à petit feu pour s’en mettre plus dans les poches. Ils se fichent pas mal de notre santé. Eux mangent et font manger à leurs enfants du vrai bio. Hormis le dimanche, je ne peux pas me promener dans les vignes du Bordelais sans avoir à fuir devant les nuages odorants des pulvérisations de pesticides.

     
    Quitte à passer pour un dangereux anarchiste, je vais rappeler encore une fois cette harangue : tant que la population ne se mobilisera pas pour mettre le feu aux entrepôts des vendeurs de « produits phytosanitaires », perturbateurs endocriniens, semences OGM et autres produits dangereux, notre santé restera menacée au quotidien. Sauf à appartenir à la classe aisée, il n’existera jamais d’autre moyen de s’en protéger.



  • sirocco sirocco 9 août 10:39

    @ l’auteur

    "...je les vois [les éditorialistes et journalistes] comme parfaitement conscients du travail de désinformation et de propagande qu’ils mènent pour le compte de quelques multinationales qui seules ont intérêt à la guerre, pour assouvir leur soif de profit.« 
     
     »...désormais les médias n’informent plus. Ils forment et déforment, ils ne sont plus que la voix de son maître. Les journalistes ne sont plus des reporters, ce sont des employés sous statut précaire ! Le premier qui bronche est viré comme un malpropre avec pour toute perspective qu’aucun journal ne l’engagera plus, jamais."

     
    Bel article. Tout est dit.
    Vous avez surtout pris pour exemple la guerre en Syrie. Mais votre analyse reste valable pour ce qui concerne les conflits au Yemen (dont les merdias ne parlent même pas), en Libye, en Ukraine, au Venezuela...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès