• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

tep

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires


  • tep 26 septembre 2009 00:05

    se réjouir d’une émission en tant qu’elle représente fidèlement certains aspects malsains de notre société me semble justement assez peu sain
    la métaphore du fumeur d’opium est effectivement assez bonne : se réjouir d’un mal, en sous-entendant qu’il ne nuit pas vraiment, puisqu’on l’assume...

    je pense pour ma part que la vraie prise de recul (que vous appelez de vos voeux) nécessite de mesurer les actes et les personnes à l’aune de ce qui est véritablement bon (au sens absolu, et non pas moderno-relatif du mot vérité)

    alors à cette lumière, non, je ne crois pas que ne pas cautionner Secret Story relève du snobisme


  • tep 3 juillet 2007 23:10

    Le ton général de l’article -par ailleurs sérieux et fouillé- laisse transparaître une volonté anormalement tenace de prouver l’incohérence de la construction des dogmes du christianisme. Il semble en effet que votre but est plus de régler son compte à une religion (à laquelle vous n’êtes visiblement pas indifférent) que d’exhumer la pure vérité historique. Je vous rejoins en tout cas pour dire que le problème de l’enseignement des religions à l’école est complexe. Cependant je crois que l’idée d’un exposé neutre et « vraiment » historique est non seulement vaine, mais surtout ne respecte pas les canons de la laïcité dont vous vous faites le hérault. Comment en effet expliquer froidement aux élèves qu’il n’existe « sur le plan scientifique et historique, aucune correspondance avérée entre le Jésus évoqué par les textes fondateurs du christianisme (...) et un personnage ayant eu une existence attestée. » et qu’il n’y a rien de plus changeant qu’un dogme, et leur garantir ensuite de respecter leurs croyances personnelles ? Je constate pour ma part souvent des réactions épidermiques de ce type face à la religion qui a façonné l’Europe et les générations dont nous sommes issus. Il est possible que l’Eglise ait sa part de responsabilité dans cette révolte sourde. Comme l’évoque un commentaire précédent, Dieu n’est sans doute pas encore assez mort pour la calmer. Pour terminer, je voudrais vous suggérer une excellente référence pour compléter votre bibliographie, élargir votre horizon d’idées et surtout trouver le chemin de la paix : « Jésus de Nazareth », de Joseph Ratzinger.







Palmarès