• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Après la catastrophe du pont Morandi, ouvrir les yeux sur le mauvais état (...)

Après la catastrophe du pont Morandi, ouvrir les yeux sur le mauvais état des ponts en France !

Au cœur du mois d’aout, le tragique effondrement du pont Morandi à Gènes a frapper les esprits. Révélant à tous la valeur de ce patrimoine public essentiel au fonctionnement de nos sociétés que sont les infrastructures de transports. Que ce passerait-il pour l’économie de la région parisienne si un des ponts sur la seine, par exemple le viaduc de Saint Cloud rejoignant l’A13 au périphérique, un ouvrage d’art en béton précontraint comme le pont Morandi, s’effondrait ? on imagine bien les conséquences dramatique pour l’économie avec les bouchons qui s’en suivraient, au delà du nombre de victimes que cela pourrait causer. C’est bien ce drame qui frappe la ville de Gènes actuellement. Un drame qui révèle toute l’ampleur des dégâts causés par les politiques d’austérités imposées par l’Union Européenne dans toute l’Europe.

 

Les dégâts de l’euro austérité

Partout les mêmes politiques ont été conduites dans la zone euro pour respecter les critères de Maastricht des 3% de déficit public. Partout les mêmes privatisations des parties les plus rentables des routes, chemin de fer, ports ou aéroports, le reste restant à la charge des Etats ou des collectivités. C’est comme cela qu’en France le régime Macron est en train de privatiser la SNCF après avoir vendu les autoroutes et une partie des aéroports. Il s’apprête à finir le travail avec les autoroutes non concédées, mais également aéroport de paris, les grands ports maritimes tandis que pour se financer, Voies Navigables de France se vend à la découpe…

Pour les parties privatisées, la priorité est au profit, et pas aux lourdes dépenses d’entretien, encore moins à la surveillance. C’est bien ce que révèlent les chiffres concernant le pont Morandi. Pour les parties publiques, les coupes sombres dans les budgets reportent sans cesses les opérations d’entretien ou de renouvellement : le budget consacrés à l’entretien des ponts est de 50 000 €par kilomètre de pont contre 80 000 € par exemple au Royaume Uni. Pire, les coupes dans les effectifs détruisent les compétences indispensables d’ingénieries publiques nécessaires pour gérer les réseaux de transport. Si la France a été épargnée de grosses catastrophes routières pour le moment, les catastrophes ferroviaires qui se multiplient à mesure que la privatisation de la SNCF s’accélère devraient alerter. S’agissant des ouvrages d’art, l’ingénieur Virlogeux, le père du viaduc de Millau passé par le SETRA, souligne la destruction de ces compétences en France. “Il faut de l’argent et de la compétence. Mais je pense qu’on a moins de moyens humains qu’on en avait il y a une vingtaine d’années” alerte-t-il au micros de France 3. En effet, si sous l’effet de la crise médiatique la ministre Borne annonce une rallonge de 100 millions d’euros pour l’entretien du réseau routier national – sans que rien ne garantisse que ces fonds ne soient pas pris en déshabillant d’autres programmes d’infrastructures – le tout n’est pas seulement d’avoir de l’argent à dépenser. Mais bien de pouvoir le dépenser correctement. Le service public de l’équipement, exsangue après avoir vu ses effectifs fondre de plus de moitié en dix ans, est fragilisé comme jamais.

Les infrastructures de transport en France : un patrimoine que l’on doit au service public

Très longtemps, la France a pu s’enorgueillir d’un réseau de transport, tant ferroviaire, fluvial, portuaire et routier, à la pointe de la qualité dans le monde. Un savoir faire reconnu, qui fait encore aujourd’hui de la France l’un des leaders mondial dans le domaine du BTP. C’est que l’ensemble de ces infrastructures sont l’héritage de longue date de la Nation, issu de la structuration des services publics de la Nation remontant très loin. Par exemple, suite aux inondations dramatiques de la Loire et à l’état catastrophique des ponts du royaume, Colbert crée en 1669 le corps des commissaires des ponts et chaussées et multiplie par trente le budget des ponts et chaussées. En 1747, pour créer un vrai réseau routier national, est créée l’école des Ponts et Chaussées. Plus récemment, à travers le ministère de l’équipement ce sont les ingénieurs, techniciens et personnels du services publics qui assurent la reconstruction de la France.

A travers ces exemples, chacun voit bien que ces infrastructures essentielles au fonctionnement du pays ne peuvent être distinguées de l’existence des services publics, et avec eux des statuts des fonctionnaires qui les font vivre. Détruire le service public de l’Equipement c’est détruire une partie vitale de la France.

Il est utile ici de rappeler que le démissionnaire ministre de l’écologie, l’animateur de télé et vendeur de shampoing Nicolas Hulot, avait entre autre la charge avec son ministère des infrastructures de transports, au coté de sa ministre des transports Borne. Sous sa charge pourtant, les effectifs ont continué des fondre. Et les attaques contre les services d’ingénieries tels ceux du CEREMA (regroupant les ex centre d’études techniques de l’équipement en région – CETE – et l’ex SETRA service d’études des transports routes et autoroutes) se multiplier à tels points que l’existence même de cet EPA qui regroupe une bonne partie de ce qui reste de l’ingénierie des ponts et routes en France est menacée. Dans le même temps, le même n’a rien fait pour empêcher la mécanique de privatisation des DIR et avec elles des dernières routes nationales.

Ponts : les chiffres du ministère de l’écologie révèlent un état catastrophique du réseau routier national

La rédaction d’Initiative Communiste a pu mettre la main sur les derniers chiffres des résultats des inspections des ouvrages d’arts menées par les services d’ingénierie et d’exploitation des routes du ministère de l’écologie et des transports. Les résultats de ces inspections sont compilés depuis 1996 à travers la méthode Image de la Qualité des Ouvrages d’Art (IQOA) qui classent en 10 catégories l’état des ponts et murs de soutènement du réseau routier national non concédé.

Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est chiffres sont inquiétants. Et ce même si les données publiées par le ministère sont expurgées de la catégorie S, classant les ouvrages présentant un danger pour les usagers, et que les seules données de 2015 et 2016 sont rendues publiques, ne permettant pas de vérifier la tendance d’évolution de l’état des ponts du réseau routier national non concédé.

  • 5% des ponts n’ont pas été évalués, et même 15% en Ile de France et jusqu’à 39% en Guyane ! Preuve criante du manque de moyens humain des services des Directions Interdépartementales des Routes. En Guyane, au début des années 2010, c’est le principal pont du département reliant Cayenne à Kourou, le pont du Larivot qui s’est partiellement effondré, provoquant une grave crise.
  • 11,7% des ponts est classé en catégorie 3 traduisant un altération de la structure de l’ouvrage, et pour 122 ouvrages en catégorie 3U qui traduit des désordres graves portant atteintes à la capacité portante de l’ouvrage, c’est à dire en danger d’effondrement
  • 34% sont classés en catégorie 2E, c’est à dire présentant des désordres dont l’absence de traitements urgent conduira rapidement au classement en catégorie 3
  • pour près de la moitié de la surface des ponts (47%), des travaux sont donc préconisés, traduisant un état dégradé du patrimoine.

Ces chiffres, très inquiétants, ne concernent que le réseau routier principal, celui des routes nationales et autoroutes dont les DIR ont la charge. On peut sans difficulté imaginer ce qu’il en est de la situation des routes nationales décentralisées en 2003 auprès des départements, ou des routes communales dans les campagnes.

Bref, les leçons de la catastrophe de Gènes doivent être tirées. Il y a urgence à cesser de détruire les services publics de l’Equipement, mais au contraire à la renforcer. Si leur destruction ne se voient pas à courts termes, il sera trop tard pour s’en inquiéter quand la dégradations de nos routes et de nos chemins de fer, déjà bien visible, se traduit par la multiplication des catastrophes à travers le pays.

JBC pour www.initiative-communiste.fr

 

 

https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/apres-la-catastrophe-du-pont-morandi-ouvrir-les-yeux-sur-le-mauvais-etat-des-ponts-en-france/

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • bob14 6 septembre 09:43

    Ouvrir les yeux sur le mauvais état des ponts en France ?..si il n’y avait que les ponts en mauvais état..Les routes la SNCF les transports en communs..les bagnoles la santé mentale des gaulois..le système électoral..l’immigration..les banlieues..Etc 


    • bébert 6 septembre 12:21

      @bob14
      C’est quoi ton problème de cracher sur ton pays ??? Le monde est vaste et acceuillant , tu peux partir quand tu veux , personne ne te retient .


    • izarn izarn 6 septembre 20:21

      @bob14
      Il y a surtout l’electeur en mauvais état du bulbe qui vote Macron...
      Remarquez...Fillon c’était pareil...
      En plus les délabrés du neurone sont aidés par le code éléctoral...
      Les trépanés sont partout ; il s’entraident...Pour leur auto-destruction.
      Parceque les cons ça osent tout, même aller dans le mur...
      C’est même à ça qu’on les reconnait !


    • Trelawney Trelawney 6 septembre 10:14

      On va commencer par supprimer les ponts du mois de mai : trop dangereux selon le gouvernement


      • Le421 Le421 6 septembre 17:30

        @Trelawney

        Et le chassé-croisé des vacances d’été !!
        Salopards de cocos qui ont inventé les congés payés...
        T’en foutrait, moi, des congés !!
        Au boulot, tas de feignants !!
         smiley


      • izarn izarn 6 septembre 20:26

        @Le421
        Remarquez, que si le Capital n’avait pas laché, nous serions devenus les alliés de l’URSS...
        ...Dés fois, les cocos, ça sert !
         smiley


      • bébert 6 septembre 12:26

        Ah la bonne propagande Stalinienne d’un autre temps , faire d’un fait divers une généralité et applicable à la France faut être gonflé. Rien n’ a de grâce à vos yeux de Statutaires malfaisants. Jamais un point positif chez vous , toujours dans la haine de tout ce qui n’est pas vous.


        • PRCF PRCF 7 septembre 01:25

          @bébert
          Nous ne faisons que révéler aux travailleurs de France la réalité chiffrée et factuelle.
          Les chiffres que nous publions ici, censurés par les médias des milliardaires, sont les chiffres du ministère des transports.

          Chacun peut juger, à lire les votre commentaire, qui est haineux et qui ne l’est pas.


        • Spartacus Spartacus 6 septembre 12:34

          C’est toujours a peu près la même chose le PRFC.


          De la branlette de fonctionnaires, et rien que des fonctionnaires à charge de l’état...

          Qui pleurent sur la peur de perdre un petit confort à charge de l’état.

          Des peureux d’une si faible confiance en soi, peureux de perdre des petits avantages de statuts.
          Bref la complainte lancinante de « non-autonomes » incapable de se prendre en charge, et qui pleurent de la peur d’être autonome et décider par eux même de leur vie dans un monde privé...

          C’est donc ça le communisme aujourd’hui. 
          Du vulgaire corporatiste de castes en doute psychologique sur leur capacité a vivre de soi même et qui désire une vie assistée.

          Tristes prisonniers de leurs choix personnels...

          • oncle archibald 6 septembre 12:55

            @Spartacus

            Et surtout qu’est-ce que ça les emm...de d’avoir à la tête de l’état un mec qui pourtant ne fait que dire tout haut une évidence que tout le monde connait : pour l’état comme pour les familles, on ne peut pas dépenser l’argent que l’on n’a pas sans subir in fine de graves conséquences.

            Or depuis plus de trente cinq ans l’état sans sourciller emprunte pour rembourser les emprunts précédents et continue à emprunter sans cesse au lieu d’essayer de restreindre ses dépenses .... Méthode fatale, qui va obliger nos enfants et nos petits enfants à payer les pots cassés, mais qui convient pourtant très bien à tous ceux qui profitent de ce système, notamment à ceux qui sont « titulaires », invirables quoi qu’ils fassent, et surtout égoïstes et inconséquents.


          • aimable 6 septembre 14:31

            @oncle archibald

            comme construire un pont trop bas sur une déviation poids lourds et ensuite être obligés de creuser la route pour pouvoir passer avec les camions ( vu sur un reportage télé il y a quelques années ) .
            faite cela dans le privé ou une très grosse erreur peut couler une boite , pour le coup cela en fait du monde envoyer a la pêche .

          • Croa Croa 6 septembre 14:33
            À oncle archibald,
            T’as rien comprit des causes. C’est l’autonomie financière du pays qui a été confisqué. Nous sommes riches mais tout va à la banque.

          • Croa Croa 6 septembre 14:41
            À aimable,
            Le privé fait aussi ce genre d’erreur. Toute construction suppose des imprévus à résoudre mais les boîtes ne coulent pas parce que les devis sont prévus larges (en fait quand tout se passe bien elles gagnent gros !) Par ailleurs ce sont souvent des boîtes privés qui font les plans et la réalisation après avoir passé un marché avec l’administration.

          • aimable 6 septembre 15:31

            @Croa
            dans le cas que je cite c’était les bureaux d’études des pont et chaussées qui avaient réalisés les plans et une boite privée pour la construction, par contre ce qui était étonnant c’est que cette boite n’est pas vérifiés les niveaux ?


          • aimable 6 septembre 15:49

            @Croa

            J’étais dans une boite qui travaillait pour la navale , sur une affaire avec les chantiers de Gdansk les devis ont mal évalué ampleur de la construction des navires , qu’a la fin du chantier notre Sté était réduite comme peau de chagrin .
            pour une erreur , c’était une très grosse erreur .

          • oncle archibald 6 septembre 16:37

            @Croa : L’autonomie financière du pays a été confisquée, oui nous sommes d’accord, mais pas par le banquiers, par les politiques qui ont emprunté tout à fait inconsidérément non pas pour investir mais simplement pour faire bouillir la marmite de tous les jours.

            Les salauds sont ceux qui ont emprunté à nouveau pour payer les intérêts de l’emprunt précédent. Tout le monde sait que c’est suicidaire, pourtant vous les défendez et vous leur cherchez des boucs émissaires !


          • Croa Croa 6 septembre 17:09
            À aimable,
            Quand l’administration fait une erreur il est rare que la boîte chargée de la réalisation le signale. L’occasion est trop bonne pour facturer des compléments hors marché (avenants) qui rapportent gros. Il y a même des boîtes assez malines pour décrocher des marchés parce qu’elles ont détectés des failles dans le cahier des charges en minimisant le devis de base parce qu’elles savent qu’elles décrocheront des avenants.

          • Croa Croa 6 septembre 17:13
            À oncle archibald,
            Les banquiers et les politiques sont complices dans ce genre d’histoire. Quand nous élisons un homme de la banque, Pompidou par exemple, ne nous étonnons pas d’avoir élu un traître à la nation !

          • Le421 Le421 6 septembre 17:32

            @oncle archibald

            ...qui changent de vaisselle comme de chemise pour 500.000 balles ou prennent l’avion pour faire 150Km...
            Et j’en passe !!

          • bébert 6 septembre 17:45

            @Le421
            Waouh le faux cul qui se vante lui même de survoler Sarlat , pour son plaisir. T’es un Coco d’occasion .


          • oncle archibald 6 septembre 18:12

            @Croa :

            Et quand nous élisons un socialiste à dents longues qui convoitait le pouvoir depuis plus de trente ans, et qui pour l’obtenir fait un « programme commun de gouvernement » avec le parti communiste, on peut s’attendre à quoi concernant les emprunts à tout va souscrits pour essayer de tenir des promesses électorales intenables ? des emprunts souscrits auprès de qui ? Auprès des banquiers non ? Et avec un contrat qui dit à quelle date il faudra rembourser non ?

            Qui lui tient la main pour l’obliger à faire cette connerie ? Qui l’oblige sinon son électorat qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez ? Son électorat qui croit qu’on peut diminuer le temps de travail sans augmenter les cotisations sociales ; qu’on peut avancer l’age de la retraite sans augmenter les cotisations retraite ? Personne ne le croit et surtout pas ceux qui l’ont fait par pure démagogie !

            La raison de l’effondrement des gauches c’est la prise de conscience par le peuple qu’on lui a vendu des bobards pendant trente cinq ans ! La dette publique a été multipliée par plus de 5 en quatorze ans sous les deux présidences de François Mitterand ! Et les suivants ont continué à déconner plein tubes alors que tous les voyants d’alerte étaient au rouge vif ! Et maintenant qu’on a vu avec l’exemple Grec comment ça se passe quand les banquiers disent stop, on serre les fesses et on cherche des boucs émissaires.


          • izarn izarn 6 septembre 20:32

            @Spartacus
            Ben oui, comme le choix perso des capitalistes. Chacun son truc hein ?
            C’est pas le programme d’Adam Smith ?
            Hé oui c’est la lutte des classes !
            Oups !
            Ca n’existe pas chez les libéraux ! On prefere s’assoir dessus, comme sur les escalves jadis...
            Tu vois je n’ai pas de patron, pourquoi ? Parceque je déteste les patrons !
             smiley


          • samuel 7 septembre 09:11

            @Spartacus

            Parler des fonctionnaires français « Branleur » concernant un article sur l’état des ponts... faut le faire !

            A part ça, une opinion, avis sur l’entretien, la surveillance et la politique sur les ouvrages d’art ?



          • agent ananas agent ananas 7 septembre 10:51

            @Spartacus
            Le communisme d’aujourd’hui c’est utiliser l’argent des contribuables pour sauver les banques ou de nourrir le complexe militaro-industriel. Aux US le budget de l’armement a explosé qu’il ne reste plus grand chose pour les infrastructures ... quand à la sécurité sociale elle n’existe pas et l’état distribue même des bons alimentaires pour les employés mal payés d’Amazon ou de Wallmart.
            Quand au Pont Morandi, Autostrada Italia préférait reverser des dividendes à son principal actionnaire Benetton que d’investir dans la maintenance.
            Benetton, un monde sans ponts ... C’est ce genre de monde que vous nous proposez Spartacul.


          • Croa Croa 6 septembre 14:47

            Le plus grave ce sont les coupes dans les budgets de fonctionnement  : Si les ponts ne sont plus contrôlés on ne verra pas qu’ils risquent de s’écrouler !  Au delà s’il n’y a plus d’argent pour passer des marchés c’est moins grave car on peut toujours déclasser un pont fragilisé (l’interdire aux camions de plus de x tonnes) voire le fermer à la circulation.


            • izarn izarn 6 septembre 20:35

              @Croa
              Faut dire qu’en Italie, déjà au départ, c’était de la merde. La difference inzepoket...Tu veux un dessin ?


            • Ruut Ruut 6 septembre 15:07

              Donc le PRCF qui a appelé a voter Macron avec la connaissance de son programme et des conséquences induites pleure....
              Quel insulte a la dignité.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès