• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Confinement : l’intangible principe de précaution d’une (...)

Confinement : l’intangible principe de précaution d’une mère

 Aidez-la pour que ses enfants ne courent aucun risque.

C’est une femme louve qui garde précieusement ce qu’elle a de plus cher, ses deux enfants. Depuis l’annonce du Confinement, ils ne sont pas sortis de chez elle. Il est vrai qu’elle a la chance de disposer d’un petit bois et d’un jardin, sa demeure étant jadis la maison du gardien de cette petite propriété. Il y a des animaux, de l’espace et aucun voisin, un petit paradis campagnard en somme.

Elle ne sort qu’une fois toutes les deux semaines pour veiller au ravitaillement qu’elle effectue dans un supermarché qui prend les commandes au préalable et sert le client à son arrivée. Elle évite ainsi tout contact. Comme elle dispose d’un emploi qui lui autorise le télé-travail, elle se pensait jusque là à l’abri de tout risque de contamination. Il est vrai que son embonpoint tout autant que l’approche de la cinquantaine lui font penser qu’elle est sujet à risque.

Soudain, cette muraille qu’elle a dressée contre l’abominable virus se fissure. Le père de ses enfants qui jusqu’alors n’avait donné aucun signe de vie, réalise qu’avec les enfants il pourrait user de son droit de garde alternée. Le père de ses enfants qui, le mois dernier avait refusé de prendre les enfants son week-end de garde à cause du confinement, change d'avis aujourd'hui, alors que la pandémie est à son plus haut niveau. Trois jours avant la seconde semaine des vacances, un message sibyllin s’affiche sur le téléphone : « Je viens les chercher à 18 h samedi ! »

Pour elle, c’est la panique. Comment ose-t-il ? Ne réalise-t-il pas que sa décision présente un risque majeur pour ses enfants ? Envisage-t-il par avance la réaction de leur mère ? N’est-ce alors qu’une simple provocation ? Leur divorce traîne en longueur, il se prolonge indéfiniment de procédure en procédure. Ils sont à l'extrême opposé d’un consentement mutuel.

Elle l’interroge : « Où comptes-tu les garder ? Chez ta mère ? » Le père de répondre que sa mère est trop âgée, qu’il ne peut aller la voir. Il lui affirme qu’il va accueillir sa progéniture dans la maison de sa nouvelle compagne, mère de quatre enfants. Pour elle, ce n’est tout simplement pas possible, elle énumère les risques que vont encourir ses enfants : trois heures de route, des arrêts durant le voyage pour d’éventuels contrôles ou des besoins naturels, la promiscuité dans l’autre demeure avec d’autres enfants dont elle ignore s'ils ont respecté le confinement total. Elle constate que les risques se multiplient, elle ignore l’ampleur tout autant qu’elle les redoute.

Elle en appelle à la sagesse, précise que cette semaine qui ne peut en toute prudence se faire, sera rattrapée quand la crise sera passée, qu’il n’est pas sérieux de les exposer ainsi à une menace inconsidérée. Elle évoque les paroles du Président, les conseils avisés des professionnels de la santé, la possibilité offerte de ne pas user du droit de l’autre parent quand la distance est trop grande. Elle lui évoque les recommandations officieuses d’un pouvoir qui n’ose véritablement se prononcer sur une situation toujours sujette à polémique...

Rien n’y fait, le père demeure inflexible. Il menace, réclame son droit quelles qu’en soient les conséquences. Il se pose en victime et affirme qu’il portera plainte. Les avocats respectifs qui, sur ce dossier n’ont jamais chômé, sont une nouvelle fois contactés. La conciliation est impossible, les nombreux échanges se heurtent à un mur d'incompréhension et de mauvaise foi. Elle s'arc-boute sur ce principe de précaution qui lui tient tant à cœur. Il évoque la loi et rien que la loi en dépit des circonstances, des conseils de prudence et autres recommandations qu’il repousse sans appel. Elle ne cédera pas en dépit de l’avertissement de sa conseillère juridique qui lui dit que monsieur a le droit pour lui. Sa conseillère la met en garde contre le risque de perdre en justice. Curieux droit qui bafoue le réel du moment !

Monsieur menace de porter plainte. Voilà enfin un élément favorable dans son dossier de divorce. Les enfants, quant à eux, ne sont pas enthousiastes à l’idée de le rejoindre et comprennent tout à fait le principe de précaution de leur mère -eux aussi ont peur du coronavirus- qu'ils entendent partout dans les médias jusque sur le site de leur école. Mais qui donc se soucie de leur opinion quand les gens de robe sont de la partie. Elle est au désespoir, il y aura un passage en justice, un risque d’inscription sur son casier lui prophétise sa propre avocate, une forte amende dans un pays où la seule punition qui vaille est celle de l’argent en dépit des ressources réelles. Elle devine la suite. Un juge statuera sur leur différent longtemps après la crise.

Pour peu que ce soit un homme, il examinera l’affaire au regard des informations qui actuellement ne sont pas connues de la population, dans un contexte totalement dénué de l’angoisse actuelle. Il aura nécessairement un regard purement juridique une fois la pandémie écartée. Elle crie au secours et à la folie devant cette perspective.

Elle m’a sollicité pour que mon écrit obtienne auprès des gens qui se battent actuellement en première ligne contre la tragédie : médecins, soignants, politiques ou bien policiers, des témoignages lui donnant raison. Elle sait à juste titre que dans un an, le contexte sera différent et qu’elle sera prise pour une hystérique, une mère poule abusive,une méchante.

Elle ne veut que le bien de ses enfants. A-t-elle la raison de son côté quand en l’état de nos connaissances sur la transmission de cette saleté, elle prétend que le père de ses enfants joue avec le feu ? Elle a besoin de constituer un dossier solide pour se défendre et vos remarques étayeront sa thèse. Venez lui apporter votre aide en témoignant des mesures de précaution qu’il convient de continuer à prendre pour éviter tout risque de contamination. Elle vous en supplie.

Merci par avance. J’espère que vous ne lui refuserez pas vos conseils et encouragements.

Truchement sien

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 avril 2020 12:01

    Chacun va devoir se prendre par la peau du cou. La justice accuse un retard gigantesque.


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 avril 2020 17:17

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Elle s’en joue le plus souvent


    • gaijin gaijin 20 avril 2020 12:18

      " Venez lui apporter votre aide en témoignant des mesures de précaution qu’il convient de continuer à prendre pour éviter tout risque de contamination.« 

      comprendre que la contamination est inévitable ?

      que si les enfants ont besoin d’une mère qui les protège ils ont aussi besoin d’un père ( et elle aussi ? ) qui leur enseigne a prendre des risques ...

      comment ne pas prendre de risques c’est comment ne pas vivre mais la dimension masculine a été bannie de notre société sécuritaire qui sombre dans l’hystérie bayrousienne actuelle ( bayrou : »la première liberté c’est la sécurité" cad tout le monde en cellule capitonnée )


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 avril 2020 17:17

        @gaijin

        C’est parce que c’est moi son truchement que vous lui donnez tour


      • gaijin gaijin 20 avril 2020 18:04

        @C’est Nabum
        « C’est parce que c’est moi son truchement »
        pas du tout c’est le fond de ma pensée et a peu de choses près ce que lui dirais entre 4 yeux


      • gaijin gaijin 20 avril 2020 18:05

        @gaijin
        ce qui ne signifie pas que je soit en accord avec le père ...


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 avril 2020 20:51

        @gaijin

        Je préfère

        Vous savez que nous sommes ici au royaume de la mauvaise foi


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 avril 2020 20:52

        @gaijin

        Tant mieux


      • gaijin gaijin 21 avril 2020 09:11

        @C’est Nabum
        « nous sommes ici au royaume de la mauvaise foi »
        je sais ...mais je ne participe pas a ça ni au bashing contre tel ou tel auteur ( quand un auteur me débecte je me contente de ne pas lire ....)
        je répond toujours non pas a une personne mais a un propos et mes seuls combat sont pour un progrès de la conscience
        renforcer chez cette dame l’idée qu’elle doit se protéger revient a renforcer sa peur a la justifier alors qu’elle ne repose sur rien de concret c’est un bien mauvais service a lui rendre. le confinement n’arrêtera pas le covid 19 il ne fait que freiner sa diffusion pour laisser au hopitaux le temps de travailler donc elle l’aura ...tot ou tard.. donc son conflit avec son ex ne repose sur rien.
        le covid étant destiné a faire partie de nos vies comment va t’elle se déconfiner un jour si on renforce sa peur ? quand ? quand il y aura un vaccin ? mais ceux qui attendent le vaccin contre le sida ( pour faire l’amour ) depuis les années 80 ne doivent pas avoir une vie bien marrante ....
        l’agressivité de l’ex est une autre histoire il devrait trouver un moyen de la défouler physiquement et trouver un bon thérapeute qui l’aide a écouter les émotions des femmes ...sinon son nouveau couple échouera comme les précédents mais c’est une autre histoire ...


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 avril 2020 10:44

        @gaijin

        Comprenez mon désarroi

        Cette femme m’a demandé de l’aide et je ne reçois que des avis contraires à sa position

        pardon


      • gaijin gaijin 21 avril 2020 11:32

        @C’est Nabum
        « Comprenez mon désarroi »
        je comprends bien mais aider parfois c’est aider la personne a changer de position
        ( je ne dit pas ça en l’air c’est mon métier ....)


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 avril 2020 13:48

        @gaijin

        C’est trop tard


      • gaijin gaijin 21 avril 2020 15:22

        @C’est Nabum
        navrant ...
        c’est hélas souvent le cas ....


      • C'est Nabum C’est Nabum 21 avril 2020 15:49

        @gaijin

        hélas


      • Spartacus Lequidam Spartacus 20 avril 2020 16:07

        La diabolisation telle que présentée, c’est surtout l’envie de faire du mal et priver le père de ne pas vouloir laisser partir ses enfants comme motivation.

        Invoquer le « principe de précaution » pour justifier un litige parental, une mésentente est une démarche incorrecte.

        Avec ce principe qu’elle ne prenne pas la voiture ou l’avion avec ses enfants.

        Surjouer la pandémie pour empêcher de voir partir ses enfants si le père ne leur a jamais fait de mal, les aime et a un droit légal de les avoir. C’est pas très bien.


        • C'est Nabum C’est Nabum 20 avril 2020 17:18

          @Spartacus

          2 zéro balle au centre


        • robert robert 20 avril 2020 17:06

          si le père est son voisin, cette maman doit laisser partir chez leur papa selon le jugement de la JAF

          pour la JAF la mère a des devoirs et le père a des droits même s’il ne paie pas de PA

          dans le cas présent, vu la conjecture, le confinement, les enfants restent ou le confinement a commencé, pure logique


          • C'est Nabum C’est Nabum 20 avril 2020 17:18

            @robert

            c’est ce qu’elle a pensé


          • robert robert 20 avril 2020 17:16

            ne pas répondre au téléphone, communiquer uniquement par textos et les conserver ceux-ci pouvant servir au tribunal


            • C'est Nabum C’est Nabum 20 avril 2020 17:19

              @robert

              je crois qu’elle agit ainsi


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 20 avril 2020 17:25

              Le principe de précaution consiste surtout à bien réfléchir avant de se lancer dans l’aventure du mariage et des enfants. Nous ne sommes pas dans des pays musulmans où les femmes doivent se marier sous la contrainte ;


              • C'est Nabum C’est Nabum 20 avril 2020 17:49

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                ça va l’aider

                Merci pour elle


              • Old Dan Old Dan 21 avril 2020 06:11

                ... la loi pour lui exclut-elle qu’il fut un fieffé imbécile ?...


                • C'est Nabum C’est Nabum 21 avril 2020 06:55

                  @Old Dan

                  J’ai l’impression que vous le connaissez

                  Merci


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 21 avril 2020 11:40

                  L’être humain est toujours responsable de la situation dans laquelle il s’est empêtré (et en plus cette femme y entraîne ses enfants). En voulant l’aider vous ne ferez qu’empirer la situation. Je parle de ce que je connais.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 21 avril 2020 13:49

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                    Le libre arbitre ...

                    Nos responsables semblent vouloir nous en priver tout à fait


                  • ETTORE ETTORE 21 avril 2020 11:49

                    Nabum, j’adore vos textes  !

                    Cela dit, dans ce dernier, la prépondérance de méchanceté de l’ex mari, me semble être omniprésent face à l’action sécuritaire menée par la mère.

                    Je ne sais pas si on peut juger, sans avoir une connaissance parfaite de l’historique de cette famille.

                    Il semble y avoir des rencoeurs inextinguibles, ( sensiblement beaucoup de la part de l’ex...et aucune de la part de la mère, si ce n’est sur l’épisode énoncé)

                    Des différences structurelles d’accueil, (on en sait beaucoup sur l’univers campagnard de l’habitation maternelle, rien sur celle du père, a part qu’il y ait quatre autres enfants.... )

                    En cette ère d’égalité (sic et lol) ce qui pourrait paraître sensé, et tomber sous le bon sens, serait, par principe d’équité, remis en cause par certains, en dehors de tout sentiment maternel... justifié.

                    Dire qu’une mère, as viscéralement plus de sensibilité à la protection à accorder à sa couvée, que le mari géniteur....

                    L’espèce humaine à décidé qu’il n’était plus cet animal obéissant à des règles naturelles, mais qu’il fallait instaurer un nouveau niveau d’indépendance moral.

                    Le confinement, ne fait que mettre en exergue, toutes les failles encore présentes dans notre société, dite ....évoluée.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 21 avril 2020 13:51

                      @ETTORE

                      Vous n’avez pas tort

                      Mais savez vous que ce triste personnage a menti et qu’il n’avait nulle intention de retourner chez lui mais bien de passer la semaine chez sa mère pour ne pas avoir à garder ses rejetons.

                      Il a été vu pour son plus grand malheur. Le mensonge est sa ligne de fuite, il convient de s’en méfier


                    • Décrypteur 2 mai 2020 17:32

                      Je me garderai de donner mon opinion sur la forme, sachant par expérience que les rapports familiaux sont toujours très compliqués, et que personne n’est jamais complètement blanc ni complètement noir.

                      En revanche j’ai une opinion sur le fond de cette histoire. Je connais très bien le côté surprotecteur des mères. Nous avons encore des différents avec mon épouse sur ce point, après plus de 40 ans de vie commune et bien que nos enfants aient dépassé la trentaine. Je comprends que l’instinct d’une mère, son besoin de protéger ceux qu’elle a mis au monde, est au dessus de tout et ne s’atténue pas avec le temps. Dans un couple, un père (un conjoint) qui joue son rôle doit équilibrer ces excès, et permettre aux enfants de grandir dans la sécurité, tout en les armant pour affronter les dangers de la vie.

                      Ce difficile équilibre entre sécurité et prise de risques est généralement apporté dans l’éducation des enfants par la dualité parentale.

                      Ici, cette dualité s’exprime dans l’affrontement quand elle devrait s’exercer dans la collaboration. C’est cet affrontement qu’il faut dépasser, en ayant pour seule préoccupation l’intérêt des enfants. Avant d’envisager des suites judiciaires à cette affaire, je ne saurais que conseiller à ces deux parents de reconsidérer leurs positions respectives en faisant passer leurs peurs et leurs désirs après l’intérêt des leurs enfants. C’est d’abord à eux qu’ils doivent penser. 

                      La peur du Covid, surtout concernant des enfants, est irrationnelle, mais elle est bien présente chez cette mère. Elle devrait trouver en elle, en faisant appel à sa raison et non à ses émotions, la force de la dépasser. 

                      Le désir de ce père de voir ses enfants est tout aussi compréhensible. C’est son droit légal, mais aussi moral. Et c’est peut-être sous cet aspect moral et en considérant les sentiments qu’un père éprouve à l’égard de ses enfants qu’il faudrait tenter de renouer un dialogue constructif entre adultes. A lui de renouer ce dialogue en laissant de côté les menaces judicaires.

                      Les problèmes peuvent en général se résoudre plus facilement qu’on ne l’imagine dès lors que chacun est prêt à faire quelques concessions. Une seule préoccupation devrait guider l’action de cette mère et de ce père : l’équilibre psychologique de leurs enfants. il est à craindre qu’il soit mis à mal si chacun s’obstine dans ses émotions.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 2 mai 2020 18:27

                        @Décrypteur

                        Voilà qui est fait cependant
                        Elle appréciera


                      • Ruut Ruut 18 août 2020 12:53

                        Pourquoi se sont ils aimés ?

                        Pourquoi ont ils cessés de se respecter ?

                        Le Divorce est pour moi un échec de l’acceptation de la différence de l’autre et du Respect que nous avons envers nos enfants a leur fournir un Père et une Mère.

                        Cela fait donc de nous de mauvais parents.

                        Car être parents c’est avant tout être une famille et être avant tout capable d’accepter les différences de tous les membres du clan familiale.

                        Aimer c’est savoir prendre sur soi et donc respecter l’autre.

                        Il ne faut rien attendre de l’autre, c’est le plus efficace pour ne JAMAIS être déçus.

                        Comment peut elle (peut il) prétendre aimer ses enfants et les respecter si elle (il) est incapable de respecter l’autre géniteur (trice).

                        Peut être n’ont ils tous les 2 pas asser d’amour et donc de Respect pour être digne de se nommer parents.......

                        Mes excuses a tous ceux qui se sont sentis offensés, mais c’est le fond de ma pensée.


                        • C'est Nabum C’est Nabum 18 août 2020 14:53

                          @Ruut

                          Il ne faut pas s’excuser d’exprimer une pensée fut-elle difficile à supporter pour ceux qui n’y adhèrent pas

                          Nous avons régressé en ce domaine et le nombre de séparation atteste de notre difficulté chronique à ne plus transiger

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité