• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Grève des routiers, les stations services bientôt à sec ! [1/3 des stations (...)

Grève des routiers, les stations services bientôt à sec ! [1/3 des stations en rupture en Ile de France]

Lancée vendredi, la grève des routiers chauffeurs de transport de matières dangereuses se poursuit et se renforce ce lundi, à l’appel de la CGT. Alors que la Commission Européenne impose une nouvelle directive de libéralisation du transport routier, les conducteurs de camions citernes luttent pour la reconnaissance des « spécificités » propres aux matières dangereuses, dans leur convention collective du transport routier.

Grève massive : plus de 70% des chauffeurs en grève

La CGT indique que 70% des chauffeurs sont en grève. La raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) et le dépôt de la Rochelle sont bloqués ce lundi et au moins 8 barrages filtrants sont en place devant d’autres dépôts de la région parisienne. L’important dépôt de Donges en Loire Atlantique avait été bloqué samedi.

Fabrice Michaud de la CGT transport confirme que contrairement aux annonces rassurantes du gouvernement et du patronat, 70 à 80% » des stations-service sont « en risque de rupture de stock ». Ces dernières n’ont en effet qu’une autonomie maximale de trois jours et faute d’approvisionnement, dès mardi de nombreuses stations services pourraient se retrouver à sec.

Un tiers des stations Total en rupture totale ou partielle de carburant en Ile de France

Ce lundi, d’après les chiffres communiqués par Total, un tiers des stations Total était en rutpure totale de carburant. Le gouvernement via le préfet de police a dépêché ses forces de répressions pour faire pression sur les manifestants faisant valoir leurs revendications légitimes aux abords des dépôts pétroliers, notamment en informant les chauffeurs routiers pour qu’ils rejoignent le mouvement.

Si la préfecture de police prétend qu’il n’y a pas de rupture et qu’il n’y a pas de risque de rupture, on se demande donc pourquoi elle recommande aux automobilistes de ne pas anticiper leurs pleins.

La CGT revendique une durée journalière maximum de travail de 10h un suivi médical semestriel spécifique, un taux horaire minimal de 14 euros de l’heure et un treizième mois. Depuis le 10 mai la CGT n’a eu aucune réponse à ses revendications de la part du patronat.

L’attaque contre la durée légale du travail, les salaires et conditions de travail impulsée par le patronat avec le soutien actif de l’Union Européenne ne concerne à l’évidence pas que les chauffeurs routiers. Cette mobilisation pourrait bien faire tache d’huile alors que Macron est en train de préparer – profitant d’une étonnante et inquiétante passivité des états-majors syndicaux – une grande offensive estivale pour faire sauter ce qui reste du code du travail et exposer l’ensemble des salariés à la précarité, et soumettre chaque salaire à l’euro dumping social

JBC pour www.initiative-communiste.fr

https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/greve-routiers-stations-services-bientot-a-sec/?preview_id=32612&preview_nonce=3d9aec9d4c&preview=true


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • Remosra 30 mai 08:41

    Eh oui, les principaux syndicats ne font plus leur travaille depuis longtemps déjà, mais ça aussi, personne n’en parle vraiment.
    J’aimerais bien que cette grève dure un bon moment, jusqu’à épuisement total des stations d’essence, là ce serait un grand coup porté, car là il y aurait une paralysie de la France et le nouveau gouvernement serait tout autant paralysé.


    • Lugsama Lugsama 30 mai 10:29

      @Remosra


      Quel intérêt a par créer des chomeurs ?

      Même les gouvernement socialistes ont fini par imposer le choix entre l’armée et la reprise du travail lorsque les pompes étaient à sec.

    • Leonard Leonard 30 mai 11:46

      @Remosra

      Oh oui... plus d’essence...

      Plus de ravitaillement de nourriture aux supermarchés...

      Et la... quand les gens auront faims... tu verras la vrai nature humaine tete de noeud...

      T’es pas un peu debile parfois ?

    • Gogonda Gogonda 30 mai 23:35

      @Leonard

      « Et la... quand les gens auront faims... tu verras la vrai nature humaine tete de noeud... »

      A force de dire que l’homme n’est qu’un animal et que la vie c’est marche ou crève voila ce qui arrive.

    • Leonard Leonard 31 mai 07:52

      @Gogonda

      L’homme est un animal et c’est marche ou crève...

      T’as cru au père Noël toi ?

    • Gogonda Gogonda 31 mai 09:26

      @Leonard

      Vouloir s’en sortir c’est croire au père noël ?

    • Ruut Ruut 4 juin 22:21

      @Leonard
      C’est sur que rendre l’accès a la nourriture dépendant des importations c’est criminel.


    • oncle archibald 30 mai 08:52

      Eh oui, la CGT tire un coup de semonce en direction du gouvernement ... Le message est clair : au coup de sifflet et avec seulement une poignée de mecs nous avons encore le pouvoir de paralyser l’économie du pays ....

      Reste à savoir si un tel mouvement va enthousiasmer « les gens » ou bien si au contraire les grévistes vont se faire huer par « le peuple » qui en aura rapidement marre d’être pris en otage par quelques syndicalistes représentant une infime partie des salariés.

      Vous le savez bien, vous n’arrivez toujours pas à l’admettre mais il faudra vous y faire : en démocratie ce sont les électeurs qui décident de la politique qu’ils souhaitent pour les prochaines années, pas la CGT. Refuser de discuter et foutre la merde, c’est l’essentiel du boulot du cégétiste de base !


      • flourens flourens 30 mai 09:59

        @oncle archibald
         « le peuple » qui en aura rapidement marre d’être pris en otage par quelques syndicalistes représentant une infime partie des salariés.

        le peuple a bien pris les congés payés, la sécu, et toutes les protections gagnées par quelques syndicalistes
        moi même j’étais cadre syndiqué et délégué à la CGT, une hérésie pour un cades, certains de mes collègues me crachaient presque dessus, mais quand on arrivait à un accord favorable, ils le prenaient tous, alors que la décence aurait voulu qu’ils refusent ce qui venait de syndicalistes infimes preneurs d’otages,
        en revanche quand le gouvernement prend la population en otage avec l’état d’urgence à perpétuité, plus rien, bandes de tartuffes


      • Yaurrick Yaurrick 30 mai 10:54

        @flourens
        Attention quand vous dites que le peuple a bien pris les congés payés, la sécu, et toutes les protections gagnées par quelques syndicalistes.
        Ces éléments ne sont pas gratuits et sont donc forcément payés par quelqu’un (à l’époque par les gains de productivité des salariés) voire même dans la plus grande partie par le salarié lui-même (c’est donc du salaire en moins).

        Pour ce qui est de la négociation, la logique voudrait que seules les parties prenantes (les salariés et leurs représentants syndicaux, la direction) interviennent. Il n’y a donc aucune raison de prendre en otage un groupe de tierces personnes (ici le peuple). Vous ne serez donc pas étonnés de voir que le peuple en a marre qu’un groupe use de la force quelque soient les raisons invoquées.


      • flourens flourens 30 mai 11:24

        @Yaurrick
        d’accord, dans ce cas le peuple n’a qu’a se taire, plus de CSG, la ferme, plus de TVA, ta g......, moins de salaire, écrase, moins de santé, moins d’école, mais plus de prison, falalit pas voter pour nous,
        dans le cas des cotisations, au contraire c’est du salaire en plus, du salaire qu’on touchera plus tard ou en cas de besoin, avant quand on était malade, on n’avait rien, voire dans les mines on était viré de son logement, je le dis, sans les prises en otage on en serait encore à germinal, mais bon, bavez sur les syndicats, vous prenez quand même ce qu’ils ont obtenus
        article 35 de la DDH de 1793 (ils l’ont vite fait disparaitre)
        « quand le gouvernement viole le droit des peuples, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »


      • Yaurrick Yaurrick 30 mai 12:16

        @flourens
        Je n’ai pas dit qu’il fallait se taire ou ne rien faire, mais pourquoi vouloir nuire au peuple qui n’ a absolument à rien à voir avec le problème des routiers ? Pourquoi ces derniers ne vont ils pas voir les responsables de l’état à la place ? C’est facile de s’en prendre aux citoyens qui dans la plupart dans des cas ne peuvent rien faire et donc en subissent les conséquences.

        Vous faites l’erreur habituelle de penser de que les cotisations sont du salaire en plus que l’employeur paierait sous la contrainte. Ce qui est faux, puisque l’employeur ne voit qu’une chose, le cout total (salaire net + charges salariales & patronales) et qu’il faut que le travail du salarié lui rapporte plus qu’il ne coute, ce qui est logiquement le cas vu qu’il l’a embauché.
        Que ce soit le salarié ou l’employeur qui fasse le chèque destiné à l’URSSAF ne change rien, c’est retenu sur le salaire du salarié.

        Ce qui a rendu possible de pouvoir consacrer de l’argent à ces éléments dit sociaux, ce sont les gains de productivité via l’investissement et le capitalisme. A l’époque de Germinal, il était tout juste possible d’avoir de quoi se loger et se nourrir tellement la productivité était faible, donc avoir de quoi payer le chômage ou la santé était hors de prix pour la plupart des citoyens.
        Prétendre que le confort actuel ne provient pas de ces gains de productivités est une erreur, et
        D’ailleurs si la productivité n’avait pas d’effet sur les salaires, on pourrait se demander pourquoi les employeurs ne paient pas tous leurs salariés au SMIC, alors que cela concerne moins de 10% des salariés ?


      • Ouallonsnous ? 30 mai 16:14

        @oncle archibald

        « en démocratie ce sont les électeurs qui décident de la politique qu’ils souhaitent... »

        De quelle démocratie parles vous Archibald ?

        Feriez vous allusion à celle de l’oligarchie siono-UE/OTAN qui a pris l’Elysées ?


      • Norbert 30 mai 18:50

        @oncle archibald

        La vraie prise d’otage est en réalité celle des banques que l’on doit renflouer de leurs mauvaises opérations.

        Vous mettez le doigt sur une vérité : Par sa possibilité d’arrêter l’économie et couper le robinet des profits, la classe ouvrière internationale est toujours la clé pour changer le monde.

        VIVE LA GREVE !


      • Alren Alren 30 mai 19:09

        @Yaurrick

        « Je n’ai pas dit qu’il fallait se taire ou ne rien faire, mais pourquoi vouloir nuire au peuple qui n’a absolument à rien à voir avec le problème des routiers ? »

        Bloquer les dépôts d’essence, ce n’est pas "nuire au peuple", c’est d’abord nuire aux propriétaires de ces dépôts et aux employeurs de ces camionneurs qui ne vendent pas de carburant et essuient une perte de profit.

        Et accessoirement cela montre au « peuple » dont très populairement vous vous préoccupez, qu’il ne peut se passer du travail des camionneurs de transports dangereux et que les faire travailler plus de dix heures par jour du fait d’un salaire insuffisant et du besoin d’heures supplémentaires pour boucler les fins de mois, augmente le risque d’une catastrophe dont le « peuple » pourrait aussi, en sus du chauffeur impliqué, victime.

        Pour qu’ils cèdent aux revendications, pour maximiser le taux de profit (qui est exorbitant dans l’industrie pétrolière) il faut que cette perte soit insupportable pour eux. C’est ça une lutte sociale  : il y a opposition frontale d’intérêts entre patrons et salariés. Et comme dans toute lutte, le vainqueur est le plus fort. Notons en passant qu’a priori le plus fort est celui qui dispose de ce formidable pouvoir qu’est l’argent, donc le patron.

        Et pour gagner, les salariés doivent souffrir financièrement beaucoup plus que lui et parfois souffrir physiquement des gaz lacrymogènes quand ce ne sont pas les grenades offensives, comme celle qui a tué Rémi Fraisse, les gouvernements de l’UMP au PS mettant gratuitement au service du capital, pour fausser la balance, la force publique.

        Publique, c’est-à-dire qui devrait rester neutre dans un conflit du travail qui ne dégénère en violences qu’après les provocations policières commandées au-dessus de la tête des préfets par le ministre de l’intérieur, comme ne le reconnaît pas ce petit, tout petit bonhomme de Cazeneuve, incapable d’assumer devant l’opinion et l’histoire sa responsabilité dans la tragédie de Notre-Dame-des-Landes.

        « Pourquoi ces derniers ne vont ils pas voir les responsables de l’état à la place ? »

        Non mais vous êtes tombé de la dernière pluie ou quoi ?

        Ce gouvernement Macron est fondamentalement, viscéralement opposé aux salariés (et indirectement aux non-salariés des classes moyennes), tout entier au service de l’oligarchie qui va injecter dans la spéculation, les milliards qui font tant défaut à l’économie réelle.

        C’est facile de s’en prendre aux citoyens qui dans la plupart dans des cas ne peuvent rien faire et donc en subissent les conséquences.

        Ben vrai ça ! J’espère que vous l’écrirez encore avec indignation quand le gouvernement Macron sabotera, par la suppression de 120 000 fonctionnaires, les service publics dont le « peuple » est encore bénéficiaire, baissera les pensions de retraites en gelant leur montant tout en augmentant considérablement la CSG des retraités et qu’il livrera les salariés du privé à la rapacité des « actionnaires » avec baisse de salaires à la clé sous prétexte de "rester concurrentiel".

        Nécessité qui ne frappera évidemment pas les hauts salaires de l’entreprise, en premier lieu celui du PDG non plus que des profits retirés au maximum de la comptabilité de l’entreprise au mépris de l’investissement productif. Hauts salaires et profits qui augmenteront beaucoup plus vite que l’inflation.

        « Vous faites l’erreur habituelle de penser de que les cotisations sont du salaire en plus que l’employeur paierait sous la contrainte. Ce qui est faux, puisque l’employeur ne voit qu’une chose, le coût total (salaire net + charges salariales & patronales) et qu’il faut que le travail du salarié lui rapporte plus qu’il ne coûte, ce qui est logiquement le cas vu qu’il l’a embauché. »

        Mais d’où débarquez-vous à la fin ?

        Bien sûr que c’est sous la contrainte que l’employeur paie les cotisations. Et c’est bien normal pour l’assurance maladie qu’il y ait un partage des contributions. Car c’est dans l’entreprise que les salariés contractent les maladies professionnels et pas seulement la silicose ou le cancer de la plèvre, mais aussi des problèmes de dos (le mal du siècle), les affections cardio-vasculaires liées au stress et à la volonté de certaines directions de malmener le personnel. Attitude stupide et contre-productive selon toutes les études et conduisant à des suicides.

        « Que ce soit le salarié ou l’employeur qui fasse le chèque destiné à l’URSSAF ne change rien, c’est retenu sur le salaire du salarié. »

        Cette pseudo-réflexion « de bon sens » serait justifiée si le transfert de cotisation du patron au salarié s’accompagnait d’une augmentation de salaire en couvrant le montant. Mais cela ne sera pas le cas, si le gouvernement réactionnaire l’envisage.

        « Ce qui a rendu possible de pouvoir consacrer de l’argent à ces éléments dit sociaux, ce sont les gains de productivité via l’investissement et le capitalisme. »

        Le capitalisme n’est pour rien dans les progrès techniques et il a toujours recherché à minimiser l’investissement productif. Allant jusqu’à acheter des brevets pour que leur objet ne soit pas développé ou intervenant auprès des banques pour que les créateurs d’entreprises exploitant une idée nouvelle ne puissent trouver les crédits pour ce faire.

        Ce n’est pas le capitalisme qui a eu des idées nouvelles, ce sont des scientifiques, des ingénieurs, des êtres humains.

        Les patrons paient davantage que le SMIC des employés dont ils ont un besoin impératif pour que leur entreprise fonctionne, pas par bonté d’âme.


      • Yaurrick Yaurrick 30 mai 20:06

        @Alren
        Parce que sous le prétexte de faire entendre des revendications, il est nécessaire de nuire aux propriétaires d’entreprises voire même de leur infliger des pertes économiques ? Vous ne concevez les revendications entre salariés et employeurs que comme un affrontement et une opposition systématique alors que les 2 ont un intérêt commun. Je comprends que beaucoup de français n’approuvent pas ces méthodes et que le taux de syndicalisation soit si faible.

        Non je ne suis pas tombé de la dernière pluie comme vous semblez le croire , seulement je suis pragmatique et contrairement à vous, j’estime qu’en France, le cadre fiscal et législatif est un boulet aux pattes des moteurs de l’économie que sont les entreprises.
        Cette abondance de contraintes législatives et fiscales, en conséquence, génère cette fameuse pression répercutée sur les salariés (rien que les 35h, il a fallu du jour au lendemain gagner plus de 10% de productivité, et je passe sur la rigidité du code du travail).

        Je ne vois pas pourquoi vous parlez de transfert de cotisations, il n’y a que le salaire super-brut (le cout employeur) et les cotisations qui y sont retirées et constitue le salaire net. Seulement, il été fait en sorte de masquer ce cout employeur, en faisant croire que les charges patronales n’étaient pas payées par le salarié.
        Et si on donnait l’opportunité à chacun de faire le chèque à l’URSSAF pour ces cotisations ? Vous verriez bien vite une prise de conscience et une grogne générale car le vrai cout des services serait révélé et là, il y aura vite une pression et remise en cause du fonctionnement de notre modèle social.
        Parce que je suis désolé, en tant que salarié moyen, voir tout les mois quasi 50% de mon salaire partir sans que je puisse dire si oui ou non le service est à la hauteur ou même utile, c’est fichtrement plus grave que vos considérations sur le montant de tel ou tel haut salaire, qui n’est rien de plus que de la jalousie.

        Des idées provenant de scientifiques, d’ingénieurs, ce n’est pas ce qui manque... Sauf qu’une idée, ça ne reste qu’une idée si on ne sait pas ou bien si on a pas la capacité de la mettre en œuvre (donc du capital)... Et même avec, il n’est absolument pas sur que cela fonctionnera, et si ça ne fonctionne pas(c’est à dire souvent) que se passe -t’il a votre avis ? Ce sera la faillite, donc les créanciers devront éponger les dettes, donc du capital détruit.

        Oui, les patrons ne paient pas les employés plus que le SMIC par bonté d’âme, en quoi cela vous pose problème ?


      • doctorix doctorix 30 mai 20:54

        @Yaurrick
        Vous ne concevez les revendications entre salariés et employeurs que comme un affrontement et une opposition systématique 

        Mais bien sur que c’est un affrontement nécessaire. Les actionnaires n’ont jamais rien lâché que sous la contrainte. Tous les avantages sociaux ont été obtenus de cette manière, et il n’y a que quand ont touche l’actionnaire là ou ça lui fait mal (au portefeuille), qu’on obtient des résultats.
        Depuis un certain temps, le peuple entre dans une mollesse coupable, et se fait retirer miette par miette tout ce que ses aïeux ont obtenu par des sacrifices difficiles. Il a encore le ventre trop bien rempli. Il n’a pas compris que le vrai patron, c’était lui.
        Même si ça gêne certains pendant un certain temps, ça finit par profiter au plus grand nombre. 
        Actuellement, la mode est de dire que c’est la faute à Bruxelles. On est d’accord la-dessus, mais alors pourquoi ne pas avoir voté pour le seul qui voulait nous débarrasser de cette engeance ?


      • Gavroche 30 mai 21:25

        bonsoir @doctorix


        Votre commentaire est absolument parfait sauf la dernière phrase..

        Ce n’est pas la faute à l’Europe si un patron garde pour lui ou ses actionnaires la majorité des richesses produites par ses travailleurs. Il peut partager s’il veut.

        « La mode est de dire que c’est la faute à Bruxelles on est d’accord la dessus »
        «  Non on n’est pas d’accord, c’est la mode mais pas la réalité !!

        Personne en EU n’empêche le patron de dire à son DRH : » on a bien travaillé, on s’est goinfrés, Ce mois ci, doublez la paie pour tout le personnel.«  ils ne le font jamais.

        Comme personne ne l’empêche de dire à son DRH » Les actionnaires ont été trop gourmands, car on a bien travaillé , ce qui fait que nous sommes déficitaires. Virez immédiatement les cdd.«  Ils le font très souvent.

         »Mais bien sur que c’est un affrontement nécessaire. Les actionnaires n’ont jamais rien lâché que sous la contrainte. Tous les avantages sociaux ont été obtenus de cette manière, et il n’y a que quand ont touche l’actionnaire là ou ça lui fait mal (au portefeuille), qu’on obtient des résultats."

        Bravo ! alors, Frexit ou pas, commencer déjà par ça serait un bon début.


      • doctorix doctorix 30 mai 23:01

        @Gavroche
        Sans le Frexit, c’est un smic à 5 euros qui nous attend, c’est ce qu’ose dire Lemaire, en précisant que c’est bien bon pour les alcooliques mal fringués :

        Ces gens n’ont pas de scrupules, et plus ils sentent qu’ils peuvent tirer la ficelle, et plus leur culot se fait insolent.
        Une taxe de 3 malheureux pour cent avait été exigée par le gouvernement sur les bénéfices des entreprises : Bruxelles a décidé qu’elle était illégale en regard des lois européennes, il va falloir rembourser.
        Vous en voulez d’autres ? Allez étudier les GOPE, qui sont le seul programme de Macron.
        Nous n’avons plus de politique intérieure nationale, c’est ce que dit la vice-présidente de la commission européenne, en pleine assemblée nationale à Paris. Si ça vous convient, moi pas.


      • doctorix doctorix 30 mai 23:02

        sur les bénéfices des entreprises 


        Sur les dividendes.


      • Yaurrick Yaurrick 30 mai 23:29

        @Gavroche
        C’est une erreur grossière de dire qu’un patron garde pour lui ou les actionnaires la majorité des richesses produites : ce sont les salariés qui en obtiennent très largement la plus grande part.
        En plus, il y aussi la participation et l’intéressement qui, dans certains cas peuvent représenter plusieurs mois de salaires. A l’inverse quand il y a des pertes, ce sont pas les salariés qui doivent rembourser.


      • Yaurrick Yaurrick 30 mai 23:50

        @doctorix
        Non, dire que la faute proviendrait de Bruxelles uniquement est fausse.
        C’est Bruxelles qui a mis en place les 35h d’autorité sans se préoccuper des spécificités des entreprises ?
        C’est Bruxelles qui a instauré un salaire minimum élevé en rapport du salaire médian ?
        C’est Bruxelles qui a écrit un code du travail de 3000 pages ?

        Les exemples ne manquent pas.... l’état français a largement sa part de responsabilité dans le marasme actuel.


      • doctorix doctorix 31 mai 00:17

        @Yaurrick
        Ne racontez pas trop d’âneries tout de même.

        Aujourd’hui, les actionnaires veulent des dividendes à deux chiffres, malgré une inflation nulle. Et chaque fois qu’on annonce des licenciements ou des délocalisations, les actions grimpent.
        Vous nous la jouez bisounours alors qu’on parle de requins.
        Cela n’exclue nullement qu’il y ait de bons patrons. Mais l’actionnaire a pris une place beaucoup trop importante dans le système : il s’en croit le moteur, alors qu’il n’est que la cinquième roue de la charrette. Voire le parasite. On peut prendre l’exemple des mutuelles, imposées par le clan sarkozy : quand on paye 1000 euros de cotisations, près 500 reviennent aux actionnaires, aux dirigeants, aux frais de fonctionnement faramineux et même 10% à l’Etat :
        « Dans le cas de la sécurité sociale le coût de fonctionnement de l’organisme s’élève à 8 % environ. Dans le cas des mutuelles il dépasse habituellement les 15 %. Pour les « mutuelles » privées (en réalité des assurances cotées en Bourse), les salaires des cadres dirigeants sont 10 à 15 fois supérieurs à ceux des dirigeants des caisses. Le budget de publicité se compte en millions d’euros et les actionnaires touchent des dividendes. L’Etat prélève également son impôt qui approche les dix pour cent.
        C’était le sujet d’un de mes articles il y a deux ans :

        Par ailleurs, il y a urgence à empêcher la libre circulation des capitaux, qui est au centre du système européen et mondialiste. Il n’y a pas deux solutions : il faut quitter l’UE.

         »A l’inverse quand il y a des pertes, ce sont pas les salariés qui doivent rembourser."
        Non, c’est vrai. Ils se contentent de perdre leur boulot. Un détail...

      • Dzan 31 mai 08:24

        @Yaurrick
        contrairement à vous, j’estime qu’en France, le cadre fiscal et législatif est un boulet aux pattes des moteurs de l’économie que sont les entreprises.

        Yess. Comme chez les Grands Brittons, le contrat zéro heure. Pourquoi, ne pas revenir à l’esclavage, ou tout au moins au servage...C’était tellement mieux.
        Lutter contre le Bangladesh, où la Chine ? Il faut donc que les salariés Français des cendent au niveau salarial de ces pays ?


      • Le421 Le421 31 mai 08:57

        @Yaurrick
        Ces éléments ne sont pas gratuits et sont donc forcément payés par quelqu’un (à l’époque par les gains de productivité des salariés) voire même dans la plus grande partie par le salarié lui-même (c’est donc du salaire en moins).

        Faux et archifaux.
        C’est du salaire « différé », pas « en moins ».

        On joue là-dessus pour faire croire aux pécores qu’ils vont être augmentés en diminuant leurs funestes « charges ».
        Déshabiller Pierre pour habiller Paul.

        Et les baisés, toujours les mêmes !

        En plus, à partir de 1200€ de retraite (une fortune ma bonn’dame !!), les retraités vont casquer.
        Bravo !!
        Effet Kiss’Cool garanti.


      • Yaurrick Yaurrick 31 mai 12:27

        @doctorix
        Vouloir faire de cas particuliers une généralisation applicable à l’ensemble des entreprises n’est pas honnête. Bien sur qu’il y a des requins, comme il y a aussi des salariés qui sont loin d’êtres modèles... Est-ce qu’il faut en faire une généralité ? Non.
        Je serai curieux de connaitre selon vous le rôle d’un actionnaire : pour vous il ne devrait qu’investir dans l’entreprise sans son mot à dire, sans être rétribué pour le risque de perdre son capital ?

        Quant à l’exemple des mutuelles par rapport à la sécu, le problème vient des monopoles et autres distorsions du marché ? Si la concurrence joue son rôle et si on laisse les personnes libres de choisir, en quoi est-ce problématique, on verra vite ce que souhaiteront les personnes.
        Vous voulez interdire la libre circulation des capitaux ? Et les mesures de rétorsion, qu’en faites vous ? Et que dire du moindre investissement en France qui en découlera ?


      • Yaurrick Yaurrick 31 mai 12:30

        @Dzan
        C’est sûr en France, on préférera qu’une personne soit condamnée au chômage plus qu’avoir un poste précaire qui lui permettrai d’acquérir de l’expérience ou de prouver ses talents... Et vous voulez faire croire que c’est une bonne chose ?


      • Yaurrick Yaurrick 31 mai 12:39

        @Le421
        Salaire différé ? C’est bien payé par quelqu’un, donc forcément en moins à quelqu’un, sauf qu’on essaie de maquiller cela. Comme vous dites. on cache le montant réel des cotisations, :
        - le salarié n’a pas de contrôle dessus, ce que vous dites est juste.
        - le salarié devrait avoir le choix d’affecter tel ou tel montant à tel ou tel service, et aussi simplement de ne pas y participer si il estime ne pas en avoir besoin.
        Au final, si on met en évidence ce que le salarié coute à son employeur et la liberté de choix dans ses cotisations, le système sera plus vertueux... car on responsabilise chaque personne.


      • Dzan 1er juin 08:26

        @oncle archibald
        C’est con hein ? Le gouvernement et les patrons se sont mis à table et le conflit va se terminer.
        Salauds de CGT ?


      • cathy cathy 30 mai 08:58

        Pourquoi elle demande de ne pas anticiper leur plein ?

        Réfléchissez un peu ? Non ? Vous ne voyez vraiment pas ?
        Parce que seulement une partie de la profession fait grève, et si la demande de carburant est trop forte, alors il y aura pénurie. 

        • doctorix doctorix 30 mai 23:07

          @cathy

          Réfléchissez deux minutes.
          Au Venezuela, les USA organisent des pénuries régulièrement pour que le peuple mécontent se révolte contre le gouvernement, afin de le renverser.
          Il suffit de faire la même chose ici, pour virer rapidement tous ces malpropres.
          Le peuple mérite mieux qu’un Macron.

        • Decouz 30 mai 09:16

          Tout à fait, si tout le monde se précipite, cela entraine une pénurie, indépendamment de la grève qui elle aussi peut entrainer une pénurie.
          Donc aucune conclusion à tirer, puisque en cas de pénurie le gouvernement ne va pas non plus conseiller de se ruer sur les stations.


          • Lugsama Lugsama 30 mai 10:27

            Pour l’approvisionnement généralement les grèves stoppent quand l’Etat annonce qu’il va envoyer l’armée pour gérer le réappro.


            Peut être que Macron aura le courage d’agir plus vite, les autres gouvernements attendaient toujours des mois sans raison autre que la peur de passer pour autoritaire.

            • taktak 30 mai 11:44

              @Lugsama
              Ecoutez bien les gens : Lugsama veut vous envoyer la troupe. Comme TEMER au Brésil en ce moment.

              C’est cela l’ultra libéralisme : l’armée pour écraser les travailleurs et nous faire trimer comme des esclves

              Bref, pour appliquer son programme anti populaire et antidémocratique, après 6 49.3 durant les 5 dernieres années, Macron va avoir recours à la force.

              Cela a un nom : la dictature et le fascisme


            • Lugsama Lugsama 30 mai 18:39

              @taktak

              Sous Jospin la grève a stoppé quand il a décidé d’envoyer l’armée. Et il ne s’agit pas d’envoyer « la troupe » tiré sur les manifestants comme la fait le héro de la CGT avant la Grande Guerre, mais de faire le travail de réapprovisiontement pour sauver l’économie française et ses travailleurs qui n’ont pas à être pris en otage par une minorité.

              Votre propagande communiste de PMU .. retournez à votre apéro et laissez les gens sérieux travailler.

            • Alren Alren 30 mai 19:15

              @Lugsama

              Qui c’est y « le héros de la CGT » avant la 1ère guerre mondiale « qui fait tirer sur les manifestants » ?

              Clémenceau ?

              Décidément on peut lire n’importe quoi sur Agoravox qui pue la haine rancie des salariés.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 mai 19:59

              @taktak
              Le premier rôle d’un syndicat c’est d’informer. Informer les salariés que nos gouvernements sont subordonnés à la Commission européenne, dans le domaine économique et social.


              Le rôle des syndicats est d’expliquer que l’avenir de leurs salaires et de leur santé, ne peut passer que par la sortie de l’ UE, ce qu’ils se gardent bien d’expliquer. Ils vont se servir des salariés pour faire leur cirque habituel : faire croire que c’est le gouvernement qui décide !

              Comme ils l’ont fait l’an dernier avec la Loi El Khomri !
              Ils se sont bien gardés d’expliquer que cette loi était la conséquence de l’ UE & de l’euro ! Quand on ne peut pas dévaluer la monnaie, il faut « dévaluer »le prix du travail.

              Voici le communiqué commun des syndicats l’an dernier, aucune trace de la responsabilité de Bruxelles et des Traités européens ...

            • Dzan 31 mai 08:27

              @Lugsama
              La CGT a fait tirer sur des manifestants ???
              J’ai du rater un épisode de l’Histoire de France.


            • Le421 Le421 31 mai 09:02

              @Lugsama

              Votre propagande communiste de PMU .. retournez à votre apéro et laissez les gens sérieux travailler.

              Là, c’est du lourd !!
              On voit tout de suite le sérieux du client.
              Et je ne vous ferais pas le plaisir de répondre à de tels arguments.


            • Lugsama Lugsama 31 mai 16:23

              @Alren

              Oui Clémenceau, qui est toujours défendu par les leader de la CGT comme un modèle.

              J’aurait du préciser envoyer la troupe après avoir promis en personne qui ne le ferait pas. Après le contexte historique est différent, je ne suis pas anti-Clémenceau et c’est même plutôt devenu un héro qui a permis à la France de gagner la Grande Guerre..

              Mais je répondait simplement à l’autre éxcité qui entre deux pastis m’accusait le plus naturelement du monde vouloir envoyer l’armée pour massacrer les manifestants.

              Je suis simplement pour le droit, les grèvistes n’ont pas le droit de bloquer les raffineries qui ne sont pas en grève, l’Etat à le droit (et même le devoir) de procéder à des réquisitions pour permettre à l’économie de fonctionner. 
              J’en ai marre de cette absurde complaisance en France, quand on voit que certains trouvent normal de séquestrer des cadres.. si la Justice appliquait le droit ces fous furieux resteraient pleusieurs années en prisons pour séquestration (20ans possible légalement) et ça ne se reproduiraient plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires