• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Lubrizol Rouen : des produits d’une grande toxicité

Lubrizol Rouen : des produits d’une grande toxicité

 

La Préfecture de Seine-Maritime a minimisé les conséquences de l'incendie des entrepôts de Lubrizol Rouen sur la santé des populations.

Dans la liste des produits ayant brulé dans les entrepôts de Lubrizol fournie par la Préfecture de Seine-Maritime, vous trouverez toutes sortes de produits chimiques comprenant des degrés de dangerosité variable. Il aura fallu attendre près de 6 jours pour disposer de cette liste. J'attire votre attention sur le fait que certains de ces produits chimiques sont répertoriés selon la nomenclature européenne dans les termes suivants :

  • H302 : Nocif en cas d’ingestion ou de contact cutané
  • H304  : Peut être mortel en cas d'ingestion et de pénétration dans les voies respiratoires
  • H314 Provoque des brûlures de la peau et des lésions oculaires graves
  • H315 Provoque une irritation cutanée
  • H318 : Provoque des lésions oculaires graves
  • H317 : Peut provoquer une allergie cutanée
  • H360F : Peut nuire à la fertilité
  • H361FD : Susceptible de nuire à la fertilité. Susceptible de nuire au fœtus
  • H400 : Très toxique pour les organismes aquatiques
  • H410 : Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets à long terme
  • H413 : Peut entraîner des effets néfastes à long terme pour les organismes aquatiques

Concernant les classifications H400, H410, H413, rappelons que la Seine se jette dans la mer et que nous consommons de très nombreux produits dits de la baie de Seine ! Il faudra être extrêmement prudent sur la consommation des poissons, des mollusques et des crustacés issus de cette zone de pêche dans les prochaines semaines, dans les prochains mois, dans les prochaines années.

Quelles protections ont eu les pompiers et les policiers stationnés autour des dépôts en feu de Lubrizol Rouen au cours de la journée du jeudi 26 septembre ? Pourquoi une information n'a pas été mise en place auprès des femmes enceintes dès les 1ères heures de l'incendie, au nom du principe de précaution ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.96/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 2 octobre 18:37

    « Quelles protections ont eu les pompiers et les policiers... ? 

    Pourquoi une information n’a pas été mise en place... ? »


    BFMTV : « Je voudrais qu’on reprenne, Frédéric Poitou, les mots du Premier ministre hier. Est-ce qu’il prend un risque quand il dit que les odeurs sont gênantes, mais pas nocives ? »

    Frédéric Poitou ingénieur (chimiste) : « Là où ça ne va pas, c’est que certains produits sont quasiment inodores et on ne les voit pas. Comme l’a dit le préfet, “quand il n’y a pas de trace, il n’y a pas de pollution”, c’est absolument scandaleux. Lorsqu’il dit en même temps qu’il n’y a pas de toxicités avérées, mais de l’autre côté que les agriculteurs seront indemnisés et que leurs productions sont mises sous séquestre, il y a un double langage qui ne va pas du tout. »



    • Gasty Gasty 3 octobre 08:52

      Une usine classé SEVESO risque haut, faut pas s’attendre à un panache de fumée genre barbecue.

      Le pire dans tout ça, c’est l’incompétence généralisé quand l’ampleur dépasse les limites de l’entreprise. L’usine est classé mais au delà des murs, le politique n’a jamais testé ses compétences à gérer ce genre de crise. Et c’est de lui qu’on attend les ordres.


      • kimonovert 3 octobre 09:02

        Il y a quelques « finesses » du domaine de la chimie à intégrer :
        - le risque chimique et certains risques physiques sont affaire de dose !
        - certains atomes présentent des risques...
        - certaines molécules présentent des risques... On peut considérer que seuls ces atomes et ces molécules sont visés par les listes de risques ! Que sait-on des nouvelles molécules qui se sont créées sous le simple effet du mélange suite à divers incidents liés à l’accident (destruction des protections et enveloppes des produits de base..., action de l’eau de refroidissement et mousses inhibitrices versées par les installations anti-incendie et les pompiers..., etc.) et de la chaleur des incendies ?

        Pour ce qui est de la gestion des risques, il y a formellement une panoplie de prescriptions à appliquer... Pour ce qui est, en dernier recours (les précédentes prescriptions visant à minimiser les risques car comme chacun doit le savoir maintenant « LE RISQUE ZERO N’EXISTE PAS »), il existe des « plans » visant à organiser en prévision les diverses interventions de protection des individus et de la biosphère... Il y aurait là à connaître si des exercices d’intervention du personnel, des pompiers, forces de l’ordre et bien sur responsables concernes au plan reglementaire sont programmés et si ils ont eu lieu...ainsi que les conclusions et actions correctives qui en ont été tirées !

        Ceci pour dire que quelque part les pros concernés à savoir les pompiers et les forces de l’ordre devraient être informés des prescriptions d’intervention les concernant : attitudes et équipements de protection...


        • zygzornifle zygzornifle 3 octobre 09:09

          C’est le bûcher de Jeanne d’ARC qui s’est ravivé .....


          • pierrot pierrot 3 octobre 10:21

            La liste de la présence de molécules ne peut pas servir à une étude d’impact sanitaire et environnemental si on ne connait pas les quantités et concentrations dans les échantillons de l’environnement (air, plantes...).

            Pour cela il faudrait une étude d’experts indépendants (INERIS, INVS, CNRS, IRSN ... et étrangers) mais cela demandera plusieurs année et les populations environnantes qui ne connaissent pas ces contraintes ne seront pas satisfaites.

            C’est ainsi.


            • Gasty Gasty 3 octobre 11:38

              @pierrot

              Une étude d’impact sanitaire et environnemental. C’est bien parce que l’usine est classé SEVESO et que les risques sont identifiés. L’étude pour quantifier le risque en cours n’est pas la priorité.


            • kimonovert 3 octobre 12:18

              @pierrot

              En tant que tels la présence de C= Carbone et de O = Oxygene malgré l’existence d’une panoplie de documents divers et variés définissant ces deux corps simples ne permet en aucune façon de connaître le risque lié à leur combinaison chimique tels le CO2 et pire le CO...Il y a donc lieu de connaître pour chaque atome ses possibilités de réaction chimique avec d’autres...Ce n’est qu’une partie du problème...et comme on dit aux conditions normales de température et de pression ! Une fois la liste exhaustive des molécules pouvant exister dans notre environnement, connue on peut raisonnablement chercher leur présence dans une réduction volumétrique de ce dit environnement. Quand on cherche une aiguille dans une meule de paille on sait ce qu’on cherche...Et la probabilité de trouver de la paille n’est pas négligeable...Maintenant quelles molécules cherche-t-on dans un quart volumétrique de l’espace de notre territoire ? Et que risque-t-on de trouver le sachant vu que toute détection est limitée à une valeur physique donnée de par la technique des appareils de détection ? Le débat des yaka faucons est inutile...le législateur le savait il y a longtemps quand il a été conscient que le mieux à faire était de prévenir pour limiter...Faute de compréhension au fil du temps de cette notion de risque et des enjeux, effectivement tout le monde s’en fout...et on constate le résultat !


            • pierrot pierrot 4 octobre 07:27

              @kimonovert
              Je suis tout à fait d’accord avec vos propos.
              Le rapport d’experts indépendants (INERIS, CRNS, INVS, IRSN, INRS...) concernant les impacts sanitaires et environnementaux demandent du temps (plusieurs mois au moins) et aboutira à un rapport de quelques milliers de pages qui sera probablement contesté.
              Pour le citoyen, il sera déçu car , n’ayant pas les connaissance de chimie, d’écotoxicité et de toxicité aigu et chronique...il affirmera, je n’y comprend rien donc on me ment etc.
              Dommage et décevant.


            • kimonovert 4 octobre 12:54

              @pierrot

              Il est bien là, le problème sociétal du moment : le monde est complexe, de plus en plus complexe ne serait-ce que du point de vue des sciences et techniques, qui évoluent de l’empirisme au rationalisme...En bref, on passe du manuel à l’intellectuel et cela hiérarchise une société...La démagogie, le plus petit dénominateur humain, relayée par les avatars du net (réseaux sociaux, forums,...) tend à considérer que toute émission d’avis se prévaut d’une autorité naturelle, que toute parole découle d’un droit indiscutable ! Tant que tout un chacun se prévaudra d’émettre son avis sur tout et sur rien, on aura du mal à atteindre l’universalité du savoir !


            • eau-pression eau-pression 4 octobre 13:15

              @kimonovert
              Puisqu’ici on peut donner son avis, je vous ai plussé.
              J’espère que Fergus aussi sera d’accord, et viendra nous donner sa propre clé pour atteindre l’universalité du savoir. On peut rêver, non ?

              Il faut noter que ceux qui ont laissé cette usine en ville, ceux qui ont mis en place la détection et la protection incendie, sont bien silencieux. Je suppose qu’avant l’accident ils savaient convaincre de leur maîtrise de la complexité. L’art de convaincre, c’est la pédagogie ou la démagogie ?


            • kimonovert 4 octobre 13:52

              @eau-pression

              A tout le moins dans la complexité, la confiance n’interdit pas le contrôle ! A l’instar de l’aviation, je crois qu’il serait bon pour la transparence que la puissance publique créé un BEA (https://www.bea.aero/) spécifique au domaine des ICPE.


            • eau-pression eau-pression 5 octobre 10:40

              @kimonovert
              Sur le sujet des avions, quelles dispositions les USA envisagent-elles pour que le scénario 737-max ne se renouvelle pas ? Il me semble établi qu’avoir donné le pouvoir au logiciel est la principale cause des 2 accidents. Avec les lacunes lus ou moins voulues dans la formation des équipages, je ne suis pas compétent pour en parler plus.

              Par contre, en amont de l’expertise, il y a la réflexion sur l’architecture sûre d’une structure complexe. Je fus concerné il y a longtemps. Pour moi, l’homme est le plus adapté à faire la synthèse des informations issues des capteurs. N’allez pas croire que ça signifie qu’il faut mettre au rencart les centrales d’incendie, d’alarme et les aides au pilotage. Mon idée, c’est que le bonhomme « flaire » mieux les anomalies. A condition que le sous-système dont il a la charge soit à la portée de son entendement. C’est à dire qu’il puisse en porter intellectuellement une représentation conforme.
              Soit, en parallèle avec le contrôle-commande automatisé, mettre en place un réseau humain doté d’une interconnexion robuste qui « vit » l’usine. Et quelques râleurs, pourquoi pas, histoire de garder tout le monde en éveil.
              Toute extrapolation à la vie politique serait hors sujet.


            • kimonovert 5 octobre 12:26

              @eau-pression

              Le domaine de la fiabilité (partie de la FMDS...) où j’ai donné un temps énonce que le maillon faible d’une chaîne fonctionnelle est l’humain...Je pense que c’est indiscutable vu qu’après le Créateur, l’Homme préside à tout ! Il est expliqué que contrairement à la machine, l’homme subit la fatigue...et ses conséquences ! Donc si les logiciels, conçus en redondance, défaillent... la cause première reste l’effet de l’intervention de l’Homme dans leur écriture...


            • eau-pression eau-pression 5 octobre 14:46

              @kimonovert
              C’est bien parce que celui qui écrit le programme ne peut pas tout prévoir que la conscience de l’humain qui « vit » le process est supérieure au logiciel.


            • kimonovert 5 octobre 17:25

              @eau-pression Oui : science sans conscience... Non : cas de l’Airbus AF444 ! Pas plus que les sondes d’incidence, obturées par des cristaux de glace, l’oreille interne de 3 pilotes n’a eu la sensation de décrochage qu’elle aurait du percevoir comme une inclinaison exagérée relative à la verticale...Sans être spécialiste, l’impression visuelle aurait pu corroborer la sensation de déséquilibre...mais c’était de nuit ! Cet effet appelé « désorientation spatiale » explique aussi un autre accident : le 1er crash d’un Rafale (https://www.liberation.fr/france-archive/2007/12/08/un-pilote-de-chasse-se-crashe-a-bord-d-un-rafale-en-correze_108154 et https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/correze/crash-rafale-neuvic-c-etait-il-y-10-ans-1379409.html)


            • eau-pression eau-pression 5 octobre 21:06

              @kimonovert
              La conscience que j’évoquais se rapproche plus de l’instinct de survie.

              Nous ne sommes ni l’un ni l’autre pilote, mais comme vous le rappeliez il y a dans ce secteur un BEA en France, d’où il sort avec des années de retard des infos. Pour un profane, deux autres cas vont dans le sens où l’humain captait mieux la situation que le système informatique. Le premier, c’est à Charm El Cheik. J’ai retenu que le copilote, malgré les mauvaises conditions qui ont égaré son supérieur, aurait eu la bonne réaction si le statut impressionnant du pilote ne l’avait retenu. Il y a aussi le cas mis en scène par Clint Eastwood. C’est du cinéma, inutile de me le rappeler. Il passera peut-être un @Alexis pour nous donner son avis.

              Il m’est aussi revenu en mémoire une conférence d’un gars de l’INRIA spécialiste de la voiture autonome, qui explique pourquoi, bien qu’en termes de taux d’accident le pilote informatique soit peut-être meilleur que le bonhomme, on ne pourra mettre systématiquement en place ce progrès que dans 20 ans (il doit en rester 18). Je me souviens qu’un argument inattendu, c’est que pour avoir un résultat statistiquement significatif, il faudrait mettre sur les routes un nombre de véhicules autonomes extravagant. Quelque chose qui pèse face à la population des conducteurs (il parle plutôt en km parcourus).

              Pour revenir à la conscience au sens fort, Il y aurait effectivement un prolongement à nos considération assez techniques. C’est de se demander s’il ne faut pas refuser de mettre en place des installations tant qu’on ne peut pas assurer toutes les conditions de sûreté.

              Je ne parle évidemment pas des casse-cous pilotes d’essai, ni des militaires qui acceptent de risquer leur vie. Ceux-la en principe ne font pas joujou avec la santé ou la vie des autres. Ce sont des éclaireurs.


            • pemile pemile 5 octobre 21:43

              @eau-pression "le pilote informatique soit peut-être meilleur que le bonhomme, on ne pourra mettre systématiquement en place ce progrès que dans 20 ans"

              Les derniers essais ne sont pas concluant !

              https://www.numerama.com/vroom/558642-une-association-a-teste-les-systemes-de-securite-de-4-voitures-avec-de-faux-pietons-ca-tourne-mal.html


            • eau-pression eau-pression 5 octobre 22:42

              @pemile
              C’est assez étonnant à l’heure où la reconnaissance faciale semble au point. C’est peut-être des voitures susceptibles, qui n’aiment pas qu’on se f.. de leur g.. avec des mannequins (sorry, il est tard) ?

              Je donnerai un lien sur la conférence du gars de l’inria (si je la retrouve), elle était très intéressante.



              • the clone the clone 3 octobre 12:14
                des produits d’une grande toxicité

                Mince ils sont en concurrence avec l’agro-alimentaire, l’élevage et les labos pharmaceutique , qui gagnera la première place ?


                • ETTORE ETTORE 3 octobre 13:33

                  Force est de reconnaitre que depuis la montée sur le trône de notre prince héritier de la finance.....Le royaume brûle et fume beaucoup.

                  Il n’est pas dit que les livres d’histoire ne réécrivent pas les évènements en faisant de Attila, ( Huns et unique ) un auguste parent de notre Emmanuel national.


                  • kimonovert 5 octobre 13:45

                    @ETTORE

                    C’est votre vision par le petit bout de la lorgnette :

                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_la_raffinerie_de_Feyzin pour rester dans la catégorie incendie... Macron n’était pas né... https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Explosion_de_l’usine_AZF_de_Toulouse pour plus explosif encore... Macron était encore jeune... Voir aussi : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Catégorie:Catastrophe_industrielle_en_France https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Catégorie:Catastrophe_en_France https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Grandes_catastrophes_en_France_depuis_1900

                    Pour que vous ayez le choix démagogique...des grelots à accrocher à Macron ! Cela fera avancer la prise de conscience au sein de l’abrutissement ambiant !


                  • ETTORE ETTORE 5 octobre 21:49

                    @kimonovert

                    C’est sur qu’en comptant depuis 1900, l’âge ou il suçait son pouce.....lol !
                    Remontez donc depuis son élection....et comptez les points chauds....
                    Après...si chez les Rotes-childes, l’argent lui brûlait déjà les doigts....sûrement ,et je m’en fous.
                    Je dis juste que ce mec est un, pyromane, sûrement à l’aide de la lentille de la lorgnette qu’il doit diriger trop souvent vers le dieu soleil, qu’il aimerait être !


                  • Ruut Ruut 3 octobre 15:12

                    Même ça notre Omni président et ses sous fifres qui nous dirigent arrive à le foirer....

                    C’est sûr que faire de la transparence et de l’explicatif sans tabou alors que la spécialité de nos irresponsables politiques c’est le mensonge et les histoires bidons ça ne doit pas aider.


                    • izarn izarn 3 octobre 16:48

                      La ministre de l’Environnement ou je ne sais quoi déclare qu’il faudra plusieurs jours d’analyse, déja ça fait une semaine, pour savoir si c’est toxique...Ecouté ce matin sur France Culture...

                      Oui, mais au fait, pourquoi c’est classé Seveso ++ ?

                      On en a une idée ?

                      Y sont pas au courant au ministère ?

                      Ils n’ont pas la liste ?

                      Ha merde, on est pas courant, c’est quoi ce bins et vous la société amerloque qu’en dites vous ? Nada ?

                      Seveso2 ; c’est pas grave !

                      Vous allez tous crever ?

                      Mais en s’en branle, on sera plus au pouvoir !


                      • izarn izarn 3 octobre 16:51

                        @izarn
                        La connasse a même dit, qu’il fallait changer de mentalité au niveau de la sécurité...C’est le progrès. Tu te fais irradier : C’est le progrés moderne, l’avenir de l’humanité !
                        Pétasse !
                        C’est pas contre les femmes, si t’es un homme t’es un enculé !
                        Mais réveillez vous français !


                      • un des P'tite Goutte un des p’tite goutte 4 octobre 20:33

                        Ce gouvernement, plus insuportable jour après jour ; constat d’incompétence, de nullité, de non professionnalisme. Cette fois pue à en crever


                        • un des P'tite Goutte un des p’tite goutte 4 octobre 22:42

                          (Petite parenthèse sexugouvernementaliste sous fumée toxique)

                          Inspiré par le media.tv https://www.youtube.com/watch?v=Ld4qHEZIBhc  #Rouen #Lubrizol #Gouvernement CATASTROPHE DE ROUEN : LE GOUVERNEMENT MIS EN CAUSE

                          Sous prétexte de parité, je vois pas mal de femmes (incompétentes d’ailleurs, souvent, comme les plus jeunes mâles aussi) chez les innommables … 

                          - si je nomme ces derniers je commets un mensonge éhonté, et le seul fait de me rappeler la signification de leur sigle m’exaspère, en attendant que ces dérivés de REM (unité de mesure de radioactivité) soient enfin reconnus par les historiens comme de dangereux activistes en cols blancs et poches boursouflées d’oseille bref comme ceux qui mirent l’obscénité, sur trône, à son apogée -

                          Un moment j’ai eu deux femmes comme chefs, des cadres :

                          L’une, était une femelle extraordinaire par son humanisme, sa capacité à comprendre, à accompagner et aider tout-e employé-e, et de plus dotée d’une spiritualité extrêmement ouverte, - attention, aucune sexualité ici, notre différence d’âge avoisinait celle freluquet/briguit* et j’étais déjà et maqué et fidèle, pardon pour la digression -

                          l’autre chef ressemblait à la ministre qui s’exprime, ou si l’on peut dire, bafouille plutôt à propos de Lubrizol, Elisabeth Borgne, pardon bornée :

                          Ces sortes de pimbêches à l’allure haute bourgeoisie, peau ultra maquillée, vieillesse reniée, déniée, sagesse de l’âge tentée et ratée. Busynage et lisabethbornation, Christique Lagarde-à-vous Ces commissaires ou postulantes commissaires européennes, etc.

                          Je donne une image, un reflet de son esprit, pas forcément de son physique car la même version existe en schiageat bel qu’assomme el connérrie .

                          Elle était pire qu’un homme dans le management, la DRH. Vache, dure, peu de scrupule, cherchant à virer les plus vieux-vielles à coup d’entourloupes, d’embrouilles. J’en ai conclu, en découvrant du coup d’autres exemples similaires autour de moi, y compris par la presse qu’il pouvait y avoir une telle propension féminine à dépasser par la crasse l’équivalent mâle. Soif de pouvoir en démontrant je ne sais quoi ?, Psychologie altérée par x facteurs possibles ?

                          Arriva un moment où la situation de la boîte imposa un remaniement. C’est la plus aimée et respectée du personnel qui dut jouer profil bas et changer de poste et d’étages (plus bas, au sous-sol même).

                           

                          *Du latin briguitare, briguer, « briguer un poste ».


                          • kimonovert 5 octobre 14:28

                            @un des p’tite goutte

                            ...de pipi ?


                          • un des P'tite Goutte un des p’tite goutte 6 octobre 19:26

                            @kimonovert
                            De gnole, avant.
                            Nom de famille : P’tite goutte (j’ai oublié la majuscule), les parents ont pas mal d’enfants, mes frères et sœurs : Anne, Justine, Corinne, Yann, Aristide. D’autres viendront je pense. C le soir surtout, qu’il (papa) exhibe fièrement la bouteille et s’adresse à tous.
                            J’ai la version transmise par sœur Teresa, que j’ai côtoyée : "ce que je fais n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, mais sans cette goutte, ça ne serait pas l’océan"

                            (rem. : je ne suis pas sûr que la citation est d’elle à l’origine)

                            Entre les deux versions, j’ai tout un océan, justement pour naviguer, à l’aise.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès