• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Une situation révolutionnaire ?

Une situation révolutionnaire ?

Alors que le ministre de l’intérieur s’interroge sur la pertinence de la communication gouvernementale, le rapport de forces évolue et les moutons sont en train de devenir des loups dans les rues des grandes villes comme sur les ronds-points en rase-campagne.

Les dirigeants font semblant de croire à un malentendu et croient percevoir un malaise là où il y a rejet. La méthode Coué pratiquée par les membres du gouvernement consiste à se persuader (en croyant pouvoir persuader les autres) que l’enjeu est la « transition énergétique » et que l’erreur à l’origine de l’action des gilets jaunes serait un « déficit de communication ».

Cet état d’esprit n’a rien d’étonnant, puisque les figurines supposées gérer le pays ne sont plus désormais que les porte-paroles du vrai pouvoir (Wall-Street/Bruxelles) et que la seule compétence à laquelle ils doivent leurs postes de chiens de bergers est leur capacité à justifier auprès du troupeau la méthodologie choisie par les loups, leurs employeurs, pour tondre les plus belles toisons, manger les plus beaux agneaux et limiter les rations à la portion congrue.

Mais il est trop tard, car nous ne sommes plus dans une situation de manipulation.

Nous sommes dans une situation révolutionnaire, ce qu’ils savent peut-être pour les plus lucides, même s’ils espèrent se tromper.

Depuis le samedi 17 novembre 2018, le pays connait une crise de plus en plus profonde et des conflits aigus dans la société, le gouvernement et les milieux dirigeants qui ne trouvent aucun moyen de les résoudre, ni dans la société, ni même dans leurs propres rangs. Au contraire, le raidissement des positions ne fait que saper davantage la croyance de la population en leur "droit de gouverner" et en la "légitimité" de leur recours à la force pour maintenir leur domination.

Les programmes de "réforme" se révèlent en faillite, incapables de faire face à ce que de plus en plus de gens reconnaissent comme un dysfonctionnement et une injustice de l'ensemble du système. Ceux qui, dans la société comme au sein de la classe dirigeante, tentent de justifier le mode de gestion actuel de la fiscalité et de redistribution des richesses sont sur la défensive politique, même s'ils se déchaînent.

Des millions de personnes attendent un changement radical et sont déterminées à lutter pour y parvenir, prêtes à tout mettre en œuvre pour l’obtenir.

Un noyau solide de milliers de personnes est maintenant uni autour d'une force d'avant-garde qui approfondit les liens entre des masses de personnes afin de mener la lutte pour vaincre et démanteler la force répressive violente existante, et éviter les pièges comme les provocations.

Non, ce n’est plus une question de « communication » depuis longtemps déjà, c’est une question d’actes et de réponses aux enjeux exprimés.

Tenter de discréditer par l’envoi des « casseurs » le mouvement dynamique qui s’est créé est la tactique choisie par le pouvoir en place pour retrouver la « paix sociale » disparue.

Mais ce mouvement ne peut plus être arrêté d’un geste car, encore une fois, il s’agit d’une situation révolutionnaire et les dirigeants seraient bien avisés en dosant la répression s’ils ne veulent pas connaitre l’effet boomerang.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

186 réactions à cet article    


  • Tall Tall 3 décembre 2018 08:51

    J’ai vu quelques représentants de gilets jaunes hier à la tv : ils sont tous très déterminés et ne se laissent plus enfumer par le baratin politicard habituel. Mieux : ils soulignent le caractère pervers de la présentation journaleuse des faits.

    Ils n’ont plus aucune confiance dans les partis et et pourraient bien créer le leur, genre 5 étoiles italien ( aujourd’hui au pouvoir avec les nationalistes )

    Mélenchon voulait une 6e république : il pourrait l’avoir, mais ça risque d’être sans lui.

    Le RN, qui a le vent en poupe, pourrait s’associer au nouveau parti « jaune » pour former le nouveau gouvernement, tandis que Macron ne terminerait pas son mandat.

    D’ici là, un nouveau Grenelle avec : augmentation du smic, réinstauration de l’isf et suppressions de diverses taxes et cotisations qui touchent essentiellement les bas revenus.

    Il y a juste un truc que les gilets jaunes ne semblent pas avoir bien compris pour l’instant : c’est l’importance de l’UE dans ce qui leur arrive, mais ça va venir.

    Evidemment, tout ça c’est de la politique fiction, juste un scénario parmi d’autres. Mais ce qui me semble sûr c’est que le panneau « Trop tard ! » a été franchi et la Révolution est en marche.

    Donc finalement, Macron a bien mis la France en marche, mais pas dans la direction voulue par les banksters européïstes.


    • François Pignon NEMO 3 décembre 2018 09:19

      @Tall

      Oui, ça resemble de plus en plus à une fin d partie de « mikado » : reste-t-il une baguette qui puisse être retirée sans faire bouger les autres ?
      Poser la question, c’est y répondre.


    • Tall Tall 3 décembre 2018 10:39

      @NEMO

      J’ai aussi remarqué que plusieurs gilets jaunes avaient voté Macron en croyant naïvement que ce gars allait vraiment leur apporter le changement qu’ils espéraient. Chez ceux-là, un sentiment de trahison s’ajoute à celui de l’injustice.
      De quoi avoir la haine.


    • Jelena Jelena 3 décembre 2018 10:44

      @Tall >> Le RN, qui a le vent en poupe, pourrait s’associer au nouveau parti « jaune » pour former le nouveau gouvernement (...)

      Vous devriez changer votre boule de cristal.


    • Tall Tall 3 décembre 2018 12:23

      @Jelena

      Ou Dupont-Aignan ou un autre... ils comprendront bien tôt ou tard que la souveraineté doit être récupérée aux dépens de l’UE.


    • baldis30 3 décembre 2018 12:51

      @Tall
      bonjour
       « ils comprendront bien tôt ou tard que la souveraineté doit être récupérée aux dépens de l’UE. »
      Avant que le peuple le comprenne ... ! Tout est fait pour maintenir l’ignorance !
      c’est tout de même bien plus facile ....


    • velosolex velosolex 3 décembre 2018 13:56

      @Tall
      Macron est mutique. On dirait De Gaulle en 68, juste au moment où totalement déphasé il a été tenté par le recours à l’armée, avant de se tirer en Irlande. La différence, c’est que Macron est deux fois moins agé que De Gaulle à l’époque. Ce type arrivé par inadvertance, profitant d’une fenêtre de météo favorable, a cru qu’il continuerait à être protégé par les dieux, comme tout fis de bonne famille. 
      Par bien des cotés cette révolution ressemble à celle de 68, dans le sens où le pouvoir est autistique et a gardé des visions provinciales sur le reste du pays, qu’il a cru pouvoir continuer d’abuser, usant de prétextes démagogiques pour justifier de nouvelles taxations abusives, qui en fait, ne changent rien à l’affaire qu’elles prétendent défendre : Les réservoirs doivent se remplir pour aller au boulot quel qu’en soit le cout…..La France, hors UE, a des marges de manoeuves. Personne à Bruxelles ne l’a obligé à supprimer l’impot sur la grande fortune, au moment où le nombre de millionnaires en France explose, faisant passer notre pays de la sixième à la cinquième place au monde. Merde ! A quoi ça sert qu’on gagne la coupe du monde, doit se dire Macron….


    • Tall Tall 3 décembre 2018 14:00

      @baldis30

      Exact, on voit bien que les gilets jaunes l’ignorent encore. Mais lorsqu’ils auront des représentants qui vont monter dans la hiérarchie, les gouvernants avec qui ils discuteront vont leur répliquer : ce que vous voulez n’est pas faisable parce que l’UE, l’UE, l’UE ... et là ils vont piger.


    • pemile pemile 3 décembre 2018 14:09

      @Tall « pas faisable parce que l’UE, l’UE, l’UE ... et là ils vont piger. »

      Ou réussir à déranger cette belle mécanique européenne qui oeuvre dans l’ombre et ne peut fonctionner sans la france ?


    • Tall Tall 3 décembre 2018 14:15

      @pemile

      Oui, quand je dis « piger » ce n’est pas « accepter » ... c’est comprendre où est l’ennemi principal.
      Comme le mvt 5 étoiles italien qui s’est associé aux nationalistes de la Ligue du nord pour défier aujourd’hui l’UE avec un budget hors des clous.


    • Fergus Fergus 3 décembre 2018 16:30

      Bonjour, pemile

      En effet ! Si le scénario décrit par Tall se produit  ce qui n’a rien d’impossible en l’état actuel du climat social —, il n’y aurait pas besoin de sortir de l’UE car la France, tout particulièrement si elle est alliée à l’Italie, pourrait exiger la mise en oeuvre immédiate d’une réforme des traités existants sous peine d’une sortie qui équivaudrait à la fin de l’Union.

      En politique, tout repose sur des rapports de force, et lorsque s’installe une force déterminée, plus aucun traité n’est assuré de sa pérennitén’en déplaise aux bonimenteurs de l’UPR.


    • pemile pemile 3 décembre 2018 16:36

      @Fergus « il n’y aurait pas besoin de sortir de l’UE »

      Je pense aussi, quoiqu’en dise l’UPR, qu’il va de plus en plus devenir possible de réformer l’UE, alors qu’en sortir serait une catastrophe.


    • Fergus Fergus 3 décembre 2018 16:37

      S’il est crédible, le scénario de Tall n’est toutefois pas le plus probable.

      En cas de dissolution, on pourrait même parfaitement voir surgir, comme en 68, une assemblée... très droitière  donc Macron-compatible  en réaction contre le désordre. Avec pour conséquence une re-légitimation de la politique néolibérale ! Ce serait une nouvelle version de l’arroseur arrosé !

      Bref, on n’est sûr de rien !!!


    • Fergus Fergus 3 décembre 2018 16:39

      @ pemile

      « en sortir serait une catastrophe »

      C’est aussi mon avis.


    • Fergus Fergus 3 décembre 2018 16:41

      Bonjour, velosolex

      Petite rectification : De Gaulle en Irlande (à Sneem), c’était en 1969 après le référendum. En 1968, c’est à Baden-Baden qu’il avait mis les voiles.


    • arthes arthes 3 décembre 2018 16:46

      @Fergus

      Il semblerait que votre scénario ne soit pas très crédible car c’est le système lui m^me , dont la droite tradi fait partie, qui est rejeté.

      Les dernières élections furent une vaste mascarade, jamais il n’y a eu de débat de fond qu’attendaient des français déja excédés de tous les partis !

      Et le plus amusant, mais vraiment c’est à se tordre, est que ce matin, Edouard Philippe recevait MLP, « la peste brune » contre laquelle Macron martelait « pas ça, pas ça, pas ça » en éructant, et qu’il mettait en épouvantail pour que les gens (comme vous) votent pour lui, lui se présentant en rempart contre « le péril brun ». !

      Mais que c’est drôle !!!
      Mais quels charlots !

      Et par ailleurs, cela démontre aussi qu’elle fait partie de ce même système.


    • nono le simplet nono le simplet 3 décembre 2018 16:53

      @Fergus
      c’est à Baden-Baden qu’il avait mis les voiles

      Baden-Baden

      ... et certains disent que l’Histoire ne bégaye pas ...


    • Alren Alren 3 décembre 2018 16:59

      @Tall

      Dupont-Aignan et puis qui encore ?

      Les revendications des gilets jaunes sont dans les propositions du programme de la FI, L’Avenir en Commun. Pas dans celui de l’extrême-droite.

      Les gilets jaunes ont l’intelligence, eux, de ne pas faire de la petite minorité d’immigrés, la plupart parmi les plus pauvres des habitants de ce pays, les responsables de leur appauvrissement, mais que les coupables conscients ce sont les oligarques et l’UE qui les attaquent à travers le gouvernement de Macron.


    • kalachnikov kalachnikov 3 décembre 2018 17:00

      @ Fergus & pemile

      Vous ne comprenez rien à la France, les européistes. Au-delà des exigences prosaïques, ce que réclame le Français, ce sont les renouailles avec la notion d’interêt général.

      Le Français est attaché de façon viscérale à la République ; la République, c’est un système démocratique particulier, propre à la France, avec en son coeur la notion d’interêt général. Autour, dans les autres Etats, c’est la social-démocratie, une autre forme de démocratie dont le coeur est la gouvernance d’une majorité sur une minorité. Ce n’est pas miscible et de deux choses l’une : ou l’Europe entière se convertit à la République ou bien la République disparait.

      L’Ue est étrangère à la notion d’interêt général ; son coeur, c’est la liberté du Marché qui peut être très éloigné de cette notion d’interêt général sinon contraire (elle sert les 10%).

      C’est cela le point où nous sommes arrivés. On peut changer d’homme de paille, distribuer quelques gratifications, c’est complètement vain. La crise ne pourra que revenir avec toujours plus de force.

      La France est faite pour être indépendante et si on se retourne sur le passé on peut voir combien ce désir d’indépendance, cette volonté dont elle tire son nom lui a servi. Elle est minable depuis qu’elle tourne le dos à elle-même.

      Make France great again !


    • HELIOS HELIOS 3 décembre 2018 17:00

      @Fergus

      et c’etait pour rencontre le général Massu, a qui il aurait pu demander le soutien de l’armée... c’etait de mon temps, je me souviens tres bien des commentaires de tous les journalistes de l’époque... et surtout de François Mitterand qui disait : « je suis là ».... ah, ah, ah.


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 3 décembre 2018 17:05

      @HELIOS

      Vous devriez aussi rappeler le résultat des législatives de 1968 smiley


    • Gasty Gasty 3 décembre 2018 17:11

      Ce qui a fait le nombre des participants, c’est l’unanimité qu’ils soient tendance gauche ou droite et même pour ceux qui ont voté Macron, tous ressentent le désastre ou notre société s’enfonce.

      Pour tous ces gens, ces gilet jaunes qui sont des électeurs de tous bord, il y a une unanimité à ne pas vouloir attendre les prochaines élections pour voir Macron dehors.

      On est très proche de la destitution.


    • kalachnikov kalachnikov 3 décembre 2018 17:12

      @ Gasty

      C’est le clivage de 2005, transpartisan : républicains versus antiFrance.


    • Xenozoid Xenozoid 3 décembre 2018 17:17

      @kalachnikov

      toute les républiques ont été corrompues.et ce depuis rome,on se demande a quoi cela sert...pour refaire la même erreur,sauf si ce n’est pas une erreur


    • pemile pemile 3 décembre 2018 17:18

      @kalachnikov « @ Fergus & pemile Vous ne comprenez rien à la France, les européistes. »

      Ce genre de sentence débile me laisse le droit de répondre que tu ne comprends rien à la population européenne ?


    • mac 3 décembre 2018 17:27

      @Fergus Il existe bien des nuances tout même : De Gaulle avait le soutien de la majorité silencieuse et Macron doit être à moins de 20 pourcent. La France était encore une puissance prospère en 68 et maintenant nous sommes dans une débâcle économique et industrielle. Enfin de Gaulle était une grande figure de la seconde guerre mondiale. Qui est Macron à côté ?



    • Fergus Fergus 3 décembre 2018 17:33

      Bonjour, Alren

      « Les revendications des gilets jaunes sont dans les propositions du programme de la FI, L’Avenir en Commun. Pas dans celui de l’extrême-droite. »

      En effet ! Il fallait que ce fût dit. Merci à vous de l’avoir précisé : le programme de la FI et les revendications des Gilets jaunes sont globalement très proches.


    • fabrice68 fabrice68 3 décembre 2018 17:33

      @Tall et surement annuler la dette, et se mettre en défaut de paiement. On ne nous preterait plus, mais quelle importance, si on fait enfin des budgets équilibrés ?


    • pemile pemile 3 décembre 2018 17:38

      @kalachnikov

      Ton lien concerne LaREM dont je ne suis pas du tout l’ami et démontre bien bien que le problème vient bien de NOS gouvernements qui ont construit cette europe, non ?


    • Tall Tall 3 décembre 2018 17:41

      @Sharpshooter - Snoopy86

      Forcément... Pompidou venait de faire signer Grenelle ( 27 mai 68 ) à la pleine satisfaction de tout le monde salarié ( smic +35%, autres salaires : +10%  indexés ).


    • Tall Tall 3 décembre 2018 17:49

      @Alren

      Sans doute, mais en attendant, Marine vient de sortir de Matignon en ayant demandé le blocage des augmentations du carburant, gaz et électricité + l’augmentation du smic et des minima vieillesse + la proportionnelle.
      Ce qu’elle va répéter ce soir sur TF1 à 20h, je suppose.
      Mélenchon a intérêt à se bouger


    • Fergus Fergus 3 décembre 2018 17:52

      Bonjour, mac

      Vous avez raison, mais vous oubliez l’élément principal qui a joué en 68 : la demande d’ordre.

      Rien d’étonnant à cela : les Français ont un caractère assez facilement éruptif, mais en même temps  si j’ose dire — ils craignent les aventures politiques, porteuses à leurs yeux d’incertitudes, voire d’un risque de chaos.

      Et c’est ainsi que, très souvent dans leur histoire, ils sont très vite revenus vers ceux qui les exploitaient ou les maltraitaient avant que s’installe un climat insurrectionnel.


    • julius 1ER 3 décembre 2018 17:53

      @Tall

      heureusement que tu es là pour nous faire rire avec ton gnangnan et ta marine !!!


    • Taverne Taverne 3 décembre 2018 18:01

      @Fergus

      Eh oui, Fergus, c’est pour cela qu’il faut avoir déjà à disposition une théorisation de longue date, réfléchie, construite, sur les suites à donner dans un tel cas : philosophique et politique. Mais nous ne voyons que des amateurs qui improvisent et qui ne produisent pas grand chose de rationnel. C’est sympathique mais leur réflexion est trop récente et manque de maturité.


    • dorian 3 décembre 2018 18:08

      @nono le simplet
      Puisque tu parles de Baden baden , j’y suis resté un mois au centre de commandement de la 1er Armée en 72 , faire un stage de projectionniste
      quand j’étais bidasse , chouette caserne ou on bouffait comme des rois et ou le 2eme classe était rare , que des barrettes , et chouette ville aussi.


    • Tall Tall 3 décembre 2018 18:09

      @Fergus salut

      C’est la signature de Grenelle ( 27 mai 68 ) qui a permis à la majorité de rester en place avec Pompidou en médiateur. Ensuite, après Grenelle, le monde salarié satisfait étant rentré au bercail, mai 68 était fini.
      Il ne restait plus au général qu’à revenir d’Allemagne pour faire un petit speech anti-coco ( 30 mai ) et c’était fini. Car il ne restait plus en rue que les cocos qui rêvaient d’un coup d’état bolchevique et quelques students.


    • Tall Tall 3 décembre 2018 18:12

      @Taverne

      Il faudrait que tu demandes un prime time sur TF1 pour expliquer aux gilets jaunes comment ils devraient faire sur le long terme.
      Plusieurs gilets jaunes qui avaient lu tous tes articles ont demandé où tu restais ?


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 décembre 2018 18:29

      @dorian

      Et aujourd’hui te vla baderne-baderne Bébert .


    • dorian 3 décembre 2018 18:42

      @Aita Pea Pea
      qu’est ce tu veux les vioques çà radotent en écoutant un bon Seether live , avec guitares acoustiques .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès