• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Clopinettes

politique, cinéma, Agnès buzyn, socitéL'auteur de ces lignes avertit en préambule les lecteurs éventuellement mal-comprenants, il trouve que la cigarette c'est mauvais pour la santé, que boire trop d'alcool, c'est mâââl, qu'être méchant avec son prochain c'est pas bien du tout et qu'il convient bien entendu d'attacher sa ceinture de sécurité quand il est en voiture. Cependant, j'en ai aussi, comme d'autres, plus qu'assez de la moralisation infantilisante qui envahit dorénavant tous les aspects de notre vie personnelle. Et je ne fume pas ni ne boit avec excès, et je m'efforce le plus possible de manger cinq fruits et légumes par jour.

Agnès Buzyn, l'inénarrable ministre de la santé à Jupiter, déclare la semaine dernière que les cigarettes dans les films français devraient ètre interdites puis rétropédale depuis quelques jours face au tollé provoqué (elle réagit ici sur le rôle social que les acteurs auraient à jouer et ironise maladroitement sur le tweet de Valérie Trierweiler qui se moque d'elle). On a comme l'impression que soit elle nous prend pour des andouilles, soit les communicants de Macron l'ont dûment chapitrée. Et pourtant elle a bel et bien suggéré très clairement l'interdiction de la cigarette sur les écrans noirs de nos nuits blanches devant le parlement.

 

Elle affirmait même alors avoir alerté la ministre de la Culture et des restrictions de budget de la création sur la question (voir ici)...

 

 Elle demeure dans la perception très bourgeoise de la culture. On la trouve à droite, à gauche, chez les marxistes comme ici les libéraux libertaires. La culture doit avoir une utilité sociale pour justifier son existence. Elle se doit d'éduquer le peuple dans le bon sens, celui du pseudo-progressisme actuel. S'il n'y avait que les ridicules injonctions sur la clope ce ne serait que négligeable. Hors, déjà, beaucoup de cinéastes confonde leur capacité de création avec un boulot d'éducateur social :

 

Montrer des couples mixtes où tout se passe bien, évoquer des familles recomposées tellement cool et décontractées comme dans les romans d'Anna Gavalda, des gosses de banlieue qui réussissent, qui sont très polis et ne font jamais de trafics etc...

 

Ces simili éducateurs sociaux sont bien souvent de piètres créateurs, et leurs démonstrations sont toujours chaussées de semelles de plomb à de rares, très rares exceptions près. Cela va des "auteurs" de l'interminable feuilleton "Plus belle la vie" par exemple, le titre en lui-même est tout un programme, à la plupart des auto-fictions française décrivant la vie sentimentale compliquée et les névroses distingués de pauvres petits gosses de riches.

 

Les bourgeois pédagogues qui se doublent de moralisateurs ont cette obsession depuis quelques temps déjà de régenter les petits plaisirs que les petites gens pouvaient encore avoir il y a quelques temps sans se sentir coupables. La cigarette en était. Elle était la possibilité pour le chômeur, le précaire de se détendre un peu sans penser à l'angoisse du lendemain. Maintenant il faut qu'il se sente coupable.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury - Grandgil

 

illustration prise ici 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.55/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • ysengrin ysengrin 27 novembre 11:38

    bonjour, 


    la ministre a du fumé un peu trop le carrelage, 

    pourquoi pas interdire tout verre d’alcool visible sur une toile.... ?

    et que faire alors du merveilleux « singe en hiver ».... ?

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 27 novembre 11:46

      @ysengrin
      on interdit la pipe de Maigret, celle de monsieur Hulot ...etc


    • ysengrin ysengrin 27 novembre 11:48

      @Amaury Grandgil

      ah oui une bonne pipe au coin du feu


      la bonne vieille pipe devrait être déclarée d’utilité publique 

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 27 novembre 11:55

      @ysengrin
      je suis d’accord


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 27 novembre 12:03

      @ysengrin


      « la bonne vieille pipe devrait être déclarée d’utilité publique »
      ... comme a di Bill Clinton à Monica Lewinski quand elle s’est relevée.

    • ysengrin ysengrin 27 novembre 12:10

      @Jeussey de Sourcesûre


      une pipe bien culottée 

      ou bien ramonée 

       ceux qui la bourrent, savent ....

      rien de tel pour une réelle détente 

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 27 novembre 12:19

      @ysengrin

      Vous confondez, mais c’est pas grave : la pipe précède le ramonage à condition de s’en tenir aux prémices et pour bien bourrer, mieux déculotter... enfin, j’veux dire, moi c’est comme ça que j’apprécie, mais chacun ses goûts.

    • troletbuse troletbuse 27 novembre 14:32

      @Amaury Grandgil
      Et Marius de Pagnol.


    • velosolex velosolex 27 novembre 15:42

      @ysengrin
      En dehors de l’objet cigarette, ce qu’il faut noter, c’est la censure à géométrie variable, filtre ou sans filtre. 

      Pendant des lustres on nous a dit que la pornographe, et la violence à l’écran, n’avait aucune portée sur l’imaginaire, et donc sur la répétition de l’acte.
      (En dépit de l’évidence car on se demande bien quelle serait alors l’intérêt d’une publicité....
      Et voilà que pour une cigarette, objet tout de même moins répréhensible, puisqu’il s’agit là d’un choix n’ayant pas d’impact pour les autres, la censure se mobilise, en fait des tonnes, se propose de gommer les images pornos ( je veux parler de ces images incessantes, où l’on voit le capitaine Hadock fumer une pipe....Ne voyez là aucune allusion sexuelle, ces pipes là ne semblent d’ailleurs pas menacées de censure...... 
      Je précise que je suis non fumeur, mais que je refuse de me laisser enfumer, au propre et au figuré du terme.
      Actuellement l’actualité nous livre pas mal de nouvelles et de décisions psychotiques. On s’insurge contre des banalités, et on laisse passer des trucs immondes. 
      Autre exemple : La banalisation d’un rapport sexuel, disons d’un viol, entre une gamine de 11 ans ( appelée ’« jeune fille » dans les médias) et son agresseur, lui nommé aussi ’jeune homme" puisque selon la journaliste d’inter, qui commentait les faits, bien qu’âgé maintenant de 32 ans, il n’avait que 23 ans au moment des faits...A se demander si ce n’est pas la gamine qui a agressé l’adulte, une clope au bec...

    • pissefroid pissefroid 27 novembre 12:17

      ça me fait penser aux talibans qui ont dynamité des statues millénaires.


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 27 novembre 12:21

        @pissefroid

        Ou à la novlangue de laquelle étaient retirés les mots subversifs jusqu’à limiter le lexique à un minimum « correct ».

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 27 novembre 12:22

        @pissefroid
        C’est exactement pareil


      • Le Panda Le Panda 27 novembre 12:29

        @Amaury Grandgil
        Bonjour,

        A continuer de la sorte il va valoir demander du PQ pour ne pas utiliser les cailloux eux ils ne brulent pas, les culs plus souvent qui font du bruit mais quand je pisse c’est chaud Cdt


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 27 novembre 12:34

        @Le Panda
        Bonne idée


      • JL JL 27 novembre 12:47

        @pissefroid
         
         ’’ça me fait penser aux talibans qui ont dynamité des statues millénaires.’’
         
         Vous êtes sûr que ce n’était pas des copies en plâtre ?


      • velosolex velosolex 27 novembre 15:56

        @JL

        En 75, je suis monté sur la tête de l’un de ces deux géants de Bamyan ( on y accédait par un savant labyrinthe de troglodytes) et la haut, j’ai fumé benoîtement un joint,.....

        La vue était vertigineuse ! 
        Je tenais Lucy in the sky par la main !

        C’était avant les talibans, 
        Avant, les russes, juste après le passage de Gengis Kahn. 

        « Ah Barbara, quelle connerie la guerre !....Et Lucy, qu’est tu devenu dans cet enfer ? »

        Tout cela me fait penser au petit gris des poilus ! 

        Dire qu’on aurait pu leur sauver la vie en les empêchant de s’abîmer les poumons avec ce foutu tabac !

      • cevennevive cevennevive 27 novembre 16:09

        @velosolex, bonjour,


        « On s’insurge contre des banalités, et on laisse passer des trucs immondes. »

        dont les scènes de guerre par exemple, ou de tortures...

        Fumer le calumet de la paix était un symbole d’amitié, de résilience et de pardon. Et rien n’était plus paisible que de voir les vieux Arabes tirer sur leur pipe à eau avec ce glouglou serein.

        Bêtise crasse ou poudre aux yeux, pour nous faire détourner le regard de ces choses immondes dont vous parlez.

        Et puis, votre remarque au sujet des poilus dans leurs tranchées est si pertinente !

        Merci et bien à vous.





      • velosolex velosolex 27 novembre 16:33

        @cevennevive

        Bien d’accord avec vous sur la violence. Nous sommes des êtres d’imitation, et tout ce qui vient des « héros » fait figure identification pour les jeunes et même les moins jeunes ; Il n ’y a pas un âge où l’on est pas susceptible de se faire avoir. Méfiance ! 
        La cigarette et n’importe quel comportement mis en exergue à l’écran sera fatalement reproduit par les spectateurs...Le problème sur l’interdit de la cigarette c’est qu’il se penche sur des comportements d’imitation vrais, mais relativement anodins, et qu’on refuse d’ étendre cette logique à ce qu’il y a de pire dans la société, c’est à dire la promotion de la violence, de l’affairisme, et de la compétition exacerbée. 
        La plupart des films utilisent ces ingrédients d’hyper violence, dont le sexe « agressif » est une des composantes. Tout cela pour palier au manque d’imagination de leur auteur, tout autant que pour créer l’effet de sidération sur le public, propre à le rendre bientôt addictif.
         Voilà la fabrique à monstres sur les rails, mais faut il le remarquer, bientôt « non fumeurs »....
        Et c’est ainsi que les serial killers, demain, seront interdits de Malboro, pendant qu’ils brûleront les pieds de leurs victimes, pour ne pas dire davantage, avec un chalumeau. 
        La folie est au cœur du système, et prône une morale psychotique ! pratique. C’est en ce sens que le tabac, là dedans fait office de bouc émissaire ; On relira avec intérêt « les animaux malades de la peste » de monsieur de la Fontaine.

      • generation désenchantée 27 novembre 13:57

        encore une ministre qui veut empêcher les gens d’ avoir quelques plaisirs

        cela va être un luxe d’ avoir quelques plaisirs , non politiquement correct
         avec les taxes qui sont mises sur le tabac , l’ alcool , les sodas qui sont parmi les plus chères d’ europe , plus toutes les taxes punitives dans d’ autres domaines


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 27 novembre 14:30

          @generation désenchantée

          il reste un plaisir gratuit qui rime avec clopinettes mais qui n’a que deux syllabes. Après une nuir sans sommeil, in the morning et en secret, tu lâches toute ta déception, et puis tu dors jusqu’à midi.

        • Macondo Macondo 27 novembre 14:44

          Bonjour et merci pour la soufflée. Des injonctions de « classe », des punitions financières pour les sans-dents via des augmentations perpétuelles programmées, maintenant une interdiction pour « les enfants qui ne sont rien » à un accès aux images. Haut et court, s’il ne s’agissait que de donner mon humble avis défavorisé. Mais je suis bête puisqu’ils sont eux, en démocratie ...


          • Elliot Elliot 27 novembre 16:27

            Bien évidemment d’accord pour fustiger - mais est-ce le mot ? se gondoler serait peut-être plus approprié - cette déclaration qui fait suite d’ailleurs à une interpellation tout autant incongrue d’une sénatrice ou d’une députée, je ne sais plus.

            Cette réponse de la ministre est tout simplement affligeante et elle a été forcée de se déjuger quand elle s’est rendu compte du ridicule de la proposition qu’elle induisait (ou on lui a fait remarquer la chose, ce qui est plus grave )

            Le cinéma, comme la littérature ou la peinture, est un reflet de la culture et même le pire navet nous apprend quelques chose ne fût-ce que sur la personnalité de celui qui l’a commis et le manque de discernement de tous ceux qui ont accepter d’y apporter leur collaboration.
            Quand l’on y montre ce que l’on voit dans la vie de tous les jours, donc des personnages qui fument ou boivent, voire même se bourrent la gueule, c’est ce que l’on trouve sinon à tous les coins de rue du moins fort régulièrement en face de soi quand on prend le temps d’observer les choses et les gens.

            À quoi servirait-il de montrer un mode aseptisé qui n’existe pas ?

            Si la culture sert aussi à faire passer un message, ce n’est pas en occultant les réalités qu’elle y parviendra.

            Il y a le cinéma engagé à gauche ou à droite peu importe mais il ne fait pas l’impasse sur ce qui justifie son engagement, il en fait au contraire le fond du film.

            Il ne tait pas la vérité telle qu’il veut la faire voir, au contraire il grossit souvent le trait : on ne sache qu’à part le plaisir partagé à voir sur scène des successions d’événements qui vous confortent ou pas dans vos opinions, il y ait eu beaucoup de conversions à l’issue d’un spectacle quand bien même il serait proprement génial.

            De même je ne connais personne qui ait eu besoin du cinéma pour apprécier l’alcool ou la cigarette.

            La lutte contre les ravages pour la santé de ces deux « stupéfiants » au demeurant aussi mortifères que ceux qui sont interdits interdit justement ce grossier manque de subtilité qui leur offre la saveur du fruit défendu.

            Je précise que je ne fume pas et que j’entends bien que les espaces publics clos doivent être interdits à la cigarette pour préserver l’atmosphère de ceux qui ne fument pas ; j’apprécie aussi les alcools fins mais avec tempérance ( en toute modération comme on dit aujourd’hui ) l’excès leur ôte de toute manière la légèreté et la délicatesse qu’offre la dégustation...


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 27 novembre 17:09

              @Elliot
              Je ne fume pas non plus, si le ridicule tuait Buzyn (bousin ?) serait foudroyée.


            • oncle archibald 27 novembre 16:49

              "La cigarette en était. Elle était la possibilité pour le chômeur, le précaire de se détendre un peu sans penser à l’angoisse du lendemain. Maintenant il faut qu’il se sente coupable.« 

              Le problème est réglé ! Le précaire et le chômeur n’ont plus les moyens de tirer une bouffée sur une »tige de 8" pour se détendre, ils ne peuvent plus se la payer !


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 27 novembre 17:08

                @oncle archibald
                Non il faut qu’il reste plongé dans son anxiété


              • oncle archibald 27 novembre 16:58

                "j’en ai aussi, comme d’autres, plus qu’assez de la moralisation infantilisante qui envahit dorénavant tous les aspects de notre vie personnelle« 

                La plus ridicule des injonctions ministérielle »dans notre intérêt« étant sans conteste »les antibiotiques c’est pas automatique". Comme s’il nous appartenait de tenir le stylo de notre médecin au moment de rédiger l’ordonnance. Comme si nous avions la compétence pour savoir si notre pathologie nécessite ou non ce type de médicaments !

                C’est aux labos avides de superprofits et aux médecins qui se laissent guider par leurs publicités contre un congrès d’une semaine aux Antilles qu’il faut que le gouvernement s’attaque . La médecine est devenue une mafia et le patient que l’on veut culpabiliser .


                • oncle archibald 27 novembre 16:59

                  erratum : et c’est le patient que l’on veut culpabiliser ...


                • cevennevive cevennevive 27 novembre 17:36

                  Une chose dont personne ne parle :


                  Mettons pour hypothèse que plus personne ne fume en France. Toute cette manne accumulée par les taxes sur le tabac va manquer horriblement à l’Etat.

                  Alors, ce seront les Français dans leur ensemble qui mettront la main à la poche d’une façon ou d’une autre pour palier ce manque de fric.

                  Les fumeur d’aujourd’hui sont vilipendés par les non fumeurs, par les autorités médicales, par toutes sortes de bien pensants. Ils payent pourtant une lourde taxe qui s’ajoute aux autres pour que les fastes de l’Elysée perdurent.

                  Je sais, mon propos est politiquement incorrect. Pourtant, il est réaliste.

                  A quand l’interdiction du sucre ? A quand l’éradication des pesticides ?

                  La voiture électrique serait une bénédiction pour l’écologie ou une manne pour le lobby des centrales atomiques ?


                  • Macondo Macondo 30 novembre 08:48

                    @cevennevive ... Bravo !


                  • Arcane arcane 27 novembre 18:58

                    Si je me souviens bien, cela avait commencé en 1996 avec une célèbre photo de Malraux clope au bec.
                    Zou effacée la cigarette comme staline effaçait les « dérangeants ».

                    Ce qu’il y a de pratique pour notre démagogie policière en ce début de 21ème siècle ou tout est numérisé pour aller sur le web, ce que nos enfants ne pourront même plus comparer avec l’original . smiley

                    Le web c’est vachement pratique pour effacer ...


                    • generation désenchantée 27 novembre 19:59

                      @arcane
                      si je me souvient bien , il y avais aussi celle de de gaulle fumant qui a été retouchée


                    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 28 novembre 08:11

                      @arcane
                      Il y a eu aussi celle de monsieur Hulot au moment d’une rétrospective Tati, sa pipe était remplacée par un moulin à vent (!).


                    • generation désenchantée 27 novembre 19:49

                      le cauchemar de buzyn , ce gars est vraiment le genre de personne qu’elle doit détester avoir comme invité a un diner au ministère de la santé

                      http://2.bp.blogspot.com/-vnHrW-wV2l0/VCfyuEMFpFI/AAAAAAAABwQ/CGmLPH0p_0A/s1600/fumeur_Churchill.jpg


                      • Pauline pas Bismutée 27 novembre 21:40

                        @ velosolex
                        @cevennevive

                        Très pertinents commentaires ...

                        Rejoignons allégrement les anglo-saxons qui autorisent la violence mais interdisent le nu (a Sydney un copain disait « ici a la télé, on peut couper un sein mais pas l’embrasser »)
                        les américains qui montrent de vrais accidents de voiture (filmés, avec blessés !) mais interdisent les jurons (« shit », « fuck »)
                        les saoudiens qui couvrent d’un « flou artistique » les épaules des femmes dans les films étrangers mais autorisent les enfants a assister aux exécutions publiques ...

                        Il n’y a pas de raison qu’on soit moins cons que ceux qu’on critique ...


                        • Christian Labrune Christian Labrune 27 novembre 23:22

                          Amaury
                          C’est dégoûtant ce que vous faites, en mettant en tête de votre article cette courte séquence où on allume une cigarette. Cela pourrait durer éternellement si, pudiquement, on ne faisait pas se dérouler la page. Par dessus le marché, l’actrice est fort jolie, comme telle fille d’une affiche que je verrais tous les jours dans le métro en ce moment si, par précaution, je ne détournais les yeux pour qu’on ne me voie pas la regarder : cela peut faire venir de ces coupables pensées qui vous transforment instantanément en cochon, lesquelles sont sont désormais interdites, tout comme la musique, et pour les mêmes raisons, par l’imam de Brest. Que Dieu bénisse ce saint homme.

                          Vous me faites penser à l’un des pires pervers dans les Cent vingt journées du Marquis. Il ne fait rien lui non plus, il me semble qu’il est prêtre, mais il induit des jeunes femmes à se livrer à toute sorte de comportements luxurieux pour le plaisir de les entendre ensuite en confession.

                          Il faut encourager la Vertu. Par la coercition et par la force s’il le faut.
                          Je viens d’allumer mon huitième cigare de la journée. La Paz, à 3 euros 85 les 5. C’est le havane du pauvre. Si je l’ai allumé, c’est de votre faute.
                          Vous en répondrez devant Dieu.

                           


                          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 28 novembre 08:10

                            @Christian Labrune
                            Tant pis smiley


                          • L'Astronome L’Astronome 28 novembre 11:15

                             
                            Sigmund Freud déclarait lui-même qu’il nous fallait « assumer un lambeau de névrose ». Et il donna l’exemple : il était gourmand et amateur de cigares. Évidemment, il est mort d’un cancer de la mandibule... mais à 83 ans.
                             


                            • zygzornifle zygzornifle 28 novembre 12:59

                              Heureusement il ne lui a pas dit qu’elle avait de beaux attributs ....


                              • generation désenchantée 28 novembre 13:12

                                winston churchill est mort plus vieux et j’ adore sa citation

                                « Le secret de ma forme ? Je bois beaucoup, je dors peu et je fume cigare sur cigare » – Winston Churchill
                                si il était vivant , il serait triste de ce monde de politiquement correct , il ferait un très gros
                                 « black dog »


                                • Agafia Agafia 28 novembre 23:27

                                  (...) qu’être méchant avec son prochain c’est pas bien du tout (...)


                                  ça me rappelle une chanson de Gérard Manset de 1968 :

                                  On ne tue pas son prochain

                                  On ne tue pas 
                                  Son prochain 
                                  Ça ne se fait pas 
                                  Ca n’est pas bien. 
                                  On attend 
                                  Que la table soit mise 
                                  Et l’on se présente 
                                  Et l’on mise 
                                  Sur la mort proche 
                                  Et la mort approche 
                                  Et quand il meurt 
                                  Ses enfants demeurent 
                                  Et son héritage, 
                                  On se le partage 

                                  On ne tue pas 
                                  Son prochain 
                                  Ça ne se fait pas 
                                  Ca n’est pas bien 



                                  On ne tue pas 
                                  Son prochain 
                                  Ça ne se fait pas 
                                  Ca n’est pas bien 
                                  On attend 
                                  Que la table soit mise 
                                  Et l’on se présente 
                                  Et l’on mise 
                                  Sur la mort proche 
                                  Et la mort approche 
                                  Et quand il meurt 
                                  Ses enfants demeurent 
                                  Et son héritage 
                                  On se le partage 

                                  Mais on ne tue pas 
                                  Son prochain 
                                  Ça ne se fait pas 
                                  Ca n’est pas bien 

                                  Et quand on l’a tué 
                                  Qu’en fait-on ? 
                                  Le corps desséché 
                                  Où le met-on ? 
                                  Dans le frigidaire 
                                  Ou bien de l’essence ? 
                                  Et si la décence 
                                  Nous l’autorise 
                                  Dans la cheminée 
                                  On le fait brûler 

                                  On ne tue pas 
                                  Son prochain 
                                  Ça ne se fait pas 
                                  Ca n’est pas bien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires