• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Donner sa vie

Hommage au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, héros national.

_yartiBeltrameArnaud01

Un ancien patron du GIGN l’affirmait dans la soirée du 23 mars 2018 : aucune procédure n’a jamais été proposée aux gendarmes pour donner leur vie à la place d’autres citoyens. Même s’ils connaissent les risques de leur métier, leur objectif n’est jamais d’aller à la mort en toute conscience. Quel pouvoir pourrait leur imposer ?

S’approcher de la mort, c’est pourtant ce qu’a fait le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame (44 ans) qui vient de mourir dans la nuit du 23 au 24 mars 2018 de ses blessures. En décembre 2017, il avait participé à un exercice de simulation d’attentat dans un supermarché à Carcassonne (selon "La Dépêche du Midi"). Le Président Emmanuel Macron avait déclaré avant son décès : « Il a sauvé des vies, a fait honneur à son arme et à notre pays. ».

Originaire de Bretagne, Arnaud Beltrame venait d’être affecté en août 2017 comme officier adjoint au commandement du groupement de gendarmerie de l’Aude. Il avait été affecté à Satory, dans les Yvelines, à la gendarmerie mobile, puis a été nommé entre 2010 et 2014 commandant de la compagnie d’Avranches, dans la Manche, puis a été nommé conseiller auprès du secrétaire général au Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie pour coordonner l’action du gouvernement dans la lutte contre les crimes environnementaux (selon "Libération"). Décoré de l’ordre national du Mérite en 2012, il a été promu lieutenant-colonel en 2016. Il fut membre du GIGN et est officier depuis l’âge de 26 ans. Il venait de postuler à l’École de guerre, dont le concours qu’il avait passé est très difficile.

_yartiBeltrameArnaud03

Le vendredi 23 mars 2018 a eu lieu un nouvel attentat terroriste islamiste qui a été revendiqué par Daech. Un fanatisé de l’extrémisme islamiste a tué quatre personnes et blessé quinze autres. Il a volé une voiture, tué un passager, tiré sur des forces de l’ordre en train de faire du jogging puis s’est réfugié dans un supermarché à Trèbes, pas loin de Carcassonne où il a tué un client et un employé avant de prendre en otage les personnes présentes.

Depuis les assassinats commis par Merah, on connaît le jusqu’au-boutisme de "ces terroristes". Ils n’ont tellement aucun respect de la vie qu’ils ne respectent même pas leur vie. Au contraire, ils voudraient tomber en "martyrs". C’est cela qui est dangereux, car aucune discussion ne peut véritablement avoir lieu. Les objectifs des forces de l’ordre, c’est d’agir pour qu’il y ait le moins de victimes possible, mais dans une telle situation, c’est difficile de ne pas prévoir le pire.

Un gendarme, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, est allé bien au-delà de ses prérogatives. Par un acte de grande bravoure, il a réussi à échanger la vie de tous les otages contre la sienne. Quand on connaît la détermination de "ces terroristes", on ne doit pas imaginer beaucoup de cadeaux de leur part. Arnaud Beltrame a été blessé par des coups de couteau et deux fois par tir. L’extrême courage de sa part aurait mérité qu’il survît à ses blessures. Il ne sera honoré par la Nation hélas que mort. Toutes les larmes de la Nation ne compenseront pas le chagrin infini de son épouse et de sa famille.

On pourra toujours rappeler que les risques d’attentat sont toujours bien réels. Le précédent attentat en France avait coûté la vie à deux jeunes femmes d'une vingtaine d'années (Mauranne et Laure) sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille, tuées par un terroriste islamiste le 1er octobre 2017. Le Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a révélé que depuis le début de l’année, la police a fait échouer deux préparations d’attentat, un prévu dans un centre sportif, un autre contre des militaires. Il est nécessaire que, sans paranoïa, chacun, chaque citoyen, soit capable d’imaginer qu’un attentat puisse survenir à n’importe quel moment de l’existence, dans des activités aussi banales que prendre le métro, prendre un pot à une terrasse de café, faire des courses, aller au musée, assister à un spectacle ou à un événement sportif, etc. au même titre que lorsqu’on prend le volant, on peut risquer sa vie et celle des autres. Avoir juste cette petite idée au fond de l’esprit sans en être obsédé, mais rester toujours vigilant.

_yartiBeltrameArnaud06

L’acte de courage exceptionnel d’Arnaud Beltrame devra être honoré à sa juste place. Pas devenir un modèle, car ce n’est pas donné à tout le monde, et sûrement pas à moi, d’avoir un tel courage. Mais le remercier, tout simplement le remercier. On dit que la guerre a permis aux lâchetés et au courage de s’exprimer. Oui, c’est vrai. L’héroïsme ne peut se révéler que dans des situations dramatiques. Pourtant, les situations dramatiques ne sont pas si rares qu’on pourrait le croire, pas seulement dans les guerres lointaines ou lors d’attentats dont la probabilité de fréquence, heureusement, reste faible. Dans la vie quotidienne, on peut se retrouver devant ce choix de risquer sa propre vie pour sauver la vie d’un autre (un enfant à l’eau, un accident de la route, etc.). Rien n’est évident car il faut d’abord avoir une bonne analyse de la situation avant d’agir sans que ce ne soit inutile.

Ce courage, c’est le meilleur hommage à la patrie. C’est pour cela que la République ne devra jamais oublier la mémoire d’Arnaud Beltrame, que son acte entre, lui aussi, dans l’histoire, qu’il ne soit pas vain, jamais vain. D’une manière ou d’une autre.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 mars 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’attentat du Super U de Trèbes le 23 mars 2018.
Les attentats de Barcelone et de Cambrils (17 et 18 août 2017).
Daech : toujours la guerre.
Les attentats du 11 septembre 2001.
L’attentat de Manchester du 22 mai 2017.
L’attentat de Berlin du 19 décembre 2016.
L’unité nationale.
L'assassinat du père Jacques Hamel.
Vous avez dit amalgame ?
L'attentat de Nice du 14 juillet 2016.
L'attentat d'Orlando du 12 juin 2016.
L'assassinat de Christina Grimmie.
Les valeurs républicaines.
Les assassinats de Merah (mars 2012).
Les attentats contre "Charlie-Hebdo" (janvier 2015).
Les attentats de Paris du 13 novembre 2015.
Les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016.
Daech.
La vie humaine.
La laïcité.
Le patriotisme.

_yartiBeltrameArnaud04


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

207 réactions à cet article    


  • microf 24 mars 12:44

    Encore des vies perdues de personnes qui meurent pour quoi ?, qu´il repose en Paix ce courageux gendarme et mes sincères condoléances á sa famille.

    Dans l´article, on lit ceci « Arnaud Beltrame a été blessé par des coups de couteau et deux fois par tir ».
    Comment ceci a t-il pu être possible pour un gendarme du GIGN super entrainé ?, que s´est-il passé ?.


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 24 mars 13:32

      @microf


      Parce qu’il était un « échange d’otages », et que certainement que cela à du être accepté par le terroriste sous la condition qu’il soit désarmé, et que le taré a certainement vérifié !

      Une pensée émue pour sa famille.


      @+ P@py


    • Durand Durand 24 mars 14:17

      @microf


      La protection des personnels de commandement est primordiale pour toute opération militaire. Tout le monde peut comprendre ce principe.

      Les officiers supérieurs ne sont pas très nombreux dans la Gendarmerie et je comprends assez mal que la hiérarchie ait laissé celui qui était certainement le gendarme le plus haut gradé commandant l’opération, prendre le risque de se substituer à des otages...

       Au delà de l’héroïsme et du sacrifice du lieutenant-colonel Beltrame et dans l’ignorance des détails précis qui ont pu les justifier, il peut également s’agir d’une faute militaire grave, soit personnelle, soit de la part de sa hiérarchie.

      Un tel précédant comporte un risque non-négligeable d’être exploité par les mouvances terroristes, aussi bien pour leur propagande que dans leurs actions futures.




    • microf 24 mars 15:48

      @Durand

      Merci @Durand pour votre réponse.
      Toutefois, comme vous, je pense qu´il ya eu une faute, et la hiérarchie devrait prendre cela en compte et corriger sa stratégie dans de tels cas.
      Qu´il repose en Paix, il n´ya pas de plus signe d´Amour que de donner sa vie pour ceux qu´on aime, et il a donné sa vie pour eux, puisse cela servir d´exemple pour nous autres encore vie.


    • l' hermite Cyrus 24 mars 20:06

      @Gilbert Spagnolo dit P@py
      merci ,

      en effet c’ était un choix tactique , je regrette qu’ il ne s’ en soit pas sortit .
      il as accomplit un super objectif , valider l’ échange et sortir une dizaine d’ otage , 
      tout en maintenant salha abdeslamm en détention .

      grâce a lui l’ état ne s’ est pas coucher , tout en préservant les civil.

      il as presque réussit a traverser « l’ épreuve du feu » ce qu’ il aurait amplement mérité.

      condoléance a sa famille et plus généralement aux autre membre des fdo

    • Michel DROUET Michel DROUET 25 mars 09:31

      @Durand
      Je partage vos interrogations.


    • Ar zen Ar zen 25 mars 10:38

      @Durand

      Je partage absolument votre avis. Je pense évidemment, quand même, à toutes ces victimes et à leurs familles endeuillées. C’est bien triste.

      Mais cela n’enlève rien à la faute professionnelle grossière que ce militaire a commise. Il n’est pas mort en héros, il est mort en imbécile. Il n’a pas du tout pris en compte la personnalité psychologique de preneur d’otages. 

      Il ne s’agissait ni d’un braqueur, ou d’un toxicomane, acculé après un braquage. Il s’agissait d’une personne qui voulait en découdre avec « l’autorité » du pays, l’autorité avec un grand « A ». Dans de telles conditions il devait faire preuve de psychologie. Il devait gagner du temps, entrer en communication avec le preneur d’otages, faire tomber l’adrénaline, entrer en négociation en faisant intervenir des personnes susceptibles d’être écoutées par l’agresseur. Le temps était le meilleur allié. Mais ce militaire a voulu réaliser un exploit. Il est mort, c’est très triste, mais il a commis une faute professionnelle. 

      Il n’avait strictement aucune chance de ne pas être tué. Cela a été un bonheur pour l’agresseur de voir cet officier venir vers lui. Le cadeau était royal. 


    • Durand Durand 25 mars 12:14

      @Ar zen


      Je manque d’informations précisé pour déterminer l’origine de ce qui me semble être un sacrifice, certes, d’un courage et d’un héroïsme exceptionnels, dans ce qu’il a certainement permis de sauver des otages, mais qui révèle une défaillance du dispositif d’intervention, voire un cafouillage du commandement.

      Il est peu probable que cet officier, formé à l’antiterrorisme et connaissant bien la psychologie des extrémistes Musulmans, ait pu ignorer qu’il s’offrait en martyr... Mais à l’instant précis où il a fait ce choix, il n’a pas agit en officier de commandement – ce qui pourrait sembler une faute – mais en simple humain responsable pour qui plusieurs vies valent mieux qu’une seule, serait-ce sa propre vie.

      Alors, non seulement il n’est pas blâmable mais pour éviter que son sacrifice ne soit utilisé par les terroristes comme une victoire, il ne nous a pas laissé d’autre choix que de reconnaître son martyr comme une réponse christique sacrificielle à la folie des hommes, faisant passer l’acte terroriste islamique pour le vulgaire suicide d’une poignée de déséquilibrés.

      Seule la sacralité peut faire de son sacrifice une victoire, à la fois contre le terrorisme et contre ceux qui l’utilisent lâchement pour provoquer la discorde entre les Chrétiens antisioniste et les Musulmans.

       




    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 mars 12:51

      @Durand

      Il a senti qu’une femme était en danger Il a senti que la seule façon de faire était d’échanger un otage non marquant politiquement contre un symbole de la France,et ce pouvait la sauver Il a senti qu’en tant que supérieur il devait montrer l’exemple


    • Ar zen Ar zen 25 mars 13:01

      @Durand

      Je ne suis pas d’accord avec vous sur le fait que cet officier ait appliqué la stratégie à développer en pareilles circonstances. Il a agi précipitamment, sans prendre le temps du recul. Il a zappé la phase de négociations. Il a voulu jouer une carte personnelle, il a commis une faute professionnelle. Cela ne constitue pas un sacrifice mais un manque de discernement. Il y a laissé sa vie, sans bien triste, mais cela ne devrait pas arriver. On n’aborde pas un individu radicalisé comme un vulgaire braqueur. 

      Le temps devait jouer en faveur de l’intervention des forces de gendarmerie. Il fallait, d’abord, gagner du temps. L’officier a manqué à sa mission. Il en est mort. 


    • pipiou 25 mars 13:18

      @Ar zen
      « la faute professionnelle grossière que ce militaire a commise »

      Elle vraiment excellente celle-là !


    • Durand Durand 25 mars 13:37

      @Ar zen


      Devant le meurtre imminent de plusieurs otages, il n’a, certes pas, agit en militaire mais en tant qu’humain responsable...
       Cela interroge légitimement sur une défaillance possible du commandement de l’opération mais ne m’autorise pas à douter de la pertinence de son sacrifice. 




    • Ar zen Ar zen 25 mars 14:13

      @Durand

      Il n’était pas pertinent de se sacrifier ainsi. Il voulait faire une action d’éclat. Il a dérogé aux principes même de la négociation à engager en cas de prise d’otages. Une action personnelle qui se termine par sa mort. Il n’aurait pas dû agir de la sorte. C’est une faute professionnelle. Mais devant la mort de cet officier, les langues se tairont pour mettre en avant sa bravoure. 

    • Ar zen Ar zen 25 mars 14:24

      @pipiou

      Oui, une faute professionnelle. La procédure en cas de prise d’otages est connue. Un type chaud. bouillant comme le preneur d’otage n’a plus de discernement. Il faut faire tomber la pression, entrer en discussion. Le geste commis par ce militaire est l’équivalent de se tirer une balle dans la tête. 

      Il existe des équipes de négociateurs, expérimentées et formées pour ça. Vous connaissez pipiou ?

      Est-ce que tout ceci a été respecté ? 

       Évaluer la situation de crise en application d’une méthode d’analyse (recueil, synthèse et analyse des informations recueillies)
       Définir et évaluer les problèmes logistiques et techniques de la cellule négociation in situ
       Dresser un bilan de la situation
       Fixer les objectifs de négociation par rapport aux contraintes opérationnelles
       Définir une stratégie de négociation à partir du premier bilan dressé
       Présenter le bilan de la situation au commandant de l’opération et/ou aux autorités requérantes.
       Proposer et faire valider sa stratégie de négociation par le commandant de l’opération et/ou par les autorités requérantes.
       Choisir le mode de communication le plus adapté à la situation (téléphone, mail, ...)
       Engager la négociation en entrant en contact avec la ou les personnes à l’origine de la crise
       Se faire accepter en tant qu’interlocuteur privilégié par la ou les personnes à l’origine de la crise
       Faire baisser le niveau émotionnel de la ou des personnes à l’origine de la crise et le stabiliser
       Appliquer les techniques et processus de négociation pour atteindre les objectifs fixés
       A partir des outils d’évaluation, dégager les dimensions psychologiques ou psychiatriques du ou des auteurs afin d’adapter la stratégie de négociation

       Déceler les émotions de la ou des personnes à l’origine de la crise
       Décrire et analyser la personnalité du ou des auteurs en fonction de leurs réponses, de leur attitude et de leur comportement
       Confronter sa propre analyse avec les renseignements déjà connus pour confirmer ou infirmer le profil

        

    • Durand Durand 25 mars 16:06

      @Ar zen


      Arrête un peu ton cirque, l’Arsène ! Je ne vois pas ce que tu recherche en te faisant plus militaire qu’un militaire... En se sacrifiant, il a sauvé des otages oui ou non ?!!!

      Fallait pas ?...

      Pas sûr que tu serais aussi martial s’il avait sauvé ta meuf et tes gosses...




    • Durand Durand 25 mars 16:26

      @Ar zen


      « Oui, une faute professionnelle... »...

      Le temps de lire vos bons conseils avisés, le terroriste aurait eu le temps de tuer tous ses otages et d’aller commettre d’autres meurtres ailleurs !

      C’est quoi qui vous dérange, surtout, dans ce sacrifice ? De ne pas pouvoir vous identifier à cet officier parce que vous ne vous sentez pas capable d’en faire autant ?

      C’est une réaction d’orgueil bien naturelle mais rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul et personne ne vous y oblige !

      Et il n’est pas certain que cet officier s’en sentait lui-même capable, un millième de seconde avant de le décider.

      Vous me faites presque regretter d’avoir parler d’erreur de commandement dans mon premier commentaire sur cet article...





    • foufouille foufouille 25 mars 16:50

      @Ar zen
      il devait attendre combien de cadavres ?


    • Ar zen Ar zen 25 mars 17:48

      @Durand

      Juste pour vous dire que moi aussi j’ai été décoré pour acte de bravoure et que moi aussi je suis chevalier dans l’ordre national du mérite. Je pense que je parle de ce que je connais, probablement mieux que vous. Vous me faîtes sourire avec votre réflexion. 

      Le militaire s’est échangé contre une femme. L’idée que vous avez c’est que cette femme aurait été tuée par le preneur d’otage. Or cela n’est qu’une supposition. Le rôle des négociateurs c’est de sauver tout le monde. Et il fallait prendre le temps de négocier. Il ne l’a pas pris. C’est un constat. 

    • pipiou 25 mars 17:54

      @Ar zen
      Oui, y a toujours mieux à faire, vu de loin. De là à parler de faute professionnelle pour un gars qui s’est fait tué, faut être sacrément gonflé.

      Bref, on peut avoir l’ordre du mérite et tenir des propos désolants, j’aurais au moins appris quelque chose.


    • Ar zen Ar zen 25 mars 18:10

      @foufouille

      Il en a sauvé combien d’otages ce militaire ? On ne connaissait rien de la situation dans le supermarché au moment de l’échange. Restait-il des otages à l’intérieur ? Ce cinglé venait de tirer sur des CRS et il voulait bouffer du flic et du gendarme. Le militaire s’est offert sur un plateau. 

      La relation de l’évènement fait état de l’échange du militaire avec une femme. Extrait.
      « Alors que les autres otages avaient réussi à prendre la fuite, il a ensuite retenu une femme. Un lieutenant-colonel de gendarmerie dépêché sur les lieux s’est alors proposé pour prendre la place de celle-ci ».

      Maintenant, « on » parle de l’échange avec une cinquantaine de personnes. Et pourtant, il semblerait bien que l’officier de gendarmerie ait pris la place d’une femme et non de dizaine d’otages. 



    • foufouille foufouille 25 mars 18:41

      @Ar zen
      même avec une personne, c’était son devoir et son honneur. il avait beaucoup plus de chance de survie qu’un ou plusieurs otages surtout avec des grenades.


    • julius 1ER 25 mars 19:09

      @Ar zen

      une fois n’est pas coutume mais ce que tu dis est juste ....

      ce colonel de gendarmerie a peut-être outrepassé ses prérogatives pour limiter les dégâts de cette prise d’otage et certainement sous-évalué la nuisance comportementale de ce psycho ...

      néanmoins on ne peut pas lui reprocher une absence de courage car quelque soit le lieu face un individu armé qui a déjà tué, il faut une haute dose de courage pour se proposer comme victime sacrificielle même si l’on a dans l’idée que l’on peut infléchir le côté léthale du personnage !!!

    • kader kader 25 mars 19:28

      @Ar zen
      je suis entièrement d’accord avec toi. cet homme me fait l’effet de quelqu’un qui en rate pas une pour se mettre en avant et qui s’est fait prendre à son propre jeux du héros ou du flic exemplaire.

      il n’était pas habilité à faire quoique ce soit, il en a pas les compétences c’est un travail d’équipe et de spécialistes, et il n’avait pas autorité pour gérer cette situation.

      oui vraiment il s’est pris a son propre jeu du héros..... sans réfléchir à sa vie sa femme et ces proches...

      je pense même qu’il se voyait avec une médaille de plus..

      Désolé pour ce drame mais c’est vraiment ce que je pense. ON NE FAIT PAS N’IMPORTE QUOI DANS UNE PRISE D’OTAGE.

      on ne réagit pas par pulsion, fantasme de sauver les gens.On ne la joue pas solo. On réfléchit.

      Et échanger une mort contre la sienne, à part pour préserver un de ces proches. C’est stupide.

      peut être même que prendre un gendarme en otage a accélérer la panique le stress ou la folie de l’agresseur. 


    • Ar zen Ar zen 25 mars 19:32

      @julius 1ER

      Je suis d’accord avec vous. On ne peut pas lui enlever l’immense courage dont il a fait preuve. Ma réflexion ne se situe pas là. Il n’avait simplement pas à le faire. Il avait un rôle à jouer dans le déroulement de cette prise d’otage, il avait des pratiques à mettre en oeuvre, il ne l’a pas fait. Mais, encore une fois, ceci n’enlève rien au courage qu’il a démontré en se mettant dans les mains du cinglé. 

    • Ar zen Ar zen 25 mars 19:34

      @kader

      Exactement ma ligne de pensée Kader. Merci.

    • Fanny 25 mars 21:50

      @microf

      Arnaud Beltrame me fait penser au Christ.

      Il a choisi le sacrifice pour que les hommes vivent.

      Nous ne sommes plus capables de mourir en toute conscience pour quoi que ce soit.

      Quelques hommes, des « élus », en sont encore capables.

      Arnaud Beltrame est un de ces « élus ».

      On doit notre survie, la survie spirituelle de notre société, à ces quelques « élus ».

      Sans eux, on est morts.

      (commentaire d’un athée).


    • kader kader 25 mars 21:54

      @Ar zen
      quand on va se marier au mois de juin on met pas sa vie en jeu pour rien
      une vie pour une vie il a rien gagné. peut etre que l’otage aurait eu plus de chance... car sans uniforme.


    • Fanny 25 mars 22:24

      @Fanny

      Mon commentaire peut être retourné et s’appliquer aux « martyrs ».

      Choc entre deux civilisations.


    • McGurk McGurk 25 mars 22:32

      @Fanny

      Non, choc avec un con. Un putain de parasite qui n’a trouvé comme solutions à ses problèmes existentiels que de flinguer des gens.

      Le « martyr » c’est bon pour le Moyen-Age, la sauvegarde de notre identité et société se fait avec des gens bien vivants.


    • Ar zen Ar zen 26 mars 08:22

      @kader

      C’est aussi exactement ce que je pense. Le preneur d’otages était dans un road trip qui venait de l’amener, avant l’attaque du supermarché, à faire feu sur des CRS, c’est dire l’état d’esprit dans lequel il était. Tout uniforme à l’horizon était une cible de choix. 

    • simplesanstete 26 mars 10:26

      @Ar zen
      En ces temps de chômage endémique organisé, l’incompétence et le conformisme deviennent la norme et énorme, manque de logique etc & la mythomanie s’accélère,,,,,superman etc j’en connais plusieurs gendarmes et policiers dans ma petite vil de zombies ; Forts avec les faibles faibles avec les forts.Celui là était une synthèse franc maçon et catholique, le bon dieu sans confession....et égorgé !


    • simplesanstete 26 mars 10:42

      @Fanny
      un élu de lui même franc mac, y a plein de petits jésus partout gentiment torturé d’eux mêmes , pas en paix, seulement avec des médocs et de l’alcool, çà stress dur le vivre ensemble SILENCIEUX,l’insu  portable accélère même ce procés suce..... bonne nuit les sans dent/ sans esprit majoritaires à 99% !

      HS ; les chrétiens contre Hitler, un article d’AV sont des censeurs de 1ere.....ils souffrent c’est sûr, voilà une valeur 1ere dans une réelle SAnonymeRL, où personne ne peut nommer le malheur ; ne pouvoir nommer les choses>>>>>silence ON tourne, cinéma garanti, embrassons nous Folleville.

    • Ar zen Ar zen 26 mars 11:33

      @Durand

      A votre avis, comment se passe les négociations lors d’une prise d’otages ? Tous les otages meurent systématiquement ? 

      Cet échange d’une femme par le militaire n’a pas été à l’origine du sauvetage des otages.

      Si vous n’arrivez pas à comprendre la psychologie de l’auteur au moment des faits, c’est que vous n’avez pas compris les ressorts qui animent ces combattants de dieu prêts à bouffer du flic et du gendarme pour obtenir 40 vierges et mourir en martyr. 

      Je comprends que je dis des choses qui dérangent, loin de la doxa dominante. Il ne viendrait à l’esprit de personne de critiquer l’action de ce militaire mort en opération. Mais je persiste et je signe. Cet officier n’a pas appliqué le protocole qui doit être mis en oeuvre lors d’une prise d’otage. Son comportement aurait même pu avoir des conséquences plus dramatiques si d’autres otages avaient encore été aux mains du cinglé, ce que nul ne savait. 

    • Fanny 26 mars 11:40

      @McGurk

      « Non, choc avec un con. Un putain de parasite qui n’a trouvé comme solutions à ses problèmes existentiels que de flinguer des gens. »

      Flinguer des gens, et être tué à son tour. Si vous effacez le sacrifice anticipé de sa propre vie, il ne subsiste plus en effet qu’un tueur psychopathe, parmi d’autres.

      Mais ce tueur se sacrifie en invoquant son dieu. Qu’il trouve une solution à son mal de vivre en se suicidant, c’est évident. Qu’il se suicide en emmenant dans la mort des innocents et en invoquant son dieu est troublant. En hurlant « vive la mort », il dit que le monde qu’il a décidé de quitter lui est insupportable. En invoquant son dieu, il appelle à lui substituer un monde différent. En ce sens, c’est un combattant pour un ordre nouveau, qui n’est pas le nôtre.


    • McGurk McGurk 26 mars 14:08

      @Fanny

      Vous n’y êtes pas du tout.

      Il ne peut pas invoquer Dieu pour la simple et bonne raison que ces croyances ont été perverties par une bande de dégénérés instrumentalisant à la fois la religion originelle - pour asseoir leur pouvoir et légitimité - et les hommes.

      Il ne peut l’invoquer parce qu’il n’y croit pas, ses propres croyances sont en totale contradiction avec la parole des livres saints. Et on ne peut pas être croyant et en même temps pratiquer la torture, le lavage de cerveau, l’extermination d’individus et de peuples entiers, le viol et les conversions forcées.

      Il n’ont d’ailleurs aucune connaissance des textes qu’ils citent sur internet ou une connaissance très partielle et orientée, parce que sinon ils seraient devant une contradiction telle que leur mouvement disparaitrait. Ajoutons également que les « candidats » sont généralement de gros paumés de la vie avec une psyché très faible qui leur fait accepter l’inacceptable.

      On a, dans les grandes lignes, reformaté des êtres humains en machine de propagande et à tuer. C’est pour cette raison que je ne considère pas - à quelques exceptions près - les terroristes comme des humains. D’autant qu’il n’y a pas de retour en arrière une fois la « ligne rouge » franchie.

      Je vous invite, pour mieux comprendre, à regarder l’excellent documentaire sur les « frères musulmans ». Tout y est expliqué point par point.


    • Durand Durand 26 mars 15:07

      @Ar zen


      Toutes vos médailles ne vous informent pas mieux que quiconque sur les circonstances exactes qui ont motivé la décision de cet officier. Alors avant de l’accuser, lui personnellement, de faute professionnelle, attendez au moins d’avoir quelques détails ! 

      J’ai déjà écrit que le dénouement de cette affaire laissait supposer un cafouillage au niveau du commandement. Certes, militairement parlant, on n’échange pas la vie d’un civil ordinaire contre celle d’un officier supérieur... Mais en l’occurrence, je me garderais bien d’en juger avant de pouvoir prendre connaissance du scénario qui l’a conduit à se livrer à la place de cet otage civil.

      Votre acharnement à faire passer ce qui est peut-être un acte de bravoure du plus haut niveau pour une faute professionnelle de la part de celui qui s’est peut-être sacrifié par grandeur d’âme et ceci, sans que vous n’en ayez la moindre preuve, est terriblement suspect de votre part, surtout lorsqu’on connaît votre méticulosité, votre précision et votre constance pour étayer vos raisonnements de FAITS PROBANTS dans l’ensemble de vos commentaires...

       Au risque de ternir l’éclat de la décoration que vous portez ainsi que celui de toutes celles qui sont portées par des gens qui les ont sans doute autant méritées que vous, vous seriez bien inspiré de cesser vos accusations pour le moins prématurées, si tant est qu’elles ne se révèlent pas injustes.





       

    • Fanny 26 mars 19:50

      @McGurk

      Ce débat théologique sur la qualité de la foi de ce criminel est au fond accessoire. La conquête du Maghreb par les Arabes musulmans, et sa conversion massive en lieu et place de communautés chrétiennes, n’a pas été le fait de bisounours épris d’amour et de paix mais de guerriers sans pitié. La foi de ces guerriers devait être assez fruste. Ce que l’on peut discuter, c’est l’anachronisme, c’est croire que des faits remontant à près de 13 siècles en arrière peuvent soudain resurgir, que l’inconscient des guerriers arabes du passé s’est copié/collé dans la cervelle de Français du XXIème siècle.


    • Aristide Aristide 26 mars 20:00

      @Ar zen


      Cet échange d’une femme par le militaire n’a pas été à l’origine du sauvetage des otages.

      Vos dons d’extralucides ajoutés à votre qualité de détenteur de je ne sais quelle médaille sont l’époustoufflante démonstration que l’on peut malgré cela avancer des conneries insondables. 

      Que l’on ne dispose pas du début du commencement d’informations précises sur cette affaire n’a pas l’air de vous pousser à une certaine retenue dans vos conclusions définitives de spécialiste auto-proclamé de la prise d’otage..

    • covadonga*722 covadonga*722 26 mars 21:53

      @Ar zen
      Juste pour vous dire que moi aussi j’ai été décoré pour acte de bravoure et que moi aussi je suis chevalier dans l’ordre national du mérite. Je pense que je parle de ce que je connais.



      yep , quelques uns le sont  pour avoir pris un immeuble libanais sur la tete , ça veux juste dire que nous sommes sortis vivant de dessous , ça ne nous donne aucune autorité en la matière pour avoir une vision juste du courage d’untel ou pas.Maintenant si vous avez des compétences et des états de service dans « la prise d’otage » je suis prés a vous écouter poliment.Mais les petits bout de metal avec ruban que certain arbores fièrement et que d’autres plus nombreux planques parmi des photos jaunies de leur jeunesse ne sont pas des brevets de certifications .

      asinus:ne varietur 

    • McGurk McGurk 27 mars 03:14

      @Fanny

      Ce n’est pas comme si les croisés avaient joué au billes lorsqu’ils ont débarqué en Afrique^^

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès