• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > « Français, encore un effort si vous voulez (vraiment) être républicains ». (...)

« Français, encore un effort si vous voulez (vraiment) être républicains ». (1)

Les derniers développements de la confrontation entre l’argyrocratie (pouvoir par l’argent) en place et le mouvement des gilets jaunes ont mis au jour une ligne de clivage présente de longue date dans notre société : la crédibilité-même du système de « démocratie représentative », euphémisme le plus souvent employé pour masquer la réalité d’une structure sociale qui n’est rien d’autre qu’une forme de clientélisme.

Le clientélisme est une méthode qui repose sur la promesse implicite d’un avantage matériel ou social en échange d'un soutien électoral, méthode dans laquelle le critère de choix utilisé par le client est : « es-tu en mesure de m’aider » ? Balkany et Dassault en sont de magnifiques exemples, mais cette vidéo dans laquelle Ségolène Royal demande à Mitterrand : « vous ne pouvez pas faire quelque chose pour moi ? » est également un exemple de cette coutume héritée de plusieurs siècles de ces pratiques paternalistes.

La « promesse » peut être négative plutôt qu’incitative : le pouvoir en place peut par exemple menacer de supprimer des postes de fonctionnaires s’il doit verser des aides, ou faire craindre que ses amis financiers apatrides susceptibles d’investir ne le fassent pas si le pays se montre indiscipliné.

Dans la « démocratie représentative » l’astuce que tout le monde connait sans vouloir l’avouer consiste pour un candidat à convaincre son électorat que sa circonscription ou son pays bénéficiera d’avantages (subventions, investissements, créations de postes, aménagement du territoire) privilégiés alors que les coûts seront supportés par l’état ou l’union d’états, ou à promettre à certains groupes de leur distribuer des ressources en les retirant à d’autres, les différents régimes de retraite étant le terrain de jeu favori pour la pratique de ce sport. Le non-dit est que la redistribution par liste de clients ne sera disponible que si le client apporte un soutien politique par son suffrage. Encore faut-il que le non-dit ne soit pas en plus un non-fait qui convaincrait alors le naïf d’’avoir été victime d’un marché de dupe, ce qui semble le cas d’une frange non négligeable des citoyens ayant donné leurs voix au président actuel

Dans notre « démocratie parlementaire », les liens citoyens-politiciens sont basés sur des incitations matérielles directes visant des individus et des petits groupes de citoyens que les politiciens savent très sensibles à de telles faveurs et sont prêts à échanger leur vote contre une compensation équitable.

Dans une telle relation, un individu de statut socioéconomique supérieur (patron) utilise sa propre influence et ses propres ressources pour offrir une protection ou des avantages, ou les deux, à une personne de statut inférieur : le favoritisme (appris dès l’école maternelle), la sécurité économique et la protection peuvent être échangés contre la loyauté personnelle et l'obéissance. Le corollaire est que le client se sent frustré et se rebelle quand ces contreparties sont confisquées, comme le mouvement actuel des policiers l’illustre clairement

Dans un système clientéliste comme le nôtre, les relations impliquent des acteurs inégaux (esclave et maître, serf et seigneur, métayer et propriétaire terrien, ouvrier et directeur, militant et chef de parti) et, si le clientélisme implique la réciprocité et le volontarisme, il implique également l'exploitation et la domination, génératrices par nature de tensions et de révoltes sporadiques.

Mais il n’est pas si facile de couper le cordon ombilical, car la colle de cet assemblage est un impératif catégorique, une norme morale tellement ancienne et universelle que d’aucuns l’assimilent à une « nature humaine » (deux termes associés alors qu’ils sont antinomiques), une « formule mère » de réciprocité qui comporte deux exigences :

- aider ceux qui nous ont aidés

- ne pas nuire à ceux qui nous ont aidés

Pour renforcer cette norme de réciprocité, les membres supérieurs de la dualité asymétrique clientéliste offrent à leurs inférieurs des cadeaux de cérémonie sous forme de médailles ou autres grigris sans valeur marchande qui créent un sentiment d'obligation de réciprocité dont le caractère équitable est exclu mais qui marquent leurs bénéficiaires comme des fers rouges, faisant d’un rescapé de guerre mondiale un ancien combattant qui prendra fait et cause pour ceux qui l’ont envoyé à l’abattoir.

Les « cadeaux » de clientélisme et de favoritisme ne motivent pas seulement les gens à voter directement pour le parti du parrain, mais renforcent également un réseau social dans lequel le parrain et le client sont intégrés. Les réseaux fournissent des informations sur leurs membres aux autres membres : nous savons si notre voisin ou collègue vote ou s'abstient, exprime son soutien à un parti ou à un autre. Les partis clientélistes (lequel ne l’est pas vraiment ?) ont recours à des militants intégrés à ces réseaux et sont des agents bénévoles des renseignements généraux. Leur connaissance du terrain leur permet de deviner en toute connaissance de cause si un électeur à qui le parti a donné des biens ou un emploi a effectivement suivi et soutenu le parti ou a fait défection. Le parti peut ensuite utiliser ces informations pour récompenser l'électeur qui a coopéré et punir l'électeur qui a fait défection ; il peut alors tenir l'électeur responsable de son vote. 

Les électeurs indifférents, et ceux qui ne sont pas convaincus de l’équité des échanges vote/avantages espérés sont les cibles des plus gros efforts du marketing politique pour acheter leurs voix. La stratégie des candidats consiste à offrir des récompenses ciblées (avancements, promotions, invitations) aux abstentionnistes ou aux indécis, et non aux électeurs qui les soutiennent. Les électeurs les plus chouchoutés sont ceux qui ont démontré leur réceptivité aux cadeaux ciblés plutôt que ceux qui ont une prédisposition idéologique en faveur du parti du candidat. Mais jouer à ce jeu est dangereux, parce que cela finit par se voir, et les cocus n’apprécient pas.

Quand les manipulateurs oublient les règles du jeu que leurs propres pères avaient mises en place, les joueurs boudent et renversent même parfois l’échiquier et les pièces.

La question est de savoir si RIC et RIP suffiront-ils à éradiquer ce virus incrusté dans nos tissus sociétaux depuis le néolithique et peut-être même les sociétés de chasseurs-cueilleurs qui ont précédé la sédentarisation de sapiens, ou s’il ne s’agit que d’une redistribution des cartes pour une nouvelle partie ?

 

  1.  « Français, encore un effort si vous voulez être républicains » est un des éléments de "La philosophie dans le boudoir" dans laquelle Sade exprime son opposition à la peine de mort, sa critique de la religion et son appel à l’émancipation sexuelle, à contre-courant des préjugés d’un monde qui ne s’est pas totalement écroulé en 1789.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • François Pignon NEMO 20 décembre 2018 08:54

    erratum :

    merci de lire dans la conclusion : « La question est de savoir si RIC et RIP suffiront... »

    pas besoin de reformuler une forme interrogative quand la question est déjà posée


    • François Pignon NEMO 20 décembre 2018 16:51

      @dudule

      tiens, un ami qui me veut du bien ...


    • scorpion scorpion 20 décembre 2018 17:04

      @dudule
      Ben alors le troll dudule qui change de pseudo tout les 15 jours il a voté Macron et maintenant il est en colère parce qu’il a mal au cul ! Je viens de regarder ton historique, c’est léger mec. Le peu de commentaire que tu as fait c’est pour lâcher ta diarrhée sur tout les articles, t’es qu’un vieux con frustré incapable d’aligner deux mots correctement. 


    • Durand Durand 20 décembre 2018 09:53

      .

      Si les gilets jaunes veulent faire mouche et déclencher le seul vrai débat National qui vaille, il faut qu’ils exigent un référendum sur le Frexit et s’arrêter de tourner autour du pot !

      .


      • Aristide Aristide 20 décembre 2018 10:12

        @Durand

        C’est quoi cette manie de poster cette même injonction sur tous les articles agora.

        Pour le reste, notre regrettée fifi d’Asselineau a trouvé un successeur.


      • Durand Durand 20 décembre 2018 10:14

        @Aristide

        .

        Si ce n’est pas interdit, c’est autorisé.

        Voyez avec Avox !

        .


      • Durand Durand 20 décembre 2018 10:31

        @Aristide

        .

        La deuxième phrase de votre com hypocrite prouve d’ailleurs que ce n’est pas tant la répétition qui vous dérange mais bien le contenu.

        .


      • Aristide Aristide 20 décembre 2018 10:59

        @Durand

        Hypocrite ? Allons, cette chère Fifi, une vraie fan qui s’est visiblement lassée de répéter le même discours partout ou elle posait son regard. Les groupies d’Asselieneau sont caractérisées par cette propension à répéter les mêmes mantras partout où ils passent. 

        Le fond ? Lequel, la répétition incessante de la même obsession du leader pas charismatique ? Je pouffe.


      • Durand Durand 20 décembre 2018 11:14

        @Aristide

        . Il semblerait qu’en matière de répétition, vous ayez été contaminé !

        Dites « je plouf », plutôt !

        .


      • Aristide Aristide 20 décembre 2018 11:23

        @Durand

        Un UPR peut en cacher un autre. Bon bourre !


      • Durand Durand 20 décembre 2018 12:24

        @Aristide

        Il en cache même plus de 32 000 !

        Mais en ce qui me concerne, je ne suis pas un homme de parti... Trop vertical pour moi...

        Que vous m’assimiliez à l’UPR ne montre que votre étroitesse d’esprit et votre désir de nuire plus que vos capacités à argumenter...

        Je me demande si je vous traite de gros con tout de suite – ce qui n’aurait rien d’un argument, je vous l’accorde – ou si j’attends votre prochaine réponse... J’hésite...

        .

        .


      • Aristide Aristide 20 décembre 2018 12:38

        @Durand

        N’hésitez pas, vous me flattez, vous savez comme disait Courteline : « 

        Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet.  »

      • Durand Durand 20 décembre 2018 12:47

        @Aristide

        .

        Tiens, un coprophage cultivé !...

        .


      • Aristide Aristide 20 décembre 2018 12:57

        @Durand

        L’UPR itératif dans ses délires. 


      • Aristide Aristide 20 décembre 2018 10:08

        Si l’intérêt personnel peut être une des nombreuses motivations qui déterminent le vote, elle n’est surement pas la plus décisive. Il existe à mon sens de nombreuses autres raisons, l’éducation par exemple, l’histoire familiale, les croyances, la position sociale, ...

        On peut arguer comme vous le faites de ce seul interet personnel, et même ! Serait-ce donc qu’il existerait un vrai interet commun ? Qui est en charge de cette notion assez floue qui consiste à ne pas tenir compte de la somme des interets particuliers ?

        Alors RIC et RIP ? Ce ne sont que des leurres, des miroirs aux alouettes qu’animent d’ailleurs ceux qui ne parviennent pas au pouvoir par les règles « démocratiques » actuelles. Ici ou là, on voit apparaître le rappel de ce refus de 2005 pour accuser notre Etat et contester son aspect démocratique, jamais ces mêmes ne citent le référendum sur Notre Dame des Landes sur lequel on s’est assis au prétexte d’un interet commun que les gens d’en bas ne comprenaient pas. 


        • François Pignon NEMO 20 décembre 2018 10:28

          @Aristide

          le clientélisme ne se limite pas au favoritisme, et l’article n’a jamais réduit les motivations des électeurs au seul intérêt personnel
          la question posée est celle de la « représentativité » de la « démocratie représentative » qu in’est qu’une manière adroite de convaincre les innocents de leur culpabilité, puisque pat leurs choix électoraux, ce sont eux qui ont mis en place ceux qui les spolient

          pour ce qui est des différentes sortes de référendums pour régler toutes les injustices et les inégalités, la question achoppe sur plusieurs écueils :
           ne consulter que sur les questions sociétales et jamais sur les questions de sociétés : 365 référendums par donnerait bien un os à ronger par jour à ceux qui s’engueuleraient à la télé pendant que les lobbies cosmopolites continueraient leur business
           faire votre sur des questions secondaires, conséquences des causes profondes évite de rechercher ces causes : c’est confondre symptômes et mal
           qui va décider des questions à soumettre, de leur pertinence ? les votations suisses qui sont prises comme références ne portent jamais sur des questions décisives

          le système a mis en place les techniques pour canaliser les sujets
          le principal défaut du mouvement actuel est sa myopie
          les souris ont voté pour un chat blanc qui avait mis un dentier sans canines et ils veulent mettre des chats gris ou noirs avec ou sans dentiers, mais de toutes façons, les chats restent des chats, même quand ils ronronnent ou miaulent


        • Aristide Aristide 20 décembre 2018 10:53

          @NEMO

          la question posée est celle de la « représentativité » de la « démocratie représentative » qu in’est qu’une manière adroite de convaincre les innocents de leur culpabilité, puisque pat leurs choix électoraux, ce sont eux qui ont mis en place ceux qui les spolient

          A l’instar de beaucoup d’autres, seriez vous de ceux qui pensent que ces innocents n’ont aucune conscience de leur vote, de ses limites, de ses contradictions, de ses abandons, ... et de ses conséquences.

          Cette vision qui représentent les électeurs comme des ignares influencés par les médias, incapables de la moindre distance, ... Vous croyez une seule minute que les électeurs ne connaîtrait pas la nature même du système dans lequel ils vivent ?
           


        • François Pignon NEMO 20 décembre 2018 11:07

          @Aristide

          je ne crois rien de ce que vous dites
          je crois simplement que les mentalités n’ont pas évolué à la même vitesse que la technologie et que le rapports « obligataire/obligé » est loin d’avoir disparu
          ce qui est caractéristique, c’est la reproduction de tous les systèmes de manipulation du pouvori dans les organisations qui se veulent « démocratiques »
          l’arrivée au sommet des centrales syndicales est instructif à plus d’un titre, comme est instructive la video sur Ségolène Royal dont je donne le lien dans l’article

          je crois que Ségolène Royal connait très bien la nature du système dans lequel nous vivons et qu’elle a décidé de l’utiliser à son profit, comme beaucoup de gens

          je ne veux donner ni des leçons de morale ni la solution que je n’ai pas, mais seulement attirer l’attention des lecteurs honnêtes sur les véritables mécanismes qu’ils connaissent mais ne veulent pas re-connaitre

          un ami sicilien m’avait dit un jour que la mafia n’existait pas en tant qu’organisation, mais que la mafia, c’était le tissu social dont tout le monde connaissait les règles : omerta et dette d’honneur...


        • Aristide Aristide 20 décembre 2018 11:20

          @NEMO

          Je ne crois rien de ce que vous dites
          je crois simplement que les mentalités n’ont pas évolué à la même vitesse que la technologie et que le rapports « obligataire/obligé » est loin d’avoir disparu

          Des mentalités qui n’ont pas évolués ? Ouahh, ce serait pire que ce que ce j’ai dit, en gros un peuple soumis et incapable de s’adapter à la technologie.

          Vous croyez sérieusement que les gens sont dupes ? Que le fameux débat national n’est pas compris comme une simple manipulation ? Que les dispositifs de « référendum » ne sont que des miroirs aux alouettes ? Il y aura bien quelques assoiffés d’une fausse représentativité pour aller parler au nom du peuple.

          C’est bizarre cette volonté de se croire le seul à tenir les clés de notre système, de connaitre ses limites, ... et surtout en contester la représentativité et son caractère démocratique au seul prétexte de ces « manipulations ». 


        • François Pignon NEMO 20 décembre 2018 11:44

          @Aristide

          « Vous croyez sérieusement que les gens sont dupes ?  »

          Que faites-vous du marketing politique et de la presse people ?
          une candidature est « traitée » aujourd’hui comme un « produit » à vendre
          les vaiqueurs sont des bénéficiaires des plus gros budgets et les sponsors puvent être trés gros
          à partir de là, il suffit de connaitre les techniques du marketing et de la publicité pour savoir à quelle sauce nous somme mangés

          comme dans la pub, il y a des « flops », des échecs, des ratés, des invendus et des dépassements de dates limites, mais tout confondu, en politique comme en distribution, nous consommons les produis mis en marché

          pour la presse people, c’est pire encore : les robes Vuitton de madame Macron font rêver une frange de population non négligeable qui croit naïvement que la « réussite » est possible pour tout un chacun

          je ne pernds pas les gens pour des imbéciles, et je fais partie du troupeau
          je n’ai d’ailleurs pas tellement le choix
          mais quand on me tond je sais que ce n’est pour ça qu’on me donnera de la meilleure herbe, ou alors, ce sera pour entrelarder mes gigots !


        • Aristide Aristide 20 décembre 2018 12:30

          @NEMO

          les robes Vuitton de madame Macron font rêver une frange de population non négligeable

          et plus loin, 

          je ne pernds pas les gens pour des imbéciles,

          Cela y ressemble un peu tout de même, des robes qui font rêver une frange non négligeable ? Une vision assez ... spéciale de la lucidité de vos compatriotes. 

          Bon, voila donc que la lecture de Voici, les techniques de marketing et de presse serait les justifications pour juger de la question que vous posiez « la question posée est celle de la « représentativité » de la « démocratie représentative »  ».

          M’enfin ...




        • François Pignon NEMO 20 décembre 2018 12:40

          @Aristide

          oh, Marius, tu es avec moi ou avec le lion ?

          c’est Tartarin qui raconte à Marius sa dernière chasse au lion :

          T  Tu dois mettre un genou en terre et attendre que le lion te saute dessus pour viser entre les deux yeux
          M  Et si le coup, il part pas ?
          T  eh couillon, c’est un fusil à deux coups, tu tires l’autre cartouche
          M  et si l’autre cartouche, elle par pas ?
          T  Eh ben tu cours jusqu’à l’arbre le plus proche pour sauter sur une branche
          M  et si la branche, elle est trop haute ?
          T  oh, Marius, tu es avec moi ou avec le lion ?


        • Aristide Aristide 20 décembre 2018 13:48

          @NEMO

          Cela vous va assez bien le rôle de Tartarin.


        • François Pignon NEMO 20 décembre 2018 14:16

          @Aristide

          si ça peut vous faire plaisir, ça fera au moins un heureux...


        • zygzornifle zygzornifle 20 décembre 2018 11:08

          Ha on est en république ?


          • François Pignon NEMO 20 décembre 2018 11:52

            @zygzornifle

            en tous cas, c’est ce qui est écrit sur les avis de retraits de points de permis que je reçois pour avoir roulé à 60 sur une quatre-voies à chaussées séparées dont le bas côté était agrémenté d’un panneau de type EB de forme rectangulaire, à fond blanc, avec des inscriptions en caractères droits majuscules de couleur noire et encadré de rouge signifiant « entrée d’agglomération », ce qui équivaut à « limitation à 50 »


          • Aristide Aristide 20 décembre 2018 12:35

            @NEMO

            Il parait que nul n’est censé ignorer la loi. 


          • François Pignon NEMO 20 décembre 2018 12:43

            @Aristide

            ça s’appelle un guet-appends : ils avaient même aménagé un parking pour réceptionner le contrevenants dont je fus et les répartir entre les trois 4x4 de la gendarmerie alignés somme pour la parade

            mais tout ça, c’est une autre histoire, une histoire de ripou-blic


          • Aristide Aristide 20 décembre 2018 13:52

            @NEMO

            Ah, ces salauds de flics qui vous verbalisent pour un dépassement de vitesse que vous avez vraiment fait !!! 

            Je comprend mieux votre doute sur la république, et tout çà. C’est une dictature.


          • julien julien 20 décembre 2018 17:35

            Excellent article ! Merci.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès