• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Gérard Depardieu, monsieur le ministre ?

Gérard Depardieu, monsieur le ministre ?

« Il vaut mieux faire des c@nneries que s’économiser. » ("L’Humanité" du 21 août 1999).



Il est un peu avec le cinéma et le théâtre comme Picasso avec la peinture et la sculpture. Il peut tout, il fait tout, il est là où on ne l’attend pas, il surprend, il conquiert tout, les terrains, les esprits. C’est un monstre sacré, un monument national. Et une personnalité phénoménale, un vrai caractère, un rude carré dans un corps rond après avoir été un fin haricot. Gérard Depardieu, car il s’agit de lui, de cet acteur symbole du cinéma français, fête son 70e anniversaire ce jeudi 27 décembre 2018.

Le 25 mai 2015, il se considérait déjà "accompli" : « Je ne crois en rien. Surtout pas en moi. Parfois, le soir, je voudrais m’endormir pour l’éternité (…). J’ai tout vécu. Cela, il n’y a pas beaucoup de gens qui peuvent le dire, je peux mourir à présent. Qui peut avoir le culot de dire cela ? » ("Vanity Fair"). Quand il chante Barbara, il ne fait que cela, il le fait excellemment bien, avec la surprise de cet homme costaud capable d’imiter à sa manière une femme fragile. Il le dit régulièrement : il n’est pas un intello, il n’aime pas apprendre son texte, il a une oreillette et ne s’en cache pas. Son job, c’est l’interprétation, pas la création.

Avec plus de 200 films à son actif, il est sur tous les fronts, l’ouvrier et le patron, le gentil et le méchant, le pauvre type et l’homme qui doute, le manipulateur et l’amoureux transi, etc., sans compter les grands rôles biographiques (Danton, Christophe Colomb, Balzac, Rodin, Staline, Vatel, Raspoutine, D’Artagnan, etc.) ou d’autres plus anecdotiques mais triomphants comme Obélix. L’un des acteurs français qui a fait le plus d’entrées au cinéma, environ 220 millions, quatre fois la population française, juste derrière Louis de Funès avec plus de 270 millions. 61 films où il a joué ont fait plus du million d’entrées. À ce stade (plus que de football), ce n’est plus un triomphe, c’est une hégémonie.

_yartiDepardieuGerardC03

Il a joué avec tous les grands acteurs et actrices français de notre temps depuis le début des années 1970, fut dirigé par tous les grands réalisateurs français. Depardieu, on l’aime ou l’on ne l’aime pas mais en fait, on l’aime, car on aime au moins un des films qu’il a joué. Il y en a bien un qui soit du goût de chacun. Il faut donc le comprendre : il peut tout se permettre, tout dire, il se moque des conséquences. Il est tout puissant. Probablement l’un des plus grands seigneurs de la guerre. Plus grand que Carlos Ghosn qui, lui, n’est pas à l’abri de la justice d’un pays. Depardieu non plus n’est pas à l’abri de la justice, mais il y a de la marge entre une dénonciation/instruction et une condamnation.

Celui qui a épaté la galerie, aux côtés de Miou-Miou, Jeanne Moreau, Brigitte Fossey et Patrick Dewaere, avec le fameux film "Les Valseuses" réalisé par Bertrand Blier (sorti le 20 mars 1974) qui l’a fait décoller, il a multiplié les reconnaissances et les trophées, dont deux Césars (1981, 1991), une prix au Festival de Cannes (1990), deux prix à la Mostra de Venise dont un Lion d’Or (1985, 1997), etc. Cet acteur de théâtre s’était déjà fait remarquer auparavant dans d’autres films avec des rôles moins essentiels comme dans "Le Viager" réalisé par Pierre Tchernia (sorti le 2 février 1972), avec Michel Serrault et Michel Galabru, dans le rôle du voyou apprenti, et "Stavisky" réalisé par Alain Resnais (sorti le 15 mai 1974), avec Jean-Paul Belmondo, dans le rôle de l’inventeur du matriscope.

Père mal à l’aise de deux acteurs (Guillaume et Julie), il a joué dans des films très intéressants, j’en cite quelques-uns mais sans du tout prétendre à l’exhaustivité : "Sept morts sur ordonnance" réalisé par Jacques Rouffio (sorti le 3 décembre 1975), le chirurgien funeste, avec Michel Piccoli, Jane Birkin, Michel Auclair et Charles Vanel ; "Le Sucre" réalisé par Jacques Rouffio (sorti 3 avril 1978), le trader qui gruge Jean Carmet ; "Buffet froid" réalisé par Bertrand Blier (sorti le 19 décembre 1979), avec Bernard Blier, Jean Carmet et Michel Serrault ; "Mon oncle d’Amérique" réalisé par Alain Resnais (sorti le 21 mai 1980), avec Roger Pierre et Nicolas Garcia ; "Inspecteur la Bavure" réalisé par Claude Zidi (sorti le 3 décembre 1980), tuteur de Coluche dans la police ; "Le Dernier Métro", chef-d’œuvre de François Truffaut (sorti le 17 septembre 1980), sous l’Occupation, avec l’incontournable Catherine Deneuve et Jean Poiret ; "La Chèvre" réalisé par Francis Veber (sorti le 9 décembre 1981), duo mémorable avec Pierre Richard qu’il a récidivé avec le même réalisateur dans "Les Compères" (sorti le 23 novembre 1983) et "Les Fugitifs" (sorti le 17 décembre 1986) ; "La Femme d’à côté" réalisé par François Truffaut (sorti le 30 septembre 1981), terrible mari trompeur avec la troublante Fanny Ardant ; "Sous le soleil de Satan" réalisé par Maurice Pialat (sorti le 2 septembre 1987), avec l’irrésistible Sandrine Bonnaire ; "Germinal" réalisé par Claude Berri (sorti le 29 septembre 1993), avec Miou-Miou, Renaud et Jean Carmet ; "Le Placard" réalisé par Francis Veber (sorti le 17 janvier 2001), le DRH métamorphosé avec Daniel Auteuil, Thierry Lhermitte, Michèle Laroque, Michel Aumont, Jean Rochefort et Laurent Gamelon ; "Bouquet final" rélaisé par Micgel Delgado (sorti le 2008), avec Didier Bourdon, Bérénice Bejo et Marthe Keller ; enfin, "La Tête en friche" réalisé par Jean Becker (sorti le 2 juin 2010), avec l’adorable Gisèle Casadesus, etc.

Il n’arrête jamais ! Cinq films où il a joué sont sortis en 2018, un sixième va sortir en 2019. Parmi les acteurs français les mieux rémunérés chaque année, il avait investi une partie de son argent en 1985 dans la production du premier disque de Patricia Kaas qui n’a pas eu le succès escompté. Il demanda pour se dédommager des droits sur les cinq disques suivants, et là, bingo ! dès 1987, la carrière de la chanteuse lorraine a décollé avec "Mademoiselle chante le blues".

Gérard Depardieu n’est pas riche juste pour être riche. Au-delà de son travail très prenant de comédien, il aime entreprendre et investir, le vignoble (on aime le vin ou l’on ne l’aime pas), et même, l’exploration pétrolière à Cuba, grâce à un pote… et Fidel Castro.

La transformation physique de Gérard Depardieu est sans doute en rapport avec son caractère : « Je ne jette pas la pierre à tous ceux qui ont du cholestérol, de l’hypertension, du diabète ou trop d’alcool ou ceux qui s’endorment sur leur scooter, je suis un des leurs, comme vos chers médias aiment tant à le répéter. » ("Journal du dimanche" du 15 décembre 2012). Il a eu beaucoup d’accident de scooter. Lorsqu’il habitait rue du Cherche-Midi, cela pouvait arriver qu’il tabassât le véhicule garé sur "sa" place de scooter. En fait, il n’avait aucune place attitrée mais la considérait comme sienne. Esprit pourtant authentique, sans intermédiaire, comme aller faire ses courses lui-même.

La religion est dans sa rechercher personnelle : après avoir été pendant deux ans un musulman converti à la fin des années 1960, Gérard Depardieu s’est tourné vers saint Augustin dont il a proposé la lecture des "Confessions" à Notre-Dame de Paris (le 11 février 2003), après avoir rencontré le pape Jean-Paul II en août 2000 à Rome : « Saint Augustin nous parle vraiment. Je puise dans ces lectures une force pour tenir debout et une joie, un espoir… Quelque chose qui est plus fort que le savoir. C’est comme le passage de l’adolescence à l’âge adulte, de l’adulte à la lumière, de la lumière à la vérité, de la vérité à l’absolu. » ("Le Parisien" du 6 février 2003).

La politique, il la voit comme beaucoup de non-alignés, sans antennes : « La politique ne m’intéresse pas. Ce n’est qu’une basse-cour avec des poules et des coqs qui se chient dessus. » ("Journal du dimanche du 19 avril 2010).

Soutien de François Mitterrand en 1988 et de Nicolas Sarkozy en 2007 et en 2012, Gérard Depardieu n’a pas, semble-t-il, de lourdes convictions politiques si ce ne sont les amitiés qu’il peut voir se nouer au cours de son existence et qui l’ont fait apprécier autant Fidel Castro que Ramzan Kadyrov (le Président pro-russe de la Tchétchénie), ou encore celui d’Ouzbékistan, Islom Karimov, et surtout, le Président russe Vladimir Poutine qui lui a offert la nationalité russe sur un plateau d’argent le soir du 5 janvier 2013 à Sotchi. Il aime tellement la Russie qu’il a tourné dans beaucoup de publicités pour la télévision russe.

_yartiDepardieuGerardC02

Auparavant, cerné par le fisc français, il s’est expatrié en Belgique, à la frontière franco-belge à la fin de l’année 2012, dégoûté par la taxe de 75% finalement invalidée par le Conseil Constitution. Cette désertion a provoqué une polémique nationale, alimentée par un échange musclé contre le Premier Ministre de l’époque, Jean-Marc Ayrault qui la qualifiait de "minable", n’hésitant pas, plus tard, en avril 2014, à traiter François Hollande de « petit bolchevik de l’Élysée » et en décembre 2014, il disait ne pas vouloir « crever comme un c@n dans la France de maintenant », n’hésitant pas à cracher contre les Français « qui n’ont plus rien à faire de la France », généralisant un peu vite sur leur patriotisme.

D’ailleurs, est-ce une angoisse nouvelle ? La citoyenneté française qu’il rejette, la citoyenneté belge à base fiscale, aussi la citoyenneté algérienne (il a annoncé le 19 février 2018 qu’il achèterait une habitation en Algérie), et la citoyenneté russe ne lui suffisent plus. Gérard Depardieu a un nouvel objectif, la citoyenneté turque. Le 16 septembre 2018, il a déclaré ainsi vouloir rencontrer le Président turc Recep Tayyip Erdogan en octobre 2018 pour obtenir un passeport turc, selon un journaliste du journal turc Aydinlik lors d’une rencontre avec l’acteur à …Pyongyang où Gérard Depardieu était présent à la tribune officielle pour assister aux cérémonies du 70e anniversaire de la République nord-coréenne, le 9 septembre 2018. Le 16 juin 2013, l’acteur avait déclaré au "Journal du dimanche" : « J’ai sept passeports de plusieurs pays que j’aime. Enfin, j’aimerais en avoir sept. (…) Ca m’éviterait de demander des visas car je me considère, je vous le redit, comme un homme libre. ». En l’occurrence, Depardieu n’a pas encore rencontré Erdogan à ce jour. Entre désir et réalité.

Mais le plus surréaliste, dans cette drôle de diplomatie, c’est probablement lors de sa visite en Russie il y a presque six ans. Vladimir Volkov, Président de la République de Mordovie, l’équivalent de gouverneur de région, a accordé à l’acteur des Valseuses une domiciliation en Mordovie (dans la capitale, à Saransk, au sud de Nijniy Novgorod, où il fut accueilli le 6 janvier 2013 avec ferveur) et surtout, lui a même proposé d’être son nouveau Ministre de la Culture.

La Mordovie fait partie de la Fédération de Russie. Elle est célèbre pour avoir "accueilli" les premiers goulags. 40 000 prêtres y furent fusillés dans les années 1930. Encore 15 000 personnes y étaient internées en 2013. Une jeune femme du groupe Pussy Riot, Nadejda Tolokonnikova, y fut incarcérée de mars 2012 à décembre 2013 pour avoir été insolente avec Vladimir Poutine dans la nouvelle cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou le 21 février 2012.

Gérard Depardieu, qui voulait célébrer le Noël orthodoxe le 7 janvier 2013 à Saransk, a déclaré : « Je suis content, c’est très beau ici. », ajoutant : « Je suis un citoyen du monde et j’ai la chance d’avoir un passeport russe, et je pense que beaucoup de gens aiment la Russie. Ceux qui disent du mal du Président Poutine ne sont jamais sortis de chez eux, ils sont restés en arrière depuis très longtemps. ».

Quant à la Culture en Mordovie, Gérard Depardieu a remercié l’offre de Vladimir Volkov en la refusant poliment et en lui répondant qu’il était le Ministre de la Culture du monde entier ! Qui a dit qu’Alain Delon était solitaire dans la mégalomanie du moi ?


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 décembre 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Gérard Depardieu.
Un sex symbol pourtant bien français.
Barbara chantée par Depardieu.
La belgitude de Gérard Depardieu.
Un sex symbol pourtant bien français.
Maria Pacôme.
Ennio Morricone.
Francis Lai.
Bernadette Lafont.
Pauline Lafont.
Marthe Mercadier.
Jean Piat.
Jacques Brel.
Charles Aznavour.
Charlie Chaplin.
Maurice Chevalier.

_yartiDepardieuGerardC04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.4/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 27 décembre 2018 09:54

    Ce vieux Gégé...

    Merci de déposer régulièrement tes joyeux étrons dans la cour du Boboïstan et de ne rater aucune occasion de foutre le nez des cuistres dans leurs infâme bouses véganes...


    • Paul Leleu 27 décembre 2018 22:18

      @Clocel

      ce vieux Gégé est l’incarnation du bobo millionaire, gavé de subventions publiques et de films aidés, qui cire les pompes de Sarko et de Mitterrand... Pour garder sa place dans l’establishment de la bien-pensance, il s’est toujours abstenu de dire le moindre mot qui dérange, et de jouer dans le moindre film d’auteur (que des navets main-stream)... c’est un peu le Chirac du cinéma français : le goût de la fadeur... En dehors de cela, il partage un point commun avec Macron : il insulte et méprise les français tout en vivant de leurs impôts (qui subventionnent grassement le cinéma français ultra-déficitaire)... Depardieu est la coterie et la petite mafia d’urluberlus qui se partagent à discrétion l’enveloppe cinéma annuelle de l’argent public...

      Il voyage à Pyong-Yang, mais on ne l’a guère entendu sur les Gilets-Jaunes... c’est vrai que c’est plus risqué (niveau subventions) que de parler de pinard et musique russe... la France de Gégé, c’est pas le peuple, c’est ses millions et son pinard...

      Ses vidéos posées ici ou là sur internet montre l’étendue de sa nullité... un gros plein de soupe en voie de sénilité qui déblatère des poncifs vaguement réac’ comme Bardot et Delon... (l’âge venant, les gauchos deviennent réac’, mais sont toujours aussi donneurs de leçon).

      Par contre il est pas foutu d’aimer ses enfants (gros symptôme), comme le font des millions de français anonymes et vachement plus intéressants. Ou bien qui risquent gros pour leur pays et pour la liberté.


    • Clocel Clocel 28 décembre 2018 11:09

      @Paul Leleu

      Ouais, mais il pisse à la raie des veules bien-pensants, chose que je ne peux pas faire avec le même talent, et pour ça, personnellement, je l’exonère de sa part à la contribution au meilleur des mondes et tant pis pour la vaisselle et la moquette à Pomponette.


    • cevennevive cevennevive 27 décembre 2018 10:12

      « Qui a dit qu’Alain Delon était solitaire dans la mégalomanie du moi ?  »

      Ah non Sylvain, ne comparez pas Alain Delon avec notre Gargantua national. Gérard Depardieu est drôle au moins ! Malgré son poids, il surfe sur toutes les influences, toutes les modes, tous les poncifs.

      Il nous en fallait un comme lui dans ce climat de sériosité hypocrite, de grandiloquence et de mépris ambiant.


      • Paul Leleu 27 décembre 2018 22:21

        @cevennevive

        très bien résumé... Ses propos sont aussi boursouflés que leur auteur...


      • biquet biquet 28 décembre 2018 11:27

        @Paul Leleu

        Les modérateurs ont une nouvelle fois refusé mon article, je me fais un plaisir de le publier dans tous les articles.

        Agoravox est-elle devenue la Pravda soviétique ?

        Tous les articles que je propose sont systématiquement refusés, cela depuis 1 an environ. Agoravox est le seul média citoyen en France. La Presse citoyenne ne fait jamais la Une de l’actualité, la Presse mainstream étant en France détenue par des grands groupes financiers, elle voit d’un mauvais œil ces gueux qui s’expriment.

        Texte

        Agoravox est-elle plus libre pour autant ? Assurément non. En ce moment, presque tous les articles tournent autour de ces pauvres gilets jaunes qui sont obligés de prendre leur voiture pour aller au boulot, car celui-ci est à plus de 20 km et il n’y a aucun transport en commun. Mais il y a aussi une autre statistique, jamais mentionnée dans les articles d’Agoravox, c’est que 58 % des français choisissent de prendre leur voiture pour faire des trajets de moins d’un kilomètre. Le titre de mon dernier article était : taxe carbonne, l’urgence absolue. Je suis persuadé que les gilets jaunes font parti des 42 % qui ne prennent pas leur voiture pour un trajet inférieur à 1 km, et qu’une taxe carbonne pourrait pénaliser ceux qui font un usage immodéré de leur bagnole. Une partie de l’argent récolté pourrait servir alors à aider ceux qui sont obligés de faire 20 bornes pour aller au boulot avec leur voiture. Sont-ils si nombreux ? Représentent-ils 58 % de la population laborieuse ? Les agriculteurs qui, pour beaucoup gagnent moins de 300 euros par mois, ne font pas 20 km pour aller au travail.

        Si cet article n’est pas publié, c’est promis, je ne soumettrai jamais plus d’article sur AV. S’il est publié, un débat (et non un monologue) pourra s’engager.



      • Fergus Fergus 27 décembre 2018 10:51

        Bonjour, Sylvain

        Depardieu ? Un grand acteur devenu un pitoyable pantin provocateur et atrabilaire ! 


        • oncle archibald 27 décembre 2018 11:14

          @Fergus : Depardieu un pitoyable pantin ?

          Pantin : "Figurine de carton ou de bois plat et mince, découpé et colorié, représentant généralement un personnage burlesque, et dont les membres articulés sont actionnés au moyen d’un fil."

          Le contraire donc. J’adore cet homme complètement libre, hypersensible, intelligent, malgré tous ces excès y compris son physique qui ne sont que les cicatrices de douleurs intérieures ineffaçables, comme la vie très compliquée et la mort de son fils Guillaume.


        • Fergus Fergus 27 décembre 2018 15:53

          Bonjour, oncle archibald

          J’ai utilisé sciemment le mot « pantin » car c’est ce qu’est, à mes yeux, devenu Depardieu : un type manipulé par des pulsions qu’il ne maîtrise plus. 


        • Paul Leleu 27 décembre 2018 22:25

          @oncle archibald

          il aurait mieux fait d’être un peu moins égocentrique et d’apprendre à aimer ses enfants comme des millions de français anonymes, avant que de donner des leçons de vies aux français... C’est un orgueilleux prétentieux et vide.

          C’est juste un bobo de droite... un Fogiel vaguement réac’ (tant qu’à faire Fogiel est même plus frais)...

          Il fera une magnfique équipe avec Houellebecq (le sous-céline contemporain) pour enflammer le bobo-land néo-réac’ qui se croit subversif... Ca va être la partouze métaphysique au centre-droit.


        • zygzornifle zygzornifle 27 décembre 2018 12:06

          Auparavant, cerné par le fisc français, il s’est expatrié en Belgique

          Au moins il n’est pas resté en attendant qu’on le gaule comme Cacahuzac ....


          • Paul Leleu 27 décembre 2018 22:33

            @zygzornifle

            oui... et puis il est pas là pour aider les gilets-jaunes... il en a rien à foutre... ce qu’il aime en France c’est les subventions du cinéma français payées par le contribuable... il pourrait au moins fermer sa gueule en échange...


          • patwa 27 décembre 2018 17:00

            Le gros Gérard ?

            Je le traite comme une riche et célèbre crapule, rendue fou par cela.

            On dois a la fois le punir, et le protéger... C’est pas si rare que ça.

            Si on peut condamner, je puni le crime d’argent par une peine d’argent.

            Tant que ( Avis médico-psyco = irresponsabilité temporaire)

            Mise sous tutelle.

            Désintoxication.

            Période d’essai.

            Si : Responsabilité confirmée rapidement

            Tonte intégrale.

            Protection des personnalités.

            Si : Responsabilité confirmée en années.

            Redressement administratif.

            Anonymisation.

            Si : Responsabilité non confirmé.

            Redressement administratif.

            Tutelle.

            ++


            • Paul Leleu 27 décembre 2018 22:31

              @ l’auteur

              « Il est un peu avec le cinéma et le théâtre comme Picasso avec la peinture et la sculpture. »...

              C’est tout à fait cela !!! Depardieu fait autant de mal au cinéma et au théâtre que Picasso en a fait à la peinture et la scuplture... Un paquet de croutes prétentieuses qui pourraient juste pas figurer au Louvre à côté des classiques.

              Depardieu c’est juste du Picasso de droite... ni plus ni moins boursouflé et prétentieux... il ferait mieux de travailler au lieu d’insulter les français.

              Quel est le point commun entre Macron, Houellebecq et Depardieu : la haine du peuple français, qu’ils méprisent et qu’ils insultent...


              • arthes arthes 30 décembre 2018 18:24

                pffff, Depardieu n’insulte pas les français, il emmerde les cons et les pisse froids et les petits bourgeois frileux étriqués soumis et jaloux, et il s’en branle de ce qu’ils pensent 

                D’ailleurs il le dit avec beaucoup de tact dans cet extrait, forcément à charge contre lui, et il a bien raison  :https://youtu.be/3aI6lw3Lwtk

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès