• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Aggravation des inégalités et course au moins-disant fiscal - Que (...)

Aggravation des inégalités et course au moins-disant fiscal - Que faire

Le rapport Oxfam confirme l’aggravation continue des inégalités dans le monde, pendant que la course au moins-disant fiscal comme au moins-disant salarial se poursuit et fait l’unanimité des dirigeants mondiaux. C’est que le rapport de force favorise outrageusement les entreprises multinationales aux dépens des Etats, rapport de force qui résulte de l’extension indéfinie du domaine du libre-échange et de la liberté de circulation des capitaux.

Quel instrument politique pour changer de paradigme  ? Un accord mondial, au niveau de l’UE, au niveau d’un Etat comme la France  ?

L’organisation Oxfam, confédération internationale de 20 organisations travaillant et alertant sur l’état de la pauvreté dans le monde, publiera lundi 22 janvier son Rapport sur les inégalités mondiales. Ce rapport décrit avec grands détails la continuation de l’aggravation des inégalités dans le monde depuis un an, au-delà de l’état déjà effarant déjà atteint. Quelques extraits significatifs :

  • Le nombre de milliardaires a connu l’année dernière sa plus forte hausse de l’histoire, avec un nouveau milliardaire tous les deux jours. On dénombre actuellement 2 043 milliardaires en dollars dans le monde
  • 82 % de la croissance des richesses créées dans le monde l’année dernière ont bénéficié aux 1 % les plus riches, alors que la situation n’a pas évolué pour les 50 % les plus pauvres
  • D’après les nouvelles données du Crédit Suisse, 42 personnes détiennent à elles seules autant que les 3,7 milliards de personnes les plus pauvres

Rappelons par ailleurs que le creusement des inégalités se poursuit depuis longtemps, et qu’il touche aussi les populations des pays les plus développés :

  • Au cours des dix dernières années, les travailleurs et travailleuses ordinaires ont vu leurs revenus augmenter de 2 % en moyenne par an, tandis que la fortune des milliardaires a elle augmenté de 13 % par an, presque six fois plus vite
  • Les 1 % les plus riches continuent de posséder plus de richesses que le reste de l’humanité
  • Les trois personnes les plus riches aux États-Unis possèdent autant que la moitié la moins bien lotie de la population américaine (quelque 160 millions de personnes)
  • La France a le record de la rémunération des actionnaires : le total des dividendes versés par les entreprises du CAC 40 est trois fois plus élevé qu’il y a 15 ans, alors que dans le même temps le salaire moyen n’a augmenté que de 14% en France

Oxfam défend dans son rapport un ensemble de propositions visant à bloquer l’aggravation en cours des inégalités, puis à les faire reculer. Dans le cadre de sa campagne « Contre les inégalités, pesons de tout notre poids », une pétition sera mise en ligne à partir du 22 janvier à cette adresse pour demander au président de la République Emmanuel Macron de passer une loi de lutte contre les inégalités par rééquilibrage du partage des richesses créées entre rémunération du capital et rémunération du travail - plutôt que de laisser la seconde être continuellement comprimée au bénéfice de la première.

L’initiative est sympathique.

Mais l’époque est au moins-disant fiscal. Une telle loi serait-elle suffisante pour renverser la tendance  ? Ou est-il nécessaire de creuser plus profond, d’aller au-delà d’une simple loi  ?

Le patriotisme d’Apple et la course au moins-disant fiscal

Suite à la réforme fiscale décidée par le président Trump, Apple a annoncé qu’il rapatrierait sa trésorerie aux Etats-Unis Grâce à la réforme fiscale de Trump, Apple paie 38 milliards de dollars au fisc américain. Dans son communiqué, Tim Cook le PDG d’Apple faisait preuve à cette occasion d’un beau patriotisme et d’un esprit de responsabilité qui mérite des félicitations :

« Nous ressentons une forte responsabilité à donner en retour à notre pays et nos compatriotes qui ont permis notre succès »

Des esprits chagrins ont cependant suggéré que ni la reconnaissance envers son pays, ni envers les personnes qui ont permis la réussite d’Apple ne motivait Monsieur Cook. Ce serait plutôt la baisse du taux d’imposition des sociétés de 35 % à 20 % mise en place par la réforme fiscale Trump qui l’aurait motivé, en accord avec l’objectif d’augmenter le dividende pour l’actionnaire comme d’ailleurs sa propre rémunération, non un esprit de responsabilité quelconque.

Et en baissant à 20% le taux d’imposition des bénéfices, Donald Trump avait certes mis "du lourd" sur la table.

Aux enchères inversées, les Etats-Unis tentent de prendre une longueur d’avance...

Le jeu du moins-disant fiscal consiste à demander aux entreprises un montant d’impôts plus bas que le voisin, afin qu’elles daignent déplacer chez vous leur trésorerie. Il est parallèle au jeu du moins-disant salarial lequel vise à proposer une force de travail d’une qualification donnée au prix le plus bas possible, et encore au jeu du moins-disant environnemental basé sur le même principe.

Naturellement, se voir courtisées par les Etats qui se pressent pour obtenir leurs faveurs est une situation fort confortable pour les entreprises, plus exactement pour leurs dirigeants, propriétaires et actionnaires. C’est qu’en se laissant désirer, on arrive à faire monter les enchères - ce qui est certes le principe même de toute bonne négociation commerciale, et le rapport de force favorise nettement les entreprises. Non certes les PME, encore moins les TPE, généralement même pas les ETI (entreprises à taille intermédiaire), trop attachées à un territoire donc à un Etat particulier. Mais bien les multinationales au premier chef.

Naturellement, les actuelles fortes baisses de l’impôt sur les sociétés - aux Etats-Unis mais aussi en France où le taux devrait descendre à 25% d’ici 2022 - ne sont pas les dernières. D’autres pays vont répondre. Il est toujours possible d’imposer encore moins. C’est la beauté de la chose... du moins si l’on est du côté du manche, c’est-à-dire des entreprises multinationales

Naturellement, l’effet net de cette course entre Etats, sur l’imposition comme sur la rémunération du travail, est :

  • l’augmentation des inégalités
  • la rémunération du capital préférée à celle du travail
  • la baisse tendancielle des investissements publics
  • en même temps que la croissance de la dette publique

Ce sont les conséquences du rapport de force tel qu’il existe. Mais qu’est-ce qui a établi ce rapport de force  ? Qu’est-ce qui le maintient, et en fait l’aggrave d’année en année  ?

Le rapport de force - et ses causes

C’est la liberté pratiquement indéfinie - et en tout cas continuellement élargie - pour toute entreprise multinationale de profiter à la fois des bas salaires permis dans tel pays et de la demande créée par des revenus plus élevés dans tel autre, c’est la liberté de faire apparaître par artifice comptable ses profits dans le pays où ils seront le moins taxés - qui est aussi liberté de profiter du fruit des investissements publics d’un pays (éducation, recherche, infrastructures...) sans contribuer en proportion à leur financement qui ont créé ce rapport de force si démesurément favorable aux propriétaires de multinationales et aux fonds financiers gérant leurs actions.

Ce sont là en définitive les conséquences des politiques de libre-échange et de liberté de circulation des capitaux constamment renforcées depuis au bas mot une génération.

C’est donc sur ces politiques qu’il faudrait revenir si l’on souhaitait arrêter la marche à l’inégalité, préserver la rémunération du travail, préserver l’avenir à long terme qui dépend toujours davantage des investissements publics (éducation, recherche, énergie, environnement...) que de la consommation privée... surtout la consommation somptuaire  ! Comment imaginer sinon qu’une loi telle que celle réclamée par Oxfam, adoptée dans un seul pays, ne serait pas contournée... par les autres pays, qui en régime de libre-échange et de liberté des capitaux auraient beau jeu d’attirer sur leurs territoires les entreprises gênées par cette loi  ? Comment imaginer que le ralentissement brutal de l’activité qui en résulterait en France ne pousserait pas tôt ou tard, et probablement assez tôt, à l’abandonner  ?

Changer le rapport de force - oui, mais à quel niveau  ?

Revenir sur la politique de libre-échange et de liberté de circulation des capitaux  ? A tout le moins la modérer, voire la limiter, en tout cas la choisir en fonction de contraintes autres que la seule règle "plus c’est fluide, mieux c’est"  ?

Il y faudrait un changement de paradigme, un changement d’époque. A quelle échelle pourrait-il être véritablement mis en place  ? C’est là poser la question de l’instrument qui le permettrait... il doit à la fois être assez puissant pour être efficace, et être assez maniable pour qu’une majorité de citoyens puisse pratiquement s’en saisir.

Est-il envisageable d’imposer ce changement de paradigme au niveau mondial (tout les pays sont d’accord, tous en même temps)  ? Au niveau de l’Union européenne (27 pays sont d’accord, tous en même temps)  ? Au niveau français (un président et un parlement sont élus pour cela)  ?

Tenter de changer le paradigme :

- Au niveau mondial, avec certitude d’y arriver si tout le monde est d’accord... mais certitude que ce ne sera jamais le cas  ?

- Au niveau de l’UE, avec une bonne chance d’y arriver si tout le monde est d’accord... mais quasi-certitude que ce ne sera jamais le cas  ?

- Au niveau de la France, avec une chance un peu moins bonne d’y arriver si des dirigeants sont élus avec ce projet... mais une chance assez bonne qu’ils puissent être élus  ?

- Au niveau inférieur pourquoi pas  ? La Catalogne puisque la mode du small is beautiful s’étend aussi au politique... et pourquoi pas Deauville alors  ?

Nous sommes en plein dans la question politique, et dans la question de l’échelle à laquelle elle doit être menée.

Si beaucoup d’hommes et de femmes de bonne volonté se la posent, une chose est assurée : quoi qu’il en soit, un tel changement de paradigme n’est ni dans les projets aux Etats-Unis du milliardaire Trump, ni en France du millionnaire Macron. La baisse de l’imposition des entreprises et des plus aisés leur convient très bien, merci pour eux.

arriens-angelame170707_np6Ea

Quelques différences de surface et de style oui mais sur le plus important, ne s’entendent-ils pas très bien  ? Or, libre-échange et liberté de circulation des capitaux décidés en fonction de l’intérêt des plus aisés parmi les plus aisés, bref de l’hyperclasse... n’est-ce pas le plus important  ?

D’ailleurs, cet autre milliardaire vous salue bien...

Poutine_deja_a_15.5.jpg

Chez nous, c’est de 15,5% à 20%... Россия самая сильная  ! La Russie est la plus forte  !


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 19 janvier 14:47

    Démagogie de l’ignorance des bienfaits du capitalisme et du libre échange.


    Ce n’est pas parce qu’une personne est riche et qu’une autre est pauvre qu’il y a un lien de cause à effet.
    Ce n’est pas parce que le niveau à bulle montre que c’est plat que la terre est plate....

    Les rapports OXFAM sont bidon de chez bidon et ne s’adressent qu’a un public de gens qui cherchent a être convaincu de leur haine des plus riche que soit.

    Le boulanger qui fait du pain et se lève à 5h du mat ne le fait pas non plus pour la reconnaissance sociale de ses clients comme Apple envers les USA. Bien que dans les 2 cas les actes sont sociaux et solidaires..

    La recherche de l’égalitarisme et l’égalité est criminogène et a causé, et cause bien plus de tors aux humains que le capitalisme qui oblige dans la paix a donner le meilleur de soi-même envers les autres que nous ne connaissons pas.

    Tel est riche, tel est pauvre. L’important est que tout le monde puisse devenir riche ou puisse s’enrichir. 
    Pas jalouser celui qui est plus riche que soi.

    Triste France qui croit que la richesse est un jeu à somme nulle.
    Triste France illuminée de pulsion spoliatrice des plus riches que eux.
    Triste de France de racistes anti- riches.


    • Pere Plexe Pere Plexe 19 janvier 20:21
      Ce n’est pas parce qu’une personne est riche et qu’une autre est pauvre qu’il y a un lien de cause à effet.
      C’est fort discutable mais surtout ça ne devrait pas interdire de vouloir réduire pauvreté et écarts de richesse.

      Ce n’est pas parce que le niveau à bulle montre que c’est plat que la terre est plate....
      Un niveau ne montre pas que « c’est plat ». Il donne une référence qui est l’horizontal.
      C’est à dire la droite qui tangente la surface de la planète à cet endroit.

      Les rapports OXFAM sont bidon de chez bidon 
      Serait ce trop vous demander quelques explications ? Sans quoi on pourrait croire que c’est de l’affirmation gratuite.

      Le boulanger qui fait du pain...
      ...ne choisit pas le pays dans lequel il payera des impôts ! ne négocie pas avec le fisc local. C’est le privilège des grandes multinationales. Un « détail » qui vous a échappé ?


      Pas une phrase de censée...dans le déni le plus total...
      Comme d’hab


    • Spartacus Spartacus 19 janvier 22:13

      @Pere Plexe
      ----Ce n’est pas parce qu’une personne est riche et qu’une autre est pauvre qu’il y a un lien de cause à effet.
      Non ce n’est pas discutable. La richesse est une création dynamique pas un jeu à somme nulle. Réduire la pauvreté fait que les pauvres deviennent plus riche. Réduire des écarts de richesse c’est juste répondre aux pulsions d’accaparation du parfait jaloux marxiste enfumé. 

      On ne rend pas la femme moche plus belle en crevant l’oeuil de la belle fille pour réduire un écart d’inégalité.

      Le fait demeure qu’aucun système économique dans l’histoire n’a été plus juste, a élevé le niveau de vie de plus de personnes et a sorti plus de pauvres de la pauvreté que le capitalisme.

       -----Les rapports de OXFAM sont bidon de chez bidon et chaque année ils ressortent les mêmes conneries de biaiserie statistiques ridicules...
      Mais les gauchistes sont toujours dans le déni car la musique sur les riches sont des mangeurs d’enfants ça chatouille leurs oreilles de frustrés.

      OXFAM soustrait dans ses stats les dettes des actifs.  C’est con ? Oui c’est con ! 
      Par exemple, si vous avez emprunté pour acheter votre maison, ils soustraient le prêt de l’emprunt de la maison. Ils trouvent plus de pauvres en France qu’au Bénin.

      Selon cette méthodologie à la con, si on appliquait aux pays la méthode de calcul de OXFAM, aux pays. La France serait le pays le plus pauvre de la terre et le Congo le pays le plus riche.


    • Eric F Eric F 20 janvier 10:24

      @Spartacus
      un tel cynisme est ahurissant, puisque l’article montre qu’au contraire les richesses sont désormais aspirées vers le haut. Il existe certes une forme de libéralisme régulé qui a permis de faire profiter les masses notamment à l’époque des trente glorieuses, mais l’ultra libéralisme financier mondialisé a au contraire concentré le flux de richesses, faisant accroitre les immenses fortunes et les écarts, à des niveau qui étaient inconnues même à l’époque des pharaons.

      PS : et ne croyez pas que je sois trotskyste, j’ai voté UMP jusqu’au milieu des années 2000


    • Pere Plexe Pere Plexe 20 janvier 12:29

      @Spartacus
      pulsions d’accaparation (accaparement ?)

      Tu m’étonnes !
      Ceux là sont donc les marxistes en question ? 


    • Pere Plexe Pere Plexe 20 janvier 12:51

      @Spartacus
      Ce n’est pas parce qu’une personne est riche et qu’une autre est pauvre qu’il y a un lien de cause à effet.

      Peut on tout de même dénoncer un partage inéquitable de la richesse créée ? Et l’inefficacité de la fiscalité à réduire ces écarts de plus en plus grands ?

      La richesse est une création dynamique pas un jeu à somme nulle.
      Oui.
      Mais ça ne dispense pas de réfléchir au partage des richesses créées. Et de dénoncer la situation actuelle.



    • Spartacus Spartacus 20 janvier 21:41

      @Eric F

      Mais quelle connerie de réfléchir l’égalité a l’argent qui est un consommable qui ne veut rien dire sauf chez ces cons de jaloux marxistes qui ne comprennent rien a rien...

      Empruntez 1 million vous serez plus riche que les 4/5 de la planète....C’est con ? Ou c’est con. Attention si vous le faites vous serez la cible d’un zozo Marxiste.

      Le cynisme ahurissant est le misérabilisme qui refuse de voir que partout ou le libéralisme est arrivé les gens sont sortis de la misère endémique.
      Le capitalisme a fait diminuer les inégalités sociales des besoins vitaux comme jamais vu.

      Ici vous verrez des données moins connes que celles de OXFAM

      Oui le capitalisme fait diminuer les inégalités sociales 

      L’espérance de vie en Amérique du Nord était environ 29 ans plus longue que celle des Africains en 1960, mais seulement 18 ans de plus en 2015.

      En alimentation, en 1991, près de 30% de la population africaine était sous-alimentée. En 2015, moins de 20% des Africains étaient sous-alimentés. 

      L’écart d’années d’éducation entre pauvres et riches a aussi diminué.

      Les richesses ne sont pas aspirées....
      La richesse est une création. Ce n’est pas un jeu a somme nulle.

      Par ailleurs l’état n’est pas le mieux placé que les plus riches pour la répartir. 
      Les richesses n’ont jamais autant tourné ni été éphémères qu’aujourd’hui. Microsoft, google, Tesla n’existaient pas il y a 20 ans. 

      Yahoo, Altavista ou Lycos ont disparu des entreprises les plus riches aussi vite qu’elles sont venues.

      La mesure de la richesse est juste de la jalousie et juste un ersatz de la fumisterie idéologique Marxiste qui persiste a travers les métastases des derniers cocos qui n’ont pas compris que leur idéologie est criminogène et répond juste a des pulsions de haine racistes de plus riches. 

    • Pere Plexe Pere Plexe 21 janvier 18:53

      @Spartacus
      1-Si je demande 1 million à la banque je crois qu’il vont bien se marrer. Et je ne pense pas être le seul dans cette situation

      2- vous reprochez à Oxfam de retrancher du patrimoine les emprunts.(ce qui est ma foi assez classique ) donc votre exemple ne marche pas. Si vous doutez du bien fondé de réfléchir en patrimoine « net » allez donc dire aux agriculteurs surendettés qu’ils sont très riche au regard de leurs dettes !
      3- Votre affirmation « Oui le capitalisme fait diminuer les inégalités sociales » est stupide. Aussi stupide que d’affirmer que cette diminution serait due à l’augmentation du Co2 dans notre atmosphère : un lien statistique (corrélation) n’est pas un lien de causalité  ! Qu’on meurt plus à l’hôpital qu’ailleurs ne prouve pas qu’il suffirait de ne pas aller à l’hôpital pour augmenter son espérance de vie.
      Rien ne prouve qu’une autre organisation économique de la planète n’aurait pas fait mieux.Des progrès ont aussi vus le jour à la préhistoire au moyen age ou à la renaissance. Sans qu’on rendent le clanisme ou la monarchie absolue responsable de ces progrès.

    • samuel 22 janvier 10:15

      @Spartacus

      Utiliser le « prisme » des marques (Google, Microsoft, etc...) pour analyser qui est « riche » ou « non » est une connerie sans nom.

      Le bon marqueur est celui de la propriété financière (celle qui est méticuleusement occultée par les montages financiers).

      Ceux qui possédait Yahoo hier ont mis leurs billes chez Google... L’emballage change mais les Propriétaires restent !!!

    • Choucas Choucas 19 janvier 15:00

       
       
      ISLAM EN UE = BÉLIER DE L’OLIGARCHIE MONDIALISTE
       
      = JOSÉ AUX US = MULTILINGUISME = BÉLIER DU MULTI-AKULTI GLOBAL
       
       
      Alexandre Del Valle
      https://www.youtube.com/watch?v=3JNGrqVcxvQ
       
      « Les eurocrates se sont acharnés à faire de l’UE le cheval de Troie de la déseuropéinisation » Finkielkraut
       
       
      LES REQUINS MONDIALISTES ADORENT NAGER DANS LE PURIN SOCIÉTAL ...
       
      Et La Baudruche négrière client préféré de Rothschild...
       


      • Le421 Le421 19 janvier 18:41

        Il n’est pas étonnant dans ces conditions que des allumés du bocal fassent tout péter.
        Les braves gens appellent cela du terrorisme.
        D’autres appellent cela du désespoir.
        Avec un zeste de religion, la misère est un cocktail détonant.
        Dommage que ça ne tape pas au bon endroit... Sinon.


        • Eric F Eric F 20 janvier 10:31

          @Le421
          Le terrorisme « religieux » n’attaque absolument pas les fauteurs d’injustice sociale, il attaque les gens de la rue. Les quelques débordements d’ultra gauche en marge de manifestation cassent les vitrines de banques (et quelques magasins au passage), mais cela ne pèse rien sur le système. Et les uns comme les autres attaquent les forces de l’ordre, salariés comme eux.


        • Antoine 20 janvier 11:04

          @Eric F
          Le terrorisme religieux est un terrorisme d’état visant à renforcer l’état policier. Rien d’autre.


        • Eric F Eric F 20 janvier 11:55

          @Antoine
          vision complotiste que je ne partage pas.


        • Antoine 20 janvier 12:17

          @Eric F
          Vous avez le droit.
          Mais pour moi vous vivez alors dans le monde du mensonge et de la manipulation.


        • Panoramix Panoramix 20 janvier 14:49

          @Antoine
          je ne suis pas pour autant dupe de toute l’information officielle, mais le terrorisme jihadiste n’affecte pas seulement l’occident mais aussi des pays comme le Pakistan, le Maghreb et le Moyen Orient, il a ses propres objectifs.


        • Eric F Eric F 20 janvier 15:22

          @Antoine
          Vous parlez de « terrorisme d’état » comme si de manière générale les attentats étaient incités par les gouvernants et les services de l’état. Or le terrorisme a de tout autres motivations puisqu’il vise à diviser le pays et affaiblir l’état, ce qui est le contraire de l’intérêt des gouvernements. Par contre, certains gouvernements peuvent prendre le prétexte de la [juste] lutte contre le terrorisme pour mettre en place des mesures excessives de surveillance des citoyens, ou des mesures sécuritaires disproportionnées. C’est le dilemme sécurité versus liberté. De mon point de vue, les mesures prises en France ne franchissent pas la « ligne rouge », en particulier il était préférable de sortir d’un « état d’urgence » qui ne pouvait perdurer, et par ailleurs on n’est d’autant moins dans un « régime policier » que les forces de l’ordre restent peu opérantes dans les quartiers les plus chauds.


        • Antoine 20 janvier 15:49

          @Panoramix
          SI au Pakistan, ça se passe comme en France et en Europe on est en droit de douter qu’il s’agisse la-bas aussi de terrorisme islamique. Mais l’un n’empêche pas l’autre.


        • Panoramix Panoramix 20 janvier 16:07

          @Antoine
          Le jihadisme s’attaque autant -voire plus- aux musulmans « modérés » ou appartenant à d’autres courants (chiites, alaouites...) qu’aux non-musulmans
          C’est pourquoi on parle de terrorisme islamiste (et non pas islamique), terme qui a en français désigne la variante totalitaire.


        • Antoine 20 janvier 22:11

          @Panoramix
          Et quand c’est le Mossad vous appelez ça comment ?


        • Panoramix Panoramix 22 janvier 13:46

          @Antoine
          J’ai beau être très critique sur la politique israélienne, je considère qu’accuser le Mossad des attentats islamistes, c’est juste de l’antisémitisme


        • Antoine 26 janvier 07:24

          @Panoramix
          Pourtant, il y a une longue histoire de ’limplication du Mossad dans des attentats soit disant commis par des musulmans.
          L’hotel king david, l’opération Susana, l’USS liberty.
          En ce qui concerne les attentats récent, ceux-ci on laissé suffisamment de trace pour ne pas douter que c’est encore eux.
          La peur de l’antisémitisme ne doit pas nous aveugler.


        • Panoramix Panoramix 27 janvier 23:05

          @Antoine
          on trouvera deux ou trois cas sur des milliers d’attentats, et pour ça il faut remonter au siècle dernier. Nous parlons des attentats presque quotidien quelque part dans le monde, comme la surenchère en ce moment entre l’Etat Islamique et les Talibans à Kaboul.


        • Yaurrick Yaurrick 19 janvier 20:43

          La pauvreté absolue de l’humanité a reculé comme jamais durant ce dernier demi-siècle et c’est ça qui est important.
          https://www.inegalites.fr/La-grande-pauvrete-baisse-dans-le-monde-mais-de-fortes-inegalites-persistent


          • Choucas Choucas 19 janvier 22:10

            @Yaurrick le bobo soumis
             
            Pas dans les pays développés. Aux US le salaire moyen stagne depuis 40 ans
             
            L’immobilier a été multiplié par 2,5 en 30 ans au Boobaland.
            La taille des appartements des boobas perd 3% / an.
             
            EN 1960 ON ACHETAIT UNE BELLE VILLA AVEC 5 ANS DE SMIG...
             
            région d’ANNECY,, il en faut 50 à 100 maintenant !!!

             
            C’est la technologie et la consommation crétine qui a progressé, pas la qualité de la vie.
             
            DÉLINQUANCE x 3 (de 1,5 à 4,5 millions de crimes et délits) et dépossession de sa civilisation, de son environnement, dans le béton colonial


          • Yaurrick Yaurrick 20 janvier 12:55

            @Choucas
            D’une part j’ai précisé l’humanité, d’autre part même aux USA, un pauvre est largement plus riche que plus de 90% de la population mondiale.
            Le problème de l’immobilier est dû en grande partie aux réglementations de constructions et restriction sur le foncier.


          • zygzornifle zygzornifle 20 janvier 10:04

            Oxfam confirme l’aggravation continue des inégalités dans le monde...


            On en sait quelque chose depuis les 3 derniers présidents et avec Macron ça va être la course vers la misère....

            • Eric F Eric F 20 janvier 10:42

               @zygzornifle
              le problème est que les gouvernements à l’échelle nationale n’ont qu’une marge de maneoeuvre très réduite du fait de la course au dumping fiscal et social au niveau du monde, Ainsi on baisse l’impôt sur les bénéfices des sociétés à 25% en France, mais les USA le baissent à 20% et la Russie à 15,5% comme l’indique l’article. Le taux est en chute libre partout https://www.compta-online.net/images/taux-impot-societes-monde-2015-LARGE.jpg Donc le fonctionnement de l’économie participe de moins en moins au financement de l’état.
              Si on remontait le taux à 45% comme naguère, il n’y aurait plus aucun siège d’entreprise dans le pays. En France, les gouvernements compensent par ds prélèvements sur les particuliers aux revenus captifs (ne pouvant pratiquer l’exode fiscal).


            • leypanou 20 janvier 13:41

              D’ailleurs, cet autre milliardaire vous salue bien... : vous avez des informations personnelles sur sa richesse ou vous contentez-vous de ce qu’on lit ici et là ?

              Quant à l’information même que la Russie est à 15,5% d’impôts sur les sociétés, savez-vous à combien est l’Irlande, qui est dans l’UE ?


              • Eric F Eric F 20 janvier 15:39

                i@leypanou
                l’Irlande fait encore plus de dumping fiscal en effet, et le fait qu’elle soit dans l’UE aggrave la nocivité pour les autres pays de l’Union. Comment a-t-on pu instaurer un « marché unique » sans établir auparavant un minimum d’harmonisation fiscale et sociale (des « fourchettes » se resserrant au fil du temps) ? C’est bien le signe de l’influence des ultra-libéraux, aidés par des pays opportunistes -l’« intérêt général » du début de la CEE s’est délité au fil des élargissements-.

                PS : la fortune du potentat russe est inconnue, nous attendons des information de Wikileaks, qui montrerait ainsi son indépendance par rapport à Moscou smiley


              • Yaurrick Yaurrick 21 janvier 21:18

                @Eric F
                On peut aussi dire que certains pays sont des enfers fiscaux.


              • Eric F Eric F 22 janvier 10:23

                @Yaurrick
                la notion d’enfer fiscal est l’argutie pour tirer sans cesse vers le bas les prélèvements sur les profits des multinationales, le taux a été divisé par deux en moyenne ces trente dernières années dans le monde. Il n’en n’est pas de même sur les particuliers, il n’a pas baisé sauf pour les ou 2 ou 3% les plus fortunés
                Résultat, ce sont les couches juste en dessous qui se ramassent la plus forte charge fiscale


              • Yaurrick Yaurrick 22 janvier 11:32

                @Eric F
                Les entreprises françaises ont le plus bas taux de marge d’Europe, parce que les salarié sont font tirer la moitié de son salaire sans qu’ils n’aient son mot à dire (actuellement la France est N°2 mondiale pour le taux de prélèvement), tout en ayant un cout du travail élevé et un volume de travail annuel plus faible que ses voisin.
                https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/France-pas-de-reprise-durable-sans-vraies-reformes
                http://slideplayer.fr/slide/1299878/


              • William 22 janvier 12:41

                @Yaurrick
                et les entreprises françaises sont celles qui versent le plus de dividendes à leurs actionnaires, et parmi celles qui rémunèrent le plus pharaoniquement leurs dirigeants... !

                ref https://www.francetvinfo.fr/economie/economie-des-dividendes-record_2338133.html
                "La France est le pays en Europe où les entreprises cotées versent le plus de dividendes à leurs actionnaires. Au total, les entreprises en France ont versé 34,5 milliards de dividendes au deuxième trimestre 2017, contre 29 milliards en Allemagne et 27,6 milliards au Royaume-Uni."


              • Yaurrick Yaurrick 22 janvier 19:46

                @William
                Le montant de dividendes ou la rémunération des dirigeants d’une entreprise privée, ça ne vous regarde absolument pas, de près ou de loin.
                Mais au passage, vous noterez qu’un des actionnaires est particulièrement gourmand : cet actionnaire n’est autre que .... l’état.
                http://www.atlantico.fr/decryptage/edf-sncf-orange-poste-engie-quand-etat-actionnaire-se-fait-plus-vorace-que-actionnaires-prives-jean-marc-sylvestre-2749159.html


              • William 27 janvier 19:32

                @Yaurrick

                Ah bon, cela ne regarde pas les citoyens quel partage est fait de la richesse créée par l’activité économique ? N’est caché que ce qui est inavouable ou injustifiable

              • Konyl Konyl 22 janvier 13:02

                Je tiens pour ma part une réflexion moins passive.
                Pardon mais qu’est ce qui procure à Apple sa richesse ? La vente de ses produits. Ok est ce qu’on met au clients d’Apple un pistolet sur la tempe pour acheter le dernier cri des téléphones portable ? Non, par contre on investi des milliards pour donner envie, cultiver la culture de la réussite par la consommation et les gens plongent, pas tous heureusement.

                Il faut arrêter de consommer de manière débile, nouvelle voiture tout les deux ans, nouveau téléphone tout les ans, et je m’achète un casque bidule parce qu’il est beau alors que le mien fonctionne encore, je caricature un peu mais pas tant que ça.

                C’est cet affligeante moutonisation qui permet aux grands groupes, marchands de produits, de surperformer.

                « Mon téléphone à plus de quatre ans, il fonctionne toujours, pourquoi, mais alors pourquoi je le changerais ? »
                Posons nous la question plusieurs fois avant de changer quelque chose pour le simple « plaisir ».


                • Eric F Eric F 22 janvier 19:31

                  @Konyl
                  Effectivement une certaine « tempérance » en matière de consommation permettrait de mieux vivre avec moins de richesse en ménageant davantage la planète. La seule difficulté, c’est qu’il faudrait changer la nature humaine. Tout pousse à la fuite en avant consumériste, ainsi dès qu’un pays monte en développement (ce fut le cas de l’Europe hier, et celui des pays émergents aujourd’hui) , il vise à appliquer le « rêve américain ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès