• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bitcoin : valeur refuge du 21ème siècle ?

Bitcoin : valeur refuge du 21ème siècle ?

Depuis la création du Bitcoin en 2009, jamais autant d’éléments favorables n’ont été rassemblés pour en faire une valeur refuge.

Endettement mondial record

La politique de coupes fiscales voulue par Donald Trump aggrave le déficit budgétaire et la dette publique américaine. Cette dernière se monte à 21'100 milliards de dollars, en hausse de 600 milliards depuis janvier.

Des mesures protectionnistes ont été prises par les USA à l’encontre de ses principaux partenaires commerciaux : la Chine, l’Union Européenne, le Canada et le Mexique, qui ont frappé les marchandises américaines de tarifs douaniers en représailles.

Cette guerre commerciale rend soucieux Mario Draghi, le président de la Banque Centrale Européenne (BCE). Mi-juin, il annonce que les taux d’intérêt en Euro ne seront pas relevés avant 2019, du fait d’une inflation inférieure aux objectifs et du climat politique incertain.

L’Union Européenne a en effet de lourds dossiers à régler : La Grèce vient d’obtenir un échelonnement du remboursement de sa dette jusqu’en 2060. Cela devrait permettre à Athènes de réduire le fardeau de 180% à … 150% de son produit intérieur brut (PIB) en une quarantaine d’années.

Après 70 jours de marchandages politiques, Rome s’est dotée d’un gouvernement populiste qui entend obtenir davantage de Bruxelles. La dette publique italienne se monte à 133% du PIB, voire 160% si on inclut les 400 milliards dus par la Banque d’Italie à la BCE.

Faut-il rappeler que l’Italie est la troisième économie de l’UE et qu’un sauvetage serait bien plus douloureux que celui de la Grèce ?

160% ? C’est aussi une estimation de la dette des entreprises chinoises relative au PIB. Le fait que les banques locales soient toutes nationalisées permet certes d’éviter une crise bancaire et mais reporte in fine les pertes sur le budget national.

On constate donc que les principaux blocs économiques sont gravement endettés.

Qui paiera la note ? A la fin, il y a toujours un payeur.

Un Etat peut réduire sa dette de plusieurs façons :

  • Par la croissance économique et davantage de rentrées fiscales
  • Par l’austérité et davantage de coupes budgétaires
  • Par une dévaluation de sa monnaie et une hausse de l’attractivité
  • Par un défaut sur sa dette

On peut également ajouter la confiscation, récemment illustrée en Arabie Saoudite par la séquestration des familles fortunées devant s’acquitter d’un chèque pour recouvrer leur liberté.

Souvenons-nous aussi de la crise bancaire chypriote où les déposants ont dû passer à la caisse.

A l’heure actuelle, la dévaluation des monnaies se fait de façon cachée via les banques centrales. Tous les pays veulent une monnaie bon marché pour stimuler les exportations et relancer l’activité économique. Du coup, match nul.

Reste l’austérité, qu’aucun gouvernement ne veut promouvoir au risque de perdre les élections suivantes, et la croissance que tous recherchent mais que peu trouvent.

Faut-il par exemple se réjouir de la bonne santé de l’économie américaine lorsque le pays creuse chaque jour sa dette davantage ?

L’avenir nous le dira.

L’or digital

Dans ce contexte, les chances que le Bitcoin joue un rôle de valeur refuge à la manière de l’or vont grandissantes. 

Comme brillamment décrit par Vijay Boyapati, https://medium.com/@gregguittard/un-sc%C3%A9nario-optimiste-pour-le-bitcoin-fdd8bc249e07, le Bitcoin a des qualités supérieures à l’or en termes de :

  • Portabilité
  • Divisibilité
  • Traçabilité
  • Résistance à la censure

D’ailleurs, l’Iran et la Russie ont récemment indiqué s’intéresser à l’utilisation de monnaie digitale pour leurs échanges commerciaux en remplacement du dollar.

Selon Boyapati, l’or est encore supérieur au Bitcoin en termes de durabilité et d’historique de confiance : une pièce d’or datant de 1000 ans a toujours de la valeur aujourd’hui.

Rappelons que la valeur de l’or en circulation se monte à 7000 milliards de dollars tandis que celle du Bitcoin est de 104 milliards.

L’échec des fourchettes

En 2017, plusieurs monnaies ont été lancées en s’inspirant de l’algorithme du Bitcoin (BTC), par une opération appelée fork (fourchette). La plus connue étant Bitcoin cash (BCH). 

Malgré la propagande effrénée de ses supporteurs sur les réseaux sociaux, la Blockchain de BCH est soutenue par environ dix fois moins de puissance de calcul que celle du Bitcoin. Cette proportion se reflète également dans le différentiel de prix des deux monnaies.

Un réseau ne se crée pas du jour au lendemain. Le premier entrant a souvent un avantage décisif, surtout lorsque ses concurrents n’offrent aucune amélioration décisive.

Le Bitcoin n’a pas de concurrent sérieux, comme décrit par Jimmy Song (en anglais), https://medium.com/@jimmysong/why-bitcoin-is-different-e17b813fd947

Amélioration des performances

Fin 2017, le réseau Bitcoin était saturé devant l’explosion du nombre de transactions à traiter. La conséquence principale fut l’augmentation des frais de transactions : le comble pour une monnaie se voulant rapide et pas chère.

Dans l’univers crypto, il faut s’intéresser aux feuilles de route, roadmap, des développeurs de monnaies digitales. Le réseau Bitcoin travaillait depuis de nombreuses années au Réseau Eclair, Lightning Network, permettant de traiter davantage de transactions à moindre coût. Un explicatif détaillé est disponible ici, https://bitconseil.fr/bitcoin-lightning-network-histoire-fonctionnement/

C’est désormais une réalité et prouve que le réseau Bitcoin peut s’améliorer grâce au consensus des acteurs.

Institutionnalisation

En décembre dernier, le Bitcoin a été introduit aux marchés à terme (futures) de la Bourse de Chicago (CME). Cela permet aux professionnels de la finance d’investir dans la monnaie digitale tout en pouvant se protéger à la baisse.

Il s’agit d’une étape très importante dans le développement du Bitcoin. En effet, il rejoint le club des grands actifs financiers et peut ainsi attirer davantage d’investisseurs.

Une valeur refuge en chute libre ?

L’histoire du Bitcoin s’écrit chaque jour.

N’oublions pas qu’il s’agit d’une invention financière récente. La première dans son genre, à cheval entre monnaie et actif durable.

Et pour comprendre où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient.

Le mirage des ICO

La frénésie crypto de 2017 s’explique entre autres par les ICO (initial coin offering), soit les levées de capitaux en monnaie digitale qui ont attiré 5.5 milliards de dollars d’investissement l'an dernier.

Pour y participer, il faut posséder des Bitcoin ou Ether contre lesquels l’investisseur recevra des jetons (tokens) lié au projet financé, d’où la forte demande pour ces deux monnaies.

La tendance ne faiblit pas. Le 19 avril, le site spécialisé Coindesk annonçait que 4.6 milliards de dollars avait été levés depuis janvier, soit 84% du total de l’année précédente.

Pourtant, 46% des ICO de 2017 se sont déjà soldées par un échec selon cet article de février https://news.bitcoin.com/46-last-years-icos-failed-already/

Pour quelle raison les investisseurs plébiscitent-ils autant des placements aussi risqués ?

L’appât du gain !

En effet, certaines ICO se sont révélées extrêmement lucratives comme l’indique le site Icostat https://icostats.com/roi-since-ico

Les plus téméraires acceptent donc de perdre 90% de leur investissement si les 10% restants génèrent un rendement colossal !

La multiplication des ICO a plusieurs effets négatifs sur le Bitcoin :

  • Augmentation du nombre de vendeurs : les promoteurs d’ICO ayant levé des Bitcoins vendent progressivement ces derniers pour financer le développement de leur projet ou, au pire, partir avec la caisse.
  • Piège de liquidité : les jetons d’ICO ne sont pas vendables avant de longs mois durant lesquels les investisseurs rongent leur frein. Dès la mise en bourse, ces derniers se précipitent pour les revendre. Encore faut-il trouver un acheteur et les pertes peuvent être sévères. Si c’est le cas, l’investisseur préfère souvent reporter la vente et récupérer des liquidités via le peu de Bitcoin qu’il lui reste. C’est ce que l’on a constaté lors du crash de février.
  • Crise de confiance : nombreux sont les investisseurs ayant perdu tout ou partie de leur mise initiale et associant à tort les ICO au Bitcoin. Les ICO sont possibles grâce au Bitcoin. L’inverse n’est pas vrai.

Les ICO permettent de parier sur divers aspects de la Blockchain mais les vecteurs de demande à long terme des jetons associés sont souvent manquants. Rappelons aussi que les investisseurs ont rarement leur mot à dire et signent donc un chèque en blanc.

Enfin, les ICO deviennent de plus en plus chères. En 2014, celle d’Ethereum avait levé 2.3 millions de dollars. EOS, son énième concurrent déclaré, vient de boucler la sienne avec 4 milliards !

L’exubérance ne semble pas avoir de limites mais elle aura tôt ou tard un coût.

Les cendres de Mt. Gox

Mr Nobuaki Kobayashi, surnommé la baleine de Tokyo, a également sa part de responsabilité dans la chute des cours.

Il s’agit du liquidateur de Mt. Gox, défunte plateforme d’échange japonaise délestée de 850’000 Bitcoins par des hackers en 2014. Mr Kobayahi est chargé de dédommager au mieux les victimes du piratage en vendant les 200’000 Bitcoins qui ont pu être recouvrés.

S’il a annoncé avoir déjà récupéré 400 millions de dollars, la valeur de son stock serait encore de 2 milliards selon une estimation du mois de mars !

Nul doute que de tels volumes de vente tirent les prix à la baisse, dans un marché où les acheteurs sont déjà distraits par les ICO.

Conclusion

2018 semble donc être une année de transition pour le Bitcoin. Le marché digère l’impact des ICO et de la liquidation de Mt. Gox.

Il faut s’attendre à un marché volatil tant que les spéculateurs prennent le pas sur les investisseurs voyant le Bitcoin comme une valeur refuge. 

Pourtant, les fondamentaux n’ont jamais été aussi bons : la dette publique mondiale enfle, le Bitcoin est l’incontesté leader des monnaies digitales, ses performances techniques sont améliorées et son réseau est désormais ouvert aux investisseurs professionnels.

Le Bitcoin devrait donc séduire ceux voulant se protéger d’une éventuelle crise de la dette ou de gouvernements confiscatoires.

Barry Silbert, célèbre investisseur crypto qui avait annoncé le boom de 2013, a récemment tweeté que 2019 serait un excellent cru. Affaire à suivre !


Moyenne des avis sur cet article :  1.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • kalagan75 28 juin 19:27

    valeur refuge ? la vague médiatique de ces derniers mois a suffit pour faire exploser sa valeur ... puis plouf ! les derniers pigeons s’en mordent les doigts ...


    • taketheeffinbus 28 juin 21:13

      @kalagan75

      En réalité il conviendrait de ne pas déformer les faits, la valeur du bitcoin a explosé, puis les médias se sont emparés de l’affaire, puis tout le monde (banques centrales, gouvernements, médias) a absolument tout fait pour péter la confiance dans le milieu et faire exploser une bulle ; le bitcoin était subitement devenu la source de tous les maux. Et comme n’importe quel marché porté par la confiance que lui font ses acquéreurs, il s’est effondré du fait de plusieurs mouvements de panique successifs.

      La réalité, la voilà.


    • kalagan75 29 juin 06:52

      @taketheeffinbus
      ce qui prouve que le bitcoin ressemble plus à une action qu’à une monnaie 


    • axiaman 29 juin 11:15

      @kalagan75


      Les medias ne s’y intéressent que lorsque le prix explose. Toutefois, les analyses sont souvent sommaires et se limitent à « bulle », « spéculation », etc
      Le Bitcoin est un actif financier nouveau dont le prix fluctue selon l’offre et la demande. La demande a été poussée par les ICO l’année dernière, alors que le Bitcoin a un fort potentiel de réserve de valeur le jour où les gens perdront confiance dans la monnaie fiduciaire dont les garants sont criblés de dettes.

    • velosolex velosolex 29 juin 14:37

      @kalagan75
      le bit coin a pris une solide correction, après avoir flirté avec l’irrationnel.On peut supposer que cet article qui s’épuise à rétablir une confiance envolée, a été écrit par un heureux possesseur des ces soit disant valeurs refuges pour gogos...comme une ressemblance aux pyramides de Ponzi


    • Paul Leleu 29 juin 18:03

      @kalagan75


      le bitcoin est un truc débile de gauchiste libertaire typique... c’est toute une mentalité qu’il faudrait psychanalyser... 

      le dollar n’est pas assez certain, alors réfugiez vous dans une valeur encore plus incertaine, le bitcoin... cherchez l’erreur ! 

      C’est du même genre que : je veux pas être aliéné par une relation sociale, par contre je veux bien me « libérer » par l’aliénation 10x pire dans une drogue... 

      Le Bitcoin répond à cette faille psychanalytique des « gauchistes » de droite et de gauche. 

    • axiaman 30 juin 10:43

      @Paul Leleu Je suis loin de me considérer comme gauchiste libertaire. Au contraire, comme un citoyen attentif à l évolution financière et technologique. Pour moi le bitcoin est une réponse à l’incapacité des gouvernements de gérer un budget, réduire la dette publique et donc maintenir la valeur de notre monnaie. Un euro reste un euro mais vous constaterez que tout est devenu plus cher : immobilier, actions, tandis que votre compte épargne ne rapporte plus rien. Normal, la monnaie a perdu beaucoup de valeur suite à l injection massive de liquidités par les banques centrales. Donc tout vaut + cher.


    • ZXSpect ZXSpect 28 juin 22:00

      L’auteur devrait renseigner sa description... que ses lecteurs aimeraient connaitre, 

      et nous préciser ses liens et intérêts avec les plateformes de négociation du bitcoin 



      • axiaman 29 juin 11:18
        @ZXSpect

        Vous avez de la suite dans les idées :)

        Comme déjà évoqué, je suis un investisseur indépendant et je ne suis lié à aucune organisation de la blockchain.
        J’apporte mon éclairage aux lecteurs francophones car le monde crypto est encore très « english ».

      • Paul Leleu 29 juin 18:07

        @axiaman


        vous êtes surtout un gogo qui est en train de se faire arnaquer... ou alors un type qui essaye de trouver des gogos à arnaquer à votre tour... ou bien les deux à la fois. 

        vous trouvez que le dollar est trop spéculatif, donc vous proposez de vous « réfugier » dans la spéculation hors-sol totale... 

        effectivement, on n’a pas besoin des dernières « lumières » venues du monde « english »... c’est un monde de cons et d’arnaqueurs, qui ne pensent qu’à détruire les autres... c’est signé : le bitcoin parle « englsih », ce qui signifie qu’il n’est pas si « crypto » que cela... 

      • Ruut Ruut 29 juin 07:48
        Bitcoin c’est juste une nouvelle arnaque.


        • axiaman 30 juin 10:48

          @Ruut

          Développez SVP. Et bonne chance :)


        • phyto 29 juin 08:02
          Parlons du Bitcoin, le bitcoin a environ 10 ans et il fait face à d’autres crypto-monnaies qui semblent mieux placé que lui. Ehéreum, Ada, EOS, XLM, NEO, Iota and co

          Car si le bitcoin a été le premier à décoller il arrive aujourd’hui devant des difficultés énormes :

          - La consommation énergétique est gigantesque
          - Les frais (fees) sont entrain d’augmenter, jusqu’où ?
          - Sa diffusion chez les marchands est très faible
          - Sa sécurité est-elle assurée ? avec un prix en chute et des mineurs moins disposés à valider les transactions
          - La scalablité du bitcoin est très faible et a priori LN et Segwit ne résolvent pas le problème
          - la décentralisation de cette monnaies n’est pas certaines : 6 gros mineurs minent 80% des BC
          - Si l’exchange (la banque) rencontre un problème (hack) il n’y a pas d’assurance ni de droits !
          - Sans parler des millions de BC perdus à tous jamais (3 millions ? 6 millions ? sur 17 miillions actuellement) qui fragilise le BC

          Bref, même si personne ne sait quel sera le cours du Bitcoin, il faut se renseigner avant d’agir, car si les monnaies actuelles sont en danger la solution est peut-être ailleurs !


          • axiaman 29 juin 11:49
            @phyto

            Merci pour votre commentaire de connaisseur.

            Les monnaies que vous citez sont totalement différentes du Bitcoin.
            ETH, ADA, NEO et EOS sont des procotoles de blockchain avec smart contracts permettant à d’autres blockchain de se greffer sur elles.
            La demande à long terme pour ces monnaies ne dépendra que du nombre d’ICO lancées sur ces plateformes.

            Elles n’ont aucune vocation monétaire et n’ont aucun potentiel de réserve de valeur du fait de :
            - la faible taille de leur réseau
            - la centralisation de leurs détenteurs
            - leur processus de création monétaire

            XLM est un animal hybride tandis que IOTA est actif dans l’internet of Things (IoT). Ces deux jetons sont à mon sens totalement surévalués car les vecteurs de demande à long terme sont très incertains.

            Il est faux de croire que les crypto-monnaies vont remplacer notre monnaie fiduciaire au quotidien. Si c’était le cas, elles n’auraient que peu de valeur car la théorie monétaire est claire à ce sujet.
            MV = PQ
            PQ étant le PIB
            M la valeur de la masse monétaire
            V la vélocité de la monnaie à savoir à quelle fréquence elle change de main

            M=PQ/V donc une grande vélocité ferait baisser la valeur de la monnaie. On ne se sépare pas de quelque chose qui a de la valeur.

            Ce qui a de la valeur, c’est une monnaie décentralisée, à l’inflation limitée, ayant un réseau mondial, et qui fonctionne sans discontinuer depuis bientôt 10 ans. Seul le Bitcoin remplit ces conditions.

            Concernant vos autres points :

            1/ OK pour la consommation énergique qui reste néanmoins bien inférieure à celle du système financier mondial. La puissance de calcul amène de la valeur du réseau en augmentant sa sécurité.

            2/ Non, les frais baissent. Voir l’impact de Lightning.

            3/ La sécurité est garantie depuis près de 10 ans, sans aucune faille ! Si le prix baisse, le minage est moins rentable donc les mineurs arrêtent de miner. Cela fait baisser la difficulté de minage et donc les mineurs restants ont + chances de miner un bloc.

            4/Certes la diffusion est encore faible mais grandit chaque année. Encore une fois, le but du Bitcoin n’est pas de faire vos courses avec.

            5/ Le nombre de transactions par seconde n’est pas critique mais a néanmoins été amplement amélioré suite à segwit et Lightning.

            6/ La concentration des mineurs existe mais il s’agit souvent de pools de minage que chacun peut rejoindre. Ce n’est pas critique. Les pools n’ont aucun intérêt à être malveillants. Cela leur couterait extrêmement cher d’organiser une attaque, qui serait détectée et résolue rapidement, avec comme récompense potentielle des Bitcoin dont la valeur serait dépréciée. Voir la théorie des jeux.

            7/ Exact. C’est pourquoi il ne faut jamais laisser ses bitcoins sur un exchange mais organiser un cold storage, à savoir une conservation hors ligne des clefs privées.

            8/ Les bitcoins ne sont pas perdus et existent toujours sur la blockchain. Les gens ont perdu les clefs privées ce qui les empêche de les récupérer. Cela augmente la rareté du Bitcoin et donc
            sa valeur potentielle.

          • phyto 1er juillet 13:50

            @axiaman

            Vous êtes un expert en cryptomonnaies et ce sujet est passionnant, toute personne sensée sait que Trump n’est pas Trump il est la résultante de mensonges éhontés qui se manifestent par l’élection d’un homme perdu !
            Si Trump a été élu c’est parce que la dette américaine est si colossale qu’elle ne sera jamais remboursée, comme toutes les autres...
            Les mensonges appellent les mensonges, avec lui la vérité n’a plus d’importante, elle n’existe plus, nous sommes passé à l’ère de la post-vérité...

            Bitcoin est né de ce constat, les monnaies $,€,£ yen and co ne valent même pas la valeur de leur papier, du coup comment peut-on protéger le citoyen lambda devant cette crise qui rappelle l’hyperinflation en Allemagne avec ses conséquences...

            Satoshi a donc créée le Btcoin après la crise de 2007, le but étant de ne plus être obligé d’utiliser des monnaies vides ou plutôt pleine de dettes...

            Le succès est immense, le cours passe de 0.01$ à 18 000 $ en 10 ans

            Toutefois la preuve de travail POW pose problème :

            Sa consommation énergétique est énorme, du coup les mineurs peinent et seuls ceux qui ne paient pas l’électricité profitent du minage, ce sont des hyper-privilégiés peut enclin à comprendre les défis du 21unième siècle : RC, PIC des ressources.

            D’autres crypto-monnaies utilisent un système de confiance pour récompenser « les mineurs » ces systèmes consomment infiniment moins d’énergie que le Bitcoin et pourrait être porteur d’espoir, logique la monnaie c’est la confiance et non pas la science thermodynamique !

            Concernant vos autres points :

            1/ OK pour la consommation énergique qui reste néanmoins bien inférieure à celle du système financier mondial. La puissance de calcul amène de la valeur du réseau en augmentant sa sécurité.
            — combien de transactions en Bitcoin et en Carte bleue ? la différence est énorme, le BC consomme 1 000 fois voire beaucoup plus que le système classique !

            2/ Non, les frais baissent. Voir l’impact de Lightning.
            — Pas en ce moment :


            3/ La sécurité est garantie depuis près de 10 ans, sans aucune faille ! Si le prix baisse, le minage est moins rentable donc les mineurs arrêtent de miner. Cela fait baisser la difficulté de minage et donc les mineurs restants ont + chances de miner un bloc.
            — Pas convaincu :


            4/Certes la diffusion est encore faible mais grandit chaque année. Encore une fois, le but du Bitcoin n’est pas de faire vos courses avec.
            — Pas convaincu :


            5/ Le nombre de transactions par seconde n’est pas critique mais a néanmoins été amplement amélioré suite à segwit et Lightning.
            — Les problèmes sont repoussés, d’autres apparaissent la situation est critique

            6/ La concentration des mineurs existe mais il s’agit souvent de pools de minage que chacun peut rejoindre. Ce n’est pas critique. Les pools n’ont aucun intérêt à être malveillants. Cela leur couterait extrêmement cher d’organiser une attaque, qui serait détectée et résolue rapidement, avec comme récompense potentielle des Bitcoin dont la valeur serait dépréciée. Voir la théorie des jeux.
            — à voir, le Bitcoin n’est-il pas à la merci du gouvernement chinois ?

            7/ Exact. C’est pourquoi il ne faut jamais laisser ses bitcoins sur un exchange mais organiser un cold storage, à savoir une conservation hors ligne des clefs privées.
            — Cold storage sur une clé numérique smiley en cas de guerre les bombes à graphique risquent de perturber tous les portefeuilles bitcoin électroniques...

            8/ Les bitcoins ne sont pas perdus et existent toujours sur la blockchain. Les gens ont perdu les clefs privées ce qui les empêche de les récupérer. Cela augmente la rareté du Bitcoin et donc
            sa valeur potentielle.
            — certes mais cela en diminue la vélocité non ?

          • axiaman 2 juillet 14:17
            @phyto
            J’apprécie vraiment la qualité de vos remarques. Merci.
            En réponse à vos points :

            1/ Vous comparez des pommes avec des oranges. Carte bleue est un système de paiement tandis que Bitcoin y ajoute le fonctionnement d’une monnaie à part entière. CB ne peut pas fonctionner sans les banques donc il incombe d’ajouter la consommation énergétique des banques à votre calcul.

            Je recommande cet article très intéressant à ce sujet. https://hackernoon.com/the-bitcoin-vs-visa-electricity-consumption-fallacy-8cf194987a50

            Aussi, la consommation d’électricité est en hausse constante dans le monde. Le bitcoin n’est pas la cause mais la conséquence de notre monde hyper-connecté.

            2/ Très bonne source, vous constaterez que les frais ont grandement baissé depuis le pic de décembre-janvier.

            3/ La difficulté continue effectivement d’augmenter car davantage de mineurs sont disponibles pour le réseau. Cela appelle 2 commentaires : 1/ la baisse des prix n’a pas encore d’impact sur les mineurs car ils ont accumulés assez de réserves en 2017. Il faudra que la baisse persiste pour voir les mineurs jeter l’éponge. 2/ les mineurs restent globalement confiants sur la valeur du Bitcoin à long terme même si cela signifie miner à perte pour certains. https://www.marketwatch.com/story/heres-how-much-it-costs-to-mine-a-single-bitcoin-in-your-country-2018-03-06

            4/ la baisse du volume de transactions s’explique par 2 facteurs. 1/ segwit, 2/ baisse des cours
            Segwit permet en effet de traiter des transactions hors blockchain et de les réintégrer en bloc dans la blockchain. D’où la baisse du nombre de transactions.

            5/ qu’est-ce qui est critique selon vous ?

            6/ en effet, la majorité de la puissance de calcul vient de pools chinois, du fait de l’électricité bon marché là-bas. Attention : cela ne veut pas dire que tous les mineurs sont en Chine. Vous pouvez être basé en France et rejoindre un pool chinois. Si la Chine ferme les pools chinois, la puissance de calcul baissera et les mineurs iront ailleurs. Bitmain prévoit d’ailleurs d’ouvrir des fermes au Canada et en Suisse.

            7/ bombes graphiques ? vous allez chercher loin :) Je ne suis pas compétent pour juger de l’impact de ce scénario.

            8/ Oui sûrement. Une vélocité plus faible est positive pour la valeur d’une monnaie.

          • phyto 8 juillet 23:53
            @axiamanVous êtes coriace et vous avez bien raison, je vais essayer de l’être autant que vous, en ce qui concerne la comparaison voilà un lien d’un chercheur, a priori y’a pas photo :

            1)
            Voir la section ci-dessous du lien :
            Comparing Bitcoin’s energy consumption to other payment systems
            https://digiconomist.net/bitcoin-energy-consumption



            2) Effectivement les fees ont baissés et le hash est reparti à la hausse, est-ce tenable pour les mineurs ?

            3) attendons de voir si l’équilibre arrive a se créer ou si c’est la chute...

            4) vous en êtes bien sûr ?
            Pas convaincu, si on regarde le nombre de transactions par block, il évolue peu depuis LN and SG

            5)Il est possible que l’on arrive aux limites, a priori ni Segwit ni LN n’ont réussit à combler les failles de BC

            6) La Chine peut plus ou moins directement faire pression sur le minage et donc influencé la politique du bitcoin...

            7) Le portefeuille électronique reste fragile c’est ce que je veux dire, ça reste une clé usb !

            8) On est d’accord les 4 millions de bicoin perdus rendent le Bitcoin moins véloce donc plus fragile et moins intéressant.


          • zygzornifle zygzornifle 29 juin 08:07

            Faut demander a Macron ex grand trader de chez Rothschild qui a gagné un pognon de dingue chez eux et qui a du bouffer 1 SMIC par jour pendant 3 ans pour s’en débarrasser ....


            • sleeping-zombie 29 juin 13:04
              Bonjour,

              J’aimerai bien qu’on m’explique ce qu’est une « valeur refuge ».
              Parce qu’avant de lire l’article, si j’avais eu à deviner, j’aurai dit :
              « je ne possède que des euros, et si demain l’euro ne vaut plus rien, je suis ruiné. je convertis donc une partie ma richesse en un autre truc qui vaudra toujours quelque chose ».

              l’autre truc qui vaudra toujours quelque chose, c’est ma valeur refuge. l’immobilier. l’or... l’art...

              Donc, a priori, les principales qualités d’une valeur refuge sont :
              -la stabilité
              -l’indépendance vis-à-vis des autres valeurs (on rejoint la stabilité)
              -l’universalité (on rejoint l’indépendance)

              Bref, tout ce que le BTC n’est pas... Je dirais même que c’est l’anti-thèse d’une valeur refuge.

              • Paul Leleu 29 juin 18:11

                @sleeping-zombie


                vous posez a bonne question... le truc qui fait mal... mais jamais les « adeptes » du bitcoin ne pourront vous répondre... smiley 

                ils sont un peu comme ces gauchistes hyper jaloux de leur « liberté », mais qui n’hésitent pas à s’aliéner 100% avec de la drogue... 

                cherchez pas la cohérence... ça relève de la psychothérapie... un choc dans l’enfance, une angoisse sexuelle, le rapport au père... que sais-je smiley 

                mais si ça leur fait plaisir... 

              • axiaman 29 juin 23:43

                @sleeping-zombie Votre réflexion est bonne. Qu’est ce qu’une valeur refuge ? Vous citez l’immobilier, l’or et l’art. Ce sont de bons exemples. On peut aussi citer les bijoux, le vin, les livres anciens, etc. L’immobilier et l’or connaissent aussi des périodes de crise. L’œuvre d’un artiste peut devenir démodée. Etc. Le bitcoin n’a pas encore cette notoriété, cependant il a de nombreuses caractéristiques pour le devenir :
                - facilement transportable et sécurisable
                - monnayable en quelques clics
                - infalsifiable
                - divisible
                - rare

                Si les gens pouvaient s acheter quelques mètres carrés aux Champs Elysées et un morceau d’une toile de Picasso, nul doute qu’ils le ferait. Mais ce n’est pas possible.

                Il ne faut pas se focaliser sur les variations de Prix du bitcoin. Il faut d’abord comprendre ses propriétés et le contexte financier actuel pour estimer s’il a une chance de devenir un jour une valeur refuge.

                C’est le but de cet article.

                Enfin, la notion de valeur est extrêmement subjective. Certains préféreront toujours investir dans la pierre. C’est leur droit et je ne vois rien à y redire.

                En revanche, d’autres peuvent être intéressés à diversifier leurs placements. Le bitcoin est une alternative à considérer compte tenu du contexte financier et politique actuel.


              • sleeping-zombie 30 juin 08:58

                @Paul Leleu

                je ne crois pas qu’on puisse psychanalyser un groupe aussi grand. Pourtant j’en fréquente des gauchistes, mais personne dans mon entourage, même large, n’utilise de crypto-monnaie, ni même s’y intéresse.
                Du coup, je ne peux pas me faire une opinion sur le point que tu soulèves...

              • sleeping-zombie 30 juin 09:07

                @axiaman

                tu passes sous silence quelques caractéristiques cachées de tout ce qui vit sur le Net :
                - tuable d’un coup de ciseau : les infras de transport de données sont faciles à atteindre.
                - rattaché à une population mal définie et probablement volatile (une valeur n’a que la solidité du groupe qui l’utilise)
                - infalsifiable ? c’est peut-être vrai, mais le commun des mortels n’a pas les moyens de s’en faire une opinion, donc on est forcé de demander l’avis d’ « experts ». Et les experts m’ont l’air très partagés sur le sujet...

                Il ne faut pas se focaliser sur les variations de Prix du bitcoin.
                c’est pourtant fondamental pour une valeur refuge. si j’achète de l’or maintenant, c’est un prévision d’un éventuel conflit Chine-USA sur les 50 prochaines années, pas sur la semaine prochaine.
                Si c’était la semaine prochaine qui m’angoissait, rattacherait de l’essence, des armes et de l’eau potable.

                Investir dans le long terme sur un truc qui n’existait pas il y a 10 ans... c’est plus le pari d’un spéculateur qui cherche le risque que du père de famille qui souscrit une assurance-vie.

              • axiaman 30 juin 10:36

                @sleeping-zombie

                Tuable d’un coup de ciseau ? Bien au contraire ! C’est la force des réseaux interconnectés et donc d’Internet. Tuer le bitcoin est impossible car cela revient à couper internet partout dans le monde.

                Population mal définie ? En effet, on ne devient pas une Monnaie de référence du jour au lendemain, cela prend du temps. Le bitcoin progresse pas à pas aux 4 coins du monde au fur à mesure que le monde le découvre. C’est la Monnaie d’internet donc tout le monde peut y participer et la population ne sera jamais définie ou uniforme.

                Infalsifiable. C’est ultra simple à vérifier ! Pas besoin d’expert. On peut consulter la blockchain en 1 clic https://blockexplorer.com

                Variation de prix. Tous les actifs connaissent des creux. Dans le cadre du bitcoin, les vagues sont plus fortes car il s’agit d’un actif nouveau. Il faut surtout s’intéresser à la valeur potentielle de l’actif. C’est un actif de réseau. Plus le réseau est Grand, plus il a de la valeur. Facebook vaut plus cher aujourd’hui qu’il y a 10 ans car il y a plus d’utilisateurs. Le bitcoin connaîtra peut être le même destin. C’est pour ça qu’avoir un peu de bitcoin en portefeuille (1-5%) ne représente que peu de risques et offre une ouverture sur un phénomène mondial.


              • sleeping-zombie 30 juin 12:27

                @axiaman

                Tuable d’un coup de ciseau ? oui. Imagine une guerre militaire entre les USA et la Chine (parce que je te rappelle qu’on parle de valeur refuge, c’est à dire un contexte où je n’ai plus confiance en l’euro ou au dolllar). Bref, imagine un réel conflit armé entre ces 2 géants. Tu crois vraiment qu’Internet y survit ? y a pas tant de câbles de communication qui traverse les océans...

                Infalsifiable : je te dis qu’on est condamné à faire confiance à des tiers inconnus et non-contrôlés, et pour me prouver le contraire, tu m’envoies vers... un tiers inconnu et non contrôlé.

                Variation des prix : tu fournis ton propre contre-argument, il suffit de dire « plus le réseau est petit », ce qui ramène à la volatilité des utilisateurs. Personnellement, j’investirais jamais dans du Facebook sur une optique à plus de 5 ans. Alors les BTC...

                Bref, pour l’instant, tu n’as pas l’air de remarquer que tous tes arguments pointent vers le même mot : INSTABLE.
                Tout le contraire d’une valeur refuge.

              • mimi45140 2 juillet 00:23

                @sleeping-zombie
                Les valeurs refuge sont les biens que tout le monde désirera dans vingt ans ou celles qui n’auront pas perdu de valeur , dans un monde avec des ressources limitées et une population en augmentation 

                toute les richesses naturelles vont majoritairement augmenter par exemple une boite de sardine dans vingt ans ne coutera surement pas moins cher qu’ aujourd hui , 1 kg de miel dans vingt ans avec des abeilles qui meurent en masse ne baissera pas.

              • axiaman 2 juillet 13:29

                @sleeping-zombie

                Oui, je pense qu’Internet survivrait à une guerre mondiale même si des dysfonctionnements existeront. Mais on en est pas là. A l’ère nucléaire, la théorie des jeux montrent qu’une guerre nucléaire ne fait que des perdants. En revanche, la guerre monétaire est en cours.

                Infalsifiable : pour juger de la qualité d’un lingot d’or, tu te tournerais sûrement vers un professionnel. Tout comme pour vérifier si un billet de 10 euros est authentique ou pas. Je t’ai envoyé le lien de la blockchain du bitcoin. Si ton bitcoin s’y trouve, c’est qu’il est authentique. Après, c’est à toi de faire tes propres recherches pour bien comprendre le fonctionnement.

                Variation des prix : exact, le prix baissera si le réseau diminue. Là encore, je ne peux qu’énumérer les nombreuses étapes franchies par le réseau : reconnaissance légale par le Japon, 3ème économie mondiale, multiplication de plateformes d’échanges régulées aux 4 coins du monde, d’appareils servant à la conservation, lancement de contrats à terme à la bourse de chicago, etc. Tout cela pour un nouvel actif qui n’a pas 10 ans. A toi de juger si le réseau est amené à grossir encore ou à s’écrouler. Je n’ai pas de boule de cristal mais j’ai ma propre opinion sur le sujet.

                Le monde est instable par définition et il faut comprendre les vecteurs d’instabilité. Pour moi la dette publique en est un parmi d’autres. Je m’attarde sur celui là car il affecte notre pouvoir d’achat à long terme. Il y a de nombreuses alternatives : pierre, or, bijoux, vin, etc et le bitcoin. Libre à chacun de s’y préparer selon sa propre sensibilité.

              • touriste 29 juin 16:32

                Deux problèmes avec le bitcoin.

                Problème technique.
                L’énergie nécessaire pour faire fonctionner le système est colossale. En période de réchauffement climatique c’est inquiétant.
                D’autre part le système est vulnérable à l’attaque dite des 50%, lorsqu’un tiers contrôle plus de 50% de la puissance de calcul globale, il fait ce qu’il veut.

                Problème politique.
                L’objectif, anarcho-capitaliste, du bitcoin c’est de créer une monnaie sans Etat. Plein succès !
                L’inconvénient c’est qu’il n’existe plus aucune régulation, tout est possible. Y compris des manipulations de cours par les opérateurs principaux. 
                D’où la volatilité du système et les millions de benêts qui ont tout perdu en spéculation.

                Sachant que les crises financières récentes comme celle de 2008 proviennent de la généralisation des produits dérivés, les « futures » basées sur le bitcoin n’inspirent pas trop confiance. Ceci étant une opinion personnelle.


                • Paul Leleu 29 juin 18:14

                  @touriste

                  les mecs ils refusent de « croire sur parole » les banques centrales... par contre ils croient sur parole une crypto-monaie dont les créateurs sont inconnus... 

                  il y a zéro cohérence... c’est un truc psychiatrique... une secte... il y a des gens qui ont absoluement besoin de s’aliéner... c’est aphrodisiaque pour eux... smiley 

                • taketheeffinbus 30 juin 01:40

                  @Paul Leleu


                  T’y connais rien, les banques centrales sont opaques, les crypto monnaies open source...

                • axiaman 30 juin 10:12

                  @touriste L’attaque des 51% s’est produite sur des plus petites monnaies récemment car leur réseau n’était pas assez puissant. Dans le cas du bitcoin, c est un risque théorique. Cela coûterait très cher d obtenir 51% de la puissance de calcul du réseau, l’attaque ne pourrait durer que quelques minutes et serait vite décelée par les nodes et annulée.

                  Oui, il y a un risque de manipulation de cours. Fin Mai, les autorités américaines se sont néanmoins emparées du sujet et ont commencé une enquête sur les plateformes américaines.

                  Enfin les futures ne sont pas des dérivés. Ce sont des contrats de vente à terme qui existent aussi pour les matières premières. À noter que l’exécution des contrats n’entraine pas la livraison de bitcoins, les gains et pertes sont faits en dollars. Les futures n’ont donc pas de conséquences sur le négoce de bitcoins « physiques ».


                • touriste 30 juin 10:47

                  @axiaman
                  La plupart des grands Etats et même les plus grosses compagnies privées ont déjà les moyens de réunir la puissance de calcul suffisante.

                  Quant à la manipulation des cours, elle ne peut pas être contrôlée par les Etats, par construction le système est autonome.

                  Sauf à interdire mondialement le bitcoin, les lois habituelles sont peu opérantes. Et les opérations sont anonymes, enfin on le suppose ...

                  La question des produits spéculatifs n’est pas propre au bitcoin, je le reconnais.

                  Le risque que le bitcoin soit embarqué dans une crise type 2008 me semble possible, dès lors qu’il est rattaché au système financier classique. Opinion personnelle.


                • axiaman 30 juin 11:32

                  @touriste La puissance de calcul du réseau bitcoin est de 80 exaflops. 1 exaflop équivaut à 1 milliard de milliard de calcul par seconde. Les 500 plus puissants superordinateurs ont une puissance combinée de 0.25 exaflops. On est encore loin d’une prise de pouvoir par les gouvernements.

                  N’oublions pas que les plateformes d’échange sont centralisées donc susceptibles de faire l’objet d’enquêtes par les pouvoirs publics.


                • Matlemat Matlemat 30 juin 12:09

                  À voir lors de la prochaine crise financière, je trouve que le bitcoin se maintient pas trop mal malgré les ventes de la « baleine de Tokyo ». Ce qui m’inquiète le plus ce sont les attaques de la BRI (Rothschild et cie), on sait le pouvoir de nuisance qu’on ces gens là.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

axiaman


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès