• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le gouvernement et le MEDEF veulent baisser massivement les retraites (...)

Le gouvernement et le MEDEF veulent baisser massivement les retraites !

 

Suppression des régimes spéciaux, alignement par le bas des régimes de retraites du privé et du public, retraite par points : dans le viseur du gouvernement Macron et du MEDEF, la baisse massive des retraites.

Dans son programme, le candidat Macron a repris la revendication du MEDEF – un système également promu par l’Union Européenne – de passer à une retraite par points pour faire voler en éclat le système de retraite par répartition. Il s’agit tout à la fois de diminuer massivement les retraites, et de préparer la privatisation complète du système de retraite : en effet avec la sécurité sociale, les retraites échappent aujourd’hui au “marché” capitaliste.

Retraite à points : attention danger.

Le système de retraite par points fonctionne selon un régime assurantiel : un actif cotise et accumule chaque année un nombre de points qui sera transformé en pension mensuelle une fois l’âge de la retraite atteint. Avec ce système, chaque personne faisant partie de la population active dispose d’un compte sur lequel les points sont additionnés. C’est le nombre de points accumulés – et non plus le meilleur salaire ou le salaire des six derniers mois – qui servent de base au calcul de la pension de retraite. Ce système permettra – en jouant par exemple sur la valeur du point – de faire baisser massivement les pensions de retraites. Dans le projet Macron, pour calculer la pension de retraite, le système prendrait en compte l’ensemble des sommes versées au cours de la carrière, que l’on diviserait par le nombre d’années de vie restantes “en théorie”. Ce nombre serait évalué à partir de l’espérance de vie pour la classe d’âge concernée.

Le régime général français et les régimes complémentaires (Agirc et Arrco) fonctionnent de cette façon. Et on voit avec la réforme actuelle de l’AGIRC ARRCO ce qui va se passer pour le régime général.

Seule la CFDT est favorable à ce système, alors que l’ensemble des syndicats de travailleurs ont dénoncé “une baisse des pensions”. De fait, en Suède où le système est en vigueur, pour bénéficier du même niveau de pension qu’en 2011, les travailleurs devront partir à la retraite … à 75 ans !

https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/gouvernement-medef-veulent-baisser-massivement-retraites/

L’analyse détaillée par la CGT Cadres : vers une baisse massive des retraites complémentaires

 

Le nouveau régime unique de retraite complémentaire verra le jour en 2019. Il fait actuellement l’objet de négociations (8 et 17 novembre) et remplacera les actuels régimes AGIRC et ARRCO et adoptera pour unité de base la valeur de service du point de retraite de l’ARRCO.

Dans un communiqué, l’Ugict a vivement dénoncé la volonté du Medef de geler les ressources du régime et soulevé la problématique de la baisse mécanique des pensions, ce dont se défend l’organisation patronale.

Pour faire la transparence et vous permettre d’y voir plus clair dans le flou polémique, nous publions ici deux études de la direction technique de l’Agirc-Arcco qui démontrent que dans ce contexte, un gel des cotisations entraînerait une dégradation importante des prestations (qu’on se garde bien de garantir…). Dans cette situation, l’encadrement ne pourrait qu’être contraint à travailler plus longtemps ou recourir à des assurances retraite privées aussi inefficaces que peu fiables.

Le point sur le régime par points

Dans un régime par points, la pension est obtenue en multipliant :

nombre de points acquis pendant la carrière

(X)

la valeur de service du point au moment de laliquidation de la retraite.

Pour les actifs, l’évolution de la valeur de service du point détermine ainsi le niveau de la première pension par rapport au dernier salaire de carrière (le taux de remplacement).

Puis, pour les retraités elle détermine la revalorisation des pensions.

La progression de la valeur du service du point concerne tout autant les actifs que les retraités, contrairement à ce que soutient le Medef, qui pour minimiser l’impact de ses propositions, déclare à l’envie que la valeur de service du point ne concernerait que les retraités.

Une étude qui chiffre le refus de financement par le Medef

À la demande de la CGT, les services techniques de l’AGIRC et de l’ARRCO ont chiffré les impacts de l’accord proposé par le Medef sur l’évolution de cette valeur de service du point.

Le chiffrage a été établi compte tenu des taux de cotisation définis par l’accord du 30 octobre 2015 et compte tenu de l’obligation faite au nouveau régime de disposer à tout moment d’une réserve financière égale à 6 mois de prestations.

Le résultat décrypte les effets de l’accord proposé par le Medef, d’aujourd’hui à 2060 (Note DT 2017-107, établie par la Direction techniques du GIE AGIRC-ARRCO, et en téléchargement libre ci-dessous)

  • d’une part sur l’évolution de la valeur de service du point de retraite ;
  • et d’autre part sur le rendement de la cotisation, ou autrement dit, ce que rapporte la cotisation.

L’étude permet ainsi de comprendre l’évolution des taux de remplacement du salaire par la pension pour des carrières moyennes, c’est-à-dire ce que la première pension nette représente par rapport au dernier salaire net (retracée par l’étude DT 2017-112, également à télécharger ci-dessous).

Un effet pervers et mécanique

Dans un contexte d’accroissement de la population retraitée, l’intangibilité des taux de cotisation exigée par le Medef, conjuguée avec la nécessité de disposer à tout moment de 6 mois de prestations sous forme de réserves contraint à une baisse en euros constants de la valeur de service du point et donc des pensions.

Cette valeur s’établissait en 2015 et s’établit toujours à 1,2513 euros. En 2033, elle ne serait plus que de 1,1420 euros (page 10 de la note DT 2017-107, ligne en gras) soit une baisse en euros constants de près de 9 % en 18 ans. Et il faudrait attendre 2045 pour qu’elle retrouve son niveau de 2015 !

Concrètement, pour 1000 euros de pension qu’il percevait en 2015, en euros constants, le retraité n’en aurait plus en 2033 que 913 euros.

Cotiser pareil, pour avoir droit à moins

  • En 1990, 100 euros de cotisation ouvraient droit à 11,94 euros de pension.
  • En 2018, 100 euros de cotisation ouvraient droit à 7,25 euros de pension.
  • En 2033, 100 euros de cotisation ouvriraient droit à 5,77 euros de pension.
  • En 2060, 100 euros de cotisation ouvraient droit à 5,27 euros de pension.
  • Cela représente une baisse de 23 % d’ici à 2033.

Le diable est dans les détails… absents du projet d’accord

 Les accords AGIRC-ARRCO de 2013 et 2015 interdisaient la diminution du montant nominal de la valeur de service du point. Cette interdiction disparaît de la proposition du Medef.

Les actifs seraient pénalisés deux fois : pendant leur carrière, lors de la constitution de leurs droits, puis pendant la retraite.

La baisse de la valeur du point engendrerait une baisse considérable du rendement de la cotisation contractuelle, c’est-à-dire du droit à retraite ouvert par 100 euros de cotisations (cf. page 10, colonne RBE à multiplier par 1,27 pour obtenir le rendement contractuel)

Un projet pour repousser l’âge de départ à la retraite et encourager le recours au privé

Dans un régime de retraite par points, plus on travaille longtemps, plus on acquiert de points.

Pour compenser une éventuelle baisse de valeur du point acquis, il faudrait forcément, en l’absence de possibilité d’augmenter les cotisations et donc les ressources du régime, allonger la durée d’activité de 30 %, soit, pour un jeune qui a commencé à travailler à 20 ans une perspective de retraite à 76 ans !

Et la France se retrouverait dans le peloton de tête des pays les plus rétrogrades en matière de retraite, avec la Suède et l’Italie.

Il s’ensuivrait un effondrement du niveau des retraites nettes par rapport aux salaires nets de fin de carrière (Etude DT 2017-112, simulation S2, la seule qui permet de respecter le maintien de 6 mois d’allocations sous forme de réserves).

Effondrement du niveau des pensions par rapport aux salaires de fin de carrière

Pour un salarié moyen, les évolutions seraient les suivantes :

Génération partie à la retraite en 1990 Génération née en 1952 Génération née en 1992
   
En part du salaire au-dessus du plafond de la Sécurité sociale

 

 

72 € de pension pour 100 € de salaire 50 € de pension pour 100 € de salaire 40 € de pension pour 100 € de salaire
En part de salaire inférieur au plafond de la sécurité sociale 25 € de pension pour 100 € de salaire 19,82 € de pension pour 100 € de salaire 15,43 € de pension pour 100 € de salaire

Toutes ces mesures sont conçues pour contraindre les ingénieurs, cadres et techniciens à épargner pour leurs vieux jours étant donné qu’ils ne pourraient plus compter sur le niveau des pensions du système de retraite par répartition.


Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • Cateaufoncel 8 janvier 18:58

    "De fait, en Suède où le système est en vigueur, pour bénéficier du même niveau de pension qu’en 2011, les travailleurs devront partir à la retraite … à 75 ans !"

    Il faut quand même préciser que les futurs retraités suédois paieront les coûts sociaux de la démentielle politique d’accueil de migrants du tiers monde pratiquée par leur gouvernement.


    • Clocel Clocel 8 janvier 19:31

      @Cateaufoncel

      "Il faut quand même préciser que les futurs retraités suédois paieront les coûts sociaux de la démentielle politique d’accueil de migrants du tiers monde pratiquée par leur gouvernement."

      Pas sûr ! http://rutube.fr/2017/12/31/ministre-suedoise-finances-suede-na-reussi-lintegration-migrants-gens-auront-plus-dopportunites-sils-cherchent-pays/


    • Cateaufoncel 8 janvier 20:16

      @Clocel

      « Pas sûr ! »

      Je parle de ceux qui sont déjà arrivés, qui ne s’intègrent pas et que les autorités ne peuvent pas encourager à aller tenter leur chance dans un autre pays. Ceux-là ne s’intégreront jamais, à quelques exceptions près.

      D’ailleurs, il est inexact de dire qu’ils ne s’intègrent pas : ils étaient assez nombreux pour s’intégrer en tant que communauté installée en Suède, comme qui dirait une enclave.

      Le problème est tel qu’en 2014, les socialistes et la prétendue droite ont formé une coalition pour annuler des élections qui devaient avoir lieu l’année suivante, avec une forte poussée de la droite dite extrême, à cause - déjà ! - des difficultés en tous genres liées à l’immigration, mais l’année prochaine, il n’y aura plus moyen de magouiller. Il faudra aller devant le peuple, dont on pourra, alors mesurer une exaspération dont les médias ne parlent pas.



    • leypanou 9 janvier 13:04

      @Cateaufoncel
      Je parle de ceux qui sont déjà arrivés, qui ne s’intègrent pas : intégrés ou pas, ces gens-là n’ont rien à y faire.
      Ce sont au mieux des parasites qui veulent profiter d’un système créé par d’autres.


    • Gatling Gatling 8 janvier 19:11

      Quelle ingratitude ! les retraités qui avaient voté pour MAC1er .... bien fait pour leur gueule.

      Les rentiers seuls lui resteront fidèle à la p’tite gouape !  smiley

      • Le421 Le421 10 janvier 09:34

        @Gatling
        Retraité. Mais sûrement pas voté pour Macron. Aux deux tours !!
        Ni pour la blonde, œuf corse !!  smiley


      • capobianco 14 janvier 16:59

        @Le421
        Encore un cas ce gatling, la confirmation que le temps ne fait rien à l’affaire !

        De Corse pour moi.


      • Montdragon Montdragon 8 janvier 19:13

        Suppression des régimes spéciaux

        Ça vous choque ? Nous vivons vraiment un pays mafio-coco.
        Quant à lisser les salaires sur la durée de vie travaillée, c’est de l’équité, camarade.
        Les augmentations de salaires opportunistes à 58 ans, c’est over.


        • Clocel Clocel 8 janvier 19:19

          Hééé oui, pauvre MEDEF, le pain blanc est mangé, reste plus que les vieux à baiser...

          Mektoub...
           


          • Choucas Choucas 8 janvier 20:34


             
            BAISSE OUI... MAIS EN € ...
             
            L’ASSURANCE ROTHSCHILD GLAND REMPLACEMENT ... FAUT FINANCER !
             

            100 000 PSEUDO-DEMANDEURS D’ASILE / AN

            Record battu !

             

             

            Vive béton vert !


            • waymel bernard waymel bernard 9 janvier 18:37

              @Choucas
              Il faut ajouter tous les clandestins qui n’ont rien demandé du tout et qui vivent en France ainsi que les déboutés d’autres pays de l’UE qui viennent en France pour éviter une expulsion.


            • Yaurrick Yaurrick 8 janvier 20:48

              Le problème est qu’avec l’allongement de l’espérance de vie sans avoir touché à l"age de départ de la retraite, on se retrouve mathématiquement à un volume de pensions à verser bien supérieurs à ce qu’il était il y a 50 ans.
              https://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/carrieres_et_parcours_professionnel/refor me_retraites_2010/images/Evolution_du_ratio_actifs_cotisants-retraites_zoom.jpg
              Il faut repenser complètement le système des retraites, parce que le système actuel n’est plus tenable.


              • taktak 8 janvier 22:03

                @Yaurrick
                votre raisonnement est bidon, d’autant que votre graphique ne démontre pas ce que vous dite. Il ne tient pas compte des éléments suivants :

                1°) l’évolution de la productivité qui fait qu’à nombre d’actifs équivalent ont produit bien plus en 2017 qu’en 1962.
                2°) le taux d’activité a considérablement augmenté, ne serait ce que par le doublement du taux d’activité des femmes.
                3°) le problème n’est pas tant démographique (avec l’augmentation toute relative de l’espérance de vie) mais un problème d’emploi et de niveau de salaire. Avec près de 25% de la population active du secteur privé au chômage, avec une baisse de la part des salaires, il y a là un double défaut de cotisation.

                Résoudre le problème des retraites ne passe pas par l’augmentation de la durée de cotisation - qui mécaniquement fait baisser la productivité - mais par la baisse du taux de chômage et l’augmentation des salaires. Hors l’augmentation de l’age de départ à le retraite conduit à une hausse du nombre de chômeurs, la diminution des salaires à une baisse du montant des cotisations. Economiquement et socialement, mieux vaut un retraité pensionné qu’un jeune au chômage. Mais la priorité de nos gouvernement n’est pas là, elle est d’augmenter les profits pour que les riches soient toujours plus riches.


              • Yaurrick Yaurrick 9 janvier 11:19

                @taktak
                Je vous retourne le compliment :
                1) Les retraités ont aussi une retraite bien supérieure à ce qu’ils ont cotisé, donc ça annule automatiquement les gains de productivité des actifs.
                2) Le taux d’activité a augmenté mais on travaille bien moins en volume horaire (2230 h/an en 1950, 1560 h/an en 2007 soit 30% de moins). Et les femmes aussi ont une retraite à financer.
                3) L’augmentation toute relative de l’espérance de vie ?
                https://www.insee.fr/fr/statistiques/2569330?sommaire=2587886#graphique-T17F036G1
                Entre 1950 et 2010 c’est plus de 15 ans d’espérance de vie, on passe en moyenne de 66 ans à 81 ans : soit largement 3 fois plus de temps passé à la retraite, qu’il faut bien payer vu que l’age moyen de départ à la retraite reste quasi identique.

                "Résoudre le problème des retraites ne passe pas par l’augmentation de la durée de cotisation - qui mécaniquement fait baisser la productivité - mais par la baisse du taux de chômage et l’augmentation des salaires"

                Quel rapport entre la productivité et l’augmentation de durée de cotisation ? La productivité d’un chômeur ou d’un retraité est nulle.
                Quand à l’augmentation des salaires, elle a bien lieu mais elle est mangée par les cotisations imposées l’état :
                http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2015/07/29/29006-20150729ARTFIG00006-en-france-pour-100-euros-nets-il-faut-235-euros-de-salaire-super-brut.php
                SalaireEvolution



              • Maitre Ratatouille Ratatouille 9 janvier 11:33

                @Yaurrick
                l’espérance de vie en bonne santé est 61,9 ans ,donc se seront des malades qui travaillerons,ou longue maladie ( le montant de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) à 860 € courant 2018 et à 900 € en 2019. )


              • pipiou 8 janvier 21:44

                Ben oui les retraités précédents ont tout pompé.
                On vous prévient depuis 30 ans, mais TakTak bien sûr n’écoutait pas.
                Et le gentil TakTak débarque maintenant comme une fleur !

                Oui voilà le résultat des « victoires de la rue » des années 90.


                • kalagan75 9 janvier 08:23

                  @pipiou : n’oublions pas les principaux complices de cette situation, en l’occurrence tous les gouvernements qui se sont succédé depuis 40 ans et qui ont baissé leur pantalon, notamment face aux régimes spéciaux ! 


                • pipiou 9 janvier 12:49

                  @kalagan75
                  Vous oubliez le peuple qui a été également un complice majeur puisqu’il a soutenu ces combats pour le maintien des régimes spéciaux et d’autres archaïsmes.

                  Des TakTak et autres qui se battent depuis des années pour que rien ne change il y en a plein la population.


                • Sozenz 14 janvier 17:46

                  @pipiou
                  vous portez bien votre pseudo , une vraie tète de piaf ;

                  ça fait je ne sais combien de temps que l on vous dit que les riches s enrichissent de plus en plus . le système capitalisme engrange .
                  s il n y avait pas de croissance et si ce n etait pas si profitable comment pourraient ils se faire autant de pognons ?
                  mais non les pipiou picore toutes les graines qu ’ on lui fait avaler .
                  il ne s’ arreterait pas deux minutes pour retourner les problèmes dans tous les sens , voir sous toutes les coutures ; nononon , le pipiou regarde tout droit devant
                  faut surtout pas lui poser le problème autrement que ce qu on lui a appris sinon , il va être perdu ...


                • Sozenz 14 janvier 17:56

                  Sozenz
                  @ pipiou
                  ne vous inquietez pas , c est tombé sur vous , mais cela aurait pu tomber sur des millions d autres personnes , vous n etes malheureusement pas le seul .
                  je comprends pourquoi , nous allons devoir faire une descente aux enfers et pourquoi les moins cons qui n ont pas de scrupules continuent sur leur lancée .
                  c est abominablement triste tout cela .


                • BA 9 janvier 07:55

                  Jeudi 28 septembre 2017 :

                  Le Secours populaire face à « un raz-de-marée de la misère ».

                  « Un raz-de-marée de la misère » : le président du Secours populaire particulièrement touché par les retraités qui demandent à manger.

                  En marge de la manifestation des retraités contre la hausse de la CSG, Julien Lauprêtre, président du Secours populaire, a témoigné jeudi 28 septembre sur franceinfo du « drame » des personnes âgées touchées par la pauvreté. Celui qui le touche « le plus ».

                  « Le nombre de personnes âgées qui viennent demander de l’aide au Secours populaire français est en augmentation croissante, a-t-il détaillé. L’année dernière, nous avons aidé trois millions de personnes en France et il y avait parmi elles de nombreux retraités. C’est un raz-de-marée de la misère. »

                  « C’est le drame qui me touche le plus, voir des retraités qui ont travaillé toute leur vie et qui viennent demander à manger au Secours populaire, c’est vraiment douloureux. »

                  http://www.francetvinfo.fr/economie/retraite/un-raz-de-maree-de-la-misere-le-president-du-secours-populaire-particulierement-touche-par-les-retraites-qui-demandent-a-manger_2393236.html


                  • zygzornifle zygzornifle 9 janvier 08:27

                    Les mougeons devraient êtres contents, ils ont veautés en masse pour le changement syndicats en tete ..... Le sursaut républicain vous fait sursauter a chaque intervention de votre idole Macron , ne sursautez pas trop haut vous allez vous fracasser de crane sur Jupiter .....


                    • Croa Croa 9 janvier 16:33

                      À zygzornifle,
                      « En masse » n’exagérons pas. Trop nombreux et assez pour que les esclaves demeurent des esclaves certes, Martinez en tête !  smiley


                    • Julyo 10 janvier 17:40

                      @Croa
                      + Laurent du PCF


                    • JL JL 9 janvier 09:52

                      ’’passer à une retraite par points pour faire voler en éclat le système de retraite par répartition.’’
                       
                      Vous faites une confusion classique. Il faut savoir que les retraites par points ne s’opposent pas aux systèmes de répartition. C’est la retraite par capitalisation qui s’oppose à la répartition.


                      • _Ulysse_ _Ulysse_ 9 janvier 11:31

                        @Auteur

                        Si je comprend bien votre article, votre souhait serait que l’on augmente les cotisations pour financer les retraites.
                        C’est un choix politique mais déjà deux possibilités :

                        1) Augmenter les cotisations salariales.

                        Vous allez réduire le niveau de vie des travailleurs pour financer les retraites, c’est un choix. Es-ce votre préférence ?

                        2) Augmenter les cotisations patronales.

                        J’imagine que cette solution a votre préférence mais il y a un pb dont vous ne tenez pas compte.
                        Cette solution serait possible si nous n’étions pas dans l’euro et dans l’UE. Or, nous y sommes.
                        Dans le contexte de l’euro et de l’UE augmenter les cotisations patronales revient à augmenter les coûts en France et vous allez le payer sur votre balance commerciale et en chômage.

                        Notre appartenance à l’euro et à l’UE nous impose d’être « compétitifs ». Si vous voulez augmenter les salaires et/ou les cotisations, il faudra en sortir avant.


                        • Croa Croa 9 janvier 16:44

                          À _Ulysse_
                          .
                          Les « cotisations patronales » ÇA N’EXISTE PAS ! À part ce que les patrons payent une CSG comme tout le monde sauf qu’il ne s’agit pas vraiment d’une cotisation mais plutôt d’un impôt. La part dite « patronale » de la cotisation salariale reste une cotisation salariale (c’est juste un jeu d’écriture pour embrouiller le public et choisissant comme référence un salaire dit « brut » qui n’est pas le salaire.)


                        • Yaurrick Yaurrick 9 janvier 18:05

                          @Croa
                          Très juste, la distinction entre cotisations salariales/patronales n’a aucun sens si ce n’est faire croire que c’est l’employeur qui les paie.

                          Il suffit de totaliser : salaire net + charges salariales + charges patronales = salaire complet, c’est à dire ce que l’employeur paie réellement pour le salarié.

                          On pourrait très bien dire laisser au salarié son salaire complet et faire lui même les différents chèques et il verrait que le montant est identique : la seule chose est que cela montre le réel cout à la charge du salarié. Mais les politiques ne le feront pas car ils devraient justifier pourquoi les salariés reçoivent si peu par rapport à ce que paie l’employeur.


                        • _Ulysse_ _Ulysse_ 9 janvier 11:34

                          Je reviens tout de même sur un oubli :

                          Comme l’indique votre courbe en préambule quand on regarde en 2015, la partie observation.
                          On voit que le niveau de vie des retraités est supérieur à la moyenne générale et il est en augmentation.

                          Cela pose question, les retraités ont un meilleurs niveau de vie que les « autres » et l’écart grandi.
                          N’es-ce pas là une inégalité ?

                          Es-ce normal que la population active qui travaille ait un niveau de vie inférieur ?


                          • Croa Croa 9 janvier 16:57

                            @_Ulysse_
                            « et il est en augmentation. » Faux, ça a été vrai, ça ne l’est plus et en ce qui concerne les derniers arrivés à la retraite ça commence à baisser. Ceci dit pour la population active des classes populaire c’est encore pire effectivement mais les inégalités ce n’est certainement pas là qu’il faut les chercher. Ton raisonnement tient de la sophistique car la misère ne profite nullement aux un peu moins misérables : CHERCHE AILLEURS, imbécile !


                          • demissionaire bonalors 9 janvier 12:40

                            ’Suppression des régimes spéciaux, alignement par le bas des régimes de retraites du privé et du public, retraite par points : dans le viseur du gouvernement Macron et du MEDEF, la baisse massive des retraites’

                            Oui mais bon que je sache personne n’a jamais parle d’alignement par le haut, la sortie étant unidirectionnel, ça ne laisse pas trop de choix non ?
                            Écoutez j’ai un deal pour vous, qd tous les fonctionnaires seront ds la rue pour demander la retraite a 50 ans pour le prive, on fera de même pour vous, enfin pour la conserver, on se comprend de toute façon ...


                            • demissionaire bonalors 9 janvier 12:51

                              @bonalors
                              D’autant que l’on sait aujourd’hui que la fameuse solidarité inter générationnel, ont commence a empapaouter ma generation, a pleine vapeur,
                              Alors ne comptez pas sur nous pour inverser le mvt des pistons. On a fait le deuil, le notre probablement,
                              Vous nous verrez a 65 ans courir nus ds les champs a la recherche des pâquerettes, en écoutant la Pastorale ...
                              Autrement it is too late my Friend on ira pas se battre pour les miettes, je traduis car il semblerait que mon humour soit vaseux smiley


                            • demissionaire bonalors 9 janvier 12:58

                              marécageux pardon, on se contentera des nénuphars


                            • Croa Croa 9 janvier 17:06

                              À bonalors,
                              Les salariés du privé sont assez grands pour obtenir la retraite à 50ans tout seuls si toutefois ils avaient envie de se battre. En ce qui concerne les fonctionnaires c’est toujours à 60ans passé et bientôt à 65ans passé sauf à y laisser des plumes coté pensions. D’un autre coté c’est un privilège d’avoir le choix puisque dans le privé c’est souvent chômage à ces âges là. Donc arrêtez ces polémiques à la con : À chacun sa croix !


                            • egos 9 janvier 13:40

                              « le système prendrait en compte l’ensemble des sommes versées au cours de la carrière »

                              Un modèle basé sur celui de l’Art 82 ou du Perco assorti d’un rente dérisoire (%) sans faculté de sortie en capital (ou à des conditions drastiques) lequel est a terme (d’existence du pensionnées) intégralement récupéré par les organismes collecteurs de fond.
                              Profit et recyclage financier obligent.
                              Régimes par répartition aux décotes drastiques, plafonnements, blocage des revalorisations, surtaxions (csg), fonds privés, le deal reste identique, tondre les salariés et les contribuables, ces derniers ayant renoncés aux fausses promesses de la bourse (PEA, Assurances vie et tutti quanti).
                              Le sanctuaire immobilier ayant été depuis Fillon dévasté, que subsiste-t-il ?
                              La reforme du droit du travail parachève le processus de paupérisation appelé de ses vœux par GS (abaissement du pouvoir d’achat en France de 30 %) est engagé.
                              Macron : patron de la contre-réforme au service des intérêt financiers trace son chemin jusque là sans encombres.
                              Macron est un piège abscons,
                              pour les étourdis ou inattentionnés,
                              et les indifférents.


                              • zygzornifle zygzornifle 9 janvier 13:46

                                Après le passage de Macron le salaire ou la pension sera de 800€ pour le sans dents chanceux qui touchera encore quelque chose.....


                                Vous l’avez élus en sursautant républicains hahahaha ,vous vouliez du changement sans penser que changer c’était aussi régresser hé bien ne vous plaignez pas vous l’avez votre changement et la soupe a la grimace c’est bon pour votre estomac....

                                • Croa Croa 9 janvier 17:24

                                  @zygzornifle,
                                  Sauf que tu te trompes sur les motivations des « Vous » : Ceux qui ont voté Macron ne voulaient pas de changement justement. L’électorat marcheur porte bien son nom car c’est le printemps qui était promis par le camelot Macron, les changements promis par Le Pen ou par Mélenchon faisait peur justement à cette majorité plutôt pusillanime en réalité. Ceci dit tu as raison : c’est bien fait pour leurs gueules car le conservatisme est un leurre qui ne fonctionne qu’auprès des idiots.


                                • gerard JOURDAIN 9 janvier 15:17

                                  tout cela pour demontrer que la retraite par répartition ne fonctionne pas ;

                                  ah..oui , juste après guerre ? mais il y avait plus de travailleurs que de retraités...voilà...comme d’hab, la France plus maligne que le reste du monde était avec sa suffisance, sûr d’elle...
                                  le bon sens fera que nous cotiserons avec nos propres moyens , comme le fait le reste du globe.

                                  circulez...rien à voir....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès