• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Macron, la crise et les gilets jaunes

Macron, la crise et les gilets jaunes

Emmanuel Macron, déjà déstabilisé par le mouvement social, n'a pas compris non plus ce que signifiait la dernière crise financière de 2008. Pour lui il s'est agi d'un simple accident de l'Histoire et le capitalisme financier ne doit pas être entravé par des règles trop contraignantes (1). Là se trouve la limite de son intelligence. Il ne peut concevoir la fin du système lui-même dont le déclin se traduit par un capitalisme au stade financier, dans lequel se débat toute la société.

Néanmoins, sans en comprendre les vraies raisons, et même si l'on garde la foi dans le système, on peut sentir, comme tout le monde, qu'il vacille de plus en plus. Le président, qui, de surcroit, reste aux prises avec la révolte populaire et les justes revendications des Gilets Jaunes, ne peut qu'en ressentir un désarroi encore plus grand..

LA CRISE

La guerre économique qui sévit aujourd'hui, principalement entre la Chine et les Etats-Unis est une séquelle de la crise mortifère qui ronge le système capitaliste. Tout a une fin et Rome a chuté.

La prochaine hausse des taux d'intérêt décidé par la Banque Fédérale au vu du déficit budgétaire américain rend prévisible une nouvelle secousse. Mais pour bien comprendre ce qu'il va se passer, entrevoir la fin du système, il faut se tourner un peu vers le passé, observer le dogue qui nous mord toujours le derrière...

La crise financière de 2008, symptome d'une profonde crise économique, a montré la suprématie de la finance dans l'organisation de la société capitaliste.

Le travail humain qui donne de la valeur à la marchandise, tend à diminuer toujours plus sous l'effet de la mécanisation, des technologies, et du fait de la concurrence, de la nécessité d'en réduire le coût au maximum. Et donc l'augmentation du chômage et la diminution des salaires pour le plus grand nombre représente ici une tendance inévitable.

C'est ce qui s'est passé lors du début de cette crise de 2008 qui a commencé par une crise immobilière. Les aspirants à la propriété se sont retrouvés ou sans emploi ou avec un revenu en baisse qui ne leur permettait plus de payer leurs traites de remboursement du capital qu'ils avaient emprunté. On retrouve le même schéma un peu plus tard en Europe, en Espagne et au Portugal notamment.

Concurrencée par l'étranger (Chine...) l'entreprise industrielle classique, quand elle survit, est aux mains des banquiers (2) auprès desquelles elle s'endette. Ce sont ces institutions financières qui sont maîtresses du jeu. Mais les valeurs dont elles sont détentrices ne sont plus basées sur la bonne vieille industrie de jadis mais sur des entités, comme des assurances et garanties, des services, comme Facebook, dont le caractère virtuel peut provoquer brusquement la défiance. La crise de la Net-économie en montra donc les limites en 2001.

L’ancien Premier ministre Jospin, signataire du Traité de Lisbonne de 2002, constate alors que la sphère financière représente cinquante fois celle de « l’économie réelle » c’est-à-dire résultant de « travail humain » et de biens réels.

Restant conforme à l'idéologie libérale macronienne, pour retrouver les « meilleurs rendements » on a certes abouti, grâce à la « bienfaisante concurrence », à un décloisonnement en chaîne de la sphère financière. Mais du même coup tous les établissements bancaires ont été alors voués à la contamination par les fonds « douteux » auxquels ils sont liés. Tout cela est bien connu... mais vite oublié !

Et aujourd’hui, malgré une faillite avérée du système financier, seuls quelques naïfs, peuvent croire encore en un sursaut, un retour en arrière aux temps paisibles où banques et institutions financières verraient à nouveau leurs activités recentrées. Le Glass Steagall Act américain avait certes été révoqué aux Etats-Unis en 1999, sous l’administration Bush. Mais Clinton avait empêché à la Commodity Futures Trading Commission de réglementer les produits dérivés, ce qui était devenu le fondement des spéculations massives. Avec la loi Commodity Futures Modernization Act, le Congrès avait même interdit en 2000 la régulation des produits financiers dérivés. Dans le droit fil des déclarations ultra libéralesde Monsieur Macron en mars 2017 (1).

Pour parer à une crise systémique inévitable, les « décideurs » de la Finance comme Mario Draghi en Europe ont ouvert la vanne du crédit facile. Crédit offert en premier lieu aux investisseurs qui ont pu, et qui peuvent encore – pour peu de temps aujourd'hui – emprunter à des taux imbattables proches de 0%. Ces décideurs, ces technocrates, comme Macron, ont pu un moment espérer ou faire semblant de croire, que cet argent irait vers l' « Economie réelle », les industries nationales. Mais il n'en a rien été car de tels investissements sont trop risqués, ne rapportant rien comparativement à ce que peut rapporter le trading. C'est certes encore et toujours un jeu risqué, tributaire du taux d'emprunt que décide la Fed. Car parallèlement aux profits des traders, les déficits publics des états s'accentuent. Mais tant que les taux d'emprunt de l'argent est bas ne vaut-il pas mieux tenter sa chance de ce côté plutôt que se mettre à fabriquer des pâtes.

Le capitalisme financier s'est donc développé à cause de cette crise de valorisation du capital imprévue. Contrairement aux crises d'hier, il n'y a aujourd'hui aucune perspective d'un nouveau départ par l’exploitation de nouveaux champs. Même la Chine, aujourd'hui elle-même en crise, ne pourra être le nouvel El Dorado espéré hier encore par nombre de défenseurs du capitalisme, comme Alain Minc.

Le rebond de la crise financière qui s'annonce du fait de la hausse des taux d'intéret de l'argent décidée par la Fed, va entrainer logiquement une destruction du capital... et une plus grande misère pour la majorité des populations. Cette crise ne concerne plus seulement aujourd'hui l’économie productive « réelle », mais aussi les bulles de capital fictifs qui se sont accumulées au gré de la spéculation monétaire et boursières.

Quelle est l’ampleur de ces phénomènes de destruction de valeur ?

Pour en donner une image, en quelques jours, début août 2011, en Europe et aux Etats-Unis, la capitalisation boursière a baissé de plus de 900 milliard d’euros. Cela représente plus d’un tiers des pertes des six mois précédents. Période pendant laquelle les marchés boursiers des deux côtés de l’Atlantique, ont perdu 3400 milliards d’euros. Soit plus de 30% du Produit Intérieur Brut des Etats-Unis.

 

LES GILETS JAUNES

Quelle peut être la place des revendications des Gilets Jaunes dans un tel système en crise ? Alors que « les réformes » macronistes visent à presser le citron au maximum, à démanteler les services publics pour alléger le déficit budgétaire de l'Etat, que va faire celui-ci ? Il ne peut que lâcher du lest – ou faire mine de le faire - sous la pression populaire. Tant pis pour la Dette, les sacro-saints 3% de déficit autorisé...

Le combat ne peut qu'être féroce. Et la victoire se doit d'être totale, sans pitié.

Car il serait naïf de croire qu'on ne reprendra pas d'une main ce qu'on aura donné de l'autre dès que le rapport de forces le permettra.

Jamais, à l'intérieur du système tel qu'il est, le capitalisme financier ne lâchera ne serait-ce qu'une miette.

Il est bien trop fragile, condamné à une expasion permanente, à une exploitation toujours plus sévère des individus, sous peine d'une culbute mortifère.

Acculé le Pouvoir qu'il représente, n'aura d'autre choix qu' une répression féroce ou voir au bout du compte, la victoire d'une Révolution dont l'objectif serait la satisfaction des besoins et non plus la recherche du Profit. Mais les Gilets Jaunes sont -ils porteurs d'un tel changement de société ?

Ceux qui croient en un réformisme possible se trompe d'époque.

 

  1. « Macron, candidat critique des règles financières nées après la crise » Le Parisien 11/04/2017.

  2. https://blogs.mediapart.fr/patrick.../documentaire-du-fer-la-finance-lempire-wendel

    Où l'on en voit certains qui ont su prendre le virage avec succès !


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • François Pignon François Pignon 27 décembre 2018 11:18

    « Ceux qui croient en un réformisme possible se trompe d’époque.  »

    et ceux qui croyaient en un réformisme possible à d’autres époques se trompaient à la fois d’analyse et de stratégie.


    • François Pignon François Pignon 27 décembre 2018 11:31

      @François Pignon

      la « nouvelle gauche » de Rocard, présentée comme alternative au « totalitarisme » n’a été capable que d’accoucher de la CSG, sacré cadeau empoisonné...



      • Feste Feste 27 décembre 2018 19:09

        @Clocel

        Purée quelle bande d’ordures. Comment couler le mouvement pour le compte du gouvernement...
        A vomir


      • Le421 Le421 28 décembre 2018 09:30

        @Feste
        Les mecs défendent bec et ongles la suppression de l’ISF et se prétendent « gilets jaunes ».
        Et y’a encore des cons je pèse mes mots pour suivre ces escrocs en bande organisée...


      • zygzornifle zygzornifle 27 décembre 2018 12:24

        Une crise ?

        Son médecin Buzyn lui a conseillé une cure de billets de 500€ de préférence sortant des prélèvements sur le dos des gilets jaunes et de la GSG des retraités ...


        • Le421 Le421 28 décembre 2018 09:31

          @zygzornifle
          Billets roulés par paquet de 20 et à se mettre... Dans le fondement !!


        • math math 27 décembre 2018 13:23

          e

          Macron-Benalla-Magouilles = Pléonasme...

          L’Elysée est un repaire de voyous...Ali « BOBOS » et ses 40 voleurs !


          • Fergus Fergus 27 décembre 2018 16:25

            Bonjour, math

            Ne mêlez pas les « bobos » aux agissements du panier de crabes élyséen !

            Des « bobos », il en est de toutes sortes, et si globalement leur manière de vivre prête à sourire, voire à des critiques, peu nombreux sont ceux qui participent aux dérives néolibérales qui plombent toujours plus la société.


          • Le421 Le421 28 décembre 2018 09:32

            @Fergus

            peu nombreux sont ceux qui participent aux dérives néolibérales

            Là, je dirais : « joker !! »


          • Fergus Fergus 27 décembre 2018 16:18

            Bonjour, Nemo3637

            Autant je suis d’accord avec votre excellente analyse du système capitalisme, dangereusement dévoyé par la prédominance de la financiarisation, autant j’ai des doutes sur les suites du mouvement des Gilets jaunes.

            Il faudrait, pour que le pouvoir en place soit mis échec et mat, que ce mouvement se poursuive, et même se renforce. Et cela en bénéficiant toujours, condition sine qua non, d’un fort soutien de la population. A cet égard, les fêtes passées, le mois de janvier sera décisif !

            Côté exécutif, Le Canard enchaîné nous a appris que la probabilité d’un référendum à questions multiples  sans doute couplé avec le scrutin des Européennes  était dans les tuyaux. En brossant dans le sens du poil les électeurs sur des sujets faisant assez largement consensus, Macron et ses amis espèrent endormir la colère populaire par ce biais de « démocratie directe ».

            Les électeurs seront-ils dupes des maigres avancées (par exemple 15 % de proportionnelle aux légisatives) soumises à leurs suffrages ? Rien n’est moins sûr ! Mais là encore, nul ne peut, à ce jour, prédire comment réagira l’opinion.


            • nemo3637 nemo3637 27 décembre 2018 19:20

              @Fergus
              Comment ne pas avoir des doutes, mon cher Fergus ! On n’est jamais sûr de rien.
              On peut juste constater certaines circonstances qui peuvent être propices à un mouvement social d’ampleur.
              L’électoralisme et le vote représentent aujourd’hui plus un piège qu’une preuve de démocratie.
              Une jolie plante inattendue surgit dans notre jardin. Et puis, malgré tous nos soins ou à cause d’eux... elle meurt brusquement. Marx évoquait une vieille taupe qui surgissait par surprise.


            • lloreen 27 décembre 2018 18:50

              Au cas où vous n’en auriez pas entendu parler, voici ce qu’ont fait les islandais lors de leur révolution pacifique de 2009.

              http://www.wikistrike.com/article-revolution-loin-des-medias-l-islande-reecrit-entierement-sa-constitution-99142021.html

              http://www.wikistrike.com/article-islande-93-du-peuple-impose-le-non-remboursement-des-banques-91079551.html

              http://www.wikistrike.com/article-silence-radio-sur-l-islande-103272392.html

              http://www.wikistrike.com/2015/07/l-idee-choc-etudiee-en-islande-et-si-on-retirait-aux-banques-la-capacite-de-creer-de-la-monnaie.html

              Pour rappel : Depuis le 18 juin 2015 il existe un conseil national de transition en France, créé par un collectif de citoyen, lequel a rédigé un programme et une « Cour Suprême ».

              https://www.conseilnational.fr/historique/

              https://www.conseilnational.fr/transition-programme/

              Un point commun relie l’Islande à la France : le silence radio sur les mesures essentielles.

              https://www.mesopinions.com/petition/justice/approuver-mandats-arret-delivres-cour-supreme/52273

              Par Conseil National de Transition

              Pétition adressée à CITOYEN DU PEUPLE DE FRANCE

              MANDAT D’ARRÊT

              Pour haute trahison, atteinte à la sûreté de l’Etat et crime contre l’humanité,

              La « Cour Suprême » de justice de France, créée pour représenter la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen », et animée exclusivement par des citoyens non professionnels, délivre ce jour, 10 novembre 2018, au nom du peuple de France représenté par tous les signataires, ce mandat d’arrêt concernant Emmanuel Macron, né le 21 décembre 1977 à Amiens, fils de Jean-Michel Macron et Françoise Noguès pour,

              - « Haute trahison » : violation de l’article 9 du préambule de 1946 du bloc de constitutionnalité, en raison de la vente illégale de biens du patrimoine national. Tentative d’établissement d’une dictature absolue par la loi n° 2017-1510 du 30 octobre 2017 visant à supprimer les droits « sacrés, inaliénables et imprescriptibles » pourtant garantis par la plus haute instance juridique de France : La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

              - « Atteinte à la sûreté de l’état » : organisation d’un programme d’immigration mettant tous les Français en état d’insécurité, en danger de guerre civile, et ce, en violation du « droit à la sûreté » dont toute association politique est pourtant garante (article 2 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen).

              - « Crime contre l’humanité » : le Décret n°2018-42 du 25 janvier 2018 obligeant à la vaccination annule le « Droit Parental », fondement de la civilisation humaine. De plus, les études préalables révélaient que les produits injectés affecteraient gravement l’état de santé mental et physique des enfants, c’est donc en toute conscience qu’Emmanuel Macron a usé de son pouvoir pour préjudicier à la vie de centaines de milliers d’enfants français.

              Ce mandat d’arrêt est étendu à Edouard Philippe, Agnès Buzyn, Jean-Michel Blanquer et Annick Girardin, co-signataires du décret relatif à la vaccination obligatoire ; et à tous les autres membres de ce gouvernement dont il est avéré qu’ils ont participé activement à trahir la France et les droits fondamentaux et inaliénables des Français.

              Pour exécution dudit mandat, nous mandons et ordonnons à tous officiers ou agents de la Force publique de rechercher, arrêter et conduire chacun de ces individus à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis pour être mis à la disposition de la justice, comme l’état de droit l’exige.

              Compte tenu du fait que ces individus disposent de nombreux complices dangereux et sont soupçonnés d’appartenir à des réseaux occultes ayant phagocyté plusieurs services des institutions nationales, il est expressément recommandé aux agents de la force publique d’intervenir en collaboration avec les services des forces armées de l’état, civiles ou militaires, respectueuses de l’état de Droit et fidèles à la Constitution.

              Pour que la Force serve la Justice, le Peuple et la Souveraineté de la Nation Française.

              Quant au « peuple », je crois que cela n’existe pas. Il y a les individus et des notions- clé reprises par la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qu’il n’est sans doute pas interdit de remettre au goût du jour, bien évidemment sans la dénaturer.


              • nemo3637 nemo3637 27 décembre 2018 19:28

                @lloreen
                Vous êtes véhément. Comment ne pas l’être au vu de tant d’injustices !
                Je vous imagine en un Fouquier-Tinville nécessaire.
                Le jour de la Liberté, on aura intérêt à filer droit !
                Mais vous avez raison, il faut savoir être ferme, rigoureux.


              • Le421 Le421 28 décembre 2018 09:36

                @lloreen

                organisation d’un programme d’immigration

                 ???


              • biquet biquet 28 décembre 2018 11:15

                @nemo3637

                Les modérateurs ont une nouvelle fois refusé mon article, je me fais un plaisir de le publier dans tous les articles.

                Agoravox est-elle devenue la Pravda soviétique ?

                Tous les articles que je propose sont systématiquement refusés, cela depuis 1 an environ. Agoravox est le seul média citoyen en France. La Presse citoyenne ne fait jamais la Une de l’actualité, la Presse mainstream étant en France détenue par des grands groupes financiers, elle voit d’un mauvais œil ces gueux qui s’expriment.

                Texte

                Agoravox est-elle plus libre pour autant ? Assurément non. En ce moment, presque tous les articles tournent autour de ces pauvres gilets jaunes qui sont obligés de prendre leur voiture pour aller au boulot, car celui-ci est à plus de 20 km et il n’y a aucun transport en commun. Mais il y a aussi une autre statistique, jamais mentionnée dans les articles d’Agoravox, c’est que 58 % des français choisissent de prendre leur voiture pour faire des trajets de moins d’un kilomètre. Le titre de mon dernier article était : taxe carbonne, l’urgence absolue. Je suis persuadé que les gilets jaunes font parti des 42 % qui ne prennent pas leur voiture pour un trajet inférieur à 1 km, et qu’une taxe carbonne pourrait pénaliser ceux qui font un usage immodéré de leur bagnole. Une partie de l’argent récolté pourrait servir alors à aider ceux qui sont obligés de faire 20 bornes pour aller au boulot avec leur voiture. Sont-ils si nombreux ? Représentent-ils 58 % de la population laborieuse ? Les agriculteurs qui, pour beaucoup gagnent moins de 300 euros par mois, ne font pas 20 km pour aller au travail.

                Si cet article n’est pas publié, c’est promis, je ne soumettrai jamais plus d’article sur AV. S’il est publié, un débat (et non un monologue) pourra s’engager.



              • nemo3637 nemo3637 28 décembre 2018 16:46

                En ce moment l’idée de nouvelles taxes n’a pas bonne presse !

                A mon avis, taxer ceux qui roulent trop, qui abusent, représente d’assez grandes difficultés. Il faudrait des contrôles, des contrôleurs... Vous me direz que ce pourrait être de nouvelles créations d’emplois....

                Et si l’on abolissait le Travail !


                • Xenozoid Xenozoid 28 décembre 2018 16:58

                  @nemo3637

                  abolire le salariat,cette condition d’esclavage aux banques qui ne sont que des opérateurs eux même esclaves d’une condition qu’ils acceptent,une illusion une vue de l’esprit, comme la chaine du petit éléphant qu’on affame ,et punis...on le remet affamé a un poteau, il grandira et la chaine deviendra un fil a la patte sans poteau il sera libre de sentir ses chaines aussi légeres que le maitre sur son épaule


                • Xenozoid Xenozoid 28 décembre 2018 16:59

                  @Xenozoid

                  sur son épaule =sur ses épaules


                • nemo3637 nemo3637 28 décembre 2018 17:24

                  Eh oui : l’image de ce pauvre petit éléphant ne nous rend pas optimiste !

                  Mais, même si vous restez résigné, reconnaissez que les réactions populaires sont souvent inattendues....


                  • Xenozoid Xenozoid 28 décembre 2018 17:26

                    @nemo3637

                    pas de résignation, juste un constat.et j’en ai d’autre comme ça


                  • Xenozoid Xenozoid 28 décembre 2018 17:28

                    @nemo3637

                    les eléphants aussi écrase parfois (par accident) leur nounou


                  • nemo3637 nemo3637 29 décembre 2018 09:24

                    Oui, on se doute bien que dans un magasin de porcelaine...

                    Soutenons le syndicat des nounous !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès