• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Macron UE MEDEF attaquent tous azimuts contre le SMIC et les salaires (...)

Macron UE MEDEF attaquent tous azimuts contre le SMIC et les salaires !

Cela faisait partie des ordres données par l’Union Européenne : empécher l’augmentation des salaires et en premier lieu faire baisser le SMIC.
Un point figurant explicitement dans les recommandations par pays – le programme de gouvernement – fixées par la Commission Européenne et valant programme politique du gouvernement Philippe et du président Macron.

 

Ce n’est donc pas une surprise de voir le régime Macron lancer à la plus grande satisfaction du grand patronat l’offensive contre le SMIC.
D’une part avec sa loi instituant le “droit à l’erreur” pour les patrons : en clair le droit de ne pas déclarer les salaires, de ne pas payer les cotisations sociales, de ne pas payer ou déclarer les heures supplémentaires (déjà qu’elles ne seront plus majorées avec les ordonnances loi travail…). D’autre part avec un rapport, écrit par des technocrates sans doute payés plusieurs smic par mois, recommandant de diminuer le smic. Rien moins que cela. Explications avec la CGT ci dessous.

De fait, si les travailleurs veulent voir les salaires augmenter, il va falloir tous ensemble et en même temps faire sauter les chaines austéritaires de l’Union Européenne, faire exploser le verrou de l’euro organisant les chantage et le dumping anti social et anti environnemental.

JBC pour www.initiative-communiste.fr

https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/macron-ue-medef-attaquent-azimut-contre-smic-salaires/

Non-respect du Smic et des durées maximales de travail : le ministère compréhensif

communiqué de la CGT – 4 décembre 2017

Le ministère du Travail a présenté ce 27 novembre un projet de loi « pour un État au service d’une société de confiance », dit « droit à l’erreur », qui a fait bondir le syndicat Travail emploi formation professionnelle (CGT-TEFP). Présenté dans les médias comme un texte de loi cherchant à simplifier les relations entre les administrés et l’État, ce projet vise en fait « à protéger les intérêts de ceux qui sont coutumiers » des erreurs de déclaration vis-à-vis des pouvoirs publics : contribuables fortunés et employeurs. « Nous nous étonnons que des règles aussi simples que le Smic ou la durée maximale de travail quotidienne figurent dès lors dans la liste des infractions concernées par le « droit à l’erreur ». Nous pointons également la curiosité statistique que révèlent les contrôles de l’inspection du travail : les erreurs dans le décompte de la durée du travail ou dans le respect des minima salariaux ne se font jamais en faveur des salariés », pointe le CGT-TEFP.

La communication gouvernementale fait aussi montre d’une ignorance crasse quant à l’activité réelle des services de l’État, rappelle le syndicat. En effet, les erreurs relevées aboutissement rarement à des sanctions : « S’agissant de l’activité de l’Inspection du travail, 98 % des suites données aux contrôles sont des avertissements sous forme de lettre d’observation. L’agent n’a malheureusement pas le pouvoir de notifier quelque amende que ce soit, il ne peut que les suggérer au procureur de la République — qui classe bien trop souvent la procédure sans suite — ou à sa propre hiérarchie. » La mise en œuvre de sanctions pénales fait suite à plusieurs rappels à la loi, hormis les cas d’accidents graves et mortels. Et de se poser la question : « Pourquoi inciter les directeurs régionaux à infliger un avertissement plutôt qu’une amende, si ce n’est pour ménager une énième porte de sortie aux employeurs qui ont choisi d’ignorer la réglementation ? »

Un rapport explosif pour dynamiter le SMIC !

La situation sociale et économique du pays montre l’urgence à augmenter les salaires, les minima sociaux et les pensions de retraite. La CGT propose la revalorisation immédiate du SMIC à 1 800 euros brut ainsi qu’une véritable dynamique salariale reconnaissant les qualifications et l’expérience professionnelle.

Les politiques libérales mises en œuvre, depuis plusieurs décennies, conduisent aujourd’hui inévitablement à une augmentation de la pauvreté, une aggravation des inégalités sociales et une dévalorisation du travail.

Elles font la part belle au Medef et aux politiques salariales dans les entreprises, alors que le pays regorge de richesses créées par le travail. Ces richesses n’ont d’ailleurs jamais été aussi mal réparties. Les résultats faramineux des grands groupes par exemple et les dividendes versés aux actionnaires en attestent chaque année. 2017 sera encore un très bon cru pour les actionnaires !

Le groupe d’experts sur le SMIC, encore une fois, préconise de ne pas accorder de « coup de pouce » au SMIC et, cette année, de stopper sa revalorisation automatique. Concrètement, ces experts « hors-sol » demandent de geler le niveau du SMIC sur plusieurs années mais, aussi, les salaires, les minima sociaux.

Dynamiter le SMIC est une atteinte grave et dangereuse contre des millions de travailleurs dans le pays, qu’ils soient payés au SMIC ou pas, du privé ou du public, quel que soit leur type de contrat. De plus, le groupe d’experts ouvre la piste d’un SMIC différent par territoire voire même « suggère » de réintroduire le SMIC jeune en lien avec la réforme de l’apprentissage.

La CGT ne laissera pas faire et n’acceptera nullement que ces préconisations soient traduites dans le futur projet de loi « croissance des entreprises », par exemple.

La CGT exhorte le gouvernement Philippe à ne surtout pas suivre les préconisations réactionnaires du groupe d’experts et à revaloriser le SMIC à hauteur de 1 800 euros brut par mois. Dans les entreprises et administrations, doivent s’ouvrir immédiatement les négociations avec les organisations syndicales, pour l’augmentation des salaires effectifs afin de revaloriser le travail, partager les gains de productivité et les richesses.

Montreuil, le 5 décembre 2017


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • taketheeffinbus 13 décembre 2017 10:16

    Ce qui fait chier, finalement, c’est que seul le parti communiste fasse front contre ça.

    Ils sont passés où les gauchistes insoumis ? Évaporés ? Et les gens de droite, ils veulent voir leurs gosses galérer comme en Allemagne ? Je ne parle pas du PS (plus centriste que gauchiste) vu qu’il est mort et que les insoumis ont pris leur place...


    • Armelle Armelle 13 décembre 2017 12:17

      @taketheeffinbus

      le parti communisse ?

      Où ça ?

      « Ils sont passés où les gauchistes insoumis ? Évaporés ? »

      Le 1er point d’interrogation est de trop...


    • Le421 Le421 13 décembre 2017 19:13

      @taketheeffinbus
      C’est un peu comme pour la défense de l’Hôpital de Sarlat.
      On s’est trouvé 200 connards à faire le défilé de l’Hôpital jusqu’au tour de ville sous la risée de badauds qui nous regardaient goguenards comme des « gauchistes imbéciles ».
      Ces pauvres cons ne réalisaient même pas qu’à l’entrée des urgences, on ne demande pas la carte du parti !!
      Et les morts sur la route de Périgueux commencent à se compter.
      Très discrètement.

      Tiens, regardez.
      J’ai mis sur Facebook le lien pour la pétition contre le 80Km/H sur les routes.
      Peu de mes contacts l’ont même vue.
      J’aurais mis la photo de mon chat mangeant une banane, ça aurait fait le tour du monde.

      Monde d’imbéciles...

      Tout ça, ce n’est même pas une question de partis.
      C’est une question de citoyens français...

      Té, je vous fait rire !!
      Je suis LFI.
      Mais franchement, je ne me sens pas du tout du tout extrêmiste de gauche radicale, bolchévique et tout et tout.
      J’ai de très bons amis patrons, de grosses boîtes locales, et ça ne me gêne pas du tout.
      Le Maire, Mme la Députée etc... Pas de mon parti.
      Nous échangeons de façon intelligente...


    • Ar zen Ar zen 14 décembre 2017 10:04

      @Le421

      Qui est à l’origine du démantèlement des services publics ?

      Il faut viser les « vrais » responsables le 421, nos « élus » ne sont que les marionnettes de l’UE. 
      Sans le Frexit, rien ne sera possible. Mais comment le faire comprendre à la population ? 

      Manifestation pour sauver l’hôpital de Douarnenez. D’où viennent les problèmes ? 


    • canard54 canard54 13 décembre 2017 12:19

      RAPPEL

      Vous avez voté pour alors chut..........


      • Le421 Le421 14 décembre 2017 08:42

        @canard54
        Le PRCF a appelé à voter Macron ??
        Ça m’intéresse votre info.
        Un lien ??


      • canard54 canard54 24 décembre 2017 15:12

        @Le421
        Ben oui la fameuse alliance républicaine, vous n’êtes pas au courant tous unis contre le FN qui vaut autant que les autres partis sinon mieux...


      • Armelle Armelle 13 décembre 2017 12:30

        « La CGT ne laissera pas faire et n’acceptera nullement que ces préconisations... »

        Si celle-ci en avait les moyens, on pourrait alors commencer à vous écouter, sauf que là, force est de constater que la CGT est loin d’avoir les moyens de ses ambitions...
        On aura vu les fiascos successifs de la rentrée
        Pffffff
        Les même causes produisent toujours les mêmes effets, et les parades ne restent que des parades...
        Il va falloir que ces organisations (financées par le contribuable) pensent un jour à se renouveler, à monter d’un cran , autrement dit à se « mouiller » vraiment car faire de la représentation burlesque avec Dupont et Dupont (le dur dans la rue et la couille molle à l’Elysée) sur le pavé parisien, il faut avouer que l’histoire devient débile !!! le problème c’est que c’est avec le pognon de tous...


        • Armelle Armelle 13 décembre 2017 13:19

          @Armelle
          En tout cas, ce qui est délirant, c’est votre naïveté profonde à imaginer qu’une organisation syndicale puisse aujourd’hui faire plier une autorité gouvernementale.
          Ces structures vivent de subventions d’état, comme les journaux (qui écrivent ce qu’on leur dit d’écrire), alors comment voudriez-vous qu’un duel équitable et dépourvu de pression d’un côté vers l’autre puisse voir le jour ?
          Un syndicat est juste un fusible, juste un intermédiaire « tampon » qui permet au patronat de négocier dans le calme avec qqes représentants (soudoyés à l’occasion) et évite les explosions en entreprise. Contrairement à ce que vous pensez, les syndicats sont indispensables pour le grand patronnat.
          Vous devriez méditer sur la citation de Chamberlain ;
          « Si vous voulez avoir un salarié docile, subventionner une bureaucratie syndicale est la rançon à accepter ». Et bien c’est que fait l’état avec la collaboration du grand patronat. Et les couillons sont toujours les mêmes...
          .
          Vous vous trompez de combat, ou plutôt vous ciblez le mauvais partenaire !!!


        • zygzornifle zygzornifle 13 décembre 2017 14:12
          Macron UE MEDEF attaquent tous azimuts contre le SMIC et les salaires !...

          Et ils y arriveront et très facilement , tous les partis politiques sont émiettés , les syndicat sont en syncope et ne sont même pas capable de s’organiser entre eux , ils sont tous pathétiques , quand il y a une grève il n’y a que quelques clampins qui défilent , les flics n’ont même pas besoin de les gazer , ils pètent pour la disperser .....

          Macron c’est un retour retour vers le passé .....

          • francois 13 décembre 2017 17:01

            @zygzornifle
            plus il y a de pauvres, plus il y a des gens corvéables.


          • Dr PEB Dr PEB 13 décembre 2017 18:55

            Ce n’est pas qu’une question d’actionnaires. Actuellement, la mesure serait indolore car les prix sont stables (selon les objectifs constitutifs du système européen de banques centrales !).

            Toutefois, l’inflation présente de la masse monétaire qui fait monter les actifs au sommet pourrait se traduire par une hausse des prix à la consommation qui serait amplifié par le désordre provoqué par l’éclatement des bulles et la hausse brutale des taux d’intérêt. Si les revenus de base suivent exactement la vague (avec quelques mois de retard), le phénomène ne pourrait être enrayé tandis que le service de la dette asphyxie l’Etat et bloque l’investissement.
            Le prélèvement à la source des impôts procède des mêmes raisons. Un collectif budgétaire est présentée en conseil des ministre et hop ! on majore les taux de prélèvement de la prochaine paye !

            Or, la mère des bulles, la bulle de la bulle de tout, c’est la bulle des dettes souveraines. Seul un désendettement général et la fin de l’interventionnisme public pourraient arrêter le massacre mais au prix d’un choc économique et social sans précédent.
            Ce serait un mal pour un bien : Amazon sur-côté 2000 fois son dividende permet à J. Bezos de se payer les entreprises nationales de distribution (La Redoute, les 3 Suisses). L’excès de crédit finance des centres commerciaux vides qui dépeuplent les centres-villes. Et j’en passe.


            • Le421 Le421 14 décembre 2017 08:47

              @Dr PEB
              Quel est le con fini qui a mis « 1 étoile » à votre com ?
              Il n’a sans doute pas été capable de comprendre.
              Pourtant, vous tapez juste.
              Les dirigeants commencent à ouvrir le parapluie pour un orage qui se pointe.
              Le blocage des liquidités par les banques, y compris en France, est envisagé pour des durées courtes.
              Je pense qu’ils vont commencer progressivement, puis...
              En Grèce, toute l’Europe s’en est battu les couil... !!


            • francois 14 décembre 2017 09:55

              @Le421

              Ca c’est la version complotiste descendu de la paranoïa sociale et de l’individualisme.

              C’est oublié que dans ce monde, tous et toutes nous sommes liés, reliés, dans un monde financier et éco failli et que les jumelles, il faudrait les utilisés selon le mode d’emploi.


              Quant à la Gréce, les grecques ont eu leur destin en main et ont choisi de ne rien faire.

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 décembre 2017 07:45

              Excellent résumé de la politique européenne imposée à la France !
              Mais pour qui le PRCF a-t-il appelé à voter ?
              Pour Asselineau qui propose la sortie de l’ UE et de l’euro ?


              Pas du tout, le PRCF a appelé à voter Mélenchon qui ne veut sortir de rien du tout... Comme Etienne Chouard, d’ailleurs.

              Et que font tous ces militants de Gauche devant les réformes imposées par Bruxelles et les Traités européens ? Ils ont créé le Club des pleureuses :
              « Bouooo.... ! quelle grosse malheur, camarades, la baisse des salaires, la fin du SMIC... »


              Il n’y a pas que le MEDEF qui soit content, les révolutionnaires aussi ! Plus les citoyens en prendront plein la figure, plus ils décideront de faire la Révolution ! Ollé !

              Pour faire la révolution, il faudrait que les Français aient confiance dans les syndicats, et c’est râpé. La CGT, que nous vante le PRCF, est financée par Bruxelles pour assurer la paix sociale, par CES interposée, ainsi que tous les autres syndicats, sauf SUD.
              Cf « les escrocs de la Confédération européenne des syndicats »


              Et il faudrait aussi que les Français aient confiance dans les Partis de Gauche, et là aussi, c’est mal barré.... Mélenchon ne soutient même pas le Venezuela, alors, penser qu’il soutiendra une révolution relève de l’utopie...

               En Corse, Mélenchon est ravi de la défaite des Communistes et félicite les autonomistes« ... Avec des amis pareils, le PRCF n’a pas besoin d’ennemis...

              Mélenchon vient de se déclarer »Indépendantiste français ".
              Indépendant que quoi ? Allez savoir...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires