• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Changement climatique, pollution et intérêts bien compris

Changement climatique, pollution et intérêts bien compris

Il y a deux semaines, la publication d’un nouveau rapport alarmiste du GIEC sur les conséquences de l’activité humaine sur la planète a été l’occasion de nombreuses publications appelant à une mobilisation planétaire. Mais, comme le remarque bien Frédéric Lordon, bien de ceux qui s’alarment ne remettent jamais en cause les causes de cette crise écologique et climatique.

 

Des causes et des conséquences
 
Le papier de l’intellectuel frappe juste. Comme souvent, il s’attaque aux média dominants, si prompts à tirer la sonnette d’alarme sur le climat et l’environnement, mais incapables de s’en prendre à tant de causes de ces dérèglements. Bien sûr, ils parlent aujourd’hui du plastique, mais il faut en général que d’autres posent vraiment les questions qui fâchent avant qu’ils embrayent. Mais surtout, Lordon dénonce « ces appels sans suite (…) on se demande combien de temps encore il faudra pour que ces appels à sauver la planète deviennent capables d’autre chose que de paroles sans suite, de propos en l’air et de mots qui n’engagent à rien – pas même à articuler le nom de la cause : capitalisme  ».
 
En somme, Lordon va jusqu’au bout du raisonnement esquissé par Nicolas Hulot lors de sa démission. Nous n’allons vraiment pas jusqu’au bout de l’analyse. Jusqu’à présent les mesures prises sont largement arbitraires et inégales, et donc peu efficaces : c’est notamment le cas des hydrocarbures. Pourquoi donc le carburant des voitures particulières est-il plus imposé que le kérosène, le fuel des bateaux ou même des camions ? Ne faudrait-il pas une taxe carbone uniforme pour tous les hydrocarbures ? Encore une fois, on constate que les intérêts particuliers passent avant l’intérêt général et que la fiscalité écologique n’est pas la même pour tous, des citoyens aux multinationales marchandes
 
Et n’est-il pas fou que des dizaines de milliers de kilomètres soient faits pour la chaine d’approvisionnement des composants d’un téléphone avant qu’il arrive dans nos mains  ? En fait, aujourd’hui, les dégâts environnementaux n’ont parfois aucun coût... A quand une imposition uniforme, importante et croissante des hydrocarbures, de la manière la plus coordonnée possible, avec, des taxes douanières hydrocarbures aux frontières pour qu’il n’y ait pas de prime aux moins-disant environnementaux  ? C’est à l’Etat d’agir car le capitalisme ne se soucie que du profit à court terme. Malheureux, l’Etat agit souvent vite et superficiellement, comme avec ces voitures électriques pas si vertes.
 
Encore un sujet sur lequel l’UE ne fait pas grand chose, se contentant de cibler quelques bouc-émissaires faciles pour se donner bonne conscience, tout en laissant faire la majorité des pollueurs. Son marché du carbone est un échec patent, même pour les plus libéraux, car trop de pollueurs bénéficient d’avantages indus et le mécanisme même d’un marché fait beaucoup trop fluctuer le prix du carbone, pour permettre les investissements à long terme. Plus globalement, on peut aussi questionner la pertinence écologique des modèles d’affaires basés sur la livraison à domicile, qui ne font pas toujours vraiment payer le coût que représente cette fragmentation de la chaine logistique.
 
 
Malheureusement, dans un système ultralibéral reposant sur la somme des égoïsmes, et refusant des actions fortes de l’Etat, notamment par la fiscalité, difficile de croire que le seul marché nous mènera dans la bonne direction. Non seulement la quête du profit ne nous sauvera pas, mais elle peut pousser des comportements destructeurs. Merci à Frédéric Lordon de le rappeler.

Moyenne des avis sur cet article :  3.08/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • baldis30 30 octobre 10:49

    bonjour,

     Les présages et les songes, il faut y croire et moi j’y crois vraiment... vraiment ( Audran La Mascotte )

     Et vous croyez encore aux élucubrations du GIEC après les démissions de personnes comme Lindzen, Landsea et autres Pielke qui chacun dans leur domaine représentent le savoir et la sagesse  !

    La peste verte héritière de toutes les pestes obscures ou colorées, brune ou rouge, envahit les pensées ... Et comme toujours les antidotes immédiats sont inopérants ..

    Parmi tous les thuriféraires du réchauffement combien ont lu l’histoire du climat depuis l’an mil et ont une idée même élémentaire des mesures mises en œuvre pour le décrire ? Et parmi ceux qui l’ont lu combien sont-ils capables de le commenter ou d’apporter une brique à l’édifice .

    Je comprends fort bien que l’optimum climatique du Moyen Âge soit d’origine anthropique : avec le nombre de brasiers allumés pour bruler les hérétiques, les cathares et tous les alchimistes on comprend cet optimum qui permettait aux troupeaux de franchir le col du Géant sans mettre un seul pied sur un glacier ....

    ceci comme exemple et est-ce bien le seul !.

    Aujourd’hui on ne brûle plus, on matraque et au besoin ( voir le cas Landsea) on adapte les mesures aux conclusions que l’on veut tirer ... Au pays de Descartes ...

     Heureux qu’il soit tombé cinquante centimètres de neige chaude sur le Massif Central.... ouf cela conforte que le climat se réchauffe !

     Heureux aussi que le ridicule ne tue plus ..... il vaut mieux car aurait-on assez de bois pour fabriquer tous les cercueils et la planète serait déforestée.


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 octobre 10:55

      Ah ! La climastrologie !

      D’ailleurs, la princesse NKM l’a bien dit : « Tous les incroyants sont des connards ».

      Fin de citation.


      • baldis30 30 octobre 11:14

        @JC_Lavau

        bonjour,
         « Ils n’en mourraient pas tous mais tous étaient frappés
        La peste un mal qui répand la terreur
        .... »

         Quelle soit rouge, verte ou brune la peste reste la peste !
        L’antibiotique multicolore n’est pas encore mis au point !


      • Tom France Tom France 30 octobre 11:51

        Le libre échange et la suppression des frontières sont en grande partie responsables puisque les industries font tous fabriquer à l’étranger, dans des pays qui ne possèdent aucunes normes environnementales, sans compter qu’après, ils faut encore importer avec toute sortes de moyens de transports ultra polluants les produits en question que l’on pourrait fabriquer chez soi !

        Le hic, c’est que les gauchos qui prétendent faire de l’écologie (alors qu’ils ne s’agit que d’une lubie déjà récupérer par le marché et les marchands de monnaie) défendent un système qui pousse à cette pollution destructrice ! 


        • Spartacus Spartacus 30 octobre 12:21

          Bon les USA viennent de démentir les étato-impérailistes....

          La pollution, et les rejets de CO2 ont diminué tellement que la chine et l’inde sont passé devant et que l’Europe avec les politiques écologiques en Allemagne et Espagne qui augmente le CO2 et les USA qui diminuent les courbes vont se rencontrer...

          Bon en France t’a des sermons écolo chaque jour à la radio et TV, des primes et des taxes et une destruction en coupe au carré de toute l’économie marchande par l’écologie, sans compter le pouvoir d’achat amputé fortement.

          T’achète une belle essence, t’as une prime écolo à la conversion (on te donne de l’argent) et t’as un malus écolo (on t’enlève de l’argent)...

          C’est con ? Oui c’est con !

          On accuse le nucléaire qui coûte pas cher, qui ne rejette pas de CO2, qui ne prend pas beaucoup de place et on encense les éoliennes avec des centaines de blocs en béton quasi non démentellables dans les lieux sauvages, on encourage des champs de panneaux solaires qui demandent terres rares et approvisionnement de mines polluantes avec rejet chimiques partout et CO2 à mort et il faudrait la France entière pour égaler 2 centrales nucléaires, marche par intermittence et en plus sont non rentables.

          Et le souverainiste qui vient nous dire que l’état n’intervient pas « assez ». Rigolo !


          • Ruut Ruut 30 octobre 12:36

            @Spartacus
            En écologie, tout dépend de ce qui est mesuré et comment et où c’est fait.
            En France l’écologie est une excuse pour rajouter de nouveaux impôts.


          • Spartacus Spartacus 30 octobre 13:13

            @Ruut
            C’est pire que des impots, c’est une idéologie décliniste et d’asservissement et qui détruit l’économie.


          • JL JL 30 octobre 13:19

            @Spartacus

            ’’une idéologie décliniste et d’asservissement et qui détruit l’économie.’’


             
            Ah oui ? Comme les barres de contrôle dans les centrales nucléaires, qui ’détruisent’ les réactions atomiques ?
             
             C’est cette idéologie verte qui a détruit 60% de la faune terrestre, peut-être ?


          • JL JL 30 octobre 15:15

            @JL

             

            Constat dramatique : En 44 ans, 60 % des animaux sauvages ont disparu

             

            et je ne parle pas des autres espèces dont la disparition est tout aussi dramatique et problématique, notamment pour les abeilles.


          • ninportequoi 30 octobre 20:13

            @Spartacus

            A propos de croisement des courbes il faut noter que le KW/h nucléaire ne cesse de monter alors que le KW/h éolien et solaire ne cessent de baisser. Les nouveaux champs éoliens allemands vont être compétitifs sans aucune subvention en raison des progrès faits dans le domaine. Le soutien temporaire à ce secteur (prix de rachat du KW/h) porte maintenant ses fruits, la taille et le rendements des machines les rendent aujourd’hui concurrentielles avec les autres sources de productions. La puissance nominale d’une machine standard était 500 KW en 2000. Aujourd’hui c’est 10 fois plus et cette évolution va se poursuivre. 
            Le nucléaire devient le mode de production le plus coûteux de tous. Le prix actuel du nucléaire en France est lié au fait que le parc est très ancien et qu’il est aujourd’hui amorti. Ce prix n’intègre pas encore le grand carénage (remise à niveau en raison du retard des EPR), ni le démantèlement (on ne sait pas faire), ni le stockage des déchets. Mais pour les centrales futures le prix du KW/h grimpe : environ 100 € le MW/h pour les EPR et le prix garanti pour les EPR Anglais est de 120€ le MW/h.

            La baisse des émissions de CO2 aux Etats-Unis (  24% entre 2006 et 2016) est due principalement à la baisse de la consommation de charbon et à la hausse de la production des énergies renouvelables (éolien et solaire soit 7 %)
            Le charbon, qui est le plus gros producteur de CO2 par KW/h entrait pour 50% dans la production électrique en 1990 et est tombé à 30 % en 2016.
            Cette baisse à été accélérée par le Clean Power Act décidé sous Obama. Trump a bien l’intention d’abolir cette loi et de relancer la production et la consommation de charbon (c’est dans son programme). Autant dire que la baisse actuelle résulte des lois écologistes d’Obama et que la production de CO2 va repartir grace à (ou à cause de) Trump.
            Les Etats-Unis malgré cette baisse relative restent le plus gros producteur de CO2 par habitant.
            De plus je ne comprends pas bien votre logique. D’une part vous présentez cette baisse de production de CO2 aux Etats-Unis comme une réussite. Dans d’autres articles, vous affirmez que le CO2 ne pose aucun problème.
            Quelle est votre position exacte sur la question ?


          • jipebe29 jipebe29 1er novembre 18:45

            @ninportequoi
            Quand vous saurez que kW/h ne veut rien dire, vous aurez gagné en crédibilité. 
            P=E/t donc E=P.t et se mesure en kWh (ou MWh ou GWh)


          • ninportequoi 2 novembre 20:25

            @jipebe29
            Cela ne veut rien dire et pourtant vous savez parfaitement de quoi je parle.
            Étonnant, non ?


          • JL JL 30 octobre 13:31

            Tous ces liens redondants donc inutiles rendent la lecture extrêmement pénible.


            • JL JL 30 octobre 13:35

              Avec le mariage de l’UE et de la Droite la plus bête du monde et qui ne lâche rien, nous avons en France une politique qui tient à la fois de la carpe et du lapin, du libéralisme le plus sauvage et de l’interventionnisme le plus borné.


              • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 18:13

                Les politiques les migrants les moustiques et les frelons asiatiques eux ne sont pas en voie d’extinction ....


                • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 31 octobre 02:37

                  Arrêter d’usurper le titre « gaulliste ». Vous ne l’êtes pas.

                  Si vous l’étiez vraiment, vous seriez orphelin d’un parti car il n’y a personne de vraiment gaulliste actuellement sur la scène nationale et surtout pas NDA, le présidentiable en lutte contre les radars automatiques, mdr. A la limite vous seriez à l’UPR que ça pourrait se défendre du bout des lèvres et encore, il manque une stratégie concrète à l’UPR.


                  • baldis30 1er novembre 09:17

                    @dr.jambon-beurre

                    bonjour,
                     mais vous-même savez vous ce qu’est le fondement du gaullisme : l’indépendance et de ce postulat en résulte des positions claires en matière d’abord de défense et de politique étrangère puis économique !
                    Et sur ce dernier chapitre il y a une phrase célèbre qui demande à être étendue :
                     « La politique de la France ne se fait pas à la corbeille »
                     Soyons clairs et précis et puisque vous ne semblez pas comprendre je vais prendre le problème sous une autre forme en détaillant
                    « La politique de la France ne se fait pas à Genève ou au Vatican relayés par leurs représentants locaux dénommés consistoire ou évêché ou très souvent banquiers  »
                    « La politique de la France ne se fait pas à Jérusalem ou à Ryad relayés par leurs représentants locaux dénommés synagogues ou mosquées, ou très souvent banquiers »
                    « La politique de la France ne se fait pas à Bruxelles ou Francfort relayés par leurs représentants internationaux au Luxembourg, aux îles Cocos ou à l’île de Man ou très souvent banquiers » !
                     La politique de la France se fait avec le peuple français que cela vienne du général de Gaulle ou ... d’ailleurs, ce qui est à peu près pareil mais peut-être moins vieux pour votre compréhension  !


                  • jipebe29 jipebe29 1er novembre 18:57

                    @Laurent Herblay

                    Vous ignorez visiblement les procédures du GIEC, structure politique sous l’égide du Grand Machin.


                    Etape 1 : un volumineux rapport scientifique est publié, mais il n’est lu que par des scientifiques. 


                    Etape 2 : un résumé pour les décideurs (SPM) est élaboré avec les représentants des gouvernements, diplomates et fonctionnaires. Ce court document n’a aucune valeur scientifique et a pour objectif une propagande en faveur du dogme de la Sainte Eglise Onuso-GIECquienne. Privilégiant un alarmisme aussi débridé qu’irrationnel, Il est diffusé urbi et orbi avec les trompettes de la propagande politico-médiatique.


                    Etape 3 : un document de 16 pages de modifications est imposé au rapport scientifique pour le mettre en conformité avec le SPM. 


                    Conclusion : la science est instrumentalisée par le politique et l’idéologie.


                    • jipebe29 jipebe29 1er novembre 19:03

                      @Laurent Herblay

                      Ce que vous devriez savoir :

                      Il n’y a aucune preuve scientifique que le CO2, quelle que soit sa source, ait une action mesurable sur la température, et donc mener des actions politiques sur cette base plus que fragile confirme qu’il s’agit davantage d’idéologie que de science et de raison. La TMAG (température moyenne annuelle globale) est montée de +0,8°C en 130 ans, mais elle est quasiment stable depuis le début des années 2000 (mesures satellitaires UAH : http://www.woodfortrees.org/plot/uah6/from:2002 ) et ce, malgré une inflation des émissions mondiales de CO2. Rien que cette observation de bon sens met à mal les thèses hypothétiques du GIEC. En outre, les projections des modèles numériques divergent de plus en plus des observations, ce qui montre que leur crédibilité est nulle, tout comme les thèses du GIEC qui en sont le socle.Taxer le CO2, gaz de la Vie sur Terre (photosynthèse) se focaliser sur nos émissions de CO2 qui sont par ailleurs, selon le rapport AR5, de 4-6% du total des émissions, et mener des politiques aussi onéreuses qu’inutiles est une absurdité sans nom. Où es-tu ô siècle des Lumières ? Egaré dans le dogme du réchauffement climatique anthropique ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès