• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Dérisoirement durable

Dérisoirement durable

Face aux enjeux environnementaux mondiaux dont nous venons de prendre conscience, nos sociétés humaines sont-elles vraiment capables de répondre à la bonne vitesse et avec l’intensité adéquate ?


Selon un prétendu proverbe chinois, mille jurons n’ont jamais déchiré une seule chemise.


A l’heure où nombreux se penchent à nouveau quotidiennement sur la situation de la banquise polaire arctique, le petit graphique simplissime ci-dessus montre que mille colloques ne semblent pas non plus capables d’interrompre la transformation du climat de notre planète.

Plutôt que de nous maintenir encore dix ou vingt ans dans l’illusion que nous sommes en train de mettre en place, de façon universelle, un modèle de développement réellement durable de l’humanité, il serait plus raisonnable de reconnaître notre échec complet à transformer fondamentalement notre modèle de civilisation dans un délai compatible avec les échéances climatiques.

A l’échelle des nations, celles qui tentent d’ailleurs de démontrer aux autres qu’elles ont enfin trouvé la voie souffrent souvent de schizophrénie. Les Pays-Bas se vantent d’être le royaume de la petite reine, mais vendent du méthane par millions de m3 à l’Europe entière. Le Danemark est très fier de ses éoliennes, beaucoup moins de ses plates-formes off-shore. La Norvège produit pratiquement toute son électricité grâce à la force hydraulique, mais noie la planète sous ses exportations de pétrole.

La position actuelle des Etats-Unis, qui n’ont toujours pas ratifié le protocole de Kyoto, a au moins la mérite de la franchise.

Nous faisons certainement preuve de la plus naïve ambition à vouloir transformer en profondeur nos sociétés humaines en quelques décennies par le simple truchement de taxes, de marchés de crédits d’émission et de modifications marginales de nos comportements.

On ne change pas de modèle sociétal en une ou deux générations : il en faut probablement quelques dizaines. Le concept de démocratie parlementaire s’est imposé aux esprits des Lumières : il a fallu 250 ans pour qu’une fraction significative de l’humanité en bénéficie en pratique.

Sans pour autant arrêter ce qui va dans le bon sens sans rien coûter, laissons tomber les autres efforts de prévention, souvent coûteux et au résultat aléatoire (capture et stockage du CO2, véhicules très faible consommation, etc.) et consacrons les quelques années de tranquillité qui nous restent à concevoir exclusivement les soins curatifs que nous devrons apporter à la planète quand elle sera plus chaude de trois à six degrés.

Il est puéril de tout miser sur la solution technologique miracle qui réglera le problème, sa probabilité d’occurrence est faible, et les grandes découvertes ne se commandent pas. Rappelons que l’énergie atomique n’a pas été découverte parce qu’on a cherché une alternative aux combustibles fossiles, mais parce qu’on cherchait des armes toujours plus puissantes et meurtrières.

Le temps est venu d’investir exclusivement dans les infrastructures qui nous permettront de survivre à un climat inédit.

Bref, construisons des digues plutôt que des voitures électriques, et disons enfin la vérité à nos enfants : le développement durable pour tous, ce sera pour le XXIVe siècle.

Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • gecko gecko 16 mai 2008 10:33

    article tristement réaliste... j’entends déjà certains écolos dire que tout est encore possible... alors faut il être fataliste ou optimiste ? je vais choisir le coté optimiste et espérer qu un astéroide nous tombe sur la tête !


    • morice morice 16 mai 2008 10:41

      Raser la moitié de la planète ? Il y en a qui y songent....


      • geko 16 mai 2008 11:50

        33 pays en crise de famine c’est un bon début pour y arriver Morice. Une petite grippe aviaire derrière et hop le tour sera joué !!!

        @L’auteur vous avez oublié la France et son Grenelle de fanfaronnade qui a abouti a une relance des ventes de bagnoles renforçant ainsi son usage et le bagnolisme primaire si cher aux français.

        Quid du ferroutage ? On préfère bitumer tout ce qu’on peut pourvu que ça fasse tourner un business qui a fait ses preuves.

        Les transports en commun de plus en plus saturés, Les TER se cassent la gueulle sur un réseau trop vétuste !

        En attendant, la région Toulousaine vient de se faire dévaster par un orage de grêle comme on en voit rarement en plein mois d’aout aprés une grosse période de chaleur.

        A cette occasion j’ai assisté à un phénomène assez troublant : Juste avant que la grêle commence à tomber et l’espace d’une minute il est tombé comme des paquets de neige de plus en plus gros allant jusqu’à la taille d’une de ces boules avec lesquelles on s’amuse l’hiver. Au début j’ai cru à un vol d’oiseau qui se lacher copieusement , j’ai arrêté mon véhicule pour chercher à comprendre, tout autour de moi la nature était figée, les feuilles des arbres relevées à l’horizontal défiant toutes les lois de la gravité terrestre (non non j’ai pas bu l’apéro après mon taf) . Un début de tornade avorté ? En tout cas très angoissant et déconcertant à vivre !

        Ce matin mon jardin était encore couvert d’une bonne couche de glace pilée, le potager réduit au néant, je pense que certains agriculteurs doivent avoir le moral bien bas à constater les dégats ce matin ! 


      • Anto 16 mai 2008 11:00

        Ca tombe tristement sous le sens. Merci pour cet article. Le probleme néanmoins, c’est que les digues sont un cauchemar marketing, alors qu’un 4x4 hybride "urban proof" (lol) pour lequel on paiera malgré tout la taxe carbone se vend tout seul.


        • Spookimouk 16 mai 2008 11:09

          Plus le temps passe, plus il donne raison à l’auteur. C’est triste de voir que le pognon aura le dernier mot quoiqu’il arrive.

          Nous trouverons une alternative aux énergies fossiles.. quand il n’y en aura plus.


          • 5A3N5D 16 mai 2008 11:54

            Que le réchauffement soit dû aux gaz à effet de serre ou à autre chose, une seule certitude : même si certains clament que la planète peut nourrir 12 milliards d’humains ou même davantage, il faudra bien un jour se poser réellement la question de la surpopulation.

            Surpopulation qui contraint à des méthodes agricoles de plus en plus techniques et polluantes, de plus en plus dangereuses, de plus en plus coûteuses, de plus en plus discriminantes. 

            Ou alors, il faudra s’attendre à des manifestations cruelles de Dame Nature. La France n’a pas connu de famine depuis 1845-1846. Il ne faut pas désespérer d’une bonne crise financière se terminant en révolte des estomacs :

             http://www.lemonde.fr/sciences-et-environnement/article/2008/04/21/une-epidemie-de-rouille-noire-redoutable-parasite-du-ble-menace-les-grands-pays-cerealiers-d-asie_1036464_3244.html 

            Probablement une bonne occasion de nous refiler des OGM, pour le plus grand bénéfice de certains.

            Ne pas oublier en outre que les ruminants produisent 20% des gaz à effet de serre (méthane bien plus dangereux que le CO2.)

            Les océans n’en peuvent plus. La planète n’en peut plus ! Elle a chaud, elle a soif, elle a froid, elle a faim. Stop à cette "croissance" débile, sur laquelle les bons conseilleurs spéculent tout en nous menant à la catastrophe. Si la population ne se régule pas, elle sera régulée d’office et de façon cruelle. H1N1 pourrait se transformer en H5N1, et ce n’est qu’un exemple pris au hasard.


            • yoda yoda 16 mai 2008 12:02

              Ce que vous nous dites c’est que "ca ne sert a rien d’arreter de fumer quand on a developper les metastases, et qu’on ne change pas ses habitudes du jour au lendemain". On peut aussi se dire que "ca peut servir de s’arreter de fumer quand on a un debut de metastase, et que meme des tres gros fumeurs y arrivent." Y a pas de fatalite.


              • faxtronic faxtronic 16 mai 2008 13:01

                merci pour l’article, c’est exactement ce que je pense depuis au moins 5 ans. Kyoto etait contreproductif, car basé sur le volontariat. Les energies renouvelables se doivent d’etre bon marche pour ne pas etre un coup marketing. Moi je m’adpte a cela, J’ai acheté un appartement tres en hauteur a Bruxelle, já i arrté quasiment la voiture uniquement parceque l’essence coute trop cher, et je vais acheter des terres dans ma campagne, avec un petit bois pour plus tard, ou j’y batirais d’ici 5 ou 6 ans un blockhaus autonome en energie et en nourriture.

                Je suis un fou de jardinage, suffisamment pour savoir qu’il virtuellement impossible d’avoir sa pitance quotidienne assurée avec.

                 


                • Di Girolamo 17 mai 2008 10:31

                  Plus on s’informe et plus on réfléchit à la question plus c’est le pessimisme qui l’emporte : pessimisme sur la situation globale elle même , l’ensemble des effets produits par nos sociétés dessinent un avenir calamiteux ; pessimisme sur nous mêmes , à l’origine de ces phénomènes et effectivement aujourd’hui bien incapables d’apporter la bonne réponse dans le bon timming . L’affrontement social , l’individualisme, les conflits , les guerres devenant aussi des effets prévisibles .

                  Ce qui est ici en question c’est notre capacité de réaction et d’organisation collective , notre capacité à nous mobiliser autour de la compréhension et de la construction collective d’une réponse ; ce qui est en question c’est donc bien notre capacité politique.

                   

                  C’est là où le bât blesse : notre système politique, nos représentants , nos modes d’élections, notre manière d’aborder les problèmes ... Tout cela est caduque , démodé , obsolète , complètement inadapté à construire une réponse à cet enjeu .

                  Tant que ne se constitura pas un groupe assez nombreux de citoyens mettant en avant cette question de l’outil et de l’organisation politique , on avancera pas ; le début de la réponse tient dans notre capacité de questionment et d’action et cela c’est par essence l’activité politique .

                   


                  • HELIOS HELIOS 18 mai 2008 22:13

                    Ce que vous dites ne nécessite aucune modification, aucune révolte, rien... juste un bulletin de vote choisissant un representant des citoyens sincère et responsable.

                    Arretons de vouloir changer ce qui marche... apprenons simplement a nous servir de ce que nous avons.


                  • Stoïque 17 mai 2008 11:39

                     J’avais fait la réponse ci-dessous pour l’article « Pour une relance du nucléaire », mais il m’a été impossible de poster ce commentaire (problème technique ?). L’article « dérisoirement durable », très lucide me permet de la poster. Bravo à l’auteur pour cet article !

                    Il y a des lobbyes trop puissants dans l’énergie (pétrole et nucléaire ) pour qu’on puisse axer rapidement le monde et les recherches vers les énergies solaires qui sont inépuisables et certainement moins dangereuses que le nucléaire, moins polluantes que le charbon ou le pétrole et plus sûres que l’éolien très marginal au niveau efficacité.

                    Indépendemment des déchets nucléaires, il me semble qu’il y a aussi le démantèlement des centrales nucléaires agées qui pose problème. A long terme, le nucléaire n’est pas le bon choix !

                    Certes, sur l’heure, le nucléaire pourrait être une solution transitoire d’attente, plus propre que le charbon ou le pétrole, mais la logique serait donc d’utiliser les techniques nucléaires actuelles pour attendre et utiliser les fonds de recherches pour ne développer que le solaire.

                    Le problème, c’est que ceux qui ont beaucoup à gagner dans le nucléaire ne doivent pas voir la chose d’un bon oeil.....

                    Il y a beaucoup d’hypocrites brandissant la défense de la planète, mais leur but principal est en fait de refourguer leur "camelote" ou de retarder au maximum l’irruption de nouvelles technologies.

                    On amuse la galerie avec les lampes basse consommation par exemple pour économiser l’énergie et de l’autre, les tiroirs sont pleins de projets pour des usines de super-production d’énergie...pour lesquelles il faudra trouver à nouveau de moyens de dépenser les excédents...

                    Sans penser que la décroissance puisse être acceptée par une majorité d’humains, la chasse aux gaspis et l’orientation vers le solaire seraient certainement à l’échelle de la planète une bonne voie, mais comme les intérêts des lobbyes seront sans doute - sauf catastrophe - les plus forts et que la Terre continuera d’être gérée politiquement de façon anarchique, ce n’est sans doute pas la sagesse qui l’emportera...

                    Comme disait la chanson du groupe Téléphone (?), je rêvais d’un autre monde, où la Terre....


                    • Stoïque 17 mai 2008 12:40

                      http://www.manicore.com/

                       ...dans la partie "Le réchauffement climatique (le changement climatique) : réponse à quelques questions élémentaires", sous le lien : les journalistes sont-ils de bons porte-paroles des experts ? 

                      On mesure l’étendue des problèmes d’absence de connaissances, quand on essaie soi-même de comprendre les techniques d’acquisition des énergies et leur utilité véritable et de l’expliquer ensuite aux autres. Il faut très souvent aller contre des idées reçues - issues parfois de l’intox des dérives mercantiles - et de grandes lacunes chez ses interlocuteurs. Cela prend du temps...

                       

                      En complément à mon premier commentaire, du fait d’une sensibilisation aux problèmes liées à l’installation possible d’éoliennes sur une montagne ( Le Sénépy, au sud de Grenoble ) située en plein milieu de la Vallée Sud de Grenoble et donc visibles de TOUTES les montagnes environnantes, je me suis un peu plus informé sur les techniques des énergies renouvelables et leur intérêt.

                      Un bon site permet de se faire une meilleure idée de l’utilité réelle de certaines énergies renouvelables et leur impact réel ( peut-être plus négatif que positif, pour les éoliennes par exemple ) :

                      http://www.manicore.com/documentation/serre/sansCO2.html

                      Du même auteur, j’ai lu tout récemment une excellente analyse de la connaissance réelle (très faible et quasiment liée qu’à ce que diffusent les médias) du grand public, des élus et des médias eux-mêmes sur les problèmes environnementaux, dans le livre collectif "L’homme face au climat" d’Edouard Bard (Collège de France - Editions Odile Jacob) datant de 2004.

                      J’ai retrouvé à peu près l’analyse complète concernant les médias sur l’un des liens du site de l’auteur de l’analyse Jean-marc Jancovici :


                    • Stoïque 17 mai 2008 12:46

                      Mes excuses pour le 2ème commentaire repris mélangé par Agaravox….

                      Je le reprends, je l’espère, dans le bon ordre ci-dessous.

                        

                      En complément à mon premier commentaire, du fait d’une sensibilisation aux problèmes liées à l’installation possible d’éoliennes sur une montagne ( Le Sénépy, au sud de Grenoble ) située en plein milieu de la Vallée Sud de Grenoble et donc visibles de TOUTES les montagnes environnantes, je me suis un peu plus informé sur les techniques des énergies renouvelables et leur intérêt.

                      Un bon site permet de se faire une meilleure idée de l’utilité réelle de certaines énergies renouvelables et leur impact réel ( peut-être plus négatif que positif, pour les éoliennes par exemple ) :

                       

                      http://www.manicore.com/documentation/serre/sansCO2.html

                       

                      Du même auteur, j’ai lu tout récemment une excellente analyse de la connaissance réelle (très faible et quasiment liée qu’à ce que diffusent les médias) du grand public, des élus et des médias eux-mêmes sur les problèmes environnementaux, dans le livre collectif "L’homme face au climat" d’Edouard Bard (Collège de France - Editions Odile Jacob) datant de 2004.

                      J’ai retrouvé à peu près l’analyse complète concernant les médias sur l’un des liens du site de l’auteur de l’analyse Jean-marc Jancovici :

                       

                      http://www.manicore.com/

                       

                      ...dans la partie "Le réchauffement climatique (le changement climatique) : réponse à quelques questions élémentaires", sous le titre « Les journalistes sont-ils de bons porte-parole des experts ?  »

                       

                      On mesure l’étendue des problèmes d’absence de connaissances, quand on essaie soi-même de comprendre les techniques d’acquisition des énergies et leur utilité véritable et de l’expliquer ensuite aux autres. Il faut très souvent aller contre des idées reçues - issues parfois de l’intox des dérives mercantiles - et de grandes lacunes chez ses interlocuteurs. Cela prend du temps...

                       


                      • HELIOS HELIOS 18 mai 2008 22:08

                        Je sens que je vais me faire moinsser là, mais bon, c’est pas pour autant qu’il faut fermer sa gueule ! précisons quand même qu’au dela de tous ce que je vais vous dire, rien n’empêche d’être raisonnable et responsable.

                        tout d’abord.. juste un detail que j’aimerai apporter à la courbe qui illustre cet article : Quelqu’un, parmi vous, a-t-il pensé, comme le laisse supposer BEAUCOUP d’études, dont les carrotages dans la glace, les cernes des arbres, les sediments et les divers radio-isotopes issus de je ne me souvens plus où... que le taux de CO2 succede au rechauffement et non pas le PRECEDE ? Ceci donne un autre aspect aux raisonnements divers que nous faisons tous. 

                        Ensuite, pourquoi ne pas arreter de phantasmer sur les economies d’energies en général et les voitures en particulier. Tout d’abord il y a des choix que nous devons faire, serieusement non pas sur la nature mais sur la societe humaine. Si la contrainte climatique et ecologique est réelle le plus mauvais scenario que nous apportent les ecologistes c’est la creation d’une classe de gens qui vont continuer a vivre bien et a gaspiller a qui mieux mieux, d’autant plus que les autres, c’est a dire nous, nous nous serrerons de plus en plus la ceinture pour laisser vivre la planete. Il est a mon avis imperatif de faire evoluer nos habitudes vers plus de responsabilité ecologique TOUS EN MEME TEMPS sans stigmatiser les uns ou les autres. Par exemple, si les anti-automobile gagnent, c’est tous les gens qui n’auront plus de voiture sauf une toute petite minorité... de même pour les avions, les chauffages, les clims etc... bref nous allons recreer une super classe, de seigneurs, qui eux pourront d’autant plus gaspiller que nous, nous nous serrerons la ceinture.... pas tres rejouissant comme avenir non ? des seigneurs et des cerfs !

                        enfin, je pense donc, si vous rejetez le scenario ci-dessus, qu’il faut que les forces vives des ecologistes (et tout le monde en fait) travaillent pour faire evoluer les technologies a contrainte minimale. On a jamais vu de regression volontaire, il n’y a aucune raison que cela nous arrive. Donc, en reprennant l’exemple des voitures, le mieux serait qu’on diminue l’impact environnemental des voitures sans en stigmatiser l’usage... par exemple en favorisant la réparation des modèles existant tant sur les aspects securité, consommation etc ce qui est tres possible plutot que de remplacer.... en favorisant la circulation plutot que la gène, engendrée par exemple par les multiples detours, les absences et/ou les couts de stationnement, les point d’acces multimmodaux aux tranports en commun... et en exigeant bien sur que les conditions de remplacement deviennent acceptable au regard du mode de vie... en attendant que des modèles propres puissent voir le jour ! (je sais, je sais, les ecolos ne veulent pas de voitures même 100% propres. je ne parle pas d’eux, ce sont des sectaires a écarter tout de suite)

                        Donc, continuons, Il faut imperativement faire lentement et délicatement l’evolution PAR LE HAUT et non pas par le bas en limitant, contraigant, interdisant etc.... Les industriels sont la pour suivre les orientations des pouvoirs politiques qui doivent collaborer dans le bon sens. Ce n’est que comme cela qu’on va s’en sortir a terme.

                        .. tout ça c’est valable que si les responsables politiques sont independants... mais apres tout, qui les envoie a l’assemblée lors des votes ???


                        • Aurélien Bernier abernier 26 mai 2008 19:41

                          Bonjour,

                          Sur la réalité du Protocole de Kyoto, qu’on pourrait qualifier de véritable arnaque, vous pouvez lire l’article qui se trouve ici :

                          http://abernier.vefblog.net/4.html#Fautil_bruler_le_Protocole_de_Kyoto

                          Bien cordialement,

                           

                          Aurélien Bernier


                          • Stoïque 27 mai 2008 22:48

                            Merci Abernier pour le lien et les articles très intéressants qui hélas montrent que nos "joyeux" néo-libéraux nous amènent droit vers les catastrophes climatiques, humaines, etc.... Les idées pour les contrer sont belles, mais une "poignée" de rebelles ne pourra rien tant que les catastrophes ne seront pas arrivées....C’est la tête dans la tourmente que les choses pourront peut-être alors changer, mais peut-être sera t’il trop tard ?

                             

                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires